Je suis si heureux de cette Année de la Miséricorde qui s’achève. Jamais sans elle je n’aurais autant fréquenté les confessionnaux (et « abusé » de l’indulgence divine!). Et je peux témoigner que Jésus est bien présent dans les confessionnaux catholiques et à travers les prêtres.