Si on vous regarde de travers ou comme un dangereux « homophobe » simplement parce que vous osez ne pas idéaliser le couple homosexuel, je vous suggère de vous appuyer sur ce qui me semble être les quatre limites (quasi objectives) du couple homosexuel, qui font qu’on ne peut ni le juger mauvais, ni le juger équivalent à l’amour vrai vécu dans le mariage femme-homme aimant ou dans le célibat consacré religieux librement choisi :
 

1 – Manque de solidité (Vous pouvez vous appuyer sur les pourcentages d’infidélité dans les couples homosexuels, données statistiques convaincantes et difficilement critiquables).
 

2 – Manque d’ancrage dans le Réel (Tous les couples homosexuels ont sans exception rejeté le socle fondamental du Réel sans lequel nous ne serions pas être là pour en parler : la différence des sexes).
 

3 – Manque d’ouverture à la vie (Le couple homosexuel est structurellement non-procréatif ; il n’est pas pleinement ouvert à la vie, même s’il peut être parfois fécond d’une autre manière).
 

4 – Manque de joie (ça, c’est la limite la moins statistique… ce qui ne veut pas dire qu’elle ne soit pas empirique. Pour l’instant, au jour d’aujourd’hui, je ne vois pas dans les nombreux couples homosexuels qui m’entourent cette joie que j’attends d’un couple d’amour plein).