mdr!!! C’est énorme. Je suis en ce moment en train de finaliser mon troisième livre sur les bobos, avec notamment tout un chapitre sur l’importance de l’ESPOIR et de l’OPTIMISME dans l’idéologie bourgeoise-bohème (deux notions apparemment positives, mais qui en réalité s’écartent de l’Espérance chrétienne et enfoncent l’Occident dans la déprime relativiste).

Et ce matin, v’là t’y pas qu’en épluchant distraitement le fil de discussion Facebook de mes amis, je tombe sur l’un de mes contacts (Hdebonnevolonté, c’est de ta faute!!^^) citant une critique-ciné de Koz Toujours (encore lui lol! : j’ai l’air de m’acharner, mais je vous promets, je n’ai rien demandé et je n’en rêve pas la nuit!^^ Ce mec est juste un sketch bobo vivant) à propos du film « La Vie des autres » (une critique déjà datée de 2007). Avec cette phrase finale magistrale : « Et dans ce cadre oppressant, ce film angoissant, tragique, pourtant, on trouve aussi l’espoir, l’espoir en l’homme. Et, peut-être, une telle raison de vivre, la seule qui vaille, peut-être, pour un artiste et pour tout homme : transmettre l’espoir ?« 

Je ne connaissais pas cet article, mais bon, là… juste LOL. Obligé, je le cite dans mon livre (déjà trop long).

Et ça m’a rappelé un autre pamphlet de Koz Toujours sur l’Optimisme, qu’il faut absolument que je cite également. Là, pareil : le « courage » bobo est édifiant.

Le pire, c’est que je crois que ce monsieur est sincère et qu’il ne le fait pas exprès :-). Et je vous jure pour ma part que je ne connaissais pas cet article de Koz avant ce matin, et que mes chapitres sur l’optimisme et l’espoir étaient déjà écrits depuis longtemps.

Bon, allez, je retourne à l’écriture. C’est pas le trou, mais « faut sourire à la vie » :-).