Désolé les amis si cette fois-ci j’utilise beaucoup trop de conditionnels et de « si » à votre goût. Mes observations semblent alors confiner au défaitisme et à la désespérance… et pourtant, je vous assure que je suis plein d’Espérance ! Mais là, je ne peux pas cacher mes intuitions et mes peurs pour l’avenir par rapport au contexte politique français actuel et au projet de loi Taubira.

Si nous avions voulu éviter le pire, c’est-à-dire l’adoption du « mariage pour tous », il aurait fallu démontrer à François Hollande que retirer son projet ne retirait absolument rien aux personnes homosexuelles. Autrement dit, il eût fallu que nous parlâmes calmement avec lui de l’homosexualité, et que les responsables de la Manif Pour Tous ainsi que les manifestants le traitent avec respect, et surtout qu’ils reconnaissent sa sincérité (à défaut de la vérité) de sa démarche. Or pour l’instant, ça n’a toujours pas été le cas, et les occasions s’amenuisent sérieusement de jour en jour, voire sont nulles. Malgré les mutineries-insurrections impressionnantes que l’on voit exploser çà et là cette semaine (M. Montebourg coincé en Gare de Lyon, Mme Taubira cernée à la sortie de l’Opéra à Lyon, prochaine intervention télévisuelle de M. Hollande boycottée demain soir, etc.), le cheminement intérieur – je parle du coeur – de nos ministres et de notre gouvernant n’a pas été fait, n’est pas respecté et n’est que très peu accompagné. Au contraire. Nous brusquons les choses par notre mépris et constatons que les porte-parole de notre mouvement d’opposition, en plus d’être incapables de fédérer, ne comprennent pas qu’ils ne sont pas les plus crédibles et les plus qualifiés pour parler d’homosexualité.

Il y a donc peu de chances pour que notre Président fasse encore machine arrière. Il est même probable qu’il reprenne inconsciemment à son compte le slogan préféré des anti-mariage-pour-tous « On ne lâche rien ! » tellement sa crispation du moment le pousserait à la tétanie mimétique. Sa radicalisation probable n’arriverait pas s’il savait pour quelles raisons valables il doit retirer la loi. Maintenant, l’orgueil risque de prendre le dessus et peut le mener à un durcissement encore plus incohérent et inattendu que prévu.

Et les anti-mariage-pour-tous seraient responsables de cet entêtement. Car ils n’expliquent rien : ils s’opposent maintenant frontalement, et sont même prêts à terroriser (« pacifiquement »). En zappant la phase de négociation et d’explication par des opérations « coup de poing », ils sont en train de griller toutes nos cartouches, et d’encourager notre Président à tout casser avant de se casser (ou d’être délogé). Il va vouloir faire passer au moins la loi avant de capituler et de sortir par les coulisses. C’est le seul acte d’autoritarisme qu’il lui reste. Je suis donc très inquiet.

 

27 mars 2013