La série nord-américaine Manifest (2018) de Jeff Rake veut visiblement faire de nous des enfants de la chance… et de la reliure aurique ! Dans les années 1980, Serge Gainsbourg chantait « Aux enfants de la chance », pour donner à la drogue le doux nom illusoire de « Chance ». Il a été bien inspiré car l’opium que distribue le Gouvernement Mondial pour anesthésier les foules s’appelle précisément « chance » ou « seconde chance » (qui est le contraire du pardon, car l’Antéchrist ne laisse en général pas de troisième chance !) et prend souvent la forme de l’or électrique, pierreux ou filandreux, comme on peut le voir dans la plupart des pubs, des séries et des films qui sortent actuellement à la télévision et au cinéma (j’aurai un très long chapitre dédié à la « deuxième/seconde chance » dans mon prochain livre sur Joséphine ange gardien), notamment dans la nouvelle série diffusée en ce moment en France sur la chaîne TF1 : Manifest.
 

Je n’ai vu que les 6 premiers des 16 épisodes de la saison 1. Mais vous constaterez que le tamis que constitue mon étude marchera aussi pour les 10 autres épisodes restants. C’est bien parti pour, en tout cas ! Les francs-maçons sont super prévisibles, même si, pour l’instant, il y a peu de gens qui les identifient car quasiment tout le monde se franc-maçonnise sans s’en rendre compte.
 
 

SECONDE CHANCE

En lien avec la passion, la chance est l’autre nom de l’or spirituel – ou de la Bête 666 décrite par saint Jean dans l’Apocalypse – visé par la Nouvelle Religion mondiale antéchristique (alors que Jésus n’a jamais défendu la chance). Ça marche aussi pour l’or physique (par exemple, la Française des Jeux s’appuie en ce moment beaucoup sur le concept de « chance » pour couvrir d’or un heureux élu lors de ses tirages : « FDJ : Chaque jour est une chance. »). Ça tombe bien : dans la série Manifest, c’est incroyable comme la seconde ou la deuxième chance est considérée comme le nouveau dieu devant lequel il faudrait se proSTERNer.
 

– « L’Univers vient de nous accorder à tous une seconde chance. » (Grace s’adressant à Michaela, dans l’épisode 1).
 

– « Grâce à ce vol, il s’est vu offrir une seconde chance. » (Saanvi à propos de son jeune patient Caleb, dans l’épisode 1).
 

– « Je sais que notre amour te paraît un peu lointain. Mais on nous offre une seconde chance. » (Ben s’adressant à sa femme Grace, dans l’épisode 2).
 

– « Une chance que le vol soit rapide » (Kelly Taylor, dans l’épisode 3).
 

– « Danny, je te l’ai dit ! Je veux donner à mon couple une seconde chance ! » (Grace parlant de Ben son mari, dans l’épisode 5).
 

– « Parmi les bénéficiaires de ce qui peut apparaître comme une incroyable seconde chance figure l’éminente chercheuse Fiona Clarke. » (le présentateur du JT, dans l’épisode 5).
 
 

L’OR ÉLECTRIQUE

Manifest est incontestablement la série de l’or électrique solaire (héliocentrique), succédant/se supplantant à l’or textile et à l’or pierreux.
 

– À cause d’un surbooking, les passagers du vol 828 ont accepté, pour 400 $, de prendre le vol suivant leur avion plein.
 

– Dans l’épisode 1, Michaela veut « récupérer sa plaque » de flic.
 

– Dans l’épisode 1 toujours, les sœurs Pyler (Hallie et Samantha) – nom de famille qui se prononce « Pailleur » (je rappelle que l’orpailleur est le travailleur qui récolte l’or) – sont détenues dans une cabane où un ignoble ferrailleur, avec plein d’équerres et de compas maçonniques dans son atelier, les a enfermées.
 

 

– Dans l’épisode 2, Adio avait un job dans la bijouterie new-yorkaise Valero et a fini injustement en prison pour vol de bijoux en son sein. On voit d’ailleurs le directeur de la bijouterie manipuler une montre en or en gros plan.
 

 

-Dans l’épisode 2, Grace et son fils Caleb arpentent l’Avenue Goldenberg à New York.
 

 

– Dans les épisode 2 et 6, Saanvi, la chercheuse en neurobiologie, insiste pour installer des « électrolytes » sur Caleb.
 

– Dans l’épisode 2, on apprend que Caleb fait « collection de cailloux ».
 

– Michaela a un nom de famille pierreux : elle s’appelle « Stone » (qui veut dire « pierre » en anglais). Et c’est le nom de la famille centrale de la série. Manifest est portée par la famille de la Pierre Philosophale, décriant l’Empire des pierres réelles pour lui voler la vedette.
 

– Dans l’épisode 3, le meurtrier de Kelly Taylor l’a égorgée sans rien voler chez elle : il s’est contenté de lui arracher le collier d’or inca qu’elle portait autour du coup. Plus tard, Michaela finit par remettre la main sur la fameuse chaîne, en arrêtant Christine.
 

 

 

 

– Dans l’épisode 4, une statue de pierre de Central Park apparaît à Saanvi et à Michaela.
 

 

– Dans l’épisode 4, le meilleur ami gay asiatique d’Olive se maquille en or.
 

 

– Toujours dans l’épisode 4, Olive vole du maquillage brillant (un tube de rouge à lèvres) dans une parfumerie appelée Blue Mercury (Le mercure fait partie des ingrédients alchimiques ; et Hermès est le dieu du commerce et des voleurs).
 

 

 

– Dans l’épisode 5, on voit un flash-back nous montrant que Jared a fait sa demande en mariage à Michaela en lui offrant une bague, et qu’il doute qu’elle lui dise « oui » à l’issue du voyage en avion que la jeune femme a entrepris sans lui car elle sort tout juste indemne mais choquée d’un accident de voiture dans lequel elle a tué Evie une de ses meilleures amies : « Je sais que je vais droit dans le mur. C’était beaucoup trop tôt après l’accident. Elle n’est pas prête. Elle va descendre de l’avion. Elle va me rendre la bague… » confesse-t-il à Lourdes. L’avion – nous le verrons à la toute fin de cet article – est la cabine pressurisée de transformation alchimique luciférienne anti-mariage, anti-différence des sexes, et pro-homosexualité.
 

 

 

– Dans l’épisode 5, dans le bureau du directeur du Renseignement, Monsieur Vance, on voit un aigle héliocentrique ainsi qu’un livre sur le sable (Silicon Sat) dans la bibliothèque.
 

 

– Dans l’épisode 5, Ben propose à son fils Caleb de laisser libre cours à leurs envies en mettant en place la théorie top maçonnique de l’ordre par le chaos (ordo ab chaos) reposant sur l’or : « T’as pas l’impression d’être contrôlé ? Et si on se laissait un peu porter par la théorie du chaos ? par l’imprévisible ? » (Ben) « On fait comment ? » (Caleb) « C’est simple. On ne décide de rien. On tire à pile ou face. On s’en remet au hasard. Y’a personne qui commande. Pile : on va au bowling. Et face, on va a Coney Island. On est les maîtres de notre Destin ! ». Père et fils s’ordonnent au retournement d’une pièce de monnaie. En réalité, dans leur bouche, « personne », ou le « hasard », ou bien encore le « Destin », c’est l’or. Les personnages laissent le métal aurique décider à leur place, leur dicter leurs choix… même s’ils prétendent par la suite être libres et n’avoir d’autre maître qu’eux-mêmes : « On a dit qu’on faisait ce que disait la pièce ! » (Caleb).
 

 

 

– Dans l’épisode 5 toujours, Jared montre sa plaque de flic flambant neuve à Lourdes.
 

 

– Comme Manifest est une série vouant un culte à l’or, à l’électricité et au soleil (à tout ce qui brille matériellement, en somme), il était logique qu’elle reprenne dans certains tableaux le spectre coloré des bandes de pouvoir du rite inca (religion héliocentrique par excellence) déclinées par Alberto Villoldo : le blanc (sixième chakra), l’argent (cinquième chakra), le jaune (quatrième chakra), le rouge (deuxième et troisième chakras) et le noir (premier chakra). C’est le cas par exemple dans l’épisode 5 dans la chaufferie où est caché Thomas.
 

 

 

– L’or peut choisir comme support soit la pierre soit le tissu. La Nouvelle Religion mondiale pense ainsi nous statufier comme des momies en satin doré. Dans Manifest, la maman arachnéenne de Michaela, Karen, est experte en broderie : « Tout à l’heure, je suis tombée sur une couverture fabriquée par maman. » (Michaela) « Ah… ces foutues couvertures… Elle n’arrêtait pas d’en faire. Une vraie usine ! Je ne pouvais pas m’asseoir sans retrouver un crochet planté dans mes fesses ! » (Steve, le papa de Michaela, parlant de sa femme décédée, dans l’épisode 5).
 

 

– Dans tous les épisodes, les cheveux de l’héroïne principale, Michaela, sont teints en or. Et elle porte beaucoup de bagouzes aux doigts.
 

 

 

– Un certain nombre de personnages de Manifest se réfèrent à leur carrière (au sens pierreux du terme) et s’en soucient : « Votre carrière est en jeu, Vazquez. On est là pour vous aider. » (un agent de la NSA s’adressant à Jared, dans l’épisode 5) ; « J’ai fait disparaître pas mal de choses dans ma carrière. » (Vance, dans l’épisode 6).
 

– Dans plusieurs scènes de la série, les passagers de l’avion ont des flash, ou bien sont irradiés, comme s’ils vivaient des extases, des expansions de conscience, et sortaient de leur corps. Comme s’ils étaient des êtres de lumière traversés par une décharge électrique. C’est le cas de Ben dans l’épisode 5, par exemple.
 

 

– L’épisode 6 de Manifest s’intitule « La fièvre bulgare » (comme la fièvre de l’or…). Et comme par hasard, on y voit Marco, un Bulgare, qui se retrouve sur une table d’opération, entouré de lumières jaunes, soumis à un programme où il est symboliquement transformé en Frankenstein aurique, dans une ferme gouvernementale (il nous est dit que cette ferme appartenait à une banque jadis, comme par hasard…). Je rappelle à ceux qui l’ignoreraient que la Bulgarie est, selon les historiens, le premier pays au monde où l’extraction d’or a commencé (- 7000 av. J.-C.).
 

 

 

– Toujours dans l’épisode 6, Ben évoque la présence de « détecteurs de plaques » (il se réfère aux plaques minéralogiques).
 

– Encore dans l’épisode 6, on apprend le nom d’une nouvelle passagère de l’avion 828, Lena Rasmussen, une Norvégienne… et là encore, Rasmussen est le nom d’une compagnie métallurgique de Norvège.
 
 

ALCHIMIE

En lien (c’est le cas de le dire !) avec l’or, l’alchimie – qui prétend transformer le plomb en or, et plus spirituellement créer l’Amour, l’Humanité, la Divinité et l’immortalité – est très présente dans le discours et les symboles de la série Manifest. L’alchimie, si vous préférez, c’est le labo de création de l’Homme par lui-même et par l’entremise de la chimie spiritualiste.
 

– On trouve des laboratoires dans pas mal d’épisodes : Saanvi, l’une des héros principaux, est chercheuse en neurobiologie, et a créé un modèle de régénération cellulaire. Par ailleurs, les méchants du film établissent un programme transhumaniste de transformation de l’Humain dans des laboratoires planqués dans des fermes.
 

-Dans l’épisode 1, il est question de l’hégémonie des « groupes pharmaceutiques ».
 

– Comme dans tout labo, il y a des espaces hermétiques (l’avion en première ligne) et des tables de travail (les 20 passagers présents sur le tarmac lors de l’explosion de l’engin se retrouvent dans la ligne de mire).
 

– Dans l’épisode 4, Harrington, un collègue policier de Michaela, a une canalisation qui a sauté chez lui, et il a fait venir un plombier.
 

– Dans l’épisode 4, Grace songe à vendre son matériel de cuisine pour subvenir aux besoins de sa famille : « J’ai touché l’argent de l’assurance. 500 000 $. J’ai tout dépensé. ». Ben, son mari, en bon chimiste, lui dit qu’il va « trouver une solution. » C’est son expression-fétiche ! Il la ressort souvent (« Ça y est ! Je crois que j’ai la solution ! », épisode 6). Toujours dans l’épisode 4, le couple Grace/Ben compte beaucoup sur la science pour rallumer la flamme entre eux (Ben parle d’« analyse chimique ») et favoriser une nouvelle alchimie sexuelle : « C’est les maths qui te font craquer ? » (Ben) « Je ne savais pas que les maths étaient aussi sexys… » (Grace).
 

– Encore dans l’épisode 4, Thomas est abrité dans une chaufferie.
 

– Dans l’épisode 6, à propos de tous les passagers, Ben se demande : « Est-ce qu’on a été victimes d’une anomalie de la physique ? Il faut qu’on sache ce qui s’est passé ! ».
 

– L’ensemble du scénario de Manifest reprend les étapes du processus alchimique : réception de l’argent par les passagers, entrée dans l’espace hermétique de l’avion, illumination amnésique, redescente sur terre après 5 ans et demie d’enfermement, réception sur le tarmac, explosion de l’avion, répartition des passagers dans des bus, immersion dans le monde pour certains et transformation/opération de cobayes dans des hangars pour d’autre. Les passagers de l’avion font tous l’objet d’une expérience scientifico-mystique vers une conversion aurique. Dans l’épisode 6, Michaela parle de « leur arrivée au hangar. », et s’étonne que le 5e bus qui devait réceptionner l’ensemble des passagers, avec à bord 11 passagers, ait disparu.
 
 

MARQUE DE LA BÊTE DIABOLIQUE

Manifest est vraiment la série de l’or alchimique franc-maçon et de la Marque de la Bête apocalyptique. Rien que le choix et la typologie du titre le démontrent : le « MANI » (main) en gras et « fest » (fête) en caractères normaux indiquent l’idolâtrie de la main. On peut observer la puce électronique subcutanée, ou du moins une marque lumineuse sur la main ou sur le front, à plusieurs reprises, inscrite sur les protagonistes. Par exemple, dans l’épisode 5, Caleb porte une lumière au front. Dans l’épisode 6, les cobayes de l’hôpital de campagne ont tous des patch et des électrodes collés à leurs tempes. Et toujours comme un marquage de possession satanique.
 

 

– Dans l’épisode 3, Olive, la sœur jumelle de Caleb, dit qu’elle « a le même marqueur que son frère » (Olive).
 

– Chaque personnage est suspendu à la Bête technologique, c’est-à-dire à son portable. Il s’identifie même à un numéro : « Je n’ai même plus un numéro de téléphone à mon nom ! » s’enquiert Michaela, dans l’épisode 1.
 

– Dans l’épisode 4, Saanvi puis Michaela voient une statue maléfique, l’Ange de Central Park qui surplombe la fontaine de Bethesda, laisser sur son passage des « empreintes mouillées » sur le sol, et donner d’apparents mauvais conseils. Les manifestations d’ordre diabolique et angélico-bestial (n’oublions pas que Lucifer est un ange) ne manquent pas dans Manifest !
 

 

– Le chiffre 6 (composant le fameux 666, la Marque de la Bête) revient assez souvent : « Tu t’es arrangé pour qu’on soit seuls dans une voiture pendant 6 longues heures ?!? » (Michael s’adressant à Jared, dans l’épisode 4) ; « C’est la 6e table ronde qu’on organise. Pourquoi ce serait différent des 5 autres ? » (Tim Powell, dans l’épisode 6).
 

– Dans l’épisode 1, il est question d’un esprit malveillant : « Est-ce que t’as pas l’impression que ton esprit te joue des tours ? » (Michaela s’adressant à Ben).
 

– Le titre de la série (« Manifest ») renvoie à l’Apocalypse : le terme « Apocalypse », loin d’être synonyme « Fin du Monde », signifie « Révélation » et « Manifestation ». Donc, oui, il s’agit bien d’un téléfilm apocalyptique.
 

– Dès le premier épisode, l’ordre de la Voix Intérieure qu’entendent Michaela et son frère Ben dans leur tête est de précisément « libérer la Bête », c’est-à-dire de lâcher deux chiens dangereux enfermés dans un enclos : « Libère-les ! Libère-les ! ».
 

 

– Le petit Caleb ne se sépare pas de son doudou, Arthur le Dragon, qui est la Bête. Et quand, dans l’épisode 6, il est possédé par l’âme d’un homme bulgare dont il ressent toutes les sensations et souffrances fiévreuses à distance, il serre fort contre lui sa bestiole. Il est pris de convulsions et parle une langue étrangère qu’il ne connaît pas… exactement comme les réels possédés.
 

 

– L’avion est comme sous l’emprise d’une présence diabolique qui le hante : il est baptisé « l’avion maudit » (c.f. épisode 5).
 

– Certains lieux de la série, telle que la ferme gouvernementale, apparaît comme l’antre des enfers : « Pas l’entrée rouge !! » crie Caleb en songe, dans l’épisode 6.
 

– On observe des pratiques qui ont trait à l’occultisme. Par exemple, dans l’épisode 8, la famille Stone joue au Scrabble, à l’instar du Ouija.
 

 
 

NOUVELLE RELIGION MONDIALE

Même s’il est très peu fait référence à Dieu (dans l’épisode 1, Michaela se rend dans une église et fait mine de feuilleter la Bible… mais elle est peu convaincue par sa lecture puis par le prêtre), une autre spiritualité prend la place : celle du dieu « Énergie », voire cosmique et extraterrestre.
 

 

 

– Par exemple, dans l’épisode 2, les scientifiques pensent que la disparition de l’avion est due à « un trou de verre ou une rencontre extraterrestre ».
 

– En fait, les passagers de l’avion semblent avoir été victimes d’un égrégore alchimique collectif luciférien, autrement dit, d’un possession envoûtement bestial prenant la forme d’une fièvre/amnésie/appel intérieur auriques. Par exemple, ils entendent des voix intérieures injonctives, des locutions, des prémonitions et des hallucinations qui ont l’air malveillantes et qu’ils doivent décrypter comme des énigmes, sans quoi ils frôlent ou génèrent des catastrophes.
 

– Dans l’épisode 1, il est question d’une force qui s’est emparée de tous les passagers : « Aucun d’entre nous ne savait quelle force nous avait réunis. » (Michaela, l’héroïne principale). Rebelote dans l’épisode 5 : « Je sais que pour toi, on est tous liés les uns aux autres par une grande force mystérieuse. » (Ben s’adressant à Michaela).
 

 

Les personnages de Manifest ressemblent aux adeptes d’une secte qui n’en porte pas le nom : « Ça a marché. On a obéi à l’Appel Intérieur. » (Michaela s’adressant à Ben, dans l’épisode 4) ; « Je suis le mouvement. » (Michaela, dans l’épisode 6).
 

 

– Les protagonistes n’ont que mépris pour l’Église Catholique et pour Dieu : « Je ne suis pas sûr que Dieu ait un rôle à jouer dans tout ça. » (Ben, dans l’épisode 2). En revanche, ça ne les empêche pas de se prendre pour Dieu et d’adopter un déisme panthéiste illuminé d’inspiration vaguement juive. Ils parlent de « miracles », de « mission ». Ils reçoivent des confirmations de leur élection par des guides, des illuminés (la passante évangéliste qui prend à parti Caleb en plein New York pour lui hurler « Il est ressuscité !!! » dans les oreilles, sans jamais nommer Jésus, dans l’épisode 2 ; l’Amicale de la chandelle dans l’épisode 3), ou par des apparitions effrayantes : « Tu fais partie des élus. » (Isaïa s’adressant à Michaela, dans l’épisode 3). Caleb (nom hébraïque) est l’enfant placé au centre de l’intrigue de Manifest : c’est lui le premier illuminati puisque dans l’épisode 6, il est le seul à voir la Lumière à l’extérieur de l’avion face-à-face.
 

 

 

 

– La spiritualité, ou plutôt le spiritisme, occupe une grande place dans cette série pragmatique. Par exemple, dans l’épisode 3, la thèse de la NDE (Expérience de mort imminente) est abordée. Dans l’épisode 4, le meilleur pote d’Olive, gay, parle de « l’avion magique ».
 

– Le titre de l’épisode 5 est « Tout est relié. ». Et effectivement, les membres de l’avion fusionnent, en corps et en esprit. Ils sont reliés ; comme des alliages alchimiques, comme des reliures (au sens de papier ou d’enluminures auriques). À la fin de cet épisode, on voit justement le jeune Caleb face à une immense lumière qui ne l’éblouit pas et qu’il regarde à travers le hublot de l’avion, en disant : « Oui, tout est relié. » Tout au long des épisodes, les héros sont immergés dans un bain de lumière électrique et aurique. C’est l’or fluidique du monisme (le monisme est la Nouvelle Religion mondiale, qui pourrait se résumer à cette maxime : « Le Tout dans l’Un, et l’Un dans le Tout. »). L’une de ses marottes est l’intuition et la communion gémellaire. D’ailleurs, dans Manifest, Olive et Caleb sont jumeaux. Et ils se comprennent et se sentent comme s’ils ne formaient qu’une seule entité. Olive parle d’ailleurs du « pacte des jumeaux » (comme les pactes diaboliques). L’autre grand concept du Gouvernement Mondial moniste, c’est bien évidemment l’Unité. Et les passagers du vol 868 sont précisément pris en charge par un organisme qui s’appelle « Unified Dynamic Systems ».
 
 

FRANC-MAÇONNERIE

Pour ceux qui parmi vous s’y connaissent un peu en concepts maçonniques, vous verrez que la série Manifest regorge de références à la Franc-Maçonnerie (donc les 3 champs lexicaux sont la lumière, l’architecture et l’Humanisme intégral).
 

– On retrouve par exemple la croyance en la possibilité de l’impossibilité, appelée grossièrement « miracle » : « On peut rayer ‘Impossible’ de notre vocabulaire. » (une femme flic face au retour inattendu de l’avion disparu, dans l’épisode 1).
 

– On a aussi la croyance maçonnique en l’ordre par le chaos (ordo ab chaos), qui est un fac-simile de la théorie du « bien par le mal », ou encore du machiavélisme du genre « la fin justifie les moyens » : « Tout contribue au bien. » (Karen Stone, dans l’épisode 1) ; « On va arranger ça. » (Ben, dans l’épisode 1) ; « Tous nos plans ont changé quand l’appareil a été déroutés. » (Bethany, dans l’épisode 4) ; « Tout contribue au bien. » (Karen, mère de Michaela, dans les épisodes 1 et 5). Par exemple, dans l’épisode 5, Thomas propose au jeune Caleb de jouer aux échecs (… sur un beau Pavé Mosaïque !).
 

 

 

– La Franc-Maçonnerie est contre la différence des sexes (donc anti-sexuation biologique et anti-mariage homme/femme) et contre la différence Créateur/créatures (donc Jésus et l’Église Catholique). Rien d’étonnant, donc, qu’une série comme Manifest, qui déroule tous les poncifs alchimiques et francs-maçons de l’Humanisme intégral et de « l’Amour inconditionnel » (« Il ne faut jamais se sentir coupable d’aimer. C’est une bénédiction. » déclare la mère de Michaela dans l’épisode 5), s’attaque au mariage et défende la pratique homosexuelle. Tous les couples homme/femme mariés de la série sont en sursis ou pètent à cause de l’ellipse temporelle des 5 ans et demie de vol en avion. Les hommes sont présentés comme des cons infidèles et volages : « C’est quoi, tous ces mecs ? Ils ne peuvent pas attendre 5 ans sans sauter sur tout ce qui bouge ? » (Ana Ross, dans l’épisode 6). Et les personnages homosexuels sont forcément les gentils et les victimes : Thomas est enfermé en hôpital psychiatrique et a souffert le martyre en Jamaïque (son voyage en avion l’empêchera de revoir son boyfriend Léo) ; Olive a pour ami gay un Asiatique qui a l’air d’être aux petits soins avec elle ; Bethany, l’hôtesse de l’air, prend la défense de son neveu Léo ainsi que du compagnon de ce dernier, Thomas, et elle est elle-même « mariée » à une femme, Georgia, qui est la gentille de la série.
 

 
 

Voilà. Vous l’aurez compris : avec la série Manifest, eh bien manifestement, bienvenue en Franc-Maçonnerie !