Afin de tuer l’Humain et de créer une guerre civile internationale, l’Antéchrist planifie de semer le trouble sur l’un des plus grands biens que partagent les êtres humains entre eux : l’Amitié.
 
Amis Facebook
 

Regardez en ce moment comme il s’y prend. À la fois il la met sur un piédestal pour la figer en objet (bobo ou paillette) à la fois il s’arrange pour qu’ensuite cette idole réifiée se casse la gueule et vole en éclats.
 
ephatta bobo
 

En effet, l’amitié n’a jamais autant fait l’objet d’un marché (Journée Mondiale de l’Amitié, start-up organisant des amitiés lointaines selon les goûts et l’état d’esprit et les croyances de chacun), n’a jamais été autant une vitrine (de nombre de « like » sur Facebook et de followers sur , de kilomètres parcourus, de popularité, de gloire, d’enjeu de carrière musicale ou télé, de produits marketing qui n’ont rien à voir avec elle – genre les pastilles rafraîchissantes ou les montres), ni autant été surveillée, infestée de voyeurs, diabolisée et menacée (notamment par l’érotisation bisexuelle et l’individualisme matérialiste) qu’aujourd’hui. J’ai d’ailleurs beaucoup écrit sur l’homosexualité comme symptôme social et mondial de crise généralisée de l’amitié donc je parle en connaissance de cause.
 

 
Meeting Force Vie de Christine Boutin
 

Pour vous donner un exemple parlant de cette perte de vitesse de l’amitié par la promotion de l’homosexualité, je prendrai le cas du récent procès contre Christine Boutin pour « homophobie » (lors duquel tous les juges étaient homosexuels : quelle magnifique impartialité…), à la véritable hystérie de haine qui s’est abattue sur l’accusée lorsqu’elle a osé dire qu’elle avait (ce qui est vrai, en plus, puisque j’en fais partie) « des amis homosexuels ». Là, c’était trop pour nos agents du Gouvernement Mondial ! La goutte qui fait déborder le blaze ! La seule mention du mot « amitié » les a déchaîné ! À leurs yeux, l’amitié est à la fois une petite merde insignifiante, gratuite, inutile, sans valeur, qui n’a pas la puissance de la génitalité ou de la passion amoureuse, et à la fois le germe par excellence de la déception, du faux-semblant, de la trahison, de la fusion malsaine avec l’amour, de la soumission, de la dépendance, de la bourgeoisie, de l’éphémère, de la mort. Elle est trop fragile à leur goût. Et en plus, elle sert d’alibi au FN (rappelons-nous du « bon ami maghrébin » du frontiste) et aux fascistes homophobes. Bref, l’amitié est louche ! Il faut l’éradiquer ! L’ami, ou la mémoire de l’amitié, est un aveu de faiblesse, voire même de culpabilité ! Elle est une faute à demi avouée. Voyez dans quel état d’orgueil paranoïaque et individualiste en est rendu notre monde pour regarder un lien aussi pur que l’amitié avec une telle défiance, une telle horreur.
 
Amis Swatch
 

Derrière la boulimie mondiale d’amitié, amitié aussi fulgurante que désengageante et sans substance (Va-t-on revoir nos amis Air’BnB et Blablacar, et connaît-on tous nos contacts sur les réseaux sociaux ? Entretenons-nous sur la durée notre lien, au-delà du plaisir ponctuel réel que nous avons partagé ensemble ? Non.), se profilent une dématérialisation et une déshumanisation du lien amical, un repli sur soi croissant qui menace et travestit la vraie substance de l’amitié, qui est, comme le rappelle le Christ, le don entier de sa propre vie, de sa personne, et pas seulement des bons plaisirs partagés ensemble. « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. » (Jean 15 : 13)