C’est à cause de la tolérance, de l’optimisme et de l’espoir (dans le sens existentialiste et donc combattivement désespéré du mot « espoir ») que notre société déprime et fait le mal.