Ce matin, à la sortie de la messe de l’Ascension à saint Nicolas des Champs, je me suis fait frapper (symboliquement ^^) par le père Benoît Guédas !!! Je comprends pas du tout pourquoi. Je lui ai juste dit : « Il faut que tu partes de la paroisse pour que tu commences à faire des homélies bien, dis donc ! » 😉 (ce jeune prêtre est muté à Paray-le-Monial) C’est vrai qu’elle était géniale, son homélie. J’ai appris plein de choses qui m’ont dilaté le cœur. Et puis Benoît a cité le curé d’Ars en disant que l’être humain était plus grand que les anges car Jésus a décidé de l’habiter intimement. Cela a fait écho en moi à une phrase que j’avais lue dans Les Attaques du démon contre l’Église (Éd. Bénédictines, 2010) et qui m’avait étonnée, déjà, à l’époque. Cette préférence de Jésus pour l’Humanité, par rapport aux anges : « Surnaturellement, nous dépendons des anges mais ils dépendent de nous, puisque Dieu a voulu que nous soyons le centre de sa grâce, que nous soyons les plus bénéficiaires de son mystère – ce que le démon ne supporte pas et qu’il n’a pas supporté, et qui le fait homicide. » (p. 67, père Samuel, exorciste) Chaque Homme a revêtu le Christ (et encore plus par le baptême). Ce n’est pas arrivé aux anges. Et d’ailleurs, cela explique le caprice, la jalousie de Lucifer, qui n’a jamais digéré que l’Homme soit choisi par l’Incarnation de Dieu.