COMPTE-RENDU DU DÉBAT DU 11 SEPTEMBRE 2012 AU SÉNAT (Paris) SUR LA PROPOSITION DU PRÉ-PROJET DE LOI SUR « L’OUVERTURE DU MARIAGE À TOUS LES COUPLES QUI LE DÉSIRENT » (DÉBAT MENÉ PAR LA SÉNATRICE ESTHER BENBASSA, ENTOURÉE DE DIDIER ÉRIBON, CAROLINE MÉCARY ET DANIEL BORRILLO)

 
 

(N.B. : Je précise que tous les propos que j’ai cités en italiques et entre guillemets ont été entendus sur le vif, et ont été prononcés vraiment tel quel.)

 

« Vous ne faites pas partie du débat !! Vous êtes hors débat !!! » (Édouard, le jeune activiste « pro-mariage pour tous », s’adressant pendant le temps d’« échange » à tous les opposants du pré-projet de loi de la salle)

 


Daniel Borillo, Esther Benbassa, Caroline Mécary et Didier Éribon
 

C’était mardi dernier. Il y a quatre jours. Une après-midi pluvieuse. Même le Ciel était triste et consterné par ce qui se passait ! Je me suis rendu au Sénat pour assister au « débat » concernant la proposition de loi sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe. Pour une fois qu’on nous proposait de discuter publiquement sur des questions sociales aussi cruciales pour notre avenir, il ne fallait pas que je manque au rendez-vous !… surtout à l’heure actuelle où beaucoup de médias nous présentent cette loi comme « déjà votée », et que ses promoteurs zélés nous interdisent purement et simplement tout débat sur le sujet ! (J’écoutais, en juillet dernier sur France Inter, à l’émission Le Débat de midi de Thomas Chauvineau, Dominique Boren, le co-président de l’APGLAssociation des Parents Gays et Lesbiens – décréter, avec la commission de censure gay friendly qui l’entourait, qu’« il ne pensait pas qu’un débat contradictoire ait de l’intérêt pour les questions d’homoparentalité. » Le chemin du dialogue est barré, tenons-nous-le pour dit ! Scotch marron sur la bouche ! Vooooilà !) En plus, ce débat au Palais du Luxembourg tombait à point nommé (… et à deux jours près !) avec la déclaration « officielle » de la ministre de la Justice Christiane Taubira dans le journal La Croix, qui stipulait que « les homosexuels allaient bénéficier des mêmes conditions d’adoption que les hétérosexuels. » Une raison supplémentaire, à mes yeux, pour faire le déplacement !

 

Et les propos tenus pendant cette réunion m’ont paru tellement hallucinants que j’ai décidé non pas de m’offusquer et de ruminer ma rancœur dans mon coin, en passant vite à autre chose, mais de vraiment faire un article, un compte-rendu précis de ce qui s’est dit salle René Coty ce jour-là, pour que vous mesuriez l’inquiétant déni de Réel vers lequel la France toute entière s’engouffre sans même s’en rendre compte. Au lieu d’intervenir directement dans la conférence et de me faire aboyer dessus (je n’exagère pas : les quelques rares contradicteurs qui ont essayé de s’exprimer se sont fait lyncher sur place !), j’ai préféré sur le moment faire profil bas, chauffer le crayon, prendre un maximum de notes, pour que vous sachiez ce qui s’est vraiment dit, et surtout pour que ces législateurs médiatiques (j’ai nommé les « sociologues » Daniel Borrillo et Didier Éribon, l’avocate Caroline Mécary, et bien sûr la sénatrice d’Europe Écologie Madame Esther Benbassa… qui nous a tous laissés « verts », il faut le dire) s’entendent parler, puissent se lire et se relire blanc sur noir. Je veux qu’ils comprennent le mal qu’ils nous construisent (avec les meilleures intentions du monde, en plus !).

 

Cet article ne sera pas une démonstration de mes opinions sur le projet de loi sur le mariage ou l’adoption. Celle-ci aura toute sa place dans mon prochain livre Homosexualité en vérité, qui verra le jour le 13 octobre prochain. Dans ce nouveau numéro du Phil de l’Araignée, je me contente simplement de décrypter un événement public (ambiance générale, discours des intervenants, réactions du public, etc.) en tant que témoin oculaire, et ne rentrerai pas dans le débat d’idées. Cela m’intéressait de sortir des considérations purement théoriques et argumentatives pour aller vers le témoignage constatif et jouer le rôle du photographe qui vous commente son instantané, « comme si vous y étiez ».

 

La rencontre aura duré trois heures. Trois longues heures pour se rendre compte du degré d’inconséquence et d’inconscience de certains de nos dirigeants et de leurs idéologues, qui nous préparent une soupe – la loi sur l’ouverture du mariage aux couples homosexuels – sans l’avoir goûtée, sans même avoir idée de son goût et des indigestions violentes qu’elle va engendrer (et qu’elle engendre déjà !). La seule qui semblait en avoir conscience, c’est Caroline Mécary (c’est pour ça qu’elle tirait la tronche et qu’elle n’est quasiment pas intervenue…).

 

Vous savez, un débat démocratique, idéalement, c’est un moment où qu’on réfléchit, où qu’on apprend des choses, où qu’on s’écoute, où qu’on parle avec les autres autour de nous en vue du bien commun (même si qu’on n’est pas toujours d’accord avec qu’est-ce qui disent), où qu’on dégage les grandes orientations communes en se basant sur des cas concrets pour être au plus proche de l’Humain et spécialement au service des plus fragiles, où qu’on recherche ensemble la Vérité sans jamais chercher à La posséder à soi seul et à L’imposer aux autres (car la Vérité n’est Une et Vraie qu’en partage ! c’est Sa règle d’Amour). Encore faut-il croire humblement en l’existence de cette Vérité-Amour-Chemin collectif… En tous cas, ce n’est pas une foi et une confiance qu’ont démontrées Benbassa, Mécary, Borrillo et Éribon, il y a quatre jours au Sénat. C’est le moins qu’on puisse dire !

 

A-t-on assisté à un débat digne de ce nom ? À l’évidence, non. C’était plutôt le prototype de l’anti-débat !

 
 

1 – Le fond (sans fond) du débat

 

 

Déjà, les exposés des intervenants ont rasé tout le monde, y compris ceux qui les ont applaudis docilement. Un détail : ma voisine lesbienne, visiblement militante et « pro-mariage pour tous ceux qui le demandent », se faisait chier royal. Du début jusqu’à la fin de la conférence, je l’ai vue et entendue bailler… Elle avait commencé à prendre des notes sur son superbe ordi portable, puis, face à la nullité des propos tenus, elle a écrit cinq lignes, pour ensuite se résoudre à refermer définitivement son engin et écouter la messe avec un œil bovin.

 

Ensuite, le contenu des démonstrations rasait vraiment les pâquerettes. Sans rire. Je suis toujours épaté de voir comment ceux qu’on nous présente comme des « chercheurs », des « intellectuels » et des « hommes de loi » de renom sont capables de nous pondre des démonstrations, certes avec le jargon sophiste qui « fait bien », mais dignes d’un mauvais exposé scolaire de lycéen qui recrache du concept sans comprendre l’incohérence et le manque de sérieux de son propos. N’importe quel prof d’université un peu sérieux aurait eu Borrillo, Benbassa, Éribon et Mécary comme étudiants sans savoir qu’ils étaient médiatiques ou politiques, je suis sûr qu’il les aurait recalés à l’examen !

 

Daniel Borrillo, par exemple, parlait beaucoup trop vite (subtile technique, soit dit en passant, pour ne pas être reconnu comme cancre, pour ne pas être contredit, et que l’auditoire n’ait pas le temps de prendre des notes ni de réagir !). Il employait des métaphores pseudo scientifiques pour asseoir en réalité un manichéisme de bas étage (cf. son histoire de la « courbe d’horizontalité », jugée irréfutable – figurant le couple homosexuel demandant une égalité des droits « naturelle » et revendiquant l’expérience d’un amour « naturel » –, censée, selon Borrillo, commander à la vacillante « courbe de verticalité » – les devoirs d’État de ce couple indiscuté, les conséquences sociales du « mariage », l’adoption, l’accès à la procréation, etc.). Et toute cette fastidieuse démonstration « imagée et mathématique » s’articulait sur un seul fil rouge : l’« approche critique ». La nouvelle marotte du sociologue. Le problème, c’est qu’il n’a pris le mot « critique » que dans son sens populaire négatif… Ce que semble ignorer Borrillo, et qui apparaît pourtant comme une évidence pour tout individu un minimum lettré, c’est que la « critique » n’est pas en soi destruction ou négation : elle peut aussi être positive. Le mot « critique » n’a jamais été un bâton rhétorique pour taper de manière « clean et scientifique » sur son ennemi… Je pensais que les intellectuels dignes de ce nom avaient compris la nuance et l’écueil de cette expression depuis bien longtemps… Il faut croire que non.

 

Quant à Caroline Mécary, qui sait apparemment contenir à merveille sa révolte « militante » derrière un vernis intellectuel d’apparat et un faux calme (aurait-elle pris des cours chez Caroline Fourest ? ça se pourrait bien…), elle versait en réalité dans le chantage émotionnel ultra-politisé. Elle n’a pas parlé longtemps, certes, mais en dix minutes, elle a quand même eu le temps de 1 – nous indigner en faisant un hommage-express ému à Sébastien Nouchet, victime d’une attaque « homophobe odieuse » en 2004 juste avant le mariage de Bègles (A-t-on informé Caroline que l’homme en question s’est en fait immolé lui-même par le feu et qu’il était suicidaire ?) ; 2 – nous foutre les boules en brandissant le pantin du « méchant Vanneste » ; 3 – nous faire pleurer pour mieux justifier ses appétits prosélytes et le bien-fondé de la politisation des sentiments (« Le mariage de Bègles a été un moment extrêmement fort, extrêmement puissant… Mais aussi capital d’un point de vue politique… ») ; 4 – nous menacer et menacer son propre camp politique par la même occasion, en mettant Hollande au pied du mur de sa prétendue « promesse » politique ; 5 – nous mépriser en définissant l’union femme-homme comme une « violation » de l’Amour et des Droits de l’Homme (car c’est vrai : tous les couples femme-homme qui nous ont conçus sont des violeurs et des tortionnaires, c’est bien connu). Caroline Mécary a parlé. Ce fut court, bref et… pas intense.

 

Pas mieux avec Didier Éribon. Plutôt pire, même ! L’« universitaire » s’exprimait de manière très confuse dès qu’il a commencé à ouvrir la bouche. Son argumentaire n’était pas construit et partait dans tous les sens (j’y reviens en détail dans la partie 4 de mon article, ne vous inquiétez pas). Et alors, dans les propos, c’est certainement celui qui est allé le plus loin dans la passion déraisonnée, dans la frénésie surréaliste, dans la boulimie : « Le maximum de droits possibles pour le maximum de gens possibles ! » vociférait-il. Le discours de Didier Éribon incarnait l’apothéose du flou artistique (et violent !) socialiste et du moralisme laïcard. Figurez-vous qu’en parlant du projet de loi, le sociologue programme à plus ou moins long terme la dissolution en bonne et due forme du mariage, et plus particulièrement du mariage religieux. En fait, il veut dévaluer le mariage pour en faire un PaCs. En d’autres termes, il cherche à « pacser le mariage » (même si ce n’est pas dit explicitement comme ça ; mais dans les faits, cela revient à ça), en retirant à ce dernier le devoir de fidélité entre conjoints, l’encouragement à la communauté de vie (en gros, pas besoin à l’avenir de cohabiter ensemble quand on sera « mariés »), la solidarité entre « époux », l’obligation de passer devant un juge pour divorcer, etc. Didier Éribon s’est choisi depuis des années un cerbère invisible et tentaculaire contre lequel s’acharner, que lui croit réel mais qui n’est pas réel au fond (… sauf quand lui essaie de l’incarner), un monstre qui s’appelle le « psychiatre chrétien » ou le « conservateur réactionnaire ». Pendant tout le débat, le sociologue, d’une main tremblante, fustigeait ce qu’il a coutume d’appeler le « vieux discours réactionnaire », et soutenait que « les conservateurs sont ceux qui pensent qu’un mariage c’est un homme et une femme ». Dans sa paranoïa laïciste, il voyait de la pensée chrétienne exprimée partout, surtout quand il voulait discréditer rapidement le discours d’un de ses détracteurs sans avoir à argumenter (… comme s’il fallait être nécessairement croyant pour trouver par exemple la Gestation Pour Autrui, les manipulations génétiques, les PMA, les risques de l’adoption, et la marchandisation des corps, choquants !… on croit rêver…). Et, de surcroît, puisque dans tout bon discours idéologique manichéen qui se respecte la diabolisation ne se sépare jamais de la sacralisation excessive d’un autre concept tout aussi abstrait, Monsieur Éribon s’est empressé, pour donner une touche positive et une assise solide à sa phobie mégalomaniaque de l’Église-Institution, de présenter la Justice (dans le sens de « Ministère de la Justice »), la politique (dans le sens de « pouvoir totalitaire »), le droit (dans le sens de « non-devoir ») et les lois (dans le sens de « tables de la loi » en marbre froid) comme la panacée, comme le Messie profane qui règlera tous les problèmes et qui transformera le Réel et les soucis de la vie en carrosse de Cendrillon ! Faut-il rappeler à ce cher « intellectuel » que c’est par la voie du juridisme effréné et de l’anti-catholicisme que le nazisme s’est imposé en Europe il y a quelques décennies de cela ?

 

Et pour achever le prestigieux tour de table, il y avait (la meilleure pour la fin, toujours) la Maîtresse de cérémonie de ce « débat », Rika Zaraï… pardon… Esther Benbassa, la sénatrice des Verts (vous savez, le parti des « pas mûrs », dont beaucoup imitent en tous points les dérives matérialistes et capitalistes qu’ils condamnent chez les autres). Cette nouvelle pasionaria « hétérosexuelle et gay friendly » s’est d’office présentée comme la « Mère Courage des Homos » (« Depuis des années, je lutte contre les discriminations. »), celle qui les comprend, celle qui a peur de les contrarier (comme les mères faibles et possessives), celle qui « ne veut surtout pas qu’on la remercie » pour son travail (c’est bien elle qui est à l’initiative, avec quelques amis, de la rédaction du nouveau projet de loi)… mais qui fait un tel cinéma pour qu’on la remercie quand même qu’on finit par douter de son désintérêt dans l’histoire. « Je suis un peu fière d’être allée jusque-là ! » a-t-elle dit en imitant Roselyne Bachelot. Dans son discours Bisounours (« On est dans la tolérance bienveillante. » a-t-elle quand même osé sortir), Esther Benbassa se gargarisait de bonnes intentions sans évaluer les moyens techniques pour les concrétiser, sans considérer les faits et les conséquences à long terme du projet de loi qu’elle défend avec une fausse assurance et beaucoup de comédie sensibleriste. Le parfait Ponce Pilate au féminin (si vous me permettez cette comparaison « judéo-chrétienne » qui ne manquera pas de ravir Didier Éribon…), cette femme de loi faible mais capable d’être têtue et jusque-boutiste par fierté mal placée. Benbassa a démarré le poids lourd sans avoir le permis. Elle sent que l’engrenage qu’elle a lancé peut aller trop loin, que les rêves et les promesses que sa famille politique a imposés aux personnes homos la dépassent, mais pour l’instant, elle n’a pas l’honnêteté de faire machine arrière, l’humilité de se contredire, le courage de renoncer à son trophée de bonne samaritaine. Pendant le débat, je l’entendais relativiser, dans un optimisme d’indifférence totalement déplacé, les effets pourtant désastreux qu’aura l’adoption de la nouvelle loi sur le mariage (je connais suffisamment de cas concrets de couples homos qui se sont lancés dans la GPA ou la PMA, ou dans des projets de co-parentalité abracadabrantesques, pour le dire !). Mais Madame Benbassa s’en lave les mains : elle est TOLÉRANTE : « Je n’ai pas envie d’imposer à qui que ce soit le mariage. Ça m’est égal. Chacun fait comme il veut… » Loin de rester dans le Réel, la sénatrice s’est focalisée sur l’intention (le « changement », le « progrès », la « modernité », la « compassion », la « solidarité », etc. : les poncifs socialistes classiques). Par exemple, il faudrait, selon elle, accepter la GPA ainsi que la présomption de paternité pour que la France soit « au diapason de la société et de son évolution ». Au lieu d’enjoindre ses troupes à la prudence et au réalisme, au contraire elle les excitait, les poussait à avoir les yeux plus gros que le ventre, quitte à être excessifs et culottés, quitte à « gêner » (encore l’argument de l’image…), quitte à demander beaucoup trop pour réussir à obtenir (à l’usure) un maximum de droits (technique de l’enfant capricieux s’il en est) : « Je suis pour qu’on en demande beaucoup pour en avoir un minimum ! » Rentrez tous dans les locaux du Ministère de la Justice et prenez tout ce que vous voulez tant que la porte est ouverte : c’est « open bar » ! « Gay Happy Hours » ! C’est Taubira qui régale ! Pendant qu’elle avait le micro, la Esther Benbassa tenait le double discours de la lâcheté : celui qui exprime déjà à la fois le remord lucide/inquiet, et l’entêtement orgueilleux/rassurant. Ponce Pilate qui se lave les mains, comme je vous disais… Elle affirmait par exemple que « des lois comme celles-là ne sont jamais anodines… » et deux secondes après, elle se contredisait : « Il faut banaliser l’adoption par les couples homosexuels. » Elle niait la complexité et la souffrance de certaines situations humaines qu’on sait objectivement douloureuses (« Les femmes ont recours à la PMA avec beaucoup de simplicité. »). Au lieu de parler de la GPA en elle-même (qui n’est pas autre chose qu’un business des corps, une instrumentalisation de la femme, et un vol d’enfants consenti, planifié, rappelons-le !), elle enchaînait – par une pirouette rhétorique victimisante – sur une des conséquences secondaires de la Gestation Pour Autrui : le fait qu’il était « impensable et « odieux », selon elle, qu’une Nation refuse l’enregistrement sur les registres d’État Civil des enfants qui naîtraient par GPA. Là encore, Madame Benbassa a fait diversion dans le dolorisme, a quitté le Réel dans la victimisation matinée de solidarité, dans le catastrophisme (« Autant choisir le moins pire… ») saturé de légalisme « tranquillisant ». Puis, écartelée entre sa conscience de mal faire/mal dire et ses bonnes intentions, elle esquissera à la fin du débat un semblant d’étonnement abasourdi (… classique de l’apprentie sorcière…) : « On ne pensait pas qu’aller si loin [législativement] susciterait autant d’oppositions venant de 63% des Français favorables au mariage pour les personnes de même sexe. »)… avant de se masquer à nouveau les yeux, de s’étiqueter démagogiquement « vieille conne réactionnaire qui a encore des principes » et de s’acharner dans l’erreur : « Il y a un côté marchandisation qui me gêne… Peut-être que je suis d’une autre génération, d’un autre temps… » Non Madame, malheureusement, ce que vous projeter de faire voter, est plus que jamais dans l’ère du temps… sachant que notre temps est arrivé à un stade avancé de la régression infantile !

 

 

Points communs dans l’« argumentaire » de nos quatre intervenants de choc : exactement comme dans les mauvais exposés d’élèves (qui ont tout pompé sur Wikipedia), ils faisaient parfois naïvement référence à des souvenirs de conversations qu’ils venaient d’avoir avant la conférence avec leurs « groupes de travail » ; et pour soutenir leurs thèses farfelues, ils prenaient appui sur des comparaisons très imagées (très enfantines, en fait !) qu’ils n’expliquaient même pas, qui n’apportaient rien, et qui brouillaient l’analyse concrète des faits. Par exemple, Daniel Borrillo tenta de justifier sa démarche de « critique de la norme familiale » en employant l’image de la « recette du gâteau » qu’il faut remettre en cause (franchement brillante et utile pour comprendre son propos, cette métaphore culinaire… LOL). Et Esther Benbassa nous a expliqué, de manière aussi fort didactique (et inquiétante quand on interprète l’image jusqu’au bout), que s’attaquer à la transformation du Code Civil, c’est comme tirer sur une bobine de fil et voir arriver la pelote (« Quelqu’un m’a donné l’image de la pelote… ») Merci Esther. C’est du Einstein.

 

Visiblement, ces « chercheurs », en plus de nous livrer un discours d’une pauvreté intellectuelle hallucinante, ont un rapport plus qu’ambigu à la LOI (étant entendu le mot et la chose). On pourrait qualifier ce rapport à la Loi d’« idolâtre » (et d’aucun savent que l’idolâtrie est toujours moteur de violences inconscientes). Car en fait, dans les mots, ils font fusionner la « Loi-Réel » et la « loi-bout-de-papier », ou bien, ce qui revient au même, ils les opposent totalement… alors qu’elles ne sont ni la même chose, ni en opposition : la « loi-registre » a pour devoir d’accueillir la « Loi-Réel », de La comprendre et de La servir, pour ensuite L’orienter humblement vers la vie et le bien commun. Le problème est que nos amis « pro-mariage pour tous ceux qui le désirent » font le chemin contraire : ils veulent mettre le papier et la bonne intention avant le Réel. Ils inversent les choses parce qu’ils se prennent pour Dieu, un dieu athée égoïste qui installe la conscience individuelle humaine comme unique énonciatrice du bien et du mal, sans idée de transcendance pour le coup. Ce n’est pas un hasard si, par exemple, Daniel Borrillo défend l’idée de « droit subjectif » et qu’il articule la demande d’adoption pour les couples de même sexe sur la notion de « filiation fondée sur la volonté individuelle » (« La volonté n’a pas de sexe. » dira-t-il en grand tribun qui remet sa toge).

 

Finalement, ces législateurs de pacotille envisagent la Loi (= la « Loi naturelle et divine » + la « loi humaine en tant que système législatif ») comme un sceptre magnifique qui règlera tous leurs problèmes ET comme une poupée vaudou qui les déçoit, qui porte malheur, qu’il faut faire disparaître ou faire fondre pour en récolter l’or. C’est tout le paradoxe de l’idolâtrie ! Entre attraction et répulsion, fusion et rupture, c’est un même processus de violence qui s’exprime. Par exemple, Esther Benbassa adopte le discours jargonnant du savant fou qui prépare dans son laboratoire une entorse à la Loi (elle a dit que son projet de loi « exige une refonte du Code Civil ») après avoir présentée Celle-ci comme démodée (à deux reprises, elle a insisté sur la nécessité de « dépoussiérer le Code Civil »). Elle citait un de ses amis (qu’elle a présenté au passage comme un « réac’ de gauche ») qui, selon elle, « avait tout faux ! » pour la simple raison qu’il lui avait rétorqué que « la Loi ne devait pas suivre la société ». Mon Dieu, il a osé dire que le Peuple n’était pas toujours souverain ni juste tout le temps, et qu’il existe même parfois des utopies/tyrannies collectives (ça s’appelle notamment des sectes, des idéologies, des communismes, des « démocraties ») !!! Oh le vilain…

 

 

Concernant nos quatre orateurs (… et leurs suiveurs), je crois qu’on peut vraiment parler d’idolâtrie par rapport aux mots « loi », « droit », « égalité », « progrès », « science », « culture », « justice » (et tous leurs croisements lexicaux : « égalité des droits » surtout), mots jugés comme sacrés et inattaquables, en même temps que redoutables et dangereux. Car il faut bien comprendre une chose : les idolâtres « pro-mariage pour tous ceux qui le désirent » cherchent à détruire ce qu’ils adorent, étant donné qu’ils ne l’aiment pas et ne le comprennent pas. Même l’égalité, même la loi (à commencer par la loi naturelle), même le mariage, ils ne les aiment pas dans les faits ! Par exemple, ils n’ont jamais réalisé que la « tolérance » et l’« égalité » n’étaient pas bonnes en soi, et qu’il y a des tolérances très réactionnaires (l’abnégation, le relativisme, la lâcheté, le déni de Réel et de souffrance, etc.), qu’il existe des inégalités très justes (elles s’appellent différences, singularité des êtres humains et des situations, diversité culturelle, etc.) tout comme des égalités très injustes (conformisme, uniformité, refus des différences, pensée unique, etc.). Ce n’est pas en luttant aveuglement en faveur de la « Déesse Égalité » qu’on favorise la reconnaissance des personnes, l’équité, autrement dit la juste égalité, celle qui s’adapte au Réel et non celle qui Lui commande. Je pense vraiment que ces extrémistes du progressisme n’aiment pas l’égalité : ils la réduisent à un simple instrument ou à un prétexte verbal pour donner corps à leurs fantasmes identitaires et amoureux les plus désincarnés et les plus égoïstes, au final.

 

Et pour exécuter le travail de sape de leur idole « La Loi », nos idéologues gays friendly louvoient et minaudent avec Elle, L’habillent, L’enrobent (et L’étouffent !) de mille et une « bonnes » intentions, Lui donnent souvent une apparence artistique, législative, amoureuse, voire sacramentelle (version athée). Les penseurs queer et camp (ne surtout pas les appeler « hétéros », « homos », « gays », « lesbiennes », « bis » et « trans » : tout ça, ce sont déjà des étiquettes marchandes et communautaristes datées, vous comprenez… Et en plus, dans « homosexuel », il y a le mot « sexuel », alors c’est encore plus « réducteur » ! Eux, ils sont juste « amoureux », « sensuels », « expérimentateurs » et « artistes militants »… Ne pas les nommer, c’est même mieux ! disent-ils) défendent notamment les concepts théoriques de « devenir », de « déconstruction », de « reconstruction », de « déplacement », de « transcendance », de « sentiments », de « contournement de la norme », de « créativité », de « lutte contre les discriminations »). Leur plus belle victoire sur la Loi, c’est d’abord celle qu’ils ont apparemment remportée sur le terrain de la Parole, à travers le triomphe actuel du nominalisme (philosophie médiévale sur laquelle se fonde nos civilisations post-modernes actuelles, et qui défend l’idée que c’est la subjectivité humaine qui commande au Réel : l’être humain n’aurait qu’à recréer le monde et nommer les choses comme il veut, sans Dieu, pour changer leur réalité) et du sophisme (notre quotidien envahi par les slogans, les images, les machines et la pub en fournit un parfait exemple). Et on peut dire qu’ils l’ont plutôt bien gagnée, cette bataille des mots, vu que 63% des Français se disent/diraient actuellement favorables à la loi sur le mariage pour les couples de même sexe, sans savoir trop pourquoi. D’ailleurs, pendant le débat, notre quatuor de législateurs s’amusait à inventer des nouveaux mots, à déformer les anciens. Par exemple, dans leur projet de loi, il est déjà question de remplacer les expressions (jugées « sexistes et hétéro-patriarcalo-centrées ») « mari et femme » ou « père et mère » par celles (bisexualisées et asexualisées) d’« époux », de « conjoints », de « co-parent », de « parent de fait », de « parent social »). Bref, ils s’enlisent dans la bonne intention déréalisée, dans la pensée magique et schizoïde que les mots vont modifier les choses. Par exemple, Caroline Mécary s’est donnée pour objectif de « faire bouger les lignes de la loi ». Didier Éribon, de son côté, nourrit la même superstition à l’égard de la Loi : « Le droit, c’est l’enregistrement de la norme. Transformer le droit, c’est transformer la norme. » Pour ce savant post-moderne « constructionniste », il s’agit, par l’intermédiaire du « droit », de « défaire… ou en tous cas de déplacer les frontières » du Réel et du vrai Droit (… le Second était pourtant inféodé au Premier, dans l’idéal). Concernant les conséquences sérieuses qu’implique la destruction/reconstruction hasardeuse de la Loi, Éribon s’est contenté de noyer astucieusement le poisson dans un discours poétique vaguement législatif et surtout sincèrement élancé, proposant, « participatif » (comme dirait avec bravitude notre amie Ségolène). Et concrètement, ça donne ça : « Je sais qu’il y a des problèmes… Mais c’est au droit de régler le problème. Faisons preuve d’imagination juridique, culturelle, législative… » Il n’y a que Maille qui m’aille.

 
 

2 – Nulle intention de débattre

 

Quand je dis qu’il n’y a pas eu de vrai débat, ce n’est pas seulement par rapport au fond (ou plutôt, en l’occurrence, l’absence de fond). C’est aussi dans l’esprit de la rencontre. L’ambition de proposer un débat, et tant qu’à faire un débat de qualité, n’était absolument pas au rendez-vous, je peux vous l’assurer. Ce qui m’a marqué, c’est que, dans une fausse humilité (j’ai pouffé intérieurement de rire quand Madame Benbassa a sorti qu’« élaborer cette loi sur le mariage obligeait à beaucoup d’humilité » !) et une décontraction inappropriée à la gravité des enjeux du débat (« Dans la bonne humeur et la réflexion, nous ferons avancer ces lois ! »), nos quatre intervenants s’excusaient à tour de rôle de penser par eux-mêmes, affichaient leur incompétence ou leur déni sans s’en rendre compte, n’entraient pas dans le vif du sujet (sous prétexte que ce serait trop fastidieux de rentrer dans les détails, ou que ça ennuierait tout le monde), fermaient la discussion, ou se cloîtraient dans un silence contrarié (Suivez mon regard… il atterrit sur Caroline Macaron). La couardise dans toute sa splendeur ! Écoutez plutôt nos valeureux « intellectuels » et « législateurs » conclurent presque chacune de leur prise de parole par ces mots vigoureux : « Franchement, je n’ai pas d’idées… Je ne suis pas une juriste aguerrie. » (Esther Benbassa en conclusion du débat) ; « Je ne vais pas rentrer dans tous les aspects juridiques… » (Daniel Borrillo, après avoir survolé la question du statut flou du « co-parent ») ; « La question est réglée d’avance… » (Didier Éribon concernant la loi sur le mariage entre couples de même sexe) ; « On laisse la partie technique… » (Esther Benbassa, esquivant la discussion sur les retombées concrètes de la substitution de l’expression « mari et femme » par « époux » ou « conjoints » dans le cas de la validation de la loi sur le mariage) ; « Je ne suis pas un expert du symbolique… » (Daniel Borrillo) ; « On n’est pas là pour dire ce qui est souhaitable ou non ! » (Esther Benbassa face au pédopsychiatre qui critiquait chez elle le discours relativiste et fuyant) ; « On ne règlera pas maintenant tous les problèmes psychologiques qui se posent. » (Esther Benbassa, niant les constats médicaux des professionnels de la santé).

 

Caroline Mécary, pour ne pas s’enfoncer davantage dans le déni de Réel, est restée particulièrement muette et concise pendant la seconde moitié de la conférence. Elle a dû sentir l’accumulation de bourdes de ses camarades, et a préféré s’éclipser peu à peu après sa première intervention. Et à sa place, j’aurais fait pareil ! : je me serais caché six pieds sous terre (… de honte !).

 

Didier Éribon, lui, n’a pas eu les mêmes états d’âme et la même distance. Tant qu’à être de mauvaise foi et à afficher la lâcheté, autant le faire en grand et avec du bruit ! Son relativisme sentait la démission intellectuelle et le désenchantement existentiel/amoureux à plein nez : À quoi bon débattre, disait-il, puisque « les arguments sont toujours réversibles » et qu’il n’y a pas d’« évidences » (sauf si on les rabaisse, comme lui le fait, au rang de « points de vue », de méprisables « opinions » subjectives, de « constructions culturelles patriarcales, hétérosexistes et judéo-chrétiennes ») ? « Qui peut définir ce qu’est une famille ? » lança-t-il orgueilleusement à la foule, sans attendre de réponse. L’Amour, messieurs dames. L’Amour. Mais c’est sûr que quand on connaît un peu ton histoire familiale, et surtout ton rapport blessé à celle-ci – j’ai lu en entier Retour à Reims (2009) –, on comprend que tu ne veuilles pas t’étendre sur cette question, que tu n’autorises personne à s’y étendre, d’ailleurs…

 

Au lieu d’apporter une parole forte et juste, et comme pour pallier le vide de prétention à débattre, nos quatre conférenciers s’appesantissaient à se faire des courbettes (j’aime beaucoup ta robe ; ton dernier livre, j’ai a-do-ré ; faut absssolument que tu me refiles la recette), à se congratuler entre eux, à se citer mutuellement. Par exemple, Esther Benbassa n’a pas boudé son plaisir en définissant, avec une audace frétillante, le Dictionnaire des cultures gaies et lesbiennes (2003) de Didier Éribon comme « une Bible… une grande Bible même » qui servait encore aujourd’hui à « réformer nos esprits » (au moins ça !… même si personnellement, j’aurais plutôt employé le verbe « formater », mais bon…).

 

Quant à l’issue du tour de table qu’elle était censée conclure, Madame le Sénateur a affiché un contentement forcé, alors même que les dossiers de fond avaient tous été survolés : « Bon… Tout le monde a dit presque tout, je crois… » Visiblement, le public d’anesthésiés (ou d’indignés muets !) n’a vu que du feu à cette mollesse et cette démission collective. On le roulait dans la farine et on lui servait de la soupe idéologique sans contenu, mais ça lui allait très bien, c’était ça le pire…

 

Sans le faire visiblement exprès, car ça se voulait à la base un compliment poli, l’intervention conclusive et convenue de Stéphane Corbin (le porte parole de la fédération Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) a fini de convaincre l’assistance qu’on venait de passer trois heures avec de faux intellectuels qui se défilaient sur les sujets qu’ils s’étaient initialement proposés de traiter : « Merci pour vos réponses… et vos non-réponses qui ont finalement été des ouvertures… »

 

Le débat, dans sa globalité, était en grande partie scénarisé. Par exemple, c’était gros comme une maison que Didier Éribon avait prévu de laisser le mot de la fin à un de ses potes homos présent au deuxième rang, vivant en Angleterre avec son copain, et censé par conséquent offrir un regard « pro-mariage » neuf, distancé, efficace (parce que minoritaire : qui, dans l’assistance, pouvait le contredire et lui parler du traitement de l’homosexualité en Grande-Bretagne en connaissance de cause?), exotique, rafraîchissant, beaucoup plus juste que toutes nos pauvres considérations de Français franco-centrés sur le mariage.

 

Tout le monde est ressorti de la salle sans orientation précise (et je doute que le « pot de l’amitié » final ait clarifié davantage les affaires…), sans même une date pour les États Généraux de la famille qu’Esther Benbassa a pourtant encouragé à organiser (« S’il n’y a pas d’États Généraux de la famille, on ne pourra pas avancer. »), plus par urgence et par pression sociale pour éviter le scandale que parce qu’elle désire véritablement un débat de fond sur le mariage en lui-même. D’ailleurs, concernant ces États Généraux, nous aussi, les opposants au projet de loi sur le « mariage pour tous ceux qui le désirent », nous les demandons (bien avant de passer à l’étape du référendum, ou même à celle de la manif’ dans la rue). Mais je crois, pour être tout à fait lucide, qu’Esther Benbassa et ses collaborateurs ne souhaitent pas ce temps de concertation pour les mêmes raisons que nous et pour poser les bonnes questions. À les entendre, ils veulent des États Généraux non pas consacrés au mariage ni au projet de son « ouverture » (pour eux, les dés sont déjà jetés, la promesse socialiste est irrévocable, et le mariage pour les couples homosexuels ne se discutera pas !) mais uniquement des États Généraux orientés sur les conséquences pratiques du mariage entre couples de même sexe (présomption de parentalité, examen des nouveaux devoirs conjugaux entre « conjoints » de même sexe, PMA, GPA, adoption, mise en place des droits de succession, etc. ; Exemples de fausses problématiques qui prennent le vrai débat sur le « mariage » à l’envers, et enserrent les États Généraux dans la voie du compromis et de la logique par défaut : « Facilitons la coparentalité pour garantir à l’enfant adopté un père et une mère ! » ; « Permettons aux enfants issus des GPA d’être inscrits sur les registres d’État Civil ! », etc.). Nous, nous voulons au contraire que le projet de loi en lui-même soit remis en cause et abandonné ! Je crois qu’il faut bien qu’on se mette d’accord ensemble sur les buts concrets de ces États Généraux, car ils sont pour l’instant très équivoques et divergents.

 
 

3 – Le mauvais traitement de l’auditoire

 

Quand je dis que l’esprit de cette réunion au Sénat n’était pas au débat, c’est qu’on sentait clairement (et sans paranoïa aucune de ma part) que certaines interventions orales étaient placées sous haute surveillance, que des personnes dans le public avaient été préalablement désignées pour poser telle question à tel moment, qu’une brigade spéciale de militants parsemés çà et là guettait, extincteur en main, le « subversif anti-loi-sur-le-mariage » pour l’encercler au plus vite et le mettre hors d’état d’incendier toute la salle. Si la discussion s’échauffait, les membres gays friendly de l’auditoire étaient prévus pour maîtriser les « gêneurs » en posant des questions inutiles et limite hors-sujet, en vue de détourner les conversations des sujets cruciaux. Devant moi, par exemple, un homme a volé la parole du pédopsychiatre Vincent Rouyer qui était en train de s’exprimer fort à propos sur les désastres concrets qu’impliquerait le « mariage pour tous », en lui emboîtant le pas (« On va changer de sujet! » a-t-il lancé précipitamment) ; puis il s’est chargé de faire diversion en interrogeant Esther Benbassa sur l’historique de l’élaboration du projet de loi (passionnant…). Le but de la manœuvre était claire : faire taire les opposants.

 

Globalement, pendant le « débat », j’ai été impressionné par la hargne des militants LGBT et friendly à l’encontre de ceux qui, comme moi, aspiraient à un échange serein et consistant. Ils préféraient maintenir leurs détracteurs dans des réactions que ces derniers n’ont jamais eues (le catastrophisme, l’énervement, le trouble, la peur, la rigidité, la superstition religieuse, etc.) plutôt que de reconnaître que celles-ci provenaient majoritairement d’eux (je les ai d’ailleurs sentis hyper nerveux, irritables, pas du tout à l’écoute, paniqués, pendant tout le temps des questions). Il n’y avait qu’à voir l’accueil qui a été réservé à l’emploi de l’expression « J’exige » (« exiger », c’est un verbe « nazi », il est vrai…) par l’une des personnes du public (le philosophe Gaultier Bès de Berc), pour comprendre la paranoïa anti-fasciste qui pesait dans la salle : « Il faut aller au-delà des conservatismes ! » a rappelé Esther Benbassa. Et il suffisait aussi d’écouter deux secondes Didier Éribon pour comprendre que le vrai homme superstitieux dans l’histoire, qui parle d’« Apocalypse » sans arrêt, qui use et abuse d’un lexique religieux anachronique qu’il attribue fiévreusement à ses « opposants », c’est lui ! Pendant le débat, il n’avait que le mot « conservateur » en bouche : « Il ne faudrait pas que notre pays des Droits de l’Homme devienne le pays le plus conservateur du monde ! »

 

Le respect de l’auditoire convié ce jour-là (auditoire qui avait pourtant des questions vraiment pertinentes à poser, des intentions pas du tout belliqueuses ni alarmistes, des témoignages de terrain intéressants à prendre en compte) n’a pas été au rendez-vous. C’est quand même embêtant pour un « débat », ce manque de fair play et d’écoute…

 

Les partisans du projet de loi ont préféré maintenir leurs « opposants » dans des schémas de pensée extrémistes et caricaturaux pour mieux se justifier de ne pas les laisser parler, et de répliquer avec la même violence que celle qu’ils leur attribuaient. [Moi, par exemple, je n’emploie pas l’expression « mariage homosexuel »… puisque c’est le « mariage » tout court que demandent la plupart des militants homosexuels. Je n’ai jamais dit que la différence des sexes était l’unique fondement solide du mariage… puisqu’il y a des couples qui intègrent la différence des sexes, qui se marient dans les règles, mais qui ne s’aiment pas pour autant. Je ne pense pas non plus que la condition sine qua non pour qu’il y ait mariage, c’est la procréation ou la présence physique des enfants, étant donné qu’il y a des familles qui peuvent procréer naturellement sans que l’enfant soit nécessairement aimé et bien élevé, et qu’il y a des couples femme-homme stériles qui s’aiment vraiment. De même, ce ne sont pas les évolutions du mariage ou de la famille qui m’inquiètent en soi : il existe des changements au sein des couples femme-homme qui sont salutaires, novateurs, qui ne remettent pas en cause la structure malléable du mariage et qui n’impactent pas l’équilibre d’une société, bien au contraire.] Mais je crois que cela arrange le totalitarisme et le réductionnisme intellectuel de ces orateurs que d’enfermer leurs contradicteurs dans une pensée simpliste et sans nuance. Derrière leur revendication agressive du droit au mariage ou à l’enfant, on lit une revanche à prendre et une jalousie mal dissimulée à l’encontre des couples femme-homme, voire des croyants en Dieu. Daniel Borrillo, par exemple, demande à ce que les unions femme-homme soient passées au crible des mêmes examens scrupuleux et odieux que les cruels sociologues et psychanalyses auraient infligés à la communauté homosexuelle depuis des siècles, « et on verrait, selon lui, que peu d’entre elles auraient l’accréditation et la légitimité pour élever/adopter des enfants et se marier aujourd’hui » ! Pour prouver que les personnes non-homosexuelles sont mal placées pour faire la leçon aux couples homosexuels en matière d’amour, de mariage, de fidélité, de procréation, de filiation et d’éducation, l’un des amis homos de Didier Éribon, présent dans la salle, a pris énergiquement la parole pour asséner que les familles classiques, de tout temps, n’avaient fait qu’engendrer malheur sur malheur (« Quand on pense à toutes les perversités qu’ils ont infligées à leurs enfants ! »). Et Éribon s’est contenté d’acquiescer ironiquement : « … et on va essayer de faire mieux ! »

 

Il faut savoir, pour ceux d’entre vous qui ne connaissent pas bien Didier Éribon, que son disque anticlérical, anti-scientifique et victimisant, nourri par les philosophes structuralistes soixante-huitards (Michel Foucault en tête), tourne en boucle depuis trente ans… Il n’a pas l’air de s’en lasser, visiblement (nous, si…) : « La psychanalyse a joué un rôle terrible dans toute cette histoire. » ; « Il faut lutter contre la psychiatrisation de l’homosexualité ! » ; « Dieu soit loué, l’Église ne fait pas régner sa loi en France ! » ; etc. Didier Éribon voit du « discours chrétien » partout, même là où il n’apparaît pas explicitement. Je ne pense pas, par exemple, que les croyants chrétiens aient le monopole de la défense de la famille naturelle traditionnelle et aimante, ou bien que tous les opposants à l’« ouverture » du mariage, à la PMA ou à la GPA soient catholiques ou le fassent pour des raisons strictement religieuses (j’en connais même un grand nombre qui sont athées !). Il faut arrêter qu’il arrête son délire. Ce que les promoteurs du « mariage pour tous » ont du mal à comprendre, c’est que c’est juste humain de s’insurger contre les conséquences graves de certaines lois déconnectées du Réel, de certaines pratiques et manipulations génétiques qui concernent la vie et les êtres humains les plus fragiles. Cela relève du bon sens. Mais non ! Didier Éribon, en bon paranoïaque, refuse d’entendre raison ! La confiance, c’est la soumission ! Son ennemi de toujours, celui auquel il tient énormément, c’est et ce sera le discours « christiano-psychiatrique » (je n’avais jamais entendu cette expression avant… personnellement, j’ai adoré…). De toute éternité ! Comme son ami Daniel Borrillo, il lance sa croisade athée contre les intellectuels, les savants et les psychiatres. Il a même poussé le cri-qui-tue devant toute l’assistance : « Je ne veux pas être pathologisé !! » Du savoir scientifiques, des faits réels, de l’apport des sciences humaines, de l’expérience clinique, du témoignage de terrain à propos de l’encadrement de la petite enfance, nos quatre intervenants font table rase ! « Halte aux études !! » s’est écrié à un moment donné Daniel Borrillo au sujet de la légitimité des statistiques sur l’homoparentalité. Voilà ce qui s’appelle tout simplement de la censure.

 


Civitas, qui se présente comme « chrétien » et maintenant comme « catholique »
 

Néanmoins, le pompon de paranoïa « anti-fasciste » du débat n’est pas venu, comme je l’attendais, de notre quatuor à cordes dissonant préféré, mais d’un de ses alliés, un certain Édouard, jeune homme de 20 ans de l’ENS, placé tout devant, au look paradoxalement très catho intégriste (genre militaire Waffen-SS), que je voyais déjà ricaner pendant la seconde moitié de la conférence dès qu’il entendait un soubresaut de lexique « familialo-judéo-christiano-maçonnique » de la part du public, et dont l’esprit s’est échaudé rapidement suite aux interventions contestataires dans l’auditoire. On l’a vu se lever promptement de son siège, pour faire un esclandre qui restera, j’espère, dans les annales ! Non seulement il s’est mis à bannir purement et simplement tous les gens de la salle qui voulaient juste débattre (les mots de censure qu’ils employaient étaient clairs mais ne se dirigeaient pas à quelqu’un en particulier : « Vous ne faites pas partie du débat !! Vous êtes hors débat !!! »). Le plus drôle, c’est que dans son pétage de plombs tonitruant, il s’est mis à voir des gens de l’Institut Civitas partout (« On voit que Civitas est bien représenté dans la salle !!! »), limite en les pointant du doigt (Pour ceux d’entre vous qui ne connaissent pas, Civitas est une communauté chrétienne dissidente de l’Église, lefevriste, anti-catholique, qui n’obéit ni au Pape ni à Rome). Mes amis présents dans la salle et moi, des catholiques ordinaires (et extraordinaires quand on se laisse habiter par Dieu), on était pris entre rire et consternation. Il était évident qu’il n’y avait pas un seul membre de Civitas présent parmi nous tous (s’il y en avait eu un, on l’aurait déjà entendu au début du temps d’échange !). L’unique individu de l’assistance qui, à la rigueur, aurait eu le look et l’attitude pour faire partie de Civitas (coupe saint Cyr, chemise à carreaux, boy scout blondinet agressif…), c’était bien Édouard (cf. mon N.B. final) ! C’est dur d’être un catho refoulé, quand même…

 

L’amalgame (recherché ?) entre les membres de Civitas (adeptes d’un prosélytisme religieux musclé et ultra-politisé) et les vrais catholiques (pas toujours fins, mais au moins appelés à l’être) arrange deux camps : ceux qui diabolisent l’homosexualité (Civitas en première ligne) en se centrant sur quelques ennemis grossiers – le « relativisme laïcard » et « l’accusation d’homophobie », plutôt que sur « l’homophobie » elle-même – ; puis ceux qui à l’inverse sacralisent l’homosexualité et qui, en invitant Civitas sur les plateaux télé par exemple, ont trouvé leur épouvantail à moineaux idéal, leur proie facile sur qui taper sans passer pour des fachos eux-mêmes, leur « caricature de ‘cathos’ » vivante qui justifiera aux yeux du monde que leur combat pour les droits LGBT est juste, et qu’à l’inverse le discours « ecclésial » sur l’homosexualité est totalement archaïque, inique, bête et méchant. En plus, la communauté homosexuelle a tout à gagner à inviter les chrétiens fondamentalistes intégristes à parler d’homosexualité : au moins, comme ça, le sujet (et toutes les souffrances/violences qu’il recèle) n’est pas traité ; on rigole bien et on s’offusque bien, aussi ; et en plus, ça fait d’excellents audimat ! Bingo ! Vive ces cons du FN et de Civitas ! On va organiser un dîner friendly avec eux !

 

Le pire, c’est que pendant ce « débat », la chasse à l’homme diabolique ne s’est pas limitée à « l’ennemi extérieur ». Selon la logique paranoïaque, l’ennemi extérieur se mute toujours en ennemi interne, deux fois plus traître et plus pernicieux encore que le premier ! D’ailleurs, ne croyez pas que nos quatre théoriciens de l’Amour soient venus la fleur au fusil et qu’ils marchaient main dans la main avec leurs chefs politiques, leurs juges, leurs législateurs, leur président, et même leurs sympathisants. Au contraire ! Ils n’ont pas arrêté, du début à la fin de la conférence, de torpiller « discrètement » leur propre camp politique (= la gauche), de présenter le projet sur le mariage comme une loi-sanction qui lui était destiné, une revanche à prendre face à « l’incompétence » des socialistes qui les ont précédés, un ultimatum, une menace qu’ils n’hésiteront pas à mettre à exécution si par malheur ils ne voyaient pas tous leurs vœux exaucés à la lettre ! Le président Hollande a/aurait promis un cadeau : il n’a plus le choix ! Pistolet dans la tempe, il doit le donner. Et interdit de se rétracter ! : « Il s’est engagé. Sans ambiguïté aucune. Il a réitéré son engagement. » rappelle fermement Caroline Mécary en début de débat. Dans le discours d’Éribon, Benbassa, Mécary et Borrillo, on sentait aussi une pression et un mépris assumés du président et de tous ses ministres : « Il existe du conservatisme à gauche ! […] Qu’on stimule le gouvernement, c’est notre rôle ! Les socialistes avant ne l’ont pas fait ! » (Esther Benbassa) Ils les aimeront tant qu’ils leur seront soumis. Moi, à la place de nos gouvernants, je ne tolèrerai pas un tel chantage.

 


 
 

4 – Le mépris des bénéficiaires officiels du débat

 

Enfin, pour terminer ce compte-rendu d’un « débat qui n’a pas eu lieu », je vous parlerai du point le plus important. Celui qui, à mes yeux, saute aux yeux, qui est le plus choquant. Je veux parler du mépris des « victimes » que ces idéologues-magistrats prétendent aider, mais qu’ils enfoncent encore davantage par des propositions de loi comme celles-ci. Comme dans tout système sectaire et propagandiste de censure, le « débat » proposé au Sénat ce mardi 11 septembre n’avait rien d’un échange démocratique. Et en effet, comment pouvait-il en être autrement, quand même les sujets qu’il s’était proposé d’honorer (les personnes homosexuelles en première ligne ; les enfants dans un deuxième temps) n’ont pas eu le droit à l’expression, à la reconnaissance, n’ont pas été consultés, ou bien ont été sommés d’adopter le discours policé du déni de souffrance et du déni de Réel ? Les rares témoins dans la salle qui ont parlé publiquement des enfants se sont fait renvoyer sévèrement paître. Et les rares personnes homosexuelles qui ont pu s’exprimer devant tout le monde n’ont pas pu/voulu parler de leur homosexualité, de leur mode de vie, des situations complexes que vivent les couples homosexuels en général : elles se sont axées uniquement sur « l’avancée légale de leurs droits » et sur leur « capacité indéniable à se marier et à adopter ». Bref, elles ont joué le rôle qu’on attendait d’elles : celui des victimes « agressivement heureuses d’aimer » et « éternellement insatisfaites ».

 

Pour rentrer dans le détail, j’ai compris avec tristesse en ressortant du Sénat, que les grands oubliés du « débat », les vrais exclus de nos « considérations d’adultes entre adultes », avaient bien été les enfants. Voilà pourquoi les échanges m’avaient paru sur le coup d’une violence objectivement révoltante. En vérité, je peux témoigner que les militants pro-mariage présents dans la salle empêchaient de parler concrètement des enfants. Dès qu’il était question de ces derniers dans la bouche d’une personne du public, cela déclenchait systématiquement chez eux des éclats de rire forcés, une hilarité hystérique, des sarcasmes, des échanges de regards hallucinés, une agressivité incontrôlée, des mystérieuses extinctions de micro. Rien de d’entendre le mot « enfant » (et surtout la périphrase « souffrance de l’enfant ») les insupportait au plus haut point, arrivait à leurs oreilles comme une insulte, même si ensuite, ils lui faisaient les yeux doux dès que celui-ci prenait la forme abstraite du « droit en faveur des homos » : « En tant que législateurs, nous faisons de notre mieux pour que l’enfant soit protégé. » (Esther Benbassa…). C’est le sort réservé à l’enfance qui m’a, je dois l’avouer, le plus choqué lors de cette conférence. C’est le peu de place laissé au traitement des souffrances (paradoxal venant de ceux qui s’en déclarent les ennemis et qui se présentent comme des justiciers sociaux) qui m’a le plus ébahi.

 

Il est extrêmement difficile d’avoir un dialogue raisonnable et constructif avec des gens qui ont quitté à ce point le Réel, qui tournent en dérision des évidences anthropologiques, qui se moquent même du bon sens, qui foncent tête baissée dans le déni de souffrances (parce qu’en réalité, ils ont beaucoup de comptes à régler avec leur propre famille). Par exemple, le fait qu’une personne de l’assistance ose affirmer que le couple homosexuel n’est pas procréatif par nature et qu’il faut nécessairement une gamète mâle et une gamète femelle pour concevoir un enfant, cela déclenchait le sarcasme forcé des « pro-mariage-pour-tous » ; quand on leur rappelait que les divorces créent des dommages dramatiques sur les enfants qui les subissaient sans avoir rien demandé, ils pouffaient de rire (y compris Benbassa et Éribon !) ; et lorsqu’il leur était rappelé que la pluri-parentalité, dans les cas de séparations, risquait à coup sûr d’amplifier chez l’enfant éduqué par deux « papas » et deux « mamans » le drame du divorce, ils tournaient l’exagération de leur détracteur – en réalité, leur propre excès inconscient – en remarque grotesque et « apocalyptique » (Didier Éribon). Bienvenue dans la quatrième dimension… Vous comprenez pourquoi, en ressortant de la salle René Coty, il y avait de quoi avoir les crocs ?

 

Même les professionnels de l’accompagnement de l’enfance ont été la risée de la salle. Quand une intervenante extérieure a osé affirmer, avec une gravité de circonstance, concernant le fait qu’un enfant naisse au sein d’un couple homosexuel, que : « Croyez-moi : les enfants vivent très mal ça… », Didier Éribon s’est contenté de lui répondre cyniquement : « … ça, c’est leur problème ! » Lorsqu’une autre jeune femme de l’assistance, faisant partie de l’association Le Droit de te connaître et travaillant depuis deux ans auprès d’enfants à Paris, a pris la parole pour souligner les graves troubles du langage qu’elle rencontrait quotidiennement chez les jeunes élevés dans des familles « homoparentales » (« Je tire la sonnette d’alarme… », s’est-elle permise de dire), un tonnerre de grommellements bougons et sceptiques l’a accueillie. Allô ? Y avait-il une conscience dans la salle ?

 

Les militants « pro-mariage pour tous ceux qui le désirent » détournent les yeux des vrais problèmes (crise, pauvreté, maladie, souffrance, injustices, deuil, guerres, etc.), pour les remplacer par des soucis annexes qui tiennent majoritairement du caprice, de la plainte déplacée, de l’hypocrisie, de la réclamation « universaliste en intention/particulariste dans les faits ». Concrètement, peu de couples homos auraient voulu se marier, car pour eux, le mariage, c’est le summum de l’institution bourgeoise, du carcan social destructeur, de l’hypocrisie religieuse. Et les rares militants qui le recevront (si la loi vient, par malheur, à passer) le réclament plus par prosélytisme agressif et par sincérité, que par vérité, par conviction personnelle et par respect de la réalité du mariage. Il ne s’agit absolument pas pour eux d’honorer et de perpétuer des traditions qu’ils respecteraient : il s’agit plutôt de travestir et d’affadir les traditions en les substituant par leurs parodies sincérisées.

 

Pourquoi le projet de loi sur le mariage et l’adoption est non seulement inadapté mais en plus dangereux pour les individus directement concernés par lui (= les personnes homosexuelles et les enfants) ? Pour une vulgaire histoire d’attachement angoissé et infondé à des petites représentations mentales figées de la morale, de la vie, de la famille, du bien-être de l’enfant ?? Pas du tout ! Moi, je pense d’abord à la sécurité et à la liberté des personnes homosexuelles elles-mêmes ! Car, à n’importe quelle époque que ce soit, il a toujours été dangereux et dramatique de jouer au jeu de la victimisation, surtout quand nos souffrances tiennent autant de la douleur réellement subie que de l’exagération pour se rendre plus malheureux qu’on ne l’est déjà. Je regrette, mais quand Madame Benbassa annonce comme une évidence que « le refus du droit au mariage est une vraie discrimination », j’ai envie qu’elle aille faire un tour en Haïti, ou dans un pays en guerre, ou même tout simplement qu’elle regarde la France en pleine crise économique, l’Europe du chômage… et après, on verra si elle classe le droit au mariage pour les couples homosexuels qui le « voudraient » (splendide conditionnel employé accidentellement par Didier Éribon… j’adore les lapsus révélateurs…) au rang des priorités et des urgences de la Nation ! Nous rendons-nous compte des priorités, justement ? Il a l’air de quoi, le pataquès autour de ce pauvre projet de loi sur le mariage, loi ne concernant objectivement qu’une poignée d’intéressés, qui, il y a dix ans de cela, ne souffraient absolument pas de ne pas pouvoir se marier et de ne pas avoir d’enfants, avant que le phénomène ne devienne à la mode et ne se radicalise en slogan politique pro-gay, en plainte singée de la « discrimination homophobe » ? Mais dans quel monde virtualisé vivons-nous ?

 

Quand on se pose en victimes alors qu’il y a largement plus malheureux et nécessiteux que nous, et que nous sommes bien souvent les artisans de notre propre malheur (la communauté homosexuelle en est le parfait exemple : cf. je vous renvoie aux codes « milieu homosexuel infernal » et « homosexuel homophobe » de mon Dictionnaire des codes homosexuels), quand on prend la place des vrais pauvres de la société, des sans-voix, on s’expose sur le long terme non seulement au ridicule mais aussi (beaucoup plus grave) aux jalousies, aux critiques, à la dette, à la soif de vengeance de ceux qu’on a écrasés pour que notre dossier soit placé sur le haut de la pile dans le bureau du magistrat (magistrat qu’on a préalablement soudoyé par nos larmes de crocodile, qu’on a menacé en brandissant sur lui le spectre de l’« homophobie »), à la vindicte populaire, à un retour de bâton sans précédent sur la communauté homosexuelle. Comprenez bien que c’est d’abord au nom de la menace grandissante d’homophobie qui pèse sur les personnes homosexuelles (la vraie, celle qui tue vraiment des personnes homosexuelles au fin fond d’une cave ou dans coin de jardin public, celle qui est portée par exemple par des courants fondamentalistes islamistes, entre autres ; pas « l’homophobie catholique » qu’on nous montre bêtement à la télé), et non au nom d’un attachement arbitraire à de « jolis » principes familialistes et religieux ancestraux, que je m’oppose fermement à ce projet d’« ouverture » du mariage à toutes les personnes qui le désirent (y compris aux personnes non-homosexuelles irresponsables !). Car si nous fuyons le Réel et nions les souffrances humaines – ce que fait concrètement ce pré-projet de loi de Madame Taubira, il faut le dire –, l’écrin d’Amour qu’aurait dû être (et qu’est dans certains cas de couples femme-homme qui s’aiment vraiment) le mariage, se métamorphosera en boîte de Pandore. Par la violence déraisonnée qui s’est déchaînée lors de ce débat au Sénat mardi (et qui s’est conclue par la rigolade sinistre d’un « verre de l’amitié »…), nous en avons l’illustration. Ne laissons pas nos législateurs jouer par « compassion » aux savants fous flattant les intérêts particularistes d’une minorité de la population qu’ils manipulent et qui ne travaille pas assez au bien commun. C’est l’avenir de l’Humanité dont il est question.

 

(Et je rappelle à ceux qui trouveraient ma dernière phrase risible, grandiloquente, alarmiste, millénariste, que le mot « Humanité » n’est pas référencé comme un gros mot ou une insulte dans nos Dictionnaires de langue française. En tous cas pas encore…)

 
 

N.B. daté du 14 janvier 2014 : Un peu plus d’un an et demi après, je découvre que celui qui s’était hystérisé contre les Civitas et que j’avais totalement par hasard rebaptisé « Édouard » pour cet article n’était autre que le véritable Eddy Bellegueule, le jeune romancier qui a écrit le roman En finir avec Eddy Bellegueule, et qui s’est choisi comme pseudonyme d’auteur « Édouard Louis ». Incroyable intuition ou ironie du sort, non ?