Les obsédés de l’ « unité » ne font pas et ne disent pas mieux que les obsédés de l’ « égalité ». Ni l’une ni l’autre ne sont positives en soi. Cela dépend de qui nous unit et pour quoi nous nous unissons ; cela dépend aussi de ce qui nous rend égaux et de ce qui nous différencie.