Fort de mon expérience de militant à La Manif Pour Tous en France, j’aimerais nous donner dix conseils très utiles pour nous aider à gagner la guerre contre la destruction « légale » de l’union d’amour entre l’homme et la femme, c’est-à-dire contre le « mariage homosexuel ». Car nous ne sommes en réalité qu’aux débuts de notre combat. Puisque nous n’avons jamais vraiment parlé ni de la Loi Taubira ni d’homosexualité.

 

1- Arrêter, concernant le « mariage pour tous » et la GPA, de se focaliser sur la filiation. En ne parlant que de l’enfant et des conséquences de la loi, nous sommes en train de tout gâcher : non seulement nous justifions l’Union civile, mais en plus, nous encourageons nos hommes politiques à couper le « mariage pour tous » en deux et donc à le faire passer.
 

2- Oser parler d’amour. Sinon, nous laissons le thème à ceux qui en parlent mal et de manière irréaliste. La définition de l’amour est au centre du débat. En général, nous la méprisons car nous croyons qu’elle est dangereuse ou hors-sujet.
 

3- Oser parler d’homosexualité : c’est la clé des débats. La loi du « mariage pour tous » passe au nom de « l’amour homosexuel ». Le sujet est donc incontournable. En Italie, par exemple, ils ont carrément adopté comme consigne de s’interdire de parler du sujet. Et c’est là leur plus grosse erreur. Ils basculent dans l’homophobie qu’on leur reproche.
 

4- Détruire le mythe de l’hétérosexualité. C’est à cause de notre justification de celle-ci que nous rentrons dans le jeu de nos opposants, que nous appuyons toutes les lois pro-gays, que nous croyons en l’existence d’un « lobby homo » inexistant (seul le lobby hétéro existe), et que nous n’obéissons pas à l’Église.
 

5- Ne pas mépriser le mot « homophobie » et le voir comme autre chose qu’une insulte infondée ou un piège sémantique. Le traitement de ce thème est une opportunité incroyable pour rallier nos opposants à notre cause.
 

6- Reconnaître qu’en plus des enfants, les vraies victimes de l’Union Civile, du « mariage pour tous » et de la PMA/GPA, ce sont les personnes homosexuelles.
 

7- Rentrer dans le débat d’idées, privilégier la réflexion avant l’action, et ne pas mettre la forme à la place du fond. En France, nous avons fait cette erreur de figer nos opinions en posture muette (les Sentinelles), en manifestations impressionnantes mais inefficaces (La Manif Pour Tous).
 

8- Parler le langage de nos détracteurs (ne pas utiliser des mots tels que « Gender », « transhumanisme », « abrogation », « famille », etc.) au lieu d’essayer de les convaincre de comprendre nos concepts. Nous devenons inaudibles.
 

9- Assurer la couverture complète du sujet à travers ces trois prismes : politique/foi/homosexualité. C’est le seul moyen d’embrasser vraiment le débat, d’être nous-mêmes, et d’être vrais. Ne faites pas comme en France où nous n’avons parlé que de l’aspect politique, et où nous avions renié Jésus et les personnes homos.
 

10- Accueillir les personnes homosexuelles de notre propre camp et leur laisser la PREMIÈRE place. Ce sont les personnes les plus légitimes et les plus puissantes dans le débat, si et seulement si elles sont continentes, si elles parlent vraiment des actes homosexuels, et qu’elles ne sont pas juste là pour casser du « lobby LGBT ».