L’idée que nous serions notre ADN, nos propres tables de la Loi, une programmation naturelle, un processus intouchable et inéluctable avec sa cohérence propre (parce qu’hérité y compris comme un don de Dieu), revient de plus en plus souvent dans les discours de notre monde d’aujourd’hui (je l’ai même entendu récemment dans des sphères catholiques – c’est pour vous dire ! – quand des personnalités carriéristes qui veulent tout régenter ne souffrent pas la moindre contradiction : « C’est dans l’ADN de notre association. » = traduction « Pas touche ! » ou « Ta gueule »). Écoutez par exemple les publicités de CISCOQu’est-ce qui nous rend humains ? Avancer ensemble. C’est dans notre ADN. »), ou encore de la voiture électrique Audi e-tronEn y injectant l’ADN Audi »). Un robot ou une voiture aurait des « gènes », serait une personnalité hybride mi-humaine mi bestiale : voyez-vous cela !
 

Ces chantres du « Tout génétique » sont en réalité des ennemis de l’Esprit Saint, des adeptes de la Bête technologique, même si par ailleurs ils peuvent tenir un discours très spirite, christique ou holistique. Ils veulent surtout imposer leur volonté à tous sous couvert de « réalité », d’« instinct/intuition/inspiration » ou de « respect de la nature des choses ». C’est assez terrible, cet orgueil s’habillant de pragmatisme, d’humanisme, de spiritualisme.