Je vous livre un échange de mails très courtois et respectueux que je viens d’avoir avec une internaute évangélique à propos de l’homosexualité et de sa guérison. Je le publie (en effaçant le nom de mon interlocutrice), pas du tout pour humilier mon interlocutrice, mais au contraire pour rendre hommage à sa bonne volonté, et parce que ses propos, sincères mais peu vrais je crois, illustrent tout à fait la manière (désincarnée, superstitieuse, involontairement anthropocentrée et individualiste) d’aborder l’homosexualité que j’ai observée de manière quasi-systématique chez les protestants (évangéliques comme réformés).

 
 
Capture d'écran 2015-06-15 21.40.16
 
 

Bonjour Philippe,

 

C’est une très bonne chose d’être abstinent mais, n’aimeriez-vous pas être plutôt délivré de l’homosexualité afin de glorifier Jésus? Savez-vous que Jésus est mort à la croix pour chacun d’entre nous et à porter nos pêchés, il est ressuscité, il est donc vivant et tout pouvoir lui a été donné par son Père pour nous rendre la liberté. La vérité nous affranchit, il est venu pour vous délivrer, croyez simplement, si votre cœur est désireux de rendre gloire à Dieu, alors vous verrez ce miracle se produire dans votre vie.

 

Amicalement
 

C.
 
 
 

Bien sûr, C. Et je continue de demander la délivrance. Mais si cette délivrance ne vient pas encore, ni de la façon dont on l’imagine, la continence est une bonne préparation et la meilleure manière pour « vivre avec » cette tendance homosexuelle. La continence ne signifie pas que Dieu ne guérit pas ni que la personne qui la vit a renoncé à une libération totale. Dieu n’est pas un magicien, et il ne faut pas plaquer sur Lui nos conceptions de la guérison.
 

Bien fraternellement.
 

Philippe
 
 
 

Dieu n’est en effet pas un magicien, il est le Tout Puissant, rien n’est impossible à Dieu et tout est possible à celui qui croit.
 

J’ai lu ce témoignage et voyez ce que Dieu peut faire.
 

Merci de m’avoir répondu si rapidement.
 

C.
 
 
 

Vous êtes évangélique (et non catholique), visiblement ?
 

Philippe
 
 
 

En effet je m’attache à la vérité de la Parole de Dieu, je peux donc dire que je suis devenue évangélique, à la suite de ma conversion à Jésus-Christ.
 

C.
 
 
 

D’accord. Je crois qu’il est très important de ne pas imposer à Dieu la manière dont de toute façon Il nous guérit. Et c’est d’autant plus vrai avec une blessure parfois coriace comme l’attraction homo. Cette délivrance peut passer par la disparition complète de l’attraction, ou bien elle sera progressive et le guéri part quand même avec son brancard. 🙂 Dieu, s’il permet que la blessure soit toujours là, c’est pour une bonne raison.
 

Merci de m’avoir contacté.
 

Philippe
 
 
 

Dieu ne permet pas que la blessure reste, il veut au contraire guérir, il est vrai de la façon qui sera la meilleure et ne pas lui imposer, je suis d’accord aussi avec cela. Mais si la blessure reste c’est bien la personne qui la porte qui veut la garder (N.B. : C’est moi qui surligne en italique). Car Dieu ne force personne. Trouver pourquoi y a t-il cette blessure, à quoi est-elle dû? Dieu vous aime il vous a crée homme pour aimer et être aimé d’une femme. Quelque soit le problème ou la blessure, Dieu est plus grand.
 

On décide d’aimer, ou non, on décide de… on peut aussi décider de vouloir.
 

J’ai été blessé dans ma vie également, j’ai décidé de pardonner, j’ai décidé d’être guérie, certes ce n’est pas de l’homosexualité mais aux yeux de Dieu c’est pareil, le pêché reste le pêché.
 

Ce fut un plaisir de vous parler et je prie vraiment que vous trouviez la guérison de tout votre être par Jésus notre rédempteur qui vit.
 

Bien à vous.
 

C.
 
 
 

Mettre la blessure ou la maladie ou le signe de péché sur le dos de la volonté ou de la décision des personnes, c’est une attitude bien pharisienne, et c’est ne pas comprendre la parabole du bon grain et de l’ivraie (qui invite dans certains cas à ne pas arracher trop brutalement le péché ou signe de péché, car c’est le Seigneur qui fera le tri, et il ne faut pas entraîner le bon grain dans notre désir d’éradication du mal). Allez-vous dire à tous ceux qui ne sont pas guéris ni délivrés qu’ils ne croient pas assez, ne prient pas assez, et ne laissent pas assez la grâce divine agir en eux? Auriez-vous dit à ma maman, qui est morte d’un cancer, qu’elle n’était pas une bonne chrétienne? Moi, je ne me permettrai jamais cette foi superstitieuse et rigide, quand bien même elle soit jusque-boutiste et absolutiste. Dieu libère comme Il le souhaite, avec l’aide et la liberté et la volonté des Hommes bien sûr, mais cette libération ne juge personne et ne nous permet pas de juger/sonder les cœurs à Sa place. Nous, catholiques, croyons aux grandes comme aux progressives et incarnées guérisons.
 

Philippe
 
 
 

Mon intention n’était absolument pas de vous blesser ou de vous juger, loin de là. Excusez-moi pour ma maladresse.
 

C.
 
 

 

Ce n’est rien. C’est pour vous que je dis ça, et pour tous les gens en souffrance (et notamment homos) que vous allez rencontrer. Réduire la Vérité à la foi de la personne en Dieu (en faisant une lecture littérale de saint Paul, ou des nombreux « Va, ta foi t’a sauvé »), c’est en réalité faire parler Dieu à sa place, juger les autres et leur foi, les culpabiliser ou les sur-responsabiliser, et s’éloigner de l’Incarnation et de TOUTES les manières qu’a choisies Jésus pour nous guérir.
 

Merci cependant C., non pour votre Vérité, mais votre sincérité, demande de pardon, respect et contact.
 

Philippe
 
 
 

La pire des choses est d’attrister, de blesser une personne et je ne voulais pas le faire. Je suis contente que vous ayez accepté mes sincères excuses.
 

C.
 
 
 

Vous êtes bonne, C., et très délicate, malgré votre maladresse. C’est tout ce que je retiens. 🙂
 

Bonne soirée.
 

Philippe
 
 
 
 
 

* « Que ta foi en Dieu te sauve toi-même !* » = l’idolâtrie évangélique pour la Bible et la foi individuelle. Autrement dit la croyance protestante que la foi/l’individu (tous les deux confondus) feraient Dieu parce que Dieu l’aurait dit… Formidable mirage ou jeu inversant de miroir, à la gloire de l’égocentrisme humain. Si je suis aussi exigeant avec les protestants (évangéliques et réformés mélangés), surtout en ce moment, c’est que je veux les secouer avant le Déluge, car certains sont très prêts de comprendre leur idolâtrie pour 1) la Bible, 2) la foi individuelle, 3) la transcendance divine.