Archives par mot-clé : union civile

La dérive de l’idolâtrie sacramentaliste des catholiques pour le mariage


 

Concernant les Unions Civiles homosexuelles, la très grande majorité des catholiques et de leurs chefs a péché par sacramentalisme : pour préserver le sacrement du mariage homme-femme qu’ils idolâtrent (mariage transformé en fétiche, pour le coup), ils ont été prêts à troquer l’Union Civile contre le « mariage gay », pensant ainsi préserver le sacrement du mariage et partant du principe que les partenariats enregistrés n’étaient au moins pas des unions sacramentelles (cela dénote d’ailleurs dans leurs esprits d’une confusion entre mariage civil et mariage religieux), sans réaliser que le « mariage gay » est la même loi que l’Union Civile (pas au niveau du contenu au départ, mais au niveau des intentions symboliques et affectives et donc du contenu) et que finalement il flingue les mêmes sacrements qu’ils pensaient sauvegarder à travers la concession de l’Union Civile. À trop aimer le mariage, on ne l’aime plus. C’est non seulement une dérive sacramentaliste mais aussi une dérive nominaliste : combien de catholiques (et même de Papes) ai-je entendu dire qu’ils ne voulaient surtout pas lâcher le mot « mariage » et que c’était là soi-disant le seul problème du « mariage gay » ! Ils n’ont rien compris. Ils ont étouffé le mariage en l’étreignant contre eux.

L’Union Civile, la nouvelle idole et lubie (absurde) de Frigide Barjot

 

C’est vous dire son immaturité et, je pense aussi, son orgueil ! Virginie Tellenne (alias « Frigide Barjot »), égérie des Manif Pour Tous, fait à présent une fixette sur l’Union Civile. Non par réalisme et intérêt général, non parce que c’est une mesure vraiment possible (un rétropédalage du « mariage gay » à l’Union Civile ne sera jamais accepté socialement et légalement, étant donné que c’est la même loi dans les intentions et finalement dans les faits ; et même Frigide Barjot défend qu’on ne démarie pas et qu’il ne faut plus toucher au « mariage gay ») ni parce qu’elle y tiendrait vraiment, mais UNIQUEMENT parce que moi je la dénonce, et UNIQUEMENT par caprice, puisque c’est le seul point qui la distingue médiatiquement (et même éthiquement) de ceux qu’elles appellent « abrogationnistes » pour nous fasciser/diaboliser, et même nous faire passer pour les responsables de notre défaite politique-médiatique-législative. Entendez-la gueuler, s’exciter, parce qu’on aurait « tout gâché » en refusant de donner « SON » cadeau de consolation de l’Union Civile… qui, à ses yeux (pourquoi? on ne sait pas) est LA Solution à tous nos problèmes, LA Solution du désastre du « mariage gay ». Elle a fait de l’Union Civile une idole, la mascotte de L’AVT (L’Avenir Pour Tous). Elle s’accroche fiévreusement à l’Union Civile comme à un doudou, à un faire-valoir, mais aussi orgueilleusement, car elle devine (sans finesse, sans intelligence, mais uniquement par profit et révolte colérique) que derrière l’Union Civile, il y a l’homosexualité et sa justification sociale. Son homophobie et son manque d’intelligence aboutissent de toute façon à une défense arbitraire de son « jouet », à un sophisme publicitaire (dont elle est spécialiste, il faut bien le dire) : elle défend le mot « Union Civile » ; pas l’Union Civile en elle-même, qu’elle n’a jamais pris le temps d’expliquer… car pour cela, elle devrait parler de la réalité de l’homosexualité, des « couples » homos, et de ça, elle en est bien incapable, et surtout, elle s’y refuse catégoriquement. Hystériquement, même ! Elle n’a jamais parlé d’homosexualité en public, de « l’amour » homo (qu’elle ne veut surtout pas remettre en question). Elle pique des colères homériques dès qu’on prononce l’expression « couple homosexuel » à sa place, ou qu’on amène le sujet sur le tapis. Virginie Tellenne représente la typique « gay friendly homophobe ». Elle se vaut du Pape François pour justifier l’Union Civile – sur la base d’une rencontre furtive avec le Saint Père et d’un acquiescement ambigu de sa part quand elle lui a parlé de son combat pour l’Union Civile. Elle n’a toujours pas compris la gravité de l’Union Civile (qui déshumanise les personnes homosexuelles et célibataires, et tout lien humain, au final), ni que le Vatican est très clair non seulement à propos du « mariage gay » mais des Unions Civiles, qu’il ne valide pas : « Il n’y a aucun fondement pour assimiler ou établir des analogies, même lointaines, entre les unions homosexuelles et le dessein de Dieu sur le mariage et la famille. Le mariage est saint, alors que les relations homosexuelles contrastent avec la loi morale naturelle. Les actes homosexuels, en effet, ferment l’acte sexuel au don de la vie. Ils ne procèdent pas d’une complémentarité affective et sexuelle véritable. Ils ne sauraient recevoir d’approbation en aucun cas. » (Document de la CONGRÉGATION POUR LA DOCTRINE DE LA FOI, « Considérations à propos des projets de reconnaissance juridique des unions entre personnes homosexuelles« , 2003). Je répète : « MÊME LOINTAINES » ! « Reconnaissance juridique des UNIONS » ! Alors soit Frigide Barjot est bouchée – ce dont je doute -, soit elle fait preuve d’une homophobie et d’un orgueil sans pareil. Il n’y a que le père Emmanuel d’Andigné et les Nantais/Angevins pour s’y laisser prendre. Et bien sûr, personne – à part moi, puisque la plupart des gens sont homophobes et n’y connaissent rien à l’homosexualité – ne lui tiendra tête et ne filera trois baignes (méritées) pour calmer la capricieuse.

 

N.B. : Pour comprendre l’Union Civile, je vous renvoie soit à la lecture de mon livre Homo-Bobo-Apo, soit à l’écoute de mon livre.

Suppression définitive de mes comptes Facebook et Twitter : le Pape François soutient l’Union Civile

 

Bon, puisqu’il s’avère que le Pape François soutient effectivement l’Union Civile (l’Union Civile, contrairement à ce qu’écrit Frigide Barjot, remplace la différence des sexes par l’hétérosexualité, et donc supprime la sexualité : elle a autant de conséquences graves sur la filiation que le « mariage gay »), je pense que je vais me barrer définitivement de Facebook et de Twitter. Je n’ai plus rien à y faire. Je ne suis quasiment pas écouté ni relayé : je n’y suis qu’épié, incompris et méprisé. À quoi ça sert de vous parler, alors?
 

Le problème n’est pas tant l’aveuglement du Pape que le silence général et l’homophobie des catholiques, en particulier français, qui n’ont pas écouté ni soutenu ce que j’ai dit sur le Gender et l’hétérosexualité. Pourtant, il me semble avoir été clair sur la gravité de l’Union Civile. Il me semble aussi avoir été clair sur la gravité de la pratique homosexuelle. Il me semble avoir été clair sur la dangerosité du cardinal Sarah. Le soutien massif des pseudos « catholiques » actuels au cardinal Caffarra (décédé) et au cardinal Sarah, au discours creux, homophobe et catholiquement correct, prouve qu’ils n’ont absolument rien compris au « mariage gay » et que le boboïsme ritualiste d’extrême droite et le boboïsme gauchiste se sont généralisés à l’intérieur de l’Église. Vous relayez tous les autres « intellectuels » catholiques sauf moi, alors qu’en plus, ils ne vous racontent que de la merde, du prêt-à-penser, et déversent leurs méta-vérités. Je n’ai jamais vu pareille mauvaise foi de votre part. J’ai décidé de ne plus donner de perles aux cochons.
 

Si vous voulez me contacter, vous avez mon blog. Si vous voulez des réponses, vous avez mon livre HOMO-BOBO-APO et mon blog. Je finis la traduction en espagnol que je publierai sur l’Araignée du Désert, et voilà. Vous avez tout. Il vous suffit juste de vaincre votre monstrueuse paresse et votre mauvaise foi. Bon vent à vous, dans cette océan de nullité, de narcissisme et de bêtise qu’est Facebook. Je suspends mon compte ce soir.
 

 

C’est dur d’entendre le Pape que j’aime raconter des conneries…


 

Je découvre à l’instant le soutien par défaut du Pape François à l’Union Civile dans le livre d’entretien Politique et Société. Et ça me fait vraiment mal, car il n’a pas compris la gravité de cette loi. Je vois bien dans quel sens il la promeut : comme un moyen par défaut de contourner le « mariage gay », et par une crispation infantile, romantique et pseudo dogmatique au mot « mariage ». Mais c’est de la compromission et du marchandage de la Vérité quand même, troc donc se saisissent évidemment des personnalités homophobes gays friendly comme Virginie Tellenne (alias Frigide Barjot). Je ne sais pas qui entoure le Pape François, mais ce dernier n’a toujours pas compris le Gender (qu’il lobbyise pour ne pas l’analyser comme ce qu’il est : l’hétérosexualité) ni l’hétérosexualité ni le « mariage gay » (Union Civile masquée).
 

Cette sacralisation hystérique du mot « mariage », au détriment de la réalité du mariage même, sacralisation typique du boboïsme ritualiste, je me souviens l’avoir entendue de la bouche d’une bonne mère de famille catholique qui m’avait reconnu avec enthousiasme, en février dernier, à l’église Notre-Dame de l’Assomption, à Paris, à la fin d’une messe. Elle avait envie de venir à ma conférence de Jean Zay sur l’homosexualité, d’ailleurs. Malgré son intérêt pour mon message (ce qui est déjà louable et montrait qu’elle avait déjà un peu plus de culture que bien des militants de La Manif Pour Tous), j’entendais qu’elle n’avait absolument rien compris à ce que je dis, rien compris à la dangerosité de l’hétérosexualité, de l’Union Civile, ni même finalement à la réalité du « mariage gay », puisqu’elle me tenait exactement le discours insipide du Pape François : « Le problème dans cette loi du mariage pour tous, c’est juste de donner le mot ‘mariage’ aux unions homosexuelles. » Sous-entendu, l’Union Civile est un bon compromis, eût été un lot de consolation nécessaire pour éviter la catastrophe. Les catholiques même un peu informés dissocient artificiellement (et pour se rassurer) le « mariage gay » et l’Union Civile, sans voir que ce sont une seule et même loi, et que derrière, c’est la même réalité intentionnelle (l’hétérosexualité, autrement dit la justification de toutes les formes d’« amours », y compris et surtout l’« amour homosexuel »). Chez la très grande majorité des catholiques, ce protectionnisme du mot « mariage » délaissant la réalité du mariage, je le décris abondamment dans mon chapitre sur les « bobos cathos anars d’extrême droite » de mon dernier livre HOMO-BOBO-APO, ainsi que dans le chapitre sur l’Union Civile (p. 38), comme la « Grande Apostasie ».
 

Je suis navré que le Pape cède à l’esprit du monde. Et je pense qu’il est en train de faire LE fameux faux pas que je décris à la page 285 de mon chapitre III. Et je précise que le dérapage du Pape ne porte pas, comme les mauvais catholiques le croient, sur la question des migrants (car là, je le soutiens à 100 %), mais bien sur le Gender et l’hétérosexualité (donc l’Union Civile et l’homosexualité). Et je pense que je serai à peu près le seul à le voir et à le dénoncer.
 

 

 

Je pars me flinguer. À quoi ça sert ce que j’écris? Les catholiques ne comprennent rien à rien.
 

 

Frigide Barjot fait encore des siennes

 

Si le Pape François a effectivement dit textuellement, dans son interview-confidence écrit par Dominique Wolton à paraître le 6 septembre prochain, que « l’Union Civile est la solution », comme le prétendent abusivement les journalistes de France 2 hier en faisant mine de le citer (cf. la 25e minute du JT), là, très franchement, il me ferait peur et je cesserais de lui accorder ma confiance. Je vous presse à lire tout le chapitre de mon nouveau livre dédié à la gravité de l’Union Civile (le pdf ; ou le livre papier). Cette question de l’Union Civile est centrale. C’est LE point de crispation entre Dieu et Satan, car il concerne l’hétérosexualité. Et nulle grandiloquence ou excès dans ma dernière formulation.
 

(Évidemment, je m’oppose au discours sans argument, homophobe ET gay friendly de Virginie Tellenne, qui se sert de l’homosexualité comme faire-valoir pour ne pas l’analyser. Et si elle veut la guerre, elle l’aura.)

La lente déroute du journalisme « catholique » (les mauvais articles de Famille Chrétienne)


 

Quand je vois la réaction indignée et impuissante de la majorité des Pro-Vie français face à la décision du Comité d’Éthique de valider la PMA sans père, je pleure sur la paralysie intellectuelle de nos journalistes et des catholiques français, dont l’incompétence est manifeste. Par exemple, ils applaudissent, comme au bon vieux temps du collectif Homovox (collectif qui a toujours défendu le « mariage gay », l’Union Civile et la pratique homosexuelle) pendant le « mariage gay » en 2013, une Marie-Jo Bonnet (qui par ailleurs est pro « amour » homo, donc finalement pro-mariage-gay et pro-GPA) uniquement parce qu’elle s’affiche comme « homosexuelle opposée à une loi qui passe en son nom. ». Juste ça (cf. le mauvais article de Pierre Jova sur Famille Chrétienne). La majorité des catholiques se sert des personnes homosexuelles au mieux comme « témoins-vitrine » redisant des évidences peu fondamentales (« L’enfant n’est pas un droit. »), au pire comme caution pour transformer le « lobby gay » en « terrible dictature » et ne pas assumer leur propre homophobie. Pendant ce temps-là, ils alimentent les causes (la croyance en l’« amour » homo) dont ils condamnent les conséquences législatives/concrètes, ne remettent pas une seule seconde en question l’Union Civile (alors que la GPA était déjà passée avec l’Union Civile), ne proposent aucune réflexion sur l’homosexualité (et encore moins sur l’homophobie et l’hétérosexualité). C’est le surplace. Effrayant. La plupart des catholiques français, toujours aussi orgueilleux et à la nuque raide, n’ont encore pas compris la primauté de l’homosexualité ni la Loi Taubira. Ils sortent les personnes homos de leur boîte comme des clowns tristes qui les soulagent un peu. C’est lamentable.

Le faux suspens de la PMA sans père

Aujourd’hui, le Comité d’Éthique doit se positionner sur la PMA pour les « couples » lesbiens, les mères célibataires et les couples stériles. Certains annoncent un retour des manifestations de rue. Ils se trompent. Et cet effet d’annonce prouve leur aveuglement homophobe. La #PMAsansPère va passer et elle n’enverra jamais la foule de 2013 battre le pavé. Elle n’a ni la puissance de l’homosexualité ni du mariage. Les manifestants contre le « mariage gay » qui pensent le contraire n’ont toujours pas compris la primauté de l’homosexualité dans l’affectif mondial et le débat social, ni l’importance de l’Union Civile (supérieure, en influence, à celle des avortements!), n’ont pas compris la Loi Taubira. La loi la plus grave était l’Union Civile, et l’Union Civile était déjà la PMA sans père. L’homophobie de la Manif Pour Tous est affligeante.

Une bonne fois pour toutes, Frigide Barjot, TAIS-TOI et ARRÊTE DE DÉFENDRE L’UNION CIVILE

Capture d’écran 2016-04-25 à 09.39.45
 

Une bonne fois pour toutes, Frigide Barjot, TAIS-TOI et ARRÊTE DE DÉFENDRE L’UNION CIVILE (en te servant du Pape François !). Il faut te le dire en quelle langue pour que tu comprennes ?? (parce que visiblement, en espagnol, ça ne marche pas !…)
 

1) L’UNION CIVILE SANS FILIATION EST UN MYTHE qui t’est personnel et qui cache ta croyance infondée en « l’amour homosexuel », croyance dont tu refuses de parler parce que tu n’as pas d’arguments tangibles à m’opposer et à apporter pour la justifier. De plus, réduire le « mariage gay » a un problème uniquement de filiation et d’enfants est une hystérie nataliste autant qu’une réduction homophobe : tu oublies déjà le mal que font l’Union Civile et le « mariage gay » aux personnes homosexuelles !
 

2) LE PAPE FRANÇOIS N’EST PAS D’ACCORD AVEC L’UNION CIVILE (point n°251 de l’exhortation Amoris Laetitia : « il n’y a aucun fondement pour assimiler ou établir des analogies, même lointaines, entre les unions homosexuelles et le dessein de Dieu sur le mariage et la famille ») ET N’EST PAS D’ACCORD AVEC TA JUSTIFICATION DE « L’AMOUR HOMOSEXUEL », « amour » auquel il ne croit pas.

 

Alors, de grâce, arrête de parler à sa place, de te servir de lui, de nous conduire dans l’impasse d’un « moindre mal » qui aboutit, que tu le veuilles ou non, au mal du « mariage pour tous », car l’Union Civile et le « mariage gay » sont exactement la MÊME RÉALITÉ INTENTIONNELLE, SENTIMENTALE ET SYMBOLIQUE de justifier un « amour universel avec ou sans différence des sexes » !