Zizi (pornographie 7)
 
Zizi (affiche)
 

Sonnez trompettes dans tout Paris ! On nous annonce à quasiment tous le coins de rue et les panneaux publicitaires le « grand Retour » de l’Exposition Zizi Sexuel, financée par vos impôts et par notre gouvernement socialo-bobo-libertaire en pleine chute « libre » (Et si vous n’applaudissez pas, vous n’êtes que des « intégrisses » coincés et homophobes ! Na !) J’ai voulu aller voir de mes propres yeux le « Phénomène », en visitant ce Musée des horreurs version bobo guimauve avec des cœurs partout, mercredi 25 février 2015 dernier… Enjoy.
 
 
 
Zizi sexuel - le retour
 

Après une tournée européenne « triomphale » de 7 ans, l’Expo Zizi Sexuel fait son Revival à la Cité des Sciences et de l’Industrie, du 14 octobre 2014 au 2 août 2015. « Une expo abordant avec finesse et humour les questions des 8-14 ans sur l’amour et la sexualité. » Oui… Finesse, je crois que c’est le mot.
 
Zizi (pornographie 4)
 
 

I – Je ne vais pas m’offusquer une énième fois : d’autres l’ont fait avant moi

 

Dire que cette exposition constitue une honte nationale, un des nombreux arrêts de mort que nos Hommes politiques socialistes signent contre eux-mêmes sans même s’en rendre compte, une énième provocation gouvernementale orchestrée par des obsédés sexuels qui ont en plus le culot de prétendre nous apprendre ce qu’est la sexualité et le véritable amour, ne sera pas d’une grande nouveauté ni d’une grande utilité : l’article de S.O.S. Éducation « Zizi sexuel : l’Expo qui tue l’amour » pourrait déjà largement suffire. Je n’ai pas grand-chose à y rajouter.
 

Si j’avais juste voulu susciter l’indignation irréfléchie ou la réaction offusquée, je me serais abstenu d’écrire l’article suivant. Mais par ce biais, j’ai envie d’essayer de rajouter une analyse qui permettra de faire raisonner les quelques parents français encore dotés de bon sens, de foi en l’amour durable et unique, de respect envers leurs enfants. Il est temps que les bobos qui nous gouvernent cessent d’abrutir les faibles et de créer des beaufs. Car oui, ceux qui se rendent à l’Expo Zizi Sexuel sont bien braves mais se font visiblement avoir comme des bleus. Ça me fait mal au cœur pour eux et pour ceux qui les imiteront. Je me suis d’autant plus rendu compte de la misère culturelle et affective que notre gouvernement socialiste exploite que j’ai eu la bonne idée de me rendre à cette Expo un mercredi après-midi, pile au moment où ça fourmille de familles. Celles de que j’ai vues, en grande partie monoparentales, ne semblaient absolument pas se rendre compte de la violence de l’Expo. Je dois avouer que les réactions des parents accompagnateurs m’ont encore plus affligé que celles des enfants. C’était vraiment Beauf-Land en direct. Certains parents, pour faire bonne figure face à moi qui prenais des notes et recensais tout dans le moindre détail, et pour reconquérir leur « autorité » paternelle perdue, simulaient avec leurs enfants un cours sérieux d’éducation sexuelle (« Regarde, chéri, ne passe pas ton chemin. ») ou un dialogue filial profond sur la sexualité (« Il faut communiquer sur ces sujets-là. C’est important. »), ou bien par mimétisme prenaient en photo ce que je capturais sur mon téléphone, en feignant de trouver ça hyper pertinent ou hyper drôle (… alors que moi, ça me glaçait le sang).
 
Zizi (changement de sexe)
 

J’ai vu des parents encourager leurs enfants à « changer de sexe » en se mettant derrière un décor animé, à s’abaisser à faire des jeux dégradants avec leurs mômes, à lire des conneries. J’ai vu des parents et des enfants se parodier les uns les autres dans la médiocrité. J’ai vu des parents se vanter de leur « audace » de montrer « de l’interdit », du pseudo « informatif » et « de l’intime » à leurs enfants en les emmenant voir une Expo pareille… puis dans le même mouvement, quand on les met devant leur imprudence ou leur immaturité mimétique, on voit ces mêmes géniteurs reculer de trois pas et ne pas assumer leur prétendu « courage », leur démarche « pédagogique ». Je les ai vus jouer les enfants et les lâches. Par exemple, tandis que je mitraillais l’Expo de photos et que je faisais chauffer mon crayon devant un écriteau montrant que les banques de sperme « existaient » et que c’était « normal » (la déproblématisation froide d’un fait mercantile honteux, c’est bien vu : c’est du péché par omission), une petite fille demanda à sa maman : « Pourquoi il prend des notes, le monsieur ? ». Sa mère lui répondit : « Parce que c’est intéressant, ma chérie. Lisons donc comme lui. » Je me suis alors tourné vers la fillette en corrigeant sa mère : « Non. Je prends en note cet article qui défend les banques de sperme car je suis scandalisé que cette exposition en fasse la promotion. » Là, la mère est montée mollement au créneau, en a parte : « Ouais… mais ça, elle comprendra quand elle sera plus grande. Là, elle est trop petite. Et c’est pas le but de cette expo de montrer tout aux enfants. » J’avais envie de lui répondre : « Ben si, justement. Cette expo en a la prétention. Et vous aussi, madame, même si, juste après, vous bottez en touche. » Mais j’ai laissé cette pédagogue de bazar à sa contradiction, en rabattant mon indignation sur le Livre d’Or où il n’y avait presque que des messages d’enfants super gentils « C’était trooop bien ! »…
 
 

II – Le paradoxe de cette Expo : Les pédophiles qui préviennent contre les pédophiles

 

Plutôt que de cracher sans fin ici mon effarement et de m’enfermer dans la réaction, je trouve plus pertinent de centrer mon article sur un seul point : l’ambivalence paradoxale de cette Exposition. Les deux visages (rose et noir) d’une même violence qui s’habille en science et en bons sentiments. Je souhaite, de la manière la plus synthétique possible (car sinon, je suis parti pour en écrire des tartines !) expliquer l’ambivalence criante qu’est ce parc d’attractions à prétention universitaire, humoristique et pédagogique (il y a même un coin « École » !). Je veux surtout par mon article que nous comprenions tous que l’Expo Zizi sexuel, malgré ses bonnes intentions, crée exactement ce qu’elle dénonce : l’inceste, la viol, la pédophilie, la prostitution, le libertinage, le sadomasochisme, l’infidélité, l’avortement, les divorces. Vous comprendrez en me lisant que mon accusation n’est en rien exagérée.
 
Zizi (Pornographie 6)
 
Zizi (inceste)
 
Zizi (cougar)
 
Zizi (pornographie 12)
 

En effet, les adultes pervers (il faut bien appeler certaines personnes par leur nom) semblent avoir mis toute leur énergie, leur humour et leur inventivité, à monter une galerie qui vise à prévenir inconsciemment l’être le plus fragile et le influençable qui soit (= l’enfant) contre eux-mêmes, de sorte qu’à travers l’affichage sincérisé de leur propre contradiction ou de leur peu de lucidité par rapport à eux-mêmes, ils croient s’innocenter, voire même faire œuvre de charité et d’honnêteté auprès de lui. On trouve par conséquent à chaque recoin de ce lieu d’« éducation et de prévention à la sexualité » qu’est Zizi Sexuel des messages qui portent ce curieux mélange entre bonne intention et acte verbal ou visuel froidement violent, entre franchise et mensonge ou non-dit, entre chérissement des causes et dénonciation de leurs conséquences désastreuses.
 

Il y a comme deux expositions en une, en réalité : l’Expo rose et l’Expo noire.
 

1) L’Expo rose, bien intentionnée, qui passe son temps à… :

 

– promouvoir une sexualité amuse-gueule, ludique, « cool » et rassurante.
 
Zizi (ludique)
 
Zizi (drague)
 

– promouvoir une sexualité cinématographique… comme si les couples du cinéma étaient la réalité, étaient des modèles d’amour à imiter. D’ailleurs, dans la liste des films censés illustrer l’Amour universel, il y en a, je dirais, à peu près 1/5 qui défendent l’« amour » homosexuel.
 
Zizi (cinéma 2)
 
Zizi (Amour cinématographie 2)
 

– promouvoir une sexualité rose bonbon, avec des cœurs et des fleurs partout, des nuages qui planent, de la musique mièvre et des niaiseries à droite à gauche. Exemple : Tina Arena chantant « Aimer jusqu’à l’impossible », la fleur avec les degrés de passion amoureuse « un peu/beaucoup/à la folie/pas du tout », les canapés en forme de cœur, etc.
 
Zizi (cinéma)
 
Zizi (cucul)
 
Zizi (irréel)
 
Zizi (Irréel 2)
 

– promouvoir une sexualité poétique. Par exemple, Maud Gouy, la commissaire de l’Exposition, est sincère quand elle se défend d’avoir créé un Événement non-violent et non-choquant : « On rentre dans l’exposition par le sentiment amoureux. On se met sur un lit pour regarder des scènes romantiques au cinéma. L’exposition livre une approche poétique avec la ‘machine à déclarations’ qui délivre des poèmes personnalisés. »

 

– promouvoir une sexualité banale et sans effort : « La sexualité, c’est méga facile ! » s’exclame Titeuf dans le Quizz du Zizi Sexuel.

 
Zizi (fastoche)
 

– promouvoir une liberté sans limite, une sexualité irréelle (noyée dans les métaphores et les clichés graveleux ou coquins), un amour asexué/bisexuel/monosexuel.
 
Zizi (métaphore 2)
 
Zizi (métaphore)
 
Zizi (misogynie)
 
Zizi (métaphores 3)
 

– promouvoir une sexualité qui fait l’apologie du fameux « consentement mutuel », bref, de l’« individualisme à deux », de la consommation érotique en couple… exactement comme le font les prostituées et leurs clients ; exactement aussi comme le font les violeurs (cf. la conclusion du Quizz du Zizi Sexuel : « L’essentiel, pour que ça soit bon, dit Nadia, c’est que les deux soient d’accord ! »). L’amour serait le résultat de la recette du couple seul, qui « fait l’amour » et le créerait par lui-même. La sexualité serait de l’ordre du strictement privé, du « fait-maison ». Jamais une construction sociale, et encore moins un don de Dieu !

 

– promouvoir l’envie comme critère central d’amour vrai. Là encore, c’est la logique du violeur ou du consommateur, qui veut faire les choses « parce qu’il en a envie » et non parce qu’il respecte vraiment la liberté de chacun des deux partenaires du couple.

 
Zizi (envie bon)
 
Zizi (violeur)
 

– promouvoir le relativisme culturel, pour uniformiser et valider tous les actes sexuels/affectifs à partir du moment où ils sont intentionnellement amoureux et consentants, pour prouver qu’il n’y a pas de règles en amour ni de choses objectivement « bizarres » en matière de sexualité : ça dépendrait des cultures, des générations, des points de vue, de l’éducation, de l’intention, de chaque pays et de chaque époque, etc. (Ce relativisme culturel, c’est aussi le discours caractéristique du violeur : rien n’est étrange… même l’étrange. C’est juste une question de perceptions…). Les concepteurs du Zizi Sexuel, comme tout promoteur du Gender qui se respecte, instrumentalisent le Papou-du-bout-du-monde ou l’Homme préhistorique en lui faisant dire n’importe quoi, en multipliant les anachronismes ou les raccourcis transhistoriques dignes des blagues Carambar, en feignant l’érudition et l’ouverture de la page culturelle, tout ça pour donner raison à leur ignorance post-moderne, pour ne pas porter la responsabilité de certaines de leurs pratiques sexuelles dites « amoureuses », pour gommer l’universalité et le sens de certains gestes, pour enfermer le public dans la surréaction et l’empêcher de raisonner : « Il y a 100 ans, les grosses étaient considérées comme des top-models. » ; « Dans certaines tribus aborigènes, pour montrer à une fille son amour, le garçon lui passe un doigt sous l’aisselle puis se le met sous le nez pour le sentir. » ; « Les Amazones étaient un peuple de guerrières qui vivaient il y a très longtemps. Elles tiraient à l’arc en montant à cheval ; alors, pour ne pas être gênées dans leur tir, elles se coupaient un sein. » ; « Les célèbres lutteurs sumotori qui peuvent peser 300 kg sont les idoles des femmes japonaises. Plus ils sont énormes, plus elles les aiment. »
 
Zizi (mépris parents 3)
 
Zizi (l'amour n'est plus lié à l'intelligence, la responsabilité)
 
 

2) L’Expo noire qui, concrètement, tombe… :

 
 

– dans l’illustration mimétique (et non la dénonciation explicitée et explicite !) de la gravité de cette liberté et de cette sexualité rose sans limite. Voilà toute la contradiction et la perversion de la démarche du Zizi Sexuel

 
Zizi (pornographie 3)
 

– dans la pornographie voilée. Les enfants de l’Expo sont invités à appuyer sur une pédale pour faire éjaculer un mannequin, le faire bander, le faire ovuler, etc. Ils voient de la pornographie vulgarisée sous forme de dessins enfantins simplistes. Et en plus, ils s’entendent dire que « regarder du porno, ce n’est pas grave » (véridique).
 
Zizi (Pornographie 8)
 
Zizi (Pornographie 5)
 

– dans l’exhibitionnisme… qui se fait passer pour de la « franchise », du « sans concession », de la vérité, du militantisme. Démagogie, quand tu nous tiens…

 
Zizi (pornographie 2)
 

– dans le voyeurisme gratuit.
 
Zizi (pornographie 10)
 

– dans les fausses questions soulevant des évidences qui font diversion sur les vraies réponses, ou bien rapportant des infos anecdotiques, inutiles, intrusives, voire mensongères et dénuées d’intériorité, posant des questionnements binaires (dits « à choix multiples ») qui obligent mine de rien l’enfant à cautionner des pratiques violentes, ou à rentrer dans un système de pensée unique sans s’en rendre compte : « Le zizi des garçons se ratatine dans l’eau froide ou si on le met à l’air à très basse température. » ; « Le plus grand soutien-gorge… fabriqué dans le monde mesure 15 mètres de long ! » ; « C’est nul de se moquer des homosexuel-le-s. Es-tu d’accord ? », etc.

 
Zizi (questions binaires)
 
Zizi (binaire)
 
Zizi (info inutile)
 
Zizi (info inutile 2)
 
Zizi (fausse question)
 

– dans le non-dit. L’Expo ne rentre pas toujours dans tous les détails les plus compromettants des actes sexuels violents des adultes, et pourtant, l’air de rien, elle parle en filigrane de réalités – sodomie, fellation, implants mammaires, procréation médicalement assistée, films pornos, etc. – sans poser aucun diagnostique moral, livrant ainsi les enfants à leur propre libre arbitre, précisément à un âge où ils ne savent pas ce qui est bon ou mauvais, ni la frontière entre ce qui existe et ce qui mérite d’être vécu ou laissé de côté. Par exemple, rien n’est dit sur l’existence (pourtant bénéfique) des méthodes de régulation naturelle des naissances et la responsabilisation des futurs parents : tout le discours de l’Expo à propos de la procréation humaine est focalisé sur l’avortement et sur la nécessité absolue d’utiliser les préservatifs et la pilule. Rien n’est dit non plus sur les drames du porno (alors que, paradoxalement, juste après, on nous fait tout un laïus insistant sur les nouveaux risques d’Internet !) : la voix-off enfantine près de « l’arbre à confidences graves » demande : « Est-ce que c’est grave de regarder des films pornos ? » Réponse pré-enregistrée de l’adulte : « Non. Mais ce sont des films pour adultes. » Qui peut s’attendre logiquement à découvrir derrière cet Arbre de la Franchise l’immense Forêt de la Langue-de-bois ? Personne, à part l’esprit averti.
 
Zizi (arbre)
 
Zizi (possibilité)
 
Zizi (non-dit)
 
Zizi (mensonge)
 

– dans le mensonge. Exemple : La « pilule du lendemain » – qui concrètement constitue un véritable tsunami pour le corps des femmes, aussi bien sur le plan physique que moral – est totalement banalisée, mise sur le terrain de la « possibilité », du « pouvoir », du « droit » : « Il existe aussi la pilule d’urgence. Si on fait l’amour et qu’on a oublié de se protéger, la femme peut prendre cette pilule très vite. Celle-ci empêche soit l’ovulation de se faire, soit à l’ovule fécondé de se loger dans l’utérus et donc empêche d’avoir un bébé. » Idem pour la banque de sperme : « Les femmes qui ne peuvent pas avoir de bébé avec le sperme de leur amoureux, peuvent demander du sperme dans une banque prévue pour ça ! La première banque du sperme date de 1973. [point final] » De plus, on nous fait croire dans cette Expo que l’amour ne serait qu’une question de technique et d’émotion, de responsabilité avant tout individuelle ; pas une question de sexuation humaine, d’engagement, de durée, de sacré, de responsabilité collective, de volonté aussi. Ce n’est pas une Expo sur l’Amour, mais une Expo qui désapprend à aimer.
 
Zizi (banque)
 

– dans la victimisation légaliste. Selon les concepteurs gays friendly de cette Expo, une chose ne serait pas « bonne » ou « juste » du fait qu’elle soit concrètement violente : elle est jugée injuste et mauvaise uniquement parce qu’elle est « contraire à la loi ». « C’est ça l’inceste : l’inceste est un crime puni par la loi. » ; « On met les pédophiles en prison ou dans un hôpital psychiatrique car ils sont dangereux. » ; etc. Ainsi, zéro explication morale ! Zéro recherche de Vérité ou de compréhension des faits ! Zéro Sens ! L’inceste, « c’est pas bien parce que c’est punissable par la loi ». L’homophobie, la pédophilie, « c’est pas bien parce que c’est passible de prison et parce que c’est dit dans la loi ». Et une fois que la loi change, on fait quoi ? Une fois que la loi protège des actes mauvais, comme c’est le cas du « mariage pour tous » concernant les actes homos, la GPA, la PMA, on fait quoi de ce légalisme moraliste à la noix ?
 
Zizi (légalisme)
 

– dans la diabolisation (déresponsabilisante, démobilisatrice) des violeurs, avec en prime la création aberrante et grotesque d’une espèce étrangère immonde, d’un Méchant de dessin animé presque innommable, d’un Troisième Type – « le Pédophile » – qu’il conviendrait d’expulser sans chercher à comprendre les ressorts psychologiques et sociaux de l’acte pédophile (à commencer par la promotion et l’existence d’expos telles que le Zizi Sexuel !). La voix-off du speaker près de « l’Arbre de la Connaissance », justement, nous somme avec insistance de reconnaître que la pédophilie c’est « mal » et que l’adulte qui satisfait ses envies sur un enfant est « crès méchant » : « L’adulte qui a fait ça est un pédophile. Quel que soit le moyen, il ne faut pas se laisser faire. Il faut se débattre, fuir en courant ! Il n’y a pas à réfléchir. C’est NON ! NON ! NON ! On met les pédophiles en prison ou dans un hôpital psychiatrique car ils sont dangereux ! »

 
Zizi (violeur)
 

– dans le mépris des parents et des adultes, carrément censurés ou dénigrés pendant l’Expo… alors que la destruction de la différence des générations (qui participe de la destruction de la différence des sexes), la ridiculisation de la transmission généalogique adulte, la flatterie de la supposée maturité des enfants par rapport à l’immaturité de leurs géniteurs, c’est le discours et la démarche typiques du violeur ou des États totalitaires prétendant se substituer aux parents sur le terrain de l’éducation et de la sexualité !
 

Espace "interdit aux adultes"

Espace « interdit aux adultes »


 
Zizi (mépris parents 1)
 
Zizi (mépris adultes)
 

– dans le mépris des enfants. Durant toute l’Expo, ces derniers sont pris pour des potes (qui doivent parler bobo comme « çô », et « pô » comme de enfants naturels), pour des confidents royaux, pour les adultes qu’ils ne sont pas encore, pour des adolescents à conneries, pour des fruits d’une « belle histoire »… mais ils ne sont pas aimés ni respectés dans leur innocence et leur réalité générationnelle, ils ne sont pas considérés comme le fruit d’un amour humain unique et éternel : « Un bébé, ça doit être le résultat d’une histoire d’amour »… et c’est tout. Misère de misère…
 
Zizi (l'amour n'est pas unique. Confusion entre être amoureux et aimer)
 
Zizi (vulgarité)
 
Zizi (mépris des enfants)
 

"Rigolez ! Moi, au moins, j'aurai pô un bébé !"

« Rigolez ! Moi, au moins, j’aurai pô un bébé… »


 

– dans la misandrie (haine des hommes, des pères) et la ridiculisation des garçons. C’est normal : ils sont présentés comme des gros dégueulasses, des violeurs en puissance. L’Expo Zizi sexuel résonne à bien des reprises comme un appel à candidatures inconscient.
 
Zizi (misandrie)
 
Zizi (misandrie 3)
 

– dans la misogynie (haine des femmes, des mères). Les filles sont traitées comme des poupées Barbie caractérielles, des poules pondeuses (… d’un seul œuf… parce que deux, faut pas déconner non plus) et des salopes en devenir… avec tous les accessoires de la pétasse qui irait se faire sauter en boîte ou qui doit savoir au plus vite faire la nique aux mecs.
 
Zizi (salope)
 

– dans l’orchestration de la guerre des femmes contre les hommes (sous couvert d’égalité des sexes, et de défense des droits des femmes, des enfants et des z’homosexuels). Par exemple, on donne aux filles plusieurs astuces pour jarter les mecs qui les draguent « lourdement » en une phrase dite « cassante », dans la rubrique « La Réplique qui tue ». En effet, Titeuf, le jeune garçon gaffeur et intrépide, demande à sa copine Nadia « Vous habitez chez vos parents ? », et celle-ci répond : « Non. Je vis dans les égouts et je croise ton sosie tous les jours. » (Cassééé !) ; Titeuf demande « Tu danses ? » ; Réponse de sa douce et tendre : « Non… J’ai oublié mes bottes blindées. » Il ne manquait plus que : « Tu veux ma photo ? / Oui, pour la mettre dans mon album de singes. »
 
Zizi (misandrie 4)
 
Zizi (jarter)
 
Zizi (jarter 2)
 

III – Mais vous allez niquer, oui !?!

 
Zizi (technique)
 

En matière de sexualité (spectaculairement réduite au triptyque romantico-libertaire hétérosexiste suivant : sentiment/génitalité/procréation), cette Expo cherche à démontrer au jeune visiteur que tout ce qui nous est POSSIBLE (« Pour faire l’amour sans avoir de bébé, il existe plusieurs moyens. Les garçons peuvent mettre un préservatif. » ; « Les femmes qui ne peuvent pas avoir de bébé avec le sperme de leur amoureux, peuvent demander du sperme dans une banque prévue pour ça ! » ; etc.) est PERMIS et FAISABLE à partir du moment où chacun serait « fidèle à lui-même » (= Écoute ton corps. Contrôle-le et protège-le pour un maximum de sécurité et de jouissance. Connais par cœur son fonctionnement technique et tes cycles hormonaux.) et que l’acte sexuel se ferait entre deux pré-adultes consentants. Pas question de parler de vraie liberté ! Pas question de considérer les actes réels qui se cachent derrière les intentions ou les perceptions subjectives des acteurs de la pratique sexuelle ! Pas question de lier la sexualité à la complémentarité des sexes, ni à l’engagement ni à la vie de couple sur la durée ni au mariage ni à une quelconque dimension morale ou sacrée de la sexualité, cela va de soi ! Pas question, plutôt que de laisser le POSSIBLE faire loi d’amour universel, de nous présenter l’éventail plus réduit de ce qui nous est SOUHAITABLE et le plus PROFITABLE, le plus HUMANISANT pour aimer sur la durée et la fidélité à l’autre ! Comme si nous étions des bêtes humaines ou des robots conviés à tester tous les gadgets d’un grand supermarché de la consommation sexuelle soft rempli d’accessoires pour intensifier nos émotions.
 
Une jeune fille et sa grande soeur devant la marguerite de l'amour.
 

Et comble du comble, le spectre de nos « possibles », de nos probabilités émancipatrices, que nous exhibe cette Expo s’impose aux enfants sous la forme d’ordres à exécuter, de poncifs tacites, de nécessités absolues, de sécurités obligatoires pour se prémunir de risques décrits comme inéluctables, d’obligation à niquer… pardon, à « faire l’amour » et à se mettre en couple à tout prix. « Le célibat, c’est pas bien. Quoi que vous fassiez, les enfants, un jour ou l’autre, tout le monde devra passer à la casserole ! » Voilà le merveilleux message implicite laissé à notre jeunesse. C’est effrayant.
 
Zizi (mépris du célibat)
 
Zizi (régulation 2)
 
Zizi (supermarché)
 
Zizi (ordre)
 

L’Expo Zizi sexuel s’affaire à nous prouver que l’être humain serait son propre objet de plaisir sexuel, sa propre « machine à jouir, à ressentir des émotions amoureuses », sa propre « usine à procréer » quand il veut et comme il veut, un robot qui se consomme lui-même ou qui fonctionne/aime/jouit de telle manière (souvent violente et pulsionnelle, d’ailleurs : cf. je vous renvoie à l’atelier auditif de l’Expo où, simplement en pressant une manette, le visiteur est invité à entendre différents types de bisous, tous plus artificiels et déshumanisés les uns que les autres : « baiser agressif », « baiser passionné », « baiser métallique », « baiser baveux », « baiser contagieux », etc.).
 
Zizi (baiser agressif)
 
Zizi (sexuel Coeur)
 
Zizi (robot)
 
Zizi (homme-objet)
 

Plus grave : cette Expo nous fait même croire qu’on peut tout aussi bien faire l’amour à un Homme qu’à une machine… et comme cette machine ce serait nous-même, qu’on peut très bien se faire l’amour tout seul sans l’aide de personne. Question de savoir-faire technique !
 
Zizi (robot 2)
 

Il suffit d’appuyer sur tel ou tel bouton. C’est écrit noir sur blanc : Mesure ton amour à l’« amouromètre » ; regarde ton futur couple à travers les couples hétéros et homos des écrans de cinéma ; change de sexe en te regardant au « pubertomatic » ; presse le cœur-punching-ball pour entendre tous les chanteurs bobos du moment – Anaïs, Tryo, Manu Chao, Amadou et Mariam, etc. – te dicter combien tu aimes et quelle est « l’intensité de ton amour » ; exerce-toi – avec la langue ou avec le doigt – sur un mannequin pour devenir un pro du roulage de pelles, positionne-toi comme ça pour embrasser ou pour troncher/te faire troncher (ça te permettra de ne pas avoir mal), etc. Il ne manque plus que l’atelier poupée gonflable et sextoys ! Et franchement, on est à la frontière…
 
Zizi (comment rouler une pelle)
 
Zizi (robot 4)
 

"Allez, avec la langue ! Trop marrant !"

« Allez, avec la langue ! Trop marrant ! »


 

Et le pire, c’est qu’après tout ça, la conclusion de l’Expo, c’est : « Ne te laisse pas consommer. C’est très grave ! Tu n’es pas un objet de jouissance. Tu ne seras pas l’instrument des pédophiles ! Tu dois connaître les dangers d’Internet ! » Vous vous foutez de la gueule de qui ? a-t-on envie de dire aux concepteurs et aux hommes politiques qui soutiennent cette Expo immonde. Regardez-vous en face. Les pédophiles, ce ne sont pas « les autres » : c’est vous !
 
 

IV – Malgré les intentions déculpabilisatrices, une incitation à la peur de la sexualité

 
Zizi (peur)
 

En somme, aussi paradoxal que cela puisse paraître (car ils jouent aux « cools » qui connaissent tout sur tout de la sexualité, et qui vont briser tous les tabous du passé par leur « humour » décalé), les exposants du Zizi Sexuel sont bien plus frustrés en amour et bien plus effrayés par leur appareil génital que les soi-disant « cathos coincés », qui eux savent contrôler un peu mieux leurs pulsions et envisager la sexualité comme quelque chose de plus grand et noble qu’un bien de consommation. À force de regarder leur zizi (réel ou fantasmé) de trop près, par la lorgnette de leur microscope nombriliste, et d’en faire un mauvais usage masturbatoire, les bobos socialistes et leurs méthodes communistes « égalitaristes » finissent étonnamment par faire vivre à tout le monde, à commencer par eux-mêmes, l’angoisse de l’adolescent attardé qui réveille les complexes corporels humains les plus enfouis et les plus archaïques, et qui alimente socialement toutes les violences de la sexualité régressive adulte. Ils prétendent tout dévoiler de la sexualité et de l’amour parce qu’en réalité ils en ont une frousse terrible et que la génitalité les dégoûte (à tort… sauf quand ce sont eux qui la mettent en pratique d’une façon inhumaine et irrespectueuse). En dépit des apparences, leur purisme positiviste et leur langage clinique cru sur la sexualité sont angoissés et anxiogènes.
 
Zizi (animaux)
 
Zizi (émotion:génitalité:positivisme)
 
Zizi (émotion:génitalité:chimie)
 
Zizi (émotion:génitalité:amoureux c'est hormonal)
 

D’ailleurs, l’Expo Zizi Sexuel parle sans arrêt de la peur (même si ses concepteurs la projettent ensuite sur les enfants et prétendent les en délivrer), de la croyance que le sexe c’est sale et mal (même s’ils attribuent celle-ci aux prétendus « ignorants » qu’étaient leurs ancêtres, ou aux bourgeois coincés), de l’angoisse de la castration. Ils n’ont pas compris que la pudeur, c’est la condition et la limite de l’Amour vrai. Que la sexualité, c’était beau (et pas qu’un phénomène chimique ou mécanique qui « fait du bien » !). Et que c’est Dieu qui leur a donné leur zizi, pour l’honneur de son nom et de sa beauté.
 
Zizi (peur 2)
 
Zizi (peur 3)
 
Zizi (peur 4)
 
Zizi (peur 5)
 
Zizi (peur 6)
 

L’Expo Zizi sexuel, c’est finalement les pédophiles qui préviennent la jeune génération contre le risque de leurs propres attaques, en commençant par agresser celle-ci visuellement et verbalement sous le prétexte du jeu. C’est un peu le Parc d’attractions michaeljacksonien, et l’antithèse du Aimer en vérité de Pierre-Hervé Grosjean. Ces expositions libertaires me font penser à ces parents qui montrent des films pornos à leurs ados, en ayant la sincérité et l’inconscience de leur dire « C’est la Nature ! ». J’y suis allé pour que vous n’y alliez jamais. Merci de suivre mon conseil.