Archives de catégorie : Je l’ai dit

L’humour dans la Bible (que nous massacrons bien trop souvent)


 

J’ai appris ce matin, lors de l’homélie du père Gambart à l’église saint Médard, que le prénom Isaac (le fils unique qu’Abraham et Sarah ont eu sur le tard, alors qu’ils étaient vieux et étaient considérés comme stériles) signifiait « Dieu qui rigole » (Personnellement, je traduirais par « L’humour du Seigneur » ou « la blague/la bonne surprise de Dieu »). Et je trouve ça merveilleux, les traits d’humour dans la Bible. Car il y en a. Beaucoup plus qu’on ne le croit. Et je suis sûr que même certaines phrases de Jésus, qu’aujourd’hui nous refroidissons ou attiédissons bêtement pour les rendre sérieuses, solennelles, graves ou condamnantes – et donc tristes ou violentes – étaient empreintes de cette humour-Vérité, de cette auto-dérision délicieuse, pleine de surprise et d’émerveillement mêlés, qui nous les rendrait plus sympathiques et familières.

Le cinéma de Macron pour nous faire avaler la vaccination et l’application TousAntiCOVID

Regardez le cinéma du président Macron, qui n’a rien trouvé de mieux pour que nous adhérions au vaccin et à l’application « Tous anti-COVID », que de nous apitoyer sur son soi-disant « état affaibli » de malade imaginaire. Il croit vraiment qu’en simulant sur lui-même les actions qu’il attend de nous, nous sommes assez cons pour l’imiter docilement?? Il se fout le doigt dans l’oeil. Et son explication du début sur les démarches à suivre quand on a les symptômes : mais vraiment il se fout de notre gueule. On dirait Sibeth qui nous explique comment mettre un masque. Quelle infantilisation !
 

Et quand je vois la naïveté de certains Français qui se laissent encore berner par cet imposteur… 👽 (« J’aimerais pas être président dans le contexte actuel. Il gère la crise comme il peut et il se débrouille pas si mal. Il est même une victime collatérale. Tu n’as pas de coeur. J’aimerais te voir à sa place. Pauvre petit président désarmé et malade pour nous. »). Et mon cul, c’est du poulet ?
 

Et le pire, c’est que ça fonctionne. Certains sont morts de peur et sont persuadés qu’en ne parlant plus à personne et en s’isolant ils « respectent » les autres et « prennent soin d’eux ». C’est le Monde à l’envers. L’égoïsme qui se fait passer pour de l’Amour, la lâcheté pour du courage !
 

« Pas toi » de Goldman, n°1 des épitaphes dans les cimetières français

Quand mon grand frère Miguel (frère dominicain) m’a dit qu’actuellement dans les cimetières français la Foi était tellement en perte de vitesse qu’il y avait de moins en moins de croix de Jésus et que l’épitaphe numéro 1 choisie pour les tombes était les paroles de la chanson « Pas toi » de Jean-Jacques Goldman, je ne le croyais pas. Eh bien nous sommes allés nous recueillir sur la tombe de maman au cimetière de Cholet, et bingo ! Sans avoir à chercher très loin (l’allée de la pierre tombale de ma mère), je suis tombé sur la fameuse citation goldmanienne. Je trouve ça effrayant, cette déchristianisation galopante et la Foi remplacée par BeaufLand. Jésus, quand Il reviendra, trouvera-t-il encore la Foi sur la Terre?
 

 

Bon, moi, je vous préviens, je veux, pour ma tombe, du Lorie : « Je serai là toujours pour toi, n’importe où quand tu voudras. Je serai toujours la même, un peu bohème, prête à faire des folies. Je serai, même si la vie nous sépare, celle qui te redonnera l’espoir. On ne laissera rien au hasard car tu sais, moi je resterai ta meilleure amie. »

Les Français sont extras : ils sont difficiles à convaincre par rapport au vaccin anti-COVID


 
 
 
 
 
 

En fait, je nous trouve, nous Français, absolument extras et exceptionnels. Vraiment. Alors que toutes les grandes puissances économiques commencent à dire massivement « oui » au vaccin anti-COVID (en particulier l’Inde où le taux de confiance est de 87 % ; en Australie, c’est 79 %), les seuls réfractaires et durs à convaincre (et heureusement!), ce sont les Français (avec 54 % de la population d’accord avec la vaccination).
 
 
 
 
 

Et le durcissement de la vaccination se voit notamment à travers le secteurs aérien : par exemple, la compagnie aérienne australienne Qantas impose désormais à ses voyageurs d’être vaccinés pour embarquer. L’étau se resserre. Mais je vais essayer prochainement d’écrire un article sur les bonnes raisons de refuser ce vaccin.
 
 

N.B. : On va devoir rentrer en résistance +++. Il faut informer les gens sur les dangers de la vaccination, notamment en s’appuyant sur les loupés et les dangers du vaccin anti-H1N1.

La présidente du Chili, Madame Bachelet, défend ouvertement la Franc-Maçonnerie


 

 

La présidente du Chili, Madame Bachelet (je précise qu’elle a imposé le « mariage » gay à son pays de manière totalement anti-démocratique), texto : « Nous avons besoin des principes francs-maçons, de nous unir en une seule Humanité, puisque c’est cela que nous sommes. » C’est dingue. Les Francs-maçons ne se cachent même plus. Ils jouent – c’est le cas de le dire – franc jeu !

S’il y a bien un truc qui ne passe pas avec moi c’est le mensonge


 

S’il y a bien un truc qui ne passe pas avec moi, c’est le mensonge.
 

Je viens de perdre à l’instant celle que je croyais une « amie » parce qu’elle s’est mise à soutenir mordicus face à moi ce mensonge évident (orchestré par la chaîne ARTE, avec son documentaire « Petite Fille » de Sébastien Lifshitz, racontant l’histoire d’un petit garçon transgenre – donc qui se sent fille mais qui n’en est pas moins né garçon – que son entourage conforte dans ses fantasmes d’être de l’autre genre sexué que le sien) qu’un petit garçon qui se sent fille devient une fille et n’est plus un garçon. WTF ? Et je précise que cette « amie » a toutes ses neurones.
 

Et comme je l’ai mise devant son mensonge éhonté, elle a sorti la carte hypocrite de la victimisation : elle a retiré mes commentaires dénonçant ce reportage fallacieux qu’elle promouvait comme une « grande oeuvre cinématographique », sous prétexte qu’ils « heurteraient ses amis trans qui tomberaient dessus » et qu’elle « voulait les protéger ». Je lui ai répondu – ce qui vrai en plus – que 1) je connaissais largement plus de personnes transgenres et transsexuelles qu’elle (et donc qu’elle n’avait pas plus le droit que moi de parler en leur nom) ; et que 2) ce n’est pas en cachant à ses ami(e)s trans la vérité et en les confortant dans leurs mensonges et souffrances qu’elle allait les aider vraiment et les « protéger ». Tout le contraire! Surtout quand on sait toutes les souffrances que ces personnes endurent, largement plus à cause des mensonges des « gays friendly » qu’à cause des vérités qui leur sont cachées.
 

Il y a quelques mois, j’ai fait la rencontre réelle d’un gars qui – je vous jure que c’est vrai – m’a avoué qu’il avait été abandonné à la naissance dans une cage d’escaliers, enveloppé dans un sac poubelle !! Et ces menteurs de « gay ou trans friendly » vont avoir le culot de te sortir que le seul et unique problème de ces personnes, c’est « le regard des autres », c’est l’ « opposition au mariage gay » ou à l’ « hormonisation des mômes ». Ils se foutent de la gueule de qui??

La question sur laquelle tout le monde sèche par rapport à l’homosexualité

La question fondamentale sur laquelle se cristallisent toutes les incompréhensions, les tensions et les impuissances par rapport à l’homosexualité, et que j’entends de la part de certaines personnes croyantes en couple homo (fidèle et respectueux) qui viennent vers moi en toute honnêteté et paix, c’est celle-ci : « Qu’est-ce qu’on fait de mal ? » ou « À qui fais-je du tort ? ». Et un jour, quand j’aurai le temps, après mon documentaire et après mon « Dictionnaire des Codes Apos » (avec pour base Joséphine ange gardien), j’aimerais beaucoup écrire un livre avec pour titre « Couple homo : qu’est-ce qu’on fait de mal? ». C’est sur cette question que même les personnes d’Église sèchent. Et pourtant, elle est cruciale. Et chercher à y répondre, en plus de décrire ce qu’est le péché et ce qui ne l’est pas, permettra à bien des personnes de comprendre l’Église, à bien des catholiques d’aimer les personnes homosexuelles, et à bien des personnes homosexuelles de résoudre leur problème et d’être heureuses. Tant qu’on n’y répond pas, on fait les choses par devoir, par superstition, et on se rend malheureux.

Pensées secrètes de table

Ce midi, à table, face à mon père avec qui j’échangeais des banalités (pour une fois !), je pensais dans ma tête (mais évidemment, je me suis gardé de lancer le débat haha) : « Le monde se divise grosso modo en 2 camps : ceux qui baisent et ceux qui ne baisent pas. Ou bien, ceux qui considèrent qu’ils peuvent s’en passer et ceux qui considèrent que baiser c’est vital, obligatoire, et que c’est même dangereux de vivre sans. » Cette division n’est pas nouvelle. Elle existe depuis la nuit des temps. En revanche, ce qui est nouveau, c’est qu’aujourd’hui, ces deux camps ne se respectent plus.

« Parlez-vous catholique ? » (ce n’est pas de moi)


 

Mdr! C’est excellent. Bon, il y a juste pour « La prochaine fois je te défonce = Je te le dis dans un esprit de correction fraternelle », j’aurais plutôt choisi la version plus concise et très Communauté de l’Emmanuel « Je te le dis en toute amitié » 😂. Et puis j’aurais rajouté : « Je te déteste mais je le cache mal = Je prierai pour toi ». Ou bien encore « C’est génial = C’est canon ! » (ça, c’est pour les bourgeoises versaillaises), et bien sûr le « Je t’impose mon avis » = « Jésus te dit que… » ou « C’est la volonté de Dieu » ou « Jésus te demande de… » ou « J’ai dans le coeur une image… » (et des « vraiment » automatiques plusieurs fois par phrase). Sinon, le reste est vraiment bien vu. Le « tiré du sac », c’est tellement ça !

Les prêtres sont à poil


 

Dieu que c’est beau (j’en pleurais de joie hier soir) et tragique à la fois, cette grâce que Jésus me fait de recevoir les confidences des hommes de Dieu que sont les prêtres ! Ça fait un moment qu’ils me parlent spontanément et longuement, que je suis le témoin du courage (j’ose parler de sainteté) mais aussi de l’extrême isolement et désarroi de certains d’entre eux : ceux – très rares – qu’on pourrait appeler les « prêtres justes », qui ne sont pas carriéristes ni étroits d’esprit, qui aiment vraiment les gens et Jésus, et qui sont des esprits brillants du point de vue psychologique, relationnel, humoristique. Ils m’appellent au téléphone pour me décrire la violence des frondes injustes et parfois d’une violence psychologique inouïe dont ils sont l’objet (calomnie, diffamation, jalousies, enquête pour suspicion – qui se révèlera infondée – de pédophilie, etc.).
 

Ils ont très peu de personnes autour d’eux à qui parler, de qui ils peuvent être compris et qui peuvent les conseiller. Et je me rends compte, en les entendant, combien, à part l’armure invisible de la Grâce divine (ce qui n’est déjà pas mal !), ils n’ont quasiment aucune protection. Aucun garde-fou. Peu de vrais amis. Ils sont presque à poil ! En ce moment, ils ne sont quasiment pas soutenus par leur hiérarchie (gangrénée par la lâcheté, le goût du paraître et du pouvoir, la peur d’ « y passer » elle aussi), par leurs camarades prêtres, par leurs fidèles (déconnectés de leur intimité et de la réalité des combats qu’ils mènent) et par les institutions humaines (polices, thérapeutes, médias…).
 

Le cas de l’ami dont je vous parle est très parlant. Accusé à tort de pédophilie par un de ses collègues prêtres, puis par d’autres de ses ennemis, l’enquête l’a finalement blanchi. Mais malgré son innocence, il ressort meurtri de tout ça, et a mis plusieurs mois à pouvoir en parler, à se relever. Et le pire, c’est que son évêque et même les flics lui ont demandé d’étouffer l’affaire (comme si rien ne s’était passé), de ne pas porter plainte contre ses accusateurs et de ne pas se défendre, car la médiatisation de la présomption de pédophilie sacerdotale « le desservirait » et « le rendrait aux yeux du Monde coupable », bien que dans les faits il soit innocent. En gros, c’est le pouvoir de l’image et de la peur. Justice n’est pas faite, et le juste doit fermer sa gueule, encaisser. Le non-lieu est imposé, sans même que ceux qui ont créé ce faux scandale ne soient inquiétés.
 

Que signifie ce cas (qui à mon avis n’est pas isolé) ? Qu’aujourd’hui, un prêtre attaqué (judiciairement, médiatiquement) ne peut pas se défendre, et que même quand il est innocent, il doit laisser ses accusateurs (bien souvent des gens pédophiles ou pervers, pour le coup!) courir dans la nature. S’il ne se défend pas, il se fait bouffer et emprisonner. S’il veut se défendre et mettre ses calomniateurs hors d’état de nuire, son évêque prend peur, et même les forces de l’ordre lui imposent « par prudence » l’impunité des réels fautifs, le silence. Et ça, c’est pour le cas où le prêtre n’est vraiment pas du tout accusable. Je n’ose même pas imaginer le traitement du clerc qui s’est rendu un peu complice du délit dont on l’accuse (Là, il sera mis encore plus bas que terre !).
 

Cette absence quasi totale de protection autour des prêtres justes, en plus d’évoquer la nudité de Jésus juste avant la flagellation, me fait froid dans le dos. Bien que solides psychologiquement et forts (renforcés, à n’en point douter, par la Grâce divine et les Béatitudes énoncées par leur maître Jésus – surtout celles concernant les persécutions), je trouve que les prêtres aujourd’hui sont particulièrement nus, fragilisés et peu soutenus. Ils ont très peu de recours. Nous, petits laïcs, sommes à des lieues d’imaginer ce qu’ils endurent, les machinations qui se trament autour d’eux et qui en ont détruits beaucoup. Car toutes ces attaques sont bien sûr invisibles, sourdes, s’opèrent par derrière, et avec la complicité d’une grande majorité du clergé actuel. Dans ce cas précis des attaques contre le prêtre juste, il n’y a pas un mais deux camps ennemis qui lui tirent dessus : le camp de ses attaquants clairement hostiles, et le camp de ses soi-disant « amis » qui ont peur. Je suis, comme diraient les jeunes, « choqué ».