Le carriérisme, en particulier dans le milieu catholique, est mortel. Les responsables en pastorale de jeunes, les animateurs radio ou télé « catholiques », les organisateurs de festivals de la jeunesse, pour ne pas perdre leur travail et ne pas prendre de risques, préfèrent ne pas inviter des personnes homosexuelles, alors que la bisexualité séduit et envahit même les collèges et lycées hors contrat, et que les besoins concernant le traitement de l’homosexualité sont toujours plus criants. La tiédeur, la peur, la carrière, la prudence, sont à tous les étages. Pauvre jeunesse ! Et pauvre Église !
 

Présenter un chanteur, c’est une partie de plaisir. Inviter une psychiatre addictologue et sexologue catho spécialisé dans le porno et la vie affective, ça marche très bien aussi. Mais un intervenant sur l’homosexualité, là, c’est même pas la peine d’en parler. Sérieusement, les gars, vous êtes des grands malades.
 

N.B. : Voir la vidéo sur les interventions en milieu scolaire en lien avec l’homosexualité.