« Alors qu’on ne le soupçonnait pas, le pape émérite Benoît XVI a publié une longue tribune sur la crise que traverse l’Église. » (Aleteia, 12 avril 2019).
 

Oui. Et ça n’apporte rien. Les constats chagrins qui ne nomment pas les vraies solutions ne font que remuer la merde sans l’enlever, conforter la peur, la désespérance, et attiser la haine râleuse des catholiques anti-Église-conciliaire (anti-Vatican II et anti-Pape-François, du genre les paranoïaques de la Réacosphère tels que la blogueuse Jeanne Smits ou les amateurs de Benoît et moi). Les propos du Pape émérite Benoît XVI (que j’aime beaucoup, par ailleurs) sont instrumentalisés. Et en substance ils n’apportent absolument rien, ne nous apprennent rien de nouveau que l’on ne savait déjà. Désolé Benoît, mais là, tu as manqué une occasion de te taire (et pourtant, tu es connu pour ta sobriété et ton parler concis).