Affiche de « Welcome to Paradise » pour cet été à Hautecombe (et promis : je ne fais ni de doigt d’honneur, ni de signe satanique de main cornue, car il y a trois doigts : on va dire que c’est trinitaire ! haha). C’est la seule invitation française qui m’est faite de l’année. Sinon, je ne suis invité nulle part. Je ne vous mens pas.

 

Là, ce soir, après avoir rencontré un ami catho homo en « couple » depuis plusieurs mois, et qui m’a poussé dans mes retranchements, je me prête à l’exercice de dresser un tableau de tous les arguments qu’on pourrait invoquer pour répondre à cette question épineuse : « Qu’est-ce qui rend bancal ou suspect l’avis de l’Église Catholique sur l’acte homosexuel et le ‘couple’ homo ? » Car LÀ est la question. Et moi, j’ai envie de savoir y répondre car je ne veux pas raconter des craques aux gens, même si réciter aveuglément le Catéchisme, même si dire que l’Église a raison sur ce sujet, ça rassure, c’est ecclésialement correct, et ça fait bien/saint. Importante est la démarche de se poser la question, au-delà de la foi et de l’arbitraire, au-delà de l’accueil du surnaturel, pour aller jusqu’au bout de l’honnêteté et de la Vérité. Pour essayer aussi de donner une définition du péché. EN QUOI l’Église a raison ? J’essaie de vous rendre ma copie demain…