Archives par mot-clé : lesbiennes

Les goûts musicaux lesbiens : les 18 ingrédients qui peuvent plaire aux femmes lesbiennes dans les chansons

(Retrouvez le pendant gay de cette chronique sur ce lien.)
 

Quelles sont les chansons qui réunissent le plus les femmes lesbiennes, sans que nécessairement l’interprète soit elle-même lesbienne/femme ou que la chanson parle ouvertement d’homosexualité féminine et soit militante ?
 

 

 

J’ai essayé de répondre à cette question. Ça m’aura pris une semaine de travail (si si)… mais au vue des réactions positives de mes amies lesbiennes et de leurs confirmations, je n’ai pas perdu mon temps ! Vive la musique ! Vive surtout les femmes lesbiennes et leur sororité que bien souvent elles ignorent alors qu’elle est bien réelle ! Voilà donc, à mon avis, les 18 ingrédients qui, s’ils sont placés dans les chansons, peuvent attirer un certain nombre de femmes lesbiennes :
 

1 – Voix-dégaine
 

Exemple : « Billie Jean » de Michael Jackson
 

 

2 – Tristesse rétro
 

Exemple : « Avec le temps » de Léo Ferré
 

 

3 – Voix fatiguée
 

Exemple : « Twist in my sobriety » de Tanita Tikaram
 

 

4 – Ritournelle
 

Exemple : « Tom’s dinner » de Suzanne Vega
 

 

5 – La gratte
 

Exemple : « Me and Bobby Mc Gee » de Janis Joplin
 

 

6 – Terroir moustachu
 

Exemple : « La Montagne » de Jean Ferrat
 

 

7 – En anglais
 

Exemple : « Mutate » de Jeanne Added
 

 

8 – Voix inaccessiblement grave ou planante
 

Exemple : « Mmm Mmm Mmm » de Crash Test Dummies
 

 

9 – La Bourgeoise maternelle haïe
 

Exemple : « Maman a tort » de Mylène Farmer
 

 

10 – Destruction de la féminité commerciale (Je suis un mec)
 

Exemple : « As a man » d’Anna Calvi
 

 

11 – Non (Rébellion)
 

Exemple : « Répression » de Colette Magny
 

 

12 – Gros mots
 

Exemple : « Chanson con » de Juliette
 

 

13 – Beats et pulsations
 

Exemple : « Inside Out » de Madonna
 

 

14 – Batterie
 

Exemple : « I don’t want a lover » de Texas
 

 

15 – Moto (ou bruit de moteur)
 

Exemple : « En voiture Simone » de Bella Donna
 

 

16 – Feu
 

Exemple : « On brûlera » de Pomme
 

 

17 – Sadomasochisme (Mutilation corporelle)
 

Exemple : « Sex Appeal » de Sexy Sushi
 

 

18 – Wo
 

Exemple : « Perfect World » de Gossip
 

 

Code n°53 – Drogues (sous-code : Tendresse / Lesbienne alcoolique / Obsédés sexuels)

drogues

Drogues

 

 

NOTICE EXPLICATIVE

DROGUES 12 Kang seringue

B.D. « Kang » de Copi


 

Les drogues dans les œuvres fictionnelles homo-érotiques sont régulièrement présentées des comme stimuli du désir homosexuel, surtout par les héros qui vivent une phase de dépression et de mépris d’eux-mêmes, par les personnages bisexuels qui ne veulent assumer leur passage à l’acte homosexuel autrement que par l’excuse de l’accident dû à l’ivresse, mais également par les personnes homosexuelles « assumées » qui comparent leur avenir amoureux à un doux alcool qui les conduit à la fois au nirvana et à la mort. La figure du drogué homosexuel, et notamment de la lesbienne alcoolique, est un archétype de l’« homosexualité noire », queer, décontractée, décomplexée, déproblématisée, et « sans prise de tête », bref, bobo et homophobe.

 

Ceci n’est pas éloigné de la réalité. La consommation de drogues dans le « milieu homo » est particulièrement élevée, voire en général plus élevée qu’ailleurs (je tiens ces informations de buveurs invétérés, de fidèles clients de bar gay, et autres consommateurs de poppers et cocaïne). Que cela soit l’illustration d’un rejet et d’un isolement qu’ont subi les personnes homos, que cela soit le reflet d’une stratégie de survie face à une oppression homophobe/homosexuelle, ne fait à mes yeux aucun doute ! Celui qui se drogue est toujours quelqu’un qui a manqué d’amour. Et la drogue appelle en particulier les personnes qui ne s’aiment pas assez elles-mêmes, qu’on a poussé à la consommation, qui sont fragiles… et les personnes homosexuels sont fragilisés quand elles décident d’actualiser leur désir homosexuel par le couple.

 

Le point commun entre le désir homosexuel et l’abus de drogue, c’est qu’ils ne s’appuient pas sur le Réel, le premier parce qu’il a éjecté le socle le plus fondamental du Réel qu’est la différence des sexes, le second parce qu’il cherche à fuir les limites du corps individuel et social. Et chacun sait que lorsque nous quittons le Réel, même au nom de bonnes choses à la bases (l’amour, la tendresse, le plaisir, l’art, la « communion spirituelle », l’évitement de la souffrance, etc.), nous rejoignons tôt ou tard la violence, et nous nous soumettons à ce que nous consommons plus passivement qu’activement/librement.

 
 

N.B. : Je vous renvoie également aux codes « Bonbons », « Bobo », « Homosexualité noire et glorieuse », « Chevauchement de la fiction sur la Réalité », « Morts-vivants », « Attraction pour la foi », « Scatologie », « Extase », « Main coupée », « Fan de feuilletons », « Télévore et cinévore », « Tout », « Peinture », « Jeu », « Bovarysme », « Voyage », « Planeur », « Douceur-poignard », « Symboles phalliques », « Milieu homosexuel infernal », à la partie « Matérialiste » du code « Collectionneur homo », et à la partie « Nourriture comme métaphore du viol » dans le code « Obèses anorexiques », dans le Dictionnaire des Codes homosexuels.

 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.

 
 
 

FICTION

a) Le héros homosexuel drogué :

DROGUES 1

Film « Le Festin nu » de David Cronenberg


 

Souvent dans les fictions traitant d’homosexualité, le personnage homosexuel consomme de la drogue (cigarettes, alcool, cocaïne, etc.) : cf. le film « Poppers » (1984) de José María Castellvi, le one-(wo)man-show Le Jardin des dindes (2008) de Jean-Philippe Set, la pièce La Carne De Tablado (1918) d’Álvaro Retana, le roman L’Ange impur (2012) de Samy Kossan, le film « Kaboom » (2010) de Gregg Araki, le film « Into It » (2006) de Jeff Maccubbin, la peinture La Blanche et la Noire (1904) de Félix Valotton, le film « Like It Is » (1998) de Paul Oremland, le film « Mandragora » (1997) de Wiktor Grodecki, le film « L’Affaire Crazy Capo » (1973) de Patrick Jamain, la pièce Son mec à moi (2007) de Patrick Hernandez, la pièce Fatigay (2007) de Vincent Coulon, le film « Opium » (2012) d’Arielle Dombasle, le film « Little Lies » (2012) de Keith Adam Johnson (Phillip, le héros homo, boit beaucoup), le film « My Brother The Devil » (2012) de Sally El Hosaini, le film « Sugar » (2004) de John Palmer, le film « Blow » (2000) de Ted Demme, le film « Mondo Trasho » (1970) de John Waters, le film « Good As You » (2012) de Mariano Lamberti, la pièce Jerk (2008) de Dennis Cooper, le film « Mezzanotte » (2014) de Sebastiano Riso, le film « Adam et Steve » (1995) de Craig Chester, le film « Tony Rome est dangereux » (1967) de Gordon Douglas, le film « Une si jolie petite plage » (1948) d’Yves Allégret, le film « L’Attaque de la Moussaka géante » (1999) de P. H. Koutras, le roman Michael Tolliver est vivant (2007) d’Armistead Maupin, le film « Absences répétées » (1972) de Guy Gilles, le film « La Jeunesse de la bête » (1965) de Seijun Suzuki, le film « Traffic » (2000) de Steven Soderbergh, le film « Nowhere » (1997) de Gregg Araki, le film « Sin Destino » (1999) de Leopoldo Laborde, le film « Prinz In Hölleland » (« Prince en enfer », 1992) de Michael Stock, le film « F. est un salaud » (1998) de Marcel Gisler, le film « Morirás En Chafarinas » (1995) de Pedro Olea, le film « Pasajes » (1995) de Daniel Calparsoro, le film « 15 » (2003) de Royston Tan, le film « J’ai rêvé sous l’eau » (2012) d’Hormoz, la chanson « Voyage sans retour » de Jack dans la comédie musicale Cindy (2002) de Luc Plamondon, la pièce Penetrator (2009) d’Anthony Neilson (avec Max, le héros homosexuel drogué), le film « Yiss – J’arrête » (2008) de Mercure & Malin, le film « Absences répétées » (1972) de Guy Gilles, la comédie musicale HAIR (2011) de Gérôme Ragni et James Rado, la pièce Quand je serai grand, je serai intermittent (2010) de Dzav et Bonnard, la pièce Démocratie(s) (2010) d’Harold Pinter, le concert Le Cirque des mirages (2009) de Yanowski et Fred Parker, le roman Boquitas Pintadas (La Vie est un tango, 1979) de Copi (avec la cocaïne), le film « Strella » (2009) de Panos H. Koutras (Strella, le héros transsexuel, se shoote tout le temps), le film « Holding Trevor » (2007) de Rosser Goodman, le film « Mommy » (2014) de Xavier Dolan, la pièce Les Sex Friends de Quentin (2013) de Cyrille Étourneau (avec Jules, l’écrivain homosexuel alcoolique ; sa camarade de soirée, Michèle, s’étonne qu’il ne fasse pas partie, comme elle, du monde du spectacle : « Drogué, alcoolique et gay… Et t’es pas comédien ??? »), le film « Les Amants passagers » (2013) de Pedro Almodóvar (avec certains membres de l’équipage qui se shootent dans les cabines de l’avion), le film « La Garçonne » (1936) de Jean de Limur (avec la fumerie d’opium), le one-man-show Bon à marier (2015) de Jérémy Lorca, etc.

 

Par exemple, dans la pièce Confessions d’un vampire sud-africain (2011) de Jann Halexander, le héros-vampire Pretorius boit autant de sang que de vin rouge. Dans la pièce La Famille est dans le pré (2014) de Franck Le Hen, Tom, le chanteur homosexuel, se sniffe sa coke poudrée en cachette… et sa mère est une alcoolique mondaine (« T’as pas encore bu, maman, quand même ? »). Dans le film « Xenia » (2014) de Panos H. Koutras, Dany, le héros homosexuel, boit comme un trou. Dans le film « Dallas Buyers Club » (2014) de Jean-Marc Vallée, Rayon, le héros transsexuel M to F, est toxicomane. Dans le film « W imie… » (« Aime… et fais ce que tu veux », 2014) de Malgorzata Szumowska, le père Adam sombre dans l’alcool en même temps qu’il découvre son homosexualité. Et en confession, il reçoit un jeune, Rudy, qui lui avoue qu’il a taillé une pipe à un type après une fête alors qu’il était bourré. Plus tard, Rudy tombera vraiment dans la pratique homo et dans les filets d’un autre jeune délinquant du centre, Adrian, décrit comme « toujours camé ». Dans le film « Judas Kiss » (2011) de J.T. Tepnapa et Carlos Pedraza, tous les personnages homosexuels fument des clopes. Dans le film « Pigalle » (1993) de Karim Dridi, Jésus, surnommé le Gitan, est un petit trafiquant de son quartier. Dans la série Hit & Miss (2012) d’Hettie McDonald, Mia, le héros transsexuel M to F se drogue aux hormones et à l’alcool. Dans la pièce Doris Darling (2012) de Ben Elton, Doris, l’héroïne lesbienne se drogue à la cocaïne. Dans le roman Le Bal des folles (1977) de Copi, le narrateur homosexuel se retrouve à maintes reprises « complètement camé et saoul » (p. 26) : « Je fume du hasch comme un dingue. » (idem, p. 63) ; etc. Dans la pièce La Nuit de Madame Lucienne (1986) de Copi, la Comédienne se fume un joint. Dans la pièce Bang, Bang (2009) des Lascars Gays, Steeve fait un trafic de poppers, « la » drogue associée par définition au « milieu homo ». Dans le roman La Cité des Rats (1979), Copi-Traducteur fait allusion à « son passé d’alcoolique » (p. 155) ; et le personnage de Gouri fume son cigare de haschisch. Dans la pièce Le Frigo (1983) de Copi, « L. » prend des champignons hallucinogènes. Dans la comédie musicale La Nuit d’Elliot Fall (2010) de Vincent Daenen, le Baron Lovejoy, ouvertement homosexuel, se drogue. Dans le film « Forty Deuce » (« Quarante partout », 1982) de Paul Morrissey, un prostitué (interprété par Kevin Bacon) essaie de couvrir la mort par surdose d’un autre gamin. Dans le film « Facing Mirrors : Aynehaye Rooberoo » (« Une Femme iranienne », 2014) de Negar Azarbayjani, dès que Rana, chauffeuse de taxi, découvre la transsexualité de sa passagère intersexe F to M Adineh, elle l’accuse comme par hasard de trafic de drogue : « T’es un toxicomane ! » Dans la pièce Les Faux British (2015) d’Henry Lewis, Jonathan Sayer et Henry Shields, Thomas, le héros homosexuel, vivait une relation amoureuse cachée avec Charles, un homme décrit comme un alcoolique suicidaire. Dans le film « Marguerite » (2015) de Xavier Giannoli, Kyril, le dandy mariéré avec son monocle, se rend dans une fumerie d’opium. Dans le roman Harlem Quartet (1978) de James Baldwin, mis en scène par Élise Vigier en 2018, Arthur, le personnage homosexuel, se drogue et meurt car son cœur s’est arrêté. Dans le téléfilm Fiertés (épisode 1) de Philippe Faucon, diffusé sur Arte en mai 2018, la clope occupe une grande place dans le jeu de séduction homosexuelle : « Je fumais, je buvais, j’faisais le mur pour aller dans les bars gays. » (Victor, le héros homo). Par ailleurs, lors d’une soirée arrosée, Noémie est sur le point de se lesbianiser parce qu’elle a ingurgité sans le savoir du AMD. Dans le film « Ma Vie avec John F. Donovan » (2019) de Xavier Dolan, John, le héros homo, meurt d’une overdose.

 

La drogue est souvent liée à l’homosexualité et au monde homo, gay comme lesbien : « En Australie j’avais eu l’impression que les gays buvaient plutôt moins que leur compatriotes ; je me trompais. » (Ashe, l’un des héros homos du roman Riches, cruels et fardés (2002) d’Hervé Claude, p. 37) ; « Les nouvelles de l’école diront que j’suis pédé, que mes yeux puent l’alcool, que j’ferais bien d’arrêter. » (cf. la chanson « Le Chanteur » de Daniel Balavoine) ; « Je préfère fumer mon opium. » (Cyrille, le héros homosexuel de la pièce Une Visite inopportune (1988) de Copi) ; « Si tu es un alcoolique, sois pédé ! » (cf. la chanson « Sois pédé ! » de la comédie musicale Encore un tour de pédalos (2011) d’Alain Marcel) ; « Pour avoir du poison blanc, on ferait tout. » (Charlène Duval dans son one-(wo)man-show Charlène Duval… entre copines, 2011) ; « Avec des si, je n’aurais jamais rencontré l’alcool. » (cf. la chanson « Paradis imaginé » de Monis) ; « Silvano pensa : ce n’est pas possible, je suis en train de vivre une hallucination provoquée par la cocaïne que j’ai prise ce matin. » (Copi, La Vie est un tango (1979), p. 88) ; « Allez ! On va se bourrer la gueule ! » (Nicolas, le héros homos entraînant ses deux potes gays Gabriel et Rudolf en boîte, dans le film « Boys Like Us » (2014) de Patric Chiha) ; « Je n’aimais pas son haleine à l’odeur de bière et de cigarette. […] Quand j’ai été dans sa bouche, j’ai trouvé ça divin. J’ai oublié qui j’étais. » (le jeune Mathan parlant de sa première fois homosexuelle, dans la pièce Un Cœur en herbe (2010) de Christophe et Stéphane Botti) ; « Vodka, ma meilleure amie. » (Jefferey Jordan dans son one-man-show Jefferey Jordan s’affole, 2015) ; etc.

 

Dans le film « The Boys In The Band » (« Les Garçons de la bande », 1970) de William Friedkin, un groupe de potes gays se retrouve le temps d’une soirée sex & drogs et passe le plus clair de leur sauterie à s’autoparodier en alcooliques pour se justifier de consommer avec excès : « Ça se voit toujours quand tu es bourré. » (Donald à Michael) ; « Certains boivent, d’autres se droguent. » (Larry) ; « Je suis moche, juif, pédé. Je fume de l’herbe pour avoir le courage de me regarder en face. » (Harold) ; « Je mangerais à en devenir malade. J’ai très faim. Je goûterais bien tes lasagnes à l’opium. » (Harold à Michael) ; « Harold fait une collection de barbituriques qu’il prépare pour anticiper le long hiver qu’est la mort. » (Michael à Harold) ; « Folle saoule ! » (Michael à Emory) ; etc.

 

La consommation de drogues est associée à la nature même ou à l’origine du désir homosexuel. « Ta mère est une alcoolique. » (la mère d’Howard – le héros homosexuel – s’adressant à une petite demoiselle d’honneur, dans le film « In & Out » (1997) de Frank Oz). Par exemple, dans la pièce Fixing Frank (2011) de Kenneth Hanes, notamment, le Dr Apsey parlant de l’homosexualité de son patient Frank, dit qu’il y a « trop d’alcool dans sa personnalité ». Dans la pièce Des Bobards à maman (2011) de Rémi Deval, l’alcool est à la fois l’écran et le révélateur de l’homosexualité : les adjectifs « bourré » et « homos » sont synonymes dans la bouche de la mère de Fred (« C’est une ville de bourrés ici ! »). Dans le film « Entre les corps » (2012) d’Anaïs Sartini, la clope est le symbole phallique par excellence dès qu’Hannah use pour draguer une nouvelle fille. Le roman A Glance away (1961) de John Edgar Wideman entrelace les monologues intérieurs d’un ex-drogué noir et d’un professeur de littérature blanc et homosexuel. Dans le film « Praia Do Futuro » (2014) de Karim Aïnouz, c’est juste après que Konrad ait demandé à son secouriste Donato à l’hôpital s’il avait une cigarette pour lui (Donato lui répond « non ») qu’il l’encule juste après dans une voiture : c’est la séquence filmique juxtaposée. Dans le thriller religieux Father Elijah : An Apocalypse (Père Elijah : une Apocalypse, 1996) de Michael D. O’Brien, le héros, le Père Elijah, moine découvre Rome et sa décadence croissante : « L’autre côté du panneau d’affichage était une publicité pour du cognac. Deux hommes nus y apparaissaient, allongés sur le dos dans un lit, bras dessus, bras dessous, les yeux dans les yeux, buvant avec deux pailles dans un unique verre. » (p. 29)

 

Capture d’écran 2013-09-08 à 16.04.33

B.D. « Kang » de Copi


 

Dans l’épisode 430 de la série Demain Nous Appartient diffusé le 28 mars 2019, Flore Vallorta suspecte son fils Bart de couvrir son pote Hugo pour empêcher ce dernier d’être incarcéré pour trafic de drogues (« Si ça se trouve, Bart est dealer et il livre de la drogue à Hugo. »)… alors qu’en réalité, Bart cache leur liaison homosexuelle.
 

Parfois, le héros homosexuel se drogue parce que ses parents l’ont initié très tôt aux drogues : « C’est à cause de ça que ses enfants sont morts de façon accidentelle, ils devaient expier le péché de leur père noir qui était par ailleurs trafiquant de drogue. » (le narrateur homosexuel dans le roman Le Bal des folles (1977) de Copi, p. 88) Par exemple, dans le film « Saturn’s Return » (2001) de Wenona Byrne, Barney, le héros homo, est fils de deux « soixante-huitards attardés » qui l’ont abandonné et l’ont rendu dépendant à la drogue. Dans la pièce La Tour de la Défense (1974) de Copi, Daphnée est le prototype de la mère indigne et droguée : « Oh, mon Dieu ! que c’est dur de descendre après l’acide. J’ai le cerveau en marmelade ! » (p. 156) Dans le film « Moonlight » (2017) de Barry Jenkins, Chiron, le jeune héros homosexuel, est entouré de drogués et de dealers : sa propre mère, Juan son protecteur, Kevin son amant, etc. Il finit lui-même par dealer.

 
 

b) Drogue comme moteur et symbole de l’homosexualité de circonstance ou de la bisexualité homophobe :

DROGUES 2 OSS117

Film « OSS 117 : Rio ne répond plus » de Michel Hazanavicius


 

C’est parfois l’alcool ou la drogue qui révèle au héros son homosexualité et qui à la fois la gomme. Ce comportement sera alors appelé « homosexualité de circonstance » ou « bisexualité » ou « homosexualité latente et refoulée », voire même « homophobie » (dans le cas où l’acte homosexuel, ou le désir homosexuel ne seront pas assumés) Par exemple, dans le film « The Boys In The Band » (« Les Garçons de la bande », 1970) de William Friedkin, Michael, l’un des héros homosexuels, avant son coming out, simulait qu’il était saoul pour cacher son homosexualité : « C’était le syndrome : ‘Mon Dieu, qu’est-ce que j’ai bu ! » Dans le one-man-show Pareil… mais en mieux (2010) d’Arnaud Ducret, c’est l’alcool qui rend homo en boîte. Dans le film « Moonlight » (2017) de Barry Jenkins, Chiron, le jeune héros homosexuel, sort avec son ami Kevin sur la plage après avoir fumé ensemble des pétards. Plus tard, à l’âge adulte, ils se retrouvent et s’unissent en corps également à cause de l’alcool : cette fois, ils s’enfilent 3 bouteilles d’alcool.

 

Dans le film « Órói » (« Jitters », 2010) de Baldvin Zophoníasson, sous les effets de l’alcool, deux adolescents islandais Gabriel et Markus sortent ensemble pendant un voyage scolaire en Angleterre. Quand la mère de Gabriel constate, inquiète, le changement d’attitude de son fils à son retour, elle associe inconsciemment l’homosexualité de Gabriel à l’absorption de stupéfiants : « Tu as essayé des drogues en Angleterre, c’est ça ?? » Dans le film « Children Of God » (« Enfants de Dieu », 2011) de Kareem J. Mortimer, comme Romeo n’est pas en état de rentrer chez lui tellement il est saoul, Johnny (son futur amant) le ramène dormir chez lui. Un peu plus tard, après la nuit d’amour des deux garçons, la mère de Romeo suspecte chez son fils un changement qu’elle attribue à la drogue… alors qu’en réalité, Romeo lui cache son couple homosexuel : « J’ai pas besoin de cette saloperie. » lui dit-il (en laissant entendre que l’amour d’un homme lui suffit…). Dans le film « Lifeboat » (1944) d’Alfred Hitchcock, Gus drague le capitaine Rittenhouse quand il est bourré. Dans la pièce Soixante degrés (2016) de Jean Franco et Jérôme Paza, c’est au moment où Rémi et Damien se bourrent la gueule que Rémi crache le morceau et avoue ses sentiments à son ami. Il s’est d’ailleurs volontairement murgé pour que ça sorte sans esclandres. Dans la pièce Les Favoris (2016) d’Éric Delcourt, c’est en fumant des joints que Stan, le héros qu’on croyait irréductiblement hétéro, s’homosexualise et fait des avances à Guen, homosexuel. Dans le film « Mon Père » (« Retablo », 2018) d’Álvaro Delgado Aparicio, Mardonio, dans un moment d’ivresse, pelote son pote Segundo comme si ce dernier était une femme.

 

Dans beaucoup de fictions homo-érotiques, la drogue est l’instrument de l’initiation homosexuelle, une initiation plus forcée que libre, voulue involontaire. Par exemple, dans le film « Hôtel Woodstock » (2009) d’Ang Lee, Elliot découvre son homosexualité lors des soirées alcoolisées et planantes autour des concerts hippies de Woodstock. Dans la pièce À quoi ça rime ? (2013) de Sébastien Ceglia, Didier a une aventure d’un soir avec son voisin de pallier, Bernard, après un apéritif bien alcoolisé ; d’ailleurs, Bernard est un homosexuel notoire, et Didier lui fait cette drôle de remarque : « Vous avez de l’alcool dans le cerveau. » Dans la pièce À partir d’un SMS (2013) de Silas Van H., Jonathan, le héros homo, boit beaucoup et arrive souvent bourré dans l’appart qu’il partage avec son copain. D’ailleurs, tout au long de la pièce, le vin est présenté comme un moyen de déstabilisation, de gaieté et de désinhibition amoureuse homosexuelle. Dans le film « The Morning After » (2011) de Bruno Collins, c’est après avoir enfilé plusieurs bières que Harry, le héros hétéro, s’engage vers l’homosexualité : il se voit embrasser Thom pendant qu’en réalité il « roulait une pelle » à sa copine. Dans le film « Humpday » (2010) de Lynn Shelton, deux copains soi-disant « hétéros » se retrouvent, après une beuverie, dans le même lit (ils tourneront un film porno gay ensemble). Dans le film « Les Infidèles » (2011) de Jean Dujardin, Fred et Greg, meilleurs amis de toujours, finissent par coucher ensemble à l’hôtel de Las Vegas après une soirée bien arrosée. Dans la pièce Three Little Affairs (2010) d’Adeline Piketty, l’alcool sert d’excuse pour maquiller l’homosexualité latente de Rachel. Dans le film « Walk A Mile In My Pradas » (2012) de Joey Sylvester, Tony, hétéro convaincu, va découvrir, notamment dans l’ambiance très alcoolisée d’un club gay, sa double nature. Dans la pièce On la pend cette crémaillère ? (2010) de Jonathan Dos Santos, François, le héros homo, et Jérôme, pourtant présenté comme un hétéro, ont eu une liaison après une nuit alcoolisée. Dans le film « 30° Couleur » (2012) de Lucien Jean-Baptiste et Philippe Larue, l’alcoolémie pousse Patrick à un (exceptionnel ?) travestissement. Dans le film « OSS 117 : Rio ne répond plus » (2009) de Michel Hazanavicius, les étreintes collectives sur la plage glissent tout doucement vers les gestes homosexuels. Dans la pièce L’un dans l’autre (2015) de François Bondu et Thomas Angelvy, Thomas et François, les deux amants, reviennent de la « Soirée Mousse » organisée par leur ami Paul complètement bourrés. Plus tard, ils racontent leur première fois, quand ils sont sortis ensemble. Thomas, jadis hétéro, est sorti avec François après avoir regardé avec lui un match de foot à la télé : « C’est à cause de la défaite ou de l’alcool. »
 

Dans le film « Call me by your name » (2018) de Luca Guadagnino, c’est lorsque Oliver et Elio (jeune de 17 ans) commencent à sortir ensemble qu’ils fument… tout en le niant : « Je croyais que tu fumais pas ? » demande Elio. « Mais je ne fume pas. » lui répond Oliver, la clope allumée au bec. Pour préparer le passage à l’acte homo, Oliver met une cigarette dans la bouche d’Elio.
 

Dans le film « Plaire, aimer et courir vite » (2018) de Christophe Honoré, les héros fument tous des drogues pour se draguer : « On fume un truc ? » (Jacques s’adressant à son ex, Mathieu). Lors de leur première rencontre, au cinéma, Arthur drague Jacques à distance en maniant une cigarette dans ses doigts au moment de la projection. Et au moment de sodomiser Jacques, Arthur, en boutade, dit qu’il « écrase sa cigarette » (preuve que la cigarette symbolise le sexe anatomique).
 

Dans le film « La Belle Saison » (2015) de Catherine Corsini, Delphine et Carole commencent à sortir ensemble parce qu’elles ont fumé : « T’as refumé ? » demande Delphine. Carole lui répond, après avoir résisté à Delphine : « C’est pas grave. On a trop bu de toute façon. » Plus tard, on voit que Carole abuse de la bouteille : « Moi, j’ai envie de picoler, ce soir. »
 

Dans le film « Test : San Francisco 1985 » (2013) de Chris Mason Johnson, Bill, l’étrange voisin de Frankie, qui lui fait des avances et lui taille une pipe, le manipule en le faisant fumer un joint. Plus tard, lorsque Frankie pose à son futur amant Todd une question intéressée (« Tu fais quelque chose ce soir ? »), ce dernier lui répond : « On se défonce ? ». Au départ, Frankie croit que Todd lui parle de drogue, et finit par comprendre qu’il parle de sodomie. Double sens du verbe « se défoncer »…

 

La drogue pousse le héros homosexuel à s’oublier lui-même, à se laisser aller à la pulsion, à ne pas assumer ses actes homosexuels pour paradoxalement faciliter leur actualisation muette : « Avec un peu d’amour, beaucoup d’alcool, tout passe toujours. » (Jeanfi, le steward homo dans le one-man-show Au sol et en vol (2014) de Jean-Philippe Janssens) ; « Je ne me souviens pas qui c’était. J’étais saoul. » (Nathan, le héros homo, n’assumant pas son baiser à Louis, dans le téléfilm « Baisers cachés » (2017) de Didier Bivel) ; « Le bon vin et la bonne musique excitent la curiosité. » (Larry, l’un des personnages homos du film « The Boys In The Band », « Les Garçons de la bande » (1970) de William Friedkin) ; « Le vin que nous avions bu me rendait moins maîtresse de mon actes, et bientôt, en dépit de mes résolutions, mes gestes devinrent plus caressants. » (Alexandra, l’héroïne lesbienne, dans le roman Les Carnets d’Alexandra (2010) de Dominique Simon, p. 62) ; « On était tellement bourrés [pendant notre première relation sexuelle] qu’on s’en souvient même pas. » (Benji à Hugo, dans la pièce Ça s’en va et ça revient (2011) de Pierre Cabanis) ; « Elles avaient échangé un baiser une fois alors qu’elles étaient ivres pendant un réveillon de la Saint-Sylvestre, leurs langues se touchant jusqu’à ce que l’une d’elles – Jane ne se rappelait pas laquelle – se dérobe. » (Jane, l’héroïne lesbienne, et Ute, la femme mariée hétéro, dans le roman The Girl On The Stairs, La Fille dans l’escalier (2012) de Louise Welsh, p. 32) ; etc. Par exemple, dans le film « No Se Lo Digas A Nadie » (1998) de Francisco Lombardi, Alfonso couche avec Joaquín, mais cache son homosexualité derrière l’excuse de la « beuverie qui dérape entre potes ». Dans le film « The Boys In The Band » (« Les Garçons de la bande », 1970) de William Friedkin, Bernard a vécu son premier grand amour avec Peter, un gars hétéro. Ils ont couché ensemble « un soir, après une soirée arrosée autour d’une piscine », mais le problème, c’est que le lendemain, Peter a nié leur acte. Michael ironise l’idylle en disant que Peter devait être « tellement saoul qu’il ne se souvenait de rien ». Le film « Keep The Lights On » (2012) d’Ira Sachs retrace l’histoire d’un couple gay qui, au bout de 9 ans de vie commune, est détruit par la drogue (la drogue ici sert d’excuse pour occulter les faiblesses objectives du couple homo, qui n’ont rien à voir spécifiquement avec les drogues).

 

La consommation de drogues sert de préliminaire à l’union homosexuelle des corps, comme si les héros cherchaient à se voiler la face sur la violence des actes homosexuels qu’ils vont poser : « Je consomme une forte dose d’éther et je couche avec des hommes. » (Max Jacob dans le film « Monsieur Max » (2007) de Gabriel Aghion) Par exemple, dans le film « Cruising » (« La Chasse », 1980) de William Friedkin, Steeve est euphorisé sur la piste de danse du club par des drogues pour danser ; le fait de fumer est considéré comme une « régression anale ». Dans la pièce Un Tango en bord de mer (2014) de Philippe Besson, Vincent et Stéphane, les deux anciens amants, boivent comme des trous pour célébrer leurs retrouvailles (ils coucheront à nouveau ensemble, même sans s’aimer). Dans le film « A Moment in the Reeds » (« Entre les roseaux », 2019) de Mikko Makela, Leevi et son amant Tareq boivent énormément de bières avant de sortir ensemble.

 
 

c) Le drogué homosexuel : nouveau prince charmant des artistes bobos

DROGUES 3 Gazon

Film « Donne-moi la main » de Pascal-Alex Vincent


 

Même si la drogue détruit quand on en abuse, il est pourtant étonnant de voir bon nombre de créateurs homosexuels lui dérouler le tapis rouge, comme si elle était un filtre d’amour à elle seule, comme si elle avait le pouvoir de sublimer le marginal homosexuel (celui-ci deviendrait soudain grâce à elle « révolutionnaire », « sublime dans l’auto-destruction et la chute », « corrosif », « gênant », « original », « artiste d’avant-garde »), de créer/décupler son désir amoureux, sa créativité, ses sensations, de fortifier son couple. Comme si elle était l’amant parfait même ! « Je suis addict. C’est pire qu’une drogue. » (William parlant de son amant Georges, dans la pièce Sugar (2014) de Joëlle Fossier) ; « J’ai fait connaissance avec les mecs sans filtre. » (Jérémy Lorca parlant de ses amants, dans son one-man-show Bon à marier, 2015) ; etc.

 

Elle est présentée comme le symbole de l’insouciance et de la candeur adolescente, comme un amour underground original et chaviré, emprunt de nostalgie vintage : cf. le film « Des Jeunes gens mödernes » (2011) de Jérôme de Missolz, le film « Le Refuge » (2010) de François Ozon, le film « Plan B » (2008) de Marco Berger, le film « Heavenly Creatures » (« Créatures célestes », 1995) de Peter Jackson, le film « My Own Private Idaho » (1991) de Gus Van Sant, le roman Beatriz Y Los Cuerpos Celestes (1998) de Lucía Etxebarría, etc. « Je déteste tout ce monde d’attardés qui ne parlent que du cours des drogues et des chemises indiennes. Je les supporte parce que ça amuse Pierre, il essaie des drogues nouvelles et passe toute la journée assis à côté de la piscine en position de lotus à regarder fixement le soleil pendant que je dessine à côté de lui. » (le narrateur homosexuel du roman Le Bal des folles (1977) de Copi, p. 65) ; « L’autre jour, il faisait gris comme le jour où Gilberto m’a quitté, mais ça allait. Je suis allé chez un mec pour baiser, on a fumé et avant de baiser, d’un coup tout est remonté. Je me suis mis à pleurer, je ne pouvais plus m’arrêter.’ En riant, il ajoute ‘Le pauvre garçon ne savait pas quoi faire ! » (Simon, le héros homosexuel, s’adressant à Mike dans le roman Des chiens (2011) de Mike Nietomertz, p. 113) ; etc. Par exemple, dans la pièce Les Escaliers du Sacré-Cœur (1986) de Copi, Lou et Ahmed fument du hasch ensemble.

 

Certains réalisateurs font passer l’alchimie éphémère des drogues pour un coup de foudre puissant et « évident ». Ça se passerait même de commentaires ! Par exemple, dans le film « Week-end » (2012) d’Andrew Haigh (le stéréotype du film bobo, à mon avis), Russell et Glenn sortent ensemble après une soirée en boîte gay bien arrosée, et pendant toute leur courte liaison (qui se résume à une banale histoire de fesses, matinée d’un échange de goûts et de sensations narcissiques façon « roman photo »), ils boivent, fument la clope à la fenêtre, reboivent, refument leur clope, dorment ensemble (oh la la, c’est trop « fort » et trop « beau », la tendresse…). Leur vie semble caractérisée par la consommation de drogues (« Trop de drogue… » dira à un moment Becky à Glenn). Comme leur histoire d’amour accidentelle finit par durer plus de temps qu’une cigarette… ça y est ! elle nous est présentée comme encore plus « vraie » que si elle avait été décidée et s’était faite naturellement, sans artifice ! D’ailleurs, les deux protagonistes incarnent la parfaite vision chavirée (et non-moins cucul… quoiqu’en disent les bears homos jouant les hétéros) de l’« Amour » défendue par les artistes LGBT bobos.

 

DROGUES 4 Week-End blouson

Film « Week-End » d’Andrew Haigh


 

DROGUES 6 Week-End Divan

Film « Week-End » d’Andrew Haigh


 

Les drogues permettent d’affaiblir et de posséder l’autre. « Beaucoup de mecs se saoulent pour pouvoir baiser. » (Larry, l’un des personnages homos du film « The Boys In The Band », « Les Garçons de la bande » (1970) de William Friedkin) Par exemple, dans le film « Free Fall » (2014) de Stéphane Lacant, Engel s’embrasse pour la première fois Marc en lui transférant sa bouffée de cigarette dans la bouche. Plus tard, ils feront l’amour dans les toilettes d’une boîte gay, en prenant chacun leurs pilules. Dans la pièce Gouttes dans l’océan (1997) de Rainer Werner Fassbinder, Léopold fait boire le jeune Franz pour qu’il lui tombe dans les bras ; et ça marche puisque Franz enchaîne les verres et les cigarettes. Dans le film « La Partida » (« Le dernier match », 2013) d’Antonio Hens, Reinier rencontre Juan, un quadragénaire espagnol et voit en lui son passeport pour quitter Cuba et la misère ; les deux amants sont tombés dans les bras l’un de l’autre, sous ecstasy, lors d’une sortie en boîte.

 

Dans le film « Jonas » (2018) de Christophe Charrier, Nathan, pour embrasser Jonas sur la bouche, le fait fumer dans la salle de sport du collège (ce qui deviendra une dépendance pour Jonas à l’âge adulte). : « Tiens, fume. Ça va te détendre. Une taffe. ». Jonas ne s’en trouve pas bien : « Oh… j’ai la tête qui tourne. ». Un peu plus tard, sur la cour du collège, Jonas en redemande : « Tu me fais tirer ? »… et Nathan lui met ironiquement le holà : « Mollo, Gainsbourg ! ». Pour se venger d’un camarade de classe homophobe qui lui taxe toujours des clopes, Nathan les empoisonne pour le rendre malade… et ça marche. Dans ce film, fumer, c’est comme s’homosexualiser. D’ailleurs, la maman de Nathan, qui fume comme un pompier et file des clopes à son fils, découvre que Jonas, le copain de Nathan, fume aussi, et lui pose une question qui pourrait se rapprocher d’une demande de coming out : « Ta mère, elle sait aussi que tu fumes ? Ce sera notre petit secret, alors… ». Dix-huit ans plus tard, Jonas plonge dans la drogue. Il fait boire Léonard (le petit frère de Nathan), pour s’attirer ses faveurs. Il déclenche des alarmes incendie dans les hôtels de luxe. Il consomme des hommes comme il consomme des clopes. À haute dose.
 
 

d) L’abus de drogues comme miroir de l’ascétisme du frustré mal dans sa peau :

DROGUES 13 Kang télé

B.D. « Kang » de Copi


 

Comme pour mieux dire l’abus de drogues chez les personnages homosexuels, ou bien leur homosexualité refoulée, ou même leur cyclothymie, on trouve parmi eux quelques ascètes anti-alcool et anti-plaisir (cf. je vous renvoie à la partie « Paradoxe du libertin » du code « Liaisons dangereuses », ainsi qu’au code « Obèses anorexiques », de mon Dictionnaire des Codes homosexuels) : « Sana, j’ai arrêté la drogue. Je ne prends plus de poppers. » (Kévin, le héros homo de la pièce Carla Forever (2012) de Samira Afaifal et Yannick Schiavone) ; « Elle me dit : Qu’est-ce que t’as, t’as l’air coincé. T’es défoncé ou t’es gay. Tu finiras comme ton frère. » (cf. la chanson « Elle me dit » de Mika) Mais cette aversion ne dure généralement pas longtemps. Certains héros homosexuels s’engouffrent d’autant plus excessivement dans la conduite addictive à l’âge adulte qu’ils se sont jadis réprimés de boire et de fumer. Le cours de leur désir homosexuel suit la courbe en dents de scie des effets « looping » de la drogue. Par exemple, dans le film « L’Un dans l’autre » (1999) de Laurent Larivière, Antoine, stressé d’entendre son ami Matthieu lui faire une déclaration d’amour (et surtout « titiller » sa propre homosexualité refoulée !), fume nerveusement une cigarette pour « digérer » la nouvelle !

 
 

e) Drogue et lesbianisme :

DROGUES 7 L World

Série « The L World »


 

Iconographie extrêmement peu étudiée, et pourtant tellement signifiante : le lien entre drogue et lesbianisme ! On retrouve beaucoup la figure de la lesbienne droguée dans les œuvres homo-érotiques (cf. la pièce Vierge et rebelle (2008) de Camille Broquet – avec Camille, la lesbienne trafiquante de drogue –, le film « Gasoline » (2001) de Monia Stambrini, le film « Tan De Repente » (2002) de Diego Lerman, le roman Beatriz Y Los Cuerpos Celestes (1998) de Lucía Etxebarría, le roman Héroïnes (1922-1925) de Claude Cahun, etc.), et surtout de la lesbienne alcoolique (cf. le film « Die Bitteren Tränen Der Petra Von Kant » (1972) de Rainer Werner Fassbinder – avec Karin et Petra –, le film « Joe + Belle » (2011) de Veronica Kedar, la pièce On vous rappellera (2010) de François Rimbau – avec Léonore –, la pièce Un Mariage follement gai ! (2008) de Thierry Dgim – avec Marcy –, la pièce Burlingue (2008) de Gérard Levoyer, le roman Deux femmes (1975) d’Harry Muslisch – avec Laura –, le film « Edge Of Seventeen » (1998) de David Moreton – avec Frieda –, la pièce Ma Première Fois (2012) de Ken Davenport – avec la lesbienne camionneuse –, le film « Cloudburst » (2011) de Thom Fitzgerald – avec Stella –, le film « Sils Maria » (2014) d’Olivier Assayas – avec Maria -, le film « Perruche » (2014) de Roxanne Gaucherand, etc.).

 

Par exemple, dans la pièce Confidences (2008) de Florence Azémar, le cliché de la lesbienne alcoolique revient à travers le personnage d’Hélène : « Hélène était addict à l’alcool. » Dans le film « La Vie d’Adèle » (2013) d’Abdellatif Kechiche, Emma, l’une des deux héroïnes lesbiennes, boit beaucoup de bières, et elle dit qu’elle les « adore » : elle rebaptise même la célèbre marque « Gulden : la Bière des Goudous ! ». Dans le film « Bye Bye Blondie » (2011) de Virginie Despentes, Gloria et France se sont rencontrées dans un hôpital psychiatrique dans les années 1980. « Elles se sont aimées comme on s’aime à 16 ans : drogue, sexe et rock & roll. » (cf. la plaquette du 17e Festival Chéries-Chéris, le 7-16 octobre 2011, au Forum des Images de Paris) La pièce Bonjour ivresse ! (2010) de Franck Le Hen (vous remarquerez la signifiance du titre) prend l’homosexualité pour thème central ; d’ailleurs, Wanda, la « fille à pédés » alcoolique, est bisexuelle. Dans son concert Free : The One Woman Funky Show (2014), Shirley Souagnon se présente comme « une meuf qui boit de l’alcool » et se plaît à se montrer en train de se siffler des bières avec ses trois potes mecs musiciens. Dans le film « Respire » (2014) de Mélanie Laurent, Sarah et Charlène, les deux amantes, boivent beaucoup, sont souvent bourrées et fument du shit, s’entraînant ainsi dans un cercle vicieux : « J’en ai marre : je fume trop avec toi. » riposte à un moment Sarah, celle qui a de qui tenir puisque sa propre mère est alcoolique et la bat. Dans son one-woman-show Chatons violents (2015) d’Océane Rose-Marie, Océane se murge au vin blanc en soirée. Dans le film « Carol » (2016) de Todd Haynes, Carol, l’héroïne lesbienne, provoque et envoûte sa future amante Thérèse, vendeuse de jouets, en s’autorisant à fumer des cigarettes même dans son magasin. Elle fume comme un pompier : « Quand on pense avoir atteint le fond, on tombe évidemment en panne de cigarettes. » C’est en buvant de l’alcool que Thérèse et Carol finissent par coucher ensemble. À la fin du film, Thérèse se rend à une fête hétéro. Du bas de l’immeuble, elle pousse le cri du cœur : « J’espère qu’il y a à boire ! »

 

« La gouine branchée, elle connaît toutes les drogues. » (Océane Rose-Marie dans son one-woman-show La Lesbienne invisible, 2009) ; « Elle parle beaucoup, mais je ne l’écoute pas. Je la regarde intensément, essayant de lui faire comprendre la nature des sentiments qu’elle m’inspire, aidée par le vin qui me rend plus entreprenante. » (Alexandra, l’héroïne lesbienne, dans le roman Les Carnets d’Alexandra (2010) de Dominique Simon, p. 18) ; « L’alcool, dont j’avais sans doute abusé, me donnait autant d’audace qu’il me cassait les jambes. » (idem, p. 40) ; « Lucie savait que sa Ginette, dont le courage s’est souvent échoué par le passé au fond d’une bouteille, avait probablement fait une rechute et pris une bonne brosse ou deux. Comme quoi l’appel de l’alcool peut être plus fort que celui de l’amour. » (Denis-Martin Chabot, Accointances, connaissances, et mouvances (2010), p. 30) ; « Je ne dis pas que toutes les lesbiennes boivent. » (Anthony Kavanagh dans le one-man-show Anthony Kavanagh fait son coming out, 2010) ; « C’est ma boisson journalière ! » (Solitaire en parlant du whisky, dans la pièce Les Escaliers du Sacré-Cœur (1986) de Copi) ; « J’ai trop bu. » (Cassie l’héroïne lesbienne dans le film « La Tristesse des Androïdes » (2012) de Jean-Sébastien Chauvin) ; « J’reviens. J’suis complètement alcoolique. » (Suze acceptant tous les apéros sur son lieu de vacances, l’Ardèche, dans le one-woman-show Wonderfolle Show (2012) de Nathalie Rhéa) ; « Vous savez, c’est la politesse qui m’a rendue alcoolique. » (idem) ; « J’ai le vin gai.» (idem) ; « J’suis une grosse fumeuse. » (idem) ; « Tatiana, tu as trop bu. » (Nathalie s’adressant à Tatiana qui l’embrasse, idem) ; « Continue à te saouler avec du vin. Ça te rend divinement gaie/gay. » (Tatiana la lesbienne s’adressant à Nathalie, idem) ;« J’ai pas de thunes et j’ai envie de me bourrer la gueule. » (Polly, l’héroïne lesbienne dans le roman Des chiens (2011) de Mike Nietomertz, p. 77) ; « Wanda, avec la flamme de l’enfer dans ses yeux, en proie aussi à une humeur infernale, buvait du cognac. Elle s’était de nouveau mise à boire beaucoup. » (Marguerite Radclyffe Hall, The Well Of Loneliness, Le Puits de solitude (1928), p. 497) ; « Depuis la mort de son mari, elle [Gabrielle, l’héroïne lesbienne] est consciente d’avoir sensiblement augmenté la consommation de cet ‘élixir de jouvence’ préconisé par Marc [= le whisky], son ami de longue date et médecin traitant. Elle n’est pas dupe. Qu’a-t-elle à perdre à quatre-vingt ans ? » (Élisabeth Brami, Je vous écris comme je vous aime (2006), p. 15) ; « Je croyais que ces conversations nocturnes prendraient fin quand tu as arrêté de boire. » (Petra s’adressant à son amante Jane, dans le roman The Girl On The Stairs, La Fille dans l’escalier (2012) de Louise Welsh, p. 81) ; « Tu es une buveuse invétérée. » (Tielo s’adressant à sa « belle-sœur » Jane, idem, p. 128) ; « Les petites pingouines préfèrent le gros rouge. » (la chanson « Les Pingouins » de Juliette Gréco) ; etc.

 

La dépendance lesbienne à la drogue s’explique assez bien. La drogue non seulement éloigne du Réel, mais durcit les tempéraments, rend macho et violent (filles comme garçons), « masculinise » quelque part (dans le sens d’hyper-virilité cinématographique ; pas de sexuation garçon). Elle est le refuge de celui qui veut nier ses limites et ses faiblesses humaines pour devenir Superman. Par exemple, dans le one-woman-show Mâle Matériau (2014) d’Isabelle Côte Willems, la narratrice transgenre F to M boit de la bière pour « faire mec ».

 
 

f) La drogue : le masque et le révélateur du viol

Si le héros homosexuel cherche autant à fuir sa Réalité, son corps, et à acquérir une valeur grâce aux drogues, c’est souvent parce qu’il cache qu’il a été violé, qu’il souffre, ou qu’il cherche à violer pour se venger de son viol passé. « Attention au pédé agressif. Sobre, il est dangereux… Saoul, il est mortel. » (Harold, l’un des personnages homos du film « The Boys In The Band », « Les Garçons de la bande » (1970) de William Friedkin) Dans les fictions traitant d’homosexualité, la drogue est toujours le paravent du manque d’amour, de la haine de soi (homophobie), du divorce, du viol, de l’inceste, de la mutilation corporelle (particulièrement chez les héros transsexuels), d’une guerre, de la prostitution, d’une épidémie ou d’une catastrophe. « J’les connais depuis mon enfance, j’ai été leur jouet […] Y a juste l’alcool dont ils sont absolument incapables, tous, de se passer. C’est ça qui les tient debout. Quand le sida est arrivé, y se sont réfugiés dans l’alcool, toute leur génération, puis y ont commencé à regarder le monde s’écrouler autour d’eux, sans plus jamais y toucher. » (Michael à propos de sa bande d’amis homos, dans le roman Le Cœur éclaté (1989) de Michel Tremblay, pp. 239-240) ; « Pendant un apéro au Boobs’bourg, en attendant les autres, Cody m’avoue qu’à New York il met des petites annonces sur craiglist.org en se faisant passer pour une fille : ‘Comme ça, quand les hommes ils veulent ma chatte, je dis à eux je suis un pédé mais je peux te sucer bien ta bite à fond et avaler ton jus. Ça marche, quoi, les hommes ils ont envie d’une fille parce qu’ils pensent que c’est la seule chose qui les fait bander mais un jour où ils sont en manque ils goûtent à la bouche ou le cul d’un pédé et d’un coup ils se rendent compte que ce qui les fait bander c’est le sexe, et pas une fille, quoi. Je suis comme une sorte de terroriste queer comme j’oblige les hommes hétéros de se rendre compte que tout le monde est pédé, quoi, parce que tout le monde bande pour n’importe qui.’ » (Cody, l’homosexuel américain s’adressant à son pote gay Mike dans le roman Des chiens (2011) de Mike Nietomertz, pp. 98-99) ; etc.

 

Par exemple, dans le film « Romeos » (2011) de Sabine Bernardi, Miriam se pique à la testostérone pour devenir Lukas. Dans le film « Gun Hill Road » (2011) de Rashaad Ernesto Green, Michael se pique aux hormones dans les toilettes. Dans la pièce Copains navrants (2011) de Patrick Hernandez, Stef, l’un des héros homos, décrit son pote gay Nono comme un véritable alcoolique, un homme malheureux en amour : « Il a vraiment un problème avec l’alcool. […] Quand il se fait larguer, il picole. Et comme il se fait souvent larguer… » Dans le film « A Single Man » (2009) de Tom Ford, George, le héros homosexuel, et son jeune élève Kenny, d’au moins 20 ans son cadet, partagent des drogues avant de vivre leur liaison incestuelle interdite. Dans le film « La Caduta Degli Dei » (« Les Damnés », 1969) de Luchino Visconti, la beuverie homosexuelle des soldats SS travestis cache (et pourtant illustre aussi) les débordements de la Seconde Guerre mondiale. Dans son one-man-show Elle est pas belle ma vie ? (2012), Samuel Laroque avoue sa peur du GHB, la « drogue du violeur », mais semble pourtant la demander : « Si quelqu’un veut mettre du GHB dans mon verre, allez-y ! » Dans le roman Par d’autres chemins (2009) d’Hugues Pouyé, la réalité violente de la prostitution est camouflée par la monnaie d’échange invisible qu’est la tendresse : Adrien rencontre son amant Malcolm qui se prostitue, et leur créateur essaie de nous faire croire à une inattendue gratuité entre eux (Malcolm dit à Adrien : « T’as raison, on n’achète pas la tendresse, presque machinalement. » et celui-ci lui répond : « T’inquiète, j’te ferai rien payer. », p. 28).

 

Dans le film « Le Roi de l’évasion » (2009) d’Alain Guiraudie, les héros homos couchent les uns avec les autres sous l’effet de drogues : « Pourtant, j’en ai pris des trucs. » dira Jean-Jacques. Par exemple, Armand finit par coucher avec Paul, son patron, sous l’effet de drogues : « Vous voulez vraiment que je vous dise ? J’veux coucher avec vous. On a quand même le droit d’avoir envie de son patron ! » Et il cède aussi aux propositions de son chef parce que ce dernier lui a mis de la drogue dans son café.

 

Dans le film « Judas Kiss » (2011) de J.T. Tepnapa et Carlos Pedraza, c’est parce qu’il est drogué (avec une pilule) par Shane que Danny sort avec lui lors d’une fête : Danny est complètement défoncé. Dans le one-(wo)-man show Désespérément fabuleuses : One Travelo And Schizo Show (2013), tous les personnages incarnés par le travesti M to F David Forgit sont des junkies qui n’attendent qu’une chose : se faire violer et défoncer (dans tous les sens du terme) ! « Ah, qu’est-ce que j’ai fait de ma coke ? […] On m’a encore drogué au GHB ! J’attire cette drogue ! » Dans la pièce La Thérapie pour tous (2015) de Benjamin Waltz et Arnaud Nucit, Benjamin raconte à son psy sa première rencontre homosexuelle avec son amant Arnaud, à qui il a fait volontairement un croche-patte, alors que le tableau est idyllique. De son côté, Arnaud donne une autre version des faits au psychanalyste, en partant sur le quiproquo incestueux que le thérapeute lui parlait de sa première cuite : « Ma première fois, c’était avec mon oncle dans sa cave. » « Je comprends le traumatisme… » interrompt le psy. Arnaud poursuit : « J’avais 12 ans. J’étais consentant. […] C’était un Cabernet d’Anjou. Ma première cuite. »

 
 

g) Trois drogues plus dangereuses encore que les drogues connues : la tendresse, le sentiment et la bonne intention

 

Plus encore que les drogues dites « classiques » (tabac, alcool, héroïne, cocaïne, loisirs, musique, télé, Internet, cinéma, etc.), ce sont les choses qui restent bonnes quand on n’en abuse pas (sexe, tendresse, massage, boisson, nourriture, sincérité, etc.) mais qui deviennent terriblement oppressantes et enfermantes quand on en abuse et qu’on les utilise pour gommer le Réel, qui rendent le héros homosexuel le plus esclave des autres (ses amants) et surtout de lui-même.

 

Beaucoup de personnages homosexuels consomment de la tendresse comme ils se masturb(erai)ent : de manière trop compulsive, avide, puérile, et frénétique pour être tendre et libre, finalement (cf. je vous renvoie au code « Douceur-poignard » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels) : « Je vais t’inonder de ma tendresse. Je vais t’envelopper dans la chaude intimité de mon désir. » (Lola s’adressant à son amante Vera, dans la pièce Géométrie du triangle isocèle (2016) de Franck d’Ascanio) ; « De nouveau un dimanche d’une écrasante chaleur estivale, De nouveau mes regrets, ma tendresse, mes inquiétudes, mes interrogations de vous, vers vous, pour vous. De nouveau des mots, des phrases que je ne peux réprimer, des pensées nostalgiques : traces dérisoires, cendres laissées par le grand brasier qui m’enflamme depuis notre rencontre […]. » (Émilie s’adressant à son amante Gabrielle, dans le roman Je vous écris comme je vous aime (2006) d’Élisabeth Brami, p. 25) ; « J’ai relu vos lettres à défaut d’en recevoir de récentes. Qu’ils sont doux ‘les baisers de la Dame’ qui chavire avec moi et parle avec délices de ‘la révolution’ causée par notre rencontre. » (idem, p. 137) ; « J’éprouvai un élan de tendresse protectrice envers Rani. […] Cette nuit-là, je rêvai que dans un doux murmure je l’appelais Rani et lui demandais de partir avec moi dans un endroit où elle ne serait plus bonne à tout faire. » (Anamika parlant de sa domestique/amante, dans le roman Babyji (2005) d’Abha Dawesar, p. 25) ; « La solution, c’est de la douceur, de la douceur, de la douceur. » (un des héros homos du film « Homme au bain » (2010) de Christophe Honoré) ; « Tous ces Slaves trouvaient ma petite chambre tellement grande, et ils avaient tant besoin de tendresse… » (cf. la dernière phrase de la nouvelle « La Chambre de bonne » (2010) d’Essobal Lenoir, p. 61) ; « Affamées de tendresse, elles se parlent se regardent. » (cf. le poème « El Pueblo » d’Aude Legrand-Berriot (2008), p. 25) ; « Dans ce que je suis, il y a un immense désir de tendresse » (Adrien, le héros homosexuel du roman Par d’autres chemins (2009) d’Hugues Pouyé, p. 38) ; « « Il [Adrien] considérait d’ailleurs la fidélité sous un jour nouveau. La sexualité masculine conservait toujours quelque chose d’animal. Ni la tendresse ni l’amour – ce que transmettent les femmes – ne parvenaient totalement à dompter la puissance d’un désir brut, primitif, captivant. Ce désir de pénétrer et d’envahir la différence de l’autre ; de ne pas laisser la proie s’échapper. » (idem, p. 51) ; « Surtout pas de bisou ! Sinon, on va être en manque ! » (Fred, le héros homo ne voulant surtout pas que son copain Max l’embrasse devant sa mère pour que celle-ci découvre son homosexualité, dans la pièce Des Bobards à maman (2011) de Rémi Deval) ; « J’en ai profité pour faire ce que font certains hommes avec les femmes. Je les frôlais ou les touchais. Dans les moments d’affluence, cela passe inaperçu. Portée par mes réussites, j’osai davantage. Je me pressais contre elles et me frottais presque la fente. Les parfums mêlés provoquaient en moi des sensations enivrantes. J’eus des chaleurs et des poussées d’une intensité terrible. J’avais besoin d’un soulagement rapide. Trop nerveuse pour me maîtriser, en pleine crise, j’étais à l’affût du moindre sourire me permettant d’espérer le corps d’une femme qui, comme moi, serait dans cette quasi douleur du manque de chair et prête à s’offrir sur l’instant. » (Alexandra, l’héroïne lesbienne, dans le roman Les Carnets d’Alexandra (2010) de Dominique Simon, p. 44) ; « À ce moment, il m’apparut que seule la force – ou plutôt le chantage – me permettrait d’obtenir ce que maintenant j’en voulais : du plaisir. » (idem, p. 49) ; « Je veux préserver la relation particulière que je construis avec elle, n’étant pourtant dupe de rien et sans illusion sur mon attitude, sachant très bien que la tendresse que je manifeste à son égard n’est due qu’au plaisir que j’en espère et qu’un jour elle me donnera. Je sais trop qu’en ce qui concerne les femmes mon vice est mon seul ‘maître’. Dans le fond, et malgré les bons sentiments que j’ai souvent pour elle, je suis comme l’on est à la campagne, seulement guidée par l’intérêt. » (idem, p. 102) ; « J’attends que vienne en elle un désir assez fort pour l’avoir dans mon lit. Un peu triste comme elle est, je pense que sa tendresse n’en sera que plus intense quand le moment sera venu. Est-ce cruauté que ce calcul ? Sans doute, mais mon désir, qui est tout, me fait raisonner ainsi. » (Alexandra, l’héroïne lesbienne parlant de Marie sa bonne, op. cit., p. 193) ; « La jeunesse est une drogue. Et je vois pas comment je pourrais m’en passer. » (Anne/Muriel Robin dans le téléfilm « Le Clan des Lanzacs » (2012) de Josée Dayan) ; « On s’assied sur le lit, on se caresse, on s’embrasse avec fureur ou grande tendresse, alternativement. Il s’allonge et je le caresse doucement, je découvre son corps avec mes doigts devenus beaucoup plus sensibles. J’arrive à son visage, il murmure ‘J’ai envie de pleurer. C’est comme un rêve, un truc trop beau pour être vrai. Je me demande quand la tuile va nous tomber dessus. » (Vianney s’adressant à son amant Mike dans le roman Des chiens (2011) de Mike Nietomertz, p. 85) ; « Si ton père a pu faire un bel enfant comme toi, tendre, croquant, c’est qu’il doit y avoir à l’intérieur de lui beaucoup de tendresse. » (Ruzy s’adressant à son amant Chris, dans la pièce Happy Birthgay Papa ! (2014) de James Cochise et Gloria Heinz) ; « Le droit d’accoucher de toutes les tendresses. » (c.f. la chanson « Tous les droits sont dans la nature » de Catherine Ribeiro) ; etc.

 

Dans la pièce Un Tango en bord de mer (2014) de Philippe Besson, Vincent demande à son ex-amant Stéphane s’il l’aime encore, ce à quoi il lui répond : « Ce n’est plus de l’amour. C’est de la tendresse. De la nostalgie. » Vincent enchaîne immédiatement après par l’expression de son trouble à propos de la possessivité de Stéphane : « C’était étrange, ta dépendance. »
 

On entend souvent chez le personnage homosexuel une obsession pour le sexe (dans le sens de coït). Le sexe est l’autre drogue dure des héros homosexuels : « Tu dois comprendre que ‘ça’ […] est très important pour une lesbienne ! » (Peyton cherchant à expliquer à son amante Elena qui n’assume pas leur amour lesbien que sa proposition d’un amour platonique ne tient pas, dans le film « Elena » (2010) de Nicole Conn) ; « Si tu me prends par les sentiments… » (Maxence quand Benji lui touche le « paquet », dans la comédie musicale Sauna (2011) de Nicolas Guilleminot) ; « Pfu, vous êtes pareils tous les deux, Simon et toi, complètement obsédés. Je vais finir par croire que c’est un syndrome homosexuel… Non, en fait j’en suis convaincue ! Un jour, tu vas voir, j’en aurais marre que les pédés parlent que de cul, on dirait que chez vous, si y avait pas le cul, y aurait rien. Vous êtes complètement obsédés, tous. Bande de freaks ! » (Polly, l’héroïne lesbienne à ses deux amis gay Simon et Mike, dans le roman Des chiens (2011) de Mike Nietomertz, p. 25) ; « Non seulement j’suis fou… mais en plus, je ne pense qu’à ça. » (Hervé Nahel lors de son concert au Sentier des Halles à Paris le 20 novembre 2011) ; « Un garçon pense au sexe toutes les 30 secondes. Alors vous en mettez deux ensemble… » (Matthieu se justifiant de coucher le premier soir avec Jonathan, dans la pièce À partir d’un SMS (2013) de Silas Van H.) ; « Comme quoi… un garçon ça ne pense qu’au sexe. » (idem) ; « Stephen apercevait leurs faces ravagées et pleines de reproches, aux yeux mélancoliques et obsédés d’invertis […] Des fusées de douleur, de brûlantes fusées de douleur… leur douleur, sa douleur, soudées ensemble en une immense et dévorante agonie. […] toute la misère de chez Alec. Et l’envahissement et les clameurs de ces autres êtres innombrables… » (Stephen, l’héroïne lesbienne racontant l’ambiance d’un établissement homo, Chez Alec, dans le roman The Well Of Loneliness, Le Puits de solitude (1928) de Marguerite Radclyffe Hall, p. 571) ; etc.

 

Par exemple, dans « Chacun cherche son chat » (1996) de Cédric Klapisch, Michel, le héros homosexuel, ne pense qu’à tirer son coup avec des mecs de passage et enchaîne les « plans cul » à l’appart. Dans le film « L’Art de la fugue » (2014) de Brice Cauvin, Antoine, le héros homosexuel, trompe son copain Adar avec Alexis : « C’est que pour le sexe. » Dans le film « À trois on y va ! » (2015) de Jérôme Bonnell, Mélodie, l’héroïne bisexuelle, avoue qu’elle a des élans nymphomanes « tellement elle fait l’amour comme elle respire ».

 
 

FRONTIÈRE À FRANCHIR AVEC PRÉCAUTION

 

PARFOIS RÉALITÉ

 

 

La fiction peut renvoyer à une certaine réalité, même si ce n’est pas automatique :

 
 

a) Homosexualité et drogue :

DROGUES 14 Femme assise héroïne

B.D. « Femme assise » de Copi


 

La drogue est souvent liée à l’homosexualité et au monde homo, gay comme lesbien. En ce moment, en France, on nous parle beaucoup du développement du « Chemsex » (ça se prononce « Kèmsexe ») dans le milieu homo, c’est-à-dire du sexe sous emprise de drogues. Ça se démocratise beaucoup. En général, les communautaires LGBT n’aiment pas trop aborder le sujet, de peur que ce lien renvoie à leur carence affective, au manque de sens de leur mode de vie, et leur donne une image de junkie névrosé et dépressif : « Le rapport entre drogue et homosexualité est rarement étudié. […] Si les poppers et l’ectasy restent associés à la culture gay, leur usage n’est pourtant pas confiné dans cet espace. » (cf. l’article « Drogues » de Marie Jauffret-Roustide, dans le Dictionnaire des cultures gays et lesbiennes (2003) de Didier Éribon, p. 161) ; « C’est bien connu. Je fais tout le temps la fête et je me drogue. » (Peter Gehardt, ironique, dans son documentaire « Homo et alors ?!? », 2015) ; « C’est comme la nécrophilie : c’est un péché. Tout comme l’alcoolisme ou la toxicomanie. L’homosexualité, c’est la même chose. L’homosexualité ne conduit pas seulement à la pédophilie. Mais aussi au meurtre, à la dépression et à la toxicomanie. Les statistiques le prouvent. » (Petras Gražulis, président du groupe politique lituanien d’extrême droite Ordre et Justice, idem) ; « Si Pierre n’avait pas été là, j’aurais fini alcoolique au dernier degré à Paris. » (Bertrand parlant de son amant Pierre dans l’émission Infra-Rouge du 10 mars 2015 intitulée « Couple(s) : La vie conjugale » diffusée sur France 2) ; etc. Et pourtant ! Même si les individus qui se droguent minimisent presque systématiquement leur souffrance et leurs actes, faut-il pour autant croire en leur sincérité « optimiste », nier les faits et la dignité des personnes ? Certainement pas.

 

DROGUES 9 Poppers

Poppers


 

Concernant la consommation de drogues dans la communauté homosexuelle (tabac, alcool, stupéfiants, poppers, etc.), difficile d’avoir des statistiques. C’est mon vécu et mes observations de terrain qui m’ont permis de constater la forte tendance des individus homosexuels à se fuir dans l’alcool, la drogue et le sexe. Je vous renvoie à l’essai L’Homosexualité dans tous ses états (2007) de Pierre Verdrager (p. 240 et p. 254), au documentaire « Mr Angel » (2013) de Dan Hun. Voir aussi Brigitte Lhomond, « Attirance et pratiques homosexuelles », dans L’Entrée dans la sexualité. Le Comportement des jeunes dans le contexte du Sida (1997), pp. 183-226. Dans le documentaire « Bixa Travesty » (2019) de Kiko Goifman et Claudia Priscilla, le milieu dans lequel Linn et Jup, deux compères travestis, gravitent, est sclérosé par la drogue, le LSD, drogues et l’alcool.

 

« J’étais bien dans un milieu de garçons, rien que des garçons. La boisson coulait à flots. Boisson d’entrée à répétition pour celui qui fait la tournée des bars ; boisson d’attente pour celui qui reste de l’ouverture à la fermeture. Mes yeux hagards dévisageaient ces hommes dans ce lieu qui semblait être leur propriété. Complice, la nuit enrichissait la fuite des mensonges familiaux et leur permettait de vivre dans l’anonymat protecteur de cet environnement si confidentiel… » (Berthrand Nguyen Matoko, Le Flamant noir (2004), p. 133) ; « Arrive pour Stéphane le service militaire, il déserte, disparaît pendant des mois dans les bas-fonds de Paris où j’ai fini par le retrouver, est repris, mis en asile psychiatrique militaire, et est gracié sur intervention de Mme Mitterrand, à la prière d’un haut fonctionnaire qui, épris de son charme, désirait avoir avec lui une liaison durable, une union. Cet amoureux malheureux téléphonait nuitamment à Estelle, la mère de Stéphane, en la suppliant, en vain, d’obtenir de son fils que ce fils adopte pour cela une conduite plus « cohérente » (c’était son mot) : ne plus se prostituer, cesser d’être dealer. » (Paul Veyne, Et dans l’éternité, je ne m’ennuierai pas (2014), pp. 236-237) ; « La plupart des lieux de prédilection fréquentés par les homosexuels étaient urbains, civils, sophistiqués. Le scénariste américain Ben Hecht, à l’époque correspondant à Berlin pour une multitude de journaux des États-Unis, se souviendra longtemps d’y avoir croisé un groupe d’aviateurs, élégants, parfumés, monocle à l’œil, bourrés à l’héroïne ou à la cocaïne. » (Philippe Simonnot parlant de la libéralisation des mœurs dans la ville nazie berlinoise des années 1920-30, dans son essai Le Rose et le Brun (2015), p. 30) ; etc.

 

Un jour, j’ai un ami homosexuel angevin, alcoolique notoire et client régulier des bars, qui m’a assuré que dans le « milieu homosexuel », on y buvait plus et on s’y droguait beaucoup plus facilement que dans des établissements dit « hétéros ».

 

DROGUES 8 Verlaine

Paul Verlaine


 

Ce sont aussi les récits et les vécus des personnalités homosexuelles connues qui nous informent que l’homosexualité et la drogue se tiennent très souvent la main. Nombre d’entre elles sont tombées dans le monde de la drogue (alcool, cocaïne, alcool, marihuana, absinthe, substances hallucinogènes, etc.) : Ángel Vázquez, Alain Pacadis, Paul Verlaine, Serguei Esenin, Graham Chapman, Malcolm Lowry, John Cheever, Michel Foucault, Alfred Jarry, Jack Kerouac, Ramon Novarro, Charles R. Jackson, Neal Cassady, Elton John, Jacques Adelsward, Raymond Roussel, Christopher Wood, Roland Barthes, Olivier Larronde, Thierry Le Luron, Eloy de la Iglesia, Raúl Gómez Jattin, Néstor Perlongher, William Burroughs, Hal Chase, Andy Warhol, Antoine Barraud, Truman Capote, Laurent Tailhade, Arthur Rimbaud, Jean Lorrain, John Cage, Leslie Cheung, la grande majorité des artistes homosexuels de la Movida madrilène (dans les années 1980 en Espagne), George Michael, Buck Angel, Jacques de Basher, etc.

 

Par exemple, en 1923 Jean Cocteau rencontra Louis Laloy qui l’a initié à la drogue ; toute sa vie, le poète deviendra dépendant des drogues (il se fait arrêter à Toulon en possession de stupéfiants), et fera une cure de désintoxication à cause de sa consommation d’opium. Marcel Proust était asthmatique, et pourtant, il fumait beaucoup. En juillet 2014, l’acteur de porno gay Bruno Knight est arrêté à l’aéroport de Lax en Californie (USA) avec du crystal meth caché dans le rectum.

 

Yves Saint-Laurent se prend lui-même pour une drogue (pensez à la publicité de son parfum « OPIUM : pour celles qui s’adonnent à Yves Saint-Laurent. ») et a à la fin de sa vie été très lucide sur son état de dépendance : « Je suis passé par bien des angoisses, bien des enfers. J’ai connu la peur et la terrible solitude, les faux amis que sont les tranquillisants et les stupéfiants, la prison de la dépression et de la Maison de la Santé. » (Yves Saint-Laurent dans le documentaire « Yves Saint-Laurent et Pierre Bergé : l’Amour fou » (2010) de Pierre Thoretton)

 

La consommation de drogues est parfois associée à la nature même du désir homosexuel : un désir lâche et déréalisant par essence, qui n’ose pas dire son nom, artistiquement abyssal, libertaire mais non libre, qui se veut spontané et décomplexé, mais qui en réalité ne s’assume qu’en ne s’assumant pas. « À cette époque [années 1965-1966], se souvient Christian Bourgeois, Copi était un personnage complètement lunaire qui flottait dans le monde. Il se défonçait beaucoup, il fumait des pétards énormes. C’était avant 1968, c’était l’homosexualité ‘naturelle’. » (Frédéric Martel, Le Rose et le Noir (1996), p. 158) ; « Il [Don José] se faufila derrière un paravent et nous entendîmes une profonde inspiration. Quelques secondes plus tard, il sortit de sa cachette, les narines toutes barbouillées de blanc. » (Alfredo Arias dans son autobiographie Folies-Fantômes (1997), p. 293) ; « Ces invertis évoluent dans des milieux très particuliers, dans la société snob des intellectuels drogués ou malades. » (Jean-Louis Chardans, Histoire et anthologie de l’homosexualité (1970), p. 9) ; « Si l’Occupation avait radicalement supprimé la progression de la drogue en France, elle y avait en revanche développé l’homosexualité. » (André Larue, Les Flics, 1969) ; etc. Le chemin de la drogue croise également celui de la transsexualité et de l’asexuation des intersexes : « Ce que je redoute le plus avec ce syndrome XXY, c’est que si je prends pas d’hormones, je deviens fou, un danger envers les autres et moi-même. » (Vincent Guillot, militant intersexe, dans le documentaire « Ni d’Ève ni d’Adam : une histoire intersexe » de Floriane Devigne diffusé dans l’émission Infrarouge sur la chaîne France 2 le 16 octobre 2018). Dans le film biographique « Girl » (2018) de Lukas Dhont, Lara/Victor, garçon trans M to F de 16 ans, passe son temps à ingérer des hormones ou bien à se faire piquer par les médecins. Il veut d’ailleurs augmenter les doses mais c’est trop dangereux pour sa santé.

 
 

b) Drogue comme moteur et symbole de l’homosexualité de circonstance ou de la bisexualité homophobe :

C’est parfois l’alcool ou la drogue qui révèlent une homosexualité. Celle-ci sera alors appelée « homosexualité de circonstance » ou « bisexualité » ou « homosexualité latente et refoulée », voire même « homophobie » (dans le cas où l’acte homosexuel, ou le désir homosexuel ne seront pas assumés). « Le camp, pour la plupart, dit Flaubert en parlant des mercenaires au service du général carthaginois Amilcar, remplaçait la patrie. Vivant sans famille, ils reportaient sur un compagnon leur besoin de tendresse, et l’on s’endormait côte à côte sous le même manteau, à la clarté des étoiles… » (Gustave Flaubert, Salammbô (1862), cité dans l’essai Histoire et anthologie de l’homosexualité (1970) de Jean-Louis Chardans, p. 230) ; « J’ai décidé il y a trois ans que je souffrais d’une maladie. On peut appeler ça l’alcoolisme, on peut appeler ça l’addiction sexuelle, comme vous voulez, mais j’ai cessé de nommer ça la fête. » (Pierre Palmade, le 16 août 2005) ; « Devant mon représentant, mes absences commencèrent à faire désordre. Je donnais l’impression de ne rien faire et d’être immensément riche. Ce qui, mal s’en fut, suscita d’énormes questions. Il pensait, en effet, que j’étais tombé dans une histoire de drogue. Le moyen le plus sûr était de l’ignorer totalement, lorsqu’il souhaitait faire ma chambre de fond en comble. Mais s’avouer homosexuel et, par-dessus le marché, se faire entretenir, n’était pas mieux non plus. » (Berthrand Nguyen Matoko, Le Flamant noir (2004), p. 115) ; « Ma mère passait la soirée chez la voisine. Elle rentrait ivre avec la voisine, elles se faisaient des blagues de lesbiennes ‘Je vais te bouffer la chatte ma salope. » (Eddy Bellegueule dans le roman autobiographique En finir avec Eddy Bellegueule (2014) d’Édouard Louis, p. 66) ; etc.

 

Par exemple, dans le documentaire « Les Invisibles » (2012) de Sébastien Lifshitz, un des témoins homosexuels, un papy fermier de 83 ans, compare le fait d’aimer le vin avec l’homosexualité. Allen Ginsberg, comme il le disait lui-même, a été entouré toute sa vie de drogués et de voleurs. Le dramaturge Jérôme Savary raconte les « Hasch and Acid Parties » qu’il a partagées l’été à Ibiza avec Copi, Hilcia, Martine Barrat. Pierre Bergé, quant à lui, a maintenu bien des amants sous sa coupe rien qu’en les entraînant dans l’alcool (le couturier Yves Saint-Laurent, le peintre Bernard Buffet, etc.).

 

Dans beaucoup de contextes sociaux, la drogue est l’instrument de l’initiation homosexuelle, une initiation plus forcée que libre, voulue involontaire. Elle pousse l’individu qui s’y adonne à s’oublier lui-même, à se laisser aller à la pulsion, à ne pas assumer ses actes homosexuels pour paradoxalement faciliter leur actualisation muette : « En ingurgitant whisky sur whisky, il tenait tant du désir ardent de me faire danser sur des pas de salsa ou de rumba. » (Berthrand Nguyen Matoko racontant comment il s’est fait draguer par celui qui le violera, dans son autobiographie Le Flamant noir (2004), p. 65) ; « Je vais te fumer. » (un jeune homophobe de Gennevilliers s’adressant à Lyes, homosexuel, en menaçant de « le baiser », dans le reportage « Homo en banlieue : le combat de Lyes » de l’émission Envoyé Spécial, diffusé sur France 2, le 7 février 2019).

 
 

c) Le drogué homosexuel : nouveau prince charmant des artistes bobos

DROGUES 10 Winston

 

Même si la drogue détruit quand on en abuse, il est pourtant étonnant de voir bon nombre de créateurs homosexuels lui dérouler le tapis rouge, comme si elle était un filtre d’amour à elle seule, comme si elle avait le pouvoir de sublimer le marginal homosexuel (celui-ci deviendrait soudain grâce à elle « révolutionnaire », « sublime dans l’auto-destruction et la chute », « corrosif », « gênant », « original », « artiste d’avant-garde »), de créer/décupler son désir amoureux, sa créativité, ses sensations, de fortifier son couple. Ce n’est pas un hasard si le poppers a été élu universellement « Drogue homosexuelle » par excellence. Jadis énormément vendu dans les clubs et les établissements gay, il paraît qu’elle dilaterait l’anus et faciliterait donc la sodomie…

 

La drogue est présentée comme le symbole de l’insouciance et de la candeur adolescente, comme un amour underground original et chaviré, emprunt de nostalgie vintage. C’est pourquoi elle est ouvertement défendue par certains intellectuels homosexuels. « Certaines drogues sont vraiment importantes pour moi, parce qu’elles me permettent d’avoir accès à ces joies terriblement intenses que je recherche, et que je ne suis pas capable d’atteindre seul. » (Michel Foucault dans son interview avec Stephen Riggins, 1983) Par exemple, le poète argentin Néstor Perlongher écrivait souvent complètement défoncé.

 

Aux yeux de beaucoup de personnes droguées ou alcooliques, la tentation « facile » de la drogue est souvent innocentée ou idéalisée parce que, ce que celui qui lui cède sa liberté refuse de comprendre dans son cœur, c’est le possible mariage entre mal et plaisir. Il croit naïvement que là où il y a plaisir, forcément il y a bonté ! Bercé par ses bonnes intentions, il butte systématiquement sur ce syllogisme fallacieux dont il refuse de voir la vanité : « Le pouvoir de jouissance d’une perversion (en l’occurrence celle des deux H : homosexualité et haschisch) est toujours sous-estimé. La Loi, la Doxa, la Science ne veulent pas comprendre que la perversion, tout simplement, rend heureux ; ou, pour préciser davantage, elle produit un plus : je suis plus sensible, je suis plus perceptif, plus loquace, moins distrait, etc. – et dans ce plus vient se loger la différence… Dès lors, c’est une déesse, une figure invocable, une voie d’intercession… » (Roland Barthes parlant de sa « Déesse H », c’est-à-dire Homosexualité et Haschisch, dans son autobiographie Roland Barthes par Roland Barthes, 1975) Or, intellectuellement, tout le monde peut comprendre que le problème des drogues n’est que celui de la liberté humaine mal utilisée. Tout le monde peut rationnaliser que la conduite addictive a aussi son confort et ses bénéfices. L’enfer offre ses maigres compensations et ses délices aussi ; sinon, personne ne serait tenté d’y aller ! La débauche, la luxure, et la perversion fournissent la petite dose d’illusion de bonheur et d’amour qui aide à faire oublier un temps le malheur vers lequel elles nous entraînent. Mais reconnaître que ce ne sont pas en soi les drogues qui sont mauvaises, mais leur usage humain abusif, voire reconnaître que l’abus peut aussi « faire du bien », cela ne doit pas nous faire oublier que globalement et sur la durée, la perversion et la consommation de drogues ne rendent pas heureux, font plus de mal que de bien, et ce, universellement. La fin ne justifie pas l’abus des moyens.

 
 

d) L’abus de drogues comme miroir de l’ascétisme du frustré mal dans sa peau :

Comme pour mieux dire l’abus de drogues chez les personnes homosexuelles, ou bien leur homosexualité refoulée, ou même leur cyclothymie, on trouve parmi elles quelques ascètes anti-alcool et anti-plaisir (cf. je vous renvoie à la partie « Paradoxe du libertin » du code « Liaisons dangereuses », ainsi qu’au code « Obèses anorexiques », de mon Dictionnaire des Codes homosexuels) : « Un autre trait frappant des mœurs de cette génération des moins-de-vingt-ans était son goût prononcé, presque exclusif, pour les jus de fruits. […] Ils réclamaient au bar des verres d’eau, comme si l’ivresse leur était désagréable. […] Ils ne buvaient pas. Ils ne fumaient pas. Ils incarnaient l’image de l’homosexualité heureuse. » (Benoît Duteurtre, Gaieté parisienne (1996), pp. 55) ; « Je n’ai jamais été attiré par le tabac et jamais fumé. Cet aspect m’excluait inconsciemment du groupe. » (Berthrand Nguyen Matoko, Le Flamant noir (2004), p. 94) Mais cette aversion ne dure généralement pas longtemps. Certaines s’engouffrent d’autant plus excessivement dans la conduite addictive à l’âge adulte qu’elles se sont jadis réprimées de boire, de fumer, et de baiser. Le cours de leur désir homosexuel suit la courbe en dents de scie des effets « looping » de la drogue. Entre déni et consommation, on se sait pas lequel encourage le plus l’autre. Par exemple, Yves Saint-Laurent était très sobre question boisson (il ne buvait pas une goutte d’alcool) avant de devenir alcoolique.

 
 

e) Drogue et lesbianisme :

DROGUES 15 Lesbienne alco

 

Phénomène extrêmement peu étudié, et pourtant tellement signifiant : le lien entre drogue et lesbianisme ! Si on ouvre un peu les yeux, on retrouve dans notre entourage social beaucoup de femmes lesbiennes droguées, qui, pour certaines, se diront volontiers « bisexuelles », « hors milieu », ou « lesbiennes occasionnelles » : ce fut le cas de Gribouille, Yvonne George, Violette Leduc, Virgina Woolf, etc. « Je vis de drogue. Chaque soir, une prise. […] Ne méprise pas la drogue. » (Anne-Marie Schwarzenbach, La Vallée heureuse, 1939) Par exemple, l’écrivaine nord-américaine Carson McCullers buvait à certaines périodes de sa vie une bouteille de cognac par jour ! Lors de la présentation de son roman Le Contenu du silence le 12 juin 2012 à la Galerie Dazelle à Paris, la romancière espagnole bisexuelle Lucía Etxebarría avoue qu’elle a énormément bu à une période de sa vie. Le monde lesbien s’inspire à foison des drogues pour se nommer lui-même : cf. le groupe musical Lesbians On Ecstasy, la revue lesbienne Barbiturik, etc.

 

Un certain nombre de mes amies lesbiennes reconnaissent que le phénomène de l’alcoolisme est particulièrement accru dans leurs cercles relationnels spécifiquement saphiques. Cela n’est pas démenti par l’essayiste Paula Dumont : « Certaines femmes auraient trop bu et le climat du séjour s’en serait ressenti. » (Caroline dans l’autobiographie La Vie dure : Éducation sentimentale d’une lesbienne (2010) de Paula Dumont, p. 241) Par exemple, l’établissement Le Pulp (boîte de nuit lesbienne à Paris) a connu des soirées avec « de mémorables tabassages entre lesbiennes soûles » (cf. la revue Têtu, n°127, novembre 2007, p. 110). Dans le docu-fiction « Christine de Suède : une reine libre » (2013) de Wilfried Hauke, on découvre que la Reine Christine, pseudo « lesbienne », a bu une fois toutes les gouttes de rosée cachées par sa mère.

 
 

f) La drogue : le masque et le révélateur du viol

Même s’il n’y a aucun lien de causalité, ni de liens essentialistes, à faire entre homosexualité et drogues (toutes les personnes homosexuelles ne sont pas alcooliques ni toxicos ni dépendantes des drogues ; moi, par exemple, je n’aime pas boire de vins ni d’alcool, et je n’ai jamais touché à une cigarette de ma vie !), force est pourtant de constater que l’Histoire humaine les a parfois réunis, et que cela a un sens (Quand on est drogué, on est plus susceptible d’être violé ou de violer). Par exemple, les premières personnes touchées par le Sida dans les années 1980 ont été les personnes homosexuelles, prostituées et droguées. Cela s’explique. Le mode de vie homosexuelle a tendance à s’orienter vers les conduites à risque et à la fuite de soi et du Réel, généralement parce qu’il y a un évitement de souffrance et une violence recherchée. Le désir homosexuel, par le manque de désir et la haine de soi dont il est signe, par sa faiblesse, invite, quand il s’actualise, à la mauvaise compensation, donc notamment à la consommation de drogues. Homosexualité et abus de drogue ont un point commun : ils se manifestent dans des contextes où la liberté humaine est mise à mal, où l’homophobie et la peur de soi/des autres battent leur plein. « Par peur d’être catalogués, les homosexuels [antillais] sortaient uniquement à la tombée de la nuit (pareil à des chauves-souris) pendant que les voyous et les drogués squattaient en permanence les lieux. » (Jean-Claude Janvier-Modeste, Un Fils différent (2011), p. 188)

 

Qu’on le veuille ou non, l’abus de drogues est toujours le paravent et le signe, dans la vie de quelqu’un, d’un cruel manque d’amour, du mépris de soi, du divorce, du viol, de l’inceste, de la mutilation corporelle (particulièrement chez les personnes transsexuelles qui s’obligent à se piquer aux hormones régulièrement), d’une guerre, d’une épidémie ou d’une catastrophe. La drogue, censé désinhiber, a parfois poussé certaines personnes homosexuelles à violer ou à être violées parce qu’elles se trouvaient en faiblesse après avoir consommé de l’alcool ou des stupéfiants : « Me déshabillant avec une lenteur provoquée par les effets de l’alcool qui ne m’avantageaient guère, je me demandais ce que je faisais là. » (Berthrand Nguyen Matoko racontant comment il s’est fait violer, dans son autobiographie Le Flamant noir (2004), p. 67)

 
 

g) Trois drogues plus dangereuses encore que les drogues connues : la tendresse, le sentiment et la bonne intention

DROGUES 11 Loverdose

 

Plus encore que les drogues dites « classiques » (tabac, alcool, héroïne, cocaïne, loisirs, musique, télé, Internet, cinéma, etc.), ce sont les choses qui restent bonnes quand on n’en abuse pas (sexe, tendresse, massage, boisson, nourriture, sincérité, etc.) mais qui deviennent terriblement oppressantes et enfermantes quand on en abuse et qu’on les utilise pour gommer le Réel, qui rendent l’individu homosexuel le plus esclave des autres (ses amants) et surtout de lui-même.

 

Beaucoup de personnes homosexuelles consomment de la tendresse comme elles se masturb(erai)ent : de manière trop compulsive, avide, puérile, et frénétique pour être tendre et libre, finalement (cf. je vous renvoie au code « Douceur-poignard » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels). Elles veulent compenser le manque d’amour reçu durant leur enfance par une quête désespérée de tendresse à l’âge adulte : « Mon maître d’école fit remarquer à mes parents que je souffrais d’un manque d’affection et de tendresse qui démontrait à ses yeux, l’évolution d’une personnalité renfermée, amère, et presque sauvage. » (Berthrand Nguyen Matoko, Le Flamant noir (2004), p. 21) ; « Des liens de rivalité et de dépendance, des uns par rapport aux autres, s’installèrent par la suite. Nous étions en fait des assoiffés du renouveau et du sexe, même si nos mœurs nous obligeaient à une pseudo convivialité. » (Berthrand Nguyen Matoko parlant de ses « potes de sexe », op. cit., p. 141) ; etc.

 

L’obsession pour le sexe (dans le sens de « coït génital ») et la compulsion semblent des caractéristiques des désirs homosexuels (et hétérosexuels !). « Et surtout, je ne pense qu’au sexe. » (Peter Gehardt, ironique, dans son documentaire « Homo et alors ?!? », 2015) Le sexe sert d’opium de beaucoup de couples homos : « Tais-toi et baisons. » (Laurent s’adressant à son copain André dans le docu-fiction « Le Deuxième Commencement » (2012) d’André Schneider) ; « Le sexe, c’était une jolie compensation. » (idem) ; « Je veux de la douceur, j’veux de la tendresse. » (cf. Liane Foly envisageant ponctuellement une relation lesbienne, dans le medley « La Lampe magique » du concert des Enfoirés 2009) ; « Vivre sans tendresse on ne le pourrait pas. Non non non non, on ne le pourrait pas. » (personne intersexe qui se fait appeler « M », et chantant une chanson à la guitare, dans le documentaire « Ni d’Ève ni d’Adam : une histoire intersexe » de Floriane Devigne diffusé dans l’émission Infrarouge sur la chaîne France 2 le 16 octobre 2018) ; etc.

 

Assurément, selon moi, la tendresse a toujours été et restera la drogue la plus consommée par le public homosexuel. Elle cache en général des pratiques beaucoup moins poétiques : consommation, domination-soumission, prostitution, viol (pardon… « réconciliations forcées sur l’oreiller »…), dépression, chantage aux sentiments, abnégation, oubli de soi, etc. Comme l’écrit à juste raison Tony Anatrella dans son essai Le Règne de Narcisse (2005), « la drogue est la négation de son corps et la fuite de son espace intérieur. » (p. 19) Quand on n’a plus de désir et qu’on fuit son corps, quand on ne trouve plus le Sens à son existence, il est logique qu’on se rue sur leurs caricatures : les bonnes intentions, les sens, les massages, la recherche de tendresse. J’ai appris par exemple que dans certaines « Universités d’été » LGBT organisées en France, avait été aménagé un « Coin spécial câlins » pour les vacanciers qui voulaient recevoir de l’affection, de la sensation, des papouilles… à défaut d’Amour (C’est moi, ou c’est la grosse misère… ?). Une grande majorité de personnes homosexuelles cèdent à leurs pulsions homosexuelles, s’enchaînent à une vie de couple confortable-mais-fade, ou « se casent » avec leur partenaire sexuel par défaillance, uniquement par peur d’être « en manque » de tendresse : « On ne peut pas être héroïque tous les jours et moi aussi j’avais trop besoin de ce que je trouvais auprès d’elle, tendresse, douceur, sensualité. » (Paula Dumont dans son autobiographie La Vie dure : Éducation sentimentale d’une lesbienne (2010), p. 161) ; « Pour être claire, tout au long de mon existence, j’ai rêvé avant tout d’une amie, c’est-à-dire une femme avec qui j’ai des affinités, auprès de qui je me sens dans un climat de confiance, de réconfort et de tendresse. » (Paula Dumont, Mauvais Genre (2009), p. 101) ; « Malgré moi, j’ai éprouvé le besoin irrépressible de retourner au sauna […]. Ces rapports glauques m’attiraient et m’excitaient. » (Brahim Naït-Balk, Un Homo dans la cité (2009), p. 46); « Julien a dormi avec moi la nuit dernière, dans mon lit. J’ai cédé. Il me l’a demandé avec tant d’insistance, de câlinerie, que j’ai cédé, comme on cède à un enfant gâté. » (Pascal Sevran, Le Privilège des jonquilles, Journal IV (2006), p. 14) ; « Je dois te préciser, chère amie, que ce genre de recherche hasardeuse et de fougue ne me plaisait guère. La ‘drague’ n’était pas une drogue pour moi, mais une nécessité. » (Denis Daniel, Mon Théâtre à corps perdu (2006), p. 81) Les désastres de la sincérité asexualisante et désincarnée (je dis « asexualisante » car les premières personnes à succomber à la drogue de la tendresse sont celles qui justement soutiendront que dans l’amour homosexuel, le sexe a très peu d’importance par rapport à la beauté des sentiments et de la sensualité platonique !) sont énormes parmi les personnes homosexuelles. Le seul remède que je leur propose pour sortir de ce pétrin, c’est le retour au Réel.

 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.

 

 

Code n°54 – Duo totalitaire lesbienne/gay

duo totalitaire

Duo totalitaire lesbienne/gay

 

 

NOTICE EXPLICATIVE :

 

La relation explosive entre mecs gays et femmes lesbiennes, et l’émouvante gestion de la différence des sexes à l’intérieur de la cage aux barreaux transparents qu’est ledit « milieu homosexuel »…

 

B.D. "P'tite Blan" de Galou et Blan

B.D. « P’tite Blan » de Galou et Blan


 

Pourquoi l’amitié entre femmes lesbiennes et hommes gays reste logiquement problématique et explosive (même si personne n’en parle) ? Parce que les uns comme les autres, tant qu’ils pratiquent homosexuellement, expulsent la différence des sexes, aussi bien en amour qu’en amitié !

 

En général, l’amitié – ou mieux dit, « la collaboration » – entre l’homme gay et la femme lesbienne a tout l’air d’un petit arrangement entre potes intéressés par un même butin : la conquête amoureuse de l’Homme invisible tout-puissant (dans le cas des fictions), et la possession d’un maximum de droits légaux pour légitimer leur identité homo crue « éternelle » et la force de l’« amour » homo (dans le cas de la réalité). Au-delà de ça, il ne reste plus beaucoup de gratuité et d’amour entre eux. C’est pour cette raison que le duo fictionnel gay/lesbienne se présente souvent dans les romans et les films homosexuels comme un couple despotique ou associé dans le crime ; et dans le cas des amitiés lesbiano-gays réelles, on constate que l’absence de séduction entre les hommes gays et les femmes lesbiennes influe aussi négativement sur l’envie même toute simple d’être amis et de passer du temps ensemble. Derrière l’auto-injonction publicitaire et militante à la mixité, à la parité, et à la fraternité homosexuelle, les deux camps se séparent de plus en plus, ne font plus la fête ensemble, ne se rejoignent que dans les centres LGBT et pour les Gay Pride, s’utilisent comme bouche-trous aux soirées, se détestent en secret (puisque l’autre « camp » leur rappelle la différence des sexes qu’ils ont unanimement rejetée dans leurs amours).

 

Pourquoi est-ce si explosif entre les personnes gays et les personnes lesbiennes ? Parce que chacun renvoie à l’autre qu’il n’est pas physiquement désirable (dès qu’il commence à rentrer dans la comédie vestimentaire et comportementale du rejet de la différence des sexes et de son identité sexuée). Nouvelle pas si facile à encaisser, c’est sûr. Par exemple, je crois que je dois doublement rebuter une femme comme Caroline Fourest : parce que je suis un homme, et parce qu’extérieurement je suis un homme qui ne s’assume pas en tant que tel. Et c’est réciproque. Seul l’arrêt de la pratique homo ou de la croyance en l’identité homo (concrètement, seule l’amitié) esquissera l’horizon d’une trêve.

 
 

N.B. : Je vous renvoie également aux codes « FAP la ‘fille à pédé(s)’ », « Mère gay friendly », « Destruction des femmes », « S’homosexualiser par le matriarcat », « Androgynie Bouffon/Tyran », « Parricide la bonne soupe », « Doubles schizophréniques », « Personnage homosexuel empêchant l’union femme-homme », « Solitude », « Milieu homosexuel infernal », « Liaisons dangereuses », « Grand-mère », et à la partie « Prostituée lesbienne » du code « Putain béatifiée », dans mon Dictionnaire des Codes homosexuels.

 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.

 

 

 

PETIT « CONDENSÉ »

 

DUO sale pédé

 

Pour camoufler leur machisme/misandrie et leur misogynie, beaucoup de femmes lesbiennes et d’hommes gays font diversion en cultivant entre eux une amitié artificielle censée prouvée à la face du monde qu’ils sont tous deux absolument capables d’intégrer avec succès la différence des sexes au sein de leurs relations interpersonnelles. Dans le « milieu homo », cette contrefaçon porte le doux nom de « mixité » (sa jumelle « parité » est partie faire de la politique…). S’il pouvait y avoir une légende derrière ce mot, on lirait ce genre de discours : « Je t’aime tant que je ne crains rien de toi. Je m’approche de l’autre sexe à condition qu’il ne me demande pas de me donner entièrement à lui ». Selon cette logique, l’autre est considéré comme un parfait « collègue ». « Pour moi, les hommes, ce sont des camarades et je suis leur égale » entendons-nous de la part de certaines femmes lesbiennes (cf. le documentaire « La Vie à vif » (1982), dans La Nuit gay sur Canal +, diffusé le 23 juin 1995).

 

La mixité au sein de la communauté homosexuelle est malheureusement plus un beau principe bien intentionné qu’une pratique. Nous le constatons quand, par exemple, nous voyons qu’au fil des années, les bars mixtes se transforment en établissements uniquement lesbiens ou strictement gays dans les petites villes de province. Même à San Francisco (États-Unis), le « Centre du monde homosexuel », les personnes lesbiennes et gays ne se côtoient pas vraiment : il y a d’un côté le quartier de Castro (pour les garçons) et de l’autre le quartier de Mission (pour les filles). Au fond, il n’existe pas vraiment de ville homosexuelle même quand celle-ci est souhaitée sur le papier. Actuellement, le processus de séparation entre les femmes lesbiennes et les hommes gays est tellement avancé que la plupart des femmes lesbiennes voyant un homme gay lire des ouvrages sur le lesbianisme le regardent avec des yeux ronds, comme s’il n’était pas logique qu’il puisse s’intéresser à « leur » culture à elles.

 

B.D. "Kang" de Copi

B.D. « Kang » de Copi


 

Nous pourrions nous dire que les hommes gays et les femmes lesbiennes ont peu de chance de se retrouver esthétiquement et éthiquement, d’autant plus que dans leur système de pensée, leurs affinités relationnelles obéissent d’abord à leurs goûts et préférences sexuelles. Les femmes lesbiennes ont souvent pour idéal d’identification esthétique ce que les hommes gays prétendent détester : l’homme macho. Et inversement, les hommes gays ont un goût spécial pour les femmes-objets très féminines, que les femmes lesbiennes refusent d’être et rejettent violemment. Beaucoup de femmes lesbiennes adorent les sports collectifs, les travaux manuels réservés aux hommes… tout ce que les garçons gays haïssent !

 

Cependant, les hommes homosexuels ont un rapport ambigu avec les femmes lesbiennes, car ces dernières sont la transposition dans la réalité concrète de la femme forte et guerrière que tous deux convoitent (la seule différence, c’est que les femmes lesbiennes vont s’y identifier et la désirer sexuellement, alors que les hommes gays se contenteront simplement de s’y identifier). Ils aiment esthétiquement l’icône que les femmes lesbiennes ont voulu imiter, mais pas son actualisation homosexuelle, celle-ci les dégoûtant plus qu’autre chose. Le libertin garde pour la « femme plus que femme » un intérêt méprisant, tout comme la libertine voue à Don Juan et à la gent masculine qu’il représente une haine viscérale maquillée généralement en indifférence.

 

Les femmes lesbiennes se plaignent très souvent du manque de mixité dans les associations. Pourtant, elles font autant bande à part que leurs homologues masculins. Minorité dans la minorité, elles jouent de leur double statut d’exclues (en tant que femmes et en tant que lesbiennes) pour s’isoler encore plus des hommes gays. Beaucoup d’entre elles n’ont aucune sympathie pour les « folles », ni pour les hommes que les personnes gays représentent, tout comme de nombreux hommes gays méprisent les femmes lesbiennes. Certains ne gardent de la femme lesbienne que l’image d’une Josiane Balasko qui les bouscule dans les bars sans même s’excuser, qui ne leur adresse pas la parole quand elle débarque dans leur groupe d’amis, et qui ne fait la bise qu’aux filles… (je l’ai vu de mes propres yeux !)

 

Heureusement, femmes lesbiennes et hommes gays ont en commun leur humanité, ce qui leur permet parfois de tisser de vrais liens d’amitié. Mais n’idéalisons pas le tableau. Beaucoup d’hommes gays ont l’impression désagréable que leurs relations avec les femmes lesbiennes ne se construisent que par intérêt, et réciproquement pour les femmes lesbiennes. Cela s’explique assez bien : l’attirance amicale qu’aurait créée l’attraction sexuelle n’est plus là. On se rend vite compte qu’entre femmes lesbiennes et hommes gays, ce manque de complémentarité symbolique des désirs sexuels influe même dans la qualité des relations simplement amicales. Chacune des parties a l’impression de passer bien après la recherche d’amant(e)s de l’autre, et de servir de « bouche-trou » lors des soirées. Pour le coup, la déférence gay envers les femmes lesbiennes vire souvent à une parodie de galanterie ou de copinage, qui indique parfois l’existence des braises d’un incendie qui ne demande qu’à s’étendre. Il n’est pas étonnant de voir que le binôme « amical » que forment l’homme gay et la femme lesbienne est très souvent totalitaire ou sado-maso – donc hétérosexuel – dans les fictions et parfois dans la réalité concrète, comme l’illustre la description du binôme Mylène Farmer/Laurent Boutonnat faite par le chanteur Jean-Louis Murat : « Sur le tournage du clip, j’étais un peu en observateur, je trouvais ça assez formidable, je voyais bien que c’était un vrai fonctionnement de couple où l’extrême rigueur demandée par l’un était comprise et acceptée entièrement par l’autre. Une vraie complémentarité, une intensité dans le désir de faire quelque chose de qualité, sur la même longueur d’onde. Quand on travaille avec eux, c’est toujours assez bluffant de voir jusqu’à quel point ils peuvent aller dans le commandement, dans la soumission aussi… » (Jean-Louis Murat en parlant du tournage du vidéo-clip de la chanson « Regrets », dans la biographie Mylène Farmer : de chair et de sang (2005) d’Annie et Bernard Réval) La femme lesbienne et l’homme homosexuel simulent l’harmonie parfaite. En réalité, ils ne font que différer le moment de leur affrontement réel. Tant que leurs conquêtes pour les « droits sociaux des homos » ne cesseront de s’accumuler, ils joueront la comédie de l’amitié. Une fois qu’ils n’auront plus besoin l’un de l’autre et qu’ils auront souri ensemble pour la photo, ils risquent de se jeter/s’anéantir mutuellement s’ils ne travaillent pas ensemble à démasquer les ambiguïtés violentes de leur désir homosexuel.

 

Le paradoxe, c’est que tandis que les hommes gays rejettent les femmes lesbiennes, ils les attendent. La présence de celles-ci leur fait un bien fou. Il suffit qu’il y ait une seule femme lesbienne dans leurs rencontres majoritairement masculines pour qu’ils soient plus respectueux entre eux et qu’ils se tiennent mieux. Les femmes manquent véritablement aux hommes gays. Ils ne l’avouent pas souvent car leur désir le plus profond est encore trop encombré de fantasmes en tout genre pour qu’ils s’autorisent à en parler. Les femmes lesbiennes, quant à elles, expriment aussi le besoin d’avoir une bande d’amis garçons, même si elles soupirent à chaque fois qu’elles voient arriver les groupes de « mâles » dans « leurs » bars. En réalité, la désertion progressive des femmes lesbiennes dans le « milieu gay », ainsi que la séparation toujours plus marquée des sexes, sont peu profitables à l’ensemble des personnes homosexuelles… mais nous y tendons malheureusement, puisque de plus en plus, nous constatons un phénomène de compartimentation des minorités au sein même de la communauté homosexuelle. Le « narcissisme des petites différences » suit sa route… Qui l’arrêtera ?

 
 

GRAND DÉTAILLÉ

 

FICTION

 

 

a) L’union de misères et d’amertume misandre :

 
 

Comme nous l’avons étudié dans les codes « FAP la ‘fille à pédé(s)’ » et « Putain béatifiée » (la partie sur les prostituées lesbiennes), il est fréquent que la « fille à pédé(s) » fictionnelle ou celle qui se présente comme la meilleure amie « des » homos et de « leurs » droits (beaucoup de guillemets, désolé : on parle de gens qui sont dans le paraître), se rabatte par dépit (identitaire et amoureux) sur les femmes, le lesbianisme, la prostitution et le despotisme militant LGBT : cf. Lucy dans le film « Boy Culture » (2007) de Q. Allan Brocka, la maman de Jamie dans le film « Beautiful Thing » (1996) d’Hettie Macdonald, Mrs Hunter la maman de Nico dans le film « Another Gay Movie » (2006) de Todd Stephens, Lola dans la pièce À plein régime (2008) de François Rimbau, Marcy dans la pièce Un Mariage follement gai ! (2008) de Thierry Dgim, Nancy dans la pièce Qui aime bien trahit bien ! (2008) de Vincent Delboy, etc.

 

Par exemple, dans la pièce Confidences (2008) de Florence Azémar, Florence, l’héroïne lesbienne avoue avoir été initialement amoureuse de Stéphane, son meilleur ami gay. Dans la pièce Macbeth (1623) de William Shakespeare, Lady Macbeth et Macbeth sont des répliques du couple libertin Merteuil/Valmont : Macbeth est décrit comme un « tyran » ; Lady Macbeth, quant à elle, méprise celles qu’elle appelle les « bonnes femmes », et demande aux esprits maléfiques qu’ils lui « rendent son sexe viril ». Dans la pièce D’habitude j’me marie pas ! (2008) de Stéphane Hénon et Philippe Hodora, la femme-objet est lesbienne. Dans le spectacle La folle parenthèse (2008) de Liane Foly, Jeanne Moreau est imitée en femme lesbienne. Dans la pièce La Famille est dans le pré (2014) de Franck Le Hen, Tom, le chanteur à succès ouvertement hétérosexuel (et secrètement homosexuel) se choisit comme couverture médiatique Cindy, le prototype de l’hétérosexuelle blonde et superficielle… qui finalement est aussi homosexuelle quand ça l’arrange : elle a joué pour les bienfaits de l’émission de télé-réalité voyeuriste Secret Story le rôle d’une lesbienne portant le secret suivant : « Je suis sortie avec une ancienne lesbienne bodybuildée et j’ai quatre orteils. » Dans le film « Rafiki » (2018) de Wanuri Kahiu, un jeune Kenyan est la risée de la bande masculine de Blacksta et Waireri, parce qu’il est coiffeur : « Il a encore plus une démarche de tapette ». Il est constamment traité de « tapette », et cela insupporte Kena, l’héroïne lesbienne, spontanément solidaire de son frère de condition homosexuelle : elle quitte même la table pour marquer son agacement.

 

On entend souvent dans la bouche des héroïnes lesbiennes leur haine des hommes, bref, leur misandrie (cf. je vous renvoie au code « Parricide la bonne soupe » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels, qui traite plus à fond la question de la misandrie lesbienne) : « Les mecs me font peur. » (Marie, la FAP violée, dans la pièce Une Cigogne pour trois (2008) de Romuald Jankow). Par exemple, dans la pièce Le Fils du comique (2013) de Pierre Palmade, Sylvie traite son meilleur ami gay Pierre d’« enculé » parce qu’il ne veut plus qu’elle soit la mère de leur enfant et qu’il a trouvé une autre mère qu’elle. Et du côté des héros gays, ils déversent parfois leur misogynie sur leurs copines lesbiennes : « Vous êtes deux diablesses. » (Greg, le porte homo s’adressant au couple lesbien Jézabel-Erika dans le film « La Mante religieuse » (2014) de Natalie Saracco)

 

Dans le film « Les Crevettes pailletées » (2019) de Cédric le Gallo et Maxime Govare, la rencontre entre la communauté gay et la communauté lesbienne est saignante. L’équipe des Crevettes pailletées, composée d’hommes gays et trans, est opposée lors d’un match à une équipe de water-polo de femmes lesbiennes appelées Les Déménageuses… ce qui suscite chez les gars de la peur (« Ça fait un peu peur… » avoue Damien) autant que du dégoût (« Dans ‘lesbiennes’, y’a ‘hyènes’… » dit Joël). Les deux équipes s’insultent. L’entraîneuse des Déménageuses traite Mathias Le Goff, l’entraîneur des Crevettes, de « baltringue, et son équipe féminine les insulte de « tarlouzes », de « tapettes », et même de « racistes » (alors qu’Alex est noir). En riposte, Mathias enjoint ses joueurs à faire leur fête aux Déménageuses : « Vous allez les défoncer ! ». Il fait un doigt d’honneur à l’entraîneuse. Sympa, l’homophobie excusée par la différence des sexes…
 

Dans les fictions traitant d’homosexualité, le héros gay rejoint très souvent l’héroïne lesbienne dans son désespoir sentimental et dans sa haine jalouse des hommes, quitte à anéantir ces derniers dans la tentative de séduction et de conquête (fusion identitaire ou fusion corporelle amoureuse) : cf. Rhonda et Adam dans le film « Adam et Steve » (1995) de Craig Chester, Marc et Gaby dans la pièce Faim d’année (2007) de Franck Arrondeau et Xaviéra Marchetti, Marcy et Sébastien dans la pièce Un Mariage follement gai ! (2008) de Thierry Dgim, l’union de misères gay/lesbienne pour « compenser le divorce » dans le film « Señora De Nadie » (1982) de Maria Luisa Bemerg, etc.

 

Par exemple, dans la comédie musicale Angels In America (2008) de Tony Kushner, l’homo (Prior) et la FAP (Harper) prétendent vivre une « triste complicité » ensemble. Dans le film « Como Esquecer » (« Comment t’oublier ?, 2010) de Malu de Martino, Hugo, le héros homosexuel, vit un douloureux chagrin d’amour à cause son amant Pedro ; en parallèle, sa meilleure amie lesbienne, Julia, pleure aussi sa rupture avec Antonia, son ex-compagne. Dans la pièce 1h00 que de nous (2014) de Marc et Mumu, lors d’un casting de film porno où Mumu et Max se voient obligés de coucher ensemble (« Qu’est-ce qu’il vous prend, Palmade et Moresmo ? On n’est pas sur un char ! » leur crie le régisseur-plateau), ils s’engueulent et se traitent de « sorcière ».

 

Dans la pièce La Thérapie pour tous (2015) de Benjamin Waltz et Arnaud Nucit, Arnaud, l’un des héros homos, découvre que son amant Benjamin a eu, dans son parcours amoureux, une aventure avec une femme. Il lui pique une crise de jalousie : « Quoi ?!? Tu t’es tapé une meuf pour de vrai ?!? Mais c’est dégueulasse !! C’était une lesbienne, c’est ça ?!? »
 

Dans le film « Saint Valentin » (2012) de Philippe Landoulsi, c’est l’amitié-vache entre Naïma et Valentin (le héros homosexuel) travaillant ensemble à une caisse de supermarché. Valentin ne s’intéresse pas à elle… sauf pour lui piquer une clope en faisant mine de lui offrir un bouquet… de poireaux. Naïma est navrée de leur vie sentimentale catastrophique commune (« Mais si t’arrêtais de te mettre dans des histoires impossibles, on n’en serait pas là. ») ; et Valentin semble blasé de l’amour en général. La vue d’un couple qui s’embrasse lui soulève le cœur : « Tu vas pas me dire que tout ce bonheur, c’est pas insoutenable ? »

 

La FAP et l’homosexuel se complaisent dans leur misère affective, dans l’adoration d’un Homme invisible qu’ils ont aimé et perdu. « Tu sais, je me demande si ta fréquentation me fait du bien ou me tire irrémédiablement vers le bas. » (Kathy s’adressant à Manu, dans le film « Comme les autres » (2008) de Vincent Garenq) ; « On n’est pas vraiment les champions de l’amitié. […] Pour toi, je suis juste la solution de simplicité. » (Franckie s’adressant à Hugo le héros homosexuel, dans la pièce Ça s’en va et ça revient (2011) de Pierre Cabanis) ; « Elle a l’aigreur des femmes qui n’auront pas de petits garçons, qui n’accapareront pas le sperme des mâles pour se faire croire qu’elles créent la vie, elles qui créent la mort. […] Ce sont des mères d’amertume. Elles sont tristes. » (Willie décrivant sa meilleure amie Liz, dans le roman La meilleure part des hommes (2008) de Tristan Garcia, p. 176) ; « Femme, j’ai eu tant d’ami hommes qui n’aimaient que les hommes que j’ai appris à me sentir inutile. Je n’avais pas de mari, pas d’enfants, c’est la vérité. » (Liz, idem, pp. 180-181) ; « Toi et moi on est pareils. On a tellement peur de nous […]. » (Damien à sa meilleure amie Agathe, dans la pièce Les deux pieds dans le bonheur (2008) de Géraldine Therre et Erwin Zirmi) ; « Quelque part, je crois qu’on se ressemble un peu trop. » (Laurent l’homo à sa meilleure amie Lola, dans la pièce À plein régime (2008) de François Rimbau) ; « C’est vrai que je n’aime personne, pas même vous, Garance. Et pourtant, mon ange, vous êtes la seule femme que j’aie jamais approchée sans haine ni mépris. » (Lacenaire à Garance, dans le film « Les Enfants du Paradis » (1943-1945) de Marcel Carné) ; « Moi aussi je me suis sentie humiliée, considérée comme moins que zéro. » (Antonietta à Gabriele dans la pièce Une Journée particulière (2007) d’Ettore Scola) ; « Je la [Marilyn la FAP] détestai, mais je me gardai bien de le lui montrer ; j’étais jaloux et je le cachais. Et elle adorait Pierre. » (le narrateur homosexuel dans le roman Le Bal des Folles (1977) de Copi, pp. 29-30) ; « Ils [Pietro l’amant homosexuel du narrateur + Marilyn] portent tous les deux des imperméables blancs qu’ils ne quittent même pas à table, ils ont adopté la même coiffure à la garçonne, ils s’embrassent sur la bouche entre deux bouchées d’hamburger, ils se regardent les yeux dans les yeux, tristes, fatigués de leur soirée de travail. Ils mettent de l’argent de côté pour s’acheter une ferme à Ibiza qui coûte trois fois rien, ils rajoutent une chambre pour les enfants, lui plante des tomates pendant qu’elle s’occupe des mômes, c’est le bonheur. » (idem, p. 56) ; « À présent elle [Marilyn, la FAP] me force à faire chambre commune quoique je n’aie rien à craindre : cette fille de trente-cinq ans est toujours vierge. » (le narrateur homosexuel dans le roman Le Bal des Folles (1977) de Copi, p. 94) ; « Au fil des années, entre Marc [homosexuel] et elle [Gabrielle, l’héroïne lesbienne], la passion s’était lentement transformée en une charmante amitié amoureuse. » (Élisabeth Brami, Je vous écris comme je vous aime (2006), p. 54) ; « Brusquement, il se lève, la regarde là, assise, petite et ronde et tassée. Sa Gabrielle narquoise et conquérante d’autrefois. Il veut dire quelque chose. Elle ne veut pas qu’il parle. Elle ne lui passerait aucune erreur, aucune faute de goût. Le cruel refrain d’une chanson de Trenet lui revient en mémoire : ‘Que reste-il de nos amours…’ Elle en ricane intérieurement. Toute seule. Il est temps pour eux de se quitter. » (idem, p. 95) ; etc.

 

Par exemple, dans le téléfilm « Le Clan des Lanzacs » (2012) de Josée Dayan, Élisabeth (la veuve noire calculatrice) et Brahim (son bras-droit homosexuel) partagent un secret : la mort par suicide du fils d’Élisabeth. Dans la série Clara Sheller (2005) de Renaud Bertrand, le binôme JP/Clara fait pitié : « Ma vie sentimentale est aussi nulle que la tienne. » remarque JP (cf. l’épisode 1 « À la recherche du prince charmant »). À eux deux, ils forment le « couple ‘homo hystérique/fille paumée’ » (Clara dans l’épisode 4 « 14 juillet »). En réalité, la FAP et l’homo souffrent d’aimer et de se disputer le même homme. Clara et Jean-Philippe sont tous deux amoureux de Gilles, le bisexuel (cf. l’épisode 5 « Oublier Paris »). Le même schéma se reproduit dans le film « Paddy » (1998) de Gérard Mordillat. À la fin du film « Les Amours imaginaires » (2010) de Xavier Dolan, on assiste à un face à face diabolique, sur fond rouge, entre Francis, le héros homosexuel, et Marie, la « fille à pédé » prise pour une lesbienne, se déchirant pour un homme, Nicolas : c’est le combat de l’ange et du diable, qui se termine par les convulsions et les cris de Francis.

 

Dans le film « Entre les corps » (2012) d’Anaïs Sartini, Greg le héros gay et Hannah sa meilleure amie lesbienne, sont colocataires et simulent la parfaite entente : « On vit ensemble comme deux jumeaux. » En réalité, on découvre peu à peu leur contentieux : « Comment as-tu trouvé cet endroit ? » demande Hannah à Greg ; Greg lui répond en boutade (?) : « Une nuit que tu m’as laissé pour une fille… »

 

Homo comme lesbienne s’enferment dans le mythe identitaire et amoureux de « l’homosexualité ». « C’est vous qui avez raison. » (Catherine, la prof de maths lesbienne, face à Nathan, son élève homo, dans le téléfilm « Baisers cachés » (2017) de Didier Bivel) Par exemple, dans la série Faking It (2014) de Dana Min Goodman et Julia Wolov (cf. l’épisode 1 « Couple d’amies » de la saison 1), Shane, le héros homo, fait tout pour outer, ou plutôt forcer Amy et Karma à être homosexuelles comme lui : « Je suis tellement fier de mes petites ! […] J’ai toujours voulu avoir des copines lesbiennes. Elles sont parfaites. » Ils font inconsciemment preuve d’homophobie l’un par rapport à l’autre.

 

Dans la pièce Les Favoris (2016) d’Éric Delcourt, Guen, le héros homosexuel, maintient une relation de couple avec sa meilleure amie lesbienne Camille : « Tu as l’air très impliqué dans sa vie. » remarque Stan. Guen confirme : « Avec Camille, c’est vraiment la rencontre d’un binôme. » On découvre qu’il profite d’elle financièrement. De plus, Camille sort avec Ninon, et donc Guen se met en concurrence avec cette nouvelle rivale. Il méprise Ninon en la décrivant comme une junkie bisexuelle névrosée qui n’a jamais rien construit de sa vie et qui n’arrivera à vivre longuement avec Camille : « Ta vie est une période transitoire. » Guen se fait rembarrer : « Arrête de faire semblant d’être ce que tu n’es pas. » (Ninon) Quand Guen crée un jeu improvisé « le Jeu des Favoris », Ninon fait preuve de misandrie homophobe et ne mâche pas ses mots : « C’est scolaire, homo, nul. »
 
 

b) S’unir pour détruire :

Sophie Tellier et Mylène Farmer, concert 1989

Sophie Tellier et Mylène Farmer concert 1989


 

Pour faire diversion et ne pas régler leurs contentieux personnels et leur souffrance identitaire/amoureuse, le héros gay et l’héroïne lesbienne s’unissent pour un temps ensemble (la plupart du temps pas génitalement ! c’est juste une collaboration ascétique… même si certains sont d’anciens amants) pour mener leur combat commun contre la différence des sexes (ils ne font que reporter leur propre affrontement final) : Onoko et Watanuki dans le film « Passion » (1964) de Yasuzo Masumara, le duo libertin Don José/Carmen dans le roman Carmen (1845) de Prosper Mérimée, le duo explosif Pierre Palmade/Michèle Laroque dans leur spectacle Ils s’aiment, Eddie Sparks et Dixie Leonard dans le film « For The Boys » (1991) de Mark Rydell (« Un numéro, toi et moi. »), le Vicomte de Valmont et la Marquise de Merteuil dans le roman Les Liaisons dangereuses (1792) de Choderlos de Laclos, Osmond et Serena dans le film « Portrait de femme » (1996) de Jane Campion, les deux nazis Bergmann et Ingrid dans le film « Rome Ville ouverte » (1945) de Roberto Rossellini, Sophie et son cousin nazi dans le film « Les Damnés » (1969) de Luchino Visconti, le film « Le Bal du vaudou » (1972) d’Eloy de la Iglesia, Nathalie et Julien dans le roman Gaieté parisienne (1996) de Benoît Duteurtre, le binôme tyrannique gay/lesbienne dans le film « Flesh » (1968) de Paul Morrissey, le film « Amours mortelles » (2001) de Damian Harris, le film « I Shot Andy Warhol » (1996) de Mary Harron (racontant l’épisode de Solanas et Warhol), le film « Delirium » (1987) de Lamberto Bava, le duo lesbienne/gay fomentant la prostitution dans le film « La Punition » (1972) de Pierre-Alain Jolivet et dans le tableau Les Complices (2002) de Narcisse Davim, Ksawert (gay et dragqueen) et Karolina son agent dans le film « Sekret » (2012) de Prezemyslaw Wodcieszek (leur union cache la shoah), Kévin (gay) et Sana (lesbienne) dans la pièce Carla Forever (2012) de Samira Afaifal et Yannick Schiavone (ils vivent en colocation, médisent à tout va, et camouflent un mort dans la chambre de Kévin), Adelaïde la lesbienne et Bernard le gay (fasciné par les militaires) dans la pièce Les Z’Héros de Branville (2009) de Jean-Christophe Moncys, etc.

 

« Être homos, ça nous oblige à tout détruire. » (Stéphane, le héros homosexuel s’adressant à sa meilleure amie lesbienne Florence, dans la pièce Confidences (2008) de Florence Azémar) ; « Le Fou chantant et la Sorcière, ça ferait un beau couple ! » (cf. l’association entre Charles Trénet et Marie Besnard dans le téléfilm « Marie Besnard, l’Empoisonneuse » (2006) de Christian Faure) ; « Nous ficelons nos mensonges en un tour de langue – nous avons tellement l’habitude – et entre deux éclats de rire. » (Dominique en parlant de sa mère, dans le roman Françoise Dorin, Les Julottes (2001), p. 25) ; « Nous sommes vraiment, ma mère et moi, sur un pédalo en train de savourer un esquimau géant… » (idem, p. 36) ; « Meurtriers sataniques et violents ils étaient. » (Bernard décrivant Jeanne l’héroïne lesbienne et Philippe le héros homo, dans la comédie musicale La Belle au bois de Chicago (2012) de Géraldine Brandao et Romaric Poirier) ; « Tu sais que c’est un copain ? » (Laurent Spielvogel imitant André, un homme gay d’un certain âge, parlant de Marguerite Yourcenar, dans son one-man-show Les Bijoux de famille, 2015) ; etc.

 

Par exemple, dans le roman Le Garçon sur la colline (1980) de Claude Brami, Pascal l’homosexuel et Julia le garçon manqué s’affairent à maquiller un meurtre. Dans son one-man-show Tout en finesse (2014), Rodolphe Sand balance sur le faible sens de l’humour des lesbiennes camionneuses pas commodes, notamment avec le personnage de Joyce, la femme en cuir insensible qui se révèle être un vrai monstre : Joyce dit d’un air très pince-sans-rire qu’« elle adore les enfants » et qu’elle « en a déjà mangés 4 »… pour conclure hyper sérieusement « Non, j’déconne. Humour lesbien. C’est particulier. Je sais, je n’en ai pas. » Elle compte même couper en deux l’enfant que le couple Rodolphe/Claudio comptaient faire avec elle dans leur projet de coparentalité : « On fait 50/50 avec l’enfant ?Je prends la tête et vous les jambes ?»

 

Le duo que composent le héros homosexuel et sa meilleure amie lesbienne est parfois tellement fusionnel/séparé/séparateur (il semble composé de deux moitiés androgyniques qui se détestent tout en ne pouvant pas se détacher l’une de l’autre ! Je vous renvoie aux codes « Doubles schizophréniques » et « Androgynie Bouffon/Tyran » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels) qu’il fait peur. Se dégage de lui un totalitarisme, une unité suffisante et misanthrope : « C’est comme cela que je rencontre Polly, que tout de suite je tombe amoureux d’elle. Peut-être parce qu’elle est un peu brute, ce que je ne suis pas du tout. » (Simon, le héros homosexuel parlant de sa meilleure amie lesbienne, dans le roman Des chiens (2011) de Mike Nietomertz, p. 12) ; « Polly et Simon se connaissent bien et cette complicité qui les anime me dérange presque. » (Mike, le narrateur homosexuel, idem, p. 22) ; « Alors que le discours de Fabien se terminait, juste avant les applaudissements, deux spectateurs ont quitté la salle. […] La femme est coiffée d’un large chapeau, l’homme porte un costume noir et tous les deux arborent des lunettes de soleil. » (cf. la description du Maître de la secte, au visage à moitié caché, et de sa mystérieuse guichetière, dans le roman Le Musée des amours lointaines (2008) de Jean-Philippe Vest, p. 331) ; etc.

 

Dans la pièce Lettre d’amour à Staline (2011) de Juan Mayorga, des couples étranges se forment : d’abord entre le poète Boulgakov et sa femme – qui se met dans la peau de Staline – (« Tu es la femme que j’aime. Comment puis-je imaginer que tu es Staline ? »), et ensuite entre Boulgakov et un Staline homosexuel (« C’est toi le poète et moi le lutteur » dit le dictateur). Ce n’est que lorsque ces duos apparaissent que les enjeux de pouvoir se modifient entre les personnages. Les combinaisons par binôme indiquent deux choses : l’émergence du désir sexuel d’une part, et de la violence de l’hétérosexualité comme de l’homosexualité pratiquées d’autre part.

 

Dans la pièce Un Cœur en herbe (2010) de Christophe et Stéphane Botti, Ingrid, femme lesbienne, a couché avec Mathan, homme gay, avant de devenir sa meilleure amie.

 

Dans le roman Les Nettoyeurs (2006) de Vincent Petitet, l’association machiavélique entre le président Mérovinge et son associée Nathalie, anciens amants dirigeant en bons despotes cruels et froids un Empire économique impitoyable broyant l’humain, a tout du binôme asexué androgynique formé de deux moitiés d’homme sadomasochiste : l’homme doucereux + la femme masculine (Nathalie est une blonde grande et mince, porte un smoking noir Saint Laurent, est surnommée « la balafrée de luxe ») : « Nathalie pense comme moi. Tu sais qu’elle ne se trompe jamais, il lui suffit de voir une personne quelques minutes… Même si elle juge un peu à la cravache. » (Mérovinge, p. 214) ; « Leur obscure et défunte relation le hantait toujours. Il désirait lui plaire encore, non pour la conquérir, mais par désir enfantin de ne pas décevoir cette ancienne et violente maîtresse. » (p. 215) ; « Antoine s’attarda sur la fraîche balafre qui barrait la joue de Nathalie Stevenson. » (p. 240) ; etc.

 
 

c) Une collaboration qui se referme comme un piège autodestructeur :

Le lien PD/FAP (ou gay/lesbienne) est fébrile et dangereux pour eux car il est principalement pécuniaire, intéressé et fondé sur la haine de soi (cf. le film « Flesh » (1968) de Paul Morrissey, le film « Queer Things I Hate About You » (2000) de Nickolaos Stagias, etc.). « Les hommes, je les utilise. Un peu de plaisir et puis c’est tout. » (Karin, l’héroïne lesbienne du film « Die Bitteren Tränen Der Petra Von Kant », « Les Larmes amères de Petra von Kant » (1972) de Rainer Werner Fassbinder) ; « Détends-toi. Ce mec a l’air pas mal, il est sexy et sûrement intelligent, alors détends-toi, profite, ne te pose pas trop de questions. Arrête de flipper. » (Polly, l’héroïne lesbienne encourageant son ami gay Mike à sortir avec un certain « Léo » qu’ils ne connaissent ni l’un ni l’autre, dans le roman Des chiens (2011) de Mike Nietomertz, p. 94) ; etc. Par exemple, dans le film « Shortbus » (2005) de John Cameron Mitchell, la FAP (Severin) marque un prix sur la photo qu’elle fait de son ami homo Jamie. Dans la pièce Qui aime bien trahit bien ! (2008) de Vincent Delboy, Sébastien l’homosexuel utilise et manipule son amie lesbienne Dadou. Dans le film « La Manière forte » (2003) de Ronan Burke, les hommes homos sont considérés comme des vaches à sperme par les lesbiennes qui veulent à tout prix un bébé.

 

Il arrive aussi que la FAP lesbienne se serve de son meilleur ami homo comme couverture, comme c’est le cas dans le film « My Father is Coming » (1991) d’Elfi Mikesh. Dans le roman Deux Femmes (1975) d’Harry Muslisch, Sylvia se prend en photo avec un homme inconnu dans un zoo pour ensuite le présenter à sa mère comme son fiancé et faire illusion sur son homosexualité. Dans la pièce Un Mariage follement gai ! (2008) de Thierry Dgim, Marcy fait passer son meilleur ami gay Sébastien pour son futur mari afin de leur cacher qu’elle est homosexuelle, ce à quoi Sébastien proteste : « Je suis la couverture de Madame ! » Dans le roman Deux femmes (1975) d’Harry Muslisch, Laura la lesbienne se sert de son ami Freddy comme alibi pour lui faire endosser la responsabilité de son vol (au lieu de citer son propre nom au marchand qu’elle a volé, elle lui donne celui du jeune homme) : « Freddy Hoenderdos était dans ma classe au cours moyen. Pourquoi avais-je donné son nom plutôt qu’un autre au marchand de légumes qui marqua le terme de mon escapade ? Ce n’était pas parce que je le détestais ; je le détestais bel et bien, mais ma réponse avait fusé trop vite pour être réfléchie. Son nom m’était venu à la bouche naturellement, comme si c’était vraiment le mien. » (p. 18) Dans la comédie musicale Panique à bord (2008) de Stéphane Laporte, Joséphine se sert de son fils gay Kevin pour appâter les clients du bateau et leur soutirer de l’argent. Dans le roman Los Ambiguos (1922) d’Álvaro Retana, le gay et la lesbienne se servent mutuellement d’appât. Dans la pièce Une Souris verte (2008) de Douglas Carter Beane, Diane, la FAP lesbienne, empêche son ami Mitchell de s’unir à Alex. Dans le film « Like It Is » (1998) de Paul Oremland, Paula, la FAP, veut que son copain homo Matt reste vierge : elle se montre jalouse envers Craig, le compagnon de celui-ci. Dans le film « Mambo Italiano » (2003) d’Émile Gaudreault, Lina, la mère de Nino, accepte avec enthousiasme l’homosexualité de son fils… à partir du moment où il reste tout à elle et qu’il ne ramène pas de copain à la maison. Elle lui fait une crise de jalousie quand son fiston lui présente Angelo. Dans la série Clara Sheller (2005) de Renaud Bertrand, la FAP Clara utilise son meilleur ami homo Jean-Philippe comme un objet : selon elle, il est pratique d’avoir à ses côtés « un type qui vous protège de la pluie » (cf l’épisode 1 « À la recherche du prince charmant »). Dans la pièce À plein régime (2008) de François Rimbau, Lola, avant de se découvrir lesbienne, paie des prostitués pour se donner l’illusion qu’elle peut avoir des amants (Luc, homosexuel, sera l’un d’eux). Dans le film « On ne choisit pas sa famille » (2011) de Christian Clavier est filmé le manque de solidarité et les luttes d’intérêts différents entre le couple lesbien Kim/Alexandra et leurs « potes » homosexuels, refusant de collaborer à leur projet de co-parentalité puis d’adoption (César, le héros hétéro, sera textuellement utilisé par elles comme une « roue de secours » pour le vol d’enfant dans l’orphelinat).

 

Film "Reflets dans un oeil d'or" de John Huston

Film « Reflets dans un oeil d’or » de John Huston


 

Cette exploitation mutuelle, même si elle passe par un consentement qui ne heurte pas au départ les deux intéressés, finit par se retourner contre eux. Ils sont l’un pour l’autre le témoin gênant de l’identité homophobe de « l’homosexuel » qu’ils croient partagée (ils sont donc en droit de traîner leur amitié en procès d’outing ! elle le conforte dans leur haine d’eux-mêmes !), le miroir de la violence de leur pratique séparée de l’homosexualité. Par exemple, dans le film « La Vie d’Adèle » (2013) d’Abdellatif Kechiche, Adèle découvre son homosexualité et commence à sortir dans les bars avec Valentin, homo comme elle. Mais on finit par comprendre qu’ils s’exploitent l’un l’autre car à la fin des soirées, ils draguent chacun de leur côté. Leur relation s’envenimera définitivement lorsqu’au lycée, la relation amoureuse entre Adèle et Emma est démasquée (Adèle engueule Valentin d’avoir cafté qu’ils étaient allés dans des établissements LGBT, le traite de traître). Dans le film « Cloudburst » (2011) de Thom Fitzgerald, Stella, l’héroïne lesbienne antipathique et follophobe, traite Prentice, son autostoppeur hétéro, de « Sissy » parce qu’il fait des mouvements de danse sur la plage et qu’elle les juge ridicules.

 

Dans le roman The Girl On The Stairs (La Fille dans l’escalier, 2012) de Louise Welsh, le skinhead gay tente d’agresser sexuellement Jane la lesbienne : « Le rire de ce skinhead éméché résonna contre les murs, aigu et efféminé » (p. 95) Plus tard, à une soirée organisée par sa compagne Petra, Jane se fait lourdement draguer par un collègue de travail de Petra, Jurgen, pourtant homosexuel, qui profite du fait que Jane soit lesbienne et la seule personne homosexuelle du dîner mondain auquel ils participent pour avoir un surprenant geste déplacé : « Il glissa la main sous la table. Jane lui prit la main et la repose sur la table en se disant qu’il était dommage que la première personne qu’elle trouvait sympathique depuis son arrivée à Berlin ait été un tel connard. […] Jurgen Tilmann était dans les affaires, comme les autres invités de Petra, pas un hors-la-loi en quête d’une alliée. » (p. 114 et p. 116)
 

Le héros homo et son amie lesbienne se haïssent et cherchent souvent à se fuir ou à s’entretuer, à se disputer un pouvoir ou un mythe. « Je te tuerai. » (Weldon menaçant face à Leonora dans le film « Reflection In A Goldeneye », « Reflets dans un œil d’or » (1967) de John Huston) ; « Cette fille est en train de me bouffer… » (Fred, le héros homosexuel parlant d’Alice, sa meilleure amie, une femme-cowboy, dans la pièce Coloc’ à taire ! (2010) de Grégory Amsis) ; « Elle [Marilyn, la FAP] me hait seulement, elle n’agit que par la haine de moi. » (le narrateur homosexuel dans le roman Le Bal des Folles (1977) de Copi, p. 78) ; « Tu me pèses. T’es toujours là à tourner autour de moi. » (Stéphane, le héros homo s’adressant à sa meilleure amie lesbienne Florence, dans la pièce Confidences (2008) de Florence Azémar) ; « J’te déteste ! » (Florence à Stéphane, idem) ; « Vous vous étiez compromis entre vous, pédés et gouines, à ventiler vos problèmes sans venir nous emmerder ! […] Allah, les gouines me poignardent ! […] Ah, race de femmes maudites, vous êtes toutes des putes ignorant tout de la bite ! » (Ahmed dans la pièce Copi, Les Escaliers du Sacré-Cœur (1986) de Copi) ; « Elle m’aime pas, Polly, je crois que j’aimerais quand même l’avoir comme fille de pédés, c’est comme ça qu’on dit fag hag, pour lui coiffer ses cheveux et tout ça, mais quand même, elle est très méchante avec moi, hein ? Les fag hags françaises sont toutes comme ça, méchantes ? Moi la mienne, à New York, Emma, elle fait tout ce que je dis à elle, comme de montrer ses seins pour que je souce des mecs. Ta fag hag à toi elle est pas gentille comme ça. » (Cody, le personnage homo nord-américain efféminé s’adressant à son pote gay Mike à propos de Polly, l’amie lesbienne de Mike, dans le roman Des chiens (2011) de Mike Nietomertz, pp. 116-117) ; « Polly ferait mieux de devenir hétéro et coucher avec un boxeur italien qui la mettrait sur le trottoir et la tabasserait de temps en temps, chuis sûr que là, et là seulement, elle prendrait son pied ! » (Simon, idem, p. 46) ; « De toute façon, en matière de prévention, dès que tu fais un truc t’as des tonnes d’associations dont t’avais jamais entendu parler qui te tombent dessus. Faut pas faire ci, faut pas faire ça… Tsss… Il ne faut pas mettre que des pédés, mais quand même. » (Claude, lesbienne, idem, p. 63) ; « Je me demande si on est encore amis. » (Ine, la FAP lesbienne, à Miriam, l’héroïne transsexuelle F to M, dans le film « Romeos » (2011) de Sabine Bernardi) ; « Ah, race de femmes maudites, vous êtes toutes des putes ignorant tout de la bite ! » (Ahmed s’adressant à des femmes lesbiennes, dans la pièce Les Escaliers du Sacré-Cœur (1986) de Copi) ; « J’ai passé une petite annonce à la radio, doctoresse, pour me trouver un moustachu maso comme moi et fonder un couple ! J’ai obtenu une réponse. Une lesbienne, doctoresse. » (« L. » dans la pièce Le Frigo (1983) de Copi) ; « C’est mal fichu, une fille. Il manque l’essentiel ! C’est à se demander comment les lesbiennes font pour se reproduire ! Vous imaginez ? Passer de la saucisse à la moule : bonjour l’indigestion ! » (Fabien Tucci, homosexuel, dans son one-man-show Fabien Tucci fait son coming-outch, 2015) ; etc.

 

Par exemple, dans la pièce Hétéropause (2007) d’Hervé Caffin et de Maria Ducceschi, on retrouve le couple haineux gay/lesbienne : « Je vais te détruire » dit Hervé, le héros homosexuel à sa femme Choupette qu’il imagine, le temps d’un cauchemar, en lesbienne. Dans le roman Le Cœur éclaté (1989) de Michel Tremblay, l’amitié Jean-Marc/Mélène est parfois liée à la terreur. « J’avais presque sursauté. Elle a une façon de lire en moi qui me surprend toujours. Sa perspicacité est confondante. […] Elle atterrit souvent au milieu de mes pensées comme si elles étaient les siennes. » (Jean-Marc, p. 28) D’ailleurs, Jean-Marc n’hésite pas à traiter sa meilleure amie lesbienne de « sorcière » (idem, p. 53) et à désirer la tuer : « Pourquoi est-ce qu’on voudrait étrangler ses amis parfois ? » (idem, p. 48) Dans la pièce Doris Darling (2012) de Ben Elton, Sidney (gay) et Doris (lesbienne) se traitent comme des merdes : il pique à Doris son projet d’émission, à cause d’un malencontreux échange d’enveloppes. Dans la pièce Le Fils du comique (2013) de Pierre Palmade, Sylvie a tout de la goudou-FAP : elle est flic et débarque à l’appartement du « couple » Benjamin/Pierre en feignant de les menacer au flingue « d’être trop heureux » ; elle exige également de son meilleur ami gay Pierre qu’il la choisisse comme mère porteuse de leur futur enfant. Dans la pièce À partir d’un SMS (2013) de Silas Van H., lorsque, pour tuer l’ennui, Jonathan et Matthieu expriment le désir d’avoir un chien, Jonathan pose une condition : éviter le bulldog, montré comme le « chien de gouine ». Dans la pièce Hors-Piste aux Maldives (2011) d’Éric Delcourt, Franck, le héros homosexuel, dit qu’il « ne peut pas saquer les lesbiennes ». Dans son one-man-show Chroniques d’un homo ordinaire (2008) de Yann Galodé, Didier, homosexuel, utilise sa cousine-FAP comme faire-valoir : « Tu es mon public ! » Mais il finit par la renier : « Je refuse de porter le poids de ton mal de vivre permanent ! » La cousine est comparée à un monstrueux poisson mort. Elle a tout de la femme lesbienne : Didier la trouve « beaucoup trop sportive ». Dans la pièce Et Dieu créa les folles (2009) de Corinne Natali, c’est carrément la guerre ouverte entre Romuald, homosexuel (en couple gay), et Frédérique, lesbienne (en couple avec une femme). Il la traite plusieurs fois de « salope », de « femme hystérique mal baisée », et l’enferme dans son orientation sexuelle (« J’suis sûr, c’est une lesbienne ! »). Frédérique n’est pas en reste dans la calomnie homophobe à l’égard de Romuald (avec qui elle finira par coucher) : « Le Roi des crétins, la Crème des nuls » ; « J’suis sûr qu’c’est un pédé ! » ; « Misogyne en plus… Enfin, ça, c’est pas un scoop… ». Dans le film « Harvey Milk » (2009) de Gus Van Sant, on voit toute la misogynie des mecs homos envers Anne, une femme lesbienne qui essaie de s’intégrer à leurs premières associations LGBT. Dans la pièce La Belle et la Bière (2010) d’Emmanuel Pallas, Léo (le héros homo) et Garance (l’héroïne lesbienne) se disputent : il la traite de « sorcière », de « pute », de « goudou ! », et elle de « vampire », de « pédale ! ». « Tu me hais. » rajoute Léo. « À la guerre comme à la guerre ! » finissent-ils par se lancer ensemble.

 

Dans le roman The Well Of Loneliness (Le Puits de solitude, 1928) de Marguerite Radclyffe Hall, la relation amicale entre Jonathan Brockett (homosexuel) et Stephen (lesbienne) est à une machiavélique exploitation mutuelle, apparemment consentie par les deux parties : « Inconsciemment, Stephen était un jouet entre ses mains. » (p. 316) ; « Que restait-il à Stephen alors ? Jonathan Brockett ? Qui se ressemble s’assemble. Non, non, pensée intolérable ! […] Il était intolérable de penser que ses seuls compagnons seraient des hommes et des femmes comme Jonathan Brockett… et pourtant… quoi d’autre, après tout ? Que restait-il ? » (idem, p. 319) ; « Stephen le regarda froidement, se demandant comment elle pouvait tolérer ce jeune homme… comment, vraiment, elle parvenait à le souffrir. » (idem, p. 320) ; etc. Jonathan Brockett dit à Stephen qu’il « la déteste positivement » (p. 430). Et cette dernière le présente à son entourage comme un « compagnon » avec qui elle a établi un pacte de non-agression qui ressemble à une Guerre froide : « Voici Jonathan Brockett, un vieil ami à moi, nous sommes des confrères. » (p. 430)

 
 

FRONTIÈRE À FRANCHIR AVEC PRÉCAUTION

 

PARFOIS RÉALITÉ

 

La fiction peut renvoyer à une certaine réalité, même si ce n’est pas automatique :

 
 

a) L’union de misères et d’amertume misandre :

Vivien Leigh et Laurence Olivier

Vivien Leigh et Laurence Olivier


 

Comme nous l’avons étudié dans les codes « FAP la ‘fille à pédé(s)’ » et « Putain béatifiée » (la partie sur les prostituées lesbiennes), il est fréquent que la « fille à pédé(s) » ou celle qui se présente comme la meilleure amie « des » homos et de « leurs » droits (beaucoup de guillemets, désolé : on parle de gens qui sont dans le paraître), se rabatte par dépit (identitaire et amoureux) sur les femmes, le lesbianisme, la prostitution et le despotisme militant LGBT : cf. je vous renvoie à la lettre de Charlotte dans la rubrique « Courrier des lecteurs », lue dans Têtu, novembre 2001 (cette lectrice se met dans la peau de la lesbienne, à la fois par provocation, par jeu, mais aussi par identification inconsciente… une identification qui a pu déboucher quelques années après sur un coming out) : « Chers tous ! Je suis une hétérosexuelle qui lutte contre l’homophobie. Vous allez vous dire : ‘Mais qu’est-ce que c’est que cette fille ?’ Eh bien, je suis une fille qui vous aime et vous embrasse très fort, et, surtout, qui crache à la gueule des homophobes (c’est clair ?) ! Non, franchement, je ne tolère ni les propos racistes ni les propos antigays. Je ne comprends pas comment on peut avoir de la haine envers les gens qui aiment, tout simplement ! Aussi, je n’aime pas trop utiliser les appellations ‘homo’, ‘hétéro’, ‘bi’, etc. Nous sommes tous des gens qui avons envie d’aimer et d’être aimés ! Il ne faut pas classer les individus, sinon les cons pointent leur doigt vers ‘ceux-là’. Il y a des gens qui aiment les patates et pas les carottes, ou l’inverse, ou les deux. Chacun son truc ! Un jour, mes poufs de copines ont insulté un homo dans la rue (honte à moi d’avoir été leur amie !) Je les aurais massacrées une par une ! Je mourrais d’envie de leur crier : ‘Hé, bande de connes, j’suis lesbienne !’ J’achète Têtu tous les mois parce que c’est un mag que j’aime et qui est très intéressant. Je suis fan de Mylène Farmer aussi. C’est Simon, mon meilleur ami homo, qui m’a fait découvrir tout cela, et je l’en remercie du fond du cœur. Parce que grâce à lui, j’aime vivre, j’aime aider les autres. J’ai découvert ma voie et je me suis fait de vrais amis, et, même s’ils sont homos pour la plupart, je les aime infiniment. Grâce à eux, je sors dans le milieu gay de temps en temps. J’aime un homme ; il est homo. C’est le plus beau de la terre à mes yeux. Que celui qui le touche pour lui faire du mal meure sur-le-champ. Ou alors je lui pète la gueule (je fais de la boxe depuis deux ans) ! J’aimerais que cette lettre fasse le tour du monde et mette en colère tous les gros cons de la planète – j’ai nommé les homophobes, qui ont un esprit aussi large qu’un cheveu et dont le QI est semblable à celui d’une huître (mais je n’ai rien contre les huîtres !). Charlotte. »

 

Autres exemples : Fanny Ardant, Jeanne Moreau, Mylène Farmer, Jeanne Mas, Michèle Laroque, Catherine Deneuve, et bien d’autres, à force de jouer les filles à pédé(s), ont fini par tourner des scènes lesbiennes dans des films ou par se lancer « pour expérience » dans une aventure lesbienne épisodique. « J’ai dû être gay dans une autre vie ! Je n’ai toujours eu que des amis gays. J’avais même un homme de ménage, c’est pour dire ! Je ne sais pas, j’ai dû être gay dans une autre vie ! Et jusqu’ici, je n’ai toujours travaillé qu’avec des gays. » (la chanteuse Anggun dans un article du journaliste Jordan Grevet, pour la revue Têtu, publié le samedi 31 mars 2012)

 

On entend souvent dans la bouche des actrices, des femmes-objets, et des femmes lesbiennes leur haine des hommes, bref, leur misandrie (cf. je vous renvoie au code « Parricide la bonne soupe » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels, qui traite plus à fond la question de la misandrie lesbienne). Elles les apprécient comme de sympathiques et fidèles « camarades » exploitables de leur plein gré, aux petits soins avec elles. Par exemple, pendant son passage télé à l’émission le Jeu de la Vérité dans les années 1980, on demande à Alice Sapritch « pourquoi elle ne fréquente que des homos ». Elle répond : « Dans nos métiers, il y a beaucoup d’homosexuels. En plus de cela, je suis une femme seule. Les homosexuels sont des gens charmants, qui sont drôles, qui ont des métiers très amusants, et qui sont célibataires, et qui ont une voiture ! Vous comprenez, c’est mon péché mignon. Je n’ai pas de chauffeur. »

 

Un certain nombre d’individus gays rejoignent les filles lesbiennes dans leur désespoir sentimental et dans leur haine jalouse des hommes, quitte à anéantir ces derniers dans la tentative de séduction et de conquête (fusion identitaire ou fusion corporelle amoureuse). La FAP et l’homme homosexuel se complaisent dans leur misère affective, dans cet idolâtrie commune pour un Homme invisible perdu ou disparu : « J’ai également eu la chance de rencontrer Marc qui était aussi seul que moi. À partir du jour où nous sommes devenus amis, ma solitude a été moins lourde. » (Paula Dumont, La Vie dure : Éducation sentimentale d’une lesbienne (2010), p. 172) ; « Ce n’est pratiquement jamais par hasard qu’une femme épouse un homosexuel. » (Xavier Thévenot, Homosexualités masculines et morale chrétienne (1985), p. 61) ; « Le monde de mon enfance était un monde peuplé de femmes abandonnées. » (Reinaldo Arenas, Antes Que Anochezca (1992), p. 20) ; « Oui, c’était une sorte de dieu pour nous. » (Gore Vidal en parlant de Jimmie, l’amour de sa vie, qu’il a partagé avec une femme, Palimpseste – Mémoires (1995), p. 426) ; « Le Sida a permis aux lesbiennes et aux gays de se rassembler. » (Deborah Glick, activiste lesbienne, dans le documentaire « Lesbiennes, gays et trans : une histoire de combats » (2019) de Benoît Masocco) ; etc. Par exemple, Dalida et Charles Trénet chantant ensemble « Que reste-t-il de nos amours ? », c’est certainement l’alliance de deux maux de vivre qui se sont compris.

 

Dans son autobiographie La Mauvaise Vie (2005), Frédéric Mitterrand dévoile le fin mot de l’histoire de l’amitié entre l’homme gay et la femme lesbienne quand il évoque la nature du lien qu’il entretient avec une des nombreuses « filles à pédés » de son existence, Carmen : « Nous savons très bien où nous en sommes avec Carmen : nous aimons le même homme et il nous a dévastés, l’un et l’autre. » (p. 132) Il fait ce constat amer sur les femmes célibataires ou mal mariées qui l’ont fortement entouré à certains moments de sa vie : « C’est étrange, au fond je n’ai pas tant compté pour elles. » (idem, p. 126)

 
 

b) S’unir pour détruire :

lesbgay

 

Pour faire diversion et ne pas régler leurs contentieux personnels et leur souffrance identitaire/amoureuse, certains sujets gays et lesbiennes s’unissent pour un temps ensemble (certainement pas génitalement ! c’est juste une collaboration ascétique) pour mener leur combat commun contre la différence des sexes (ils ne font que reporter leur propre affrontement final). « Jean Genet avait en commun avec Violette Leduc ce goût du massacre, ce besoin de démolir. Pour des gens comme eux, il fallait que tout aille mal, c’était une stimulation. » (Jacques Guérin, cité par Valérie Marin La Meslée, « Genet, Violette Leduc », dans Magazine littéraire, n°313, septembre 1993, p. 72) ; « Tout le travail idéologique des féministes et des militants homosexuels a consisté à ‘dénaturaliser’ la différence des sexes, à montrer le caractère exclusivement culturel, et donc artificiel, des attributs traditionnellement virils et féminins. La déconstruction sexuelle a sapé toutes les certitudes des uns et des autres. C’était le but recherché. » (Éric Zemmour, Le Premier Sexe (2006), p. 24) ; « Oui, le nouveau diable et le nouveau bon Dieu, l’homophobe imbécile et le bien-pensant gay, le machiste et la féministe, etc., s’entendent très bien désormais pour étrangler toute rationalité et souffler les dernières Lumières. C’est ce que j’appelle le nouvel état de possession dans lequel se trouve la société. » (Philippe Muray, Festivus festivus : Conversations avec Élisabeth Lévy (2005), p. 454) ; « Nous sommes arrivés à la plage pour nudistes si bien que Marc a pu se rincer l’œil tout à son aise. Il est notamment resté un bon moment en extase devant des éphèbes qui jouaient au volley sans un fil sur le corps. Pour un voyeur, le spectacle ne devait pas manquer d’être saisissant. Quant à moi, qui n’ai jamais éprouvé le moindre plaisir à contempler des anatomies, à quelque sexe qu’elles appartiennent, je m’amusais plus de son émerveillement que de ce qui en faisait l’objet. » (Paula Dumont, La Vie dure : Éducation sentimentale d’une lesbienne (2010), p. 146) ; etc.

 

Par exemple, dans l’autobiographie Recto/Verso (2007) de Gaël-Laurent Tilium, Morgane, la châtelaine dominatrice, et Gaël, le libertin homo faible, forme un couple ascétique et pervers à la fois : « Morgane avait réussi le mélange des genres, le paradoxe, toute sa vie était faite de cela : notre complicité était scellée. » (pp. 140-141) Dans un registre similaire, le plasticien homo Andy Warhol s’est uni au lesbianisme pour la défense de la provocation et du scandale : il a mis en scène des baisers lesbiens.

 

L’union entre l’homme gay et la femme lesbienne est basée sur la schizophrénie et l’inversion identitaire sexuée : elle n’est absolument une rencontre. Par exemple, dans le one-woman-show Mâle Matériau (2014) d’Isabelle Côte Willems, on nous montre en parallèle sur un écran un homme efféminé se maquiller en femme, et la narratrice transgenre F to M sur scène se travestissant en homme, en se posant un faux bouc. Les deux comédiens habitent dans des mondes juxtaposés mais ne sont pas ensemble.
 

Le duo que composent le sujet homosexuel et sa meilleure amie lesbienne est parfois tellement fusionnel/séparé/séparateur (il semble composé de deux moitiés androgyniques qui se détestent tout en ne pouvant pas se détacher l’une de l’autre ! Je vous renvoie aux codes « Doubles schizophréniques » et « Androgynie Bouffon/Tyran » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels) qu’il fait peur. Se dégage de lui un totalitarisme, une unité suffisante et misanthrope, où personne ne sait se positionner ni aimer pleinement : « Dans quelle mesure suis-je Paula, la sœur jumelle de Marc, lui-même et tout comme moi homosexuel exclusif ? » (Paula Dumont, Mauvais Genre (2009), p. 16) ; « Il [Marc, le meilleur ami gay de Paula] est comme moi, homo à cent pour cent. On fait tout deux partie d’une espèce rare. » (Paula Dumont, La Vie dure : Éducation sentimentale d’une lesbienne (2010), p. 40) ; etc. Par exemple, dans l’essai Le Rose et le Brun (2015), il est dit que Klaus Mann, homosexuel, « adorait sa sœur Erika [lesbienne] d’un amour jaloux » (p. 117).

 
 

c) Une collaboration qui se referme comme un piège autodestructeur :

Le lien homme gay/FAP lesbienne est presque toujours fébrile et dangereux pour eux car il est principalement pécuniaire, intéressé et fondé sur la haine de soi. « Au fil du temps, les femmes sont devenues les otages des homosexuels. Elles ont lié leur sort à celui de leurs ennemis. » (Éric Zemmour, Le Premier Sexe (2006), p. 24) On peut penser à tous les projets de co-parentalité et à toutes les féroces actions coup-de-poing du militantisme LGBT qui unissent dangereusement la communauté gay et la communauté lesbienne.

 

DUO rainbow

 

Il arrive aussi que la FAP lesbienne se serve de son meilleur ami homo comme couverture. L’homme gay n’est que le voisin de vitrine de la femme lesbienne : « Moi je suis devant elle, de l’autre côté de la vitre. » (Frédéric Mitterrand, La Mauvaise Vie (2005), p. 266)

 

Cette exploitation mutuelle, même si elle passe par un consentement qui ne heurte pas au départ les deux intéressés, finit par se retourner contre eux. Ils se haïssent et cherchent souvent à se fuir ou à s’entretuer. « Anaïs Nin et moi étions incompatibles – oiseau prédateur contre oiseau prédateur. » (Gore Vidal, Palimpseste – Mémoires (1995), p. 350) ; « Il faut admettre que les études gays et lesbiennes ont souffert d’un manque de communication entre les sexes, les femmes s’intéressant toujours aux auteures, les hommes presque exclusivement aux hommes. » (cf. l’article « Critique littéraire » d’Élisabeth Ladenson et Brigitte Mahusier, dans le Dictionnaire des cultures gays et lesbiennes (2003) de Didier Éribon, p. 136) ; « J’ai pu aller voir ‘Another Country’. […] Je n’avais pas envie, pendant ce moment privilégié, de me soucier d’histoires d’hommes, fussent-ils homosexuels. Comme c’était la première fois que je voyais ce film, je l’ai regardé jusqu’au bout malgré la très forte envie que j’éprouvais d’aller retrouver mes semblables dehors. J’ai surmonté le malaise qui m’envahissait à devoir me conforter aux valeurs viriles, et qui me donnait à réfléchir sur toutes les distorsions que nous impose le fait de vivre cachées dans un monde phallocentré. Et je me disais que je faisais un effort de curiosité en m’ouvrant au monde de l’homosexualité masculine alors que la plupart des gays se désintéressent de la culture lesbienne en toute bonne conscience. » (Paula Dumont, La Vie dure : Éducation sentimentale d’une lesbienne 2010, p. 238) ; etc. Les « couples » formés de la femme lesbienne et de l’homme gay, s’ils n’ont pas éclairci ensemble les ambiguïtés des désirs homosexuel et hétérosexuel, sont en général violents : pensons aux binômes Evita/Juan Domingo Perón, Leduc/Genet, Mylène Farmer/Laurent Boutonnat, Salvador Dalí/Gala, Marcel Jouhandeau/Élise, etc.

 

Par exemple, la relation de couple entre l’écrivaine lesbienne Carson McCullers et son mari homosexuel Reeves, « ces deux enfants malades de détresse et d’alcool » (Josyane Savigneau, Carson McCullers (1995), p. 279), s’est révélée à la fois narcissique et destructrice : « Carson avait rencontré son double, et le double lui déclara son amour comme on profère une menace. » (Linda Lê, idem, p. 65) ; « Il y a entre ces deux jeunes gens un lien plus profond et plus irrationnel, une bizarre ‘gémellité’ que personne ne comprendra jamais vraiment, chacun s’acharnant à chercher qui porte la responsabilité de leur désastre commun, voulant trouver des fautes, de la méchanceté, du désir de destruction, de la volonté de nuire. » (idem, p. 65) ; « Chacun d’eux étaient le ‘mauvais jumeau’ de l’autre, à la fois destructeur et peut-être indispensable. » (idem, p. 129) ; « Ces deux-là ne parviendront jamais vraiment à vivre ensemble, mais sont incapables de se séparer. » (idem, p. 283)

 

Les relations entre hommes gays et femmes lesbiennes ne sont en général pas tendres… car évidemment, ce qui les réunit (le désir homosexuel), c’est le rejet de la différence des sexes, donc les membres de l’autre sexe (homos ou pas, ça ne change rien à la donne). « Je me reconnais dans beaucoup de points que tu cites comme par exemple sur les agressions homosexuelles qui sont commises par des homos refoulés, et c’est vrai que pour mon cas, non pas que j’aie eu fait des agressions ni physique ni verbale, loin de là, mais dès que je croise des hommes qui ont un regard empli d’attention à mon égard ça me fout la rage, sûrement de voir son propre miroir ne fait pas plaisir à voir mais c’est idem pour les lesbiennes ça m’énerve encore plus car j’ai l’impression qu’elles me rejettent dans mon intégrité en tant qu’individu et que je me dis qu’elles sont heureuse sans nous, et que elles se font du bien entre elles alors que moi je voudrais aussi en faire partie. » (cf. le mail d’un ami homo, Pierre-Adrien, 30 ans, juin 2014) Par exemple, dans son autobiographie La Vie dure : Éducation sentimentale d’une lesbienne (2010), Paula Dumont raconte un épisode concret de sa vie : le jour où son groupe d’amies lesbiennes n’a pas supporté que l’une d’entre elles, Élise, ramène un ami homo à elle, Thierry : elles la suspectent de lâcheté (p. 210).

 

 

La coalition entre la femme lesbienne et l’homme gay peut même se révéler, contre toute attente, homophobe, comme on a pu le constater lors de l’émission On n’est pas couchés de Laurent Ruquier diffusée le 20 octobre 2018 sur la chaîne France 2, pendant laquelle Muriel Robin et Marc-Olivier Fogiel se sont ligués contre le jeune chroniqueur Charles Consigny, pour défendre avec hargne la GPA (Gestation Pour Autrui).
 

 

J’ai le souvenir personnel de beaucoup de prises de tête et de conflits des sexes dans les associations LGBT que j’ai fréquentées, y compris celles qui, de l’extérieur, affichent une parfaite mise en application du principe de mixité. Je vous renvoie à deux articles du « Phil de l’Araignée » que j’ai écrits sur ce site de l’Araignée du Désert, dont le fameux tollé que j’ai soulevé à la soirée à l’Hôtel Millénium le 8 juin 2010 quand l’association L’Autre Cercle m’a demandé de parler de la gestion interne de la différence des sexes dans la « communauté homosexuelle » (le premier sur la misandrie lesbienne, le second sur l’antipathie lesbienne). Le malaise collectif dans cette minorité sexuelle s’applique également au quotidien et par rapport aux rencontres interpersonnelles. Je connais même un ami homo qui s’est fait insulter de « sale pédé » dans une rue de Marseille par une femme qui pénétrait plus loin dans un bar homosexuel (anecdote incroyable mais véridique !). Pour ma part, j’avoue que mes relations avec des filles lesbiennes, même si elles sont maintenant nombreuses, ont du mal à durer (mais quand elles durent, elles sont inattendues et très fortes).

 

Entre les femmes lesbiennes et les hommes gays, ça se crêpe souvent le chignon, et ça peut même se terminer dans le sang. Par exemple, Valery Solanas (femme lesbienne) tire un coup de feu sur Andy Warhol en 1968 dans sa Factory. Pensons également aux conflits violents entre Carson McCullers et Truman Capote.

 

Ce n’est pas rien de virer la différence des sexes, y compris entre personnes homosexuelles. L’attrait pour les personnes du même sexe ne fait pas le tout ! Elle ne fait même rien sur la durée, quand on y pense.

 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.

 

 

Les alliances lesbiennes seraient moins violentes que celles entre hommes ?

Les alliances lesbiennes seraient moins violentes que celles entre hommes ? Non. Ce n’est pas parce que la violence de l’expulsion de la différence des sexes s’exprime différemment selon les sexes qu’elle cesse d’exister entre femmes. Au contraire. Si, avec deux « mecs » ensemble il y a inflation des pulsions, dans le cas des femmes, la possession brutale de l’autre passera par une exacerbation des émotions. Je ne sais pas ce qui est mieux et moins enfermant !

 

Les femmes lesbiennes entre elles : un modèle de douceur…

Je discutais aujourd’hui avec un ami qui fréquente depuis 27 ans le « milieu homosexuel », et qui me racontait que la seule fois de sa vie où il s’est rendu, avec un autre pote gay, dans un bar lesbien, il avait été témoin d’une baston entre femmes-qui-« aiment »-les-femmes. Même si le constat est nié par les intéressées, parce qu’elles préfèrent cantonner la violence dans les mondes des hommes, et ne pas voir la brutalité de la pratique homosexuelle ou de la croyance en l’amour homosexuel tous sexes confondus, il apparaît que les femmes lesbiennes, entre elles, se crêpent énormément le chignon, se tabassent, s’insultent, sans que jamais personne ne relève cette forte tendance.

Mon ami me parlait par ailleurs d’une gérante de bar – qui connaît très bien le monde de la nuit, car elle a d’abord travaillé plusieurs années dans une boîte gay, puis ensuite dans une boîte lesbienne – et elle lui a assuré que dans le milieu homosexuel masculin, elle n’avait assisté qu’à 3-4 bagarres, alors que dans l’établissement lesbien qu’elle gérait, c’étaient des bagarres tous les jours ! Alors pour le refrain de la douceur lesbienne, nous repasserons ;-).

N.B. : Et faisons toujours gaffe à bien parler de la violence de l’acte homosexuel, et non de la violence des femmes lesbiennes prises individuellement.

 

Plus d’hommes que de femmes homos ?

Une des raisons pour laquelle j’explique qu’il y a largement plus d’hommes qui se disent homosexuels que de femmes, c’est d’une part le fait que l’homosexualité soit davantage à ranger du côté de la pulsion (le désir homo fuit le Réel dont le socle est la différence des sexes, donc il est plus un fantasme qu’une réalité fondamentale de l’individu ; et si vous voulez persuader un être humain qu’il est homo, il vous sera très facile de l’exciter, les yeux bandés, dans le noir, par un homme ou par une femme : l’homosexualité, c’est l’autre nom de l’excitation sexuelle universelle); et d’autre part, le fait que la sexualité des hommes et les sexualité des femmes sont différentes. Chez nous les gars, c’est davantage la pulsion qui stimulera le sentiment (nous sommes enclins à penser que si nous sommes excités sensuellement, nous « aimons » : en gros, « Je bande donc j’aime »). Alors que chez les filles, c’est davantage le sentiment qui stimulera la pulsion (une femme acceptera difficilement de « coucher » si elle n’aime pas). Donc il est plus logique que nous, les hommes, soyons tentés par l’homosexualité. Nous sommes plus parcellaires et animaux dans notre sexualité/génitalité. Nous avons une sexualité plus compulsive, plus hygiénique, plus fétichiste que les femmes (nous aimerons non pas un corps entier mais d’abord des seins, des fesses, … et donc pourquoi pas, pour certains, des poils, des bites, des muscles, à la longue?) quand les femmes, à l’inverse, auront davantage tendance à être globales dans leur sexualité (les femmes dans les sex-shop sont une espèce très rare ! ; les femmes qui ont un grand besoin de se masturber ou de se soulager avec un prostitué aussi ; et les femmes réellement enthousiasmées par un film de boules sont très peu nombreuses). L’homosexualité correspond donc bien plus à la sexualité masculine qu’à la sexualité féminine… même si là encore, il y a des ponts entre les deux.

Faut-il être nécessairement antipathique pour « être » lesbienne ?

(Je précise avant de commencer que cet article ne traite pas uniquement des femmes lesbiennes « butch« , c’est-à-dire cultivant un genre masculin : il parle et s’adresse justement aussi aux femmes lesbiennes féminines. J’apporte cette précision au cas où certains voudraient se désolidariser de mes propos du simple fait qu’ils s’imaginent que l’antipathie lesbienne serait exclusive aux femmes lesbiennes camionneuses et proportionnelle au degré de masculinité que les femmes lesbiennes cultivent. On peut être une femme lesbienne féminine ET antipathique : si si)

 

 

Rien qu’avec un titre pareil, je risque de me faire taxer de connard lesbophobe et misogyne d’office. Et j’en frétille d’avance !… car par son aspect caricatural et volontairement absurde, il est tellement une fausse question qu’il mérite à peine qu’on y réponde. Cette interrogation est plutôt faite pour qu’on l’encadre dans les toilettes afin d’amuser ceux qui tomberont par hasard dessus, pour qu’on la soumette en tête à tête à chaque femme qui se dit lesbienne pratiquante, comme une « grosse blague pas drôle » permettant de s’afficher mutuellement nos dentitions qu’on croyait à tort catastrophiques et laides, comme une réelle occasion amicale de démasquer un rôle, des peurs, des complexes, une blessure, une fausse assurance, la théâtralité de notre misandrie (= la haine des mecs) et de notre misanthropie (= la haine des humains en général). Oui, ce titre, tout provocant et piquant qu’il semble être, s’il est accueilli sans révolte et compris dans son second degré, peut dérider, mine de rien, beaucoup de gens qui se prennent trop au sérieux, et desserrer bien des string ! Moi, j’y crois !

 

 

Rassurez-vous, je ne pense pas qu’il faille être obligatoirement désagréable pour se dire lesbienne. Je connais suffisamment de femmes lesbiennes délicieuses, sympathiques, et ayant du recul sur la « Goudou Attitude », pour en être persuadé, et oser avec elles la correction fraternelle. En revanche, que ma question, sans être une affirmation, induise aussi un coup de gueule sérieux, une dénonciation face à une tendance comportementale inadmissible que j’ai observée à diverses reprises, et qui ne stigmatisera pas pour autant une catégorie de personnes précise (« les » lesbiennes, en l’occurrence), pas plus qu’elle ne dressera de généralités sur le lesbianisme, je ne peux pas le nier ! J’ai des choses à dire à mes camarades lesbiennes. Qu’elles le prennent mal ou non, j’ai des choses à leur dire.

 

 

Mal baisées, celles qui s’autodésignent parfois comme « gouines » ? Pas baisables ? Disgracieuses (voire carrément moches) ? Féministes radicales ? Vulgaires ? Crades ? Sans gêne ? Chiennes de garde ? Percées et tatouées de partout ? Croqueuses d’hommes et de femmes ? Putes ? Prostituées ? Rebelles ? Bûcheronnes ? Pas super drôles et affables ? Peu féminines ? Rondouillardes ? Droguées ? Alcooliques ? Brutales (voire criminelles) ? Mythomanes ? Possessives et psychopathes en amour ? Sadomasos ? Sauvages et indépendantes ? Bobos ? Bisexuelles ? Mal dans leur peau ? Autoritaires ? Femmes à poigne « ayant réussi l’amalgame de l’autorité et du charme » ? Ni oui ni non. Comme tout cliché attribué à des êtres humains, il contient une part de réalité qui ne sera jamais personnifiable, généralisable, absolue, mais juste probable, actualisable selon qu’on l’affronte ou pas. En revanche, trouillardes, bourrées de complexes, crispées, et pour le coup, possiblement agressives, là, je dis oui. Comme pour toute personne humaine qui joue la fière et la dure pour nier ses souffrances.

 

 

Les femmes lesbiennes, à l’instar des féministes et des prostituées, sont une catégorie de femmes qui nous prouve qu’on peut tout à fait être machiste sans être un mec. Le machisme, ce n’est pas fondamentalement une question de genre sexué. Il est humain, et peut être porté aussi bien par des hommes que par des femmes, d’autant plus les femmes lesbiennes, qui sont connues pour cacher leurs fragilités sous une carapace d’assurance cinématographique machiste. Le machisme n’est pas autre chose que la négation/diabolisation de ses limites et de ses faiblesses humaines, qui se résout généralement en refus de l’altérité sexuelle et en viol. Si l’accouplement lesbien ne dégageait aucune violence, il n’aurait pas envahi à ce point-là l’univers machiste du porno. Si les couples lesbiennes étaient vraiment aimantes et douces, elles auraient accueilli la différence des sexes ; elles favoriseraient davantage la mixité dans leurs cercles relationnels amicaux et amoureux, ce qui n’est franchement pas le cas. Minorité dans la minorité, elles jouent de leur double statut d’« exclues » (en tant que femmes et en tant que lesbiennes) pour s’isoler encore plus des hommes non-homosexuels (et des hommes gay en particulier), et pour radicaliser/consolider leur sexisme. Beaucoup d’entre elles n’ont aucune sympathie pour les « folles », ni pour les hommes que les personnes gay représentent. En général, ces derniers ne gardent de la femme lesbienne que l’image d’une Josiane Balasko qui les bouscule dans les bars sans même s’excuser, qui ne leur adresse pas la parole quand elle débarque dans leur groupe d’amis, qui ne fait la bise qu’aux filles (véridique ! C’est du vécu), qui les chasse de leurs universités, colloques, week-end « entre filles », festivals de cinéma, réseaux de rencontres, … sans parler de leur sexualité (cela va de soi !).

 

 

Que les choses soient claires. Si le couple lesbien (tout comme le couple gay) et les femmes lesbiennes ont du mal à être acceptés socialement, et font violence à beaucoup de monde, ce n’est pas pour des prunes. Le couple lesbien est le signe d’une exclusion radicale : une exclusion non de la féminité (il y a des femmes lesbiennes très féminines, baptisées fem), non de la maternité (il existe des femmes lesbiennes qui sont mères), mais de la différence des sexes désirante, autrement dit de LA condition de notre existence et de notre bonheur sur Terre. Une exclusion de l’autre moitié de l’Humanité, excusez du peu ! Et ça, c’est objectivement violent et discriminant, que les femmes lesbiennes le reconnaissent ou non. Par conséquent, que les héritières des belliqueuses amazones ne s’étonnent pas de susciter ensuite l’indignation autour de leurs couples, de s’attirer les foudres de leurs contemporains, et de passer pour violentes, iniques et antipathiques !

 

À leur décharge, il faut bien reconnaître aux femmes lesbiennes une inégalité de traitement et de nature avec les hommes, et au lesbianisme une précarité qui peut rendre les couples lesbiens objectivement plus fragiles, moins crédibles, et par conséquent plus volontaristes et plus agressifs que les couples gay (… encore que, au bout du compte, cette inégalité est une illusion d’optique, car la violence vécue dans les couples d’hommes sera tout aussi présente, sauf que cette fois, elle ne viendra pas de l’autre sexe : elle s’effectuera entre amants de même sexe. Dans les cas gay comme lesbien, on voit que ce n’est pas la différence des sexes qui fait violence, mais le rejet de celle-ci par l’homosexualité pratiquée). Mais en effet, à priori, comparé aux couples lesbiens, les couples d’hommes ont moins à subir de sollicitations à changer de bord (ils sont par exemple peu exposés aux viols correctifs de la part des membres de l’autre sexe : s’ils se violent, ce ne sera qu’entre eux ; par ailleurs, ils ne se font pas lourdement draguer en boîte), moins à prouver leur homosexualité (du fait de la soi-disant « passivité » des femmes par rapport à la soi-disant « activité » des hommes lors des coïts humains classiques ; du fait aussi de la plus grande capacité des femmes à simuler pendant l’acte sexuel – un homme qui ne bande pas devant la femme avec qui il couche, c’est plus décisif et problématique !), moins un passé « hétéro » à porter (contrairement aux filles lesbiennes, la plupart des garçons gay n’ont jamais goûté à une fille avant de se lancer tête baissée dans des relations amoureuses exclusives avec leurs semblables). De plus, on considèrera davantage le lesbianisme comme une passade, un entêtement gratuit, un caprice, une ignorance des plaisirs de la sexualité dite « naturelle », que l’homosexualité masculine. Socialement, on accorde aux couples d’hommes, à tort j’en conviens (c’est juste qu’ils sont anatomiquement plus armés pour cacher/justifier leur fuite de la différence des sexes), plus de crédit qu’aux couples de femmes parce que les accouplements des femmes entre elles sont par nature moins excluants que les accouplements d’hommes (par exemple, dans les films pornos, les ébats lesbiens ne sont en général qu’un gentil préliminaire pour laisser place à l’achèvement de l’orgasme par l’homme ; à l’inverse, on imagine mal le coït entre hommes conclu par l’arrivée d’une femme ! : en cela, l’homosexualité masculine donne l’illusion, dans l’inconscient collectif, d’être beaucoup plus achevée, irréprochable, indiscutable, que l’homosexualité féminine). Cela dit, la fragilité du lesbianisme, même si elle est plus visible, et apparemment plus disqualifiée socialement que l’homosexualité masculine (qui sera autrement plus fragile et qui se disqualifiera d’elle-même), n’excuse en rien l’agressivité misandre et sexiste de certaines femmes lesbiennes : les hommes n’ont pas choisi d’être homme, pas plus que les femmes n’ont choisi de naître femmes, jusqu’à preuve du contraire ! Je ferme ici la parenthèse de la victimisation des unions saphiques.

 

 

Même si les femmes lesbiennes ne sont bien évidemment pas toutes infectes du point de vue de l’attitude et du comportement (d’ailleurs, au final, je constate qu’elles ne deviennent désagréables que lorsqu’elles pratiquent leur homosexualité ; alors que prises individuellement, elles sont des filles géniales, agréables, drôles, libres, beaucoup plus épanouies que lorsqu’elles se forcent à vivre en couple lesbien), j’en connais un paquet qui sont râleuses, agressives, pessimistes, amères, grognonnes, mécontentes, rarement joyeuses (vous avez déjà réussi à voir un sourire radieux sur le visage d’une Caroline Fourest, par exemple ? Le jour où ça arrive, téléphonez-moi : 06 84 26 15 58), sexistes, misandres, racistes, franchement hautaines, désagréables, parfois hystériques et brutales, sans humour, opportunistes (souvent, elles se rapprochent des garçons uniquement quand ils peuvent leur servir d’appât pour draguer une fille en soirée, ou bien par intérêt matériel, législatif, professionnel, ponctuel). Il n’est absolument pas question ici de jugement de personnes, de considérations de nature ou de beauté physique (un laideron peut être beau uniquement parce qu’il est aimable) : je ne parle que de laideur d’attitude, que de mauvais usage de sa liberté, et de comportements. Quand je me retrouve face à une femme lesbienne désagréable, au bout d’un moment, j’ai juste envie de la regarder dans le blanc des yeux (quand c’est possible… car c’est souvent un bel exploit d’arriver à capter un regard aussi fuyant que le sien !), et de lui dire : « C’est QUOI, ton problème ? Est-ce qu’il faut que la Terre entière, et les méchants ‘mâles’ que je représente visiblement à tes yeux, paient pour ta mauvaise humeur, et surtout ton mépris de toi-même parce que tu diabolises tes fragilités ? Ça va durer combien de temps, ta comédie, ta peur des hommes, ta sacralisation des femmes, ton jeu de « fausse dure » que rien ne touche ? »

 

L’antipathie d’indifférence que l’on retrouve chez beaucoup de femmes lesbiennes (même si elle n’est pas propre au lesbianisme : faut pas exagérer non plus) s’explique assez bien : l’attirance amicale qu’aurait créée l’attraction sexuelle avec les membres de l’autre sexe n’est plus là. On se rend vite compte qu’entre femmes lesbiennes et hommes gay, ce manque de complémentarité symbolique des désirs sexuels influe même dans la qualité des relations simplement amicales. Chacune des parties a l’impression de passer bien après la recherche d’amant(e)s de l’autre, et de servir de « bouche-trou » lors des soirées. Pour le coup, la déférence gay envers les femmes lesbiennes vire souvent à une parodie de galanterie ou de copinage, qui indique parfois l’existence des braises d’un incendie qui ne demande qu’à s’étendre. La femme lesbienne et l’homme homosexuel simulent l’harmonie parfaite. En réalité, ils ne font que différer le moment de leur affrontement réel. Tant que leurs conquêtes pour les « droits sociaux des homos » ne cesseront de s’accumuler, ils joueront la comédie de l’amitié. Une fois qu’ils n’auront plus besoin l’un de l’autre et qu’ils auront souri ensemble pour la photo, ils risquent de se jeter/s’anéantir mutuellement s’ils ne travaillent pas ensemble à démasquer les ambiguïtés violentes de leur désir homosexuel. C’est déjà ce qui est en train de se produire, rien qu’en observant le fossé grandissant qui s’est creusé en seulement dix ans entre la communauté gay et la communauté lesbienne, qui passent de moins en moins de temps ensemble, dans des lieux communs.

 

 

« Quel gâchis ! » serais-je alors tenté de dire. Pas dans le sens génital ou conjugal de l’expression, mais déjà simplement amical et humain. Car l’agressivité réciproque entre femmes lesbiennes et hommes gay, ou même l’indifférence mal lunée/apathique de beaucoup de femmes lesbiennes à l’égard de leur entourage, signent toujours un constat d’échec de l’amitié, une victoire de l’isolement, de la misanthropie, et de la peur… et ça, c’est un peu désespérant. Pourtant, à de rares occasions, et dans le privé, il arrive que quelques femmes lesbiennes expriment le besoin d’avoir une bande d’amis garçons, même si elles soupirent à chaque fois qu’elles voient débarquer les groupes de « mâles » dans « leurs » bars.

Alors, oui, même si l’exclusion qui sévit dans le milieu lesbien, et qui surgit du milieu lesbien, ne m’empêche pas de dormir, j’ai envie de croire en cette « fausse indifférence » à l’encontre de la différence des sexes dont parlent la psychanalyste Virginie Mouseler, ou encore l’écrivain Philippe Besson dans son roman Un Garçon d’Italie (2003).

 

Et je finirai mon papier par une « spéciale dédicace » à nos amies lesbiennes qui me lisent à présent et qui auront eu le courage surhumain (l’humour surtout !) d’arriver jusqu’au bout de ce Phil de l’Araignée :

 

Les filles, ne vous sentez pas obligées d’être antipathiques et de jouer les bad girls pour (vous) plaire : ce n’est ni esthétique, ni séduisant. Je vous dis cela à la fois ironiquement et très sérieusement, parce que, aussi paradoxal que celui puisse paraître, beaucoup d’entre vous nourrissez l’illusion que le mal/mâle sur votre corps de femme est magnifique (comme moi j’ai longtemps imaginé que l’imitation de la femme-objet fatale et hautaine sur mon corps d’homme était beaucoup plus attrayante que ma propre sexuation, et qu’elle sublimait cette dernière). Cessez de croire que la noirceur de la courtisane saphique, du cow-boy statique et glacial, est la plus belle déclaration d’attraction qui puisse exister entre filles (« Les lesbiennes font la gueule pour draguer. », cf. la revue Têtu, n° 127, novembre 2007, p. 108), que la méchanceté machiste est d’un esthétisme ravageur. Je vous assure que tout cela est une illusion d’amour et de séduction : pour plaire et aimer vraiment, la grâce et la gentillesse, ça marche tout aussi bien (… voire mieux !). Il paraît même que ça facilite et adoucit la vie 😉 Alors si on n’arrêtait, au moins un court instant, tous ensemble, la comédie de la condescendance sexiste ?

 

Misandrie lesbienne… ou pourquoi beaucoup de femmes lesbiennes n’aiment pas les hommes

La Misandrie lesbienne… ou Pourquoi beaucoup de femmes lesbiennes n’aiment pas les hommes ?

 

 

Misandrie, c’est quoi ce machin ?

 

Dans la série des dossiers qui fâchent et qui deviennent tabous à force d’être relégués au rang de « clichés faciles », je vous propose celui de la misandrie chez les femmes lesbiennes. Tiens tiens… « misandrie »… voilà un mot qui, bizarrement, n’existe toujours pas dans nos dictionnaires, contrairement à « misogynie »… car, si vous l’ignoriez, la méchanceté, dans notre société, n’irait que dans un sens : des hommes vers les femmes ; jamais l’inverse ! Les femmes ne seraient que des victimes pures et innocentes de l’ignoble gent masculine ! Les hommes, étant rangés du côté du « Sexe Fort », n’auraient pas le droit d’être faibles, de déroger au diktat de la toute-puissance et de la force physique du Superman. Ils ne pourraient pas être victimes de viol ! À l’inverse, les femmes seraient des modèles de douceur, de compréhension, d’intuition, d’amour (amour autosuffisant et conjugué au singulier, dans une monogamie satisfaite d’elle-même, bien entendu), les reines des sentiments… et finalement les reines des victimes. Le problème majeur actuellement se situe dans le fait qu’on ne relationnalise plus la violence, qu’on n’en fait plus un problème et un combat collectif, mais qu’on la personnifie en des êtres-épouvantails masculins qui finissent par être (pris pour) les hommes réels. Nos contemporains nous encouragent à manichéïser nos maux, à tracer un ligne blanche bien nette entre les éternelles victimes et les sempiternels bourreaux, entre la population née femme et la population née homme, sans comprendre que si les femmes sont de plus en plus violentées aujourd’hui, c’est bien parce qu’à la base les hommes aussi sont de plus en plus violentés et méprisés, par eux-mêmes déjà, mais également par leurs compagnes. Ces femmes qui considèrent qu’elles ont une revanche à prendre sur des prétendus siècles de domination patriarcale. Ces femmes qui font chaque fois davantage comprendre aux hommes qu’elles n’ont plus besoin d’eux pour jouir, penser, être équilibrées, vivre, être libres. Ces femmes qui, par des anachronismes grossiers et un mépris caché d’elles-mêmes (auto-mépris souvent inconscient car il passe par une haine des femmes du passé que les femmes contemporaines transforment en jumelles dans la victimisation, ou, dans le même mouvement, en rivales ignares à ne surtout pas imiter), incitent les hommes à perdre leur douceur et leur patience à leur égard. Le résultat, quel est-il ? De plus en plus, on voit les hommes caricaturés en beaufs et en gros bébés immatures, en violeurs, en Don Juan minables et irresponsables. Les nobles et courtois défenseurs des dames sont soit homosexualisés, soit singés en brutes épaisses et agressives. Et ne croyez pas que cette caricature ne blesse pas les hommes véritables, ceux qui sont forts et doux à la fois, ceux qui ne sont ni faibles ni violents ! C’est bien parce qu’elle a des effets dévastateurs sur eux qu’on constate dans les œuvres contemporaines et sur nos écrans un nombre croissant d’hommes en pleurs, humiliés, battus, voire assassinés par des femmes. Tout au long de son essai XY, Élisabeth Badinter recense dans les œuvres littéraires du XIXe siècle toutes les fois où on voit des hommes et des héros masculins pleurer. La recrudescence de la figure de l’homme moderne qui pleure parce qu’on l’émascule est très symptomatique de cette destruction symbolique, et parfois réelle, qui est en train de se produire à notre époque… et qui fabrique justement des talibans, des extrémistes blessés dans leur virilité, des futurs despotes, des petits machos « caillera », des adolescents-soldats. Par ailleurs, on observe dans la réalité de plus en plus de violences à l’encontre des pères de famille (peu protégés par la loi en cas de divorce), et on comptabilise une recrudescence des suicides de ces mêmes pères. La maltraitance opérée sur les hommes télévisuels sert d’exemple à beaucoup de femmes qui, dans des contextes très particuliers de conflits entre les sexes (divorce, rupture amoureuse, rivalité professionnelle, etc.), imitent les situations de vengeance que les médias ont orchestrées. Qu’on m’entende bien : Il n’y a aucune crise de la masculinité aujourd’hui (la masculinité n’étant qu’une affaire d’image(s) associée(s) à un certain sexe, qu’une simple question de genre, de mode, de culture ; pas de sexuation ni d’identité) : il n’y a qu’une crise identitaire de la part des femmes et des hommes qui aiment de moins en moins leur sexuation, et donc, par ricochet, leur relation à l’autre sexe. Le drame de notre époque, c’est que les femmes et les hommes ne veulent plus se rencontrer, et en sont de plus en plus fiers.

 

 

Du côté des femmes, cette fierté de la rupture d’avec les hommes a tendance à s’appeler « féminisme » ou « lesbianisme ». Alors bien sûr, de nombreuses femmes lesbiennes seront tentées de justifier la peur et parfois la haine des hommes chez certaines de leurs semblables en postulant que si ces dernières deviennent misandres, c’est en réaction à une violence première qui leur était extérieure et antérieure. Elles présenteront la misandrie comme une conséquence « logique », une stratégie de survie, une réponse méritée donc « presque justifiable », bref, comme une nécessité ; non comme une cause de la misogynie… ce qui est une absurdité puisqu’il se trouve que la misandrie n’est ni une cause ni une conséquence de la misogynie : elle n’est qu’une coïncidence, qu’un signe montrant une scission-uniformisation croissante, dramatique et inquiétante, entre les sexes, qui réclame au contraire un rapprochement et un renouement du dialogue entre les hommes et les femmes réels.

 

Les femmes lesbiennes qui finalement ne se gendarmeront pas quand je parle de misandrie à leur encontre seront celles qui ne se poseront pas en victimes des hommes, mais bien en amies ; celles qui sauront se regarder elles-mêmes sans systématiquement extérioriser la misandrie sur les hommes, ni la géméliser en parfait miroir d’une « misogynie des mâles » qui l’aurait précédée. Je les vois, ces nombreuses femmes lesbiennes pour qui les hommes gay ne sont en quelque sorte que de « simples collaborateurs », des « faux frères », des « demi-frères » (après un divorce inavoué : le divorce d’avec une différence des sexes respectée et bien vécue) : en tout cas pas des véritables amis. L’homosexualité constitue un bien fragile dénominateur commun. S’il n’y a pas, entre nos congénères lesbiennes et nous les hommes, un minimum de gratuité et d’amitié désintéressée, la misandrie pointe le bout de son nez.

 

Quatre exemples de misandrie lesbienne

 

Je commencerai ce Phil de l’Araignée par vous raconter quatre histoires véritables, dont trois qui me sont arrivées personnellement (au festival de cinéma LGBT « Chéries-Chéris » tout d’abord ; à l’Hôtel Millénium avec l’Autre Cercle ensuite ; et enfin au festival Cineffable de Paris), et une qui m’a été rapportée par un ami marseillais (et qui vaut son pesant d’or !). Elles indiquent l’existence d’une misandrie chez certaines femmes lesbiennes, misandrie que je tente d’expliquer mais qu’en aucun cas je ne veux justifier : si j’écris sur la misandrie, c’est justement en vue de lutter contre ce type de sectarismes, de dénoncer des mécanismes de peur qui sont souvent inconscients, rarement décortiqués, et de plus en plus banalisés par nos contemporains.

 
 
–       Festival « Chéries-Chéris » :
 

Je me trouvais le dimanche 14 novembre 2010 dernier au festival de cinéma LGBT parisien « Chéries-Chéris » au Forum des Images. Je ne sais pas ce qui m’a pris cette année d’aller voir prioritairement la programmation lesbienne (je me lesbianise, ça doit être ça ! ;-)). En règle générale, une infime part des garçons gay vont voir des films lesbiens. En bons consommateurs passifs, garçons comme filles homosexuels vont là où leurs goûts les orientent, c’est-à-dire chacun de leur côté (même si cela se vérifie moins chez les femmes lesbiennes, qui peuvent faire preuve d’une plus grande ouverture à l’égard des garçons). C’est aussi pour cette raison que je lis de plus de plus de romans lesbiens, que je me spécialise dans la culture lesbienne, que je vais voir autant de films traitant d’homosexualité masculine que de films sur l’homosexualité féminine, en y découvrant justement que dans les grandes lignes le désir homosexuel a les mêmes caractéristiques, qu’il soit ressenti par un homme ou par une femme, et quoi que puissent en dire ceux qui le particularisent et le compartimentent selon les genres, les sexes, les individus, les cultures, les orientations sexuelles, pour mieux lui tourner le dos.

 

 

J’ai donc assisté, lors du festival « Chéries, Chéris », à la projection d’une dizaine de courts-métrages lesbiens, majoritairement conçus par des réalisatrices lesbiennes. Mais un seul parmi eux faisait exception : c’était le film « Corps à corps ». Il rentrait bien dans la thématique lesbienne, mais son réalisateur, Julien Ralanto, présent à la projection, et s’étant rendu disponible également à la fin pour répondre aux éventuelles questions du public, a été affiché comme « un » hétéro gay friendly. Une fois la série des courts-métrages passée, l’idée d’un échange avec un réalisateur homme a visiblement fait peu d’émules, puisque la salle de cinéma s’est vidée de moitié. Malheureusement pour Julien Ralanto, ce n’est pas parce que certaines femmes lesbiennes n’ont pas bougé de leur siège qu’elles sont restées en amies pour autant ! Le débat n’aura pas dépassé plus de 10 minutes. Ralanto n’a eu droit qu’à deux pauvres interventions, qui n’étaient même pas des questions d’ailleurs, mais plutôt des réactions : d’abord une journaliste d’un magazine lesbien, qui lui a demandé de quel droit il se permettait, en tant qu’homme, de toucher au thème lesbien et de l’aborder dans un film (Qu’y connaît-il puisqu’il n’est pas lesbienne lui-même ? Ce n’est qu’un homme, qu’un étranger, qu’un sarrasin ! Seule l’espèce lesbienne et celles qui expérimentent le désir lesbien dans leur corps sont autorisées à parler de lesbianisme ! Dehors, les romanos !) ; ensuite, une femme lesbienne qui a critiqué le lien que le réalisateur a fait entre le viol et la révélation de l’homosexualité de son héroïne (un lien certes chronologique dans le film mais non-causalisé ; en revanche, cette spectatrice, en le causalisant – y compris dans le rejet – a prouvé que c’était bien elle et non Julien Ralanto qui faisait du lesbianisme une conséquence du viol). Visiblement, il ne faut plus rien associer de mauvais à l’homosexualité lesbienne ; il s’agit d’être POSITIF, de retirer tout ce qui est « négatisse » et qui pourrait ternir l’image cucul que la communauté des amazones veut maintenant imposer de ses amours. Alors que « Storm » (2009) de Joan Beveridge, un autre court-métrage nord-américain de la série des courts-métrages proposée à cette soirée « Chéries, Chéris » (un film soit dit en passant complètement bobo et abordant pourtant de sujets tout aussi graves que le viol : infidélité, matricide, inceste, pédophilie, meurtre…), a conquis et fait applaudir toute la salle parce qu’il s’achève sur une happy end qui conforte l’assemblée lesbienne dans ses rêves romantiques de midinette, « Corps à corps » en revanche a provoqué grimaces, bouderie, réactions de révolte, scandale, haine misandre, chez le public lesbien. Peut-être parce qu’il osait aborder l’homosexualité telle qu’elle est vraiment : comme une blessure qui ne définit par l’individu dans son entier, une blessure qui n’est ni banale ni souriante. Et quand on connaît, dans le vécu secret des femmes lesbiennes, la place importante qu’occupe le viol, ne serait-ce que fantasmatiquement, on trouve ces grognements encore plus de mauvaise foi. Je suis sorti de ce petit débat ahuri par la fermeture et la connerie de ces militantes lesbiennes qui n’aiment pas les hommes et qui ne l’avoueront jamais parce qu’elles enroberont leur misandrie sous des prétextes plus ou moins techniques (la mauvaise construction narrative du film, le jeu des acteurs, le choix de la musique, etc.). En fait, si Julien Ralanto avait été une femme, elles l’auraient accueilli tout autrement. Je n’ai rien pour le prouver, bien sûr… si ce n’est que, derrière les attaques faites au jeune réalisateur – qui a réussi à rester très courtois et qui a donné des bâtons pour se faire battre en se présentant d’office comme un réalisateur néophyte et ignorant tout de la « question homo », réclamant poliment les corrections et les éclairages des membres d’une communauté qui lui serait étrangère et inaccessible – on ne voyait rien de construit, et surtout on lisait un reproche injustifiable : comment peut-on rejeter une personne du simple fait qu’elle a un sexe opposé au nôtre, un sexe qu’elle n’a pas choisi ?

 
 
–       Conférence à l’Autre Cercle :
 

Autre exemple assez parlant de misandrie lesbienne. J’avais été invité le 8 juin 2010 à faire une conférence pour présenter mon livre devant l’association L’Autre Cercle[1], à l’Hôtel Millénium du Boulevard Haussmann à Paris, face à 80 personnes attablées. La veille de mon intervention, déception : on m’a demandé… que dis-je, ordonné !, de changer complètement mon topo. Je ne pouvais plus parler de mon livre, mais devais obligatoirement traiter d’un seul thème (qui ne constitue pourtant qu’une sous-sous-partie de mon essai) : la mixité gay/lesbienne dans la communauté homo. Apparemment, la publicité de la soirée aurait été faite exclusivement sous cet intitulé, et une délégation de femmes lesbiennes se déplacerait exprès pour entendre parler de ce sujet ! Il ne fallait surtout pas les décevoir. J’ai donc modifié à la dernière minute mon texte.

 

 

En débarquant dans cette soirée huppée, je ne connaissais quasiment personne. Je me suis donc mis à discuter avec le groupe de femmes qui se trouvait déjà sur place et qui était le plus proche de moi. Pendant que je faisais connaissance, une femme quinquagénaire très dynamique a déboulé en trombe dans le groupe pour saluer chacune de ses camarades. Arrivée à moi, elle a refusé de m’embrasser, en me disant qu’« elle ne faisait la bise qu’aux femmes ». N’était-ce qu’une boutade ? Il faut croire que non puisqu’elle m’a quand même bien zappé au final. La « Soirée Mixité » démarrait fort ! Cela dit, à table, je me suis retrouvé avec des voisins adorables et accueillants. Nous avons eu droit, pendant l’entrée et le plat de résistance, à un topo de 15 minutes sur « l’homophobie intériorisée », animé par trois « psys gay » (c’est ainsi que se nomme leur association. On ne rigole pas, svp…), un exposé qui a été ovationné à la fin et gratifié de commentaires émus de la part de certaines personnes de l’assistance… euphorie émotionnelle qui restera pour moi un mystère encore aujourd’hui, puisqu’on nous a servi la souplette habituelle : à savoir que « les » homos sont tous des victimes, encore et toujours, y compris des victimes d’eux-mêmes et de leur propre homophobie intériorisée, surtout quand ils refusent de reconnaître LES Vérités « fondamentales » que seraient leur identité homo et leurs amours « particulières ». Trop profonde, la remise en question personnelle… menée jusqu’au bout, en plus… trop émouvante… bravo…

 

Moi, je devais passer pendant le fromage et le dessert ;-). Le chef de cérémonie m’a annoncé au micro et m’a invité à prendre place devant tout le monde. Je savais que ce que j’avais prévu de dire ne tiendrait jamais en un quart d’heure : j’ai donc suivi mes notes de loin. Pour commencer mon exposé, j’ai fait preuve d’une audace provocatrice qui a été tellement conviviale que certains convives ont cru que l’incident avait été scénarisé d’avance. En effet, en prenant le micro, j’ai d’abord raconté à l’assistance ce qui s’était passé avec Florence en début de soirée (car c’était bien comme cela qu’elle s’appelait, cette femme qui avait refusé de me faire la bise, uniquement parce que j’étais un homme… ; je m’étais préalablement informé sur son prénom, pour la surprendre et la faire venir sur le devant de la scène) et publiquement, j’ai prévenu que je ne commencerai mon topo qu’à la condition que Florence vienne me faire la bise qu’elle me devait, cette bise qui illustrait à elle seule que la mixité prônée par l’Autre Cercle était loin d’être une réalité ! Son bisou serait l’enterrement de la hache de guerre, et le signe public que j’étais un véritable ami d’une mixité gay/lesbienne encore peu évidente vu l’accueil qui m’avait été réservé. Florence, folle de joie, a joué le jeu. Elle est venue toute contente et sautillante me faire la bise comme on vient accomplir son gage. Ma demande a dû la surprendre. Mais juste après avoir réparé son acte misandre par une bise, voilà qu’elle en a reposé inconsciemment un autre, cette fois sur un mode fusionnel : elle m’a pour le coup forcé à lui faire un bisou sur la bouche pour succéder à la bise qu’elle jugeait certainement trop sage et chaste (comme quoi, il n’y a pas d’âge pour se comporter comme un ado… Les personnes homos ne maintiendront-elles qu’un rapport idolâtre d’attraction/répulsion, de rupture/fusion avec les membres du sexe « opposé » ?). Me sachant attendu au virage par un public intrigué de cette drôle de réconciliation inter-sexes, je n’ai pas voulu jouer au garçonnet pudibond ni ai eu le temps de refuser ses lèvres : je lui ai rendu poliment son « piou ». Et la conférence a pu commencé.

 

À peine ai-je pris la parole que déjà, je voyais qu’un groupe de femmes dans le fond de la salle s’agitait, soupirait, trépignait sur place, râlait dès que je faisais une référence culturelle lesbienne. Bref, c’était évident : ma seule présence masculine les exaspérait. Elles n’écoutaient pas ce que je disais. J’aurais pu raconter n’importe quoi : elles voyaient un homme face à elles, qui plus est un homme qui parlait d’elles, femmes lesbiennes, … et cela leur était tout simplement insupportable ! Un jeune, de surcroît… (jeune = qui ne connaît rien de la vie) ! Et puis qui parle des personnes homosexuelles du passé en plus… (Il faut qu’il réactualise ses fiches ! Quel réac’ ! Radclyffe Hall, c’est l’obscurantisme et le lesbianisme coupable incarné ! Oscar Wilde, c’est un fantôme qui n’a rien à nous apprendre !) ! Et puis qui parle de sa propre expérience en sombrant dans le témoignage… (Il ne regarde les choses qu’à travers la petite lorgnette de son maigre vécu personnel, donc sans recul, en prenant les clichés pour des vérités et des généralités sur « les » homos ! Ce que la jeunesse est prétentieuse dans son aveuglement !).

 

Alors que ceux du premier rang, qui me prêtaient une attention sans faille, n’ont pas vu une once de misogynie, de machisme, d’homophobie, ou de misandrie, dans mon discours (et pour cause ! Il n’y en avait pas ! Mon propos visait à parler des obstacles réels à la mixité, pour justement mieux la permettre et la défendre), certains convives qui ne m’écoutaient que d’une oreille se sont mis à croire que, parce que je parlais des difficultés du mélange femme-homme, y compris dans la communauté homo (et d’autant plus dans la communauté homo !… où la différence des sexes est particulièrement rejetée et vécue comme une blessure intime en chaque individu homosexuel), je les justifiais et les créais. Incroyable procès d’intentions…

 

Au départ, je ne me suis pas rendu compte de l’inimitié ambiante, trompé par l’accueil de mes auditeurs de devant. J’ai fini mon topo en ayant eu l’impression de ne pas avoir été à côté de la plaque, mais au contraire, avec l’assurance d’avoir démystifié le concept de mixité homosexuelle pour le rendre plus grave, plus nuancé, plus possible, plus concret. Tellement satisfait de mon passage, et conforté par les quelques réactions de mon auditoire le plus proche, je ne m’attendais pas à la gifle qui allait m’être adressée ; je n’aurais jamais imaginé que je serais aussi mal compris par les gens du fond de la salle.

 

Et là, coup de théâtre, qui en a surpris plus d’un, et qui m’a surpris moi-même. Une dame d’une soixantaine d’années, qui faisait partie du groupe des femmes qui dès le début de mon intervention avait pris le parti de ne pas m’écouter et de me faire dire l’inverse de ce que j’ai raconté, et qui apparemment « l’ouvre tout le temps » en réunion (et souvent à mauvais escient), a réclamé le micro, et a dit en gros que mes paroles l’ont scandalisé et que ça ne lui donnait vraiment pas envie d’acheter mon livre. Bing ! Prends ça dans les dents ! Elle s’est mise à expliquer sa propre vision de la mixité (une vision qui reprenait point par point ce que j’avais pourtant développé et illustré dans mon explication), mais en la présentant comme l’antithèse de mon propre propos. Je comprenais, quand elle parlait, qu’elle n’avait absolument pas écouté ce que j’avais dit. Car au fond, nous étions d’accord. C’est juste qu’elle ne voulait pas partager avec moi la même vérité que nous dessinions ensemble. Elle me reprochait finalement ce qu’on ne peut jamais reprocher à quelqu’un : d’être présent, d’exister, d’être ce qu’il est (un être humain avec un des deux sexes, jeune, avec son passé, son vécu, ses références, ses goûts…), et de ne pas être nous.

 

Un autre convive attablé au fond de la salle s’est mis à dire que ce que je proférais sur la difficulté des communautés gay et lesbienne à se mélanger n’étaient que « clichés » (et pour cause : j’ai en effet parlé des clichés, des représentations romanesques et cinématographiques de cette mixité si difficile à construire ! sans en faire des vérités et des généralités sur l’ensemble « des » homos). C’est là que j’en suis venu à parler de mes propres expériences de rejets que j’ai subies de la part de certaines femmes lesbiennes. En ultime exemple, je montrai dans la salle de l’Hôtel Millénium la répartition spontanée des invités, car il était flagrant qu’il n’y avait eu aucune volonté de mélange entre eux : on y voyait une « table de femmes » séparée des autres tables exclusivement remplies d’hommes ! Comment permettre une vraie mixité si on nie qu’on lui fait obstacle, et qu’on chante un joli slogan sans le mettre en pratique ? Comment permettre la rencontre entre l’homme et la femme si on nie que la communauté homosexuelle s’est construite en grande partie sur l’hétérophobie et sur une haine/peur de la différence des sexes ?

 

Seules deux personnes ont ensuite pris le micro pour atténuer les propos de mes deux détracteurs qui m’avaient jeté des tomates et méprisé sans que je m’y attende. Mais comme ils n’ont pas abordé le contenu de l’exposé à proprement parler (j’ai même eu droit à une intervention un peu graveleuse qui n’avait rien à voir avec la discussion), j’ai été peu aidé, et me suis fait plumer sans trop riposter. J’étais intérieurement halluciné du niveau de réflexion que m’offraient certains membres de l’intelligentsia homosexuelle, mais je gardais mon calme et mon sourire, en me disant que ma gloire se trouvait ailleurs que dans l’image et l’instant. On m’avait revêtu du bonnet d’âne, mais sur la durée, ce n’était pas moi le perdant. Vraiment pas.

 

Le chef de cérémonie, influencé par le public et les 3 personnes qui s’étaient exprimées parcimonieusement (et dont l’opinion ne représentait pas du tout l’ensemble des avis de la salle), a clôturé le débat en me faisant passer pour le « polémiste » de service, frondeur, un brin « coquinou », et irrévérencieux (mais on ne lui en veut pas : on l’aime bien quand même)… comme la speakerine qui annonce avec un sourire forcé l’interruption brutale des programmes afin de dérouler discrètement le rideau à fleurs sur scène. Cette étiquette du « Provocateur » l’arrangeait, mais ne me va pas du tout. Je ne suis pas un provocateur. Jamais je ne cherche à faire du scandale gratuitement, et si ce que je dis provoque des remous, ce n’est pas parce que ce que je dis est faux ou scandaleux, mais plutôt parce que les actes que je dénonce sont opérés par des personnes qui refusent de se regarder agir. D’ailleurs, pour la petite histoire, j’ai su après la conférence que la femme qui m’avait dit que mon livre c’était de la merde et qu’elle organisait des réunions mixtes, faisait énormément de sélection lors de ses causeries et n’était pas très ouverte aux hommes, malgré ses dires. La seule différence avec moi (et c’est sûrement pour cela que ça a « clashé » de son côté avec moi), c’est que chez elle, la mixité est concrètement un simple slogan qu’elle n’applique pas vraiment, alors que moi, je la vis et la favorise dans mes cercles amicaux homosexuels. Les mélanges ne me font pas peur. C’est le fossé entre mixité fantasmée et mixité réelle, entre intentions et actes, qui lui est apparu dans toute sa contradiction et sa violence. Cette grande bourgeoise s’est retrouvée face à quelqu’un qui applique et aime concrètement la mixité gay/lesbienne (… et qui, du coup, ne peux pas que l’idéaliser).

 

Le débat a pris fin. On m’a dit que rarement aux dîners de l’Autre Cercle les gens étaient restés aussi longtemps discuter à la fin ! C’est donc que mon intervention a bousculé les meubles ! C’est déjà ça, me direz-vous… Alors que les départs s’éternisaient, je voyais certains invités avoir honte de la bêtise de leur(s) camarade(s), et étaient indignés de l’accueil qui m’avait été fait par l’Autre Cercle. Quand je suis revenu à ma table, mes voisins m’ont fait comprendre que ce n’était pas la première fois que cette femme « pétait un scandale » et qu’elle perdait son calme et son jugement. L’ancienne présidente de l’association, une dame géniale et très ouverte, m’a assuré tout son soutien, et tentait de recoller les morceaux. Moi, bizarrement, je n’étais pas du tout effondré. Je savais ce que j’avais dit, et assumais entièrement mon exposé. J’ai même, contrairement à ce que j’aurais pu imaginer (vu comment mon livre avait été incendié en place publique par des personnes qui ne l’avaient pas lu), réussi à vendre une dizaine d’exemplaires de mon livre. Y compris Florence m’en a pris un ! Comme quoi… 😉 La misandrie n’est jamais victorieuse.

 
 
–       Festival Cineffable :
 


 

Dernier épisode qui m’est arrivé il n’y a pas si longtemps, et qui dénote d’une misandrie manifeste chez une grande partie des femmes lesbiennes. Je me suis rendu par curiosité au 19e Festival International du Film lesbien et féministe de Paris – « Cineffable : Quand les lesbiennes se font du cinéma » – organisé au Théâtre le Trianon, le 2 novembre 2007. J’arrive dans le hall d’entrée, et je suis arrêté par sept chiennes de garde – ne devant certainement pas faire partie de l’organisation du festival – qui m’ont dit textuellement qu’elles « ne tolèreraient pas la présence d’un seul homme dans les salles de projection ». Au départ, j’ai cru qu’elles plaisantaient. J’ai simulé l’étonnement amusé… avant de voir que ce qui avait été lancé comme une boutade par l’une d’entre elles a été validé très sérieusement par l’ensemble du groupe. J’ai été invité à débarrasser le plancher, tout bonnement. Dans la même journée, je suis allé au SIGL (le Salon International Gay et Lesbien au Carrousel du Louvre), et j’ai demandé aux stands associatifs si on avait le droit d’interdire ainsi la présence des hommes à l’entrée d’un festival de cinéma, même lesbien. On m’a évidemment répondu que non, et que Cineffable, même s’il s’adresse spécifiquement aux femmes lesbiennes, n’est pas un événement excluant ni sexiste. Pas pour toutes les participantes, visiblement…

 
–       « Des milliers de copines… » :
 


 

Un ami homo à la quarantaine bien tassée m’a raconté un jour une rencontre incroyable qu’il a faite à Marseille. Ça aura duré le temps d’un éclair. Il se baladait tranquillement dans la rue, quand une femme avec son chien tenu en laisse est arrivée derrière lui sur le même trottoir, et comme il gênait son passage et celui de son gracieux animal, au lieu de lui demander aimablement de se pousser, elle l’a carrément insulté de « sale pédé ! » L’ami en question est resté interloqué par la violence lapidaire de cette passante antipathique qu’il ne connaissait ni d’Ève ni d’Adam, et qui a identifié son homosexualité alors qu’elle n’est pas marquée sur lui et qu’il n’est pas spécialement efféminé. Quelle ne fut pas sa double surprise de voir cette même femme pénétrer un peu plus loin dans un bar lesbien ! Il m’a assuré que cette histoire était vraie, et je sais qu’il ne m’a pas menti. Quand l’homophobie intériorisée se couple avec la misandrie, cela semble improbable. Mais pourtant si, c’est possible ! On peut tout à fait être à la fois contre et pour soi-même ! pro-communautaire dans l’idée et anti-communautaire en actes ! femme et sexiste ! Toutes les haines se ressemblent, et elles concernent tout le monde, sans exception. Parce qu’on est libre, on est aussi potentiellement son pire ennemi.

 
 

La misandrie, reflet d’un viol fantasmé ou réel

 


 

Que reste-t-il des relations femme/homme quand chacune des deux parties prend systématiquement le masque de l’offensé ? Plus grand-chose. Est-il vrai que beaucoup de femmes lesbiennes n’aiment pas les hommes ? En acte, certainement que oui (même si ce n’est pas le cas de toutes les femmes lesbiennes) : leurs attitudes, leurs expressions de mépris, de peur, voire carrément de dégoût, à l’égard des hommes en général, parlent d’elles-mêmes ![2] ; en intentions et sciemment, non. Pour une raison toute simple : rares sont celles qui n’ont pas confondu l’homme fictionnel (ce Marlon Brando assis devant sa télé, avec sa bière à la main, ses films en noir et blanc, ses biceps, sa goujaterie…) avec l’homme réel ; rares sont celles qui n’ont pas pris la masculinité, le genre, ou l’image médiatique des hommes, pour le sexe mâle réel et les êtres humains concrets qui le portent. Par conséquent, elles n’ont pas l’impression d’en vouloir véritablement aux hommes quand elles s’attaquent à l’ « homme en théorie » ou à « l’idée (historique, anthropologique, politique, artistique…) de l’homme », car intellectuellement, elles savent encore faire la différence entre une image de magazine et un être humain ! C’est pourquoi je crois volontiers en la sincérité d’une Marie-Jo Bonnet quand elle écrit que la haine lesbienne des hommes est un « mythe homophobe »[3], même si objectivement elle ment et que sa haine des hommes est lisible dans ses propos. L’expression « hommes » est dans l’esprit de beaucoup de femmes lesbiennes une sorte de mélange fantasmagorique hybride entre les hommes fictionnels et les hommes réels ; ou bien réductible aux pires exemples d’hommes de leur entourage, rarement aux modèles plus positifs. C’est une haine aveugle. Comme toutes les haines. Nées de l’ignorance – une ignorance qui se pare souvent d’un vernis pseudo intellectuel et historique – et de la peur – une peur parfois souriante et calme, qui porte l’hypocrite nom de « mixité », de « parité », d’« amitié homo/hétéro » ou de « complicité entre lesbienne et gay ». On en vient au cœur de ce qui, pour moi, peut expliquer la misandrie : c’est le fait que le désir homosexuel (et ici lesbien) puisse être à la fois qualifié de désir d’amour et de désir de viol. Dans le cas lesbien, le viol, plus fantasmé que réel – même si dans énormément de cas, on est surpris de voir le nombre de femmes lesbiennes qui révèlent un viol survenu dans l’enfance ou l’adolescence – est la clé de voûte de l’édifice identitaire homosexuel : si le viol génital ne fait heureusement pas légion, nombreuses sont les femmes lesbiennes à avoir pu vivre le rapport tactile avec un garçon comme un viol. Et les hommes d’aujourd’hui ont sûrement une énorme part de responsabilité dans cette histoire.

 

Plus tard, je vous raconterai la misogynie tout aussi incroyable des hommes gay envers les femmes, lesbiennes comme les femmes dites « hétérosexuelles ». Car là encore, il y a beaucoup à dire !

 


[1] L’Autre Cercle est un groupement homosexuel mixte réunissant la crème de la crème de la communauté homo : s’y retrouvent des politiciens, des magistrats, des avocats, des enseignants, des écrivains, des hommes et des femmes supposés cultivés et éduqués. Et certains de ses membres m’avaient connu parce qu’ils étaient venus à mon émission de radio « Homo Micro » sur Radio Paris Plurielle.

[2] Dans leur bouche, les hommes sont souvent assimilés à des violeurs potentiels ; beaucoup de femmes lesbiennes, contrairement aux hommes gay, ont un passé « hétéro » plus chargé et long, avant de se déclarer exclusivement en couple lesbien, pour tourner radicalement une page douloureuse (ou jugée ainsi) de leur existence ; par ailleurs, l’expression « se faire prendre par un homme » est récurrente dans leur discours.

[3] Marie-Jo Bonnet, Qu’est-ce qu’une femme désire quand elle désire une femme ?, Éd. Odile Jacob, Paris, 2004, p. 152.