En ce moment, envie de tirer ma révérence. Grand sentiment de vacuité.
 

Je ne suis plus du tout invité en conférence. Alors que pourtant, les besoins sont immenses concernant l’homosexualité et les Fins dernières. Les deux témoignages que je devais donner cet été sont tombés à l’eau. Les catholiques dans leur ensemble n’ont plus/pas envie d’entendre parler d’homosexualité. Et maintenant, ils se sentent même agressés par le mot.
 

Comble du comble. Je suis vu comme le diable incarné par les membres de Courage (alors que je défends « juste » ce que dit l’Église et ce qu’ils sont censés vivre…). Leur responsable à Paris avait suggéré mon nom pour me faire intervenir à un de leurs week-ends. Il n’est pas passé. Ils n’ont pas donné suite.
 

Par ailleurs, en Espagne, des associations LGBT mènent en ce moment même des procédures contre moi en dissèquant ma conférence de février (sans rien y trouver d’homophobe, évidemment, à part ma prétendue « défense de l’abstinence »). Et je suis complètement délaissé par les médias « catholiques » qui devraient me soutenir là-bas. Par ailleurs, le site Forum Libertas bloque sur mon dernier article à propos des évêques espagnols. Je crois qu’ils ne vont pas le publier et que mon rôle de contributeur s’arrêtera là… Je n’aurai écrit que 3 articles. (Ce fut bref MAIS intense. Merci pour ce moment ^^).
 

C’est triste à dire mais je n’ai plus envie de témoigner sur l’homosexualité. Il me reste encore 2 dates à assurer : une ce matin et l’autre à la fin du mois. Mais je me force. La perspective de prochaines sollicitations/conférences m’accable. Le coeur n’y est plus. Impression de faire chier le monde. Et je ne crois même plus tellement à ce que je dis : je sais que c’est juste et nécessaire mais je n’ai plus l’élan pour le dire. J’ai l’impression de ramer comme un gros malade et d’être considéré comme un extraterrestre/un dangereux même aux yeux de mes frères « catholiques ».
Hier, j’ai reçu une invitation d’une aumônerie étudiante de Rouen. De la part d’un énième admirateur de mon soi-disant « courage prophétique »… mais que je n’entends pas plaider ma cause sur les réseaux sociaux. Je ne sais pas si je vais honorer cette demande. Je suis rincé des catholiques qui m’invitent pour que je leur propose un « regard chrétien pour mieux accueillir et parler d’homosexualité ». Je suis rincé de cette droite conservatrice qui n’a que mépris pour les personnes homosexuelles et qu’il faudrait en plus remercier de « m’avoir offert une visibilité » (non mais sans déconner…). Je suis rincé de l’indifférence de nos évêques et de la très grande majorité des fidèles catholiques, prêts à passer l’éponge sur le « mariage gay », et incapables de nous encourager dans la voie qu’ils nous imposent. Je suis rincé même des gens qui veulent un entretien individuel avec moi (foutez-moi la paix et prenez un « rendez-vous tisane » avec « Courage »). À quoi bon témoigner puisque c’est pour des sceptiques, pour des indifférents à l’hétérosexualité et à l’homosexualité, pour des gens qui font de Macron un « pas si méchant que ça », de Bellamy un « philosophe », d’Eugénie Bastié et de Natacha Polony des « catholiques », et de Marion Maréchal Le Pen la « nouvelle Jeanne d’Arc »?
 

La seule chose qui aujourd’hui me motive et me console, pour tout vous avouer, c’est mon prochain livre. Et il sera conséquent (300 pages), avec du contenu vrai : sur homosexualité/boboïsme (nouvelle religion mondiale)/Apocalypse. Un « best of Ariño », à qui voudra bien l’entendre. Et le seul qui me motive, c’est Jésus, bien sûr.
 

Pour le reste, écoeurement.
 
 
 

N.B. : Ce message n’est pas fait pour que je sois inondé de textos, mails, appels téléphoniques, échanges Skype, restos, verres, ni pour me faire plaindre et recevoir un flot d’encouragements compassés m’appelant à « l’Espérance » et à la « persévérance ». Mais juste pour vous tenir informés de l’état de l’Araignée. Épargnez-moi merci. Et seulement, priez pour moi. Si vous voulez. Mille sabords.