Le plus grand mensonge de notre époque concernant l’homosexualité, c’est qu’on essaie de nous persuader que nous pourrions très bien vivre la sexualité sans la sexualité, c’est-à-dire sans la différence des sexes (différence qui EST la sexualité : « secare » en latin veut dire « couper »). Quand nous y pensons, c’est purement absurde. Pourtant, comment nos contemporains ont réussi à avaler passivement cette couleuvre ? En remplaçant la différence des sexes par la génitalité, alors que la véritable sexualité est l’alliance aimante entre la différence des sexes et la génitalité (où la génitalité est au service de la différence des sexes).