La chanson qui me fait pleurer à tous les coups : « Boulevard des Capucines » d’Étienne Daho (la lettre du père volage à son fils).