J’ai reçu cette semaine d’un contact Facebook (catholique traditionaliste) ce message sur Messenger (Je pense qu’il a dû tomber sur des photos dénudées ou des liens douteux de l’un des membres de mon équipe) : « Bonjour, est-il normal d’avoir une personne qui fait de la pornographie dans le documentaire « Les folles de Dieu »? » Je lui ai répondu : « Est-il normal que Jésus ait accueilli des prostituées/prostitués et ait mangé à la table des pécheurs ? ». Allez, au revoir !
 

Vous savez quoi ? Je crois que notre équipe des « Folles de Dieu » porte très bien son nom, et est exactement celle que Jésus et la Vierge Marie voulaient et nous ont donnée. Des drogués, des toxicos, des narcissiques, des queutards, des prostitués, des pauvres types, des adultères, des assassins, des criminels, des menteurs, des pécheurs, c’est exactement ce que nous sommes. N’en déplaisent à ceux qui se trompent sur ce qu’est la sainteté !
 

À mes yeux, mes amis des « Folles de Dieu » sont ma fierté. Ils sont mes cadeaux du Seigneur. À la vie à la mort ! Et sachez que je les défendrai bec et ongle (comme une lionne avec ses petits lol) si l’on attaque l’un d’entre eux.
 

Quoi qu’ils fassent, quoi qu’ils publient sur les réseaux, quels que soient leurs comportements et agissements, ce n’est pas que je m’en foute, mais en réalité, c’est tellement secondaire par rapport à la confiance que j’ai en eux, à l’Amour que je leur porte, aux messages vrais et bons qu’ils délivrent dans notre documentaire ! Je pense qu’ils ne me décevront jamais et que je n’aurai jamais honte d’eux. Car le film et le message de Jésus ne nous appartiennent pas. C’est entre les mains du Seigneur. Mes camarades ne me doivent rien et ne vous doivent rien. Ils ne devront des comptes qu’à Jésus et à toutes les personnes qu’ils auront blessées.
 

Les témoins de mon documentaire ne sont pas parfaits et sont même parfois des « gens de mauvaise vie » ? Vous ne m’apprenez rien. J’avais déjà compris avant le tournage qui j’accueillais, qui ils étaient, leurs forces et leurs faiblesses. Et je l’ai assumé dès le départ. Contrairement à certains pharisiens « catholiquement corrects » (y compris homos ou journalistes !) qui ne voulaient présenter qu’un film pro-perfection chrétienne homosexuelle (avec certificat de continence demandé à l’entrée), qui souhaitaient faire de nous les ambassadeurs d’une homosexualité impeccable et irréprochable, j’ai volontairement souhaiter accueillir toutes les personnes homosexuelles et trans sans exception, embrasser TOUT le milieu homo, prendre le « pack entier ». Pour que toute personne homo se sente aimée.
 

Et je ne le regrette pas. Car nous n’avons pas joué les princesses cathos, vierges et pures. Les vestales bien propres sur elles. Et les mécontents, les culs bénis, qui ne jurent que par leur dieu « Exemplarité » et « Pureté », n’ont pas le quart du tiers du courage qu’ont mes compagnons cabossés. Ces derniers ont peut-être une vie parfois tordue, contradictoire, honteuse et peu recommandable, non-conforme aux exigences de l’Église, scandaleuse (ce qui peut paraître embêtant, paradoxal et dangereux à bien des égards étant donné qu’ils se mettent en avant en tant que modèles et témoins dans un reportage, donc ont une responsabilité et des devoirs), mais au moins, eux, ils savent dire le « je t’aime » que les pharisiens à la vie bien conforme et bien réglée sont incapables de sortir. Je suis moi-même témoin oculaire qu’ils aiment les gens, qu’ils vous aiment déjà. Et entre nous soit dit, ils sont paradoxalement plus exemplaires et bien plus « fun » que les témoins froids, chiants, lisses et « obéissants » que vous voyez sur les chaînes de télé et les radios chrétiennes !
 

Bienvenue dans le Paradoxe de Dieu ! : les prostitués et les publicains nous devanceront tous dans le Royaume de Dieu (Mt 21, 31) !
 

 
 

N.B. : Lien pour nous aider pour financer notre documentaire.