Je regrette mais je ne suis pas d’accord avec le Pape François quand il dit, concernant les prêtres pédophiles : « Pas de place dans l’Église pour ceux qui commettent ces abus. » Il fait comme le Père Grosjean sur Canal + qui, à mon avis, n’a pas tenu un discours évangélique, en répétant notamment plusieurs fois : « Nous serons toujours du côté des victimes! ». Jésus, lui, ne dit pas ça. il dit : « Je suis du côté des victimes, mais je suis surtout du côté des pécheurs, des pédophiles, des criminels ». Jésus n’est pas venu pour les justes mais les pécheurs. Il n’a JAMAIS exclu quelqu’un, même pour « pratiques infâmes ». Et Il a laissé Judas rentrer dans la Baraque, sans l’exclure. Là, je crois que le Pape François joue le démago.
 

Par ailleurs, je vous souhaite BON COURAGE. Pendant 5 jours, à l’occasion de la sortie de l’exhortation ‪#‎AmorisLaetitia‬, on risque d’entendre beaucoup de cathos jouer les critiques Télérama emballés et contaminés par une « irrépressible » positive attitude « miséricordieuse » (‪#‎Genial‬ ‪#‎CestDense‬ ‪#‎Jubilatoire‬ ‪#‎Lumineux‬ ‪#‎OnLAttendait‬ ‪#‎EnfinDuNouveau‬…) pour masquer l’absence de fond et de réponses aux urgences du moment, pour atténuer la révolte du Peuple mondial grondant à l’extérieur des grilles. C’est une technique performative, publicitaire, de communication. Je leur rappelle juste que la Joie sans la verbalisation du mal ne peut être ni vraie ni complète (cf. Chapitre 9 « Optimisme et Espoir » de mon livre Les Bobos en Vérité).