J’écoute les vœux du président Macron hier soir. En plus de ses deux pouces qui s’affolent (digital, quand tu nous tiens…), on y retrouve la totale du jargon de la Franc-Maçonnerie : 1) lexique de l’ARCHITECTURE (construction, mettre en œuvre, tâche, chantiers, dessiner, règles, plan, construire, projet, faire, action, engagement, choix, renouveler, transformation, travail, nouveauté, réussite, succès, changement, formation, ambition, efficacité, récompense, efforts, exigence, détermination, travail, formation, intelligence française, métiers, science, culture, levier, recherche, socle commun, produire, s’enrichir, compétences, apprentissage, tenir ensemble, ne faire qu’Un, hébergement, toit, détermination entière en la matière, etc.), 2) lexique de la LUMIÈRE (creuset, force, fils tendus, intensité, accès au numérique et à la téléphonie mobile, filière, autonomie énergétique, tensions éthiques, ligne d’humanité, ressorts intimes, etc.), 3) lexique de L’HUMANISME intégral (amour, paix, justice, confiance, humanisme, exigence humaniste, avenir, dignité, création, sécurité, mission, solidarité, respect, cohésion, « grammaire de la paix et de l’espérance », souveraineté, unité, démocratie, bonté, valeurs, convictions, volonté, fraternité, amélioration, accueil, éducation nationale, partage, la renaissance… et tout ça sans la primauté de Jésus, bien évidemment) et du SPIRITUALISME intégral (inspirer, miracles de solidarité, espérance, l’exceptionnel, esprit de conquête… et tout ça sans Jésus, également).
 

Voeux horribles, promotionnant des mythes dangereux (par exemple la « sincérité », le souverainisme anthropocentré et individualiste de masse – « Nous décidons pour nous-mêmes » – , « l’égalité entre les hommes et les femmes », « la lutte contre les discriminations » et « contre les divisions », « la lutte contre le terrorisme islamiste », « le respect de toutes les minorités »… or la sincérité n’est pas la Vérité ; nous ne sommes pas nos propres créateurs ni maîtres ; l’homme et la femme ne sont pas égaux et n’ont pas à l’être ; toutes les discriminations ne sont pas mauvaises car discriminer c’est aussi distinguer, et la division avec le mal est nécessaire ; le terrorisme islamiste s’appelle l’islam et ce dernier se distingue des musulmans ; il y a des minorités qui ne reposent pas sur des réalités à défendre, telles l’homosexualité par exemple).
 

Ces vœux présidentiels ne sont même pas des « vœux convenus », comme le prétendent certains détracteurs de Macron : ce sont des vœux carrément dangereux, maçonniques et sataniques (Macron parle beaucoup des « liens » – il « s’attache » à plein de choses ! – et défend même « l’imaginaire » qui, comme le soulignait très justement Sartre, est l’autre nom du mal). Comme nos journalistes ne sont plus formés intellectuellement et spirituellement, catholiquement, ils ne le voient pas. Mais pourtant, il faut bien quelqu’un pour le clamer haut et fort, au moins pour les rares personnes encore à l’écoute de Jésus et dotées de raison.