(Je précise avant de commencer que cet article ne traite pas uniquement des femmes lesbiennes « butch« , c’est-à-dire cultivant un genre masculin : il parle et s’adresse justement aussi aux femmes lesbiennes féminines. J’apporte cette précision au cas où certains voudraient se désolidariser de mes propos du simple fait qu’ils s’imaginent que l’antipathie lesbienne serait exclusive aux femmes lesbiennes camionneuses et proportionnelle au degré de masculinité que les femmes lesbiennes cultivent. On peut être une femme lesbienne féminine ET antipathique : si si)

 

 

Rien qu’avec un titre pareil, je risque de me faire taxer de connard lesbophobe et misogyne d’office. Et j’en frétille d’avance !… car par son aspect caricatural et volontairement absurde, il est tellement une fausse question qu’il mérite à peine qu’on y réponde. Cette interrogation est plutôt faite pour qu’on l’encadre dans les toilettes afin d’amuser ceux qui tomberont par hasard dessus, pour qu’on la soumette en tête à tête à chaque femme qui se dit lesbienne pratiquante, comme une « grosse blague pas drôle » permettant de s’afficher mutuellement nos dentitions qu’on croyait à tort catastrophiques et laides, comme une réelle occasion amicale de démasquer un rôle, des peurs, des complexes, une blessure, une fausse assurance, la théâtralité de notre misandrie (= la haine des mecs) et de notre misanthropie (= la haine des humains en général). Oui, ce titre, tout provocant et piquant qu’il semble être, s’il est accueilli sans révolte et compris dans son second degré, peut dérider, mine de rien, beaucoup de gens qui se prennent trop au sérieux, et desserrer bien des string ! Moi, j’y crois !

 

 

Rassurez-vous, je ne pense pas qu’il faille être obligatoirement désagréable pour se dire lesbienne. Je connais suffisamment de femmes lesbiennes délicieuses, sympathiques, et ayant du recul sur la « Goudou Attitude », pour en être persuadé, et oser avec elles la correction fraternelle. En revanche, que ma question, sans être une affirmation, induise aussi un coup de gueule sérieux, une dénonciation face à une tendance comportementale inadmissible que j’ai observée à diverses reprises, et qui ne stigmatisera pas pour autant une catégorie de personnes précise (« les » lesbiennes, en l’occurrence), pas plus qu’elle ne dressera de généralités sur le lesbianisme, je ne peux pas le nier ! J’ai des choses à dire à mes camarades lesbiennes. Qu’elles le prennent mal ou non, j’ai des choses à leur dire.

 

 

Mal baisées, celles qui s’autodésignent parfois comme « gouines » ? Pas baisables ? Disgracieuses (voire carrément moches) ? Féministes radicales ? Vulgaires ? Crades ? Sans gêne ? Chiennes de garde ? Percées et tatouées de partout ? Croqueuses d’hommes et de femmes ? Putes ? Prostituées ? Rebelles ? Bûcheronnes ? Pas super drôles et affables ? Peu féminines ? Rondouillardes ? Droguées ? Alcooliques ? Brutales (voire criminelles) ? Mythomanes ? Possessives et psychopathes en amour ? Sadomasos ? Sauvages et indépendantes ? Bobos ? Bisexuelles ? Mal dans leur peau ? Autoritaires ? Femmes à poigne « ayant réussi l’amalgame de l’autorité et du charme » ? Ni oui ni non. Comme tout cliché attribué à des êtres humains, il contient une part de réalité qui ne sera jamais personnifiable, généralisable, absolue, mais juste probable, actualisable selon qu’on l’affronte ou pas. En revanche, trouillardes, bourrées de complexes, crispées, et pour le coup, possiblement agressives, là, je dis oui. Comme pour toute personne humaine qui joue la fière et la dure pour nier ses souffrances.

 

 

Les femmes lesbiennes, à l’instar des féministes et des prostituées, sont une catégorie de femmes qui nous prouve qu’on peut tout à fait être machiste sans être un mec. Le machisme, ce n’est pas fondamentalement une question de genre sexué. Il est humain, et peut être porté aussi bien par des hommes que par des femmes, d’autant plus les femmes lesbiennes, qui sont connues pour cacher leurs fragilités sous une carapace d’assurance cinématographique machiste. Le machisme n’est pas autre chose que la négation/diabolisation de ses limites et de ses faiblesses humaines, qui se résout généralement en refus de l’altérité sexuelle et en viol. Si l’accouplement lesbien ne dégageait aucune violence, il n’aurait pas envahi à ce point-là l’univers machiste du porno. Si les couples lesbiennes étaient vraiment aimantes et douces, elles auraient accueilli la différence des sexes ; elles favoriseraient davantage la mixité dans leurs cercles relationnels amicaux et amoureux, ce qui n’est franchement pas le cas. Minorité dans la minorité, elles jouent de leur double statut d’« exclues » (en tant que femmes et en tant que lesbiennes) pour s’isoler encore plus des hommes non-homosexuels (et des hommes gay en particulier), et pour radicaliser/consolider leur sexisme. Beaucoup d’entre elles n’ont aucune sympathie pour les « folles », ni pour les hommes que les personnes gay représentent. En général, ces derniers ne gardent de la femme lesbienne que l’image d’une Josiane Balasko qui les bouscule dans les bars sans même s’excuser, qui ne leur adresse pas la parole quand elle débarque dans leur groupe d’amis, qui ne fait la bise qu’aux filles (véridique ! C’est du vécu), qui les chasse de leurs universités, colloques, week-end « entre filles », festivals de cinéma, réseaux de rencontres, … sans parler de leur sexualité (cela va de soi !).

 

 

Que les choses soient claires. Si le couple lesbien (tout comme le couple gay) et les femmes lesbiennes ont du mal à être acceptés socialement, et font violence à beaucoup de monde, ce n’est pas pour des prunes. Le couple lesbien est le signe d’une exclusion radicale : une exclusion non de la féminité (il y a des femmes lesbiennes très féminines, baptisées fem), non de la maternité (il existe des femmes lesbiennes qui sont mères), mais de la différence des sexes désirante, autrement dit de LA condition de notre existence et de notre bonheur sur Terre. Une exclusion de l’autre moitié de l’Humanité, excusez du peu ! Et ça, c’est objectivement violent et discriminant, que les femmes lesbiennes le reconnaissent ou non. Par conséquent, que les héritières des belliqueuses amazones ne s’étonnent pas de susciter ensuite l’indignation autour de leurs couples, de s’attirer les foudres de leurs contemporains, et de passer pour violentes, iniques et antipathiques !

 

À leur décharge, il faut bien reconnaître aux femmes lesbiennes une inégalité de traitement et de nature avec les hommes, et au lesbianisme une précarité qui peut rendre les couples lesbiens objectivement plus fragiles, moins crédibles, et par conséquent plus volontaristes et plus agressifs que les couples gay (… encore que, au bout du compte, cette inégalité est une illusion d’optique, car la violence vécue dans les couples d’hommes sera tout aussi présente, sauf que cette fois, elle ne viendra pas de l’autre sexe : elle s’effectuera entre amants de même sexe. Dans les cas gay comme lesbien, on voit que ce n’est pas la différence des sexes qui fait violence, mais le rejet de celle-ci par l’homosexualité pratiquée). Mais en effet, à priori, comparé aux couples lesbiens, les couples d’hommes ont moins à subir de sollicitations à changer de bord (ils sont par exemple peu exposés aux viols correctifs de la part des membres de l’autre sexe : s’ils se violent, ce ne sera qu’entre eux ; par ailleurs, ils ne se font pas lourdement draguer en boîte), moins à prouver leur homosexualité (du fait de la soi-disant « passivité » des femmes par rapport à la soi-disant « activité » des hommes lors des coïts humains classiques ; du fait aussi de la plus grande capacité des femmes à simuler pendant l’acte sexuel – un homme qui ne bande pas devant la femme avec qui il couche, c’est plus décisif et problématique !), moins un passé « hétéro » à porter (contrairement aux filles lesbiennes, la plupart des garçons gay n’ont jamais goûté à une fille avant de se lancer tête baissée dans des relations amoureuses exclusives avec leurs semblables). De plus, on considèrera davantage le lesbianisme comme une passade, un entêtement gratuit, un caprice, une ignorance des plaisirs de la sexualité dite « naturelle », que l’homosexualité masculine. Socialement, on accorde aux couples d’hommes, à tort j’en conviens (c’est juste qu’ils sont anatomiquement plus armés pour cacher/justifier leur fuite de la différence des sexes), plus de crédit qu’aux couples de femmes parce que les accouplements des femmes entre elles sont par nature moins excluants que les accouplements d’hommes (par exemple, dans les films pornos, les ébats lesbiens ne sont en général qu’un gentil préliminaire pour laisser place à l’achèvement de l’orgasme par l’homme ; à l’inverse, on imagine mal le coït entre hommes conclu par l’arrivée d’une femme ! : en cela, l’homosexualité masculine donne l’illusion, dans l’inconscient collectif, d’être beaucoup plus achevée, irréprochable, indiscutable, que l’homosexualité féminine). Cela dit, la fragilité du lesbianisme, même si elle est plus visible, et apparemment plus disqualifiée socialement que l’homosexualité masculine (qui sera autrement plus fragile et qui se disqualifiera d’elle-même), n’excuse en rien l’agressivité misandre et sexiste de certaines femmes lesbiennes : les hommes n’ont pas choisi d’être homme, pas plus que les femmes n’ont choisi de naître femmes, jusqu’à preuve du contraire ! Je ferme ici la parenthèse de la victimisation des unions saphiques.

 

 

Même si les femmes lesbiennes ne sont bien évidemment pas toutes infectes du point de vue de l’attitude et du comportement (d’ailleurs, au final, je constate qu’elles ne deviennent désagréables que lorsqu’elles pratiquent leur homosexualité ; alors que prises individuellement, elles sont des filles géniales, agréables, drôles, libres, beaucoup plus épanouies que lorsqu’elles se forcent à vivre en couple lesbien), j’en connais un paquet qui sont râleuses, agressives, pessimistes, amères, grognonnes, mécontentes, rarement joyeuses (vous avez déjà réussi à voir un sourire radieux sur le visage d’une Caroline Fourest, par exemple ? Le jour où ça arrive, téléphonez-moi : 06 84 26 15 58), sexistes, misandres, racistes, franchement hautaines, désagréables, parfois hystériques et brutales, sans humour, opportunistes (souvent, elles se rapprochent des garçons uniquement quand ils peuvent leur servir d’appât pour draguer une fille en soirée, ou bien par intérêt matériel, législatif, professionnel, ponctuel). Il n’est absolument pas question ici de jugement de personnes, de considérations de nature ou de beauté physique (un laideron peut être beau uniquement parce qu’il est aimable) : je ne parle que de laideur d’attitude, que de mauvais usage de sa liberté, et de comportements. Quand je me retrouve face à une femme lesbienne désagréable, au bout d’un moment, j’ai juste envie de la regarder dans le blanc des yeux (quand c’est possible… car c’est souvent un bel exploit d’arriver à capter un regard aussi fuyant que le sien !), et de lui dire : « C’est QUOI, ton problème ? Est-ce qu’il faut que la Terre entière, et les méchants ‘mâles’ que je représente visiblement à tes yeux, paient pour ta mauvaise humeur, et surtout ton mépris de toi-même parce que tu diabolises tes fragilités ? Ça va durer combien de temps, ta comédie, ta peur des hommes, ta sacralisation des femmes, ton jeu de « fausse dure » que rien ne touche ? »

 

L’antipathie d’indifférence que l’on retrouve chez beaucoup de femmes lesbiennes (même si elle n’est pas propre au lesbianisme : faut pas exagérer non plus) s’explique assez bien : l’attirance amicale qu’aurait créée l’attraction sexuelle avec les membres de l’autre sexe n’est plus là. On se rend vite compte qu’entre femmes lesbiennes et hommes gay, ce manque de complémentarité symbolique des désirs sexuels influe même dans la qualité des relations simplement amicales. Chacune des parties a l’impression de passer bien après la recherche d’amant(e)s de l’autre, et de servir de « bouche-trou » lors des soirées. Pour le coup, la déférence gay envers les femmes lesbiennes vire souvent à une parodie de galanterie ou de copinage, qui indique parfois l’existence des braises d’un incendie qui ne demande qu’à s’étendre. La femme lesbienne et l’homme homosexuel simulent l’harmonie parfaite. En réalité, ils ne font que différer le moment de leur affrontement réel. Tant que leurs conquêtes pour les « droits sociaux des homos » ne cesseront de s’accumuler, ils joueront la comédie de l’amitié. Une fois qu’ils n’auront plus besoin l’un de l’autre et qu’ils auront souri ensemble pour la photo, ils risquent de se jeter/s’anéantir mutuellement s’ils ne travaillent pas ensemble à démasquer les ambiguïtés violentes de leur désir homosexuel. C’est déjà ce qui est en train de se produire, rien qu’en observant le fossé grandissant qui s’est creusé en seulement dix ans entre la communauté gay et la communauté lesbienne, qui passent de moins en moins de temps ensemble, dans des lieux communs.

 

 

« Quel gâchis ! » serais-je alors tenté de dire. Pas dans le sens génital ou conjugal de l’expression, mais déjà simplement amical et humain. Car l’agressivité réciproque entre femmes lesbiennes et hommes gay, ou même l’indifférence mal lunée/apathique de beaucoup de femmes lesbiennes à l’égard de leur entourage, signent toujours un constat d’échec de l’amitié, une victoire de l’isolement, de la misanthropie, et de la peur… et ça, c’est un peu désespérant. Pourtant, à de rares occasions, et dans le privé, il arrive que quelques femmes lesbiennes expriment le besoin d’avoir une bande d’amis garçons, même si elles soupirent à chaque fois qu’elles voient débarquer les groupes de « mâles » dans « leurs » bars.

Alors, oui, même si l’exclusion qui sévit dans le milieu lesbien, et qui surgit du milieu lesbien, ne m’empêche pas de dormir, j’ai envie de croire en cette « fausse indifférence » à l’encontre de la différence des sexes dont parlent la psychanalyste Virginie Mouseler, ou encore l’écrivain Philippe Besson dans son roman Un Garçon d’Italie (2003).

 

Et je finirai mon papier par une « spéciale dédicace » à nos amies lesbiennes qui me lisent à présent et qui auront eu le courage surhumain (l’humour surtout !) d’arriver jusqu’au bout de ce Phil de l’Araignée :

 

Les filles, ne vous sentez pas obligées d’être antipathiques et de jouer les bad girls pour (vous) plaire : ce n’est ni esthétique, ni séduisant. Je vous dis cela à la fois ironiquement et très sérieusement, parce que, aussi paradoxal que celui puisse paraître, beaucoup d’entre vous nourrissez l’illusion que le mal/mâle sur votre corps de femme est magnifique (comme moi j’ai longtemps imaginé que l’imitation de la femme-objet fatale et hautaine sur mon corps d’homme était beaucoup plus attrayante que ma propre sexuation, et qu’elle sublimait cette dernière). Cessez de croire que la noirceur de la courtisane saphique, du cow-boy statique et glacial, est la plus belle déclaration d’attraction qui puisse exister entre filles (« Les lesbiennes font la gueule pour draguer. », cf. la revue Têtu, n° 127, novembre 2007, p. 108), que la méchanceté machiste est d’un esthétisme ravageur. Je vous assure que tout cela est une illusion d’amour et de séduction : pour plaire et aimer vraiment, la grâce et la gentillesse, ça marche tout aussi bien (… voire mieux !). Il paraît même que ça facilite et adoucit la vie 😉 Alors si on n’arrêtait, au moins un court instant, tous ensemble, la comédie de la condescendance sexiste ?