Beauraing 1 (mars 2016)
 

De retour de Belgique, près de Beauraing. Ce mini-camp de jeunes de 10 à 20 ans organisé par les Chercheurs de Dieu, c’était GÉNIAL !
 
Beauraing 2 (mars 2016)
 

Moi qui n’avais jamais parlé d’homosexualité devant un public aussi jeune, non seulement je n’ai choqué personne (j’ai eu un paquet de confirmations), mais j’ai été super bien reçu. Les Belges sont simples et gentils. Ils se prennent moins la tête que bien des Français, font moins d’histoires, et sont très accueillants. Certains ont halluciné d’apprendre que je n’étais pas invité en France pour parler d’homosexualité auprès des ados. En plus j’ai vu une jeunesse catholique belge audacieuse, des gamins attachants, simples, vifs, mâtures, qui osent témoigner de leur foi même devant un grand groupe (alors que certains n’ont que 11 ans !), oser s’engager solennellement en prêtant serment, etc.
 

Tous les gens présents (une cinquantaine) sont rentrés intégralement dans le séjour. Même les plus rétifs. Même les « p’tits mecs » qui d’habitude se forcent à venir et s’ennuient aux mini-camps. Que de joie ! Que de rigolades ! Que d’amitié ! Que de larmes d’émotions ! Que d’intériorité et de douceur ! Que de redécouvertes de la masculinité et de la féminité !
 

On m’a dit : « Enfin un mini-camp avec un thème intéressant, et avec un super témoin ! »
 
Beauraing 3 (mars 2016)
 

Les rares cas de gêne au départ sont venus de trois jeunes qui avaient en réalité une histoire de souffrance intime avec l’homosexualité ; mais quand la gêne s’est dissipée (certains rototos ont mis 24 heures à sortir) parce qu’il a fallu que la lumière se fasse en tête à tête, c’était encore plus beau et émouvant. Par exemple une jeune en questionnement par rapport à sa bisexualité m’a livré sa peur des hommes. Par exemple une autre jeune dont le père est homo, m’a montré combien elle avait porté toute sa famille à bout de bras. Autre exemple : une fille qui était sortie avec un garçon homo qui avait fini par lui faire porter la responsabilité de son homosexualité au moment de la quitter (après 6 mois de relation), s’affichait artificiellement « gay friendly » pour masquer sa profonde blessure. Que c’est beau, le don de ses peurs, de ses souffrances, de ses blessures profondes ! Et tellement inattendu !
 

Je reviens de Belgique avec un grand Amour pour Jésus et Marie ! Et un plus grand Amour pour les prêtres (car il y en avait des sensationnels ! Le père Dany-Pierre et le père Philippe notamment ; cf. saint Antoine de Padoue)

 

En réalité, nous, Français, avons tort de fixer les critères du « succès » ou de l’ « échec » ecclésial d’un pays, sur le nombre, l’organisation, l’intellect, le confort, la technique, la forme, etc. Beaucoup de Belges ont la fougue des premiers chrétiens, la pureté des résistants, la gentillesse que beaucoup de catholiques français n’ont pas. Pour moi, il n’y a pas de « marasme de l’Église de Belgique ». Ceux qui aiment et qui accueillent spontanément et simplement les personnes homosexuelles, ont une longueur d’avance sur les catholiques français qui pleurent sur la Belgique sans la connaître (alors qu’ils feraient mieux de pleurer sur leur propre sécheresse de cœur). Certains jeunes cathos belges ont 5 ans d’avance sur les jeunes catholiques pourris-gâtés-blasés de France.