Vivant 2

 

Je suis allé voir le film « Vivant ! » de Vincent Boujon, tout juste sorti en salle, et racontant le saut en parachute de cinq hommes homosexuels séropositifs. Un film qu’on nous présente comme une expérience de « courage » extraordinaire et poétique, de dépassement de soi, de retrouvaille du « goût de la vie ». En réalité, quelle pauvreté dans les idées et les échanges !
 

Je savais déjà, avant de le voir, que j’allais y retrouver les messages indigents que je tente de décrypter dans mon prochain livre sur les bobos (dans celui-ci, j’ai d’ailleurs tout un chapitre sur la phrase « Je suis vivant », qui est un leitmotiv du boboïsme : « Je suis vivant », pour le bobo, c’est « j’ai vibré », et non pas « j’ai aimé pleinement ».) Mais voilà : dans « Vivant ! », tous les ingrédients du boboïsme y étaient : la promotion de l’expérience sensitive sur la raison, la promotion de l’homosexualité, le remplacement de l’amour par l’amitié, la référence à la Nature et les rayons de soleil, les messages creux sur l’estime de soi et la fidélité à soi-même, la déculpabilisation sans la reconnaissance de la faute, etc. Pour le bobo, la liberté est extériorisation et oubli de soi, pur processus d’extase et de fuite de soi : « Il faut tout lâcher, il faut lâcher prise, il faut accepter ses limites, il faut que ça sorte, il faut communiquer, il faut vivre les choses. » C’est du Anthony de Mello frelaté. Mais si on ne dit pas comment ni pour qui il faut faire tout ça, je vous assure tout de suite qu’on ne sort pas de la carte postale peu nourrissante.

 

Mon exigence passera aux yeux de certains pour une arrogance odieuse. Car au final, le film est assez prenant, n’a pas de longueurs, raconte une belle « aventure humaine » qui a permis à de belles amitiés de se tisser. Il porte en plus un message de combativité et d’optimisme dans l’épreuve de la séropositivité et de l’homosexualité. Il comporte de l’humour, en plus, et fait sourire parfois. Il propose de la confidence, de la convivialité, de l’effort (du « challenge », comme on dit à tout bout de champ dans le jargon bobo). Le critiquer, ce serait, aux yeux de certains, aussi injuste que de tacler un reportage sur les personnes handicapées ou sur les enfants des cités qu’on amènerait en vacances à la mer.
 

Mon exigence passera même pour un procès d’intentions. Alors que les bonnes intentions, la sincérité, d’un tel documentaire, c’est peut-être la dernière chose que je traînerais en procès.
 

Non, ce qui pose problème, c’est qu’on nous vend du faux rêve, de l’amitié à moitié, du faux amour, de l’aventure gentillette, de l’effort sans réel autre but que lui-même et une réflexion peu poussée sur le « vivre avec le VIH ». On nous fait croire que la vraie liberté, ça se limite à témoigner de ce qu’on ressent, à prendre un risque (mortel), à vivre une sensation forte (de préférence inédite et collectivement individuelle), à faire ses expériences jusqu’au bout et à tester le maximum de choses, expériences qui te font sentir « vivant » et qui t’arrachent quelques secondes à ton humanité et à tes soucis. Mais la vraie liberté, ce n’est pas ça. La vraie liberté est liée à l’accueil de la différence des sexes et à l’accueil de Dieu.
 

La pseudo « liberté » que promeut le documentaire, c’est la philosophie de l’individualisme-émotionnel-à-plusieurs, où la seule conclusion « profonde », c’est qu’« on a partagé quelque chose de FORT » et d’indicible, qui nous a rendu « vivant » et heureux l’espace d’un stage. Super… Et des films comme « Vivant ! » essaient de muscler ce message hédoniste sans fond par une comparaison doloriste « saut en parachute = découverte de sa séropositivité », comparaison qui n’apporte pas grand-chose, qui ne donne pas plus de sens au reportage, et qui n’aide pas à vivre l’amour, l’homosexualité ni la maladie, sur la durée. Une vague poésie, un semblant de « positive attitude ». Mais quoi ??? Si on ne parle pas de la différence des sexes, si on ne parle pas de Dieu, comment on avance ? Comment on décolle vraiment ? Comment on aide vraiment les gens à trouver le sens plénier de leur existence et des épreuves qu’ils vivent ??? Autant je ne déconseillerai pas ce film, autant je ne peux pas dire qu’il répond à beaucoup d’attentes et qu’il assure une véritable évasion. C’est un pansement sur une plaie ouverte. C’est de la fausse évasion, enrobée d’un narcissisme « vert ». C’est un mensonge de plus et une fausse tribune verbale laissée aux personnes homosexuelles. C’est d’autant plus rageant, cruel, ces essais ratés de main tendue, qu’ils sont pourtant urgents pour elles.
 

La quintessence du bobo (= la fuite)

La quintessence du bobo (= la fuite)