Je rajoute mes notes pour les dix dernières minutes, car les coupures ont bouffé des séquences… :
 
 

Il y a des vrais silences (celui de l’humiliation consentie est pour moi le plus beau), et puis il y a des parodies piétistes du silence, des discours qui parlent du silence mais qui sont du vide. Le cardinal Sarah ne semble pas dans la démarche de renonciation de sa popularité, dans l’acceptation de ce silence d’humiliation.
 

Enfin, je préviens le cardinal Sarah : nous, en France, on n’est pas bêtes. On sait réfléchir. Et quand on nous sert de la merde, quand on nous raconte des méta-vérités pour nous acheter ou pour s’acheter une respectabilité, on n’avale pas.
 

N.B. : Je vous renvoie à mon article : « Cardinal rouge, qu’avez-vous fait du blanc ? » sur mon blog, ainsi que l’article « Quelque chose en toi ne tourne pas rond » Et bien sûr, je vous conseille de lire les passages de mon nouveau livre HOMO-BOBO-APO dont certains traitent du cardinal Sarah.