Je reçois ce mail d’une paroissienne qui m’appelle au secours car s’organisent en ce moment des conférences sur l’homosexualité partout en France, et notamment chez elle, dans l’Est de la France. Ça pousse comme des champignons.
 

 

Voilà. La Boîte de Pandore est ouverte. C’est le bordel dans l’Église. Dans les paroisses, désormais, vu les besoins concrets et les nombreuses interrogations sur l’homosexualité, tout le monde se met à essayer de parler du sujet, en se drapant sous la bannière de la « pastorale des familles » et de « l’accompagnement » (… « des personnes concernées par l’homosexualité »). Et ils font semblant de traiter d’homosexualité. Car ils parlent à notre place (à nous, personnes homos), et n’aborderont jamais le sujet – et encore moins l’hétérosexualité, l’homophobie, la transsexualité, la bisexualité, et la culture homosexuelle. Ils ne parleront que d’ « accompagnement » (je connais le discours d’Elisabeth Content, qui a tenté de me censurer à Paray-le-Monial, pour m’empêcher d’aborder la dimension politique et sociale de l’homosexualité).
 

Je n’ai rien à dire. Je constate, impuissant, l’eau monter.