Les pro-mariage-pour-tous prennent les désirs sincères pour des réalités, des droits universels, des libertés, des ordres. Avec eux, c’est le totalitarisme de la sincérité, de la subjectivité, c’est le règne de l’individualisme à deux.