Je vais finir aujourd’hui le pavé d’Alain Pascal Le Siècle des Rose-Croix (je suis à la page 377). Je dois avouer que même si j’y découvre plein d’infos, je suis un peu déçu. Je le trouve trop manichéen ( = ceux qui sont cartésiens seraient tous « diaboliques »), péremptoire, civilisationniste (en mode classicisme, thomisme et scolastique), diabolisateur du cartésianisme et du modernisme. Bref : bobo anar d’extrême droite ^^ . Cela dit, ce livre va énormément m’aider pour commencer la rédaction de Joséphine ange-gardien. Et Alain Pascal a le mérite de rétablir des grandes vérités par rapport à la version faussée des faits de l’Histoire officielle.
 

Ça m’a donné aussi envie d’écrire des mini encadrés pour torpiller (ou expliquer) certaines thèses anti-catholiques que beaucoup de nos contemporains valident par ignorance, légendes noires qui ont la dent dure et qui nous attendent au tournant lors des imminentes tribulations et des persécutions contre les chrétiens. Tout ça afin que nous puissions répondre brièvement et efficacement à nos détracteurs :
 

– La Bible n’est pas fiable et rien ne prouve son authenticité. C’est un récit métaphorique mais bourré de contradictions.

– Les prêtres n’ont pas toujours été célibataires.

– L’islam est une religion du Livre.

– Mythe de Cathares défenseurs des serfs.

– Mythe d’un apport arabe.

– Mythe d’un Moyen-Âge obscur.

– Mythe des Croisades offensives.

– Mythe d’une Inquisition meurtrière (bûchers contre les hérétiques).

– Mythe d’une Renaissance « lumineuse ».

– Mythe des Tudor sanguinaires (la Saint-Barthélémy).

– Le procès de Galilée et le mythe d’une opposition de l’Église aux thèses héliocentriques de Copernic.

– Mythe d’un Descartes rationnel et génie français de la philosophie.

– Mythe des richesses matérielles de l’Église Catholique.

– Mythe de la grandeur de la Révolution Française et des Droits de l’Homme.

– Mythe de la xénophobie de l’Église (colonialisme).

– Mythe des catholiques persécuteurs.

– Mythe des catholiques collabos du nazisme (et mythe de la sympathie de l’Église avec les régimes totalitaires: nazisme, franquisme, Junte militaire en Argentine et au Chili, Opus Dei, etc.).

– Mythe de la chute du communisme (Mur de Berlin).

– Mythe de l’appartenance des catholiques à la droite et à l’extrême droite.

– Mythe du sexisme et de la misogynie de l’Église.

– Mythe de l’opposition des catholiques au « mariage gay ».

– Réalité de l’homophobie des gens d’Église et de l’infiltration de la Franc-Maçonnerie dans l’Église (en particulier par le biais des tradis genre cardinal Sarah plus que par les progressistes).

– Mythe des curés tous pédophiles.

– Mythe de la défense de la Vie par les catholiques pro-Vie.