Uno de los tradicionales comentarios histéricos de los fundamentalistas pro-Familia

Un des traditionnels commentaires paranoïaques et stupides des fondamentalistes pro-Famille sur Twitter


 
 

Je ne sais pas s’il y aura beaucoup d’articles de presse pour la publication de mon livre La homosexualidad en Verdad… J’en doute. Pour le moment, les journalistes espagnols pro-Vie se bouchent les oreilles et répètent comme des perroquets hystériques les mots « Vie », « Enfant », « Famille » et « Gender », sans vouloir écouter les personnes homosexuelles (traduction espagnole ici). Donc c’est plutôt mal barré…
 

Arriva ce qu’il devait arriver. Mon article de presse, qui devait être publié dans une revue « catholique » en Espagne, vient d’être rejeté par les seuls journalistes qui pour le moment ont voulu m’interviewer. Ils ont jugé mon discours sur le lobby hétérosexuel « incomprensible », alors que j’ai pris le temps de leur expliquer, et c’est clair comme de l’eau de roche.

 

« Pardon de ne te répondre que maintenant mais j’attendais la réponse de mes chefs. Pour dire la vérité, mon directeur a de gros doutes sur l’interview parce qu’il n’arrive pas à comprendre ta théorie du lobby hétérosexuel. Sincèrement, je ne sais pas si le texte sera publié. Je suis désolé de la gêne occasionnée. »

 

Leur entêtement à ne pas remettre en question l’hétérosexualité (et finalement l’homosexualité et l’homophobie) a eu raison de moi. Ce journal n’a tellement pas réussi à m’utiliser comme « caution homosexuelle » pour taper sur la « dictature du lobby gay », ni à me faire cracher sur le marxisme, la franc-maçonnerie et le féminisme, que l’opportunité d’être publiée est tombée à l’eau. Mais ce n’est pas grave ! Je ne veux pas me résoudre au simplisme, ni me faire récupérer comme « gay contre les autres gays ». Et je ne négocierai pas sur ce point crucial de l’hétérosexualité. À travers les questions de cette interview, je vois toute l’arrivisme et l’homophobie gay friendly de la Manif Pour Tous version latino, qui n’en a rien à foutre des personnes homosexuelles et de ce que nous vivons. Ils veulent juste nous récupérer pour justifier leur paranoïa et leur violence à notre égard. Et rien qu’en lisant les questions paranoïaques des pro-Life, je réitère plus que jamais ce que j’avais écrit sur le beauf LMPT. Que ça fasse plaisir ou non, ce sont les pro-Life qui nous insultent et se conduisent mal, même à l’égard des personnes homosexuelles opposées au « mariage gay ».

 

Ma réponse a été celle-ci :
 

« Votre mail ne m’étonne pas. Vous n’avez même pas lu mon livre ni regardé mon interview radio d’avant-hier, je crois. Votre cœur est contaminé par la pensée unique (vitaliste, nataliste, familialiste et hétérosexiste, anti-féministe, anti-gay, anti-marxiste, anti ‘Gender’, sans même savoir ce que l’expression idéologie du Gender que vous fustigez tant signifie). C’est triste. Mais je savais que ça allait être le Point de friction, la Preuve par le Feu. Restez dans votre confort victimisant et idéologique. J’assume complètement que l’hétérosexualité soit le problème majeur de l’homosexualité, et même de l’Église ; que l’hétérosexualité soit le ‘Gender’ et le soi-disant ‘Lobby gay’. J’assume avec Joie… malgré ma peine pour vos lecteurs. »
 
 
 

Ainsi, je vous partage ici l’article original. Bonne lecture.

 
 
 

Interview à Philippe Ariño

 
 

Philippe Ariño, intellectuel franco-espagnol de 36 ans, homosexuel et catholique continent, engagé contre le « mariage pour tous » en France, est blogueur de deux sites très visités : l’Araignée du Désert et CUCH Catholiques Unis Contre l’Hétérosexualité (www.cuch.fr). Il sort ce mois-ci son livre La Homosexualidad en Verdad, vendu à plus de 10 000 exemplaires en France et en Italie, pour toute l’Espagne et l’Amérique Latine. Il ne vous laissera pas indifférent !

 
 
 

1 – Qu’est-ce qui vous a conduit à écrire un livre sur une autre manière d’être homosexuel, en vivant les enseignements de l’Église, tout en sachant les problèmes que ça allait générer ?

Notre monde gay friendly nous dit : « Si tu es homosexuel, tu dois forcément être en couple. Sinon, tu n’es pas vraiment homosexuel, tu as raté ta vie, tu n’aimeras jamais, et tu ne luttes pas pour ton émancipation ! » Ce n’est pas ma manière de concevoir l’amour, de voir la liberté et de respecter celle des personnes homosexuelles. D’autant plus quand le « couple » homosexuel, en se privant de la différence des sexes, est compliqué, ennuyeux voire violent. Il est une parodie érotisée et sentimentalisée de l’amitié, en même temps qu’une parodie d’amour et de sexualité. Car la sexualité, ce n’est que la différence des sexes. L’homosexualité pratiquée fait donc vivre une sexualité sans sexualité. Bonjour les désillusions !
 

2 – Vous avez toujours eu cette façon de penser ou bien il y a eu un virage dans votre vie ?

Non. Il n’est jamais facile de lâcher le rêve de former un couple homo stable et de renoncer à ce à quoi nos sentiments, notre corps et nos élans de tendresse nous portent. Et si jamais je découvre que l’Église se trompe sur l’homosexualité et que le célibat qu’Elle demande aux personnes durablement homosexuelles est une chimère, si jamais je rencontre un jour un couple homosexuel qui rayonne autant que certains couples femme-homme et que certains célibats consacrés, j’espère avoir l’intelligence de changer d’avis. Mais pour l’instant, je vois que l’Église a raison à propos de l’homosexualité, et que les couples homosexuels, bien que parfois satisfaits, ne sont pas comblés.
 

3 – Vous êtes homosexuel mais vous vous opposez au « mariage gay ». Pourquoi ?

Ça en étonnera beaucoup. Mais je m’y oppose parce que justement j’aime les personnes homosexuelles et l’Humanité, et que cette loi ne les respecte absolument pas même si elle s’impose en leur nom. À mon avis, le « mariage gay » est gravissime pour ces quatre raisons principales :

1) D’abord, il ne repose plus sur l’Humanité puisqu’il remplace la sexuation humaine par l’orientation sexuelle des personnes, c’est-à-dire par leurs sentiments et leurs pulsions ou, ce qui revient au même, par les gens qui nous attirent érotiquement et notre pratique génitale. Comme si nous étions des anges ou des animaux, et plus des humains ! On glisse l’air de rien des Droits de l’Homme vers le Droits des homos et des hétéros. C’est très grave, cette violation contre l’Humanité.

2) Ensuite, ce « mariage » ne respecte pas la réalité des personnes homosexuelles et de leurs potentiels « couples », et ne règle absolument pas leurs problèmes individuels (viol, souffrances : à ce jour, 100 amis homos m’ont révélé avoir subi un viol) ni leurs problèmes « conjugaux » (violence, infidélité, ennui) et sociaux. Il complique même leur existence et augmente l’homophobie à leur encontre car il les installe dans des situations et des pratiques souvent irréversibles, commerciales et délictueuses (vol et trafic d’enfants), pratiques qui vont engendrer plus vite qu’elles ne le croient des représailles homophobes d’une cruauté terrible.

3) De plus, au nom de l’« amour », le « mariage gay » retire et banalise la différence des sexes dans les textes de loi : le mari et la femme s’affadissent en « conjoints », le père et la mère en « parents ». Symboliquement, on ne reconnaît plus la différence des sexes comme Meilleur humain pour exister et pour aimer, alors qu’on sait très bien qu’il n’y a pas d’amour humain véritable sans accueil de la différence des sexes, et que tout être humain a besoin de l’amour dans la différence des sexes pour se construire et être heureux. Autrement dit, avec le « mariage pour tous », l’amour entre les deux conjoints différemment sexués, puis entre les deux potentiels parents biologiques d’un enfant, n’est plus reconnu ni valorisé comme le meilleur pour qu’une société vive en paix, n’est plus protégé par la loi nationale. Il s’agit d’un début de massacre de l’Amour incarné, réel. Ni plus ni moins.

4) Enfin, cette loi donne minimum trois parents à un enfant. Ce scandale a été à peu près reconnu par tout le monde, même par les pro-mariage-pour-tous (c’est pour cela qu’on ne les entends plus depuis l’approbation de la loi…). En effet, à partir du moment où on nomme « parents » les deux membres d’un « couple » homo, et où on leur donne un enfant à élever, il faut nécessairement recourir à une tierce personne, quand ce n’est pas 4 et plus ! Et ce, dans tous les cas de figures, sans exception : adoptions, projet de coparentalité, conséquences du divorce ou d’une séparation, PMA (Procréation Médicalement Assistée), GPA (Gestation Pour Autrui), etc. Le « mariage gay », c’est la pluriparenté (un mythe) imposée à tous ! Bienvenue dans le « meilleur des mondes » !
 

4 – De même avec l’adoption par des couples homosexuels, quels sont les raisons qui vous poussent à vous positionner ainsi ?

Tout enfant n’a pas besoin « d’un papa et d’une maman » comme le scandaient scolairement les manifestants des Manifs Pour Tous : il les a forcément, au moins pour sa conception biologique et par la Nature ! … et ce n’est pas pour cette seule raison qu’il peut être heureux : on peut connaître ou être élevé par ses deux parents biologiques, ce n’est pas un gage de réussite et de félicité ! En revanche, tout enfant a besoin mais d’un père et d’une mère qui s’aiment. Comme je viens de l’écrire, le « mariage pour tous » ne supprime pas (forcément) le vrai père biologique et la vraie mère biologique d’un enfant, ni les filiations de sang. Donc rien ne sert d’hurler au parricide ou au commerce d’enfants. En revanche, il supprime l’amour entre ses deux parents biologiques en ne présentant plus la différence des sexes comme le mariage même, le seul et unique mariage d’amour !
 

5 – C’est devenu très à la monde dans le ‘monde gay’ le recours aux mères porteuses. Quelle opinion mérite cette pratique?

Ce n’est pas une mode du « monde gay ». Déjà parce que c’est très onéreux, c’est compliqué, c’est irréel (l’un des deux « parents » est forcément exclu par la Nature), c’est honteux, c’est parfois dangereux et objet de poursuites/prison dans certains pays. Mais aussi parce que le désir d’enfants n’est pas très répandu chez les personnes homosexuelles individuellement parlant (de par leur rapport douloureux et jaloux à leur propre enfance et aux enfants en général) et chez les « couples » encore moins (car un enfant nous attache encore plus à un partenaire : il suffit que ça ne soit pas l’extase avec ce dernier – comme c’est le cas dans beaucoup de « couples » homos – pour que le « projet d’enfant » soit reporté ou annulé).
 

6 – Le lobby gay attaque constamment le catholicisme. En revanche, vous vous êtes gay et catholique. L’Église est-elle si méchante comme ils le prétendent pour vendre ? Est-ce que vous vous sentez accueilli et à l’aise avec le Magistère ?

Ce n’est pas le lobby gay (quasi inexistant) qui attaque le catholicisme, mais le lobby LGBT qui n’est autre que le lobby hétérosexuel. D’ailleurs, le lobby LGBT n’a que le mot « hétérosexualité » en bouche et que des membres qui s’affichent « hétéros » pour faire défendre leur libertinage bisexuel à travers leurs rares « amis » homosexuels. Très peu de personnes « homos ». Et d’autre part, le lobby hétéro attaque l’Église, c’est parce que bien souvent il L’appelle et La provoque parce que les gens d’Église ne jouent plus leur rôle de défenseurs de la Vérité-Charité (Jésus), ne lui viennent pas en aide (par peur de lui et par leur pratique mimétique inconsciente de l’hétérosexualité), et ne vivent pas assez ce qu’ils disent/croient.

Concernant le Magistère, j’ai toujours été reçu en coulisses mais jamais officiellement car les évêques et les cardinaux ont toujours eu peur de se mouiller (exception en France avec Mgr Brouwet, exception en Espagne avec Mgr Omella-Omella). Je suis pourtant déjà gâté : les catholiques sont ceux qui m’ont le mieux accueilli de tous. Néanmoins, de là à dire qu’ils m’ont bien accueilli, non (ça vous laisse deviner pour les non-cathos !). La très grande majorité des catholiques, par ignorance, par orgueil et par peur de l’homosexualité et des personnes homosexuelles (textuellement, c’est le premier sens du mot « homophobie »), par crainte de perdre leur réputation, leur travail voire leur vie, préfèrent soutenir une personne homosexuelle (même continente) de loin et ne pas aborder les thématiques cruciales de notre monde : l’homosexualité, l’hétérosexualité et l’homophobie. À la louche, je dirais qu’en France et en Italie, 90% des catholiques défendent l’Union Civile (sans voir qu’elle EST le mariage gay) et l’hétérosexualité (qu’ils prennent pour la différence des sexes)… alors que l’Église catholique n’a jamais défendu l’hétérosexualité (… le problème, c’est qu’elle ne l’a jamais dénoncée non plus…). J’écris et je démontre dans mon livre La Homosexualidad en Verdad que l’hétérosexualité est le Gender, et même qu’elle est le diable déguisée en différence des sexes !
 

7 – Comment arrivez-vous à concilier au jour le jour le fait d’être gay et d’être catholique ?

Sans l’aide de l’Esprit Saint, de Saint Antoine de Padoue, de Jésus et de Marie, et de mon ange gardien, de mes amis et de ma famille, de certains catholiques authentiques, franchement, je ne tiendrais jamais. Et sans l’expérience concrète de la continence (= abstinence pour Jésus que je vis depuis janvier 2011 : arrêt du porno, de la drague et de la masturbation), je n’aurais jamais quitté la honte et je ne pourrais même pas ouvrir la bouche pour témoigner. La célibat continent laïc dans l’homosexualité, c’est une forme de célibat consacré, c’est la Parole, c’est la liberté dans la Vérité, c’est l’humour retrouvé, c’est la condition et l’essence même de la Mission. Même une personne homosexuelle mariée à une personne de l’autre sexe ou prêtre ne peut pas témoigner comme un célibataire homosexuel continent laïc.
 

8 – Votre postulat détruit le lobby gay. Ce lobby gay représente-t-il l’ensemble des homosexuels ou bien il y en a beaucoup qui pensent de la même manière que vous ?

Non. Le lobby gay est le faux nez, la chair à canon, du lobby hétérosexuel, foncièrement bisexuel libertaire. Mon principal ennemi, c’est donc bien l’hétérosexualité (qui étouffe la grandeur des couples femme-homme aimants, des célibataires consacrés, des personnes homosexuelles continentes). Beaucoup de militants pro-Life cherchent à m’utiliser comme « exception d’homo » ou exemple de « traître interne » pour se venger d’une « mafia » homosexuelle qu’ils ont fantasmé et me faire dire ce genre de fadaises : que « on pouvait être homo et contre le mariage gay » (c’est le cas de toutes les personnes homos en réalité), que « le lobby gay ne représente pas tous les homos » (nan, sans blague ?), que « le mariage gay n’avait rien à voir avec l’homosexualité » (sur le papier c’est vrai, mais en intention et dans les faits c’est complètement faux), que « l’enfant prime sur les personnes homosexuelles » (ah bon ?), qu’ « une minorité des homos veut le mariage gay » (Quand bien même ce soit vrai, en quoi ce serait une raison suffisante pour ne pas attribuer le « mariage gay » aux rares personnes homosexuelles qui le voudraient ?), que « le mouvement pro-Life n’est pas homophobe » (à force de le dire, c’est qu’on a de fortes raisons d’en douter…), et surtout que le lobby homosexuel est une terrible dictature idéologique ! Vous voulez que je vous dise franchement : en ne dénonçant pas l’Union Civile ni l’hétérosexualité, en croyant en « l’amour homo discret », vous cautionnez en réalité le lobby LGBT contre lequel vous vous victimisez. Pire, vous en faite partie. Bien sûr, la communauté homosexuelle centrée sur la pratique homosexuelle est une dictature. Mais pas la communauté homosexuelle centrée sur l’amitié continente et sainte. Enfin, toutes les personnes homosexuelles (sauf moi et une poignée d’autres amis sans doute) se sentent extérieures au militantisme homosexuel, « hors milieu ». Alors la plainte anti-lobby gay ne change rien : elle est typiquement LGBT !
 

9 – Pourquoi le lobby gay se montre si agressif contre quiconque ne pense pas comme lui? Avez-vous été victime de ces groupes parce que vous pensiez différemment?

Les personnes pratiquant leur homosexualité se montrent agressives d’une part pour témoigner inconsciemment des violences qu’elles vivent et que personne ne veut regarder (y compris et surtout ceux qui leur veulent du bien), d’autre part pour vous réveillez, vous les catholiques. Parce que vous ne nous écoutez pas, vous ne nous expliquez pas notre péché avec Charité et Vérité. Vous méprisez nos croyances, nos mots, notre lexique, nos actes et nos relations, notre image médiatique. Vous ricanez dès que nous vous parlons d’ « homophobie », parce que vous méprisez le mot (alors que pour nous, il n’est pas une insulte : il renvoie à des souffrances réelles que nous vivons, aux attaques réelles que nous avons vécues au nom de notre homosexualité, aux meurtres ou suicides ou agressions ou addictions de nos amis).

Personnellement, j’ai été autant rejeté par mes frères pratiquant leur homosexualité que par la majorité des catholiques pro-Life se présentant comme « hétéros » et ayant peur de moi, me jalousant, refusant de parler d’homosexualité. Certes, les premiers ont été violents, car ils m’ont vu comme un traître, et n’avaient pas toujours les moyens intellectuels pour me comprendre : ils m’ignorent, m’insultent, parfois me menacent de mort ou me passent des coups de fil anonyme. Mais « à qui il a été peu donné, il sera peu demandé ». En revanche, le fait que je sois désavoué et rejeté par les catholiques, qui ont davantage accès à la Vérité et à l’intelligence, c’est encore plus choquant, et finalement plus violent. Je ne peux pas en vouloir à celui qui ne sait pas. Je peux en vouloir à celui qui sait.
 

10 – Le lobby gay en Occident est-il passé de persécuté à persécuteur?

Les personnes homosexuelles étaient déjà persécutrices avant. C’est juste que leur côté agressif et conquérant se voit plus, s’est politisé internationalement en même temps qu’il se dilue maintenant dans la promotion mondialisée de la bisexualité via l’alibi de « l’égalité et de l’alignement à l’hétérosexualité ». Elles n’ont jamais été persécutrices avant de pratiquer leur homosexualité, elles le sont devenues dès qu’elles l’ont pratiquée. À n’importe quelle époque et endroit, en posant un acte homosexuel qui rejette la différence des sexes dont nous sommes tous issus et donc qui rejette tout Homme (y compris les personnes homosexuelles), toute personne a rejeté les autres et s’est rejetée elle-même. L’homophobie, comme je l’écris dans mon livre L’homophobie en Vérité http://www.araigneedudesert.fr/lhomophobie-en-verite-manuel-pour-vraiment-lutter-contre-lhomophobie-septembre-2013/, c’est la peur du même, la peur de l’homosexualité, la peur et l’attaque des personnes homosexuelles. C’est aussi la croyance en l’identité homo et la pratique homo. En effet, tous les actes homophobes connus sont posés par des personnes homosexuelles (même celles qui jouent les hétéros) et ont lieu dans des cadres de pratique homosexuelle ou de coming out. Cf. le code « Homosexuel homophobe » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels http://www.araigneedudesert.fr/code-n90-homosexuel-homophobe/.
 

11 – L’homophobie est un mot qui est devenu très à la mode et qui n’arrête pas d’être utilisé par les hommes politiques, mais n’est-elle pas devenue une sorte de censure pour celui qui déroge à la pensée dominante d’aujourd’hui ?

L’homophobie n’est pas qu’une mode, ni un piège rhétorique, une irréalité, un concept idéologique de la novlangue pour extrémiser son interlocuteur, une insulte. Elle est des faits réels – la croyance en l’identité homo, la pratique homosexuelle, et leurs conséquences concrètes – que nous devons absolument dénoncer. Nous pouvons tous être homophobes, c’est-à-dire avoir peur de nous-mêmes et de nos semblables, ou avoir peur et attaquer les personnes homosexuelles, à partir du moment où nous ne reconnaissons pas la violence de la pratique homosexuelle et de la pratique hétérosexuelle, où nous faisons de l’homophobie un « non-sujet » et une abstraction sous prétexte qu’elle est mal utilisée par ceux qui s’en déclarent les pourfendeurs.
 

12 – L’idéologie du Gender est-elle le nouveau totalitarisme du XXIe siècle?

Oui, tout à fait, dans la mesure où on comprend bien que le véritable nom du Gender, de ce totalitarisme mondialisé, c’est l’hétérosexualité : une différence des sexes forcée et/ou gommée. Textuellement, le terme redondant et hybride d’« hétérosexualité » signifie « toutes les altérités au niveau de la sexualité »… donc autant la différence des sexes sans amour et la famille procréatrice que l’inceste, la pédophilie, la bisexualité, l’ascétisme, la zoophilie, le libertinage, l’homosexualité, etc. On retrouve donc bien dans l’étymologie de l’hétérosexualité l’idée de totalitarisme : elle veut sacraliser TOUTES LES DIFFÉRENCES… pour écarter discrètement les deux différences les plus essentielles pour notre existence et notre expérience de l’amour et de Dieu : la différence des sexes couronnée par l’Amour et la différence Créateur-créatures (= l’Église, Jésus, Marie), vécues aussi bien dans le mariage que dans le célibat consacré.
 

13 – Féminisme + marxisme + libération sexuelle équivalent à l’Idéologie du Gender ?

Oui. Mais vous pouvez rajouter à tous ces cas de rejet évident de la différence des sexes tous les cas où la différence des sexes est sacralisée mais vidée d’amour, déshumanisée, traditionnalisée, imposée rigidement et scolairement, parfois au nom de Dieu : je pense au natalisme (dénoncé par le pape Benoît XVI comme une grave dérive, même au sein du catholicisme), à l’hystérisation autour de l’Enfant (au détriment du couple d’amour qui l’engendre, ou de l’épanouissement dans le célibat), à la spiritualisation excessive du mariage, la différence des sexes trop marquée et séparée dans certains pays, au culte du mariage femme-homme dans des cultures où la virginité et les unions sont construites sans liberté, etc.

Par exemple, pendant les Manifs Pro-Life et les Manifs Pour Tous, je n’ai vu que des messages hétérosexuels. L’amour entre l’homme et la femme, ou l’amour entre les parents biologiques d’un enfant ou l’amour des célibataires, ont été complètement bannis des slogans et des banderoles. La différence des sexes et la natalité étaient défendus comme des principes figés. Finalement, en se centrant hystériquement sur la famille et sur les enfants, les anti-mariage-pour-tous sont rentrés complètement dans le jeu de l’idéologie libérale-marxiste du Gender (elle aussi très branchée « mariage », « famille », « enfant », « Vie », « Humain », etc.) qu’ils pensaient sincèrement combattre. Par leur natalisme et leur défense du mariage sans amour (ils s’appuyaient sur le fait que le mariage civil n’était pas une question d’amour… ce qui est vrai sur le papier mais pas du tout en intentions), ils ont défendu l’hétérosexualité et non la différence des sexes ni l’Église. En plus, ils ont fini par rejeter de leur combat (à l’origine juste) contre le « mariage gay » tous les êtres humains qui ne rentraient pas dans le cadre de la famille mariée et procréative : les célibataires, les adolescents, les couples femme-homme non-mariés ou/et stériles, les veufs, les personnes âgées, les personnes homosexuelles. Le Gender est un désastre d’autant plus grand qu’il n’est pas du tout identifié comme « l’hétérosexualité ».
 

14 – Croyez-vous qu’imposer aux enfants la possibilité de changer de sexe est une forme de corruption des mineurs ?

Bien sûr que oui. La différence des sexes, même si elle n’est pas un choix mais un don, rend libre si elle est reconnue et respectée. En laissant croire aux enfants qu’ils peuvent choisir leur sexe, on les prive de leur corps, de leur identité profonde mais également de leur véritable liberté d’être un garçon unique parmi les autres garçons, ou une fille unique parmi les autres filles. Le diable ne supporte pas la différence des sexes qui l’aurait limité s’il avait été un être humain ; et il a décidé de s’attaquer aux plus fragiles : les enfants. C’est un signal fort. Nous vivons vraiment les temps derniers. Car Dieu ne supportera pas longtemps qu’on touche aussi massivement et mondialement à ses préférés…
 

15 – Cette nouvelle idéologie dominante est en train d’imposer des lois à tout le monde. Les dernières entendent même éliminer les toilettes séparées entre les sexes pour cause de discrimination. Qu’en pensez-vous ? Y aura-t-il d’autres faits de ce type dans un futur proche?

Bien sûr. La différence des sexes est autant idolâtrée que diabolisée par notre monde qui ne l’aime plus et ne la reconnaît plus dans sa fragilité, ses limites, sa divinité christique, parce qu’il rêve d’être tout-puissant. Étant par essence limitée et limitante, elle est vue comme méchante et discriminante, alors qu’elle est en réalité l’Incarnation de l’Amour divin en l’Homme ! Donc elle risque d’être malmenée de mille et une manières : par la technologie, les mass medias, les lois…
 

16 – La Manif Pour Tous a montré qu’il y avait un mouvement pro-famille actif. Comment voyez-vous la situation en Europe ? Croyez-vous que la situation actuelle peut s’inverser ?

Non. Le diable (l’hétérosexualité) est rentré dans la bergerie (individuelle, familiale, amicale, professionnelle, médiatique, politique, sociale, et même vaticane). C’est donc le début de la fin (… d’un monde… car je crois plus que tout en la Résurrection et en l’éternité de l’Église). La Manif Pour Tous non seulement n’a rien fait contre l’hétérosexualité, mais elle l’a soutenue par ses slogans désastreux (« Nous sommes tous des enfants d’hétéros ! » ; « Un papa et une maman : on ne ment pas aux enfants ! » ; etc.) puis par son silence. L’hétérosexualité, depuis la fin du XIXe siècle, et à échelle universelle depuis l’existence des partnerships (appelés Unions Civiles), sert de curseur identitaire, sentimental, législatif, et géopolitique, à l’Europe et au monde entier. Le traitement catholique de l’homosexualité va donc jouer un rôle-clé dans les prochaines années. Cela dit, étant donné l’ignorance crasse des catholiques et du Pape sur l’hétérosexualité, je ne laisse pas beaucoup de temps à l’Église pour vivre d’ici peu l’ultime Troisième Passion du Christ jusqu’à Sa Venue.