Super-héros

Super-héros

 

NOTICE EXPLICATIVE :

Le monde des supers-héros et la fantasmagorie de l’homosexualité ont ensemble de fortes connivences. Et quand on connaît la nature du désir homosexuel, un élan éloigné du Réel, encourageant à se prendre pour un objet ou pour Dieu afin de cacher un gros complexe d’infériorité, une panne d’identité, voire un viol, on ne sera pas surpris outre mesure…

 
 

N.B. : Je vous renvoie également aux codes « Se prendre pour Dieu », « « Plus que naturel » », « Adeptes des pratiques SM », « Frère, fils, amant, maître, Dieu », « Mère Teresa », « Dilettante homo », « Araignée », « Bovarysme », « Don Juan », « Poupées », « Fan de feuilletons », « Télévore et cinévore », à la partie « Rebelle » du code « Faux révolutionnaires », à la partie « Catwoman » du code « Femme-Araignée », à la partie « Jeux vidéo » du code « Jeu » et la partie « Dessins animés » du code « Conteur homo », dans le Dictionnaire des Codes homosexuels.

 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.

 

 

FICTION

 

a) Le personnage homosexuel rêve de devenir un super-héros :

Film "Pourquoi pas moi?" de Stéphane Giusti

Film « Pourquoi pas moi? » de Stéphane Giusti


 

Dans les fictions homo-érotiques, les supers-héros occupent une très grande place : cf. le film « Supertapette » (2002) de Kurt Koehler, le vidéo-clip de la chanson « Dégénération » de Mylène Farmer, le vidéo-clip de la chanson « L’Âme-stram-gram » de Mylène Farmer, le vidéo-clip de la chanson « Us Against The World » du groupe Play, le vidéo-clip de la chanson « Music » de Madonna, le film « La Grande Zorro » (1981) de Peter Medak, la B.D La Verdadera Historia Del Superguerrero Del Antifaz, La Superpura Condesita Y El Super Ali Kan (1971) de Nazario, le film « Captain Orgazmo » (1997) de Trey Parker, le film « Meteorango Kid, Heroi Intergaláctico » (1969) d’Andrés Luis de Oliveira, le film « Le Fabuleux Destin de Perrine Martin » (2002) d’Olivier Ciappa (qui est une parodie du « Fabuleux Destin d’Amélie Poulain », mais dans sa version ratée), le film « Hollywood Vixens » (1970) de Russ Meyer (avec Wonder Woman et Tarzan), la chanson « L’Aventurier » du groupe Indochine (qui laisse une grande place à Bob Morane), la chanson « Superwoman » d’Anne-Laure (la chanteuse lesbienne déclarée de la Star Academy 2), la pièce Jeffrey (2007) de Paul Rudnick (avec Wonder Woman), le film « PuPu No Monogatari » (1998) de Kensaku Watanabe, la pièce Nietzsche, Wagner, et autres cruautés (2008) de Gilles Tourman, le film « X-Men » (2000) de Bryan Singer (avec le personnage de Véga), le vidéo-clip de la chanson « Sobreviveré » de Mónica Naranjo (avec l’apparition de Batman), la comédie musicale Fame (2008) de David de Silva, la pièce Cannibales (2008) de Ronan Chéneau (avec Spiderman), les films « Lady Robinhood » (1925) de Ralph Ince et « Señorita » (1927) de Clarence G. Badger (avec Zorro), le film « Zorro » (1974) de Duccio Tessari, le film « Pink Narcissus » (1971) de James Bidgood, le film « Flesh Gordon » (1972) de Michael Benveniste et Howard Ziehm, le film « Tigerstreifenbaby Warter Auf Tarzan » (1998) de Rudolf Thome, le film « Robocop » (1987) de Paul Verhoeven, le film « All Stars » (1997) de Jean Van de Velde, la photo de Patrick Sarfati (p. 194) dans la revue Triangul’Ère 1 (1999) de Christophe Gendron, le dessin de saint Sébastien (2001) de Thom Seck, le dessin Scène de partouze (1965) d’Étienne, la chanson « James Bond et moi » de Zazie, la chanson « Extraterrestre » de Philippe Katherine et Arielle Dombasle, le film « AAPJMW » (2009) de Antoine + Manuel, la pièce DDM (des Drôles de Mecs) (2009) de Tristan Petitgirard, la pièce Et puis j’ai demandé à Christian de jouer l’intro de Ziggy Stardust (2009) de Renaud Cojo, le film « Superheroes » (2007) d’Alan Brown, le film « Los Abrazos Rotos » (« Étreintes brisées », 2009) de Pedro Almodóvar, le film « Pourquoi pas moi ? » (1998) de Stéphane Giusti (avec Camille, l’héroïne lesbienne, fan de la « Guerre des étoiles »), le film « Les Héros sont immortels » (1990) d’Alain Guiraudie, le vidéo-clip de la chanson « It’s OK To Be Gay » de Tomboy, le roman Carnaval (2014) de Manuel Blanc (avec des déguisements comme Batman), le film « Les Métamorphoses » (2014) de Christophe Honoré, le film « Les Crevettes pailletées » (2019) de Cédric le Gallo et Maxime Govare (avec la chanson « Holding out for a hero » de Bonnie Tyler), le film « My Wonder Woman » (2018) d’Angela Robinson, etc.

 

B.D. "Barbarella"

B.D. « Barbarella »


 

Le héros homosexuel révèle dans un premier temps son goût pour les objets et le plastique : « Après la guerre, comme vous, je devins ingénieur chimiste, et me spécialisai, comme vous, dans les matières plastiques et le caoutchouc. » (Bob à son amant Félix dans le roman La Synthèse du camphre (2010) d’Arthur Dreyfus, p. 222) Par exemple, dans le film « Masala Mama » (2010) de Michael Kam, le jeune fils d’un pauvre chiffonnier aspire à devenir dessinateur de comics ; d’ailleurs, il vole une B.D. de supers-héros dans une épicerie indienne. Dans le film « Un Año Sin Amor » (2005) d’Anahi Berneni, Pablo se compare à ses figurines de supers-héros en plastique, et teste justement les limites de son propre corps dans le milieu SM, comme s’il vivait dans l’illusion d’être inoxydable. Dans la pièce Ça s’en va et ça revient (2011) de Pierre Cabanis, Hugo, le héros homosexuel, est fan de bandes dessinées et de dessins animés (les Simpsons, Toy Story, etc.) ; ce trentenaire pantouflard a une chambre ressemblant à une salle de jeux enfantine, remplie de peluches et de statuettes de Superman, Batman ; et il est surnommé « Super Nouf-Nouf » par l’un de ses amis. Dans la pièce Carla Forever (2012) de Samira Afaifal et Yannick Schiavone, Kévin, le héros homo, porte un tee-shirt avec Batman et Robin dessus. Dans le sketch sur la salle de sport dans son one-man-show Sensiblement viril (2019), l’humoriste Alex Ramirès décrit ses sensations quand il découvre son prof de muscu : « Le prof de muscu, c’est Captain America. Tu veux son corps… dans tous les sens du terme. »

 

Le fantasme du super-héros s’origine parfois dans un amour parental disproportionné. Par exemple, dans la pièce Le Fils du comique (2013) de Pierre Palmade, Isabelle compte appeler son futur fils « Superman » et veut pour lui « le meilleur », la « réussite », la « perfection »… et non le bonheur. Dans le film « Praia Do Futuro » (2014) de Karim Aïnouz, Ayrton surnomme son grand frère (homosexuel et secouriste en mer) Donato « Aquaman » et lui attribue « des supers pouvoirs ». Ce dernier finit par le croire.

 

SUPER Wonder Woman

Wonder Woman, icône de Pink TV


 

Il est fréquent de voir le personnage gay ou lesbien se prendre vraiment pour un super-héros : « À un moment donné, elle [l’héroïne lesbienne] avait beaucoup aimé qu’on lui fit la lecture ; elle aimait surtout les livres qui parlaient des héros ; mais à présent, de telles histoires stimulaient tellement son ambition qu’elle désirait intensément les vivre. Elle, Stephen, désirait maintenant être Guillaume Tell, ou Nelson, ou la charge de Balaklava tout entière. » (Marguerite Radclyffe Hall, The Well Of Loneliness, Le Puits de solitude (1928), p. 28) ; « Je suis Batman. » (Oscar dans le film « Un de trop » (1999) de Damon Santostefano) ; « J’ai des supers pouvoirs. » (Léo, le héros homosexuel aveugle se mettant en suspension sur sa chaise, dans le film « Hoje Eu Quero Voltar Sozinho », « Au premier regard » (2014) de Daniel Ribeiro) ; « J’aurais voulu être Superman pour l’éclater. » (Kévin, le héros homosexuel parlant de son père, dans le roman Si tu avais été… (2009) d’Alexis Hayden et Angel of Ys, p. 422) ; « Ça a commencé toute petite. Quand j’étais petite je ne voulais surtout pas être actrice. Je voulais être dieu. Je voulais être une super-héroïne. Une sorte de comics… une sorte de rêve éveillé pour vous, une sorte de muse, d’enchantement pour vos yeux… Ce soir, je suis dieu. » (Lise, dans la pièce La Fesse cachée (2011) de Jérémy Patinier) ; « Je suis Super-Pédé. En fait, j’ai des pouvoirs magiques. J’ai un radar à pédés. » (Rodolphe Sand dans son one-man-show Tout en finesse, 2014) ; « On avait fait les super-héros. » (Sarah, Charlène et leur cercle d’amis préparant une soirée thématique, dans le film « Respire » (2014) de Mélanie Laurent) ; « Maintenant, je suis invincible ! Si j’avais de supers pouvoirs, je partirai rejoindre Kanojo. » (Suki, l’héroïne lesbienne s’étant aspergée de spray anti-moustiques, dans la pièce Gothic Lolitas (2014) de Delphine Thelliez) ; etc. Dans la pièce L’un dans l’autre (2015) de François Bondu et Thomas Angelvy, Thomas, cherchant à découvrir quel est le personnage qui est marqué sur son post-it, demande à son amant François : « Est-ce que je suis un super-héros ? ». Dans le film « Ma Vie avec John F. Donovan » (2019) de Xavier Dolan, John, le héros homosexuel, va jouer le rôle d’un super héros dans une série B.

 

Par exemple, dans la pièce Fixing Frank (2011) de Kenneth Hanes, Jonathan, le copain de Frank, arrive avec un tee-shirt « Super-Gay », et se compare à Superman : « C’est pour ça qu’on m’appelle Super-Pédé. » Dans le one-man-show Pareil… mais en mieux (2010) d’Arnaud Ducret, John Breakdown, le chorégraphe homosexuel, veut jouer le grand jeu : « Hicham ! Mon costume [de Superman] ! » Dans son one-man-show Tout en finesse (2014) de Rodolphe Sand, le jeune Alexandre joue déjà à la majorette avec sa cape de Zorro.

 

 

Dans la pièce La Mort vous remercie d’avoir choisi sa compagnie (2010) de Philippe Cassand, Éric, le héros homosexuel, se déguise en Zorro pour défiler à la Gay Pride. Dans le film « Papy fait de la résistance » (1982) de Jean-Marie Poiré, Guy-Hubert, le coiffeur super efféminé, est, dans sa double vie, le justicier « Super Résistant ». Dans le film « Kick-Ass » (2009) de Matthew Vaughn, la présomption d’homosexualité tombe comme par hasard sur Dave dès qu’il s’habille en super-héros et commence à passer dans les médias en déguisement de Vengeur Masqué : « On dirait un travelo ! » se moque sarcastiquement le présentateur télé. Dans le film « Les Incroyables Aventures de Fusion Man » (2009) de David Halphen, le héros, Fusion Man ( = Marc), est précisément homosexuel ; au moment où son copain Daniel – déguisé en Batman pour lui faire une surprise – lui a préparé chez eux un petit dîner en amoureux, il est obligé de partir en mission de sauvetage d’un garçon suicidaire steward qu’un Méchant – particulièrement efféminé – encourage à se jeter du haut d’un immeuble. Dans la pièce Le Gang des Potiches (2010) de Karine Dubernet, les trois héroïnes (dont l’une est ouvertement lesbienne) se déguisent respectivement en Wonder Woman, Lara Croft, et Catwoman, pour organiser leur hold-up. Dès les premières répliques du film « L’Homme de sa vie » (2006) de Zabou Breitman, Frédéric, le héros qui va se découvrir homosexuel, dit à son jeune fils déguisé en super-Héros et cherchant à le réveiller en lui « tirant dessus » avec son pistolet laser : « Je suis invincible, inoxydable. » Dans la série Queer as Folk version américaine, Michael Novotny, le meilleur ami gay de Brian, est un fan absolu de super-héros. Il finit même par ouvrir un magasin qui vend des comics. D’ailleurs il est amoureux de son meilleur ami et le considère un peu comme un super héros.

 

SUPER rainbow

Antoine Helbert


 

Parfois, le super-héros devient même l’amant homosexuel. « Soyons Bioman ! » (Sentou dans la pièce Vu duo c’est différent (2008) de Garnier et Sentou) ; « On est Batman et Robin… mais nous sommes Batman ensemble tous les deux. » (Zook séduisant Jenko, dans le film « 22 Jump Street » (2014) de Phil Lord et Christopher Miller) ; « Fais de mon image un Super-héros. » (Olivier s’adressant à son jeune futur Mathan dans la pièce Un Cœur en herbe (2010) de Christophe et Stéphane Botti) ; « Tu es Laurel et moi Hardy. Tu es Batman et moi Robyn. Tu es Tom et moi Jerry. » (Karma s’adressant à sa copine Amy, dans la série Faking It (2014) de Dana Min Goodman et Julia Wolov, l’épisode 1 « Couple d’amies » de la saison 1) ; « On dirait Superman. » (Tom, le héros homosexuel, s’adressant à Dick quand il enlève ses lunettes, dans le film « The Talented Mister Ripley », « Le Talentueux M. Ripley » (1999) d’Anthony Minghella) ; etc. Par exemple, dans le roman Pire des mondes (2004) d’Ann Scott, le protagoniste dit sa fascination pour les supers-héros, et notamment Spiderman, l’homme-araignée : « Une bête aussi microscopique capable de stratégie, ça force le respect, non ? » (p. 85) Dans le film « Kilómetro Cero » (2000) de Juan Luís Iborra et Yolanda García Serrano, l’amant est comparé à Superman. Dans la pièce Soixante degrés (2016) de Jean Franco et Jérôme Paza, Rémi et Damien se rencontrent dans une laverie. Quand Rémi dit qu’il doit venir tous les jours pour laver son costume, Damien commence à se faire des films : « Ton costume ? T’es Super-Héros ? »

 

Dans le film « Deadpool 2 » (2018) de David Leitch, où l’homosexualité se trouve à tous les carrefours : Le héros, Wade (« Deadpool »), présenté comme hétérosexuel, tripote pourtant (accidentellement ?) le cul de son ami Colossus, se voit porté un peu plus tard par lui comme une mariée dans ses bras. Leurs rapprochements corporels sont tellement équivoques que même Vanessa, la compagne officielle de Wade, demeurant dans l’Au-delà, lui conseille ironiquement « de ne pas coucher avec Colossus » (« Don’t Fuck Colossus »). Il n’y a pas que le super-héros principal de ce Marveil Film qui est concerné par une homosexualité latente : on retrouve aussi le personnage de Weasel (le jeune Indien hyper-sensible qui s’identifie à l’actrice Kirsten Dunst : Wade lui caresse d’ailleurs langoureusement les cheveux pendant que Weasel conduit son taxi), le personnage de Cable (d’abord ennemi de Wade, puis qui finalement vire sa cuti et fait carrément sa déclaration à Wade : « Tu me rappelles ma femme. » ; c’est tellement le grand amour entre eux qu’il le traite de « beau gosse »), le personnage de Negasonic Teenage Warhead (la baby Butch garçon manqué, officiellement en « couple » avec une autre super-héroïne, sa copine asiatique Yukio : Wade renchérit en les félicitant toutes les deux « Vous formez un très joli couple. »). En clair, on a vraiment l’impression que tout le monde est bisexuel dans ce film pourtant ouvertement hétérosexuel et destiné à un public beauf hétéro. Les références homosexuelles prédominent dans les dialogues : par exemple, Wade se fait le chantre de toutes les transgressions qui heurtent la morale, à commencer par la transgression de la différence des sexes (il déclare à plusieurs reprises que « Les règles sont là pour qu’on les viole ») ; à un autre moment, il se targue de « maîtriser les câlins » ; enfin, il mentionne le site de rencontres homosexuelles Grindr comme corollaire à Tinder, deux applis que Cable consulterait. Concernant cette fois l’équipe du film, les scénaristes – en particulier Rhett Reese – ne brillent pas par leur masculinité. C’est plutôt voix haut perchée et gestuelle très maniérée. Je ne me lancerai pas dans des spéculations hasardeuses. Mais je n’en pense pas moins. Ils avouent eux-mêmes leurs sympathies LGBT et qu’ils ont tenu à inclure dans « Deadpool 2 » des clins d’œil ouvertement gays.
 

Le super-héros est l’incarnation de l’hétérosexuel, de l’hyper-masculinité et de l’hyper-féminité confondus, donc du fantasme sexuel et identitaire n°1 des personnages homosexuels.

 

SUPER Androgyne

 

« Et moi, c’était Mister Monde, mon péché original ! » (Fifi dans la pièce Les Escaliers du Sacré-Cœur (1986) de Copi) ; « Tarzan fut élu maire par son évidente notoriété. » (Copi, Un Livre blanc, 2002, p. 96) ; « Vous êtes un héros. » (Sidney Miller s’adressant à George, le héros homosexuel, pour le féliciter de son spectacle, dans le film « L’Objet de mon affection » (1998) de Nicholas Hytner) ; etc. Dans le roman Les Nouveaux nouveaux Mystères de Paris (2011) de Cécile Vargaftig, Frédérique, grâce à une machine à remonter le temps, fait à un moment donné la rencontre de Fantômette.

 

La force du Super-héros, c’est qu’il donne à croire au héros homosexuel ou transgenre qu’il lui permettra d’avoir le puissance de transgresser et de pulvériser la différence des sexes. Par exemple, dans le one-woman-show Mâle Matériau (2014) d’Isabelle Côte Willems, lorsque la narratrice transgenre F to M se travestit, elle met une musique « parodique » de dessin animé de Super-héros avec une voix robotique signalant « Métamorphose ! » (la comédienne porte d’ailleurs un marcel de Goldorak).
 

Cependant, le personnage homosexuel, face à sa propre humanité ou à celle de son amant, finit par revoir à la baisse ses illusions d’être un héros aux multiples pouvoirs, par se trouver nul, et par juger l’amour homosexuel décevant. « Si encore je ressemblais à Wonder Woman… Hélas, je suis plus proche d’E.T. » (Marcy, l’héroïne lesbienne, dans la pièce Un Mariage follement gai ! (2008) de Thierry Dgim) ; « J’ai même rêvé d’être Superman !!!! … Bon, j’ai très vite déchanté en me comparant aux autres dans les douches du club de judo… » (Jarry dans le one-man-show Entre fous émois (2008) de Gilles Tourman) ; « Si j’étais un super-héros, si j’étais fort, si j’étais beau, je ferais tant de choses. Je répandrais le bien. Hélas, je n’en suis pas un. » (cf. la chanson « Optimiste » de Stéphane Corbin) ; « Tu as lu trop de Fantômette, ma pauvre Bathilde. » (Amande à Bathilde, dans le roman L’Hystéricon (2010) de Christophe Bigot, p. 310) ; « Je ne suis pas un de tes supers-méchants de tes B.D. Je n’ai pas le pouvoir dont tu parles. » (le père à son fils homo Danny, dans le film « Judas Kiss » (2011) de J.T. Tepnapa et Carlos Pedraza) ; etc.

 

B.D. What A Wonderful World (2014) de Zep (planche : "Le Sexualité compliquée des Super-héros")

B.D. What A Wonderful World (2014) de Zep (planche : « Le Sexualité compliquée des Super-héros »)


 

Par exemple, dans le roman Le Cœur éclaté (1989) de Michel Tremblay, Dan veut que son amant Gerry, avec qui il vit depuis une vingtaine d’années, « comprenne une fois pour toute qu’il n’est pas Superman » (p. 237). Dans le film « Pourquoi pas moi ? » (1998) de Stéphane Giusti, la figurine de Big Jim que Nico, le héros gay, tripote, est maltraitée et démembrée par son amie lesbienne Camille (« Tiens, la gouine, tu vas voir, ce qu’elle va te faire, la gouine ! »).

 

L’identité du super-héros que les personnages homosexuels endossent est parfois tout simplement le masque cachant le viol qu’ils ont vécu. Par exemple, dans le film « Sils Maria » (2014) d’Olivier Assayas, Maria va voir au cinéma un film dans lequel Jo-Ann, sa jeune et future partenaire de théâtre avec qui elle jouera un couple lesbien, interprète une super-héroïne aux pouvoirs destructeurs (cette héroïne aurait d’ailleurs été violée par Sargone, et ses pouvoirs s’origineraient donc dans ce fait). À la fin de « Sils Maria », Maria se voit proposer elle aussi un rôle de « mutante », « une sorte d’hybride » de l’Espace qui « aurait tous les âges », par un jeune réalisateur bobo. Dans le one-man-show Au sol et en vol (2014) de Jean-Philippe Janssens, Jeanfi, le steward homo, parodie le dessin animé Les Maîtres de l’UniversPar le pouvoir du Crâne Ancestral ! ») pour se moquer d’un passager qui veut le voir ranger une grosse valise bien lourde dans les soutes à sa place.

 
Deadpool
 

Le costume du super-héros que les héros homosexuels mettent cache parfois aussi le viol qu’ils s’apprêtent à faire. Je vous renvoie par exemple à la nouvelle vague bobo des Super-Zéros que j’ai décrite dans mon livre Les Bobos en Vérité, où le personnage va être capable de trouver sa dissidence dans un pastiche raté (et parfois homosexualisé) du Super-Héros traditionnel, quitte à ce que ce ratage autoparodique soit réellement violent, méchant, homophobe (pour désacraliser le kitsch paillette du lycra), sur le mode de « Deadpool » (2016) de Ted Miller, « Kick-Ass » (2010) de Matthew Vaughn ou « Zoolander 2 » (2016) de Ben Stiller : allez lire mon article ici. Il y a largement de quoi s’inquiéter.
 
 

b) Personne n’est parfait :

La prétention à se vouloir super-héros se décline parfois en laconique aveu d’impuissance (= « Personne n’est parfait ») qui se fait passer pour humble mais qui en réalité n’est qu’une confirmation de l’excès d’orgueil (« Je ne vois pas pourquoi je changerais et ferais des efforts puisque je ne peux pas être Dieu ; l’ambition est systématiquement prétention… ») : cf. la chanson « Nobody’s Perfect » de Madonna, le film « Personne n’est parfait » (1993) de Robert Kaylor, le film « Personne n’est parfait(e) » (1999) de Joel Schumacher, le film « Personne n’est parfait » (1981) de Pasquale Festa Campanile, le film « Torch Song Trilogy » (1989) de Paul Bogart (avec la chanson d’entrée), la chanson « On n’est pas tous les jours sublime » dans la comédie musicale Sand et les Romantiques de Catherine Lara, la chanson « La Prétention de rien » de Pascal Obispo, la pièce Personne n’est parfait(e) (2015) d’Hortense Divetain, etc. « Tu sais, Liz, y a rien de parfait, y a rien de nul. Rien. Quelque chose de totalement parfait, ça a quelque chose de nul, non ? Et quelque chose de nul, ça a pas quelque chose de parfait ? » (Willie dans le roman La Meilleure part des hommes (2008) de Tristan Garcia, p. 98) ; « Je ne suis pas le Superman viril que tu attendais !! » (Gabriele, le héros homo, violentant son amie Antonietta qui souhaitait « se faire sauter sur la terrasse » de l’immeuble, dans le film « Una Giornata Particolare », « Une Journée particulière » (1977) d’Ettore Scola) ; « Je ne suis pas un warrior. J’écoute Céline Dion. » (Jérémy Lorca dans son one-man-show Bon à marier, 2015) ; « Désolé. Ma vie est compliquée. Chuis pas un héros. » (Victor, le héros homosexuel, dans le téléfilm Fiertés (2018) de Philippe Faucon, diffusé sur Arte en mai 2018) ; « Victor n’est pas parfait. Personne n’est parfait. » (Charles parlant de son fils homo, idem) ; « On est parfaites, quoi ? » (Morgane, homme trans M to F, ironiquement) « Exactement ! » (Sandrine, son amante, dans l’épisode 414 de la série Demain Nous Appartient diffusé le 6 mars 2019 sur TF1) ; etc. Dans le film « Certains l’aiment chaud » (1959) de Billy Wilder, lorsque Jerry, travesti en Daphnée, essaie de faire comprendre à Osgood que leur mariage est impossible (« Vous ne comprenez pas, Osgood : je suis un homme. ») en retirant sa perruque devant lui, ce dernier répond d’un air coquin mais inclusif : « Personne n’est parfait. » Bref, son amant ne semble voir aucun inconvénient à passer de femme à homme. La Gay Pride de Genève (Suisse) du 25 juin 1994 choisit pour slogan « Personne n’est parfait ».

 
 

c) Le personnage homosexuel est surnommé ou se surnomme « l’Aventurier » :

Il arrive que le personnage homosexuel, dans ses élans mégalomanes, se définisse comme un aventurier. Je vous renvoie au roman Portrait de l’Aventurier (1950) de Roger Stéphane, à la chanson « Toc de mac » d’Alizée (« Tu es venu en tutu, des idées de grande aventure »), au film « Adventure » (« L’Aventure », 1945) de Victor Fleming, au film « The Adventures Of Priscilla, Queen Of The Desert » (« Priscilla folle du désert », 1994) de Stephen Elliott, au film « Les Anges du péché » (1943) de Robert Bresson, au film « Lucky Luke » (2009) de James Huth (avec Calamity Jane), le film « Les Derniers Aventuriers » (1969) de Lewis Gilbert (avec les lesbiennes auto-stoppeuses agressives et obsédées par la propreté), le film « À l’aventure » (2009) de Jean-Claude Brisseau, le film « Les Incroyables Aventures de Fusion Man » (2009) de David Halphen, etc.

 

Par exemple, dans le roman Si tu avais été… (2009) d’Alexis Hayden et Angel of Ys, Kévin dit à son amant Bryan qu’ils sont en train de vivre « une aventure extraordinaire » (p. 107). Dans le one-man-show Au sol et en vol (2014) de Jean-Philippe Janssens, Jeanfi, le steward homo, dit qu’il a « un métier formidable pour vivre des aventures ».

 

Dans le roman La Cité des Rats (1979) de Copi, le mot « aventure » est répété deux fois page 149. Et l’adjectif « aventurier » équivaut presque à « homosexuel » : le fils de Rakä et Gouri, les deux pères rats, est leur enfant « par l’esprit » ; et Rakä prédit que « ce sera un garçon aventurier » (p. 150).

 

Mais ne nous y trompons pas. Quand le héros homosexuel parle d’aventure, en général, c’est dans un sens peu noble. La grande Aventure existentielle, collective, et humaine est remplacée par la simple liaison sexuelle furtive et égoïste : « La vie n’est pas un roman, ni sous les tropiques. Le goût de l’aventure me conduit dans les bains turcs de Mexico. » (Christopher Donner, Ma Vie tropicale, premier chapitre, 1999) ; « C’est bien fini, tout ça. Les aventures. Les garçons. » (Vincent, le héros homosexuel, dans la pièce Un Tango en bord de mer (2014) de Philippe Besson) ; « L’aventurier solitaire, Bob Morane est le roi de la Terre. » (cf. la chanson « L’Aventurier » du groupe Indochine) ; « Papa… Kevin et moi, on a une aventure. » (Kavanagh imaginant qu’il annonce à son père son homosexualité sans la lui annoncer vraiment, dans le one-man-show Anthony Kavanagh fait son coming out (2010) d’Anthony Kavanagh) ; « Mon aventure, qui est-ce ? » (cf. la chanson de Tonia, le transsexuel M to F, dans le film « Morrer Como Um Homen », « Mourir comme un homme » (2009) de João Pedro Rodrigues) ; « J’ai un esprit aventurier et je suis encore assez jeune pour l’aventure ! » (la Vache sacrée dans la pièce La Pyramide ! (1975) de Copi) ; « J’ai maintenant l’imagerie nomade et le fantasme aventureux. » (Vincent Garbo dans le roman éponyme (2010) de Quentin Lamotta, p. 9) ; « Je suis une aventure. » (le héros bisexuel du film « OSS 117 : Rio ne répond plus » (2009) de Michel Hazanavicius) ; « T’as toujours aimé l’aventure, les sensations fortes. » (Arnaud à Mario dans la pièce Quand mon cœur bat, je veux que tu l’entendes… (2009) d’Alberto Lombardo) ; « L’aventure, y’a qu’ça de vrai ! » (Nana dans le one-woman-show Nana vend la mèche (2009) de Frédérique Quelven) ; « Plus à l’aise maintenant, elle allait à l’aventure, s’approchant insensiblement de mes endroits secrets. » (Alexandra, la narratrice lesbienne, par rapport à une de ses bonnes, dans le roman Les Carnets d’Alexandra (2010) de Dominique Simon, p. 98) ; « Je travaillerais beaucoup plus parce que je ne voudrais pas la décevoir. Je ne pensais à rien d’autre, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sinon à avoir des aventures. » (Anamika, l’héroïne lesbienne parlant de sa prof Mrs Pillai, dans le roman Babyji (2005) d’Abha Dawesar, p. 226) ; « J’ai besoin d’une aventure ! » (Ninette s’adressant à son amante Rachel, dans la pièce Three Little Affairs (2010) d’Adeline Piketty) ; « Voici la vie de pédé ! Étranglé et presque noyé pour mille misérables francs quand je ne faisais que chercher l’extase de l’aventure ! » (Pédé dans la pièce Les Escaliers du Sacré-Cœur (1986) de Copi) ; « Notre dernière aventure, Elvire, à toi et à moi ! » (idem) ; « Je me dis souvent que ce n’est pas en restant écrasé dans le fauteuil rouge à écouter Leonie Rysanek chanter la ‘Chanson du saule’ que je risque de trouver l’âme sœur. Il y a bien le parc Lafontaine pour faire exulter le corps, mais ça ne reste que des attouchements impersonnels qui n’ont rien à voir avec quelque sentiment que ce soit. Mais je ne me décide pas à faire le grand saut, à partir à l’aventure ou, du moins, à la recherche de mes semblables, je me contente de sublimer depuis déjà trop longtemps, j’en suis parfaitement conscient et je n’y peux rien. » (le narrateur parlant de l’opéra La Bohème de Puccini dans le roman La Nuit des princes charmants (1995) de Michel Tremblay, p. 19) ; « Je choisissais les plus beaux et vivais une intense aventure de dix secondes avec chacun. » (le narrateur homo évoquant le jeu des regards à l’opéra, idem, p. 44) ; « J’ai décidé de vous amener à l’aventure ! » (Simon, le héros homo, s’adressant à ses amis, dans le film « Love, Simon » (2017) de Greg Berlanti) ; etc.

 

Dans le film « Children Of God » (« Enfants de Dieu », 2011) de Kareem J. Mortimer, quand Romeo propose à Johnny une expédition dans l’île (« On pourrait partir en exploration… »), clairement, ce dernier comprend le sous-texte sexuel de son invitation. Dans la pièce Un Lit pour trois (2010) d’Ivan Tournel et Mylène Chaouat, Catherine, l’héroïne lesbienne, suggère les « aventures » amoureuses quand elle parle de voyager. Dans le film « Que Viva Eisenstein ! » (2015) de Peter Greenaway, Hunger attribue au cinéaste homosexuel Eisenstein un « comportement puéril », « une longue aventure irresponsable ». Et en effet, Eisenstein enchaîne les frasques sexuelles au Mexique.

 

Sinon, question véritable Aventure, le personnage homosexuel a tout de la mauviette peureuse : « Je n’ai pas cet esprit d’aventure, je ne suis qu’une folle coincée. » (François dans le roman Riches, cruels et fardés (2002) d’Hervé Claude, p. 142) Dans la comédie musicale Encore un tour de pédalos (2011) d’Alain Marcel, un des quatre héros homosexuels raconte qu’il a grandi dans des draps de soie, entourés de « sa dînette, ses Barbies, ses héros ».

 
 

FRONTIÈRE À FRANCHIR AVEC PRÉCAUTION

 

PARFOIS RÉALITÉ

 

La fiction peut renvoyer à une certaine réalité, même si ce n’est pas automatique :

 
 

a) Certaines personnes homosexuelles rêvent de devenir des super-héros :

On voit très souvent que derrière le mythe du super-héros se cache l’énigme du désir homosexuel. « la perspective homosexuelle se développe très tôt chez des enfants égocentriques. L’homosexualité apparaît comme une tentative manquée pour compenser un sentiment d’infériorité. L’homosexualité est la recherche d’un triomphe fictif. » (Philippe Simonnot dans son essai Le Rose et le Brun (2015), p. 200) Par exemple, le directeur de Change.org en Espagne, Francisco Polo, raconte qu’il s’est identifié dans son adolescence aux super-héros pour surmonter les harcèlements scolaires. Le documentaire « La Domination masculine » (2009) de Patric Jean démarre précisément dans les rayons jouets d’un supermarché, avec les panoplies de super-héros, et notamment celles de Batman. Et en me baladant à l’exposition « Des Jouets et des Hommes » (2011) au Grand Palais de Paris, j’ai vu les multiples corrélations entre le monde de l’homme-objet et l’homosexualité, par exemple en regardant les installations audiovisuelles de Pierre Sorin.

 

Certaines personnes homosexuelles ont affirmé de leur vivant être réellement fascinées par la plastique du corps masculin ou féminin : Walter Pater, Michel Ange, Yukio Mishima, César Lácar, Juan Fersero, Francis Bacon (adepte des statues égyptiennes), et bon nombre d’hommes gay qui passent leur temps dans les salles de musculation. L’univers du mannequina, de la sculpture, de la coiffure et de la danse, renvoyant au mythe de Pygmalion et au goût des statues, est particulièrement investi par les sujets homosexuels. L’association homosexuelle parisienne Les Mecs en Caoutchouc réunit les fans de latex et de caoutchouc célébrant le corps parfait des super-héros plastifiés. Le dimanche 8 juin 2008, justement, a eu lieu à Madrid le 6e Festival « Infinita 2008 » qui mettait à l’honneur les super-Héros et le monde des comics. Ce genre de rassemblements queer ne sont absolument pas rares, et attire une forte population homosexuelle : « Une des plus célèbres soirées latex de Londres s’appelle la Rubber ball : jeu de mots qui signifie à la fois ‘bal du latex’ et ‘couilles en caoutchouc’. 2000 personnes y communient dans l’amour des tenues lubrifiées d’homme-grenouille. La Wasteland, à Amsterdam, réunit 4000 adeptes des fourreaux luisants. En Australie, certaines soirées rassemblent jusqu’à 7000 rubber victims qui portent leur seconde peau. » (Agnès Giard, Le Sexe bizarre (2004), p. 43)

 

Vidéo-clip de la chanson "Dégénération" de Mylène Farmer

Vidéo-clip de la chanson « Dégénération » de Mylène Farmer


 

Le monde des supers-héros a beaucoup stimulé – et continue d’inspirer – l’imaginaire de nombreux individus homosexuels. Par exemple, en 1960-1962, Andy Warhol réalise ses premières peintures à l’épiscope, inspirées par la B.D. et par les réclames publicitaires : Dick Tracy, Nancy, Superman, Dr. Scholl, TV$99. Les deux sculptrices Ange et Damnation créent des héroïnes telles que Zorrote, Napoléone, des anges féminins noirs. Quant à N’Krumah Lawson Daku, il prend ses modèles en photo en leur faisant porter un masque de Zorro. À l’émission radiophonique homosexuelle Homo Micro, sur Radio Paris Plurielle (106.3 FM), une partie de l’équipe entourant Brahim Naït-Balk a monté en 2010 une série hebdomadaire (séquences de quelques minutes, incluant les chroniqueurs dans un rôle fantastique) qui s’intitule BiHomoMan, reprenant à son compte le titre de la série sentai japonaise Bioman. Alan Scott, alias Green Lantern, est le super-héros ouvertement gay de DC Comics.

 

green-lantern-B.D

 

Certaines personnes homosexuelles ont clairement désiré dans leur cœur être des supers-héros. Je pense par exemple à David Bowie (transformé en Ziggy Stardust), à Michael Jackson (devenu un homme élastique), à Mylène Farmer (volant dans les airs), etc. Dans l’émission Dans les yeux d’Olivier, « Les Femmes entre elles » d’Olivier Delacroix et Mathieu Duboscq (diffusée sur France 2, le 12 avril 2011), quand on demande à la comédienne Océane Rose-Marie pourquoi elle s’est choisie comme nom de scène « la lesbienne invisible », elle répond : « Y’avait un côté super-héros pour le titre du spectacle. »

 

 

Les supers-héros sont utilisés comme icônes homosexuelles. Par exemple, lors de sa création en 2004, la chaîne de télévision Pink TV a comme par hasard plébiscité comme ambassadrice Wonder Woman. Les sœurs de la série Charmed, les actrices comme Jane Fonda (Barbarella), Lindsay Wagner (Super Jaimie), Angelina Jolie (Lara Croft), Elizabeth Montgomery (Ma Sorcière bien-aimée), ou Sarah Michelle Gellar (Buffy contre les vampires), sont de forts modèles d’identification chez le public gay. Dans une émission Bas les Masques (1992) de Mireille Dumas, consacrée à l’homosexualité, Éric affirme avoir été marqué dans son adolescence par le personnage de Tarzan. Dans son autobiographie La Mauvaise Vie (2005), Frédéric Mitterrand parle de sa fascination pour Bob Morane (p. 43).

 

 

Certaines personnes homosexuelles avouent sans honte leur idolâtrie : « On se demande pourquoi on a souvent tendance à oublier les héros de notre enfance tels que Robin des Bois, Spock et l’incontournable Superman auxquels on voulait ressembler, que ce soit pour leur physique ou leur témérité. Alors assumons, messieurs ! » (cf. l’article « Megging, Messieurs ! » de Monique Neubourg dans la revue Sensitif, n°44, mars 2010, p. 54) ; « Gamin, j’étais abonné à X-Men et je regardais tous les péplums à la télé. » (Férid cité dans la revue Têtu, n°130, février 2008, p. 106) ; « Un héros d’une pureté absolue, voilà ce que Louis II voudrait être. » (cf. le documentaire « Louis II de Bavière : la mort du Roi » (2004) de Ray Müller et Matthias Unterburg) ; « Désormais, je m’identifierais toujours au héros masculin quand je lirais des histoires ou quand j’irais au cinéma. » (Paula Dumont à l’âge de 7 ans, dans son autobiographie Mauvais Genre (2009), p. 64) ; « Je suis un fervent adepte de tous ces dessins animés japonais qui mettent en scène un super-héros aux prises avec un nombre incalculable de méchants plus cruels les uns que les autres. Je m’imagine que je suis moi aussi doté de pouvoirs extraordinaires et que ma mission consiste à sauver le monde d’une destruction certaine, programmée par des forces occultes. Rien que ça ! » (Alexandre Delmar, Prélude à une vie heureuse (2004), p. 13) ; « Mes premières héroïnes étaient Catwoman – môme, je la dessinais brandissant son fouet –, Fantômette, Super Jaimie et Wonder Woman. Les ancêtres de Xena, quoi. » (le réalisateur Julien Magnat, dans la revue Têtu, n°69, juillet/août 2002, p. 20) Pour ma part, très jeune, j’ai été fortement impressionné par Wonder Woman, Super Jaimie, She-Ra, Fantômette, les Drôles de Dames : je me mettais dans la peau de ces femmes aériennes.

 

Le super-héros est l’incarnation de l’hétérosexuel, de l’hyper-masculinité, donc du fantasme sexuel et identitaire n°1 des personnes homosexuelles. Dans leur essai Le Cinéma français et l’Homosexualité (2008), par un beau jeu de mots avec l’héroïsme, Anne Delabre et Didier Roth-Bettoni nous parlent justement des « beaux (hét)héros » (p. 48) La fascination pour le surhomme-objet va jusqu’à la projection amoureuse : certains sujets homosexuels transfèrent sur la poupée dynamique leurs propres émotions, leur humanité (qu’ils croient perdue ou qu’ils désirent perdre), et parfois même partent à la recherche d’un amoureux qui sera le clone de leur Superman cinématographique ou de leur Wonder Women : « Je cherche Mister Perfection. » (Brüno dans le reportage « Brüno » (2009) de Larry Charles)

 

B.D. "Batman et Robyn"

B.D. « Batman et Robyn »


 

Le super-héros condense, grâce au cinéma d’animation et aux images en 3D, la perfection corporelle avec le sentiment : les avatars s’agitant sur nos écrans semblent réels et pourvus d’empathie. Ils catalysent tout type de sentiments, de désirs humains, d’orientations sexuelles. Et le paradoxe, c’est que plus les super-héros s’hétérosexualisent et se sur-sexualisent, plus ils s’homosexualisent : Lara Croft a tout de la lesbienne qui a perdu sa douceur féminine ; Xena la Guerrière est l’icône lesbienne par excellence ; Zachary Quinto, l’acteur qui a joué dans la série Heroes et dans le film Star Trek (2007) de J. J. Abrams, a fait son coming out le 18 octobre 2011. On trouve également de nombreux croisements entre Batman et l’homosexualité. Par exemple, le chanteur Rostam Batmanglij (du groupe Vampire Weekend) est gay… et son nom de scène parle de lui-même ! La B.D. homo-érotique Batman (1939) de Bob Kane et Bill Finger a été censurée en temps de maccarthysme aux États-Unis au nom de ses nombreuses références à l’homosexualité (le clown de Batman est parfois habillé en grande folle ; on a prêté à la collaboration entre Batman et Robin une ambiguïté homosexuelle). Et pour ce qui est du groupe des Village People, il est également précurseur des supers-héros version gay, puisque chacun des chanteurs a choisi de représenter un des archétypes de survirilité sociale les plus courus.

 

SUPER DDM

 

La passion homosexuelle pour les supers-héros dit un désir de grandeur (et de sainteté) frustré et mal comblé : en effet, beaucoup de personnes homosexuelles rêveraient d’être reconnues pour leur grandeur d’âme et leur originalité, mais comme elles refusent le bon Maître, un Dieu pauvre et faible nommé Jésus, et qu’elles préfèrent se tourner vers une idole de pacotille appelée Monsieur Muscle, elles se retrouvent à prononcer dans le silence de leur cœur un pathétique cri (« Force Rose !!! ») qui ne les pousse pas à croire en elles, ni aux autres, ni en la beauté des actions d’amour.

 

Par exemple, dans le one-man-show Jefferey Jordan s’affole (2015) de Jefferey Jordan, le héros homosexuel commence son spectacle en disant qu’il était Superman et qu’il s’est transformé en nabot homosexuel : « L’homme du futur, plus fort et plus résistant, s’est transformé en nain efféminé. » Le comédien tourne en dérision sa petite taille, et dit qu’il aurait aimé être grand, blond aux yeux bleus : « 1m66, ça fait marrer. »
 

SUPER Powers Rangers

 

Je crois qu’au fond, la recherche de divinité à travers l’identification à l’Homme-objet omnipotent cache un refus de se reconnaître fragile, réel, un désir de mourir (car une idole, c’est bien mort et inerte… même si l’acteur qui lui a prêté son corps et surtout son visage est bien vivant), et même parfois un viol. Certains individus homosexuels ont été pris pour des objets (survalorisés ou dévalorisés par leurs consommateurs), et tentent de recoller les morceaux du mythe amoureux qu’ils ont incarné. Ce n’est pas sans raison que dans son essai Ça arrive aussi aux garçons (1997), Michel Dorais appelle chez le garçon abusé sexuellement dans son adolescence la recherche d’un partenaire masculin plus âgé que lui « le syndrome de Batman et Robin » (pp. 232-234) : « Le duo Batman et Robin est le prototype de la relation idéale que cherchent à établir, plus ou moins inconsciemment, nombre de garçons agressés. […] Environ le tiers des répondants à cette enquête furent un temps des émules de Batman et Robin. »

 
 

b) Personne n’est parfait :

Vidéo-clip de la chanson "Music" de Madonna

Vidéo-clip de la chanson « Music » de Madonna


 

Chez la majorité des personnes homosexuelles, la prétention à se vouloir super-héros se décline parfois en laconique aveu d’impuissance (« Personne n’est parfait ») qui se fait passer pour humble mais qui en réalité n’est qu’une confirmation de l’excès d’orgueil (« Je ne vois pas pourquoi je changerais et ferais des efforts puisque je ne peux pas être Dieu ») : « La perfection n’existe pas. » (Patrick Loiseau dans l’émission Vie privée, Vie publique (2007) de Mireille Dumas) ; « Personne n’est parfait. » (Christine Angot, Quitter la ville (2000), p. 189).
 

Déborah, intersexe


 

Par exemple, la tombe de Hans Blüher (homosexuel) porte encore aujourd’hui le monogramme chrétien « Nobody is perfect ». Dans le documentaire « Ni d’Ève ni d’Adam : une histoire intersexe » de Floriane Devigne diffusé dans l’émission Infrarouge sur la chaîne France 2 le 16 octobre 2018, Déborah, personne intersexe, se photographie devant un écriteau « I’m not perfect but I’m limited edition. ». Or, comme le disait de son vivant Mère Teresa, nous ne devons jamais cesser de tendre à la perfection. C’est ce désir qui nous rend humble, et le refus du chemin de perfection qui nous rend prétentieux et tristes. Car il faut beaucoup d’humilité pour continuer à s’orienter vers la Vérité et la perfection en sachant qu’on sera forcément toujours en dessous et qu’on n’y arrivera pas par nos propres forces, sans être aidés des autres et de Dieu.

 

Autobiographie Personne n'est parfait, maman! de Thomas Sayofet

Autobiographie Personne n’est parfait, maman! de Thomas Sayofet


 

L’autoparodie défaitiste participe de l’alimentation de sa croyance à se croire parfait : « Bien sûr, nous, nous n’aurons pas de défauts. » (Christophe en boutade, parlant du patrimoine génétique que lui et de son compagnon Bruno donnerait à « leur » enfant par GPA, dans le documentaire « Deux hommes et un couffin » de l’émission 13h15 le dimanche diffusé sur la chaîne France 2 le dimanche 26 juillet 2015)
 

Lady Gaga

Lady Gaga


 
 

c) L’aventure est plus envisagée en tant qu’expérience sexuelle et fantasmatique que comme une action réelle :

Certains individus homosexuels se présentent/sont présentés comme de grands aventuriers : cf. l’article « Annemarie Schwarzenbach, aventurière et amoureuse des femmes » de Béatrice Catanese dans le revue Têtu du lundi 15 août 2011, le documentaire « Orchids, My Intersex Adventure » (2011) de Phoebe Hart, etc. « Montherlant a, dans ses écrits comme dans sa vie, choisi l’aventure en tant que vocation spirituelle. » (Susan Sontag, « Héros de notre temps l’anthropologue », L’Œuvre parle (1968), p. 101) ; « Vendredi 20 décembre 1918. [À une soirée au club] J’ai été accaparé par un jeune homme élégant au visage de garçon gracieux et un peu fou, blond, beau type d’Allemand, plutôt fragile, qui m’a rappelé Requadt, et dont la vue m’a sans aucun doute fait une impression telle que je ne l’avais plus constatée depuis longtemps. Était-il simplement en tant qu’invité au club, ou vais-je le revoir ? Je m’avoue de bon gré que cela pourrait devenir une aventure. » ; « Samedi 21 décembre 1918. […] Je voudrais, plein d’esprit d’aventure, revoir le jeune homme d’hier. – Neige. Le soir, gel. » (Thomas Mann, cité dans Le Rose et le Brun (2015) de Philippe Simonnot, p. 121) ; « J’aime l’aventure, l’ambition. J’aime commander. Et les femmes soumises. » (Maïté, femme lesbienne, dans le documentaire « Les Homophiles » (1971) de Rudolph Menthonnex et Jean-Pierre Goretta) ; etc.

 

Par exemple, dans l’introduction de l’autobiographie Parce que c’était lui (2005), on nous décrit Roger Stéphane comme un « aventurier existentiellement solitaire, même s’il ne vivait qu’à travers le monde » (p. 28). Le poète français Arthur Rimbaud est transformé par la légende en « aventurier insaisissable » (cf. l’article « Arthur Rimbaud » de Laure Murat, dans le Dictionnaire des Cultures gays et lesbiennes (2003) de Didier Éribon, p. 404). Dans la revue Têtu du 15 août 2011, on décerne également à Annemarie Schwarzenbach le titre d’« aventurière et amoureuse des femmes ».

 

SUPER Arielle

 

Je n’idéaliserais pas autant le tableau… Il y a certainement méprise dans les termes : en valeur, l’aventure sexuelle n’équivaut pas à l’aventure aimante et humaine, même si c’est le même mot (« aventure ») qui les rapproche. Les esprits libertaires vantent les mérites de l’« aventure du sexe »… mais celle-ci ne requiert ni notre courage, ni notre liberté, ni notre volonté d’engagement, mais plutôt notre lâcheté, nos errances, notre consumérisme, notre égoïsme, notre abandon à la luxure, aux pulsions, au plaisir des sens. Par exemple, dans la revue Triangul’Ère 1 (1999) de Christophe Gendron, quand l’essayiste lesbienne Geneviève Pastre propose au sein du couple homosexuel « d’être l’aventurier de son corps et de son esprit, et de pratiquer une exploration réciproque » (p. 73), elle situe majoritairement « l’aventure » sur un plan sensoriel, sensuel, génital, narcissique, productiviste, mécaniste, rentable. Ici, l’aventure est au corps ce que le capitalisme est au marché : elle vise au bien-être (comptable !) de l’individu plus qu’au bien commun. On retrouve cette logique mercantile dans la bouche de beaucoup de penseurs homosexuels employant le mot « aventure » ou l’adjectif « aventurier » : « Burroughs est l’un des écrivains américains les plus importants de la génération d’après-guerre. Drogué et aventurier, il a tout essayé. » (Lionel Povert, Dictionnaire gay (1994), p. 104) ; « Après les petites annonces et les saunas, j’ai fini par m’aventurer dans le quartier gay de Paris, le Marais, toujours dans l’espoir de LA rencontre. J’ai vite déchanté. » (Brahim Naït-Balk, Un Homo dans la cité (2009), p. 48) ; « Son activité de metteur en scène ne le retenait pas dans sa vie d’aventurier. Il était toujours prêt à des rencontres douteuses. » (Alfredo Arias parlant de Coco, le travesti M to F, dans son autobiographie Folies-Fantômes (1997), p. 24) ; « Je me suis mis à marcher derrière Bruno comme quand on suit aveuglément l’amour, pour trouver au comptoir un centimètre carré disponible. Lumières paralysantes, la musique hurlait pour couvrir la rumeur générale qui s’amplifiait alors que, les bières se vidaient. Hommes enlacés, bouche à bouche, sexe à sexe, ils se déchaînaient pour un soir en libérant toutes leurs pulsions, le temps de vivre leurs désirs. Les plus âgés, relativement plus calmes, ‘des aventuriers de l’âge perdu’, comme les appelait Bruno, qualification qui me déplaisait fortement, lorgnaient sans doute vers le passé déchu qui s’écoulait à la vitesse des perfusions. Tandis que je m’insurgeais contre cette discrimination, Bruno m’expliquera plus tard que, attirance physique oblige, le fossé des générations dans le milieu a plus qu’un sens, il a un corps. » (Berthrand Nguyen Matoko, Le Flamant noir (2004), p. 133) ; « Les rencontres sexuelles fortuites qu’on appelle ‘aventuras’ prennent fatalement un côté sentimental. » (Copi à Paris en août 1984, cité dans la biographie Copi (1990) du frère de Copi, Jorge Damonte, p. 89) ; « Je me retrouvai [en 1957], à l’âge de 16 ans, débarrassé des uns et des autres dans l’immense ville de Buenos Aires. Ayant appris quelques finesses de petit parisien, je me dédiai beaucoup à l’aventure sentimentale et au voyeurisme social. » (Copi à Paris en août 1984) ; etc. L’« aventure » en question est plutôt, en réalité, une absence d’Aventure.

 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.