Rencontre rare et précieuse samedi dernier : j’étais à table à Notre-Dame de Compassion aux côtés d’une femme divorcée, discrète, 40 ans, qui ressemblait beaucoup à Caroline Fourest d’ailleurs (elle ne savait pas qui était Fourest quand je le lui ai dit!^^), qui s’est confiée à moi tout de suite (alors qu’elle n’en a pas l’habitude), et qui s’est fait cueillir le coeur par la Vierge Marie il y a 4 ans.
 

Elle ne croyait pas du tout en Dieu avant. C’était une femme agressive, dépressive, perturbée psychologiquement, allant de psychiatre en psychiatre, chutant constamment. Elle a à ce point touché le fond qu’elle s’était vu retirer par son ex-mari la garde de son fils (qu’elle n’a pas vu pendant 6 ans) et a été internée en Hôpital psychiatrique.
 

Et là, je me retrouvais face à une femme complètement transformée par Marie en femme douce au regard perçant et intelligent, à l’écoute, avec de l’humour, une grande paix. Ce qui s’est passé il y a 4 ans, c’est qu’une de ses collègues de travail, qui fréquentait l’église Saint Louis d’Antin, l’a prise par la peau du coup et lui a dit : « Je t’amène devant la Sainte Vierge ! ». C’est ce qui s’est passé. Alors que sa situation familiale, professionnelle, maritale, était bouchée, elle est allée tout déposer à Marie. Et miracle : la femme plus bas que terre, triste et violente, est devenue la femme douce et joyeuse qu’elle est maintenant. La Vierge Marie, pour toutes les femmes hystériques et profondément blessées, agit mieux que toutes les thérapies. Je le crois.