En ce moment, dans les médias et dans les discussions avec nos contemporains qui alignent les phrases bobos en ayant pourtant l’impression d’être hyper profonds et aimants, c’est le Festival de la combattivité optimiste, conquérante et individualiste. Le programme de l’Antéchrist, il est simple, et il se trouve résumé texto dans la chanson « Bien après l’au-delà » de la comédie musicale Cléopâtre (vous en avez aussi un bel échantillon dans les chansons de Tal, Amel Bent, Kenzah Farah, Céline Dion, et bien sûr dans toutes les émissions de télé-réalité comme The Voice et The Voice Kids) : il s’agit, dans une compétitivité présentée comme « saine », « éthique », « ouverte », « authentique », « originale », « naturelle », « émouvante », « esthétique », « spirituelle », « fraternelle » et « altruiste » (alors qu’en réalité, c’est souvent un combat sans merci et chacun pour sa gueule), de se réaliser par soi-même, de se créer soi-même et de décider de sa vie et de son corps (comme si ces derniers nous appartenaient…), sans renoncer à soi et à sa volonté individuelle, sans tolérer les limites, les efforts, les influence extérieures, les images, les clichés, les regards des autres, les jugements, les conditionnements, les héritages, les cadres, les interdits, les cas de figure imposés, les faiblesses, les échecs, sans obéir à d’autre instance que son instinct, son intuition, ses émotions, ses choix, sa subjectivité individuelle. En nous flattant, notre monde – de plus en plus guidé par l’Antéchrist – essaie de nous transformer en Bêtes à gagner, en stars capricieuses, entreprenantes, agressivement solidaires, impérieuses, qui sait où elles vont et ce qu’elles veulent (même si c’est absolument faux), toujours cools et déterminées. Des prétentieux sans prétention. En perpétuelle « évolution » et « développement ».
 
pour-aller-plus-loin
 

Alors qu’en réalité, la vraie vie et la véritable réalisation de soi se trouvent dans l’abandon à Jésus, l’effacement à la dernière place, la vulnérabilité, le pardon (c’est beaucoup plus dur d’aimer ses ennemis que ses amis et ceux qui nous veulent du bien et avec qui on est « bien » !), le renoncement à soi, l’acceptation du jugement, la conformité à Jésus et à la Vierge, l’obéissance à Jésus et à l’Église, la privation et l’ascèse, l’acceptation de sa vulnérabilité, de ses limites et de sa Croix, le consentement à notre condition de créatures et à notre petitesse/humilité face à Quelqu’un (Jésus) qui nous dépasse et qui nous aime et qui nous a créés.
 
Réalisation de soi
 

Je vous fais un rapide tour d’horizon des formules made in « Joséphine Ange-Gardien » et Najat Vallaud-Belkacem, bref, made in la Franc-Maçonnerie et le Gouvernement Mondial, désormais très implantés dans l’Église catholique et qui se servent de concepts cathos – comme par exemple la « Vérité » ou l’« Espérance » – pour que vous ne vous fassiez pas entuber/youtuber… Je la complèterai, à l’occasion, car on baigne dedans jusqu’au cou ! :
 

« S’aimer soi-même »; « Retrouver l’estime de soi » ; « Aller jusqu’au bout »; « Ne jamais laisser tomber » ; « Ne jamais baisser les bras » ; « la résilience » ; « Croire en ses rêves » ; « Suivre sa passion » ; « Croire en soi » ; « Ne jamais renoncer » ; « Prends sur toi » ; « Se dépasser » ; « Donner le meilleur de soi-même » ; « Se respecter/se faire respecter » ; « Faire valoir ses droits » ; « Répondre aux défis et aux nouveaux challenge » ; « Aller plus fort, plus loin, au-delà » ; « Construire demain » ; « Se relever » ; « On apprend toujours de ses erreurs. » ; « Se réinventer, aller de l’avant, avancer » ; « Savoir où on va » ; « Défendre ses valeurs » ; « Il faut que j’apprenne à me protéger » ; « L’important, c’est la communication » ; « J’adore les voyages : ils ouvrent l’esprit. » ; « Si je le sens comme ça… » ; « J’ai envie. » ; « C’est mon avis, mon point de vue. Je vois les choses différemment de toi (alors t’as rien à me dire). » ; « J’ai trouvé le sens de ma vie » ; « Mon intuition et mon cœur ne me trompent jamais. » ; « J’ai ça dans le cœur. » ; « J’ai des étoiles dans les yeux. » ; « J’ai des papillons dans le ventre. » ; « Avoir une étincelle, le déclic. » ; « Sois toi-même. » ; « Je sais ce que je veux. » ; « J’ai toujours voulu faire ça » ; « Ne laisse jamais personne décider à ta place. » ; « Je ne veux vivre que pour mes amis et ceux qui m’apportent quelque chose » ; « J’ai les poils (qui se dressent) » ; « Je ne veux pas décider à l’avance : je fais toujours les choses à l’improviste, comme je les sens. » ; « Se sentir soi-même. » ; « J’adore ce qu’il fait. » ; « Avoir un porte-bonheur » ; « Se faire plaisir » ; « Ça me rend heureux, alors je le fais. » ; « J’ai été ému donc j’ai été vrai. » ; « Prendre un nouveau départ. » ; « S’inventer » ; « S’évader » ; « S’éclater un maximum » ; « Voyager » ; « Rêver et offrir du rêve. » ; « Se réaliser soi-même » ; « Se retrouver » ; « Développer toutes ses capacités ; « Donner de l’amour et en recevoir. » ; « Partager son univers, ses couleurs. » ; « Tout le monde a sa chance. » ; « Persévérer » ; « Parler vrai ; être en Vérité » ; « C’est mon choix » ; « J’ai toujours voulu faire ça. » ; « Transmettre de vraies émotions, pures » ; « Partager son univers » ; « Savoir ce qu’on veut » ; « Avoir du caractère » ; « Prendre toute la place » ; « Sortir du lot » ; « Je suis déterminé. Rien ne va contrecarrer mes plans. » ; « Construire sa propre identité » ; « Être un Show Man » ; « Je veux. J’aurai. » ; « Pense différent » ; « Cultive ton propre style » ; « Ne jamais s’arrêter » ; « Se réinventer sans cesse » ; « C’est ma vie, j’en fais ce que je veux. » ; « J’ai le droit de vivre, j’ai le droit d’être amoureux » ; « Je fais ce qui me plaît (et je vous emmerde). » ; « J’adore » ; « Ne rien lâcher » ; « J’ai confiance en moi » ; « Aller plus haut »; « Plus rien ne m’effraie » ; « Espoir » ; « Il suffit d’oser » ; « Je ne veux faire que ce que j’aime vraiment. » ; etc.
 
Manuela
 

Vous constatez que toutes ces phrases de l’affirmation de soi, et prônant la suprématie de sa volonté, du don de soi, de ses actions créatives/solidaires, de l’Humain, et de son ressenti, témoignent d’un manque d’assurance, démontrent en réalité une dévitalisation progressive du corps humain, une absence de personnalité et de vie intérieure, un égoïsme croissant, un misanthropie (qui aime l’Homme sans Jésus se prend pour Dieu et n’aime pas l’Homme au final). Comme je plains les gens qui n’ont pas la foi, qui ne connaissent pas Jésus, et qui vivent pour leurs petits plaisirs, sans grand But puisqu’ils ont fait d’eux-mêmes leur but, en fait.
 

Culte bobo de l'autonomie, du refus d'appartenir et de mourir à soi-même

Culte bobo de l’autonomie, du refus d’appartenir et de mourir à soi-même


 
Gloire de l'insoumission

Gloire de l’insoumission


 
discours-sur-le-vrai-e%cc%82tre-utile