Mgr Aupetit, amusé


 

J’ai écouté la moitié de la rencontre des Bernardingues hier soir rassemblant quelques responsables « catholiques » de la Conférence des Évêques de France concernant les lois de bio-éthiques (PMA et GPA en premier lieu) qui sont déjà passées avec le « mariage gay » en réalité. C’est affligeant de nullité. Ils se gargarisent de « bien parler », de « discerner » et de prévenir… alors qu’ils sont complètement déconnectés des intentions des lois transhumanistes que soi-disant ils dénoncent, et qu’en réalité ils ne dénoncent pas car ils ne s’attaquent pas à leur alibi intentionnel et émotionnel collectif : « l’amour », concept sucré cristallisé (c’est ainsi, je n’y suis pour rien) sur l’homosexualité. Toutes les lois transhumanistes sont fondées sur l’homosexualité (y compris la PMA, l’euthanasie et la recherche sur l’embryon). Et eux, ils se targuent de décrire le problème uniquement sous l’angle nataliste et vitaliste (donc les conséquences sur l’enfant et l’Humain), en cultivant l’entre-soi. Mais où sont-ils ?? Se rendent-ils compte qu’ils sont ridicules, inefficaces et complices ?? La prise de parole de Mgr Aupetit, par exemple, a été honteusement désinvolte (on a l’impression qu’il s’amuse de la situation, qu’il raconte un conte pour enfant, qu’il fait son beau et son intéressant, qu’il n’observe aucune gravité : il y a un décalage énorme entre le discours d’alerte et la tonalité décontractée qu’il prend. Ça m’a sidéré. Il est en pleine représentation jargonnante. Quel impact pense-t-il que ces mots légers peuvent-ils avoir? Aucun !). Ils sont à côté de la plaque et ils ne s’en rendent même pas compte.
 

Pathétique. Les éléments-clés, c’est uniquement l’homosexualité. Tous les autres concepts sont hors-sujet, puisque l’alibi principal de toutes les lois transhumanistes est l’homosexualité.