pm

Petits morveux

 
 

 

NOTICE EXPLICATIVE

 

Les couples homos veulent des enfants ? Qu’ils commencent par les aimer

 

Accablante. Tout simplement accablante, cette haine homosexuelle FICTIONNELLE (et plus rarement concrétisée) des enfants que vous allez lire ci-dessous… (je n’y peux rien si le désir homosexuel est violent par nature !)

 

Qu’elle ne soit pas utilisée par les détracteurs de l’homoparentalité (qui auront la bêtise de penser que la fiction EST la réalité, que les personnes homosexuelles réelles n’aiment pas les enfants, et que le couple homo ne peut pas élever correctement un enfant) : c’est tout ce que je demande. Et qu’elle soit comprise par les personnes homosexuelles d’une part comme l’expression en elles du viol ou du fantasme de viol qu’elles subissent/ont subi (fantasme/viol qu’elles valident et actualisent parfois – sous forme de jalousie pédophobe – si elles ne le conscientisent pas), et d’autre part comme l’expression d’une sacralisation méprisante des enfants qui dépasse les frontières de la communauté homosexuelle, qui témoigne du sort inquiétant que la société toute entière réserve à la Vie. Le désir homosexuel n’est que la partie visible de l’iceberg d’une haine SOCIALE grandissante à l’encontre des enfants et des adolescents à qui on fait de moins en moins confiance.

 
 

N.B. : Je vous renvoie également aux codes « Haine de la famille », « Éternelle jeunesse », « Clonage », « Viol », « Violeur homosexuel », « Orphelins », « Solitude », « Pédophilie », « Frère, fils, père, amant, maître, Dieu », « Chiens », « Milieu homosexuel infernal », « Parodies de mômes », et à la partie « Enfants noyés » du code « Eau », dans le Dictionnaire des Codes homosexuels.

 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.

 

 

FICTION

 

MORVEUX 1 Chucky

Chucky la poupée de sang


 

Souvent dans les fictions traitant d’homosexualité, les enfants maltraités ou turbulents apparaissent : cf. le film « Je vous hais petites filles » (2008) de Yann Gonzalez, la nouvelle « La Servante » (1978) de Copi (avec l’enfant-rat jouant au train), le film « L’Impossible M. Bébé » (1938) d’Howard Hawks, la pièce L’Enfant criminel (1948) de Jean Genet, le film « Juste une Nuit » (2002) de Max Mitchell, le film « Furyo » (1983) de Nagisa Oshima, le roman Reivindicación Del Conde Don Julián (1970) de Juan Goytisolo (avec le viol d’un enfant), le roman El Martirio De San Sebastián (1917) d’Antonio de Hoyos (avec le bébé-monstre), le film « La Peau » (1980) de Liliana Cavani (avec un autre bébé monstrueux), le film « Un Élève doué » (1998) de Bryan Singer (avec l’image d’une jeunesse diabolique), le film « Qui veut la peau de Roger Rabbit ? » (1988) de Robert Zemeckis, le film « Niño Pez » (2009) de Lucía Puenzo, le téléfilm « Clara cet été-là » (2003) de Patrick Grandperret (avec une vision catastrophique des adolescents), etc.

 

Par exemple, dans le film « Babysitting Andy » (2007) de Michael, Andy le sale gosse de première, 9 ans, est gardé par un couple homo qui tente de le gérer. Dans le film « Love Is Strange » (2014) d’Ira Sachs, le bébé braillant de Linda débarque à l’appart où George, le héros homo, se loge… et cette arrivée est la goutte d’eau qui fait déborder le vase et le plonge dans la désolation. Dans le one-man-show Les Gays pour les nuls (2016) d’Arnaud Chandeclair, le narrateur homosexuel ironise sur le cliché commun qui dit que les homos seraient les baby-sitters idéaux : « On sait très bien s’occuper des enfants. ‘Le gay adore les enfants.’ » En réalité, dès qu’il se rend compte que c’est exigeant, il s’énerve (« Tu veux que je t’en colle une ? »), perd son self control (« Putain, je ne savais pas que ça prenait autant. Nan, c’est vrai, faut être patient. »). Il aime davantage les enfants comme des objets que comme des êtres humains : « On a envie que nos neveux soient cultivés. Et surtout beaux. Oui, c’est très important pour nous, les gays. »

 

Nombreux sont les personnages homosexuels qui méprisent ou insultent les enfants. « Je déteste les bébés. » (Leni dans le film « Freak Orlando » (1981) d’Ulrike Ottinger) ; « Je tire à boulet rouge sur tout ce qui bouge. Les handicapés. Les enfants. » (Doris la lesbienne dans la pièce Doris Darling (2012) de Ben Elton) ; « Ils sont à buter, ces gosses ! » (Gaby dans la pièce Faim d’année (2007) de Franck Arrondeau et Xaviéra Marcjetti) ; « La vraie tare de nos vies, ce sont les enfants. » (Mathilde dans la pièce Le Retour au désert (1988) de Bernard-Marie Koltès) ; « Les gosses d’aujourd’hui sont bavards ! Beaucoup de bruit pour ne rien dire. » (Mamita dans le one-man-show Gérard comme le prénom (2011) de Laurent Gérard) ; « Tu vas t’arrêter de remuer dans ta poussette, espèce de petite peste ? » (Berthe à son bébé dans le roman La Cité des Rats (1979) de Copi, p. 33) ; « Cette mouflette, je la tue ! » (idem, p. 61) ; « Dors, dors, petit méchant loup… nous irons demain cueillir des fraises… dans les bois de Saint-Amour ! » (Louise à l’enfant de Jeanne, dans la pièce La Journée d’une Rêveuse (1968) de Copi) ; « Enlève ton monstre de mon panier. » (Robbie, le héros gay parlant de l’enfant d’un ex dans le film « Dérive » (1983) d’Amos Gutmann) ; « Tu n’es qu’un enfant répugnant ! Je te hais ! […] Vas-t’en, monstre ! » (Petra la lesbienne à sa fille Gaby, dans le film « Die Bitteren Tränen der Petra von Kant », « Les Larmes amères de Petra von Kant » (1972), de Rainer Werner Fassbinder) ; « Silvano fut réveillé en sursaut par le bruit des pétards et le vacarme dans la rue. […] Il se dirigea vers son bureau pour chercher un revolver […]. Des gamins déguisés arrivaient de la rue avec des serpentins et des tambours. […] L’intrusion des enfants ne prédisait rien de bon. (Copi, La Vie est un tango (1979), pp. 170-171) ; « Serais-je en enfer, se demanda-t-il. À bien y penser il était bien possible qu’il fût mort depuis plusieurs jours. […] Les enfants de la rue, depuis que le carnaval avait commencé, ressemblaient de plus en plus à des démons. (idem, p. 174) ; « Pierina veut m’enfoncer la main dans la bouche, ils trouvent ça drôle. Elle sent la merde, j’essaie de m’en débarrasser, de la passer à Michael. » (la voix narrative en charge de sa filleule, la petite Pierina, dans le roman Le Bal des Folles (1977) de Copi, p. 157) ; « J’ai horreur des enfants, je n’aime pas le père, je n’ai pas envie d’être abîmée. » (Fédora, la lesbienne envisageant d’avorter, dans le roman Journal de Suzanne (1991) d’Hélène de Monferrand, p. 245) ; « L’ado de base ne pense qu’au cul. » (Paul dans la pièce Inconcevable (2007) de Jordan Beswick) ; « Et tous ces enfants qui meurent de faim chaque jour… et nous qui allons passer un repas somptueux… » (Jules, le dandy homosexuel, s’exprimant dans un dolorisme jouissif, dans la pièce Les Sex Friends de Quentin (2013) de Cyrille Étourneau) ; « Vous savez comment sont les enfants ? Dégoûtants, puants, chiants. » (Jeanne dans la comédie musicale « La Belle au bois de Chicago » (2012) de Géraldine Brandao et Romaric Poirier) ; « Toute une batterie de mioches qui piaillent et gambadent partout. » (Jean-Louis, le héros hétéro de la pièce Y a comme un X (2012) de David Sauvage) ; « Moi, je n’aime pas les enfants. » (Adam, l’un des deux héros homosexuels, dans le film « W imie… », « Aime… et fais ce que tu veux » (2014) de Malgorzata Szumowska) ; « Les ados sont des crétins. » (Amy, l’une des lycéennes quasi lesbiennes de la série Faking It (2014) de Dana Min Goodman et Julia Wolov, l’épisode 1 « Couple d’amies » de la saison 1) ; « Ils sont comme deux enfants dans une cour : leur volupté, leur brutalité. » (Merteuil s’adressant à Valmont, dans la pièce Quartett (1980) d’Heiner Müller) ; « Tu t’acharnes à donner des cours de dessin à des sales mômes qui ont de l’acné en plus. » (Vanessa s’adressant à son mari Franck, dans la pièce L’Héritage était-il sous la jupe de papa ? (2015) de Laurence Briata et Nicolas Ronceux) ; « Est-ce qu’on est d’accord pour que tous les parents mettent leurs enfants mettent leurs enfants en mode avion. » (Jérémy Lorca parlant des enfants qui braillent autour de lui dans les lieux publics, dans son one-man-show Bon à marier, 2015) ; « C’est pas des gosses qu’on a faits. C’est des sauvages. » (Aurélie s’adressant à son meilleur ami homo Victor, en parlant de leurs enfants respectifs Emma et Diego, dans le téléfilm Fiertés (2018) de Philippe Faucon, diffusé sur Arte en mai 2018) ; « Les enfants sont très cruels entre eux. » (Eva, la Fille-À-Pédés, dans le film « Pédale douce » (1996) de Gabriel Aghion) ; etc.

 

Dans le film « A Single Man » (2009) de Tom Ford, Jim parle en très mauvais termes de sa voisine Susan et de son « sale gosse de fils ». Dans la pièce Confessions d’un vampire sud-africain (2011) de Jann Halexander, Pretorius, le vampire homosexuel, dit qu’il voit autour de lui « des bandes de gamins qui ne l’aiment pas ». Dans la pièce Psy Cause(s) (2011) de Josiane Pinson, la petite Auriane dessine un bébé écrabouillé sur une feuille ; un peu plus tard, une grand-mère traite sa petite-fille de « pute », et les autres descendants passent sur le grill aussi : « Je sais pas pourquoi. J’arrive pas à m’y attacher, à ces p’tits. Ça doit être… parce que je ne suis pas une grand-mère finie ! » Dans le film « Cloudburst » (2011) de Thom Fitzgerald, Stella, l’héroïne lesbienne, traite Molly, la petite-fille de Dotty sa compagne, de « petite conne de petite-fille ». Dans le one-man-show Gérard comme le prénom (2011) de Laurent Gérard, Mamita est une grand-mère acariâtre qui maltraite son petit-fils Corentin. Dans le film « Après lui » (2006) de Gaël Morel, Camille se fout de son petit-fils qui vient de naître. Dans le film « Après lui » (2006) de Gaël Morel, Franck, le héros homosexuel, abandonne un gamin noir dans un immeuble. Dans le one-(wo)man-show Zize 100% Marseillaise (2012) de Thierry Wilson, Zize, le travesti M to F, se fout de la gueule de son neveu trisomique. Dans son sketch de la « Belle-mère », Bénureau incarne une grand-mère odieuse qui méprise la famille de sa fille, y compris les enfants. Dans son one-man-show Jérôme Commandeur se fait discret (2008), Jérôme Commandeur traite les enfants de « cons ». Dans le roman À mon cœur défendant (2010) de Thibaut de Saint-Pol, Madeleine se retrouve dans une voiture aux côtés d’un enfant peu docile ; une fois qu’elle échappe à sa compagnie, elle « savoure le fait de ne plus avoir un petit morveux de dix ans qui s’agite à côté d’elle » (p. 41). Dans la pièce Confessions d’un vampire sud-africain (2011) de Jann Halexander, Pretorius trouve que son neveu de six ans est « désagréable parce qu’il n’arrête pas de brailler ». Dans la pièce Loretta Strong (1978) de Copi, l’enfant de Linda est qualifié de « monstre ». Dans la pièce L’Ombre de Venceslao (1978) de Copi, l’enfant de China et Rogelio ne « fait rien que vomir son biberon » (p. 40) ; on apprend plus tard que sa chère mère a mis de l’insecticide anti-cafards dans le biberon de son bébé croyant que c’était du lait concentré… Dans la pièce On vous rappellera (2010) de François Rimbau, Lucie la lesbienne endosse son costume de Cruella de Vil exprès pour effrayer les enfants. Dans la pièce Parfums d’intimité (2008) de Michel Tremblay, Luc nous parle de « ribambelle d’enfants vagissants ». Dans le one-man-show Comme son nom l’indique (2008) de Laurent Lafitte, la grand-mère Grany traite sa petite-fille de « gouine » et de « truie ». Dans le one-man-show Madame H raconte la saga des transpédégouines (2007) de Madame H, les enfants (et surtout ceux du Tiers-monde) sont qualifiés de « capricieux ». Dans le film « Le Temps qui reste » (2005) de François Ozon, Romain dit clairement « J’aime pas les enfants », même si pendant tout le film, son attitude envers eux restera jalouse et narcissique. Dans le film « Vas voir maman, papa travaille » (1977) de François Leterrier, Julie dit détester les enfants. Dans la pièce Comme ils disent (2008) de Christophe Dauphin et Pascal Rocher, David méprise Eytan, le neveu de 7 ans de Philibert : « Et qu’est-ce qu’on va en faire ? » ; en ce qui concerne Mégane, la petite nièce de son « mari », David n’est pas tellement plus tendre puisqu’il la dit « hideuse » ; par ailleurs, il laisse entendre qu’il ne veut pas d’enfants. Dans le film « Boys Like Us » (2014) de Patric Chiha, le jeune Julien et son frère sont intenables dans l’appartement d’un des héros homosexuels, Rudolf (« Vous ne voulez pas jouer ailleurs, les enfants ? »). Plus tard, quand Rudolf et ses deux amis gays Nicolas et Gabriel partent en virée en montagne autrichienne, ils tombent sur Andreas un moniteur d’un groupe de jeunes ados qui fait réagir Gabriel : « C’est bizarre, ces enfants, ils sont super sages. Ils ne sont pas beaux. » Ensuite, Gabriel part à la recherche de ce groupe juvénile pour draguer Andreas : les enfants de la colo sont montrés à Gabriel au viseur de pistolet-mitrailleur par le vieux prêtre autrichien (tout un symbole !).À la fin du film, Gabriel retrouve Andreas, et ce dernier lui demande s’il aime les enfants… ce à quoi Gabriel rétorque : « Je ne sais pas. » Dans le one-woman-show Chatons violents (2015) d’Océane Rose-Marie, Océane, l’héroïne lesbienne, traite les enfants de « petits gnomes blancs à lunettes ». Dans la chanson « Soyez pédé » de GiedRé, tous les enfants sont traités de « mongoliens », et l’homosexualité est présentée comme un remède à la surpopulation de la Planète : « Pour freiner le flot des mariages bâclés, il n’est qu’un remède : soyez pédés ! » Dans la pièce Hétéro (2014) de Denis Lachaud, les « pères » homosexuels de Gatal sont de véritables despotes avec leur fils unique : ils téléguident sa vie à sa place : « Ça ne peut plus durer. Ça rime à quoi ?? » dit l’un d’eux parce qu’il ne comprend pas que son fils ne soit pas encore en couple avec un homme. Ils le maltraitent verbalement, le qualifient d’« animal violent », de « tête à claques ». Gatal est présenté par ses deux « pères » comme un véritable sale gosse… alors qu’il a l’air au contraire d’être un enfant docile et sage : « Tu as été un petit animal violent, un enfant insatiable. » (le père 2) ; « Ce gosse, il est vif comme une huître. » (idem) Ce dernier, totalement infantilisé, a fini par intégrer qu’il était « l’animal colérique qu’il a fallu dompter » et qui « doit quitter la Voie de la Bête ». Dans la pièce Soixante degrés (2016) de Jean Franco et Jérôme Paza, Rémi et Damien, les deux héros bisexuels, n’y vont pas de main morte avec les enfants. Par exemple, Rémi a exercé le métier de magasinier, et évoque « ces cons de gamins » qu’il y croisait. Quant à Damien, il prend des cours de taï-chi, mais dit qu’il a arrêté de s’entraîner à l’hôpital, son lieu de travail d’infirmier, « car il a rouvert la plaie d’un enfant ». Et il avoue qu’il vole ses jeunes patients : « C’est moi qui récolte l’argent de poche des gamins à l’hosto. » Dans le film « Certains l’aiment chaud » (1959) de Billy Wilder, Joe, déguisé en capitaine, effraie un enfant sur la plage avec son bâton. Dans la pièce Drôle de mariage pour tous (2019) de Henry Guybet, quand Caroline demande à Marcel et Dominique, « mariés » en couple, s’ils comptent avoir des enfants, ils répondent à l’unisson « Ah non ! Surtout pas ! »… et Marcel rajoute un peu plus tard : Aaah… les enfants… c’est pas tous les jours la joie ! »

 

Beaucoup de personnages homosexuels disent qu’ils ne souhaitent pas être père ou mère : « J’veux pas élever des enfants. » (cf. la chanson « Peter Pan » de Nicolas Bacchus) ; « Tu t’épuises à procréer. » (Georges à Mercedes/Henri, dans la pièce La Cage aux Folles (1973) de Jean Poiret, version 2009 avec Christian Clavier et Didier Bourdon) ; « Veux-tu bien la boucler, petit mouflet ! Bientôt, je t’expulserai ! » (Anne Cadilhac dans son concert Tirez sur la pianiste, 2011) ; « Je ne veux pas d’enfants. Il y a assez de gens comme ça sur Terre. » (Léo, le héros homosexuel aveugle, dans le film « Hoje Eu Quero Voltar Sozinho », « Au premier regard » (2014) de Daniel Ribeiro) ; « Parfois, quand il ne bougeait pas, le bébé lui semblait presque abstrait, aussi improbable que le Big Bang ou Dieu et tous les anges. » (Jane, l’héroïne lesbienne enceinte dans le roman The Girl On The Stairs, La Fille dans l’escalier (2012) de Louise Welsh, p. 86) ; « Je crois que j’ai jamais voulu être père. […] C’est pas mon truc, l’instinct de daron. » (Serge, le héros homo dans le téléfilm Fiertés (2018) de Philippe Faucon, diffusé sur Arte en mai 2018) ; etc.

 

Par exemple, dans le film « Love Is Strange » (2014) d’Ira Sachs, un des tableaux de Ben, le héros homo, représente un homme à deux têtes (siamois, donc) tenant sur ses genoux un bébé. Dans le film « Un Mariage à trois » (2009) de Jacques Doillon, Harriet, la femme bisexuelle, ne veut pas d’enfant. Dans le roman Babyji (2005) d’Abha Dawesar, Anamika plaint « toutes les femmes qui sont dans leurs cabanes étouffantes de deux mètres carrés, occupées à mettre leur portée d’enfants au lit. » (p. 28)
 

Dans le one-man-show Jefferey Jordan s’affole (2015) de Jefferey Jordan, le héros homosexuel nous promet dès le début du spectacle qu’il ne saoulera pas son public en lui racontant ses histoires de gosses et ses envies de paternité (plutôt le contraire) : « Je ne vous parlerai pas de mes gamins insupportables » Plus tard, il remet le couvert : « Moi, frustré de ne jamais avoir d’enfants ?? Ça m’étonnerait… » ; « Mesdames, gardez vos enfants. »
 

Les héros homosexuels qui ont eu des enfants sont parfois démissionnaires. « J’abandonne cet Ali ! » (Lou, l’héroïne lesbienne, au moment où son fils Ali naît, dans la pièce Les Escaliers du Sacré-Cœur (1986) de Copi) ; « J’espère que vous prendrez plus de soin de votre époux que vous n’en avez pris du bébé dont vous étiez responsable et que vous n’abandonnerez pas ce pauvre révérend dans un sac de voyage ou dans tout autre réceptacle au beau milieu d’une gare. » (Lady Bracknell dans la pièce The Importance To Being Earnest, L’Importance d’être Constant (1895) d’Oscar Wilde) ; etc. Par exemple, dans le film « Good Boys » (2006) de Yair Hochner, Mika déclare à sa petite fille (encore bébé) qu’« elle la déteste » ; elle essaie de l’abandonner. Dans le film « Toute première fois » (2015) de Noémie Saglio et Maxime Govare, le nourrisson de la sœur de Jérémie (le héros homo) est mal accueilli, mal aimé, y compris par ses parents (son père fait un coming out à la surprise générale) et ses grands-parents. Dans le film « Week-End » (2012) d’Andrew Haigh, Russell, le héros homosexuel, se retrouve perdu au milieu de ses « amis avec enfants » et montre leur vie de parents comme ennuyeuse et soûlante. Dès les premières images du film « The Bubble » (2006) d’Eytan Fox, on découvre que ce qui réunit le couple homosexuel Ashraf/Noam, c’est un bébé mort-né. Le cri qui clôt le poème « Le Feu » de Vicente Aleixandre dans le recueil Ombre du Paradis (1944) parle de lui-même : « Humain : ne nais jamais ! »

 

En général, la maternité et l’arrivée d’un bébé est vécue comme un terrible traumatisme, un cataclysme, une plaie, une horreur. « Pendant le trajet de Pau à Paris, il a cru qu’elle devenait folle. Elle venait seulement de comprendre qu’elle commençait une grossesse. » (André Gide, Les Faux-Monnayeurs (1925), p. 63) ; « Arlette s’était coupé les veines parce qu’elle était enceinte de Didier. » (Copi, La Vie est un tango (1979), p. 113) ; « La petite fille criait la nuit » (le bébé de Françoise, dans la nouvelle « Les Potins de la femme assise » (1978), p. 28) ; « Les mômes, ça pue, ça braille, ça pisse, ça hurle. C’est comme la prison. Une vraie saloperie, les gosses. » (le héros homo de la pièce Big Shoot (2008) de Koffi Kwahulé) ; « Elle me dégoûtait. » (Daphnée en parlant de son bébé qu’elle a tué, dans la pièce La Tour de la Défense (1974) de Copi, p. 171) ; « Quel pouvait bien être ce monstre ? » (cf. la description de l’enfant à l’intérieur du berceau, dans la nouvelle « À l’Ombre des bébés » (2010) d’Essobal Lenoir, p. 31) ; « Il faudrait être complètement irresponsable pour avoir des enfants dans un monde pareil ! » (Bryan dans le roman Si tu avais été… (2009) d’Alexis Hayden et Angel of Ys, p. 233) ; « Je déteste les maternités. » (Yves dans le film « Nés en 68 » (2008) d’Olivier Ducastel et Jacques Martineau) ; « J’adore ce gosse. Il me ferait presque croire que je pourrais un jour en avoir à mon tour, mais ma vision du monde renvoie ce genre de désir dans une impasse. » (Karin Bernfeld, Apologie de la passivité (1999), p. 23) ; etc.

 

MORVEUX 2 Angela Pope

Film « Une Vie normale » d’Angela Pope


 

Dans le film « Odete » (2005) de João Pedro Rodrigues, le désir de maternité chez la femme est totalement diabolisé. Dans le film « Senza Fine » (2008) de Roberto Cuzzillo, l’annonce du bébé coïncide avec celle du cancer d’une des deux héroïnes du couple lesbien. Dans le film « Orphée » (1950) de Jean Cocteau, Orphée piétine sans le faire exprès le petit chausson en laine tricoté par sa femme Eurydice au moment où elle va lui dire qu’ils attendent un bébé sous peu : « Qu’on ne m’annonce plus de grande nouvelle, surtout ! » Dans le roman La Vie est un tango (1979) de Copi, l’enfant est le premier symptôme de peste : « Docteur Soubirous ! Je crois qu’il y a un cas de peste. Un enfant a été mordu par un rat ! » (le travesti, p. 137) Toujours dans ce roman, Didier, le nourrisson d’Arlette et de Silvano, vomit partout et hurle ; à la naissance, on dirait un extra-terrestre : « Le petit Didier était né avec une tête énorme, disproportionnée pour un nouveau-né français. La pauvre Arlette supporta le martyr pendant l’accouchement. » (p. 101) Dans le roman Si tu avais été… (2009) d’Alexis Hayden et Angel of Ys, Bryan, l’homo qui a fait « accidentellement » un enfant à son amie Stéphanie, a encore du mal à réaliser la « connerie » qu’il aurait commise : « Cet ‘alien’, dans le ventre de Stéphanie, était de moi ! » (p. 402) Dans le roman À ta place (2006) de Karine Reysset, le bébé est défini comme un « parasite avorton » (p. 132), un « truc gluant » (p. 134), un « chiot » qu’on chie dans la cuvette des chiottes : « Pour toi, c’était un étranger, un alien, cette chose qui grouillait à l’intérieur de toi. » (l’héroïne se parlant à elle-même) Dans la pièce Hétéropause (2007) d’Hervé Caffin et de Maria Ducceschi, le bébé est comparé à un « Alien ». Dans la pièce Scènes de chasse en Bavière (1968) de Peter Fleischmann, Abram, le personnage homo, dans un accès de rage, poignarde la Tonka au ventre quand celle-ci lui annonce qu’elle attend un enfant de lui : « Tu peux pas mettre au monde un gosse de moi ?!? […] Fais-le sauter ! […] Je veux pas de gosse !!! Je veux rien avoir à faire avec un gosse !! » Dans le one-man-show Hétéro-Kit (2011) de Yann Mercanton, Solange, la « fille à pédé », conseille à son meilleur ami gay, de « ne jamais faire d’enfants ! ». Dans le film « Footing » (2012) de Damien Gault, même scénario : « C’est un vrai calvaire : fais pas d’enfants. » dit l’amie d’enfance à son ami homo Marco.

 

À en croire le personnage homosexuel, les enfants sont d’une cruauté et d’une monstruosité innommables : « Tu dis : la méchanceté de l’enfance est celle qui atteint le plus, qui vise au plus juste, dont le souvenir dure le plus longtemps. Je me souviens des rires, des sarcasmes. » (la figure de Proust à Vincent dans le roman En l’absence des hommes (2001) de Philippe Besson, p. 99) ; « Les enfants sont moqueurs. Il est triste, le fils du Boxeur. » (Piotr Barsony, Papa porte une robe, 2004) ; « Les enfants, c’est parfois cruels entre eux. » (Lisa dans le film « Tous les papas ne font pas pipi debout » (1998) de Dominique Baron) Il arrive que le personnage homosexuel se retrouve face à un gamin objectivement détestable : « Cette méchante enfant tient de sa grand-mère. » (Karen, l’héroïne lesbienne, par rapport à la petite peste Mary, dans le film « The Children’s Hour » (« La Rumeur » (1961) de William Wyler) Mais même dans ces cas-là, l’enfant est souvent diabolisé. On retrouve beaucoup les enfants sorciers ou tueurs chez Pedro Almodóvar : la petite fille rousse qui a le pouvoir maléfique de bloquer les ascenseurs à distance dans le film « Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? » (1984), l’enfant-assassin dans les films « Tacones Lejanos » (« Talons Aiguilles », 1991) et « Volver » (2006).

 

L’enfant est détesté parce qu’il est considéré comme l’enfant du viol. Par exemple, dans la pièce À toi pour toujours, ta Marie Lou (2011) de Michel Tremblay, le quatrième enfant (Roger) est l’enfant du viol entre Marie Lou (la mère) et Léopold (le père) : « Comme les trois autres fois où tu m’as violée, tu m’as fait un autre petit. » Et les quatre enfants de la famille sont conçus et montrés ainsi.

 

Cette diabolisation des enfants peut avoir des conséquences fictionnelles lourdes. Le personnage homosexuel en arrive parfois jusqu’à la maltraitance et l’infanticide à l’égard des enfants. « Un bébé arriva en marchant à quatre pattes de derrière le comptoir, il était dans un état de saleté indescriptible, couvert de chocolat jusqu’aux cheveux. C’était une petite fille. Elle se traîna jusqu’à Mme Pignou et s’accrocha à sa jupe, la salissant de chocolat. La boulangère se précipita sur elle, la giflant de chocolat. ‘Nadia, Nadia’, criait-elle, ‘tu vas arrêter d’embêter la dame ?’ » (cf. la nouvelle « Madame Pignou » (1978) de Copi, p. 49) ; « Mesures à prendre si vous enfantez d’un petit saturnien : faites-le tourner sur lui-même jusqu’à l’épuisement total avant de le barder et de le faire bronzer dans votre four. » (la Comédienne dans la pièce La Nuit de Madame Lucienne (1986) de Copi, p. 241) ; « Une auditrice de la planète Jupiter se confesse à l’antenne : Elle a dévoré ses quintuplés ! » (idem, p. 240) ; « Moi, c’que je veux, c’est noyer tous les bébés ! » (Camille, la lesbienne du one-woman-show Vierge et rebelle (2008) de Camille Broquet) ; « GPA : Gestation Par l’Anus. » (Rodolphe Sand imitant une femme hétéro mère porteuse, dans son one-man-show Tout en finesse , 2014) ; « C’est dur, un enfant. Et comme je suis avec une fille en ce moment, j’ai le temps de réfléchir… et de réunir l’argent. » (Shirley Souagnon qui, en simulant de raconter un conte pour enfant à sa future progéniture, s’imagine en train de « pousser l’enfant dans l’escalier », dans son concert Free : The One Woman Funky Show, 2014) ; etc.

 

Par exemple, dans la comédie musicale Les Divas de l’obscur (2011) de Stephan Druet, le prince jette le bébé par la fenêtre ; et après, chacune des divas le démembre, et on entend des hurlements de bébé. Dans le film « Strangers On A Train » (« L’Inconnu du Nord-Express », 1951) d’Alfred Hitchcock, Bruno éclate volontairement le ballon de baudruche d’un petit garçon présent à la fête foraine ; ou bien terrifie tous les gamins du manège en le faisant s’emballer. Dans la pièce Entre fous émois (2008) de Gilles Tourman, Jarry hurle sur un petit de 7 ans dans le restaurant parce qu’il mange en ouvrant la bouche ; plus tard, il rentre dans la peau d’une mère qui piétine comme une merde son fils appelé Fred-Ange. Dans la pièce D’habitude j’me marie pas ! (2008) de Stéphane Hénon et Philippe Hodora, la petite fille de 3 ans des protagonistes est attachée à un poteau sous la neige en plein hiver par sa mère lesbienne. Dans la pièce My Scum (2008) de Stanislas Briche, on encourage carrément le spectateur à « baiser des bébés » ; d’ailleurs, à en croire les protagonistes de ce drame, ces mêmes nourrissons ne sont apparemment bons qu’à laisser « des couches pleines de merde ». Dans la pièce La Nuit de Madame Lucienne (1986) de Copi, Vicky raconte qu’à l’Assistance publique, elle « a poignardé sa voisine de lit à l’âge de treize ans ». Dans la pièce Les Divas de l’obscur (2011) de Stephan Druet, le prince charmant balance le bébé des divas par la fenêtre ; ensuite, chacune d’entre elles prend une poupée de bébé et la démembre lentement et sadiquement devant les spectateurs, sous les hurlements et les pleurs de nourrissons en fond sonore. Dans le roman Le Bal des Folles (1977) de Copi, Pierina, le bébé (et la filleule) de la voix narrative, se fait « enculer » puis tuer sauvagement (p. 162). Dans la pièce Eva Perón (1969) de Copi, Evita raconte à sa mère « qu’elle a eu un enfant et qu’elle l’a pendu avec la chaîne des cabinets. » Dans le roman À mon cœur défendant (2010) de Thibaut de Saint-Pol, Madeleine, l’héroïne, a préféré sauvegarder le Traité de Versailles plutôt qu’un enfant de 7 ans envoyé aux camps d’extermination nazis : « Je songe beaucoup à Franz. Je me sens tellement coupable… Je n’ai été qu’une idiote. Pourquoi l’ai-je laissé seul dans ce café ? J’aurais pu le sauver. J’ai sacrifié la vie d’un gosse pour un vieux parchemin et je ne pourrai jamais me le pardonner. » (p. 171) Dans la pièce Quand je serai grand, je serai intermittent (2010) de Dzav et Bonnard, Monique et Robert laissent leurs enfants fondre sur la banquette arrière de leur Laguna. Dans le film « Strella » (2009) de Panos H. Koutras, Strella, le transsexuel, a du mal à dissimuler son aversion des enfants : par exemple, elle grimace de manière sérieuse et très méchante face au tout jeune Alex ; elle fait même exprès de faire tomber le sapin de Noël sur le petit… Dans la pièce Ça s’en va et ça revient (2011) de Pierre Cabanis, Hugo, le héros homosexuel, pense que « faire un enfant est la chose la plus égoïste qui soit » ; et sa meilleure amie, Franckie, songe à « expulser son chien », c’est-à-dire à avorter. Dans la pièce La Tour de la Défense (1974) de Copi, Daphnée a tué sa petite fille et l’a enfermée dans une valise : « C’est avec votre revolver que je l’ai tuée. » Dans la pièce Les Amers (2008) de Mathieu Beurton, Kévin, le héros homosexuel, fait un enfant à son amie Jenny, puis ils décident tous les deux de le tuer avec des aiguilles à tricoter : « J’en voulais pas du crabe ! » dit Kevin à propos du bébé. Dans son spectacle musical Bénureau en best-of avec des cochons (2012), Didier Bénureau rentre dans la peau d’une mère indigne qui gave son petit enfant (« ‘Maman’ a toujours été très très gentille avec Jeanjean. ») pour avoir la paix (« Au moins, le miens, il est pas prêt de bouger ! ») et qui le frappe (« Quel abruti ! »). Dans le one-man-show Raphaël Beaumont vous invite à ses funérailles (2011) de Raphaël Beaumont, les enfants se font trucider : le petit Paul-Gaultier est menotté à son lit ; le pare-brise vivant crache sur un enfant qui met les doigts dessus ; sur le site fictif « Syndromedestockholm.com », il y a une application « glougloulepetitgregory » ; etc. Dans la pièce L’Homosexuel ou la difficulté de s’exprimer (1967) de Copi, le spectateur assiste à un avortement : Irina « chie » son « salopard d’enfant » comme une merde. Dans le roman La Vie est un tango (1979) de Copi, Graciela, qui a 14 ans, a déjà avorté 2 fois. Dans la nouvelle « Une Langouste pour deux » (1978) de Copi, Ludovic, le fils de 3 ans de Marina, échappe de peu à la noyade. Dans le film « La Belle Saison » (2015) de Catherine Corsini, Carole, l’héroïne lesbienne, pratique des avortements et aide les jeunes femmes au Planning Familial à prendre la pilule en la banalisant.

 

On nous laisse parfois entendre que les violeurs d’enfants sont les personnages homosexuelles eux-mêmes : « Place Saint-Sulpice est fermée par la police, on vient de violer et d’étrangler une fillette dans la vespasienne presque sous les yeux de la police. » (cf. les dernières lignes du roman Le Bal des Folles (1977) de Copi, p. 163) ; « Tu violes des p’tits handicapés de 10 ans : le commun du p’tit pédé… » (Jonathan, en boutade à son amant Frank, dans la pièce Fixing Frank (2011) de Kenneth Hanes) ; « Je parie que toi et Peggy, vous faites des trucs aux gosses… » (Santiago s’adressant au couple lesbien Doris-Peggy, dans la pièce Doris Darling (2012) de Ben Elton) ; « C’est des bébés. On les tue à la naissance. C’est très à la mode. Tout le monde se les arrache. » (Jérémy Lorca imitant un vendeur Prada, dans son one-man-show Bon à marier, 2015) ; etc. On peut évoquer aussi la figure de Martin Essenbeck violant la petite fille juive, dans le film « Les Damnés » (1969) de Luchino Visconti. Je m’arrêterai là car j’aborde plus largement la question de la pédophilie dans le code « Pédophilie » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels.

 

MORVEUX 3 JPierre Melville

Film « Les Enfants terribles » de Jean-Pierre Melville (Catherine qui va tirer la langue)


 

La haine des enfants chez le personnage homosexuel n’est pas tant sciemment cruelle qu’idolâtre et iconoclaste, puisqu’ils sont en général réifiés à l’état de poupons (cf. le Fils-objet de la pièce La Journée d’une Rêveuse (1968) de Copi, le bébé-objet dans le film « Hush ! » (2001) de Ryosuke Hashiguchi, le film « Baby Doll » (1956) de Tennessee Williams, le film « Chocolate Babies » (1996) de Stephen Winter, le film « Sonate d’Automne » (1978) d’Ingmar Bergman, le film « Tacones Lejanos » de Pedro Almodóvar, le film « Le Cercle des Poètes disparus » (1989) de Peter Weir, le film « La Fête des pères » (1989) de Joy Fleury, etc.). Cette haine pédophobe tient plus de la pulsion sadique dirigée sur la poupée vaudou ou contre soi-même que de la destruction concrète d’êtres humains… Elle traduit tout de même une violence, mais celle-ci reste circonscrite aux mots, au jeu humoristique, à la mise en scène de viol : « Les 3 sœurs de Tchekhov étaient en train de construire elles aussi un enfant en papier mâché. » (Copi, Un Livre blanc (2002), p. 107) ; « Le vieil ami Tarzan a tout juste fini de se construire un enfant avec un bon tronc d’arbre, des lianes, un singe et des feuilles en matière plastique collées ensemble une à une. » (idem, p. 102) ; « une statue en train de jouer au bilboquet […] (la statue, c’est-à-dire l’enfant, est juste au milieu de la place) » (la voix narrative dans le roman L’Uruguayen (1972) de Copi, p. 18) ; « Vous jouez avec le bébé ? » (Joachim s’approchant du couple lesbien Emma/Adèle qui touche le ventre arrondi de Liz, dans le film « La Vie d’Adèle » (2013) d’Abdellatif Kechiche) ; etc. Dans la pièce Confessions d’un vampire sud-africain (2011) de Jann Halexander, Pretorius ne conçoit pas les enfants autrement que comme des objets (il parle de « cette chose nommée ‘enfant’ »). Dans le spectacle musical Un Mensonge qui dit toujours la vérité (2008) d’Hakim Bentchouala, la figure de Jean Cocteau parle des « enfants volés », comme pour signifier qu’ils sont des bibelots. Dans la pièce Loretta Strong (1974) de Copi, le bébé à naître est comparé à une marionnette qu’on piétine, qu’on fracasse contre le mur, tel un être robotique dont on cherche à se persuader par l’iconoclastie qu’il est humain, précisément parce qu’on n’en est pas sûr : « C’est du métal, c’est du vivant. » Dans le film « Pink Flamingos » (1972) de John Waters, des lesbiennes mettent des bébés en vente. Dans le one-man-show Tout en finesse (2014) de Rodolphe Sand, Joyce, la lesbienne, soutient qu’elle « n’est pas malade » et qu’elle « veut juste un gosse »… mais on découvre qu’elle donne des croquettes à ses enfants, les fait coucher dans des litières, et dit d’un air très pince-sans-rire qu’« elle adore les enfants » et qu’elle « en a déjà mangé 4 ». Elle est même prête à couper en deux l’enfant qu’elle aura avec le couple homo Claudio/Rodolphe qui souhaitaient faire un projet de coparentalité (« On fait 50/50 pour l’enfant ? »).

 

Il est souvent question du vol d’enfants : le vol de la petite fille de Daphnée dans la pièce La Tour de la Défense (1974) de Copi, les « voleurs d’enfants… » de la forêt Douar Dbada dans le roman Le Jour du Roi (2010) d’Abdellah Taïa, etc. « Fatoumata, tu pues ! » (Rodolphe Sand se mettant dans la peau d’une odieuse bourgeoise dirigeant un orphelinat au Burkina-Faso, et y faisant un trafic d’enfants avec des couples homosexuels adoptants, dans son one-man-show Tout en finesse , 2014)

 

Le désir d’enfant semble être la parade la plus facile qui ait été trouvée par le couple homo fictionnel contre l’ennui d’une vie conjugale en manque de perspectives. La progéniture est envisagée comme un « cadeau magnifique », comme LA preuve d’amour suprême que le héros homo veut absolument « offrir » à son compagnon. Même si l’intention et la sincérité amortissent la démarche de réification du bambin, on n’est pas loin du caprice égoïste et de l’animalisation des enfants : « On devrait prendre un chien. Tu aimes les chiens. » (Sven à son copain Göran, pour calmer en lui le désir d’enfant, dans le film « Les Joies de la famille » (2009) d’Ella Lemhagen) ; « Tu sais quoi ? Je vais t’acheter un chien. » (Frédérique face à son amante Heïdi qui veut un enfant, dans la pièce Et Dieu créa les folles (2009) de Corinne Natali) ; « Je m’ennuie… On devrait peut-être adopter ? » (un des héros gay à son compagnon, dans la comédie musicale Encore un tour de pédalos (2011) d’Alain Marcel) ; « Si on avait été hétéros, pour booster un peu notre couple, on aurait eu un enfant ! » (Jonathan s’adressant cyniquement à son amant Matthieu avec qui il sort depuis un an… et avec qui il s’ennuie déjà, dans la pièce À partir d’un SMS (2013) de Silas Van H. ; ils décident finalement de se rabattre sur l’adoption du chien) ; « En général, je préfère les chiens aux enfants. » (Ashe dans le roman Riches, cruels et fardés (2002) d’Hervé Claude, p. 37) ; « [À défaut d’enfants,] Caro et moi, on a adopté des rats. » (Camille, la lesbienne du one-woman-show Vierge et rebelle (2008) de Camille Broquet) ; « Fais comme Arnaud. Achète une perruche. Ce sera plus simple ! » (Stef, le héros homo parlant à Vivi qui veut un enfant avec son compagnon Norbert, dans la pièce Copains navrants (2011) de Patrick Hernandez) ; « On peut fonder une famille. Avec les enfants. Le petit chien. La belle-mère. » (Fabien Tucci, homosexuel, dans son one-man-show Fabien Tucci fait son coming-outch, 2015) ; etc.

 

Dans la pièce Bonjour ivresse ! (2010) de Franck Le Hen, pour que son ami gay Benoît puisse pallier son désir d’« avoir un enfant », Wanda lui suggère d’« appeler la SPA ». Dans la comédie musicale La Bête au bois dormant (2007) de Michel Heim, l’analogie entre le bébé des « homoparents » et le chien est claire : le labrador livré par la cigogne aux amants homos sera leur substitut d’enfant. Dans la comédie musicale À voix et à vapeur (2011) de Christian Dupouy, le bébé n’est pas envisagé comme un Tout, mais comme la « valeur ajoutée » d’un bonheur conjugal homo qui serait parfait avec elle : « Que manque-t-il à ta vie ? Je vois des larmes dans tes yeux… » demande l’un des héros gay à son compagnon, en évoquant la possibilité de l’homoparentalité. Une fois leur décision prise, les partenaires cherchent d’ailleurs un bébé de la même couleur que leur papier peint ! Il est défini comme « un cadeau de Noël » pour la mère de l’un des deux « papas ». On rentre complètement dans l’idée de l’enfant-objet, réclamé comme un dû, sous forme de « droit d’égalité ». Dans la pièce Les Vœux du Cœur (2015) de Bill C. Davis, le bébé que le « couple » Bryan et Tom vont élever est comparé à un chien : « Bonne chance avec le rottweiler. » dit Bryan ; et Tom, en regardant le berceau près de Bryan, lui répond : « Bonne chance avec le… »

 

Dans la pièce L’un dans l’autre (2015) de François Bondu et Thomas Angelvy, Thomas et François envisagent toujours la filiation sous l’angle canin : « On aura p’têt notre petit chien… Et p’têt, qui sait, notre fils. » (Thomas) Ils se lancent dans un voyage en pleine forêt tropicale thaïlandaise pour aller chercher Tchang, un bébé de trois ans qu’ils veulent adopter. Voyant qu’il y a eu quiproquo à propos de l’adoption, ils rebroussent chemin : « C’est pas grave. On adoptera un chien. » (Thomas) À la fin, Thomas achète à François un poisson rouge, à défaut de pouvoir adopter : « Et pour finir, François, je te présente Tchang. Tiens, dis bonjour à papa. »
 

Si jamais l’enfant est valorisé par le personnage homo, c’est généralement en vue d’une récupération. Par exemple, dans le roman Deux femmes (1975) de Harry Muslisch, Sylvia freine le désir d’enfant chez son amante Laura : « À mon avis, tu n’aimes pas du tout les enfants. Les enfants, pour toi, ce n’est qu’un moyen de régler tes comptes avec ta mère. » ; face au mutisme de sa compagne, elle reprend : « Et si finalement tu avais eu un enfant, tu l’aurais aimé ? » ; Laura finit par cracher le morceau, en lui répondant : « Oui, car dès le moment de sa naissance, je n’aurais plus pensé à ma mère. Tu as raison, je n’aime pas les enfants, mais j’aurais aimé cet enfant-là, car je n’aurais pas été fille, mais mère. » (p. 80) Dans le film « Le Refuge » (2010) de François Ozon, le bébé est utilisé comme un objet de vengeance sociale : le refus de l’avortement n’est même pas beau puisqu’il préfigure une instrumentalisation future de l’enfant en faveur de droits qui ne privilégient pas la constitution d’une famille. Dans la pièce Cosmopolitain (2009) de Philippe Nicolitch, la demande d’adoption d’un orphelin par le couple lesbien Clothilde/Jennifer, et leur refus d’avoir un enfant par voie naturelle, cachent une vision désenchantée et apocalyptique du monde : « Si c’est pour encombrer la planète d’une âme supplémentaire… » Dans le film « On ne choisit pas sa famille » (2011) de Christian Clavier, Kim et sa compagne veulent d’un enfant (Maeli) à tout prix, et menace César, celui qui doit endosser temporairement le rôle du père adoptif pour crédibiliser leur combine, de chantage financier : « Je te préviens : Si je ne rentre pas avec Maeli, tu n’auras pas ton pognon ! » ; etc.

 

Par exemple, dans la pièce Gouttes dans l’océan (1997) de Rainer Werner Fassbinder, Léopold demande à son amant Franz s’il « aime les enfants » et celui-ci lui répond : « À vrai dire non. Je ne sais pas vraiment m’y prendre. Il me tape vite sur les nerfs. » Franz ne les envisage que comme une transposition narcissique de son propre couple puisqu’il veut appeler ses deux hypothétiques enfants qu’il aurait avec Ana « Franz et Leopold ».

 

Dans la pièce Sugar (2014) de Joëlle Fossier, les enfants sont à la fois méprisés et demandés comme des dus. Par exemple, William menace Pierre « l’hétéro » de parvenir à avoir des enfants avec son copain Georges quand ils le désireront (après leur « mariage »). Et pourtant, il oblige Georges à renoncer à son passé d’homme marié et de père avec enfants, et à abandonner ses enfants pour le garder pour lui tout seul : « Tes enfants ! Ton alibi suprême ! »

 

Chez le personnage homo, la défense des enfants est parfois au service de projections purement égoïstes. Dans le film « Potiche » (2010) de François Ozon, par exemple, le dialogue entre Joëlle, vivant une vie de couple rangée, et sa mère Suzanne, le montre très bien. Joëlle tient un discours complètement contradictoire, puisqu’elle dit : « L’éducation des enfants, c’est moi qui m’en charge » ; mais une fois que sa mère lui demande « Tu as pensé aux enfants ? », elle lui répond : « Non, je pense à moi. »

 

Dans « Patrik, 1.5 » (« Les Joies de la famille », 2009) d’Ella Lemhagen (un film pourtant censé prouver que le couple homo peut tout à fait élever des enfants de manière équilibrée et aimante), l’image des enfants est très négative : ils sont montrés comme de méchants homophobes, de vulgaires délinquants qui insultent à la sauvette le couple homo de « pédés »… au point que Sven, l’un des deux héros homos, poussera le cri du cœur : « Putains de sales gosses ! » (Seul un de ces voyous – le jeune garçon élevé par ses deux « pères », justement – changera progressivement d’avis et se montrera sous un meilleur jour).

 

MORVEUX 4 Vincent Garenq

Film « Comme les autres » de Vincent Garenq


 

Dans le film « Comme les autres » (2008) de Vincent Garenq, le bébé est présenté comme un cadeau amer, car le couple d’hommes homos abandonne la mère porteuse comme une âme en peine sur le billard de la salle d’accouchement, une fois qu’ils ont eu ce qu’ils voulaient. Dans les fictions abordant de manière un peu plus posée les questions d’homoparenté, on constate avec étonnement que la « famille » homoparentale n’est pas présentée comme une structure facile à vivre par les personnages homos qui l’expérimentent : « Élever un petit garçon turbulent n’est pas de tout repos à tout âge, devient éprouvant lorsque le papa a atteint la cinquantaine depuis déjà quelques années. Pire encore, quand il y en a deux. » (cf. la première phrase du roman Accointances, connaissances, et mouvances (2010) de Denis-Martin Chabot) ; « Je supporte pas d’être chez moi. J’ai l’impression que je suffoque ; comme si je vivais dans le corps d’un autre, comme si je m’enfonçais dans la vie d’un autre. » (Jackson élevé par deux lesbiennes, dans l’épisode 7 de la saison 1 de la série Sex Education (2019) de Laurie Nunn).

 

Dans la pièce Le Mariage (2014) de Jean-Luc Jeener, Claire et sa compagne Suzanne font de leur projet « parental » un ordre et un caprice : « Je veux un enfant et je l’aurai ! » déclare Claire, ce à quoi le père de celle-ci lui répond : « Vous jouez à la poupée avec un petit être vivant ! » Pendant toute la pièce Le Fils du comique (2013) de Pierre Palmade, l’enfant est défini par tous les personnages comme une « envie », un « feeling », un « projet », un objet : « Si c’est un petit gars, ce sera un petit gars. Si c’est une poupée, ce sera une poupée. » déclare Sylvie, la fille à pédé. Et le pire, c’est que Pierre, le héros homosexuel, arrive à trouver ça « beau » et à s’émouvoir de son propre « désir de paternité ». Hallucinant.

 

Quand je vous dis que les personnes homosexuelles ne se rendent pas compte qu’elles détestent les enfants, je ne vous mens absolument pas. Plus une œuvre de fiction homosexuelle se donne pour tache de justifier l’injustifiable, c’est-à-dire de prouver que le désir homosexuel acté respecte vraiment les enfants et que les « familles homoparentales » sont des structures aussi bien que la famille traditionnelle et aimante formée d’une femme et d’un homme, plus elle (et son auteur) donne inconsciemment les preuves du contraire. C’est tout à fait le cas du roman pro-PMA (Procréation Médicalement Assistée) The Girl On The Stairs (La Fille dans l’escalier, 2012) de Louise Welsh, censé nous démontrer que la narratrice lesbienne enceinte, Jane, secondée de sa compagne Petra, aiment déjà « leur » enfant et qu’elles ont un projet noble, respectueux et « éthique ». Au départ, le lecteur y croit, puisque les deux femmes en couple chantent les louanges de leur bébé, en le surnommant « notre petit génie » (p. 16) : « Il pourrait bien avoir deux têtes, Petra et moi, on l’aimera quand même. » (Jane, p. 114) Elles ont l’hypocrisie de nous faire croire que même si à travers la PMA elles ont concrètement rayé de la généalogie de leur enfant son père, elles ont fait un acte merveilleux en n’étant pas trop regardantes sur l’identité physiologique du donneur de sperme : « De toute façon, je n’aimais pas l’idée de choisir un donneur en fonction de ses attributs. Un enfant est un enfant, pas un meuble de créateur. » (Jane, p. 113) Et l’auteure du roman, Louise Welsh, parachève l’utopie en terminant son récit par une happy end et une arrivée au monde réussie du bébé. Mais dans les faits et les paroles, il en est tout autrement. On découvre que l’enfant est considéré comme un objet qui pourrait être volé, qu’il est considéré comme un dû, une possession : « Je n’arrive pas à croire que tu te serves déjà de notre enfant comme d’une arme. » (Petra s’adressant à Jane, p. 69) ; « Je ne sais pas ce que j’aurais fait sans la technologie. J’aurais volé un bébé dans un landau, peut-être. » (Jane, p. 114) ; « À sa naissance, il deviendrait une personne, quelqu’un que Jane n’aimerait peut-être pas, mais pour le moment il était tout à elle. » (Jane, p. 193) ; etc. C’est l’autorité parentale des vrais parents biologiques, et non l’enfant en lui-même, que les héroïnes lesbiennes cherchent en réalité à acquérir : pendant toute l’intrigue, Jane tente en effet de retirer à son voisin d’immeuble le Docteur Mann la garde de la fille de ce dernier, Anna, adolescente de 13 ans, parce qu’elle l’estime maltraitée de lui, même si Petra essaie de faire entendre raison à sa compagne : « Petra avait raison. Anna relevait de la responsabilité d’Alban Mann, et cet enfant-ci était le sien. » (Jane, p. 100) Au fond, ce roman est un concentré de pédophobie. Tout le monde s’y met, spécialement les « mamans » lesbiennes. Par exemple, Jane parle super mal à son bébé : « Calmos, fiche-moi la paix. » (p. 17) ; « Petit troll, petit gobelin. » (p. 156) ; « Elle se souciait de son petit monstre. » (p. 196) ; etc. On la sent au bord de l’avortement : « Jane comprenait ces mères adolescentes qui dissimulaient leur grossesse, espérant disparaître et emporter cette disgrâce avec elles. Il lui semblait impossible que l’enfant parvienne un jour à se frayer un chemin vers la liberté et qu’elle voie le visage de la créature qui s’était tapie en elle pendant tous ces mois. Des traits difformes de gobelin s’imposèrent à son esprit. » (p. 42) ; « Comment avait-elle seulement pu envisager d’avoir un enfant ? » (p. 229) ; etc. À un moment, elle se prend un jet de pierres par un garnement avec un lance-pierres, habitant près de son immeuble… mais le plus surprenant, c’est qu’elle l’insulte comme s’il s’agissait d’un adulte : « Salaud, salaud, salaud. » (p. 27) Elle déteste aussi les jeunes : « Les adolescents étaient une plaie. » (p. 43) Les autres personnages ne sont pas plus tendres avec les enfants que la future maman : « Carsten ? Je l’aurais étouffé. C’est facile d’étouffer un bébé. Tout le monde ressent ça, c’est normal. L’important, c’est de ne pas le faire. » (Ute, la femme hétérosexuelle parlant de son fils, p. 33) ; « Tu te souviens de Greta, elle aimait boire et danser, et s’amuser ? Les bébés vous empêchent de faire tout ça. » (Karl Becker s’adressant à sa femme Heike, p. 64) ; « J’aime boire et faire de la voile plus que j’aime l’idée d’avoir un enfant. » (Jurgen, le héros gay, p. 113) ; « Espérons que ta compagne Petra a bien choisi le donneur et que ça ne sera pas un petit monstre. » ( idem, p. 114) ; etc. Je mets ma main à couper que Louise Welsh, l’auteure de ce livre, n’a même pas mesuré qu’en défendant « l’homoparentalité », elle la désignait comme inhumaine et monstrueuse. Car dans les faits, elle l’est.
 

Finalement, en ce qui concerne la haine homosexuelle fictionnelle des enfants, on se trouve devant un paradoxe : celui de l’idolâtrie. Les mômes sont détruits parce qu’ils sont adorés comme des objets. Il y a un décalage complet entre la sincérité affichée par le personnage homo, et ses actes concrets. Par exemple, dans le film « Les Enfants terribles » (1949) de Jean-Pierre Melville, pendant un déjeuner au restaurant, l’oncle de Gérard demande à Élisabeth : « Vous aimez les enfants, n’est-ce pas ? » Juste avant de tirer la langue à une gamine et de la faire pleurer, elle lui répond : « Je les adooore ! » On retrouve cette dichotomie entre sincérité et vérité lors du concert de la chanteuse Mylène Farmer (tournée 1989 ; prélude à la chanson « Maman a tort »), lorsque la mère de Mylène, interprétée par la chanteuse Carole Fredericks, apparaît sous les traits d’une sorcière immonde et autoritaire, qui va se mettre à hurler d’une voix stridente : « Mais pourtant, je l’aime énooormément, cette petiiiiite !!! ». Dans la pièce La Journée d’une Rêveuse (1968) de Copi, Louise prétend « savoir manœuvrer les enfants », mais annonce aussi qu’elle en a déjà perdu trois à elle ; et en plus, on la voit maltraiter l’enfant de Jeanne. Le héros travesti du one-man-show Le Jardin des dindes (2008) de Jean-Philippe Set cultive la même ambiguïté, puisque dans une même phrase, il dit tout et son contraire : « Ce gosse est une plaie ! J’ai rien contre les enfants… […] Les enfants, c’est comme les cocktails : ça saoule ! » ; par ailleurs, il préconise les bombes anti-personnelles comme cadeau de Noël idéal à offrir aux enfants. Dans la pièce La Tour de la Défense (1974) de Copi, Daphnée ne se rend pas du tout compte de l’infanticide qu’elle a perpétré sur sa propre fille : « Elle a dû rentrer toute seule dans le frigidaire et refermer la porte derrière elle. Je l’ai retrouvée congelée, mais j’étais sous acide, j’ai cru que son cœur allait se remettre à battre. J’ai essayé de la réchauffer dans le four, mais elle était bien morte. » (p. 146) Dans la pièce L’Homosexuel ou la difficulté de s’exprimer (1967), toujours de Copi, Mme Garbo revient sur la genèse de l’amour incestueux qu’elle porte sincèrement à sa jeune élève Irina : « J’ai haï cet enfant. » Ce n’est pas la haine des enfants qui rend le personnage homosexuel violent à leur encontre : c’est au contraire parce qu’il les adore qu’il en vient à les tuer. « Je suis fou des enfants ! » (la voix narrative du roman Le Bal des Folles (1977) de Copi, p. 68, qui par ailleurs se montre particulièrement odieuse avec les enfants) ; « J’adore les comptines pour enfants, toujours tragiques et macabres. » (Christopher Wren, le héros homosexuel de la pièce The Mousetrap, La Souricière (1952) d’Agatha Christie, mise en scène en 2015 par Stan Risoch) ; etc.

 

Parfois, on découvre que c’est l’homosexualité du personnage qui déclenche en lui la pédophobie. « Mary n’aurait aucune place dans son cœur, dans sa vie, pour un enfant, si elle venait à Stephen. Elles seraient tout l’une pour l’autre si elles demeuraient dans cette parenté sans limites : père, mère, ami, amant, tout… étonnante plénitude ! Et Mary, l’enfant, l’amie, la bien-aimée. » (Stephen, l’héroïne lesbienne, dans le roman The Well Of Loneliness, Le Puits de solitude (1928) de Marguerite Radclyffe Hall, p. 393) ; « Tandis qu’elle tenait la jeune fille dans ses bras, Stephen sentait qu’en vérité elle était toutes choses pour Mary : père, mère, amie et amant, et Mary toutes choses pour elle : l’enfant, l’amie, la bien-aimée. » (idem, p. 412) Par exemple, dans le film « Tu n’aimeras point » (2009) de Haim Tabakman, c’est au moment où Aaron, père de famille juif, découvre son homosexualité qu’il devient précisément agressif et brutal à l’encontre de son fils Nataniel. Dans la pièce Les Escaliers du Sacré-Cœur (1986) de Copi, le personnage de Pédé (le bien nommé !) a abandonné sa fille lesbienne Lou pendant 17 ans (« J’avais oublié cette enfant ! »)… et visiblement, il a fait la même chose avec d’autres de ses enfants. On nous fait comprendre que c’est l’homosexualité qui forge les parents démissionnaires.

 

Le plus surprenant chez le personnage homosexuel, c’est que la violence pédophobe semble être une conséquence directe de la peur des enfants : « Les gosses et moi, c’est pas le grand amour. Ils me font peur. J’suis un peu pédophobe. » (Lucie, la lesbienne de la pièce On vous rappellera (2010) de François Rimbau) ; « Dimitri n’a jamais su comment se comporter avec les gamins. Il appartient à cette espèce d’hommes qui fait pleurer les bébés. Ça ne rate jamais. Il suffit qu’il en prenne un dans ses bras pour qu’il se mette aussitôt à crier. À la manière dont il les tient, les tout-petits perçoivent immédiatement sa gêne. Ces êtres fragiles le mettent mal à l’aise. Il a peur de les laisser tomber, de les casser. Et son appréhension n’arrange rien. C’est comme pour les chiens. Ils le sentent. » (Thibaut de Saint Pol, Pavillon noir (2007), p. 87) ; « Mme Pignou n’avait jamais pris un bébé dans ses bras. Elle s’affaissa sur la chaise en formica et le serra contre elle très fort, ce qui mit en colère la petite fille qui lui griffa cruellement le visage, mais la peur de la laisser tomber était chez Mme Pignou trop forte pour pouvoir réagir. » (cf. la nouvelle « Madame Pignou » (1978) de Copi, p. 53) ; « J’ai peur d’avoir des enfants ! » (Lou, l’héroïne lesbienne de la pièce Les Escaliers du Sacré-Cœur (1986) de Copi, p. 340) ; « La seule chose qui a vraiment changé, c’est Karl. Ce n’est plus le poupon que j’ai laissé derrière moi. […] Je l’attrape dans mes bras […] C’est alors que je me rends compte qu’il tremble. Je lui fais peur… » (Heinrich parlant de son fils, dans le roman À mon cœur défendant (2010) de Thibaut de Saint-Pol, p. 115) ; « Les enfants, ils me font plutôt peur… Ils sont comme des moustiques chiants. » (Lionel dans le film « Comme des Voleurs » (2007) de Lionel Baier) Dans la pièce Les Deux pieds dans le bonheur (2008) de Géraldine Therre et Erwin Zirmi, Damien, le héros homosexuel, ne mâche pas ses mots par rapport aux enfants : il dit que les nourrissons « puent » et « lui font peur » ; il demande au personnel SNCF s’il peut « voyager dans un wagon sans mouflets », et rêve de terroriser les enfants pendant le trajet. Le message est passé : « Les mômes, je les déteste ! » Et sa meilleure amie, qui paradoxalement va chercher à être enceinte par tous les moyens, les définit aussi comme des « monstres ». Qui a laissé croire que les terroristes n’étaient jamais morts de peur ?

 

MORVEUX 4 Piscine

Création scénique « Le Roi Roger est nu » de Karol Szymanowski

 

Et nous arrivons au nœud du problème ! Très souvent, on apprend que le personnage homosexuel réagit mal face aux enfants parce qu’il a été lui-même maltraité et abandonné par ses parents quand il était enfant, ou bien violé. Je développe très largement dans le code « Orphelins » et « Viol » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels ces questions. Mais je relèverai quand même, histoire de vous mettre en appétit, quelques exemples montrant des enfants battus dans les œuvres homosexuelles (en laissant de côté la figure des enfants noyés pour le code « Eau » de ce même Dictionnaire) : cf. le roman Génitrix (1928) de François Mauriac (avec l’enfant qui meurt en fausse couche), la pièce Les Escaliers du Sacré-Cœur (1986) de Copi (avec Ali, l’enfant enlevé par les lesbiennes, puis « couvert de bosses » parce qu’il est battu), la pièce Fixing Frank (2011) de Kenneth Hanes (avec Frank, l’enfant battu par son père et sa mère), la pièce Scènes de chasse en Bavière (1969) de Peter Fleischmann (avec les deux personnages homos, Rovo et Abram, qui se sont fait respectivement battre par leurs parents, étant jeunes), le roman Montecristi (2009) de Jean-Noël Pancrazi (avec un enfant de 10 ans qui meurt à cause de déchets toxiques), les vidéo-clips des chansons « Plus grandir » et « Comme j’ai mal » de Mylène Farmer (sur la maltraitance des enfants), le film « Les Damnés » (1969) de Luchino Visconti (avec la petite Juive qui est violée et qui finit par se pendre), le film « Mon fils à moi » (2006) de Martial Fougeron (avec un jeune adolescent absorbé par sa mère), la photo L’Enfant captif (1932) de Duane Michals, le film « Paysage dans le brouillard » (1987) de Theo Angelopoulos (avec la fillette violée), le film « Une Vie normale » (1996) d’Angela Pope, la pièce Western Love (2008) de Nicolas Tarrin et Olivier Solivérès (avec l’enfant pendu par le shérif : légère « bavure » policière…), le film « L’Innocent » (1976) de Luchino Visconti (avec l’infanticide), le roman La Cité des Rats (1979) de Copi (avec l’avortement), etc. Par exemple, dans le film « Respire » (2014) de Mélanie Laurent, Sarah, l’héroïne lesbienne, se fait battre par sa mère. Dans le film « Que Viva Eisenstein ! » (2015) de Peter Greenaway, Sergueï Eisenstein, homosexuel, tient dans les bras un bébé mort, calciné… pour la photo dans les journaux.

 
 

FRONTIÈRE À FRANCHIR AVEC PRÉCAUTION

 

PARFOIS RÉALITÉ

 

La fiction peut renvoyer à une certaine réalité, même si ce n’est pas automatique :

 

À propos de la haine (ironique, « second degré », ou sérieuse) des personnes homosexuelles envers les enfants réels, je vous renvoie au docu-fiction « Brüno » (2009) de Larry Charles (avec l’enfant noir porté comme un colis ou dans un caddy), à l’essai El Sadismo De Nuestra Infancia de Terenci Moix, au documentaire « Chosing Children » (1984) de Debra Chasnoff et Kim Klauser, etc. En commencement de cet pédophobie était la jalousie : « J’en suis presque jaloux. » (Samuel, jeune homme homosexuel de 25 ans, face à un enfant de 6 ans en admiration devant ses parents, dans le documentaire « Homos, la haine » (2014) d’Éric Guéret et Philippe Besson, diffusé sur la chaîne France 2 le 9 décembre 2014)

 

MORVEUX 6 - Brunö

Film « Brüno » de Larry Charles

 

Dans l’émission de caméra cachée Les Invisibles diffusée le 29 janvier 2016 sur la chaîne TF1, un anonyme homosexuel s’est fait piéger par un soi-disant « enfant maléfique » qui jette des sorts autour de lui pendant l’absence de sa mère qui l’a confié à ce pauvre voisin de table de restaurant. L’homme à la trentaine essaie de refuser le service (« Je n’ai pas d’enfants. C’est pas pour garder ceux des autres. Je suis pas hyper à l’aise avec les enfants…« ). Puis une fois le départ de sa maman, le gamin devient de plus en plus infernal avec son baby-sitter. Au téléphone avec la mère, le piégé homosexuel dit explicitement : « Je vous ai dit que j’aimais pas les gosses. » Le piège filmé avait donc toutes les raisons de marcher.
 
Capture d'écran 2016-01-29 22.41.41
Capture d'écran 2016-01-29 22.41.59
 

C’est quand ce mépris est sous-entendu par une représentation fictionnelle désastreuse des enfants que la pédophobie du réalisateur ou du romancier homosexuel apparaît, à mon sens, la plus manifeste : j’ai des images très précises qui me reviennent de films tels que « Jacquou le Croquant » (2007) de Laurent Boutonnat (avec les garnements cruels ; idem pour son clip de la chanson « Désenchantée » de Mylène Farmer), « Oublier Chéyenne » (2004) de Valérie Minetto (avec le mépris affiché de l’héroïne lesbienne pour les « djeunes d’aujourd’hui »), « Wild Side » (2004) de Sébastien Lifshitz (où la cruauté « naturelle » des enfants est montrée à plusieurs reprises), ou encore « Le Secret de Brokeback Mountain » (2006) d’Ang Lee (dans lequel les seules images qu’on nous donne de la vie de famille traditionnelle et des enfants, ce ne sont justement que des gamins qui braillent à en faire crever les tympans !), le film « Week-End » (2012) d’Andrew Haigh (où Russell, le héros trentenaire homo, écoute, affligé, les médisances homophobes d’un groupe de jeunes dans le bus) ; etc.

 

Tous ces choix inconscients de figuration de l’enfance ont l’effet d’un « No Comment » de la chaîne de télé Euronews. Oui, il faut qu’on ose le dire : les personnes homosexuelles, dans leur grande majorité, ont un problème avec les enfants. Cela dit, on me rétorquera que tout le monde a un problème avec les enfants, ce qui n’est pas faux du tout : c’est humain d’avoir un problème avec les enfants (ce n’est pas à moi qu’il faut l’apprendre : je n’ai jamais cru en « l’instinct maternel », ni à la béatitude des grossesses/accouchements/éducation des enfants, et plus globalement, je ne sacralise pas du tout la différence des sexes ; elle reste un trésor « en chantier », qui doit « devenir ce qu’il est » !). Je crois cependant qu’une fois dit cela, il y a des individus, plus blessés dans leur sexualité et dans leur enfance que d’autres, qui ont tendance à avoir plus de mal que les autres avec les enfants : les personnes homosexuelles, dans leur globalité, même s’il y a de nombreuses exceptions à cette règle, en font partie.

 

Et les exemples concrets ne manquent pas pour illustrer cette tendance ! Dans le documentaire « Une Vie de couple avec un chien » (1997) de Joël Van Effenterre, l’enfant absent est carrément comparé à un chien par le couple homosexuel. Le dramaturge français Jean-Luc Lagarce, dans son Journal (2008), qualifie les petits d’« enfants sales et braillards ». Jean-Jacques Rinieri parle de la grossesse comme d’une « malédiction » pesant sur les femmes (cité dans l’autobiographie Parce que c’était lui (2005) de Roger Stéphane, p. 97) et dit que les enfants sont cruels : « Quelle plaisanterie que la pureté des enfants ! » (idem, p. 112) Dans son autobiographie Le Journal du Voleur (1949), Jean Genet voit l’enfant comme un excrément : « Je me voulus semblable à cette femme qui, à l’abri des gens, chez elle conserva sa fille, une sorte de monstre hideux, difforme, grognant et marchant à quatre pattes, stupide et blanc. En accouchant, son désespoir fut tel sans doute qu’il devient l’essence même de sa vie. Elle décida d’aimer ce monstre, d’aimer la laideur sortie de son ventre où elle s’était élaborée, et de l’ériger dévotieusement. » (p. 30) L’enfant serait uniquement coupable d’être né, comme le montrent les propos de Cocteau : « Accusé, je l’étais dans le ventre de ma mère. » (Jean Cocteau dans le documentaire « Jean Cocteau, Autoportrait d’un inconnu » (1983) d’Edgardo Cozarinsky) L’artiste français en question raconte qu’il aime faire des grimaces aux enfants pour les effrayer et les faire pleurer. Ce n’est pas un hasard s’il qualifie, dans une de ses œuvres maîtresses, les enfants de « terribles » (1929). Dans son autobiographie Le Privilège des jonquilles, Journal IV (2006), Pascal Sevran est d’une franchise absolue par rapport aux petits : « Un enfant, par définition, est intenable » (p. 95) ; « Que Michael Jackson nous épargne ses jérémiades sur la pureté des enfants. Ce sont des monstres, comme nous. » (idem, p. 155) ; « J’aime beaucoup Jean et sa femme, mais il y aura trop d’enfants hurlant et sautant entre les tables » (idem, p. 172) Il est loin d’être le seul à penser cela ! Voici un petit panorama de phrases pédophobes glanées de-ci de-là par des personnalités homos médiatisées : « J’aime pas les enfants. » (Jean-Claude Dreyfus, juste à côté de moi pendant l’enregistrement du premier album Urgences du rappeur homo Monis, le 17 avril 2010, à Goussainville) ; « Les enfants dans les trains de vacances démontrent les vertus de la stérilité. » (cf. « post » public de l’écrivain Philippe Besson sur son mur Facebook le mercredi 8 août 2012) ; « Je veux scandaliser les purs, les petits enfants, les vieillards par ma nudité, ma voix rauque, le réflexe évident du désir. » (la photographe lesbienne Claude Cahun dans son essai Aveux non avenus, 1930) ; « Je méprisais les femmes enceintes. » (Anne Hurtelle, femme lesbienne interviewée à l’émission Ça se discute diffusée le 18 février 2004 sur la chaîne France 2) ; « Moi, je n’envisageais pas vraiment d’être mère. » (Florence Mary dans son documentaire « Les Carpes remontent les fleuves avec courage et persévérance », 2012) ; « Le transsexuel n’aime pas les enfants et ne comprend que le côté superficiel du ‘sexe’ opposé dont il rêve. » (Jean-Louis Chardans, Histoire et anthologie de l’homosexualité (1970), p. 342) ; « Pour les couples hétéros, il y a les gosses qui sont là. C’est une responsabilité que je trouve écrasante. » (Jean-Louis Bory au micro de Jacques Chancel, dans l’émission Radioscopie sur France Inter, 6 mai 1976) ; etc.

 

Dans le film biographique « Girl » (2018) de Lukas Dhont, Lara/Victor, garçon trans M to F de 16 ans, brusque son petit frère de 6 ans Milo et le fait pleurer en l’habillant uniquement parce que ce dernier a eu l’insolence de l’appeler par son prénom d’origine « Victor ». Ça commence par la menace (« Arrête ou je vais te faire mal. ») et ça finit carrément par de la maltraitance (« Ne m’appelle plus comme ça, OK ? »).
 

Beaucoup de personnes homosexuelles rejettent même les enfants qu’elles ont engendrés. Par exemple, dans le documentaire « Les Invisibles » (2012) de Sébastien Lifshitz, Jacques, homosexuel, s’est séparé de sa femme, et a laissé cinq enfants pour vivre avec un homme, Bernard. Pour ma part, lors de mes conférences, je rencontre de plus en plus de jeunes adolescents venant me raconter que leur père (ou leur mère) les a abandonnés, en laissant femme (ou mari) et enfants sur le carreau, pour partir vivre son homosexualité.

 

J’entends des personnes homosexuelles défendre avec un aplomb et un sourire formidables l’avortement. Par exemple, dans le documentaire « Les Invisibles » (2012) de Sébastien Lifshitz, Thérèse, une femme lesbienne de 70 ans, se targue d’avoir pratiqué dans les années 1970 des avortements chez elle, en créant une cellule d’avortements clandestins : « C’était une période fabuleuse. »

 

De mon côté, j’en ai entendues à foison, des médisances sur les enfants, de la part de mes amis homos ! Entre ceux qui s’amusent à simuler les croche-patte face à des mômes jouant tranquillement dans les jardins d’enfants, ceux (surtout mes amies lesbiennes) qui traitent les femmes enceintes de « poules pondeuses » (je ne fais que citer), et ceux qui m’ont dit ouvertement qu’ils détestaient les enfants, j’ai de la matière ! Ils ne font que corroborer leur réputation de « célibataires-aigris-détestant-les-mioches » (une étiquette qui arrange aussi, pour le coup, les parents hétéros qui élèvent mal leurs enfants, et qui trouvent en la communauté homosexuelle célibataire les boucs émissaires rêvés de leur propre déni de « mauvaise éducation »…).

 

Le surprenant dédain homosexuel à propos de « ces êtres si peu charitables que sont les enfants et les adolescents » (Pierre Verdrager, L’Homosexualité dans tous ses états (2007), p. 47) s’origine probablement sur un malentendu. Comme l’illustrent les propos de Roger Stéphane dans Parce que c’était lui (2005) concernant son compagnon Jean-Jacques Rinieri, « la répugnance et l’indifférence » que beaucoup de personnes homosexuelles témoignent envers « les jeunes enfants qu’ils trouvent bruyants et insipides », naît très certainement d’un amalgame entre les adultes mûrs et les adultes immatures (« Cette indifférence est provoquée chez Jean-Jacques par l’inauthenticité du comportement des ‘grandes personnes’ avec les enfants. », p. 98) : c’est d’abord l’infantilisation (qu’elles confondent avec les enfants réels) qu’elles haïssent, et non au départ les enfants réels. Le problème se situe bien dans les conséquences concrètes de cette confusion… : un isolement de vieux gars ou de vieille fille, un éloignement des fêtes de famille, un mépris plus ou moins affiché des enfants, un repli identitaire et amoureux dans la communauté homo, etc.

 

Je crois aussi que l’enfant est détesté parce qu’il est parfois considéré comme l’enfant du viol, ou la tentation du viol : « J’ai l’impression que pour moi le temps s’est arrêté à l’adolescence. Aujourd’hui, j’ai 45 ans et je suis systématiquement séduit par des très jeunes hommes d’environ une vingtaine d’années, comme si moi-même j’étais resté fixé à cet âge-là. » (Brahim Naït-Balk, Un Homo dans la cité (2009), pp. 47-48) ; « Étant donné qu’il m’arrivait de m’occuper d’enfants, j’étais obsédé par la crainte qu’ils me soupçonnent de pédophilie. C’était absurde, mais je ne pouvais m’empêcher d’y penser. » (idem, p. 65)

 

L’homosexualité est présentée par certaines personnes homosexuelles comme l’échappatoire salutaire aux « horribles » enfants et au statut « dégradant » de « géniteurs ». Comme une solution de facilité, en quelque sorte. « Aujourd’hui, je ne sais pas ce qui vous pousse à recevoir l’enfant qui naît dans ce capharnaüm d’attentes folles, de projets insensés, de revanche du justicier masqué, de berceau en tombeau. Moi, je rêve que je suis vierge de tout cela. Neuve pour de bon, voilà ce que je crois être. Et vous, avec vos sourires chargés d’espoir, vous ne me détrompez pas. Et ça commence comme ça. » (Cathy Bernheim, L’Amour presque parfait (2003), p. 16) ; « Je suis […] une femme qui a survécu en remplaçant les enfants par les diplômes, les bibliothèques dévorées, les livres avalés et pondus, sans oublier les petites chiennes… » (Paula Dumont, Mauvais Genre (2009), p. 56) ; « Mon premier contact avec la maternité, c’est ma mère qui tombe inanimée et qui baigne dans son sang. C’est mon premier souvenir, le plus blessant et le plus percutant. Pour moi qui ne sait rien de la vie, d’un seul coup, la maternité c’est la mort […] C’est pour toutes ces raisons que je suis persuadée aujourd’hui que, bien que me sachant et me revendiquant de sexe féminin, j’ai refusé cette intrusion de l’enfant dans mon ventre. » (idem, pp. 54-55) ; « Elles [les femmes] ont subi la double malédiction biblique : leurs désirs les ont portées vers leurs mecs et elles ont enfanté dans la douleur. Moi, j’ai échappé à cette malédiction. […] Bref, la moitié de l’humanité, celle qui a le pouvoir de donner la vie, reléguée au statut de bête de somme, voire de morceau de viande. » (idem, p. 17) ; « À propos des enfants, Carson McCullers affirmera toujours qu’elle les aime beaucoup tout en souhaitant ne pas en avoir, car ils la gêneraient dans son travail. » (Josyane Savigneau, Carson McCullers (1995), p. 253)

 

Le réalisateur Marc Cherry, homosexuel et créateur de Desperate Housewives (saga très appréciée de la communauté homosexuelle, d’ailleurs), avoue que l’idée de la série est basée sur un fait divers qui l’a fasciné : un infanticide opéré par une mère sur ses deux enfants.

 

Dans le docu-fiction « La Grève des ventres » (2012) de Lucie Borleteau, le Collectif « Grève du Ventre » est un groupe commando voulant « arrêter de faire des enfants » et proumouvant le droit de faire des ventres féminins des possessions. Ceux-là même qui militent pour le « mariage homo » nous montrent à l’écran le compte du nombre d’humains qui augmente tous les jours dans la population mondiale pour nous dissuader de ne plus faire d’enfants. Certaines militantes lesbiennes clament à la fois que leur maternité leur appartient et qu’elles n’en useront pas : « Personne ne sortira de nos ventres ! » ; « Moi, c’est sûr, je trouve ça aberrant de faire des gosses maintenant. » ; etc. Par exemple, Lise, l’une des témoins lesbiennes, se rend dans un aquarium pour y voir des poissons visqueux et difformes qui la dégoûteraient d’être enceinte.

 

Je ne saurai pas vous dire exactement pourquoi, mais je trouve que ce mépris/rejet des enfants, de la paternité ou de la maternité, qui serait miraculeusement compensé par une « fierté d’être homo », cela sent l’orgueil mal placé, l’excuse-bidon à plein nez, l’auto-persuasion volontariste, la mauvaise foi, l’amertume personnelle, l’indifférence forcée. Je n’y crois pas complètement. Les personnes homosexuelles battent en retraite, mais pour des raisons très faibles, floues et obscures… car d’une part, la sexualité n’est pas qu’une ennemie ; et qu’en plus, cela a toujours été un besoin universel vital, profondément ancré en tout Homme, que de transmettre la vie, de laisser une empreinte concrète de son passage sur Terre, de léguer un bel héritage.

 

Certainement que le refus d’engendrer vient chez beaucoup de personnes homosexuelles d’un traumatisme vécu dans l’enfance, du fait de ne pas avoir été des enfants désirés, ou bien s’origine dans un rapport blessé à la sexualité en général. Par exemple, l’écrivaine française Marguerite Yourcenar, dont la mère est morte d’une fièvre puerpérale dix jours après sa naissance, avait en horreur la vue des femmes enceintes, et elle répugnait à s’asseoir à côté d’elles. Chez certaines personnes homosexuelles, la haine des enfants est matinée d’« hétérophobie » et de dégoût jaloux des mères de ces derniers : « Qu’en était-il des autres, asservies à leur mari et à leurs enfants, sans ressources personnelles, sans voiture, sans autre nourriture spirituelle que Marie-Claire, Elle ou Femme d’Aujourd’hui ? Bonne Déesse, quel obscurantisme ! » (Paula Dumont, La Vie dure : Éducation sentimentale d’une lesbienne (2010), p. 242)

 

Au final, que faut-il retenir de tout ce répertoire de pédophobie, hallucinant de violence, accablant de preuves ? Il me semble déjà primordial de bien comprendre le fonctionnement de ce Dictionnaire des Codes homosexuels (relisez, si besoin est, la notice), et de laisser mes codes au pays des mythes et du désir homosexuel plutôt que de chercher à tout prix leurs correspondances dans le réel et chez des personnes concrètes (ce n’est pas pour des prunes que j’ai placé une frontière bien délimitée entre fiction et réalité). La fiction n’est pas à l’image du dévouement réel que certains sujets homos démontrent auprès des enfants. Il y en a qui sont réellement doués pour faire l’animation auprès des enfants, qui sont des éducateurs/des parrains hors pair, qui deviennent parfois des « tontons-gâteau » ou des taties formidables. Je ne remets absolument pas en cause non plus la sincérité des personnes homosexuelles qui veulent d’un enfant et qui disent leur souffrance de ne pas pouvoir transmettre la vie et l’élever librement. La haine homosexuelle des enfants n’est à mon avis (et je tiens à ce que cela soit compris, surtout des opposants à la « famille » homoparentale et à l’adoption !) que le langage de l’inconscient des personnes homosexuelles ; non celui de leur sincérité, ni même celui de toute leur réalité existentielle. Elle ne concerne que leur réalité désirante homosexuelle.

 

Pour continuer dans cette réflexion axée prioritairement sur le désir homosexuel, je dirais qu’il est fort possible que la haine homosexuelle des enfants soit une réaction de résistance face à des parents trop laxistes et incestueux, ou bien l’expression d’une maltraitance vécue dans l’enfance ou l’adolescence. De manière générale, l’adolescence n’a pas été une période facile à vivre pour les personnes homosexuelles. Par exemple, l’écrivain Abdellah Taïa, dans son autobiographie Une Mélancolie arabe (2008), cherche, encore à l’âge adulte, à « se débarrasser pour toujours de l’adolescence et de son enfer » (p. 19) ; il raconte aussi que son amant Slimane a été battu par sa mère quand il était enfant (p. 106). Certains sujets homosexuels ont été maltraités pendant leur enfance : je pense à David Wojnarowicz, Truman Capote, Aleister Crowley, et bien d’autres. Il n’y a qu’à écouter la perception diabolisée des écoliers/des collégiens qu’adoptent de très nombreuses personnes homosexuelles pour comprendre que l’enfance est LE lieu par excellence de la blessure homosexuelle : « Toujours cette cruauté inventive des enfants au doux Royaume de l’innocence. » (Michel Bellin, Impotens Deus (2006), p. 34) ; « Dans une cour de collège il n’y a pas de justice. » (Alexandre Delmar, Prélude à une vie heureuse (2004), p. 26) ; « L’école est très souvent le lieu de découverte de l’homophobie. Elle est d’abord le lieu de l’injure par laquelle se gravent profondément dans la conscience de l’injurié le sentiment d’infériorité et la honte. L’école est ainsi très souvent le lieu d’une scène primitive ultra-violente chez certains élèves. » (cf. l’article « École » de Pierre Albertini, dans le Dictionnaire de l’homophobie (2003) de Louis-Georges Tin, p. 139) ; « Regardez donc des enfants en bas âge : ils ne font que ce qu’ils veulent et sont parfois violents envers leurs camarades. » (Hugo sur le site http://homophobie.free.fr, consulté en octobre 2003)

 

À la racine de l’homosexualité ou du désir homosexuel de stérilité peut se trouver l’avortement. Pour vous le prouver, j’ai envie de vous citer un mail qu’un ami polonais, en voyant mes écrits, m’a envoyé en décembre 2012 : « J’ai été très intéressé par votre témoignage, d’autant que depuis un an, je suis engagé dans le programme psychothérapeutique d’un psychiatre canadien : le professeur Philip NEY. Depuis quarante ans, ce psychiatre oriente ses recherches sur les séquelles dues à l’avortement. Il a découvert que ces séquelles touchent l’ensemble de la famille et surtout les enfants qui ont survécus à l’avortement. Pour nommer ces enfants, Philip Ney, utilise le terme suivant : « les survivants » (survivors). Ces enfants manifestent certains troubles ou symptômes post-abortifs. Même s’ils n’avaient pas eu connaissance de ce qu’il s’était passé dans leur famille, Philip Ney a démontré qu’inconsciemment, ils le savaient. Quels sont les caractéristiques de ces symptômes post-abortifs sur les enfants et ces-ce qu’ils sont devenus adultes – La peur permanente de la mort – La colère contre leurs parents (car ils ont supprimé la fratrie) – Ces survivants vivent pour l’ensemble et à la place de leur fratrie. Ce qui génère un grand effort et une perte d’identité. – Ils ne se sentent ni digne de vivre ni d’avoir le droit de vivre. – Ils veulent se détruire et engagent des processus d’autodestruction multiples plus ou moins consciemment. – Ils sont souvent dans des états dépressifs allant jusqu’à la dépression. – Leur santé est plus fragile que les autres individus. – Selon mon expérience, ces survivants, aux différents stades d’évolution de l’enfance à l’âge adulte en passant par l’adolescence, cherchent inconsciemment leur fratrie dans leurs relations d’amitié et d’amour. Ils s’approchent des personnes du même sexe, au debout non à cause du désir sexuel, mais comme un frère s’approcherait de son frère (une sœur s’approcherait de sa sœur). Les quelques personnes homosexuelles que j’ai rencontrées, sont toutes issues de familles touchées par l’avortement. Mon hypothèse est la suivante : si les survivants ont expérimenté « la violence primordiale » et radicale c’est-à-dire la mort de leur fratrie. Peut-être, veulent-ils (inconsciemment) reproduire la violence qui se peut manifester des diverses façons. Par exemple il a été confirmé que ceux qui, dans leur famille d’origine, ont subi des séquelles d’avortements, participent, eux aussi, à des avortements ! Ces hypothèses peuvent éclairer voire expliquer la violence que vous avez décrite dans les comportements des personnes homosexuelles. Je tiens à préciser, bien sûr, que cela ne concerne pas que les populations homosexuelles. À Paris, selon les statistiques, une femme sur deux a avorté de son enfant. Quant à moi, je suis polonais, je suis un « survivant » et j’en ai les symptômes. Depuis plus d’un an, je m’occupe de personnes atteintes par le symptôme post-avortement. Récemment, j’ai participé à une formation relative au programme de soins élaboré par Philip Ney qui s’appelle en français : « Espérance vivante » (Hope Alive). Je me permets de vous envoyer le lien d’un livre de Philip Ney : « Une humanité profondément blessée ». Il me semble que ce livre vaut la peine d’être lu. »

 

Par ailleurs, ce regard dur sur l’enfance n’est pas que le fruit d’une projection pédophobe ou d’un excès de peur et d’hypersensibilité. Chez la personne homosexuelle, le mépris-peur face aux enfants nous renvoie à la nécessité d’un encadrement familial et scolaire plus aimant/accru. L’agacement homosexuel face à des enfants turbulents peut aussi être une réaction de révolte légitime (car oui, il y a objectivement beaucoup d’enfants-rois et d’enfants maltraités autour de nous ! Et ça, ça mérite d’être dénoncé !). Il ne doit pas être d’office condamné, et encore moins stigmatisé sous forme de « haine pédophobe spécifiquement homosexuelle ». Je crois d’ailleurs que les mises en scène d’enfants odieux orchestrées par l’individu homo, si et seulement s’il les oriente non seulement vers une dénonciation sociale du viol mais en plus vers une remédiation constructive de ce viol dans les sphères familiales et sociales dites « classiques » et « hétérosexuelles », sont vraiment du pain béni pour notre société ! Encore faut-il que ce dénonciateur gay sorte du cercle vicieux du défaitisme social sur la jeunesse, et de la justification par défaut d’une « identité homosexuelle éternelle » et d’un « amour homosexuel puissant » pour ce qui le concerne !

 
MORVEUX 7 Homoparentalité
 

Maintenant, à propos du sujet épineux de l’homoparentalité, je ne m’appuie pas sur ce qui est dit des enfants par les personnages homosexuels des fictions ou par certaines personnes homosexuelles réelles, pour m’y opposer (et d’ailleurs, j’insiste fortement pour que cette étude sur la « pédophobie homosexuelle FICTIONNELLE plus que RÉELLE », que je viens de vous proposer dans cet article sur le code « petits morveux », ne soit pas récupérée par les opposants à l’adoption homosexuelle et au mariage gay : ils n’auraient rien compris !). La pédophobie exprimée par les personnes homosexuelles ne dit rien de ce qu’elles sont profondément. Elle nous met juste en garde sur la prudence que nous devons avoir par rapport au désir homosexuel, et à la structure conjugale homosexuelle : point barre (Pour info, en 2012, on estimait à 40 000 en France les enfants élevés dans des couples homos ; à cette époque, 56% des Français étaient favorables à l’adoption pour les couples homosexuels). Mes résistances personnelles au sujet des lois sociales qui entérineraient un statut de « famille » aux couples homosexuels avec enfants sont d’un autre ordre. Elles se fondent d’une part sur mon observation des enfants et des jeunes qui m’entourent et que j’encadre parfois, et d’autre part sur l’importance de couronner la différence des sexes par le Désir et le Réel pour que le bonheur des enfants soit maximal.

 

Je trouve que le psychanalyste Jean-Pierre Winter synthétise bien ce que j’essaie de dire sur l’orientation mensongère, irréaliste, et donc potentiellement violente, que prendrait la validation sociale du couple homosexuel en tant que socle familial à part entière, équivalent au couple femme-homme, alors que, dans la Réalité, on sait pertinemment que le couple homosexuel ne sera jamais, à lui tout seul, procréatif. « Contre toute attente, nous sommes là au cœur de ce qui sera le problème de l’enfant élevé par un couple homosexuel. Car ce qu’on lui dit ne correspond pas aux formes qu’il voit. On lui dit qu’il est l’enfant d’un couple qui manifestement ne peut pas avoir d’enfant ; on lui demande donc d’être le témoin de l’impossible. Il est à craindre que cette jonction soit particulièrement difficile à faire pour cet enfant. » (Jean-Pierre Winter, Homoparenté (2010), p. 74) Imposer à un petit d’homme un mensonge sur sa propre origine existentielle, non seulement une origine anthropologique fausse mais surtout une origine désirante où la différence sexuelle n’a pas sa place (alors qu’elle est la seule qui puisse le rendre présent sur cette Terre), c’est lui enlever une énorme part de son identité, et beaucoup d’amour. Leur but inconscient de ces promoteurs de l’« homoparentalité à tout prix » est d’asexualiser les enfants : « Quel est le bénéfice d’imposer un sexe précis à un enfant ? » (Sébastien Carpentier au Centre LGBT de Paris à l’occasion de la sortie de son essai sociologique Délinquance juvénile et discrimination sexuelle, janvier 2012)

 

Qu’on m’entende et me comprenne bien. Je ne dis pas qu’individuellement, la personne homosexuelle ferait un mauvais père ou une mauvaise mère (bien au contraire ! cela dépendant dans quelle structure elle se trouve, et quel rapport désirant elle entretient avec la différence des sexes). Je dis juste qu’elle ne fait pas un père ou une mère idéal(e) au sein du couple homo (mais je pourrais dire exactement la même chose d’une personne « hétéro » vivant dans un couple sans amour, ou d’une personne « hétéro » célibataire, ou d’un parent « hétéro » adoptif). Le couple homosexuel n’est pas le meilleur cadre conjugal qu’on puisse offrir à un enfant pour grandir, d’une part parce que l’enfant a non seulement besoin d’un père biologique et d’une mère biologique – et surtout du lien DÉSIRANT entre ces deux personnes, afin de savoir de quel amour il est issu/aimé : la différence des sexes en soi ne suffit pas ! –, et d’autre part, parce que, il faut le dire même si ça ne fait pas plaisir à entendre, l’enfant n’est pas assez justement désiré par la personne homosexuelle. Tous les exemples fictionnels de mépris pédophobe que j’ai cités plus haut montrent que, contre toute attente, le problème du désir d’enfant des personnes homosexuelles n’est pas une question d’intensité de désir, de sincérité, de puissance, mais bien d’absence et de faiblesse de désir. Les personnes homosexuelles ne désirent pas vraiment l’enfant, ou le désirent trop pour l’aimer véritablement. C’est ce que je remarque la plupart des fois où j’entends un « désir d’enfant » défendu dans le cadre du couple homo.

 

MORVEUX 8 Rainbow Flag

 

Dans cette revendication homosexuelle de « l’enfant à tout prix », il ne faudrait pas croire que, parce que l’enfant est utilisé comme étendard (ou bien qu’il s’avance maintenant de lui-même, en tant que porte-parole d’« enfant d’homos », adulte, serein et épanoui, pour témoigner avec une assurance travaillée devant les caméras de télévision qu’il est tout à fait possible de grandir heureux entre deux papas ou entre deux mamans), il n’en est pas moins instrumentaliser. Dans l’essai Festivus festivus (2005), Philippe Muray nous met en garde contre cette propagande « infolâtre », où l’on se sert du visage innocent et pur des sans-voix et des sans-recul (lui parle de « ces êtres par définition sans histoire et sans réplique que sont les enfants », p. 135) pour faire passer des lois sociales qui les desservent plus qu’elles ne les servent : « Le fétiche infantile est une fois de plus agité contre la bête immonde, comme une évidence innocente contre un sophisme criminel, comme le droit divin contre les rustres. […] L’enfant est le totem des temps post-historiques. » (pp. 135-136) Il ne suffit pas de planter un rainbow flag à la casquette du soi-disant « bébé de mon couple homo » pour transformer la réalité humaine et universelle de la conception d’un enfant, et légitimer tous les droits sociaux que je peux réclamer en son nom et par amour pour lui…

 

Concernant la demande d’adoption, de GPA et de PMA par certains militants et couples homosexuels, nous ne devons pas hésiter à la condamner comme une tentative de vol et d’achat d’enfants. Malgré toutes les bonnes excuses trouvées (soulager des orphelinats, donner « de l’amour », répondre à sa vocation de père, etc.), l’enfant devient bien un caprice et un enfant-objet.

 

Par exemple, dans le documentaire « Deux hommes et un couffin » de l’émission 13h15 le dimanche diffusé sur la chaîne France 2 le dimanche 26 juillet 2015, Christophe, qui avec son compagnon Bruno, ont acheté un bébé à une mère porteuse (Veronica) aux États-Unis, s’entraîne à être papa et à porter le bébé avec une vraie poupée ! Leur démarche est à la fois sincère et purement mercantile : « Ce serait un magnifique cadeau que vous nous feriez. » (Bruno s’adressant à Veronica) ; « Pour Veronica, être une mère-porteuse est un don de soi, gratifiant… et gratifié. Elle recevra 20 000 euros pour porter l’enfant de Bruno et Christophe. » (la voix-off, idem) ; « Aux États-Unis, la GPA est un commerce comme un autre. » (la voix-off, idem) ; « On ne pense pas faire quelque chose d’illégal puisque ce qu’on fait, on le fait aux États-Unis et pas en France. » (Bruno, idem)
 

Le plus fou, c’est que même dans des reportages sensés nous donner une image positive de l’« homoparentalité », le retour du refoulé sur les intentions matérialistes et égoïstes des « parents homosexuels » se dévoile dans toute son horreur : « Nos mamans sont comme deux petites fille qui jouent à la poupée. » (la voix-off de Florence d’Arthuy décrivant le couple lesbien de Florence et Olga – qui ont obtenu un bébé par PMA – pénétrer dans la chambre de « leur » fille Zohia, dans le documentaire « Homos, et alors ? » de Florence d’Arthuy de l’émission Tel Quel diffusée le 14 mai 2012 sur la chaîne France 4)

 

Lors de sa conférence à Sciences-Po Paris le 7 décembre 2011 sur « L’homoparentalité aux USA », Darren Rosenblum, avocat homosexuel qui a obtenu une petite fille par GPA avec son compagnon, nous informe que pour un « projet de parentalité » (formule pour éviter de dire « GPA ») par agence, il faut au moins casquer 5000 dollars. C’est beau l’amour des enfants… Dans l’émission radiophonique Le 7/9 de Bruno Duvic sur France Inter le 5 août 2014, la « sociologue » Irène Théry a le culot phénoménal de dire qu’il existe une « Gestation Pour Autrui éthique » et que, si elle est encadrée, « c’est une aventure humaine extraordinaire ». Et dans mon quotidien, je connais maintenant personnellement au moins quatre cas d’enfants qui se retrouvent avec une mère disparue dans la nature, et élevés par des couples d’hommes qui ne sont plus ensemble… et qui individuellement osent encore me soutenir qu’ils « aiment » vraiment leur fils. J’ose leur demander : « Supprimer la mère de ton enfant, tu appelles ça de l’amour ??? »

 

Enfin, j’ouvre une « petite » parenthèse finale concernant la haine des jeunes au sein de notre société bisexuelle. À l’intérieur même du « milieu homo » (et plus largement dans notre société, qui paradoxalement est obsédée par la jeunesse médiatique pour mieux délaisser et détruire les vrais enfants), on observe un mépris croissant des individus homosexuels « âgés » pour leurs pairs plus jeunes, mépris qu’ils ont du mal à s’approprier tant par ailleurs ils connaissent leurs fantasmes de jeunesse et la célébration du jeune éphèbe gay dans la communauté homosexuelle (ex : la chanson « J’veux pas être jeune » de Nicolas Bacchus). Le jeunisme, étant un mouvement idolâtre puisqu’il célèbre la jeunesse de magazine en croyant célébrer la vraie jeunesse, il s’accompagne bizarrement d’un mépris des jeunes homosexuels réels/petits minets fictionnels : « Sans passer pour des imbéciles, ils n’étaient pas, pour la plupart, des intellectuels. […] Ils fréquentaient plus volontiers les salles de musculation que les salles de lecture. […] Ils ne différaient pas, en cela, de beaucoup de gays de leur âge. […] C’étaient tous de charmants égoïstes, comme on l’est à cet âge, et un peu plus encore quand on est beau et gay. » (Jean-Paul Tapie, Dix Petits Phoques (2003), pp. 134-140) ; « Ce petit, c’est ma damnation. » (Jacques, l’écrivain homo quinquagénaire ayant couché avec le jeune Mathan de 18 ans, dans la pièce Un Cœur en herbe (2010) de Christophe et Stéphane Botti) ; etc. Beaucoup d’individus homosexuels avancés en âge, tandis qu’ils essaient de s’attirer les faveurs des petits jeunes qu’ils idéalisent dans l’angélisme, se vengent de leur faiblesse sur la nouvelle jeunesse homosexuelle, en la qualifiant très fréquemment de « superficielle », d’« arrogante », de « lâche », de « naïve », d’« ingrate », d’« inexpérimentée », etc. « Quand ils sont jeunes, ils n’ont rien à raconter. Tu dois t’emmerder. » (un ami homo s’adressant à Matthieu à propos du jeune amant de ce dernier, Jonathan, dans la pièce À partir d’un SMS (2013) de Silas Van H.) ; « Laisse tomber. Ce sont des maigrelets branchés mode qui croient le monde à leurs pieds. » (Zach parlant des étudiants en cinéma, dans le film « Judas Kiss » (2011) de J.T. Tepnapa et Carlos Pedraza) ; « C’est la Génération Secret Story : ils veulent tout avoir ! » (Samuel par rapport aux lycéens et aux Maraisiennes, dans le one-man-show Elle est pas belle ma vie ? (2012) de Samuel Laroque) ; etc. Par exemple, dans son one-(wo)man-show Charlène Duval… entre copines (2011), Charlène Duval, le travesti M to F, raconte comment il essaie de ramener des cocktails mondains où il se rend des « p’tits jeunes sans cervelle ».

 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.