Philippe Ariño a été interviewé par la journaliste polonaise Monika Holvoote pour le journal Christianitas, très connu en Pologne. Et comme les Polonais ne font pas les choses à moitié, l’entrevue fait 16 pages et a respecté à la lettre l’esprit et les mots de l’auteur. Elle a été publiée le 3 janvier 2017 et risque de faire l’effet d’une bombe. Elle vient compléter l’interview radio de Nathalie Cardon à Lourdes, ainsi que la sortie du dernier livre de Philippe Ariño, Homosexualité, la Priorité niée. Voici en intégralité la traduction originale ci-dessous. Vous pouvez également souscrire à la page Facebook de Christianitas. Bonne lecture.
 
 

 
 

– Philippe Ariño, la lecture de tes « codes homosexuels » donne une image triste de l’homosexualité. Notamment, tu parles de la violence qui fonde le couple homosexuel. En quoi consiste cette violence ?
 

Triste lecture dans un premier temps peut-être. Car elle brise des illusions. Mais elle finit bien, rassurez-vous! Car tout lecteur, homo ou pas, est heureux de se reconnaître ou de découvrir dans mon Dictionnaire un reflet de soi inédit, un nouveau monde qu’il croyait fermé, une connivence nouvelle avec l’homosexualité, une proximité insoupçonnée avec les personnes homosexuelles. Au fond, la violence de l’homosexualité vient du fait qu’elle est, en amour et en identité, le rejet de la différence des sexes. La différence des sexes est le socle de notre existence, la condition de l’amour humain. Quand on accueille la différence des sexes, on s’accueille soi-même parce qu’on porte une partie de cette différence des sexes par notre sexuation. Grâce à elle, on accueille également l’autre tel qu’il est, et on peut se donner à lui pleinement. C’est le miracle permis par la sexualité. L’homosexualité, encore au stade de désir, est une peur de la différence des sexes, de l’Humanité… et quand elle s’actualise, cette peur se transforme inconsciemment en violence et en rejet de l’autre/de soi, de la sexualité et de l’Humanité. En violation de l’amitié, finalement.
 

– La peur ? À la surface, on ne voit aucune peur ou rejet de la différence des sexes chez les personnes homosexuelles.
 

Si. Vous la voyez quand vous regardez de plus près notre passé. Avant même de sentir un désir homosexuel, nous, personnes homosexuelles, avons eu peur de ne pas être « un vrai mec », de ne pas être « une vraie fille ». Dès le départ, nous avons eu peur de notre sexuation, donc de la part de différence des sexes qu’intègrent notre identité, notre corps. Bien avant que la différence des sexes soit reliée à la relation aux autres, à une conjugalité, au mariage ou à la procréation, notre peur était déjà existentielle, identitaire, personnelle. Nous avons eu peur d’être ce que nous sommes, et après, forcément, peur d’intégrer l’altérité sexuelle des autres, avec les autres. Quand j’interroge mes amis durablement homosexuels, ils me disent tous qu’à l’origine, ils ont cru qu’ils n’étaient pas comme les autres. Ils ont fait de leur sentiment de différence une raison de se séparer des autres, et un élan érotique pour les rejoindre plus tard à l’âge adulte dans la fusion narcissique.
 

– Elle vient d’où, cette peur ?
 

En général, elle vient d’un mauvais rapport à notre propre corps, à nos semblables sexués, à nos parents, à notre existence, bref, d’une relation blessée. Même si, avec le temps, nous jouons la carte de la fierté, surjouons même une masculinité que nous pensions avant étrangère à nous, faisons de la musculation ou adoptons une attitude cinématographique, c’est une carapace, un vernis. En fait, nous avons une vision très violente des hommes et une vision très violente des femmes. Ou bien, très esthétique, très extérieure. La femme fragile, limitée, nous ne l’aimons pas beaucoup. Chez les femmes, nous adorons la surféminité et chez les hommes – l’éternel masculin, « l’homme tout puissant ». Je pense que nous avons eu peur de cette force et de cette fragilité, alors qu’à mon avis, la « douceur de la force », la « force fragile » est l’essence même de la masculinité, comme d’ailleurs de la féminité.
 

– Philippe, tu t’es fait connaître lors de la Manif pour tous* en tant qu’opposant homosexuel au projet de loi ouvrant le droit au mariage à des personnes homosexuelles. Tu as donc une bonne vision de l’impact social de l’homosexualité. Est-ce que l’homosexualité est un enjeu politique?
 

Assurément oui. Même si beaucoup ne veulent pas lui voir donner trop d’importance et trouvent qu’on en entend trop parler avant même d’en avoir parlé. Quand elle reste à l’état de désir ou d’attraction, elle est quelque chose d’anodin. En revanche, quand elle est actée, et après, justifiée légalement, nationalement, internationalement, médiatiquement, politiquement, tout d’un coup, elle prend une place démesurée. Pourquoi? Parce que la différence des sexes est humaine et universelle, et le rejet de celle-ci – par l’homosexualité active – par conséquent aussi. Ceux qui me disent qu’il faut cesser de voir de l’homosexualité là où elle ne serait pas, qu’il y a des choses bien plus graves telles que le chômage, les guerres, le terrorisme, le clonage, la crise migratoire, l’Islam, sont vite rattrapés et contredits par les événements : je pense notamment à l’homosexualité inattendue du djihadiste d’Orlando aux États-Unis (Omar Mateen), ou bien encore à la bisexualité du tueur islamiste au camion à Nice (Mohamed Bouhlel), dont les médias ont très peu parlées. Comme l’homosexualité est le seul mal au monde qui n’est pas identifié comme tel parce qu’il est appelé « nature » ou « amour », c’est logique qu’elle serve d’alibi et de rideau rose pour justifier et cacher tous les maux, les violences et les lois humanistes homicides de la terre. Par exemple, lors des récents débats sur l’euthanasie en France, on retrouvait partout Jean-Luc Romero*, homme politique qui justifie à la fois l’euthanasie et sa pratique homosexuelle. Sur la scène politique internationale, l’homosexualité sert fréquemment d’instrument de chantage affectif pour imposer n’importe quelle loi ou idée, y compris sur des thématiques qui n’ont rien à voir avec elle : le mariage, l’écologie, l’éducation, la religion, etc.
 

– Mais pourquoi l’homosexualité serait un instrument de chantage ? Qu’y a-t-il derrière ?
 

Il y a des choses qui font peur : la souffrance, la peur et parfois même la violence, accentuées par une quasi totale ignorance de celles-ci et un fort déni social autour de celles-ci… ce qui donne à l’homosexualité un pouvoir encore plus fort de dissuasion et de censure. Ainsi, comme un tabou violent qu’on rêve anodin, elle attire autant qu’elle dégoûte et indiffère. En plus, avec elle, il est facile d’exciter ou d’émouvoir les foules et de s’en servir comme épouvantail. En effet, l’homosexualité est un terme flou qui amalgame fantasme, acte et personne, trois réalités liées mais pourtant distinctes pour des raisons de liberté. Et c’est cette confusion qui la rend si imposante et troublante à la fois. On se dit qu’en dénonçant la violence et/ou l’irréalité des actes homos, on va commettre le crime irréparable de « juger des personnes », de « juger l’amour », qu’on va vivre la mort sociale de la présomption d’homophobie, voire même la présomption d’homosexualité latente/refoulée ! L’homosexualité, de part son statut de « nature » – alors qu’elle n’est pas une nature –, et d’« amour » – alors qu’elle n’est pas de l’amour –, en impose. Et comme il y a beaucoup d’ignorance autour, elle devient un instrument de chantage extrêmement puissant. Actuellement en Occident, nous, personnes homosexuelles, avons un pouvoir phénoménal. Nous gagnons les concours de téléréalité, nous sommes dans les médias, nous avons une place confortable en politique. Personne n’ose nous contredire ou nous dire malheureux. Nous sommes les rois du pétrole !
 

– Et ça passe par le lit?
 

Il y a le lit, mais aussi le copinage. À part cela, comme les gens sentent qu’il y a un lourd secret derrière notre coming out, nous, personnes homosexuelles bénéficions d’un capital sympathie et d’un capital solidarité. Déjà le SIDA a créé une empathie et a renforcé l’omerta. L’homosexualité s’est drapée de misérabilisme. Elle suscite des émotions de compassion très fortes mais aussi très refoulées. Les gens veulent en rire ou s’en foutre, et ils ne savent pas comment.
 

– Qui sont les militants LGBT ? les « homos » ?
 

Il y en a, bien sûr, des personnes « homosexuelles » déclarées qui sont d’accord pour servir de caution morale, de potiches ou de reines de carnaval. Mais en général, nous sommes très peu nombreuses à nous engager politiquement et à nous montrer. Quasiment toutes se disent « hors milieu », se désintéressent de leur reconnaissance sociale et politique. Par exemple peu savent que le président de l’inter-LGBT en France est Nicolas Gougain*. Aussi incroyable que ça paraisse, le lobby LGBT est avant tout hétérosexuel, et porté par les gens qui se disent « hétéros » et qui veulent notre bonheur dans l’« amour » homo à notre place (et pour se venger de leur mariage raté et douloureux) !
 

– Tu penses à des membres de la classe politique ?
 

Oui, à François Hollande, Najat Vallaud-Belkacem, Christiane Taubira, Dominique Bertinotti*, à tous ces gens qui se prévalent de leur « hétérosexualité » pour prouver qu’ils sont bons, et que s’ils s’occupent d’homosexualité, c’est par pure gratuité, innocence, solidarité, altruisme, ouverture à un monde qui n’est pas le leur mais un peu quand même.
 

– Ce qui est faux.
 

Oui, c’est faux, car ils nous aiment davantage pour l’image que nous leur donnons que pour résoudre vraiment nos problèmes. Ils gagnent énormément en pouvoir, en carrière. Par exemple, Erwann Binet* était un député qui sortait de nulle part, mais vraiment, de nulle part! Et tout d’un coup, il s’est vu porter le projet de loi en faisant croire, en plus, que c’est juste un acte citoyen.
 

– Et Pierre Bergé*, est-il un personnage-phare du mouvement gay?
 

Certains voudraient voir en lui le chef caché d’un terrible Empire totalitaire, le parrain d’une mafia souterraine extrêmement puissante infiltrée dans les médias et la politique. C’est sûr que pour avoir autant d’influence dans les médias, il faut des sous, mais ça ne vient pas de Pierre Bergé exclusivement. Pierre Bergé lui-même reçoit son argent d’un lobby hétéro gay-friendly, autrement dit, du lobby libertaire. Ce lobby veut banaliser la différence des sexes avant de la neutraliser et surtout veut faire de la volonté/sensibilité individuelle le constructeur et le gestionnaire du monde. L’individualisme libertaire dit : J’ai le droit d’aimer qui je veux, j’ai le droit de décider qui je suis. Du moment où je ne dérange personne, j’ai le droit. Hétérosexualité : culte de l’altérité absolue ! Tout est possible si on le veut et on le sent vraiment !
 

– Le mouvement pro-gay ce sont donc, d’une part, des militants homosexuels locaux et, d’autre part, de gros joueurs politiques hétéros?
 

C’est surtout eux. Ayant fait partie de beaucoup d’associations homosexuelles, que ce soit étudiantes, chrétiennes, politiques ou festives, je trouve qu’il n’y a pas de forte promotion de la culture gay par les personnes homosexuelles. Par exemple le centre LGBT à Paris n’est pas très fréquenté. Ils ont du mal à rameuter du monde parce que les droits pour lesquels on lutte sont des abstractions; et les slogans des gay-pride, franchement, font suer tout le monde. Je ne dis pas qu’il n’y a pas une visibilité homosexuelle qui va crescendo dans les médias et dans la rue. Je constate juste que plus elle se généralise, s’exhibe, et plus elle se dilue, ne s’assume pas, et lutte contre elle-même et pour son invisibilité, son « droit à l’indifférence »…
 

– Oui, mais il y a des parades gay. L’image d’un « homosexuel » est celle d’un pervers qui, en plus, détourne des symboles religieux.
 

C’est vrai. C’est une image qui marque l’imaginaire collectif. Mais les gens comprennent de plus en plus son caractère isolé et homosexuellement anormatif. Ceux qui s’affichent – les drag-queens, les soeurs de la perpétuelle indulgence* ou les gars qui sont torse-nu –sont une extrême minorité. Il n’y a pas beaucoup de personnes homosexuelles qui défilent. La plupart des personnes homosexuelles ne s’identifient pas aux « homos visibles ». Les gens qui vont aux gay prides sont majoritairement des hétéros. Je le sais parce que j’étais enseignant au lycée et j’ai constaté qu’aux rares Marches des Fiertés où je suis allé, s’y trouvaient énormément de mes élèves (pas du tout homos) ! Ce qui est difficile à comprendre c’est que la communauté homosexuelle a été créée par ceux qui se présentent comme hétéros pour cacher leurs angoisses, leur libertinage, leurs divorces, leurs adultères, leur mépris de l’Église. L’activisme homosexuel, pour moi, vient de toutes les personnes qui veulent régler des comptes avec le mariage, avec la différence Créateur/créature, avec la relation homme/femme telle qu’elle est conçue par l’Église. Le lobby LGBT n’est pas un lobby homosexuel. C’est le lobby hétéro gay-friendly.
 

– C’est complètement l’inverse de ce qu’on pense !
 

Bien sûr. Ce qui est affreux c’est que les gens s’imaginent encore que nous, personnes homosexuelles, réclamons les droits qu’on nous fait porter. Alors que « le mariage pour tous » c’est un cadeau imposé. À part un ou deux couples qu’on a vus à la télé, aucune personne homosexuelle ne l’a demandé. Nous avons eu juste peur de le refuser. Et on nous a utilisées comme faire-valoir de « démocratie ».
 

– Et comment se présente la situation du « bon » côté de la barricade? En 2012, tu as rejoint le collectif « La Manif Pour Tous », mais depuis la promulgation de la loi sur le « mariage-gay », tu t’en es détaché, et même, devenu très critique.
 

Je m’en suis détaché dès le départ. Dès que j’ai compris que les leaders du mouvement ne voulaient pas revenir sur l’Union Civile et ne voulaient pas parler de la Loi Taubira en elle-même (sinon, ils auraient été obligés de parler d’homosexualité et donc de me céder leur place), mais uniquement de ses conséquences sur la filiation une fois la loi votée. Ils partaient d’office perdants, en tolérant que la loi passe dans sa version amoureuse, sentimentale, romantique, cérémoniale à la mairie. Ils avaient déjà tout lâché bien avant la création de LMPT. Paradoxal pour un mouvement qui s’est choisi comme slogan « On ne lâche rien ! ». Et ils se sont servis de l’enfant comme d’un objet… exactement comme les promoteurs de la GPA (Gestation Pour Autrui), finalement.
 

– Ils se sont opposés à la loi sans l’analyser?
 

Effectivement. Par peur de l’accusation d’homophobie, et au fond parce qu’ils ne connaissent pas la réalité amoureuse des personnes homosexuelles et ne croient plus en la véracité du jugement que pose l’Église sur celle-ci, ils ont préféré ne traiter que des ramifications de la loi pour ne pas s’attaquer à sa racine idéologique et affective : l’homosexualité, et la justification sociale de « l’amour homosexuel » en tant qu’amour universel. Ils n’ont pas osé dénoncer la loi !

C’est extrêmement étonnant parce qu’ils se sont donnés l’impression du contraire. Ils annoncent victoire sur victoire, alors que concrètement, nous enchaînons les défaites. Ils font croire au réveil d’un grand mouvement de consciences, alors qu’en fait, la mobilisation reste très intuitive, instinctive, peu réfléchie et dénuée d’arguments qui peuvent tenir tête au rouleau compresseur de « l’amour et de l’homosexualité » en face. Déjà, rien que le nom du mouvement – la « Manif pour tous » – indique une soumission mimétique et bête au « Mariage pour tous »*. Beaucoup de gens au sein de la Manif et au sein de l’Eglise ne se sont pas reconnus dans le message qui était très centré sur la filiation, alors que le mariage concerne tout le monde : les époux avec ou sans enfants, des veufs, des célibataires, des divorcés, des personnes homosexuelles, etc. Beaucoup se sont sentis mal à l’aise aussi de devoir cacher leur foi. Pour ma part, j’ai été éjecté de la Manif parce ce que j’étais le seul en France à parler publiquement de l’homosexualité mais également en lien avec Jésus et la continence (abstinence pour Jésus). La Manif pour tous a travesti énormément de désirs de réflexion sur l’amour humain. Les leaders ont eu peur de parler de sexualité. Ils disent encore aujourd’hui que la sexualité relève du privé…
 

– Et elle ne relève pas du privé?
 

Non, puisqu’elle est ouverte à la Vie et elle est don. Elle n’existe qu’en partage et tournée vers autrui. La sexualité n’est pas réductible uniquement à la génitalité, à la sentimentalité, à la conjugalité et à la procréation. C’est aussi la sexuation, donc la personne et tout son rapport au monde. On est en sexualité quand on fait de l’art, de la politique, quand on s’engage pour les autres, en tant qu’homme ou femme. En fait, LMPT est rentrée complètement dans le discours des pro-Mariage pour tous, parce qu’eux aussi sont pour la vie (« la vie » en tant qu’« énergie et volonté de faire ce qu’on veut »), eux aussi sont pour la famille (car ils prônent toutes les formes de « familles »), ils sont même contre le Gender et le disent ouvertement (« Nous voulons casser les stéréotypes du genre ») ! Tous ça parce que nos leaders n’ont pas voulu parler de l’homosexualité, de l’hétérosexualité et de l’homophobie.
 

– Il paraît que la Pologne est encore loin de l’institution du mariage pour les personnes du même sexe. Dans la logique du mouvement qui milite pour cette loi, on passe d’abord par la légalisation de l’Union Civile. Tu peux dire brièvement en quoi consiste le mal de l’Union Civile?
 

L’Union Civile est la première loi qui mondialement a remplacé l’être humain par une orientation sexuelle, donc qui l’a réduit à ses sentiments (comme s’il était un ange), à ses actes (comme s’il était un robot asexué ou/et un animal) et à ses possessions matérielles (comme s’il n’était que ce qu’il veut/fait/a). Elle a violé les Droits de l’Homme en les travestissant en « droits des homos et des hétéros » puis en « droits du ressenti amoureux individuel vécu comme universel ». En résumé, l’Union Civile est antéchristique. C’est l’Homme qui se prend pour Dieu. Cette alliance, qui remplace le mariage et la différence des sexes par le partenariat asexué, est extrêmement grave. Elle a fait de tout lien humain un contrat commercial sans engagement réel et a déshumanisé les personnes homosexuelles en se servant de leur fragilité et leur orgueil. Elle est non seulement le « mariage gay » déguisé (ce fut particulièrement manifeste en Italie) mais aussi la première loi homophobe au monde, qui a entériné le remplacement dramatique de la différence des sexes par l’hétérosexualité.
 

– Philippe, pourquoi, dans tes livres L’homosexualité en Vérité, L’homophobie en Vérité et, sur ton blog, développes-tu l’idée que l’homosexualité n’est pas de l’amour? Dans un couple homo, il y a l’amitié, les sentiments, le respect, parfois l’engagement ou la fidélité – toutes ces valeurs qui sont mises en avant par des sympathisants des couples homosexuels. Même dans certains milieux catholiques on dit que les unions homosexuelles peuvent évoluer vers agapè. Dans un document synodal, il est dit qu’il existe des cas [d’unions homosexuelles] où le soutien réciproque jusqu’au sacrifice constitue une aide précieuse pour la vie des partenaires*.
 

L’attribution du mot « amour » à toute union de personnes voulue amoureuse ou idyllique ne suffit pas à rendre cette relation aimante. Par exemple, une mère possessive soutient qu’elle aime vraiment son enfant ; en revanche, concrètement, elle l’étouffe. L’amour vrai est avant tout un don et a ses lois. On ne se l’attribue pas et on ne l’invente pas à deux, même entre personnes adultes et consentantes. Une de ses lois, c’est l’accueil de la différence, et surtout de la différence des sexes qui est le socle de notre humanité et de l’ouverture à la vie. En effet, dans notre vie, dès que nous n’accueillons pas la différence, c’est que nous n’aimons pas. Moi, j’ai vécu des relations homosexuelles et je peux dire qu’elles contiennent leur part de satisfaction et d’amitié (même si elles deviennent une amitié ambiguë parce qu’amoureuse, donc compliquée, dénaturée) mais qu’elles n’étaient pas de l’amour vrai. Et je fais le même constat avec des « couples » homos de mon entourage, y compris les plus durables et les plus respectables. Dans la relation homosexuelle, la part de plaisir, de sincérité et de bonheur liée à l’amitié, est présente. Il y a apparemment tout ce qui fait partie du couple. En revanche, il n’y a pas la sexualité. L’homosexualité est une sexualité sans sexualité, c’est-à-dire sans différence des sexes. C’est pour cela qu’elle fait vivre des amours complexes, inabouties, fragiles. La sexualité c’est ce qui permet de se donner pleinement et d’être complété, pleinement donné et reçu, comblé et parfois fécond. Les unions homosexuelles ont leur part de satisfaction, mais ne sont ni les meilleures ni aussi comblantes et complémentaires que certaines relations femme-homme dans le mariage et que certains célibats consacrés dans la vie religieuse.
 

– Et pour l’identité: on dit « un homosexuel ». Toi, tu ne le dis jamais…
 

Je préfère dire « une personne homosexuelle ». Dire « un homosexuel », ça essentialise le désir homosexuel. « Les homosexuels » en tant qu’espèce n’existent pas. L’idéal, ce serait de dire « un homme, une femme habité(e) par une attraction plus ou moins durable envers la personne du même sexe ». Néanmoins, pour des raisons pratiques de compréhension et de discrétion, et pour éviter l’adjectivation sèche « un homosexuel »/« une lesbienne », la périphrase « personne homosexuelle » constitue un bon compromis. Actuellement, il y a un sigle reconnu internationalement, venu des milieux évangélistes américains : SSASame Sex Attraction, mais il peut être stigmatisant du fait de remplacer un être humain par des lettres. Le terme « personne homosexuelle » est incomplet, mais il a au moins le mérite de dissocier la personne de la tendance.
 

– Quels sentiments traversent une personne homosexuelle croyante dans son quotidien d’Eglise?
 

C’est compliqué. Car nous pouvons vivre de grands moments de dépression, de tristesse, de révolte, de dégoût, de découragement, couplés à de grands moments de libération et de jubilation. Étant souvent très sensibles, à fleur de peau, exigeants, intelligents, fins analystes, nous vivons très mal nos chutes ou rechutes, nos fragilités, notre condition homosexuelle. Nous avons du mal à nous pardonner d’être « comme ça ». Et comme nous ne comprenons pas toujours pourquoi notre corps, notre cœur – et même notre foi ! – nous entraînent vers ceux que nous ne pourrons jamais aimer vraiment, nous sommes tentés de rentrer en révolte envers nous-mêmes, envers l’assemblée dominicale, envers l’Église toute entière, un peu comme un célibataire qui crise de se sentir seul au milieu d’une foule apparemment « heureuse » et familiale. C’est ce genre de décalages vertigineux ! Même si nous pouvons connaître de longues phases de repos (parfois trois-quatre ans sans la moindre tentation), nous vivons extrêmement mal les turbulences de notre désir, les « intermittences du cœur » dont parle Marcel Proust. Ça peut devenir physique, viscéral, très violent. Au tréfonds de nous-mêmes, nous ressentons un grand besoin d’amour et d’engagement, mais aussi l’impossibilité de le voir exaucé.
 

– Quels sont les inconvénients d’être la personne homosexuelle et fidèle catholique ?
 

C’est plus qu’un inconvénient. C’est une Croix ! C’est une contradiction existentielle quasi imposée. Dans l’homosexualité, l’appel ecclésial à l’indigence est une douleur vive et lancinante qui ressemble parfois à un sadisme divin, à un supplice, à une folie, à un problème insoluble, à une maladie. À toi homosexuel, on t’annonce que, si tu veux vivre en conformité avec ce que te demande l’Église, tu dois abandonner un des cinq sens humains les plus importants pour être heureux : le goût. Tu dois manger sans sentir la joie de ce que tu ingères. Tu dois renoncer à la jouissance, à la chair, et même aux sentiments amoureux. En gros, tu aimes et vis sans plaisir ! On t’annonce que, pour être pleinement heureux, tu dois passer à côté de ces bonheurs simples et souvent intenses que sont la tendresse et le couple. Et démerde-toi avec ça pour aimer quand même ! En réalité, en étant homo et catho, tu es attiré par ce que tu ne peux pas aimer ; et tu es révulsé par ce qui seul pourra te permettre d’aimer (= le mariage femme-homme aimant ou le célibat consacré). Pareil : démerde-toi avec ça pour trouver la sortie !
 

– Et quels en sont les avantages?
 

D’abord c’est la grande liberté. Après, ce sont les rencontres rares, drôles, fulgurantes, solides et improbables : sans rire, j’ai remarqué qu’être homo et catho nous ouvre la porte de quasiment tous les cœurs. Y compris des gens qui ne veulent pas le donner à des ministres de l’Église officielle. Et enfin, le grand avantage de l’assortiment homosexualité/catholicisme, il me semble que c’est l’humilité. L’homosexualité n’est forte que d’être faible et au service de la foi. Vécue dans la foi, elle contient sa puissance et sa propre mort.
 

– Comment on vit la continence au quotidien et qu’est-ce qui aide à la maintenir?
 

Xavier Thévenot désignait la continence comme la « Voie Royale ». La continence, c’est pourtant le début des vraies tentations: c’est au moment où tu parviens à être vraiment continent que tout d’un coup, sans que tu n’aies rien calculé, les opportunités amoureuses sérieuses se présentent ! En voyant ça, on a comme une envie de se tourner vers Jésus en lui demandant s’il le fait exprès ! Il n’y a pas de vrai bonheur sans la Croix, sans combat, sans renoncement à soi. Ainsi l’a voulu Dieu pour que nous aimions. Elle a une saveur unique, intense, amère, indépassable et divine, cette beauté fraternelle qui n’apparaît que dans la limite fixée par la Croix de Vérité du Christ.

Ce qui peut aider à être continent, c’est la douleur de la perspective de se priver de l’Eucharistie. Je sais qu’en vivant l’adultère/le concubinage, je n’aurais plus accès à l’Eucharistie et je ne le supporterais pas. En 2010, c’est ma non-conformité avec l’état de réception de la Communion qui m’a fait quitter successivement mes amants. Aujourd’hui, l’Eucharistie, c’est la seule Personne qui me retient. Son absence est mon cauchemar autant que sa consommation – que mon état de vie autorise – est ma Joie et mon plus puissant garde-fou.
 

– Quel est l’enjeu de parler ouvertement de son homosexualité? Certes, il est déjà difficile de déclarer publiquement qu’on est « homo » et qu’on vit en couple. Mais celui qui dévoile juste son attraction homosexuelle doit se mettre à dos même les gens d’Eglise.
 

C’est sûr. On se met à dos, d’une part, ceux dans l’Eglise qui sont trop rigides et qui pensent que parler du sujet c’est justifier les actes, et, d’autre part, on se met à dos ceux dans l’Eglise qui pensent qu’on peut tout à fait être pratiquant catholique et pratiquant homosexuel tout en restant « chaste ».
 

– Raconte un peu la réaction de l’ensemble des fidèles catholiques face à l’homosexualité.
 

En discutant avec des catholiques tradis assumés et éclairés, ils en conviennent eux-mêmes de l’homophobie (peur de l’homosexualité et des personnes homosexuelles) globalement observable chez leurs rangs, sans que j’aie besoin d’insister. Ils la trouvent d’autant plus dommageable qu’ils me connaissent en vrai et savent combien je suis plus proche des tradis que des progressistes : « C’est trop bête. N’y aurait-il vraiment pas moyens qu’ils t’écoutent ? » Cela dit, pour rassurer les catholiques tradis qui m’écoutent et me respectent, la pression des milieux catholiques progressistes à l’égard des personnes homosexuelles est autrement plus violente. Car eux, ils nous détestent en croyant nous aimer. Donc ils ne s’en rendent même pas compte.

Les catholiques, dans leur ensemble, font de l’homosexualité un tabou, un « non-sujet », un danger, voire même, par relativisme « charitable », un amour dont il ne faudrait surtout jamais parler. Ils confondent acte homo et personne homosexuelle, ou bien péché et signe de péché. Ils sont tétanisés à l’idée de seulement prononcer les mots « homosexualité » et « homophobie ». À leur décharge, et pour rendre à César ce qui est à César, les personnes homosexuelles, dans l’Église catholique, sont un peu moins mal reçues qu’ailleurs. Car les cathos sont davantage préparés à ne pas juger les personnes selon leurs actes ou blessures. Mais même chez eux, il y a encore de sérieux progrès à faire pour se détendre sur l’homosexualité !
 

– Tu parles du rejet de la part des communautés ecclésiales. Quelle en est la cause ?
 

L’ignorance comme explication principale ; la peur, la bêtise, l’orgueil et la méchanceté, comme explications annexes. Et souvent, le soutien voile ou affiché d’une pratique homosexuelle, voire même une pratique homosexuelle cachée en leur sein.
 

– Quelle est l’attitude des prêtres vis-à-vis des personnes homosexuelles?
 

On est en général très bien accueillis car il y a de plus en plus de prêtres qualifiés. Mais ça arrive encore trop souvent qu’on soit rejetés, malheureusement. Soit parce qu’on tombe sur un prêtre rigide qui confond Vérité et Charité, ou homosexualité et personne homosexuelle. Soit parce qu’on tombe sur un prêtre trouillard qui prend la chose au tragique, qui en fait une affaire d’État, qui sort systématiquement la carte joker « Va voir un psy ». Soit parce qu’on tombe sur un prêtre qui nous accueille trop bien, qui est trop complaisant vis à vis de la pratique homosexuelle. Alors qu’ils avaient une grande soif de Vérité-Charité, beaucoup de mes amis catholiques homosexuels ont été éjectés par certains clercs du fait que ces derniers voulaient trop bien les accueillir par une indifférence gay friendly relativiste. Ils passaient alors de confessionnal en confessionnal, et leur mal-être s’accentuait, au point de quitter parfois définitivement l’Église. Il n’y a que la Vérité qui est attirante, que voulez-vous.
 

– L’homosexualité menace-t-il l’Église?
 

C’est un sujet qui la divise énormément. Je le vois dans les paroisses, les établissements scolaires privés catholiques, les médias chrétiens, les séminaires, le clergé séculier et les monastères… Je pense qu’au moins la moitié des fidèles catholiques croient en l’« amour » homosexuel et sont favorables à l’Union Civile. Et ceux qui n’y croient pas ne savent pas expliquer pourquoi ils s’y opposent ! Il faudrait à mon avis que l’Église fasse mieux que ce qui a été déjà très bien dit dans le Catéchisme. Il ne suffit pas de nous assurer accueil, accompagnement et non-jugement, ni de nous conseiller de gérer comme nous pouvons notre désir homosexuel dans le self control. Il s’agit plutôt de nous donner un vrai chemin de vie, une vocation. Il s’agit de nous proposer quelque chose de grand, de joyeux et de tout donné, en y incluant notre homosexualité : la sainteté dans un apostolat et une oblature consacrés, quoi ! Le haut clergé ne s’est toujours pas risquer à parler de la continence. Ils préfèrent nous proposer timidement la chasteté* qui est une vertu universelle et qui peut être comprise comme un contournement du célibat et une validation tacite de certains « couples » homos. Mais les personnes durablement homosexuelles ne peuvent pas vivre la chasteté dans le couple. Pour elles, la chasteté passe nécessairement par la continence. Malheureusement les gens de l’Eglise ont très peur de le dire. Oser proposer la continence comme meilleur chemin d’homosexualité durable, c’est ouvrir la voie concrète à la sainteté aux personnes homosexuelles. Quelle bombe pour les pharisiens d’aujourd’hui !
 

– Oui, mais pour faire ça, il faut avoir des moyens…
 

Les gens d’Eglise n’ont surtout pas les moyens humains, c’est-à-dire les personnes qui pourraient témoigner de leur foi en tant que personnes homosexuelles continentes. En tout cas, ils n’ont pas fait appel à des gens comme nous. Tant que nous ne sommes pas appelés, nous ne répondons pas.
 

– Oui, mais en parlant des moyens, je pense à la crise dans laquelle est tombée l’Église. Les fidèles, comme tu as dit, croient que l’homosexualité est l’amour et pensent que la pratique homosexuelle sous forme de couple est compatible avec la foi. Le clergé est, pour ainsi dire, inconscient du pouvoir de sanctification que sont les sacrements de réconciliation et d’Eucharistie. Une grande partie du clergé semble oublier que le christianisme est un passage par le trou d’une aiguille, que le Christ nous demande de passer par la porte étroite. Devant l’énormité du problème lié à la décomposition de la famille, devant le besoin d’aller chercher des brebis perdues, l’Église ne montre pas suffisamment que l’issue est le passage par le Christ (la Porte) agissant à travers ses sacrements et par sa Croix.
 

Ce que tu dis rejoint mes réflexions sur la question de la pastorale spécifique. J’ai écrit un texte à ce propos que j’ai envoyé à des évêques. La question n’est pas tellement : Faut-il accueillir ou pas les personnes homosexuelles ? C’est un faux débat puisque l’Eglise accueille/doit accueillir les personnes homosexuelles en tant qu’hommes, femmes et Enfants de Dieu. La question est plus profonde : elle concerne la forme de cet accueil, elle ne concerne pas tant l’accompagnement ponctuelle que la vocation et la responsabilisation. Elle touche donc d’une part au Salut de l’âme après la mort et à l’avertissement du risque de damnation éternelle de la personne homosexuelle en état de péché mortel (ce qui n’est pas une mince affaire à annoncer !), et d’autre part elle touche à l’accompagnement sacramentel des personnes homosexuelles en vue du Royaume et à leur vocation ecclésiale. Il existe d’ailleurs des congrégations religieuses formées par des ex-prostituées, des ex-drogués auxquels l’Eglise fait appel et qui, de par leur abandon de leur pratique désordonnée, peuvent évangéliser. Il ne s’agit pas de proposer une Troisième Voie, comme l’a fait l’association Courage dans le reportage The Third Way, qui enfermerait les personnes homosexuelles dans leur tendance sexuelle, même sous couvert de continence. La personne durablement homosexuelle n’est pas appelée à contourner les deux seules vocations d’amour entier indiquées l’Église, à savoir le mariage et le célibat consacré, mais au contraire, à rejoindre le mariage que les prêtres et les religieux accomplissent sous forme spirituelle et oblative.
 

– Revenons aux trois « H » – Homosexualité, Hétéosexualité, Homophobie – qui reviennent comme un leitmotiv dans tes écrits. Qu’est-ce que c’est l’hétérosexualité…?
 

Le terme « hétérosexuel » est apparu en 1869, un an après « homosexuel ». Avant de désigner une sexualité « bourgeoise », orientée vers la procréation, l’hétérosexualité était au contraire classée au rang des perversions sexuelles et désignait les personnes libertines qui voulaient une sexualité sans règles et sans limites, non encadrée par l’Eglise ou l’Etat. Elles prônaient l’hétérosexualité au sens propre du terme : toute les altérités au niveau de la sexualité, y compris, par conséquent, l’homosexualité, l’asexualité et l’abstinence. Aujourd’hui, on qualifierait volontiers les premiers « hétérosexuels » de « bisexuels ». L’hétérosexualité est née au moment de l’apogée du cinéma, de la psychanalyse et de la médecine légale. C’était une l’époque où l’Homme imitait l’homme et la femme-objet de la fiction littéraire et cinématographique, prétendait se créer lui-même, inventer l’amour par lui-même. Le terme « hétérosexuel » est non seulement hybride comme « homosexuel » (puisqu’il associe du grec et du latin), mais il est aussi redondant, car on y dit deux fois « autre », puisque le mot « sexualité » désigne déjà la différence des sexes. Cela prouve donc que l’hétérosexualité n’est qu’une différence des sexes forcée et caricaturée.
 

– Tu penses que l’hétérosexualité est une construction idéologique, une invention récente?
 

Totalement. Aujourd’hui on essaie de nous faire croire que le monde se divise entre « les homos » – dits minoritaires – d’un côté et « les hétéros » – dits majoritaires – de l’autre… plus les sous-catégories (bisexuels, transsexuels, transgenres, intersexes, queer, et plus largement « les amoureux libres ») parce qu’il faut bien s’ouvrir aux minorités de « genres ». Or ce découpage est un mensonge. La seule division réelle de l’Humanité, celle qui de surcroît donne la vie, c’est la différence femme-homme. Personne n’est hétérosexuel ni homosexuel. Car personne ne se définit selon sa génitalité ni ses pulsions ni ses sentiments ni les personnes qui l’attirent sexuellement. L’unique réalité qui nous définit humainement, sans nous ôter notre liberté, c’est notre identité d’homme ou de femme. Néanmoins, il ne faut pas croire que, du fait que l’hétérosexualité soit une caricature de la différence des sexes, elle n’existerait pas. Au contraire. Elle existe en tant que système idéologique et croyance qui pèse lourdement sur l’identité, les lois, les médias et la politique mondiale. Beaucoup de catholiques font l’erreur de mépriser le mot hétérosexualité sous prétexte qu’il est trompeur. Ils doivent oser nommer le mal. Sinon, ils continueront eux aussi à laisser la différence des sexes être travestie. Je dis maintenant franco que l’hétérosexualité est le diable déguisé en différence des sexes. D’ailleurs, les gens qui croient en l’hétérosexualité en tant que différence des sexes, sont particulièrement anticléricaux, permissifs en matière de sexualité ou, à l’inverse, extrêmement rigides. Et même quand ils sont en couple femme-homme, ou bien attirés sexuellement par le sexe complémentaire, ils ont en général un rapport méprisant, obsessionnel et tourmenté à la différence des sexes et à l’Église.
 

– Et pour ce qui y est de l’homophobie?
 

Contrairement à l’homosexualité et à l’hétérosexualité, c’est un mot où les deux composantes sont grecques. À proprement parler, il veut dire peur du même, voire peur du semblable. Avec le temps, l’homophobie est devenue aussi la peur de l’homosexualité ou peur de la personne homosexuelle, et donc souvent attaque de celle-ci. Les deux étymologies sont signifiantes et bonnes à garder car elles sont confirmées par les faits. Les médias d’aujourd’hui, qui refusent de les prendre en considération, s’arrangent pour réduire l’homophobie à tout lien qui est fait entre l’homosexualité et la violence, ou bien à tout ce qui donne une image négative de l’homosexualité. Actuellement, on nous fait croire que l’homophobie c’est aussi tout frein à une loi portée par des personnes homosexuelles ou plutôt qu’on leur fait porter. Elle serait donc le fait de s’opposer par exemple à « l’égalité des droits ». Les gens qui utilisent ces définitions ne parlent plus du tout des violences faites à l’encontre des personnes homosexuelles, et encore moins de la haine venant des personnes homosexuelles, ni de la haine de soi.
 

– Qu’est-ce que c’est que l’homophobie concrètement?
 

C’est une attaque contre une personne homosexuelle à cause de son homosexualité, faite par une personne homosexuelle ou par celle qui a un problème avec la différence des sexes, avec sa sexualité, y compris dans son mariage. Je ne connais pas de personne qui est bien dans sa sexualité et qui se soit sentie mise en danger par une personne homosexuelle au point de l’attaquer. L’agression homophobe fonctionne presque toujours en miroir : elle ne survient que lorsque l’agresseur ne supporte pas de voir reflétée chez sa victime sa propre blessure de sexualité, sa propre pratique hétéro-bisexuelle ou son désir de pratique homosexuelle. C’est donc bien la peur du même.

Pour expliquer généralement la violence de cet effet-miroir paradoxal, les rares fois où les gens admettent que les personnes homos s’attaquent entre elles, on nous fait souvent croire que la personne homophobe a refoulé son attraction homosexuelle. L’acte homophobe est transformé en alibi pour renforcer les coming out et la pratique homo, et pour nier les viols ! Alors que je prouve que la plus redoutable des homophobies, c’est précisément le coming out (qui est une caricature de soi), la pratique homo (qui est un rejet de soi et de l’autre car elle est un rejet de la différence des sexes), et donc les viols entre personnes homos ! D’accord, il y a une part de refoulement dans l’homophobie. Sauf que le pire homophobe est la personne qui essentialise son désir homosexuel sous forme d’identité ou qui vit son homosexualité sous forme de couple. Il se sert du couple ou de son pseudo militantisme pro-gays comme d’un masque pour ne pas montrer sa haine de soi et sa peur du semblable. Le pire, ce sont les personnes homosexuelles soi-disant assumées qui banalisent et justifient l’homosexualité. Ce sont elles qui ne supportent pas le « milieu », ne supportent pas les mecs un peu effeminés, les filles un peu masculines, les personnes médiatiques homosexuelles, ne supportent pas d’entendre parler du sujet, se vengent de leurs amants, s’en prennent hyper violemment aux rares analystes de l’homosexualité. Moi, par exemple, je ne suis attaqué que par des personnes homos ou hétéro-gay-friendly ! Et quand je vois quelqu’un qui agresse une personne homosexuelle ou qui m’agresse, je suis tenté de lui dire : « Bienvenue au Club, mon vieux ! Tu viens de faire ton coming out à ton insu ! » L’homophobie ce n’est pas seulement la non-acceptation sociale de l’homosexualité, mais bien sa promotion, sa justification et son essentialisation sous forme d’« amour ». Tous les cas d’homophobie que je connais ont lieu dans des cadres de pratique homosexuelle, donc dans les sphères amoureuses ou prostitutives. Il n’y a pas plus homophobe que la gay friendly attitude.
 

– D’où cette violence au sein des couples dont tu parles ? Libertinisme, fétichisme, sadomasochisme, porno…
 

Oui. Sans aller jusque-là, et plus banalement, insidieusement, mielleusement : matérialisme, consumérisme, excès de tendresse puis ennui et infidélité, utilisation de l’autre ou sentiment d’être utilisé, infantilisation, rapport de forces (domination-soumission, possession, en particulier chez les « couples » de femmes), fusion, jalousie, manque d’espace et de compréhension mutuelle, frustration, insatisfaction, règlement de comptes, humiliation, humour cynique, agacement… J’observe souvent, dans la vie quotidienne, les amants homos se prier de se laisser respirer, et souffrir de ne pas se sentir pleinement compris ou à leur place, malgré la sincérité et les quelques plaisirs partagés.
 

– En ce qui concerne les clichés – la pédophilie et l’inceste – est-ce vrai que le milieu homosexuel pratique la pédophilie plus que les autres?
 

Disons qu’il y a autant de pédophilie et d’inceste dans l’homosexualité que dans l’hétérosexualité, puisque l’hétérosexualité englobe toutes les altérités au niveau de la sexualité. La pédophilie et l’inceste ne sont pas des particularités homosexuelles, mais comme le désir homosexuel s’éloigne de la différence des sexes, il s’éloigne aussi de la différence des générations… donc il expose à l’inceste et à la pédophilie. J’ai beaucoup traité des liens non-causaux entre homosexualité et pédophilie, ou entre homosexualité et viol/inceste dans mon Dictionnaire des Codes homosexuels.
 

– Dans ton Dictionnaire des Codes homosexuels, tu cites énormément d’exemples cinématographiques qui présentent l’acte homosexuel comme brutal. Que pourras-tu dire de la pratique homosexuelle – du coït, de la strangulation, du sado-masochisme ?
 

Au niveau de la fiction, il faut dire que les artistes homosexuels aiment nourrir l’inconscient collectif en amplifiant iconographiquement la violence homosexuelle, à la fois pour l’exagérer et pour la nier. Cette vision des coïts homosexuels est souvent très éloignée de la réalité, car bien des accouplements entre amants homosexuels se déroulent pacifiquement, avec beaucoup de respect et de tendresse, sans forcément passer par la pénétration anale par exemple. Dans les faits, la sodomie n’est pas tellement monnaie courante, du fait aussi de sa brutalité : selon une étude, elle serait pratiquée par près de 25% des hommes homo–bisexuels*. Dans l’accouplement homosexuel, la violence se situe plus dans l’envahissement du mythe sur la réalité concrète qu’en actes désignés socialement comme violents. C’est ce qui motive l’acte homosexuel qui fait violence : la jalousie, la fascination narcissique, le rejet de réalité et d’humanité qu’est l’expulsion de la différence des sexes, l’exclusion de l’amitié, la grande part de fantasmes, etc. Déjà, l’homo-génitalité est davantage une simulation d’orgasme qu’une communion réelle vécue à deux. Moins il y a de face-à-face entre deux personnes, plus nous nous éloignons du relationnel. Cette approche du sexe dans la pratique homosexuelle est en partie désincarnée, déséquilibrée, et donc potentiellement sadomasochiste.
 

– Quels sont les moyens pour un non-croyant de rompre avec la pratique homosexuelle ?
 

Quand quelqu’un se rend compte que la pratique homosexuelle n’est pas comblante, différents moyens rationnels lui sont proposés, comme le retour au bons sens, la pratique de l’amitié, une psychothérapie. Ces derniers peuvent l’aider un peu à prendre de la distance par rapport à sa tendance, à voir qu’il « n’est pas que ça », à canaliser sa compulsivité et à sa « boulimie d’affection ». C’est ce qui lui est proposé pour ne pas se réduire à la génitalité. Mais ça reste très clinique. Et puis, ça peut centrer la personne sur elle-même ou focaliser l’insatisfaction sur son ex-partenaire de sorte qu’elle se dise : « Si ça n’a pas marché avec cette personne, je vais réessayer avec la prochaine. » Plus solide et plus positif est ce que propose l’Eglise, qui affirme non seulement que le chemin homosexuel n’est pas comblant, mais que la blessure homosexuelle peut faire passer la lumière du Christ, peut être recyclée dans la continence, l’amitié désintéressée et l’apostolat. Elle explique que ce n’est pas la personne homosexuelle qui ne sait pas aimer, mais que c’est la pratique homosexuelle qui l’empêche d’aimer pleinement telle qu’elle est, y compris avec sa tendance homosexuelle.
 

– Et qu’est-ce qui peut justifier ton discours sur l’homosexualité ? Est-ce le témoignage de ta continence?
 

Non. Car mon témoignage personnel, à lui seul, peut sembler minoritaire, subjectif et isolé. Donc peu crédible. La continence m’aide surtout personnellement à avoir la force de le porter publiquement et à supporter les attaques. En revanche, ce qui justifie mon discours, c’est le Christ, c’est la Vierge Marie, et ce sont aussi tous mes amis et toutes les personnes homosexuelles. Les idées seules, même très pures, ne démontrent rien. Il n’y a que les personnes qui prouvent la Vérité. Et l’humanité de ce que j’écris, le vécu, car mon Dictionnaire n’est fait que de vies humaines. Les personnes homosexuelles et ma propre vie m’ont tout apporté. Si le Christ, à travers ma personne et mes écrits, n’était pas là, si je n’avais pas entendu parler de Lui de mes propres oreilles par les personnes homosexuelles qui Le rejettent dans leur pratique, j’aurais beau avoir raison, tous mes mots sonneraient faux. Dieu s’est incarné dans le pécheur que nous sommes tous pour le racheter.
 

– À la fin, je voudrais te demander de commenter la campagne publicitaire « Donnons-nous un signe de paix » qui a eu lieu récemment en Pologne. Dans les interviews on voit les personnes homosexuelles vivant « en couple », qui se présentent comme parfaitement « comme les autres », équilibrées, heureuses. Ce qu’on ne nous montre pas, ce sont les profits promotionnels et peut-être matériels dont elles étaient bénéficiaires, puisque la campagne a été sponsorisée par Open Society Foundations de Georges Soros*. Je veux dire par là qu’au tout début, il y a bien une faute de ceux qui utilisent leur homosexualité à des fins qui ne sont pas des plus nobles. Ce qui est particulièrement offensant, c’est cet air de demander le respect auprès des catholiques, de les inciter à se sentir coupables, tout en cachant ces motifs. Qu’est-ce que tu en penses?
 

Oui. Le même chantage affectif sur fond d’accueil et d’amour des personnes homosexuelles soi-disant « victimes de l’Église » se produit actuellement en France, en particulier avec le collectif Homovox, et maintenant avec l’instrumentalisation du Synode sur la famille de 2015, mais également les tentatives de mise en application du Dicastère et d’obéissance scolaire à l’appel du Pape François à instaurer une pastorale d’accompagnement des personnes en périphérie de l’Église. Beaucoup de personnes homosexuelles « catholiques » ont compris tout l’intérêt narcissique, médiatique, émotionnel de se raconter, de s’épancher sur leur double identité « homosexuelle-catholique », de faire leurs intéressantes et d’avoir leur minute de gloire télévisuelle, politique et surtout ecclésiale, en pleurant finalement sous les jupons des évêques leur désobéissance à ce que demande l’Église, à savoir la continence. En ce moment, les « groupes de parole » diocésains poussent comme des champignons partout en France, pour culpabiliser… pardon… « sensibiliser » les fidèles catholiques à la réalité homosexuelle. Et c’est une mini-catastrophe, car beaucoup de personnes – des prêtres mais aussi des catholiques homosexuels – prennent le micro pour ne rien dire, pour censurer la réalité homosexuelle et l’analyse de l’homosexualité, et pour demander au final carrément une révision du Catéchisme de l’Église Catholique. Alors je comprends ta crainte. En quelque sorte, on nous méprise, nous catholiques fidèles à la sainte doctrine (et parfois homosexuels continents). Et le pire, c’est qu’on nous méprise dans notre propre famille, et avec le sourire ou bien avec des larmes dans les yeux, pour nous aider à sortir de notre soi-disant « conservatisme » et notre soi-disant « manquement à la charité chrétienne ». C’est le monde à l’envers ! Ce que ces chrétiens démagos oublient, c’est qu’il n’y a pas de respect sans Vérité et dans le relativisme de « l’amooour » (un relativisme qui n’est au fond qu’une indifférence déguisée en bonté). Il n’y a pas de Paix sans Croix et sans obéissance. Il n’y a pas d’Amour vrai sans accueil de la différence des sexes et sans accueil de la différence Créateur-créatures (Jésus et l’Église). Bref, en ce moment, à travers l’homosexualité, on peut voir que l’Église se prépare à vivre un sacré bordel, un véritable schisme, sans même les voir venir. Il va falloir tenir bon. Et il est urgent de se former sur l’homosexualité et de ne mépriser ni le mot ni l’étude du sujet.
 
 
 
 

*La Manif Pour Tous (LMPT), collectif d’associations à l’origine des grandes manifestations d’opposition au projet de loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe. Même avant la promulgation de la loi en mai 2013, les revendications du collectif se sont centrées sur le rejet de « l’homoparentalité » (adoption, PMA, GPA = in vitro ; surogacja) et sur la protection de l’enfant. Pas du tout sur l’homosexualité, qui était pourtant le principal alibi de la loi.
 

*Le premier homme politique français qui a révélé sa séropositivité au VIH. À part ses nombreuses responsabilités dans la lutte contre le sida, il agit pour la légalisation de l’euthanasie, entre autres au sein de World Federation of Right to Die Societies.
 

*Porte-parole de la fédération Inter-LGBT (2010-2013). Actuellement il milite pour la cause LGBT au sein de la Commission nationale consultative des droits de l’homme où il a été nommé par le premier ministre du gouvernement Hollande Jean-Marc Ayrault.
 

*Respectivement: président de la République, ministre de l’Education nationale, ministre de la Justice, ministre délégué à la Famille – tous partisans de la reconnaissance des droits des personnes homosexuelles au mariage dont aucun n’est homosexuel.
 

*Le rapporteur du projet de Loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe. Né en 1972 et père de cinq enfants, il était premier secrétaire du Parti Socialiste en Isère (2008) et député du PS (2012).
 

*Né en 1930, il était entrepreneur en confection de luxe et compagnon d’Yves Saint-Laurent. Propriétaire du magazine gay Têtu, actionnaire majoritaire du quotidien Le Monde et mécène, il soutient financièrement et médiatiquement le Parti socialiste de François Hollande.
 

*Groupe de militants homosexuels créé à San Francisco en 1979 qui utilise dans ses happenings la tenue les religieuses catholiques de façon détournée et théâtralisée.
 

La Manif Pour Tous » est « la réponse » au « Mariage Pour Tous », tout comme phonétiquement le sigle LMPT fonctionne en homophonie avec le sigle LGBT.
 

*Le rapport du débat de l’Assemblée des évêques réunis au Synode pour la famille intitulé Relatio post disceptationem, 13.10.2013, n° 52. (istnieją przypadki [związków homoseksualnych], w których wzajemna pomoc, posuwająca się aż do poświęcenia, staje się cennym wsparciem dla życia partnerów.)
 

*Philippe Ariño fait une distinction entre la chasteté, l’abstinence et la continence : La chasteté, c’est la vertu universelle à laquelle tout le monde est appelé dans ses relations, quel que soit l’état de vie. […] L’abstinence […] n’est pas toujours liée à un choix, donc elle n’est pas à prôner comme un chemin de vie et de don entier de sa personne épanouissant […] . La continence, c’est une abstinence choisie et vécue uniquement par les célibataires consacrés, c’est une abstinence non-frustrante car donnée à Dieu et aux autres. Les couples femme-homme mariés ne sont pas appelés à la continence […] contrairement à la continence des célibataires consacrés (dans le sacerdoce ou par des vœux non-sacramentaux). La continence est donc en effet l’état transitoire de toute personne qui vit hors mariage […] , un don entier de toute notre personne unique. (www.araigneedudesert.fr, 26.10.2015)
 

Quant aux hommes homo-bisexuels, […] la pénétration anale est souvent pratiquée par près de 25% d’entre eux (24,9% pénétration insertive et 24,1% pénétration réceptive) contre 2,5% chez les hétérosexuels. » (Enquête sur la Sexualité en France (2008) de Nathalie Bajos et Michel Bozon, p. 253).
 

*Dont fait partie la Fondation Batory polonaise, créée en 1988 par Georges Soros.