Archives par mot-clé : drogues

Code n°53 – Drogues (sous-code : Tendresse / Lesbienne alcoolique / Obsédés sexuels)

drogues

Drogues

 

 

NOTICE EXPLICATIVE

DROGUES 12 Kang seringue

B.D. « Kang » de Copi


 

Les drogues dans les œuvres fictionnelles homo-érotiques sont régulièrement présentées des comme stimuli du désir homosexuel, surtout par les héros qui vivent une phase de dépression et de mépris d’eux-mêmes, par les personnages bisexuels qui ne veulent assumer leur passage à l’acte homosexuel autrement que par l’excuse de l’accident dû à l’ivresse, mais également par les personnes homosexuelles « assumées » qui comparent leur avenir amoureux à un doux alcool qui les conduit à la fois au nirvana et à la mort. La figure du drogué homosexuel, et notamment de la lesbienne alcoolique, est un archétype de l’« homosexualité noire », queer, décontractée, décomplexée, déproblématisée, et « sans prise de tête », bref, bobo et homophobe.

 

Ceci n’est pas éloigné de la réalité. La consommation de drogues dans le « milieu homo » est particulièrement élevée, voire en général plus élevée qu’ailleurs (je tiens ces informations de buveurs invétérés, de fidèles clients de bar gay, et autres consommateurs de poppers et cocaïne). Que cela soit l’illustration d’un rejet et d’un isolement qu’ont subi les personnes homos, que cela soit le reflet d’une stratégie de survie face à une oppression homophobe/homosexuelle, ne fait à mes yeux aucun doute ! Celui qui se drogue est toujours quelqu’un qui a manqué d’amour. Et la drogue appelle en particulier les personnes qui ne s’aiment pas assez elles-mêmes, qu’on a poussé à la consommation, qui sont fragiles… et les personnes homosexuels sont fragilisés quand elles décident d’actualiser leur désir homosexuel par le couple.

 

Le point commun entre le désir homosexuel et l’abus de drogue, c’est qu’ils ne s’appuient pas sur le Réel, le premier parce qu’il a éjecté le socle le plus fondamental du Réel qu’est la différence des sexes, le second parce qu’il cherche à fuir les limites du corps individuel et social. Et chacun sait que lorsque nous quittons le Réel, même au nom de bonnes choses à la bases (l’amour, la tendresse, le plaisir, l’art, la « communion spirituelle », l’évitement de la souffrance, etc.), nous rejoignons tôt ou tard la violence, et nous nous soumettons à ce que nous consommons plus passivement qu’activement/librement.

 
 

N.B. : Je vous renvoie également aux codes « Bonbons », « Bobo », « Homosexualité noire et glorieuse », « Chevauchement de la fiction sur la Réalité », « Morts-vivants », « Attraction pour la foi », « Scatologie », « Extase », « Main coupée », « Fan de feuilletons », « Télévore et cinévore », « Tout », « Peinture », « Jeu », « Bovarysme », « Voyage », « Planeur », « Douceur-poignard », « Symboles phalliques », « Milieu homosexuel infernal », à la partie « Matérialiste » du code « Collectionneur homo », et à la partie « Nourriture comme métaphore du viol » dans le code « Obèses anorexiques », dans le Dictionnaire des Codes homosexuels.

 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.

 
 
 

FICTION

a) Le héros homosexuel drogué :

DROGUES 1

Film « Le Festin nu » de David Cronenberg


 

Souvent dans les fictions traitant d’homosexualité, le personnage homosexuel consomme de la drogue (cigarettes, alcool, cocaïne, etc.) : cf. le film « Poppers » (1984) de José María Castellvi, le one-(wo)man-show Le Jardin des dindes (2008) de Jean-Philippe Set, la pièce La Carne De Tablado (1918) d’Álvaro Retana, le roman L’Ange impur (2012) de Samy Kossan, le film « Kaboom » (2010) de Gregg Araki, le film « Into It » (2006) de Jeff Maccubbin, la peinture La Blanche et la Noire (1904) de Félix Valotton, le film « Like It Is » (1998) de Paul Oremland, le film « Mandragora » (1997) de Wiktor Grodecki, le film « L’Affaire Crazy Capo » (1973) de Patrick Jamain, la pièce Son mec à moi (2007) de Patrick Hernandez, la pièce Fatigay (2007) de Vincent Coulon, le film « Opium » (2012) d’Arielle Dombasle, le film « Little Lies » (2012) de Keith Adam Johnson (Phillip, le héros homo, boit beaucoup), le film « My Brother The Devil » (2012) de Sally El Hosaini, le film « Sugar » (2004) de John Palmer, le film « Blow » (2000) de Ted Demme, le film « Mondo Trasho » (1970) de John Waters, le film « Good As You » (2012) de Mariano Lamberti, la pièce Jerk (2008) de Dennis Cooper, le film « Mezzanotte » (2014) de Sebastiano Riso, le film « Adam et Steve » (1995) de Craig Chester, le film « Tony Rome est dangereux » (1967) de Gordon Douglas, le film « Une si jolie petite plage » (1948) d’Yves Allégret, le film « L’Attaque de la Moussaka géante » (1999) de P. H. Koutras, le roman Michael Tolliver est vivant (2007) d’Armistead Maupin, le film « Absences répétées » (1972) de Guy Gilles, le film « La Jeunesse de la bête » (1965) de Seijun Suzuki, le film « Traffic » (2000) de Steven Soderbergh, le film « Nowhere » (1997) de Gregg Araki, le film « Sin Destino » (1999) de Leopoldo Laborde, le film « Prinz In Hölleland » (« Prince en enfer », 1992) de Michael Stock, le film « F. est un salaud » (1998) de Marcel Gisler, le film « Morirás En Chafarinas » (1995) de Pedro Olea, le film « Pasajes » (1995) de Daniel Calparsoro, le film « 15 » (2003) de Royston Tan, le film « J’ai rêvé sous l’eau » (2012) d’Hormoz, la chanson « Voyage sans retour » de Jack dans la comédie musicale Cindy (2002) de Luc Plamondon, la pièce Penetrator (2009) d’Anthony Neilson (avec Max, le héros homosexuel drogué), le film « Yiss – J’arrête » (2008) de Mercure & Malin, le film « Absences répétées » (1972) de Guy Gilles, la comédie musicale HAIR (2011) de Gérôme Ragni et James Rado, la pièce Quand je serai grand, je serai intermittent (2010) de Dzav et Bonnard, la pièce Démocratie(s) (2010) d’Harold Pinter, le concert Le Cirque des mirages (2009) de Yanowski et Fred Parker, le roman Boquitas Pintadas (La Vie est un tango, 1979) de Copi (avec la cocaïne), le film « Strella » (2009) de Panos H. Koutras (Strella, le héros transsexuel, se shoote tout le temps), le film « Holding Trevor » (2007) de Rosser Goodman, le film « Mommy » (2014) de Xavier Dolan, la pièce Les Sex Friends de Quentin (2013) de Cyrille Étourneau (avec Jules, l’écrivain homosexuel alcoolique ; sa camarade de soirée, Michèle, s’étonne qu’il ne fasse pas partie, comme elle, du monde du spectacle : « Drogué, alcoolique et gay… Et t’es pas comédien ??? »), le film « Les Amants passagers » (2013) de Pedro Almodóvar (avec certains membres de l’équipage qui se shootent dans les cabines de l’avion), le film « La Garçonne » (1936) de Jean de Limur (avec la fumerie d’opium), le one-man-show Bon à marier (2015) de Jérémy Lorca, etc.

 

Par exemple, dans la pièce Confessions d’un vampire sud-africain (2011) de Jann Halexander, le héros-vampire Pretorius boit autant de sang que de vin rouge. Dans la pièce La Famille est dans le pré (2014) de Franck Le Hen, Tom, le chanteur homosexuel, se sniffe sa coke poudrée en cachette… et sa mère est une alcoolique mondaine (« T’as pas encore bu, maman, quand même ? »). Dans le film « Xenia » (2014) de Panos H. Koutras, Dany, le héros homosexuel, boit comme un trou. Dans le film « Dallas Buyers Club » (2014) de Jean-Marc Vallée, Rayon, le héros transsexuel M to F, est toxicomane. Dans le film « W imie… » (« Aime… et fais ce que tu veux », 2014) de Malgorzata Szumowska, le père Adam sombre dans l’alcool en même temps qu’il découvre son homosexualité. Et en confession, il reçoit un jeune, Rudy, qui lui avoue qu’il a taillé une pipe à un type après une fête alors qu’il était bourré. Plus tard, Rudy tombera vraiment dans la pratique homo et dans les filets d’un autre jeune délinquant du centre, Adrian, décrit comme « toujours camé ». Dans le film « Judas Kiss » (2011) de J.T. Tepnapa et Carlos Pedraza, tous les personnages homosexuels fument des clopes. Dans le film « Pigalle » (1993) de Karim Dridi, Jésus, surnommé le Gitan, est un petit trafiquant de son quartier. Dans la série Hit & Miss (2012) d’Hettie McDonald, Mia, le héros transsexuel M to F se drogue aux hormones et à l’alcool. Dans la pièce Doris Darling (2012) de Ben Elton, Doris, l’héroïne lesbienne se drogue à la cocaïne. Dans le roman Le Bal des folles (1977) de Copi, le narrateur homosexuel se retrouve à maintes reprises « complètement camé et saoul » (p. 26) : « Je fume du hasch comme un dingue. » (idem, p. 63) ; etc. Dans la pièce La Nuit de Madame Lucienne (1986) de Copi, la Comédienne se fume un joint. Dans la pièce Bang, Bang (2009) des Lascars Gays, Steeve fait un trafic de poppers, « la » drogue associée par définition au « milieu homo ». Dans le roman La Cité des Rats (1979), Copi-Traducteur fait allusion à « son passé d’alcoolique » (p. 155) ; et le personnage de Gouri fume son cigare de haschisch. Dans la pièce Le Frigo (1983) de Copi, « L. » prend des champignons hallucinogènes. Dans la comédie musicale La Nuit d’Elliot Fall (2010) de Vincent Daenen, le Baron Lovejoy, ouvertement homosexuel, se drogue. Dans le film « Forty Deuce » (« Quarante partout », 1982) de Paul Morrissey, un prostitué (interprété par Kevin Bacon) essaie de couvrir la mort par surdose d’un autre gamin. Dans le film « Facing Mirrors : Aynehaye Rooberoo » (« Une Femme iranienne », 2014) de Negar Azarbayjani, dès que Rana, chauffeuse de taxi, découvre la transsexualité de sa passagère intersexe F to M Adineh, elle l’accuse comme par hasard de trafic de drogue : « T’es un toxicomane ! » Dans la pièce Les Faux British (2015) d’Henry Lewis, Jonathan Sayer et Henry Shields, Thomas, le héros homosexuel, vivait une relation amoureuse cachée avec Charles, un homme décrit comme un alcoolique suicidaire. Dans le film « Marguerite » (2015) de Xavier Giannoli, Kyril, le dandy mariéré avec son monocle, se rend dans une fumerie d’opium. Dans le roman Harlem Quartet (1978) de James Baldwin, mis en scène par Élise Vigier en 2018, Arthur, le personnage homosexuel, se drogue et meurt car son cœur s’est arrêté. Dans le téléfilm Fiertés (épisode 1) de Philippe Faucon, diffusé sur Arte en mai 2018, la clope occupe une grande place dans le jeu de séduction homosexuelle : « Je fumais, je buvais, j’faisais le mur pour aller dans les bars gays. » (Victor, le héros homo). Par ailleurs, lors d’une soirée arrosée, Noémie est sur le point de se lesbianiser parce qu’elle a ingurgité sans le savoir du AMD. Dans le film « Ma Vie avec John F. Donovan » (2019) de Xavier Dolan, John, le héros homo, meurt d’une overdose.

 

La drogue est souvent liée à l’homosexualité et au monde homo, gay comme lesbien : « En Australie j’avais eu l’impression que les gays buvaient plutôt moins que leur compatriotes ; je me trompais. » (Ashe, l’un des héros homos du roman Riches, cruels et fardés (2002) d’Hervé Claude, p. 37) ; « Les nouvelles de l’école diront que j’suis pédé, que mes yeux puent l’alcool, que j’ferais bien d’arrêter. » (cf. la chanson « Le Chanteur » de Daniel Balavoine) ; « Je préfère fumer mon opium. » (Cyrille, le héros homosexuel de la pièce Une Visite inopportune (1988) de Copi) ; « Si tu es un alcoolique, sois pédé ! » (cf. la chanson « Sois pédé ! » de la comédie musicale Encore un tour de pédalos (2011) d’Alain Marcel) ; « Pour avoir du poison blanc, on ferait tout. » (Charlène Duval dans son one-(wo)man-show Charlène Duval… entre copines, 2011) ; « Avec des si, je n’aurais jamais rencontré l’alcool. » (cf. la chanson « Paradis imaginé » de Monis) ; « Silvano pensa : ce n’est pas possible, je suis en train de vivre une hallucination provoquée par la cocaïne que j’ai prise ce matin. » (Copi, La Vie est un tango (1979), p. 88) ; « Allez ! On va se bourrer la gueule ! » (Nicolas, le héros homos entraînant ses deux potes gays Gabriel et Rudolf en boîte, dans le film « Boys Like Us » (2014) de Patric Chiha) ; « Je n’aimais pas son haleine à l’odeur de bière et de cigarette. […] Quand j’ai été dans sa bouche, j’ai trouvé ça divin. J’ai oublié qui j’étais. » (le jeune Mathan parlant de sa première fois homosexuelle, dans la pièce Un Cœur en herbe (2010) de Christophe et Stéphane Botti) ; « Vodka, ma meilleure amie. » (Jefferey Jordan dans son one-man-show Jefferey Jordan s’affole, 2015) ; etc.

 

Dans le film « The Boys In The Band » (« Les Garçons de la bande », 1970) de William Friedkin, un groupe de potes gays se retrouve le temps d’une soirée sex & drogs et passe le plus clair de leur sauterie à s’autoparodier en alcooliques pour se justifier de consommer avec excès : « Ça se voit toujours quand tu es bourré. » (Donald à Michael) ; « Certains boivent, d’autres se droguent. » (Larry) ; « Je suis moche, juif, pédé. Je fume de l’herbe pour avoir le courage de me regarder en face. » (Harold) ; « Je mangerais à en devenir malade. J’ai très faim. Je goûterais bien tes lasagnes à l’opium. » (Harold à Michael) ; « Harold fait une collection de barbituriques qu’il prépare pour anticiper le long hiver qu’est la mort. » (Michael à Harold) ; « Folle saoule ! » (Michael à Emory) ; etc.

 

La consommation de drogues est associée à la nature même ou à l’origine du désir homosexuel. « Ta mère est une alcoolique. » (la mère d’Howard – le héros homosexuel – s’adressant à une petite demoiselle d’honneur, dans le film « In & Out » (1997) de Frank Oz). Par exemple, dans la pièce Fixing Frank (2011) de Kenneth Hanes, notamment, le Dr Apsey parlant de l’homosexualité de son patient Frank, dit qu’il y a « trop d’alcool dans sa personnalité ». Dans la pièce Des Bobards à maman (2011) de Rémi Deval, l’alcool est à la fois l’écran et le révélateur de l’homosexualité : les adjectifs « bourré » et « homos » sont synonymes dans la bouche de la mère de Fred (« C’est une ville de bourrés ici ! »). Dans le film « Entre les corps » (2012) d’Anaïs Sartini, la clope est le symbole phallique par excellence dès qu’Hannah use pour draguer une nouvelle fille. Le roman A Glance away (1961) de John Edgar Wideman entrelace les monologues intérieurs d’un ex-drogué noir et d’un professeur de littérature blanc et homosexuel. Dans le film « Praia Do Futuro » (2014) de Karim Aïnouz, c’est juste après que Konrad ait demandé à son secouriste Donato à l’hôpital s’il avait une cigarette pour lui (Donato lui répond « non ») qu’il l’encule juste après dans une voiture : c’est la séquence filmique juxtaposée. Dans le thriller religieux Father Elijah : An Apocalypse (Père Elijah : une Apocalypse, 1996) de Michael D. O’Brien, le héros, le Père Elijah, moine découvre Rome et sa décadence croissante : « L’autre côté du panneau d’affichage était une publicité pour du cognac. Deux hommes nus y apparaissaient, allongés sur le dos dans un lit, bras dessus, bras dessous, les yeux dans les yeux, buvant avec deux pailles dans un unique verre. » (p. 29)

 

Capture d’écran 2013-09-08 à 16.04.33

B.D. « Kang » de Copi


 

Dans l’épisode 430 de la série Demain Nous Appartient diffusé le 28 mars 2019, Flore Vallorta suspecte son fils Bart de couvrir son pote Hugo pour empêcher ce dernier d’être incarcéré pour trafic de drogues (« Si ça se trouve, Bart est dealer et il livre de la drogue à Hugo. »)… alors qu’en réalité, Bart cache leur liaison homosexuelle.
 

Parfois, le héros homosexuel se drogue parce que ses parents l’ont initié très tôt aux drogues : « C’est à cause de ça que ses enfants sont morts de façon accidentelle, ils devaient expier le péché de leur père noir qui était par ailleurs trafiquant de drogue. » (le narrateur homosexuel dans le roman Le Bal des folles (1977) de Copi, p. 88) Par exemple, dans le film « Saturn’s Return » (2001) de Wenona Byrne, Barney, le héros homo, est fils de deux « soixante-huitards attardés » qui l’ont abandonné et l’ont rendu dépendant à la drogue. Dans la pièce La Tour de la Défense (1974) de Copi, Daphnée est le prototype de la mère indigne et droguée : « Oh, mon Dieu ! que c’est dur de descendre après l’acide. J’ai le cerveau en marmelade ! » (p. 156) Dans le film « Moonlight » (2017) de Barry Jenkins, Chiron, le jeune héros homosexuel, est entouré de drogués et de dealers : sa propre mère, Juan son protecteur, Kevin son amant, etc. Il finit lui-même par dealer.

 
 

b) Drogue comme moteur et symbole de l’homosexualité de circonstance ou de la bisexualité homophobe :

DROGUES 2 OSS117

Film « OSS 117 : Rio ne répond plus » de Michel Hazanavicius


 

C’est parfois l’alcool ou la drogue qui révèle au héros son homosexualité et qui à la fois la gomme. Ce comportement sera alors appelé « homosexualité de circonstance » ou « bisexualité » ou « homosexualité latente et refoulée », voire même « homophobie » (dans le cas où l’acte homosexuel, ou le désir homosexuel ne seront pas assumés) Par exemple, dans le film « The Boys In The Band » (« Les Garçons de la bande », 1970) de William Friedkin, Michael, l’un des héros homosexuels, avant son coming out, simulait qu’il était saoul pour cacher son homosexualité : « C’était le syndrome : ‘Mon Dieu, qu’est-ce que j’ai bu ! » Dans le one-man-show Pareil… mais en mieux (2010) d’Arnaud Ducret, c’est l’alcool qui rend homo en boîte. Dans le film « Moonlight » (2017) de Barry Jenkins, Chiron, le jeune héros homosexuel, sort avec son ami Kevin sur la plage après avoir fumé ensemble des pétards. Plus tard, à l’âge adulte, ils se retrouvent et s’unissent en corps également à cause de l’alcool : cette fois, ils s’enfilent 3 bouteilles d’alcool.

 

Dans le film « Órói » (« Jitters », 2010) de Baldvin Zophoníasson, sous les effets de l’alcool, deux adolescents islandais Gabriel et Markus sortent ensemble pendant un voyage scolaire en Angleterre. Quand la mère de Gabriel constate, inquiète, le changement d’attitude de son fils à son retour, elle associe inconsciemment l’homosexualité de Gabriel à l’absorption de stupéfiants : « Tu as essayé des drogues en Angleterre, c’est ça ?? » Dans le film « Children Of God » (« Enfants de Dieu », 2011) de Kareem J. Mortimer, comme Romeo n’est pas en état de rentrer chez lui tellement il est saoul, Johnny (son futur amant) le ramène dormir chez lui. Un peu plus tard, après la nuit d’amour des deux garçons, la mère de Romeo suspecte chez son fils un changement qu’elle attribue à la drogue… alors qu’en réalité, Romeo lui cache son couple homosexuel : « J’ai pas besoin de cette saloperie. » lui dit-il (en laissant entendre que l’amour d’un homme lui suffit…). Dans le film « Lifeboat » (1944) d’Alfred Hitchcock, Gus drague le capitaine Rittenhouse quand il est bourré. Dans la pièce Soixante degrés (2016) de Jean Franco et Jérôme Paza, c’est au moment où Rémi et Damien se bourrent la gueule que Rémi crache le morceau et avoue ses sentiments à son ami. Il s’est d’ailleurs volontairement murgé pour que ça sorte sans esclandres. Dans la pièce Les Favoris (2016) d’Éric Delcourt, c’est en fumant des joints que Stan, le héros qu’on croyait irréductiblement hétéro, s’homosexualise et fait des avances à Guen, homosexuel. Dans le film « Mon Père » (« Retablo », 2018) d’Álvaro Delgado Aparicio, Mardonio, dans un moment d’ivresse, pelote son pote Segundo comme si ce dernier était une femme.

 

Dans beaucoup de fictions homo-érotiques, la drogue est l’instrument de l’initiation homosexuelle, une initiation plus forcée que libre, voulue involontaire. Par exemple, dans le film « Hôtel Woodstock » (2009) d’Ang Lee, Elliot découvre son homosexualité lors des soirées alcoolisées et planantes autour des concerts hippies de Woodstock. Dans la pièce À quoi ça rime ? (2013) de Sébastien Ceglia, Didier a une aventure d’un soir avec son voisin de pallier, Bernard, après un apéritif bien alcoolisé ; d’ailleurs, Bernard est un homosexuel notoire, et Didier lui fait cette drôle de remarque : « Vous avez de l’alcool dans le cerveau. » Dans la pièce À partir d’un SMS (2013) de Silas Van H., Jonathan, le héros homo, boit beaucoup et arrive souvent bourré dans l’appart qu’il partage avec son copain. D’ailleurs, tout au long de la pièce, le vin est présenté comme un moyen de déstabilisation, de gaieté et de désinhibition amoureuse homosexuelle. Dans le film « The Morning After » (2011) de Bruno Collins, c’est après avoir enfilé plusieurs bières que Harry, le héros hétéro, s’engage vers l’homosexualité : il se voit embrasser Thom pendant qu’en réalité il « roulait une pelle » à sa copine. Dans le film « Humpday » (2010) de Lynn Shelton, deux copains soi-disant « hétéros » se retrouvent, après une beuverie, dans le même lit (ils tourneront un film porno gay ensemble). Dans le film « Les Infidèles » (2011) de Jean Dujardin, Fred et Greg, meilleurs amis de toujours, finissent par coucher ensemble à l’hôtel de Las Vegas après une soirée bien arrosée. Dans la pièce Three Little Affairs (2010) d’Adeline Piketty, l’alcool sert d’excuse pour maquiller l’homosexualité latente de Rachel. Dans le film « Walk A Mile In My Pradas » (2012) de Joey Sylvester, Tony, hétéro convaincu, va découvrir, notamment dans l’ambiance très alcoolisée d’un club gay, sa double nature. Dans la pièce On la pend cette crémaillère ? (2010) de Jonathan Dos Santos, François, le héros homo, et Jérôme, pourtant présenté comme un hétéro, ont eu une liaison après une nuit alcoolisée. Dans le film « 30° Couleur » (2012) de Lucien Jean-Baptiste et Philippe Larue, l’alcoolémie pousse Patrick à un (exceptionnel ?) travestissement. Dans le film « OSS 117 : Rio ne répond plus » (2009) de Michel Hazanavicius, les étreintes collectives sur la plage glissent tout doucement vers les gestes homosexuels. Dans la pièce L’un dans l’autre (2015) de François Bondu et Thomas Angelvy, Thomas et François, les deux amants, reviennent de la « Soirée Mousse » organisée par leur ami Paul complètement bourrés. Plus tard, ils racontent leur première fois, quand ils sont sortis ensemble. Thomas, jadis hétéro, est sorti avec François après avoir regardé avec lui un match de foot à la télé : « C’est à cause de la défaite ou de l’alcool. »
 

Dans le film « Call me by your name » (2018) de Luca Guadagnino, c’est lorsque Oliver et Elio (jeune de 17 ans) commencent à sortir ensemble qu’ils fument… tout en le niant : « Je croyais que tu fumais pas ? » demande Elio. « Mais je ne fume pas. » lui répond Oliver, la clope allumée au bec. Pour préparer le passage à l’acte homo, Oliver met une cigarette dans la bouche d’Elio.
 

Dans le film « Plaire, aimer et courir vite » (2018) de Christophe Honoré, les héros fument tous des drogues pour se draguer : « On fume un truc ? » (Jacques s’adressant à son ex, Mathieu). Lors de leur première rencontre, au cinéma, Arthur drague Jacques à distance en maniant une cigarette dans ses doigts au moment de la projection. Et au moment de sodomiser Jacques, Arthur, en boutade, dit qu’il « écrase sa cigarette » (preuve que la cigarette symbolise le sexe anatomique).
 

Dans le film « La Belle Saison » (2015) de Catherine Corsini, Delphine et Carole commencent à sortir ensemble parce qu’elles ont fumé : « T’as refumé ? » demande Delphine. Carole lui répond, après avoir résisté à Delphine : « C’est pas grave. On a trop bu de toute façon. » Plus tard, on voit que Carole abuse de la bouteille : « Moi, j’ai envie de picoler, ce soir. »
 

Dans le film « Test : San Francisco 1985 » (2013) de Chris Mason Johnson, Bill, l’étrange voisin de Frankie, qui lui fait des avances et lui taille une pipe, le manipule en le faisant fumer un joint. Plus tard, lorsque Frankie pose à son futur amant Todd une question intéressée (« Tu fais quelque chose ce soir ? »), ce dernier lui répond : « On se défonce ? ». Au départ, Frankie croit que Todd lui parle de drogue, et finit par comprendre qu’il parle de sodomie. Double sens du verbe « se défoncer »…

 

La drogue pousse le héros homosexuel à s’oublier lui-même, à se laisser aller à la pulsion, à ne pas assumer ses actes homosexuels pour paradoxalement faciliter leur actualisation muette : « Avec un peu d’amour, beaucoup d’alcool, tout passe toujours. » (Jeanfi, le steward homo dans le one-man-show Au sol et en vol (2014) de Jean-Philippe Janssens) ; « Je ne me souviens pas qui c’était. J’étais saoul. » (Nathan, le héros homo, n’assumant pas son baiser à Louis, dans le téléfilm « Baisers cachés » (2017) de Didier Bivel) ; « Le bon vin et la bonne musique excitent la curiosité. » (Larry, l’un des personnages homos du film « The Boys In The Band », « Les Garçons de la bande » (1970) de William Friedkin) ; « Le vin que nous avions bu me rendait moins maîtresse de mon actes, et bientôt, en dépit de mes résolutions, mes gestes devinrent plus caressants. » (Alexandra, l’héroïne lesbienne, dans le roman Les Carnets d’Alexandra (2010) de Dominique Simon, p. 62) ; « On était tellement bourrés [pendant notre première relation sexuelle] qu’on s’en souvient même pas. » (Benji à Hugo, dans la pièce Ça s’en va et ça revient (2011) de Pierre Cabanis) ; « Elles avaient échangé un baiser une fois alors qu’elles étaient ivres pendant un réveillon de la Saint-Sylvestre, leurs langues se touchant jusqu’à ce que l’une d’elles – Jane ne se rappelait pas laquelle – se dérobe. » (Jane, l’héroïne lesbienne, et Ute, la femme mariée hétéro, dans le roman The Girl On The Stairs, La Fille dans l’escalier (2012) de Louise Welsh, p. 32) ; etc. Par exemple, dans le film « No Se Lo Digas A Nadie » (1998) de Francisco Lombardi, Alfonso couche avec Joaquín, mais cache son homosexualité derrière l’excuse de la « beuverie qui dérape entre potes ». Dans le film « The Boys In The Band » (« Les Garçons de la bande », 1970) de William Friedkin, Bernard a vécu son premier grand amour avec Peter, un gars hétéro. Ils ont couché ensemble « un soir, après une soirée arrosée autour d’une piscine », mais le problème, c’est que le lendemain, Peter a nié leur acte. Michael ironise l’idylle en disant que Peter devait être « tellement saoul qu’il ne se souvenait de rien ». Le film « Keep The Lights On » (2012) d’Ira Sachs retrace l’histoire d’un couple gay qui, au bout de 9 ans de vie commune, est détruit par la drogue (la drogue ici sert d’excuse pour occulter les faiblesses objectives du couple homo, qui n’ont rien à voir spécifiquement avec les drogues).

 

La consommation de drogues sert de préliminaire à l’union homosexuelle des corps, comme si les héros cherchaient à se voiler la face sur la violence des actes homosexuels qu’ils vont poser : « Je consomme une forte dose d’éther et je couche avec des hommes. » (Max Jacob dans le film « Monsieur Max » (2007) de Gabriel Aghion) Par exemple, dans le film « Cruising » (« La Chasse », 1980) de William Friedkin, Steeve est euphorisé sur la piste de danse du club par des drogues pour danser ; le fait de fumer est considéré comme une « régression anale ». Dans la pièce Un Tango en bord de mer (2014) de Philippe Besson, Vincent et Stéphane, les deux anciens amants, boivent comme des trous pour célébrer leurs retrouvailles (ils coucheront à nouveau ensemble, même sans s’aimer). Dans le film « A Moment in the Reeds » (« Entre les roseaux », 2019) de Mikko Makela, Leevi et son amant Tareq boivent énormément de bières avant de sortir ensemble.

 
 

c) Le drogué homosexuel : nouveau prince charmant des artistes bobos

DROGUES 3 Gazon

Film « Donne-moi la main » de Pascal-Alex Vincent


 

Même si la drogue détruit quand on en abuse, il est pourtant étonnant de voir bon nombre de créateurs homosexuels lui dérouler le tapis rouge, comme si elle était un filtre d’amour à elle seule, comme si elle avait le pouvoir de sublimer le marginal homosexuel (celui-ci deviendrait soudain grâce à elle « révolutionnaire », « sublime dans l’auto-destruction et la chute », « corrosif », « gênant », « original », « artiste d’avant-garde »), de créer/décupler son désir amoureux, sa créativité, ses sensations, de fortifier son couple. Comme si elle était l’amant parfait même ! « Je suis addict. C’est pire qu’une drogue. » (William parlant de son amant Georges, dans la pièce Sugar (2014) de Joëlle Fossier) ; « J’ai fait connaissance avec les mecs sans filtre. » (Jérémy Lorca parlant de ses amants, dans son one-man-show Bon à marier, 2015) ; etc.

 

Elle est présentée comme le symbole de l’insouciance et de la candeur adolescente, comme un amour underground original et chaviré, emprunt de nostalgie vintage : cf. le film « Des Jeunes gens mödernes » (2011) de Jérôme de Missolz, le film « Le Refuge » (2010) de François Ozon, le film « Plan B » (2008) de Marco Berger, le film « Heavenly Creatures » (« Créatures célestes », 1995) de Peter Jackson, le film « My Own Private Idaho » (1991) de Gus Van Sant, le roman Beatriz Y Los Cuerpos Celestes (1998) de Lucía Etxebarría, etc. « Je déteste tout ce monde d’attardés qui ne parlent que du cours des drogues et des chemises indiennes. Je les supporte parce que ça amuse Pierre, il essaie des drogues nouvelles et passe toute la journée assis à côté de la piscine en position de lotus à regarder fixement le soleil pendant que je dessine à côté de lui. » (le narrateur homosexuel du roman Le Bal des folles (1977) de Copi, p. 65) ; « L’autre jour, il faisait gris comme le jour où Gilberto m’a quitté, mais ça allait. Je suis allé chez un mec pour baiser, on a fumé et avant de baiser, d’un coup tout est remonté. Je me suis mis à pleurer, je ne pouvais plus m’arrêter.’ En riant, il ajoute ‘Le pauvre garçon ne savait pas quoi faire ! » (Simon, le héros homosexuel, s’adressant à Mike dans le roman Des chiens (2011) de Mike Nietomertz, p. 113) ; etc. Par exemple, dans la pièce Les Escaliers du Sacré-Cœur (1986) de Copi, Lou et Ahmed fument du hasch ensemble.

 

Certains réalisateurs font passer l’alchimie éphémère des drogues pour un coup de foudre puissant et « évident ». Ça se passerait même de commentaires ! Par exemple, dans le film « Week-end » (2012) d’Andrew Haigh (le stéréotype du film bobo, à mon avis), Russell et Glenn sortent ensemble après une soirée en boîte gay bien arrosée, et pendant toute leur courte liaison (qui se résume à une banale histoire de fesses, matinée d’un échange de goûts et de sensations narcissiques façon « roman photo »), ils boivent, fument la clope à la fenêtre, reboivent, refument leur clope, dorment ensemble (oh la la, c’est trop « fort » et trop « beau », la tendresse…). Leur vie semble caractérisée par la consommation de drogues (« Trop de drogue… » dira à un moment Becky à Glenn). Comme leur histoire d’amour accidentelle finit par durer plus de temps qu’une cigarette… ça y est ! elle nous est présentée comme encore plus « vraie » que si elle avait été décidée et s’était faite naturellement, sans artifice ! D’ailleurs, les deux protagonistes incarnent la parfaite vision chavirée (et non-moins cucul… quoiqu’en disent les bears homos jouant les hétéros) de l’« Amour » défendue par les artistes LGBT bobos.

 

DROGUES 4 Week-End blouson

Film « Week-End » d’Andrew Haigh


 

DROGUES 6 Week-End Divan

Film « Week-End » d’Andrew Haigh


 

Les drogues permettent d’affaiblir et de posséder l’autre. « Beaucoup de mecs se saoulent pour pouvoir baiser. » (Larry, l’un des personnages homos du film « The Boys In The Band », « Les Garçons de la bande » (1970) de William Friedkin) Par exemple, dans le film « Free Fall » (2014) de Stéphane Lacant, Engel s’embrasse pour la première fois Marc en lui transférant sa bouffée de cigarette dans la bouche. Plus tard, ils feront l’amour dans les toilettes d’une boîte gay, en prenant chacun leurs pilules. Dans la pièce Gouttes dans l’océan (1997) de Rainer Werner Fassbinder, Léopold fait boire le jeune Franz pour qu’il lui tombe dans les bras ; et ça marche puisque Franz enchaîne les verres et les cigarettes. Dans le film « La Partida » (« Le dernier match », 2013) d’Antonio Hens, Reinier rencontre Juan, un quadragénaire espagnol et voit en lui son passeport pour quitter Cuba et la misère ; les deux amants sont tombés dans les bras l’un de l’autre, sous ecstasy, lors d’une sortie en boîte.

 

Dans le film « Jonas » (2018) de Christophe Charrier, Nathan, pour embrasser Jonas sur la bouche, le fait fumer dans la salle de sport du collège (ce qui deviendra une dépendance pour Jonas à l’âge adulte). : « Tiens, fume. Ça va te détendre. Une taffe. ». Jonas ne s’en trouve pas bien : « Oh… j’ai la tête qui tourne. ». Un peu plus tard, sur la cour du collège, Jonas en redemande : « Tu me fais tirer ? »… et Nathan lui met ironiquement le holà : « Mollo, Gainsbourg ! ». Pour se venger d’un camarade de classe homophobe qui lui taxe toujours des clopes, Nathan les empoisonne pour le rendre malade… et ça marche. Dans ce film, fumer, c’est comme s’homosexualiser. D’ailleurs, la maman de Nathan, qui fume comme un pompier et file des clopes à son fils, découvre que Jonas, le copain de Nathan, fume aussi, et lui pose une question qui pourrait se rapprocher d’une demande de coming out : « Ta mère, elle sait aussi que tu fumes ? Ce sera notre petit secret, alors… ». Dix-huit ans plus tard, Jonas plonge dans la drogue. Il fait boire Léonard (le petit frère de Nathan), pour s’attirer ses faveurs. Il déclenche des alarmes incendie dans les hôtels de luxe. Il consomme des hommes comme il consomme des clopes. À haute dose.
 
 

d) L’abus de drogues comme miroir de l’ascétisme du frustré mal dans sa peau :

DROGUES 13 Kang télé

B.D. « Kang » de Copi


 

Comme pour mieux dire l’abus de drogues chez les personnages homosexuels, ou bien leur homosexualité refoulée, ou même leur cyclothymie, on trouve parmi eux quelques ascètes anti-alcool et anti-plaisir (cf. je vous renvoie à la partie « Paradoxe du libertin » du code « Liaisons dangereuses », ainsi qu’au code « Obèses anorexiques », de mon Dictionnaire des Codes homosexuels) : « Sana, j’ai arrêté la drogue. Je ne prends plus de poppers. » (Kévin, le héros homo de la pièce Carla Forever (2012) de Samira Afaifal et Yannick Schiavone) ; « Elle me dit : Qu’est-ce que t’as, t’as l’air coincé. T’es défoncé ou t’es gay. Tu finiras comme ton frère. » (cf. la chanson « Elle me dit » de Mika) Mais cette aversion ne dure généralement pas longtemps. Certains héros homosexuels s’engouffrent d’autant plus excessivement dans la conduite addictive à l’âge adulte qu’ils se sont jadis réprimés de boire et de fumer. Le cours de leur désir homosexuel suit la courbe en dents de scie des effets « looping » de la drogue. Par exemple, dans le film « L’Un dans l’autre » (1999) de Laurent Larivière, Antoine, stressé d’entendre son ami Matthieu lui faire une déclaration d’amour (et surtout « titiller » sa propre homosexualité refoulée !), fume nerveusement une cigarette pour « digérer » la nouvelle !

 
 

e) Drogue et lesbianisme :

DROGUES 7 L World

Série « The L World »


 

Iconographie extrêmement peu étudiée, et pourtant tellement signifiante : le lien entre drogue et lesbianisme ! On retrouve beaucoup la figure de la lesbienne droguée dans les œuvres homo-érotiques (cf. la pièce Vierge et rebelle (2008) de Camille Broquet – avec Camille, la lesbienne trafiquante de drogue –, le film « Gasoline » (2001) de Monia Stambrini, le film « Tan De Repente » (2002) de Diego Lerman, le roman Beatriz Y Los Cuerpos Celestes (1998) de Lucía Etxebarría, le roman Héroïnes (1922-1925) de Claude Cahun, etc.), et surtout de la lesbienne alcoolique (cf. le film « Die Bitteren Tränen Der Petra Von Kant » (1972) de Rainer Werner Fassbinder – avec Karin et Petra –, le film « Joe + Belle » (2011) de Veronica Kedar, la pièce On vous rappellera (2010) de François Rimbau – avec Léonore –, la pièce Un Mariage follement gai ! (2008) de Thierry Dgim – avec Marcy –, la pièce Burlingue (2008) de Gérard Levoyer, le roman Deux femmes (1975) d’Harry Muslisch – avec Laura –, le film « Edge Of Seventeen » (1998) de David Moreton – avec Frieda –, la pièce Ma Première Fois (2012) de Ken Davenport – avec la lesbienne camionneuse –, le film « Cloudburst » (2011) de Thom Fitzgerald – avec Stella –, le film « Sils Maria » (2014) d’Olivier Assayas – avec Maria -, le film « Perruche » (2014) de Roxanne Gaucherand, etc.).

 

Par exemple, dans la pièce Confidences (2008) de Florence Azémar, le cliché de la lesbienne alcoolique revient à travers le personnage d’Hélène : « Hélène était addict à l’alcool. » Dans le film « La Vie d’Adèle » (2013) d’Abdellatif Kechiche, Emma, l’une des deux héroïnes lesbiennes, boit beaucoup de bières, et elle dit qu’elle les « adore » : elle rebaptise même la célèbre marque « Gulden : la Bière des Goudous ! ». Dans le film « Bye Bye Blondie » (2011) de Virginie Despentes, Gloria et France se sont rencontrées dans un hôpital psychiatrique dans les années 1980. « Elles se sont aimées comme on s’aime à 16 ans : drogue, sexe et rock & roll. » (cf. la plaquette du 17e Festival Chéries-Chéris, le 7-16 octobre 2011, au Forum des Images de Paris) La pièce Bonjour ivresse ! (2010) de Franck Le Hen (vous remarquerez la signifiance du titre) prend l’homosexualité pour thème central ; d’ailleurs, Wanda, la « fille à pédés » alcoolique, est bisexuelle. Dans son concert Free : The One Woman Funky Show (2014), Shirley Souagnon se présente comme « une meuf qui boit de l’alcool » et se plaît à se montrer en train de se siffler des bières avec ses trois potes mecs musiciens. Dans le film « Respire » (2014) de Mélanie Laurent, Sarah et Charlène, les deux amantes, boivent beaucoup, sont souvent bourrées et fument du shit, s’entraînant ainsi dans un cercle vicieux : « J’en ai marre : je fume trop avec toi. » riposte à un moment Sarah, celle qui a de qui tenir puisque sa propre mère est alcoolique et la bat. Dans son one-woman-show Chatons violents (2015) d’Océane Rose-Marie, Océane se murge au vin blanc en soirée. Dans le film « Carol » (2016) de Todd Haynes, Carol, l’héroïne lesbienne, provoque et envoûte sa future amante Thérèse, vendeuse de jouets, en s’autorisant à fumer des cigarettes même dans son magasin. Elle fume comme un pompier : « Quand on pense avoir atteint le fond, on tombe évidemment en panne de cigarettes. » C’est en buvant de l’alcool que Thérèse et Carol finissent par coucher ensemble. À la fin du film, Thérèse se rend à une fête hétéro. Du bas de l’immeuble, elle pousse le cri du cœur : « J’espère qu’il y a à boire ! »

 

« La gouine branchée, elle connaît toutes les drogues. » (Océane Rose-Marie dans son one-woman-show La Lesbienne invisible, 2009) ; « Elle parle beaucoup, mais je ne l’écoute pas. Je la regarde intensément, essayant de lui faire comprendre la nature des sentiments qu’elle m’inspire, aidée par le vin qui me rend plus entreprenante. » (Alexandra, l’héroïne lesbienne, dans le roman Les Carnets d’Alexandra (2010) de Dominique Simon, p. 18) ; « L’alcool, dont j’avais sans doute abusé, me donnait autant d’audace qu’il me cassait les jambes. » (idem, p. 40) ; « Lucie savait que sa Ginette, dont le courage s’est souvent échoué par le passé au fond d’une bouteille, avait probablement fait une rechute et pris une bonne brosse ou deux. Comme quoi l’appel de l’alcool peut être plus fort que celui de l’amour. » (Denis-Martin Chabot, Accointances, connaissances, et mouvances (2010), p. 30) ; « Je ne dis pas que toutes les lesbiennes boivent. » (Anthony Kavanagh dans le one-man-show Anthony Kavanagh fait son coming out, 2010) ; « C’est ma boisson journalière ! » (Solitaire en parlant du whisky, dans la pièce Les Escaliers du Sacré-Cœur (1986) de Copi) ; « J’ai trop bu. » (Cassie l’héroïne lesbienne dans le film « La Tristesse des Androïdes » (2012) de Jean-Sébastien Chauvin) ; « J’reviens. J’suis complètement alcoolique. » (Suze acceptant tous les apéros sur son lieu de vacances, l’Ardèche, dans le one-woman-show Wonderfolle Show (2012) de Nathalie Rhéa) ; « Vous savez, c’est la politesse qui m’a rendue alcoolique. » (idem) ; « J’ai le vin gai.» (idem) ; « J’suis une grosse fumeuse. » (idem) ; « Tatiana, tu as trop bu. » (Nathalie s’adressant à Tatiana qui l’embrasse, idem) ; « Continue à te saouler avec du vin. Ça te rend divinement gaie/gay. » (Tatiana la lesbienne s’adressant à Nathalie, idem) ;« J’ai pas de thunes et j’ai envie de me bourrer la gueule. » (Polly, l’héroïne lesbienne dans le roman Des chiens (2011) de Mike Nietomertz, p. 77) ; « Wanda, avec la flamme de l’enfer dans ses yeux, en proie aussi à une humeur infernale, buvait du cognac. Elle s’était de nouveau mise à boire beaucoup. » (Marguerite Radclyffe Hall, The Well Of Loneliness, Le Puits de solitude (1928), p. 497) ; « Depuis la mort de son mari, elle [Gabrielle, l’héroïne lesbienne] est consciente d’avoir sensiblement augmenté la consommation de cet ‘élixir de jouvence’ préconisé par Marc [= le whisky], son ami de longue date et médecin traitant. Elle n’est pas dupe. Qu’a-t-elle à perdre à quatre-vingt ans ? » (Élisabeth Brami, Je vous écris comme je vous aime (2006), p. 15) ; « Je croyais que ces conversations nocturnes prendraient fin quand tu as arrêté de boire. » (Petra s’adressant à son amante Jane, dans le roman The Girl On The Stairs, La Fille dans l’escalier (2012) de Louise Welsh, p. 81) ; « Tu es une buveuse invétérée. » (Tielo s’adressant à sa « belle-sœur » Jane, idem, p. 128) ; « Les petites pingouines préfèrent le gros rouge. » (la chanson « Les Pingouins » de Juliette Gréco) ; etc.

 

La dépendance lesbienne à la drogue s’explique assez bien. La drogue non seulement éloigne du Réel, mais durcit les tempéraments, rend macho et violent (filles comme garçons), « masculinise » quelque part (dans le sens d’hyper-virilité cinématographique ; pas de sexuation garçon). Elle est le refuge de celui qui veut nier ses limites et ses faiblesses humaines pour devenir Superman. Par exemple, dans le one-woman-show Mâle Matériau (2014) d’Isabelle Côte Willems, la narratrice transgenre F to M boit de la bière pour « faire mec ».

 
 

f) La drogue : le masque et le révélateur du viol

Si le héros homosexuel cherche autant à fuir sa Réalité, son corps, et à acquérir une valeur grâce aux drogues, c’est souvent parce qu’il cache qu’il a été violé, qu’il souffre, ou qu’il cherche à violer pour se venger de son viol passé. « Attention au pédé agressif. Sobre, il est dangereux… Saoul, il est mortel. » (Harold, l’un des personnages homos du film « The Boys In The Band », « Les Garçons de la bande » (1970) de William Friedkin) Dans les fictions traitant d’homosexualité, la drogue est toujours le paravent du manque d’amour, de la haine de soi (homophobie), du divorce, du viol, de l’inceste, de la mutilation corporelle (particulièrement chez les héros transsexuels), d’une guerre, de la prostitution, d’une épidémie ou d’une catastrophe. « J’les connais depuis mon enfance, j’ai été leur jouet […] Y a juste l’alcool dont ils sont absolument incapables, tous, de se passer. C’est ça qui les tient debout. Quand le sida est arrivé, y se sont réfugiés dans l’alcool, toute leur génération, puis y ont commencé à regarder le monde s’écrouler autour d’eux, sans plus jamais y toucher. » (Michael à propos de sa bande d’amis homos, dans le roman Le Cœur éclaté (1989) de Michel Tremblay, pp. 239-240) ; « Pendant un apéro au Boobs’bourg, en attendant les autres, Cody m’avoue qu’à New York il met des petites annonces sur craiglist.org en se faisant passer pour une fille : ‘Comme ça, quand les hommes ils veulent ma chatte, je dis à eux je suis un pédé mais je peux te sucer bien ta bite à fond et avaler ton jus. Ça marche, quoi, les hommes ils ont envie d’une fille parce qu’ils pensent que c’est la seule chose qui les fait bander mais un jour où ils sont en manque ils goûtent à la bouche ou le cul d’un pédé et d’un coup ils se rendent compte que ce qui les fait bander c’est le sexe, et pas une fille, quoi. Je suis comme une sorte de terroriste queer comme j’oblige les hommes hétéros de se rendre compte que tout le monde est pédé, quoi, parce que tout le monde bande pour n’importe qui.’ » (Cody, l’homosexuel américain s’adressant à son pote gay Mike dans le roman Des chiens (2011) de Mike Nietomertz, pp. 98-99) ; etc.

 

Par exemple, dans le film « Romeos » (2011) de Sabine Bernardi, Miriam se pique à la testostérone pour devenir Lukas. Dans le film « Gun Hill Road » (2011) de Rashaad Ernesto Green, Michael se pique aux hormones dans les toilettes. Dans la pièce Copains navrants (2011) de Patrick Hernandez, Stef, l’un des héros homos, décrit son pote gay Nono comme un véritable alcoolique, un homme malheureux en amour : « Il a vraiment un problème avec l’alcool. […] Quand il se fait larguer, il picole. Et comme il se fait souvent larguer… » Dans le film « A Single Man » (2009) de Tom Ford, George, le héros homosexuel, et son jeune élève Kenny, d’au moins 20 ans son cadet, partagent des drogues avant de vivre leur liaison incestuelle interdite. Dans le film « La Caduta Degli Dei » (« Les Damnés », 1969) de Luchino Visconti, la beuverie homosexuelle des soldats SS travestis cache (et pourtant illustre aussi) les débordements de la Seconde Guerre mondiale. Dans son one-man-show Elle est pas belle ma vie ? (2012), Samuel Laroque avoue sa peur du GHB, la « drogue du violeur », mais semble pourtant la demander : « Si quelqu’un veut mettre du GHB dans mon verre, allez-y ! » Dans le roman Par d’autres chemins (2009) d’Hugues Pouyé, la réalité violente de la prostitution est camouflée par la monnaie d’échange invisible qu’est la tendresse : Adrien rencontre son amant Malcolm qui se prostitue, et leur créateur essaie de nous faire croire à une inattendue gratuité entre eux (Malcolm dit à Adrien : « T’as raison, on n’achète pas la tendresse, presque machinalement. » et celui-ci lui répond : « T’inquiète, j’te ferai rien payer. », p. 28).

 

Dans le film « Le Roi de l’évasion » (2009) d’Alain Guiraudie, les héros homos couchent les uns avec les autres sous l’effet de drogues : « Pourtant, j’en ai pris des trucs. » dira Jean-Jacques. Par exemple, Armand finit par coucher avec Paul, son patron, sous l’effet de drogues : « Vous voulez vraiment que je vous dise ? J’veux coucher avec vous. On a quand même le droit d’avoir envie de son patron ! » Et il cède aussi aux propositions de son chef parce que ce dernier lui a mis de la drogue dans son café.

 

Dans le film « Judas Kiss » (2011) de J.T. Tepnapa et Carlos Pedraza, c’est parce qu’il est drogué (avec une pilule) par Shane que Danny sort avec lui lors d’une fête : Danny est complètement défoncé. Dans le one-(wo)-man show Désespérément fabuleuses : One Travelo And Schizo Show (2013), tous les personnages incarnés par le travesti M to F David Forgit sont des junkies qui n’attendent qu’une chose : se faire violer et défoncer (dans tous les sens du terme) ! « Ah, qu’est-ce que j’ai fait de ma coke ? […] On m’a encore drogué au GHB ! J’attire cette drogue ! » Dans la pièce La Thérapie pour tous (2015) de Benjamin Waltz et Arnaud Nucit, Benjamin raconte à son psy sa première rencontre homosexuelle avec son amant Arnaud, à qui il a fait volontairement un croche-patte, alors que le tableau est idyllique. De son côté, Arnaud donne une autre version des faits au psychanalyste, en partant sur le quiproquo incestueux que le thérapeute lui parlait de sa première cuite : « Ma première fois, c’était avec mon oncle dans sa cave. » « Je comprends le traumatisme… » interrompt le psy. Arnaud poursuit : « J’avais 12 ans. J’étais consentant. […] C’était un Cabernet d’Anjou. Ma première cuite. »

 
 

g) Trois drogues plus dangereuses encore que les drogues connues : la tendresse, le sentiment et la bonne intention

 

Plus encore que les drogues dites « classiques » (tabac, alcool, héroïne, cocaïne, loisirs, musique, télé, Internet, cinéma, etc.), ce sont les choses qui restent bonnes quand on n’en abuse pas (sexe, tendresse, massage, boisson, nourriture, sincérité, etc.) mais qui deviennent terriblement oppressantes et enfermantes quand on en abuse et qu’on les utilise pour gommer le Réel, qui rendent le héros homosexuel le plus esclave des autres (ses amants) et surtout de lui-même.

 

Beaucoup de personnages homosexuels consomment de la tendresse comme ils se masturb(erai)ent : de manière trop compulsive, avide, puérile, et frénétique pour être tendre et libre, finalement (cf. je vous renvoie au code « Douceur-poignard » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels) : « Je vais t’inonder de ma tendresse. Je vais t’envelopper dans la chaude intimité de mon désir. » (Lola s’adressant à son amante Vera, dans la pièce Géométrie du triangle isocèle (2016) de Franck d’Ascanio) ; « De nouveau un dimanche d’une écrasante chaleur estivale, De nouveau mes regrets, ma tendresse, mes inquiétudes, mes interrogations de vous, vers vous, pour vous. De nouveau des mots, des phrases que je ne peux réprimer, des pensées nostalgiques : traces dérisoires, cendres laissées par le grand brasier qui m’enflamme depuis notre rencontre […]. » (Émilie s’adressant à son amante Gabrielle, dans le roman Je vous écris comme je vous aime (2006) d’Élisabeth Brami, p. 25) ; « J’ai relu vos lettres à défaut d’en recevoir de récentes. Qu’ils sont doux ‘les baisers de la Dame’ qui chavire avec moi et parle avec délices de ‘la révolution’ causée par notre rencontre. » (idem, p. 137) ; « J’éprouvai un élan de tendresse protectrice envers Rani. […] Cette nuit-là, je rêvai que dans un doux murmure je l’appelais Rani et lui demandais de partir avec moi dans un endroit où elle ne serait plus bonne à tout faire. » (Anamika parlant de sa domestique/amante, dans le roman Babyji (2005) d’Abha Dawesar, p. 25) ; « La solution, c’est de la douceur, de la douceur, de la douceur. » (un des héros homos du film « Homme au bain » (2010) de Christophe Honoré) ; « Tous ces Slaves trouvaient ma petite chambre tellement grande, et ils avaient tant besoin de tendresse… » (cf. la dernière phrase de la nouvelle « La Chambre de bonne » (2010) d’Essobal Lenoir, p. 61) ; « Affamées de tendresse, elles se parlent se regardent. » (cf. le poème « El Pueblo » d’Aude Legrand-Berriot (2008), p. 25) ; « Dans ce que je suis, il y a un immense désir de tendresse » (Adrien, le héros homosexuel du roman Par d’autres chemins (2009) d’Hugues Pouyé, p. 38) ; « « Il [Adrien] considérait d’ailleurs la fidélité sous un jour nouveau. La sexualité masculine conservait toujours quelque chose d’animal. Ni la tendresse ni l’amour – ce que transmettent les femmes – ne parvenaient totalement à dompter la puissance d’un désir brut, primitif, captivant. Ce désir de pénétrer et d’envahir la différence de l’autre ; de ne pas laisser la proie s’échapper. » (idem, p. 51) ; « Surtout pas de bisou ! Sinon, on va être en manque ! » (Fred, le héros homo ne voulant surtout pas que son copain Max l’embrasse devant sa mère pour que celle-ci découvre son homosexualité, dans la pièce Des Bobards à maman (2011) de Rémi Deval) ; « J’en ai profité pour faire ce que font certains hommes avec les femmes. Je les frôlais ou les touchais. Dans les moments d’affluence, cela passe inaperçu. Portée par mes réussites, j’osai davantage. Je me pressais contre elles et me frottais presque la fente. Les parfums mêlés provoquaient en moi des sensations enivrantes. J’eus des chaleurs et des poussées d’une intensité terrible. J’avais besoin d’un soulagement rapide. Trop nerveuse pour me maîtriser, en pleine crise, j’étais à l’affût du moindre sourire me permettant d’espérer le corps d’une femme qui, comme moi, serait dans cette quasi douleur du manque de chair et prête à s’offrir sur l’instant. » (Alexandra, l’héroïne lesbienne, dans le roman Les Carnets d’Alexandra (2010) de Dominique Simon, p. 44) ; « À ce moment, il m’apparut que seule la force – ou plutôt le chantage – me permettrait d’obtenir ce que maintenant j’en voulais : du plaisir. » (idem, p. 49) ; « Je veux préserver la relation particulière que je construis avec elle, n’étant pourtant dupe de rien et sans illusion sur mon attitude, sachant très bien que la tendresse que je manifeste à son égard n’est due qu’au plaisir que j’en espère et qu’un jour elle me donnera. Je sais trop qu’en ce qui concerne les femmes mon vice est mon seul ‘maître’. Dans le fond, et malgré les bons sentiments que j’ai souvent pour elle, je suis comme l’on est à la campagne, seulement guidée par l’intérêt. » (idem, p. 102) ; « J’attends que vienne en elle un désir assez fort pour l’avoir dans mon lit. Un peu triste comme elle est, je pense que sa tendresse n’en sera que plus intense quand le moment sera venu. Est-ce cruauté que ce calcul ? Sans doute, mais mon désir, qui est tout, me fait raisonner ainsi. » (Alexandra, l’héroïne lesbienne parlant de Marie sa bonne, op. cit., p. 193) ; « La jeunesse est une drogue. Et je vois pas comment je pourrais m’en passer. » (Anne/Muriel Robin dans le téléfilm « Le Clan des Lanzacs » (2012) de Josée Dayan) ; « On s’assied sur le lit, on se caresse, on s’embrasse avec fureur ou grande tendresse, alternativement. Il s’allonge et je le caresse doucement, je découvre son corps avec mes doigts devenus beaucoup plus sensibles. J’arrive à son visage, il murmure ‘J’ai envie de pleurer. C’est comme un rêve, un truc trop beau pour être vrai. Je me demande quand la tuile va nous tomber dessus. » (Vianney s’adressant à son amant Mike dans le roman Des chiens (2011) de Mike Nietomertz, p. 85) ; « Si ton père a pu faire un bel enfant comme toi, tendre, croquant, c’est qu’il doit y avoir à l’intérieur de lui beaucoup de tendresse. » (Ruzy s’adressant à son amant Chris, dans la pièce Happy Birthgay Papa ! (2014) de James Cochise et Gloria Heinz) ; « Le droit d’accoucher de toutes les tendresses. » (c.f. la chanson « Tous les droits sont dans la nature » de Catherine Ribeiro) ; etc.

 

Dans la pièce Un Tango en bord de mer (2014) de Philippe Besson, Vincent demande à son ex-amant Stéphane s’il l’aime encore, ce à quoi il lui répond : « Ce n’est plus de l’amour. C’est de la tendresse. De la nostalgie. » Vincent enchaîne immédiatement après par l’expression de son trouble à propos de la possessivité de Stéphane : « C’était étrange, ta dépendance. »
 

On entend souvent chez le personnage homosexuel une obsession pour le sexe (dans le sens de coït). Le sexe est l’autre drogue dure des héros homosexuels : « Tu dois comprendre que ‘ça’ […] est très important pour une lesbienne ! » (Peyton cherchant à expliquer à son amante Elena qui n’assume pas leur amour lesbien que sa proposition d’un amour platonique ne tient pas, dans le film « Elena » (2010) de Nicole Conn) ; « Si tu me prends par les sentiments… » (Maxence quand Benji lui touche le « paquet », dans la comédie musicale Sauna (2011) de Nicolas Guilleminot) ; « Pfu, vous êtes pareils tous les deux, Simon et toi, complètement obsédés. Je vais finir par croire que c’est un syndrome homosexuel… Non, en fait j’en suis convaincue ! Un jour, tu vas voir, j’en aurais marre que les pédés parlent que de cul, on dirait que chez vous, si y avait pas le cul, y aurait rien. Vous êtes complètement obsédés, tous. Bande de freaks ! » (Polly, l’héroïne lesbienne à ses deux amis gay Simon et Mike, dans le roman Des chiens (2011) de Mike Nietomertz, p. 25) ; « Non seulement j’suis fou… mais en plus, je ne pense qu’à ça. » (Hervé Nahel lors de son concert au Sentier des Halles à Paris le 20 novembre 2011) ; « Un garçon pense au sexe toutes les 30 secondes. Alors vous en mettez deux ensemble… » (Matthieu se justifiant de coucher le premier soir avec Jonathan, dans la pièce À partir d’un SMS (2013) de Silas Van H.) ; « Comme quoi… un garçon ça ne pense qu’au sexe. » (idem) ; « Stephen apercevait leurs faces ravagées et pleines de reproches, aux yeux mélancoliques et obsédés d’invertis […] Des fusées de douleur, de brûlantes fusées de douleur… leur douleur, sa douleur, soudées ensemble en une immense et dévorante agonie. […] toute la misère de chez Alec. Et l’envahissement et les clameurs de ces autres êtres innombrables… » (Stephen, l’héroïne lesbienne racontant l’ambiance d’un établissement homo, Chez Alec, dans le roman The Well Of Loneliness, Le Puits de solitude (1928) de Marguerite Radclyffe Hall, p. 571) ; etc.

 

Par exemple, dans « Chacun cherche son chat » (1996) de Cédric Klapisch, Michel, le héros homosexuel, ne pense qu’à tirer son coup avec des mecs de passage et enchaîne les « plans cul » à l’appart. Dans le film « L’Art de la fugue » (2014) de Brice Cauvin, Antoine, le héros homosexuel, trompe son copain Adar avec Alexis : « C’est que pour le sexe. » Dans le film « À trois on y va ! » (2015) de Jérôme Bonnell, Mélodie, l’héroïne bisexuelle, avoue qu’elle a des élans nymphomanes « tellement elle fait l’amour comme elle respire ».

 
 

FRONTIÈRE À FRANCHIR AVEC PRÉCAUTION

 

PARFOIS RÉALITÉ

 

 

La fiction peut renvoyer à une certaine réalité, même si ce n’est pas automatique :

 
 

a) Homosexualité et drogue :

DROGUES 14 Femme assise héroïne

B.D. « Femme assise » de Copi


 

La drogue est souvent liée à l’homosexualité et au monde homo, gay comme lesbien. En ce moment, en France, on nous parle beaucoup du développement du « Chemsex » (ça se prononce « Kèmsexe ») dans le milieu homo, c’est-à-dire du sexe sous emprise de drogues. Ça se démocratise beaucoup. En général, les communautaires LGBT n’aiment pas trop aborder le sujet, de peur que ce lien renvoie à leur carence affective, au manque de sens de leur mode de vie, et leur donne une image de junkie névrosé et dépressif : « Le rapport entre drogue et homosexualité est rarement étudié. […] Si les poppers et l’ectasy restent associés à la culture gay, leur usage n’est pourtant pas confiné dans cet espace. » (cf. l’article « Drogues » de Marie Jauffret-Roustide, dans le Dictionnaire des cultures gays et lesbiennes (2003) de Didier Éribon, p. 161) ; « C’est bien connu. Je fais tout le temps la fête et je me drogue. » (Peter Gehardt, ironique, dans son documentaire « Homo et alors ?!? », 2015) ; « C’est comme la nécrophilie : c’est un péché. Tout comme l’alcoolisme ou la toxicomanie. L’homosexualité, c’est la même chose. L’homosexualité ne conduit pas seulement à la pédophilie. Mais aussi au meurtre, à la dépression et à la toxicomanie. Les statistiques le prouvent. » (Petras Gražulis, président du groupe politique lituanien d’extrême droite Ordre et Justice, idem) ; « Si Pierre n’avait pas été là, j’aurais fini alcoolique au dernier degré à Paris. » (Bertrand parlant de son amant Pierre dans l’émission Infra-Rouge du 10 mars 2015 intitulée « Couple(s) : La vie conjugale » diffusée sur France 2) ; etc. Et pourtant ! Même si les individus qui se droguent minimisent presque systématiquement leur souffrance et leurs actes, faut-il pour autant croire en leur sincérité « optimiste », nier les faits et la dignité des personnes ? Certainement pas.

 

DROGUES 9 Poppers

Poppers


 

Concernant la consommation de drogues dans la communauté homosexuelle (tabac, alcool, stupéfiants, poppers, etc.), difficile d’avoir des statistiques. C’est mon vécu et mes observations de terrain qui m’ont permis de constater la forte tendance des individus homosexuels à se fuir dans l’alcool, la drogue et le sexe. Je vous renvoie à l’essai L’Homosexualité dans tous ses états (2007) de Pierre Verdrager (p. 240 et p. 254), au documentaire « Mr Angel » (2013) de Dan Hun. Voir aussi Brigitte Lhomond, « Attirance et pratiques homosexuelles », dans L’Entrée dans la sexualité. Le Comportement des jeunes dans le contexte du Sida (1997), pp. 183-226. Dans le documentaire « Bixa Travesty » (2019) de Kiko Goifman et Claudia Priscilla, le milieu dans lequel Linn et Jup, deux compères travestis, gravitent, est sclérosé par la drogue, le LSD, drogues et l’alcool.

 

« J’étais bien dans un milieu de garçons, rien que des garçons. La boisson coulait à flots. Boisson d’entrée à répétition pour celui qui fait la tournée des bars ; boisson d’attente pour celui qui reste de l’ouverture à la fermeture. Mes yeux hagards dévisageaient ces hommes dans ce lieu qui semblait être leur propriété. Complice, la nuit enrichissait la fuite des mensonges familiaux et leur permettait de vivre dans l’anonymat protecteur de cet environnement si confidentiel… » (Berthrand Nguyen Matoko, Le Flamant noir (2004), p. 133) ; « Arrive pour Stéphane le service militaire, il déserte, disparaît pendant des mois dans les bas-fonds de Paris où j’ai fini par le retrouver, est repris, mis en asile psychiatrique militaire, et est gracié sur intervention de Mme Mitterrand, à la prière d’un haut fonctionnaire qui, épris de son charme, désirait avoir avec lui une liaison durable, une union. Cet amoureux malheureux téléphonait nuitamment à Estelle, la mère de Stéphane, en la suppliant, en vain, d’obtenir de son fils que ce fils adopte pour cela une conduite plus « cohérente » (c’était son mot) : ne plus se prostituer, cesser d’être dealer. » (Paul Veyne, Et dans l’éternité, je ne m’ennuierai pas (2014), pp. 236-237) ; « La plupart des lieux de prédilection fréquentés par les homosexuels étaient urbains, civils, sophistiqués. Le scénariste américain Ben Hecht, à l’époque correspondant à Berlin pour une multitude de journaux des États-Unis, se souviendra longtemps d’y avoir croisé un groupe d’aviateurs, élégants, parfumés, monocle à l’œil, bourrés à l’héroïne ou à la cocaïne. » (Philippe Simonnot parlant de la libéralisation des mœurs dans la ville nazie berlinoise des années 1920-30, dans son essai Le Rose et le Brun (2015), p. 30) ; etc.

 

Un jour, j’ai un ami homosexuel angevin, alcoolique notoire et client régulier des bars, qui m’a assuré que dans le « milieu homosexuel », on y buvait plus et on s’y droguait beaucoup plus facilement que dans des établissements dit « hétéros ».

 

DROGUES 8 Verlaine

Paul Verlaine


 

Ce sont aussi les récits et les vécus des personnalités homosexuelles connues qui nous informent que l’homosexualité et la drogue se tiennent très souvent la main. Nombre d’entre elles sont tombées dans le monde de la drogue (alcool, cocaïne, alcool, marihuana, absinthe, substances hallucinogènes, etc.) : Ángel Vázquez, Alain Pacadis, Paul Verlaine, Serguei Esenin, Graham Chapman, Malcolm Lowry, John Cheever, Michel Foucault, Alfred Jarry, Jack Kerouac, Ramon Novarro, Charles R. Jackson, Neal Cassady, Elton John, Jacques Adelsward, Raymond Roussel, Christopher Wood, Roland Barthes, Olivier Larronde, Thierry Le Luron, Eloy de la Iglesia, Raúl Gómez Jattin, Néstor Perlongher, William Burroughs, Hal Chase, Andy Warhol, Antoine Barraud, Truman Capote, Laurent Tailhade, Arthur Rimbaud, Jean Lorrain, John Cage, Leslie Cheung, la grande majorité des artistes homosexuels de la Movida madrilène (dans les années 1980 en Espagne), George Michael, Buck Angel, Jacques de Basher, etc.

 

Par exemple, en 1923 Jean Cocteau rencontra Louis Laloy qui l’a initié à la drogue ; toute sa vie, le poète deviendra dépendant des drogues (il se fait arrêter à Toulon en possession de stupéfiants), et fera une cure de désintoxication à cause de sa consommation d’opium. Marcel Proust était asthmatique, et pourtant, il fumait beaucoup. En juillet 2014, l’acteur de porno gay Bruno Knight est arrêté à l’aéroport de Lax en Californie (USA) avec du crystal meth caché dans le rectum.

 

Yves Saint-Laurent se prend lui-même pour une drogue (pensez à la publicité de son parfum « OPIUM : pour celles qui s’adonnent à Yves Saint-Laurent. ») et a à la fin de sa vie été très lucide sur son état de dépendance : « Je suis passé par bien des angoisses, bien des enfers. J’ai connu la peur et la terrible solitude, les faux amis que sont les tranquillisants et les stupéfiants, la prison de la dépression et de la Maison de la Santé. » (Yves Saint-Laurent dans le documentaire « Yves Saint-Laurent et Pierre Bergé : l’Amour fou » (2010) de Pierre Thoretton)

 

La consommation de drogues est parfois associée à la nature même du désir homosexuel : un désir lâche et déréalisant par essence, qui n’ose pas dire son nom, artistiquement abyssal, libertaire mais non libre, qui se veut spontané et décomplexé, mais qui en réalité ne s’assume qu’en ne s’assumant pas. « À cette époque [années 1965-1966], se souvient Christian Bourgeois, Copi était un personnage complètement lunaire qui flottait dans le monde. Il se défonçait beaucoup, il fumait des pétards énormes. C’était avant 1968, c’était l’homosexualité ‘naturelle’. » (Frédéric Martel, Le Rose et le Noir (1996), p. 158) ; « Il [Don José] se faufila derrière un paravent et nous entendîmes une profonde inspiration. Quelques secondes plus tard, il sortit de sa cachette, les narines toutes barbouillées de blanc. » (Alfredo Arias dans son autobiographie Folies-Fantômes (1997), p. 293) ; « Ces invertis évoluent dans des milieux très particuliers, dans la société snob des intellectuels drogués ou malades. » (Jean-Louis Chardans, Histoire et anthologie de l’homosexualité (1970), p. 9) ; « Si l’Occupation avait radicalement supprimé la progression de la drogue en France, elle y avait en revanche développé l’homosexualité. » (André Larue, Les Flics, 1969) ; etc. Le chemin de la drogue croise également celui de la transsexualité et de l’asexuation des intersexes : « Ce que je redoute le plus avec ce syndrome XXY, c’est que si je prends pas d’hormones, je deviens fou, un danger envers les autres et moi-même. » (Vincent Guillot, militant intersexe, dans le documentaire « Ni d’Ève ni d’Adam : une histoire intersexe » de Floriane Devigne diffusé dans l’émission Infrarouge sur la chaîne France 2 le 16 octobre 2018). Dans le film biographique « Girl » (2018) de Lukas Dhont, Lara/Victor, garçon trans M to F de 16 ans, passe son temps à ingérer des hormones ou bien à se faire piquer par les médecins. Il veut d’ailleurs augmenter les doses mais c’est trop dangereux pour sa santé.

 
 

b) Drogue comme moteur et symbole de l’homosexualité de circonstance ou de la bisexualité homophobe :

C’est parfois l’alcool ou la drogue qui révèlent une homosexualité. Celle-ci sera alors appelée « homosexualité de circonstance » ou « bisexualité » ou « homosexualité latente et refoulée », voire même « homophobie » (dans le cas où l’acte homosexuel, ou le désir homosexuel ne seront pas assumés). « Le camp, pour la plupart, dit Flaubert en parlant des mercenaires au service du général carthaginois Amilcar, remplaçait la patrie. Vivant sans famille, ils reportaient sur un compagnon leur besoin de tendresse, et l’on s’endormait côte à côte sous le même manteau, à la clarté des étoiles… » (Gustave Flaubert, Salammbô (1862), cité dans l’essai Histoire et anthologie de l’homosexualité (1970) de Jean-Louis Chardans, p. 230) ; « J’ai décidé il y a trois ans que je souffrais d’une maladie. On peut appeler ça l’alcoolisme, on peut appeler ça l’addiction sexuelle, comme vous voulez, mais j’ai cessé de nommer ça la fête. » (Pierre Palmade, le 16 août 2005) ; « Devant mon représentant, mes absences commencèrent à faire désordre. Je donnais l’impression de ne rien faire et d’être immensément riche. Ce qui, mal s’en fut, suscita d’énormes questions. Il pensait, en effet, que j’étais tombé dans une histoire de drogue. Le moyen le plus sûr était de l’ignorer totalement, lorsqu’il souhaitait faire ma chambre de fond en comble. Mais s’avouer homosexuel et, par-dessus le marché, se faire entretenir, n’était pas mieux non plus. » (Berthrand Nguyen Matoko, Le Flamant noir (2004), p. 115) ; « Ma mère passait la soirée chez la voisine. Elle rentrait ivre avec la voisine, elles se faisaient des blagues de lesbiennes ‘Je vais te bouffer la chatte ma salope. » (Eddy Bellegueule dans le roman autobiographique En finir avec Eddy Bellegueule (2014) d’Édouard Louis, p. 66) ; etc.

 

Par exemple, dans le documentaire « Les Invisibles » (2012) de Sébastien Lifshitz, un des témoins homosexuels, un papy fermier de 83 ans, compare le fait d’aimer le vin avec l’homosexualité. Allen Ginsberg, comme il le disait lui-même, a été entouré toute sa vie de drogués et de voleurs. Le dramaturge Jérôme Savary raconte les « Hasch and Acid Parties » qu’il a partagées l’été à Ibiza avec Copi, Hilcia, Martine Barrat. Pierre Bergé, quant à lui, a maintenu bien des amants sous sa coupe rien qu’en les entraînant dans l’alcool (le couturier Yves Saint-Laurent, le peintre Bernard Buffet, etc.).

 

Dans beaucoup de contextes sociaux, la drogue est l’instrument de l’initiation homosexuelle, une initiation plus forcée que libre, voulue involontaire. Elle pousse l’individu qui s’y adonne à s’oublier lui-même, à se laisser aller à la pulsion, à ne pas assumer ses actes homosexuels pour paradoxalement faciliter leur actualisation muette : « En ingurgitant whisky sur whisky, il tenait tant du désir ardent de me faire danser sur des pas de salsa ou de rumba. » (Berthrand Nguyen Matoko racontant comment il s’est fait draguer par celui qui le violera, dans son autobiographie Le Flamant noir (2004), p. 65) ; « Je vais te fumer. » (un jeune homophobe de Gennevilliers s’adressant à Lyes, homosexuel, en menaçant de « le baiser », dans le reportage « Homo en banlieue : le combat de Lyes » de l’émission Envoyé Spécial, diffusé sur France 2, le 7 février 2019).

 
 

c) Le drogué homosexuel : nouveau prince charmant des artistes bobos

DROGUES 10 Winston

 

Même si la drogue détruit quand on en abuse, il est pourtant étonnant de voir bon nombre de créateurs homosexuels lui dérouler le tapis rouge, comme si elle était un filtre d’amour à elle seule, comme si elle avait le pouvoir de sublimer le marginal homosexuel (celui-ci deviendrait soudain grâce à elle « révolutionnaire », « sublime dans l’auto-destruction et la chute », « corrosif », « gênant », « original », « artiste d’avant-garde »), de créer/décupler son désir amoureux, sa créativité, ses sensations, de fortifier son couple. Ce n’est pas un hasard si le poppers a été élu universellement « Drogue homosexuelle » par excellence. Jadis énormément vendu dans les clubs et les établissements gay, il paraît qu’elle dilaterait l’anus et faciliterait donc la sodomie…

 

La drogue est présentée comme le symbole de l’insouciance et de la candeur adolescente, comme un amour underground original et chaviré, emprunt de nostalgie vintage. C’est pourquoi elle est ouvertement défendue par certains intellectuels homosexuels. « Certaines drogues sont vraiment importantes pour moi, parce qu’elles me permettent d’avoir accès à ces joies terriblement intenses que je recherche, et que je ne suis pas capable d’atteindre seul. » (Michel Foucault dans son interview avec Stephen Riggins, 1983) Par exemple, le poète argentin Néstor Perlongher écrivait souvent complètement défoncé.

 

Aux yeux de beaucoup de personnes droguées ou alcooliques, la tentation « facile » de la drogue est souvent innocentée ou idéalisée parce que, ce que celui qui lui cède sa liberté refuse de comprendre dans son cœur, c’est le possible mariage entre mal et plaisir. Il croit naïvement que là où il y a plaisir, forcément il y a bonté ! Bercé par ses bonnes intentions, il butte systématiquement sur ce syllogisme fallacieux dont il refuse de voir la vanité : « Le pouvoir de jouissance d’une perversion (en l’occurrence celle des deux H : homosexualité et haschisch) est toujours sous-estimé. La Loi, la Doxa, la Science ne veulent pas comprendre que la perversion, tout simplement, rend heureux ; ou, pour préciser davantage, elle produit un plus : je suis plus sensible, je suis plus perceptif, plus loquace, moins distrait, etc. – et dans ce plus vient se loger la différence… Dès lors, c’est une déesse, une figure invocable, une voie d’intercession… » (Roland Barthes parlant de sa « Déesse H », c’est-à-dire Homosexualité et Haschisch, dans son autobiographie Roland Barthes par Roland Barthes, 1975) Or, intellectuellement, tout le monde peut comprendre que le problème des drogues n’est que celui de la liberté humaine mal utilisée. Tout le monde peut rationnaliser que la conduite addictive a aussi son confort et ses bénéfices. L’enfer offre ses maigres compensations et ses délices aussi ; sinon, personne ne serait tenté d’y aller ! La débauche, la luxure, et la perversion fournissent la petite dose d’illusion de bonheur et d’amour qui aide à faire oublier un temps le malheur vers lequel elles nous entraînent. Mais reconnaître que ce ne sont pas en soi les drogues qui sont mauvaises, mais leur usage humain abusif, voire reconnaître que l’abus peut aussi « faire du bien », cela ne doit pas nous faire oublier que globalement et sur la durée, la perversion et la consommation de drogues ne rendent pas heureux, font plus de mal que de bien, et ce, universellement. La fin ne justifie pas l’abus des moyens.

 
 

d) L’abus de drogues comme miroir de l’ascétisme du frustré mal dans sa peau :

Comme pour mieux dire l’abus de drogues chez les personnes homosexuelles, ou bien leur homosexualité refoulée, ou même leur cyclothymie, on trouve parmi elles quelques ascètes anti-alcool et anti-plaisir (cf. je vous renvoie à la partie « Paradoxe du libertin » du code « Liaisons dangereuses », ainsi qu’au code « Obèses anorexiques », de mon Dictionnaire des Codes homosexuels) : « Un autre trait frappant des mœurs de cette génération des moins-de-vingt-ans était son goût prononcé, presque exclusif, pour les jus de fruits. […] Ils réclamaient au bar des verres d’eau, comme si l’ivresse leur était désagréable. […] Ils ne buvaient pas. Ils ne fumaient pas. Ils incarnaient l’image de l’homosexualité heureuse. » (Benoît Duteurtre, Gaieté parisienne (1996), pp. 55) ; « Je n’ai jamais été attiré par le tabac et jamais fumé. Cet aspect m’excluait inconsciemment du groupe. » (Berthrand Nguyen Matoko, Le Flamant noir (2004), p. 94) Mais cette aversion ne dure généralement pas longtemps. Certaines s’engouffrent d’autant plus excessivement dans la conduite addictive à l’âge adulte qu’elles se sont jadis réprimées de boire, de fumer, et de baiser. Le cours de leur désir homosexuel suit la courbe en dents de scie des effets « looping » de la drogue. Entre déni et consommation, on se sait pas lequel encourage le plus l’autre. Par exemple, Yves Saint-Laurent était très sobre question boisson (il ne buvait pas une goutte d’alcool) avant de devenir alcoolique.

 
 

e) Drogue et lesbianisme :

DROGUES 15 Lesbienne alco

 

Phénomène extrêmement peu étudié, et pourtant tellement signifiant : le lien entre drogue et lesbianisme ! Si on ouvre un peu les yeux, on retrouve dans notre entourage social beaucoup de femmes lesbiennes droguées, qui, pour certaines, se diront volontiers « bisexuelles », « hors milieu », ou « lesbiennes occasionnelles » : ce fut le cas de Gribouille, Yvonne George, Violette Leduc, Virgina Woolf, etc. « Je vis de drogue. Chaque soir, une prise. […] Ne méprise pas la drogue. » (Anne-Marie Schwarzenbach, La Vallée heureuse, 1939) Par exemple, l’écrivaine nord-américaine Carson McCullers buvait à certaines périodes de sa vie une bouteille de cognac par jour ! Lors de la présentation de son roman Le Contenu du silence le 12 juin 2012 à la Galerie Dazelle à Paris, la romancière espagnole bisexuelle Lucía Etxebarría avoue qu’elle a énormément bu à une période de sa vie. Le monde lesbien s’inspire à foison des drogues pour se nommer lui-même : cf. le groupe musical Lesbians On Ecstasy, la revue lesbienne Barbiturik, etc.

 

Un certain nombre de mes amies lesbiennes reconnaissent que le phénomène de l’alcoolisme est particulièrement accru dans leurs cercles relationnels spécifiquement saphiques. Cela n’est pas démenti par l’essayiste Paula Dumont : « Certaines femmes auraient trop bu et le climat du séjour s’en serait ressenti. » (Caroline dans l’autobiographie La Vie dure : Éducation sentimentale d’une lesbienne (2010) de Paula Dumont, p. 241) Par exemple, l’établissement Le Pulp (boîte de nuit lesbienne à Paris) a connu des soirées avec « de mémorables tabassages entre lesbiennes soûles » (cf. la revue Têtu, n°127, novembre 2007, p. 110). Dans le docu-fiction « Christine de Suède : une reine libre » (2013) de Wilfried Hauke, on découvre que la Reine Christine, pseudo « lesbienne », a bu une fois toutes les gouttes de rosée cachées par sa mère.

 
 

f) La drogue : le masque et le révélateur du viol

Même s’il n’y a aucun lien de causalité, ni de liens essentialistes, à faire entre homosexualité et drogues (toutes les personnes homosexuelles ne sont pas alcooliques ni toxicos ni dépendantes des drogues ; moi, par exemple, je n’aime pas boire de vins ni d’alcool, et je n’ai jamais touché à une cigarette de ma vie !), force est pourtant de constater que l’Histoire humaine les a parfois réunis, et que cela a un sens (Quand on est drogué, on est plus susceptible d’être violé ou de violer). Par exemple, les premières personnes touchées par le Sida dans les années 1980 ont été les personnes homosexuelles, prostituées et droguées. Cela s’explique. Le mode de vie homosexuelle a tendance à s’orienter vers les conduites à risque et à la fuite de soi et du Réel, généralement parce qu’il y a un évitement de souffrance et une violence recherchée. Le désir homosexuel, par le manque de désir et la haine de soi dont il est signe, par sa faiblesse, invite, quand il s’actualise, à la mauvaise compensation, donc notamment à la consommation de drogues. Homosexualité et abus de drogue ont un point commun : ils se manifestent dans des contextes où la liberté humaine est mise à mal, où l’homophobie et la peur de soi/des autres battent leur plein. « Par peur d’être catalogués, les homosexuels [antillais] sortaient uniquement à la tombée de la nuit (pareil à des chauves-souris) pendant que les voyous et les drogués squattaient en permanence les lieux. » (Jean-Claude Janvier-Modeste, Un Fils différent (2011), p. 188)

 

Qu’on le veuille ou non, l’abus de drogues est toujours le paravent et le signe, dans la vie de quelqu’un, d’un cruel manque d’amour, du mépris de soi, du divorce, du viol, de l’inceste, de la mutilation corporelle (particulièrement chez les personnes transsexuelles qui s’obligent à se piquer aux hormones régulièrement), d’une guerre, d’une épidémie ou d’une catastrophe. La drogue, censé désinhiber, a parfois poussé certaines personnes homosexuelles à violer ou à être violées parce qu’elles se trouvaient en faiblesse après avoir consommé de l’alcool ou des stupéfiants : « Me déshabillant avec une lenteur provoquée par les effets de l’alcool qui ne m’avantageaient guère, je me demandais ce que je faisais là. » (Berthrand Nguyen Matoko racontant comment il s’est fait violer, dans son autobiographie Le Flamant noir (2004), p. 67)

 
 

g) Trois drogues plus dangereuses encore que les drogues connues : la tendresse, le sentiment et la bonne intention

DROGUES 11 Loverdose

 

Plus encore que les drogues dites « classiques » (tabac, alcool, héroïne, cocaïne, loisirs, musique, télé, Internet, cinéma, etc.), ce sont les choses qui restent bonnes quand on n’en abuse pas (sexe, tendresse, massage, boisson, nourriture, sincérité, etc.) mais qui deviennent terriblement oppressantes et enfermantes quand on en abuse et qu’on les utilise pour gommer le Réel, qui rendent l’individu homosexuel le plus esclave des autres (ses amants) et surtout de lui-même.

 

Beaucoup de personnes homosexuelles consomment de la tendresse comme elles se masturb(erai)ent : de manière trop compulsive, avide, puérile, et frénétique pour être tendre et libre, finalement (cf. je vous renvoie au code « Douceur-poignard » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels). Elles veulent compenser le manque d’amour reçu durant leur enfance par une quête désespérée de tendresse à l’âge adulte : « Mon maître d’école fit remarquer à mes parents que je souffrais d’un manque d’affection et de tendresse qui démontrait à ses yeux, l’évolution d’une personnalité renfermée, amère, et presque sauvage. » (Berthrand Nguyen Matoko, Le Flamant noir (2004), p. 21) ; « Des liens de rivalité et de dépendance, des uns par rapport aux autres, s’installèrent par la suite. Nous étions en fait des assoiffés du renouveau et du sexe, même si nos mœurs nous obligeaient à une pseudo convivialité. » (Berthrand Nguyen Matoko parlant de ses « potes de sexe », op. cit., p. 141) ; etc.

 

L’obsession pour le sexe (dans le sens de « coït génital ») et la compulsion semblent des caractéristiques des désirs homosexuels (et hétérosexuels !). « Et surtout, je ne pense qu’au sexe. » (Peter Gehardt, ironique, dans son documentaire « Homo et alors ?!? », 2015) Le sexe sert d’opium de beaucoup de couples homos : « Tais-toi et baisons. » (Laurent s’adressant à son copain André dans le docu-fiction « Le Deuxième Commencement » (2012) d’André Schneider) ; « Le sexe, c’était une jolie compensation. » (idem) ; « Je veux de la douceur, j’veux de la tendresse. » (cf. Liane Foly envisageant ponctuellement une relation lesbienne, dans le medley « La Lampe magique » du concert des Enfoirés 2009) ; « Vivre sans tendresse on ne le pourrait pas. Non non non non, on ne le pourrait pas. » (personne intersexe qui se fait appeler « M », et chantant une chanson à la guitare, dans le documentaire « Ni d’Ève ni d’Adam : une histoire intersexe » de Floriane Devigne diffusé dans l’émission Infrarouge sur la chaîne France 2 le 16 octobre 2018) ; etc.

 

Assurément, selon moi, la tendresse a toujours été et restera la drogue la plus consommée par le public homosexuel. Elle cache en général des pratiques beaucoup moins poétiques : consommation, domination-soumission, prostitution, viol (pardon… « réconciliations forcées sur l’oreiller »…), dépression, chantage aux sentiments, abnégation, oubli de soi, etc. Comme l’écrit à juste raison Tony Anatrella dans son essai Le Règne de Narcisse (2005), « la drogue est la négation de son corps et la fuite de son espace intérieur. » (p. 19) Quand on n’a plus de désir et qu’on fuit son corps, quand on ne trouve plus le Sens à son existence, il est logique qu’on se rue sur leurs caricatures : les bonnes intentions, les sens, les massages, la recherche de tendresse. J’ai appris par exemple que dans certaines « Universités d’été » LGBT organisées en France, avait été aménagé un « Coin spécial câlins » pour les vacanciers qui voulaient recevoir de l’affection, de la sensation, des papouilles… à défaut d’Amour (C’est moi, ou c’est la grosse misère… ?). Une grande majorité de personnes homosexuelles cèdent à leurs pulsions homosexuelles, s’enchaînent à une vie de couple confortable-mais-fade, ou « se casent » avec leur partenaire sexuel par défaillance, uniquement par peur d’être « en manque » de tendresse : « On ne peut pas être héroïque tous les jours et moi aussi j’avais trop besoin de ce que je trouvais auprès d’elle, tendresse, douceur, sensualité. » (Paula Dumont dans son autobiographie La Vie dure : Éducation sentimentale d’une lesbienne (2010), p. 161) ; « Pour être claire, tout au long de mon existence, j’ai rêvé avant tout d’une amie, c’est-à-dire une femme avec qui j’ai des affinités, auprès de qui je me sens dans un climat de confiance, de réconfort et de tendresse. » (Paula Dumont, Mauvais Genre (2009), p. 101) ; « Malgré moi, j’ai éprouvé le besoin irrépressible de retourner au sauna […]. Ces rapports glauques m’attiraient et m’excitaient. » (Brahim Naït-Balk, Un Homo dans la cité (2009), p. 46); « Julien a dormi avec moi la nuit dernière, dans mon lit. J’ai cédé. Il me l’a demandé avec tant d’insistance, de câlinerie, que j’ai cédé, comme on cède à un enfant gâté. » (Pascal Sevran, Le Privilège des jonquilles, Journal IV (2006), p. 14) ; « Je dois te préciser, chère amie, que ce genre de recherche hasardeuse et de fougue ne me plaisait guère. La ‘drague’ n’était pas une drogue pour moi, mais une nécessité. » (Denis Daniel, Mon Théâtre à corps perdu (2006), p. 81) Les désastres de la sincérité asexualisante et désincarnée (je dis « asexualisante » car les premières personnes à succomber à la drogue de la tendresse sont celles qui justement soutiendront que dans l’amour homosexuel, le sexe a très peu d’importance par rapport à la beauté des sentiments et de la sensualité platonique !) sont énormes parmi les personnes homosexuelles. Le seul remède que je leur propose pour sortir de ce pétrin, c’est le retour au Réel.

 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.

 

 

Code n°88 – Homosexualité noire et glorieuse (sous-codes : Victimisation / Traître / Criminel homo / Tatouage)

homosexualité noire

Homosexualité noire et glorieuse

 

NOTICE EXPLICATIVE :

 
 

Parlons ENFIN de la haine de soi homosexuelle ! Celle qui se décline en victimisation narcissique quand on se l’inflige à soi-même, et en diabolisation de « l’ennemi homophobe hétérosexuel extérieur » quand on l’applique à un autre que soi. Celle qui est certainement née de la haine sociale à l’encontre des personnes homosexuelles et du manque d’amour des couples femme-homme au sein des familles… MAIS que la grande majorité des personnes homosexuelles s’est empressée de cacher, de banaliser, ou, ce qui revient au même, d’exagérer et d’esthétiser.

 

On trouve parmi les artistes homosexuels de nombreux défenseurs de ce que Guy Hocquenghem a appelé « l’homosexualité noire », une homosexualité à la dérive, persécutée, individualiste, nocturne, anti-conformiste, bobo, incorrecte, puante et désinvolte, chroniquement homophobe (logique de la traîtrise et de l’auto-trahison oblige !). La récupération ponctuelle des appellations péjoratives telles que « pédé », « gouine », ou « queer », par la communauté homosexuelle, va actuellement dans ce sens.

 

Peter Orlovsky et Allen Ginsberg (années 1950)

Peter Orlovsky et Allen Ginsberg (années 1950)


 

Cette tendance à se prendre pour « son » insulte, à la retourner contre ses soi-disant « ennemis » et contre soi-même, est une tradition homosexuelle de longue date : cela débuta avec les « décadents » homosexuels de la fin du XIXe siècle, se poursuivit à travers les artistes drogués de la Beat Generation, puis les maîtres psychédéliques du mouvement Pop Art, pour finir aujourd’hui avec le courant néo-baroque, les idéologies queer, gender, et camp actuelles, la frivolité des (anti-)Gay Pride, etc.

 

Le suiveur androgyne qui se paye le luxe de l'anti-conformisme d'apparat

Le suiveur androgyne qui se paye le luxe de l’anti-conformisme ou de la violence d’apparat


 

Beaucoup de personnes homosexuelles éprouvent une sorte de « fierté paradoxale » (cf. l’article « Honte » de Sébastien Chauvin, dans le Dictionnaire de l’homophobie (2003) de Louis-Georges Tin, p. 226) à revendiquer violemment les injures dont la société les affublerait/a affublés. Le renversement du stigmate en orgueil n’est en réalité qu’une auto-stigmatisation, une soumission rebelle à une image négative d’elles-mêmes à laquelle elles ont donné crédit tout en la jugeant ridiculement fausse. Elles réagissent comme Benigno dans le film « Hable Con Ella » (« Parle avec elle », 2001) de Pedro Almodóvar : « Je suis un psychopathe ?!? Et bien, j’agirai comme un psychopathe ! » Elles prennent leurs agresseurs « au pied de la lettre » (Michel Foucault, « Non au sexe roi », dans Dits et Écrits II (2001), p. 260) en se lançant l’impossible défi d’incarner à elles seules l’injure, mais cette fois puissance dix. « Si nous sommes ce que vous dites, soyons-le, et si vous voulez savoir ce que nous sommes, nous vous le dirons nous-mêmes mieux que vous ! » (idem) Mais dans le fait de penser qu’elles peuvent piéger leur ennemi à son propre filet, elles sous-entendent qu’elles croient plus en l’efficacité de son jeu qu’en la force du leur. Elles n’ont pas compris la règle d’or pour la réussite d’un combat pour le Bien : ne jamais utiliser des méthodes contraires au but bénéfique que l’on s’est fixé, ni les mauvaises armes de l’adversaire, même si l’épée de ce dernier tranche apparemment très bien à l’image et dans l’instant.

 

Beaucoup de personnes homosexuelles se scandalisent trop systématiquement quand on les suspecte/suspecterait d’être monstrueuses pour ne pas valider les croyances mensongères qui pèsent/pèseraient sur elles. Par exemple, certaines finissent par revendiquer le port des emblèmes aliénants, tel que le triangle rose, qui fit jadis l’aliénation de nombreux individus homosexuels dont elles n’ont pourtant pas connu la tragique destinée. La décadence est souvent vue par elles comme une manière de revivre leurs fantasmes d’innocence en négatif. Elles ont la fâcheuse coutume d’associer dans leurs propres fictions les personnages homosexuels à des criminels voués à une mort atroce, à des malades mentaux, à des pestiférés, bref, à tous les clichés de « l’homosexualité noire », et ont du mal à s’avouer qu’elles se trouvent monstrueuses étant donné que leur complexe d’infériorité est enrubanné d’une carcasse de suffisance auto-parodique ou volontairement désespérée. Ce qui est difficile à comprendre, c’est qu’elles croient simultanément être des monstres et des victimes innocentes. Voilà le paradoxe de la victimisation : nous nous rabaissons pour nous élever ; et comme nous nous fions davantage à nos intentions qu’à nos actes, nous croyons nous élever, et nous sommes prêts à tout, même à l’humiliation volontaire, à la domination ou à la cruauté qui nous retirent notre identité de victime, pour être considérés comme des victimes.

 

Parce qu’elles s’imaginent que la souffrance fournit des passe-droits et qu’elle justifie tout, beaucoup de personnes homosexuelles se lancent dans une pathétique compétition au podium du malheur, aux côtés des autres Hommes qui souffriraient beaucoup moins qu’elles. Je souffre – ou je fais semblant d’être l’humain le plus souffrant de la Planète tandis que je nie ma souffrance réelle – donc j’existe. « Je suis content d’être le plus malade d’entre nous trois. Je crois que je ne supporterais pas d’être le moins malade. » (Hervé Guibert en parlant du Sida, dans son autobiographie Le Mausolée des amants (2001), p. 500) Par exemple, certaines femmes lesbiennes surveillent de près le moindre oubli d’attentions sexistes qui les confirment dans l’oppression machiste dont elles souffriraient. Il n’est pas question pour elles de gommer de l’ardoise une seule de leurs discriminations. Elles se croient rejetées à la fois en tant que femmes dans un monde soi-disant dirigé uniquement par les hommes, en tant qu’homosexuelles dans une société « hétérosexuelle », et en tant que lesbiennes dans le milieu majoritairement gays. Elles s’estiment pour cette raison au moins trois fois plus discriminées que les autres, si ce n’est plus quand elles s’identifient aux Noirs, aux enfants, aux ouvriers, aux prisonniers, aux morts, etc.

 

Dans cette frénésie contemporaine pour la victimisation, soyons sûrs au moins d’une chose. On n’arrive pas à un tel degré d’auto-détestation sans en être complice et sans y avoir été préalablement poussé par un entourage social violent. L’étiquette de victime homosexuelle n’est pas simplement défendue par des personnes homosexuelles. Maintenant, ces dernières ont de moins en moins besoin de tendre leur main (préalablement salie de suie) pour quémander des droits tant leurs « amis ‘hétérosexuels’ » sont disposés à miauler à leur place pour satisfaire leur propre narcissisme. C’est toujours l’argument de la solidarité envers les défavorisés, ou de la réparation pour tous les outrages historiques que la communauté homosexuelle a/aurait subis, qui revient. « Soyons généreux. Les homosexuels ont été persécutés pendant 2000 ans, ont eu le Sida. Ils ont lutté pour leurs droits. Donnons-leur leurs droits. » (Élisabeth Roudinesco dans l’émission Culture et Dépendances, sur la chaîne France 3, le 9 juin 2004). Allez, un petit effort… « pour dépanner »… L’enfermement de la personne homosexuelle dans la victimisation et l’homophobie, orchestré par une société gay friendly souriante et larmoyante, arrange tout le monde, y compris les couples hétérosexuels qui ne veulent surtout pas qu’à travers l’homosexualité soient dévoilés les viols qui se vivent en leur sein ou qu’ils infligent concrètement aux individus homosexuels sous prétexte de les défendre.

 
 

N.B. : Je vous renvoie également aux codes « Bobo », « Amour ambigu de l’étranger », « Défense du tyran », « Se prendre pour Dieu », « Orphelins », « Appel déguisé », « Se prendre pour le diable », « Scatologie », « Artiste raté », « « Je suis différent » », « Différences physiques », « Différences culturelles », « Couple criminel », « Violeur homosexuel », « Voleurs », « Obèses anorexiques », « Fan de feuilletons », « Haine de la beauté », « Fantasmagorie de l’épouvante », « Folie », « Méchant pauvre », « Focalisation sur le péché », « « Je suis un Blanc-Noir » », « Prostitution », « Drogues », « Déni », « Frankenstein », « Homosexuel homophobe », « Milieu psychiatrique », à la partie « Monstres » du code « Morts-vivants », et à la partie « l’homo combatif face à l’homo lâche » du code « Faux révolutionnaires », dans le Dictionnaire des Codes homosexuels.

 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.

 
 
 

FICTION

 

a) « Je suis un monstre » :

 
Cyrille – « Comment me trouvez-vous, Hubert ?

Hubert – Effrayant, maître.

Cyrille – Vous serez toujours mon meilleur public. »

(cf. le dialogue entre Cyrille, le héros homosexuel, et le jeune journaliste dans la pièce Une Visite inopportune (1988) de Copi)

 
 

Dans les fictions traitant d’homosexualité, il est fréquent que le personnage homosexuel se qualifie de « monstre » à cause de son homosexualité et de l’effondrement identitaire qu’elle traduit (cf. le roman El Monstruo (1915) d’Antonio de Hoyos). « J’étais une épave. Je me sentais vraiment mal. » (Emory, l’un des héros homosexuels évoquant son adolescence, dans le film « The Boys In The Band », « Les Garçons de la bande » (1970) de William Friedkin) ; « Je suis moche, juif, pédé. Je fume de l’herbe pour avoir le courage de me regarder en face. » (Harold, idem) ; etc. Par exemple, dans la pièce Journal d’une autre (2008) de Lydia Tchoukovskaïa, Ana dit qu’elle était un « monstre » dans son adolescence. Dans le vidéo-clip de la chanson « College Boy » d’Indochine (réalisé par Xavier Dolan), le personnage principal, homosexuel, est lynché dans son lycée, dans sa famille, puis finit par se faire crucifier par ses camarades de classe.

 

Beaucoup de héros homosexuels se jugent maudits, damnés (cf. je vous renvoie aux codes « Focalisation sur le péché » et « Se prendre pour le diable » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels) : « Je suis damné, je voudrais ramper sous une pierre et dormir pour toujours. » (Bobby, le héros du téléfilm « Prayers for Bobby », « Bobby, seul contre tous » (2009) de Russell Mulcahy) ; etc. « Jamais bénies, toujours damnées. […] Tous les homos, les maudits, sont pourchassés. » (Luca par rapport aux folles dont il se revendique, dans le spectacle musical Luca, l’évangile d’un homo (2013) d’Alexandre Vallès) ; « Ah, race de femmes maudites, vous êtes toutes des putes ignorant tout de la bite ! » (Ahmed parlant des femmes lesbiennes Les Escaliers du Sacré-Cœur (1986) de Copi) ; « J’espère que je ne vous fais pas peur. Si, je vous fais peur. Alors c’est parce que je n’ai pas d’autre moyen d’attirer votre attention. » (Vicky Fantômas dans la pièce La Nuit de Madame Lucienne (1986) de Copi) ; « Ne croyez pas que vous êtes plus monstrueuse que nous, dans le monde du spectacle : nous le sommes tous. » (l’Auteur, idem) ; « J’étais condamné à souffrir. » (Stéphane, le héros homo, dans la pièce Un Tango en bord de mer (2014) de Philippe Besson) ; etc.

 

Ils rentrent dans la peau de la Drama Queen, de la tragédienne rationnée injustement d’amour : « Je m’accroche à la certitude que l’amour ne dure pas. » (Sylvie dans la pièce Le Fils du comique (2013) de Pierre Palmade) ; « Comme je vis sous les projecteurs, j’n’ai plus droit au bonheur, c’est ça ??? » (cf. la chanson « Gucci » de Fanny J) ; « Dalida, l’orchidée noire, la maudite, la veuve noire, le monstre à deux têtes, Luigi, Lucien, Richard, pris dans un lien inextricable. » (l’actrice jouant Dalida dans le spectacle musical Dalida, du soleil au sommeil (2011) de Joseph Agostini) ; etc.

 

L’identité du monstre, c’est parfois une insulte que le protagoniste homo a entendue de la part de ceux qui lui voulaient du mal (« Monstre… tu as toujours été un monstre… » déclare Élisabeth à son frère Nietzsche, dans la pièce Nietzsche, Wagner, et autres cruautés (2008) de Gilles Tourman)… mais qu’il a surtout reprise à son compte – dans le rejet trop superstitieux de celle-ci – et nourrit en lui-même, comme une marotte : « Tu m’appelles monstre de foire mais je suis un jeune artiste. » (Ahmed s’adressant à Lou, la lesbienne, dans la pièce Les Escaliers du Sacré-Cœur (1986) de Copi) ; « Je n’ai pas l’impression d’être un monstre et pourtant tout ce que je fais paraît monstrueux. » (Kévin, le héros homosexuel du roman Si tu avais été… (2009) d’Alexis Hayden et Angel of Ys, p. 132) ; « Qu’est-ce qu’il y a ? J’suis fou. J’suis un malade. » (Steeve dans la pièce Bang, Bang (2009) des Lascars Gays) ; « Je ne suis pas un gentil mais un malade. » (Peter, l’amant d’Howard, dans le film « In & Out » (1997) de Frank Oz) ; « Je ne suis qu’un déchet, qu’une ordure. » (Howard après son coming out, idem) ; « Pendant des années, j’ai cru que j’étais un monstre. Je me suis détesté. » (Jean dans le film « Un Amour à taire » (2005) de Christian Faure) ; « Querelle ne s’habituait pas à l’idée, jamais formulée, d’être un monstre. » (Jean Genet, Querelle de Brest, 1947) ; « Tu sais ce qu’on est ? Des monstres de foire ! » (l’amant de Gary dans le film « À la recherche de M. Goodbar » (1977) de Richard Brooks) ; « Nous sommes réellement monstrueux. » (les frères jumeaux de la pièce Doubles (2007) de Christophe et Stéphane Botti) ; « Nous sommes des monstres. » (Cyril dans le roman Pavillon noir (2007) de Thibaut de Saint Pol, p. 78) ; « Je mesure combien je fais peur, combien j’inquiète. Il doit leur sembler, à ceux qui sont mes voisins, que je suis sous l’emprise d’une bestiole fabuleuse, qui grandirait à l’intérieur de mon corps, et qui ne demanderait qu’à être expulsée. […] Je ne suis même pas fichu de leur expliquer que rien ne surgira, puisque, au contraire, ça se vide au-dedans, ça pourrit, ça se dissout. » (Leo, un des héros homos du roman Un Garçon d’Italie (2003) de Philippe Besson, p. 66) ; « Devant la porte des chiottes, j’écarte une bande de jeunes androgynes pour passer, l’un d’eux dit ‘Mais c’est pas possible, ils ont ouvert les portes du zoo de Vincennes pour laisser s’échapper ces monstres ?’ Ses copines rient. » (Mike, le héros homosexuel du roman Des chiens (2012) de Mike Nietomertz, p. 102) ; « Quand on pense à tous les monstres avec lesquels on couche… » (Omar dans la pièce La Mort vous remercie d’avoir choisi sa compagnie (2010) de Philippe Cassand) ; « Mon cœur est bon. Mais je suis un monstre. » (la Bête dans le film « La Belle et la Bête » (1945) de Jean Cocteau) ; etc.

 

Par exemple, dans le film « Les Enfants terribles » (1949) de Jean-Pierre Melville, Élisabeth récite devant son miroir un discours pseudo-diabolique avec un visage de possédée : « Il faut rendre la vie invivable. Il faut être laide à faire peur… » Dans le film « Bug Chaser » (2012) de Ian Wolfley, Nathan, le héros homosexuel, lit sur internet des choses terribles sur l’horrible furoncle qu’il lui ravage l’anus, et se prend pour un affreux malade puni par son homosexualité.

 

« On s’ra plus monstres que les monstres, mais bien plus humains que des ours ! Regardez notre déguisement : la Raulito et Cachafaz, c’est le comble du repoussant ! » (le couple homosexuel Raulito/Cachafaz, dans la pièce Cachafaz (1993) de Copi) ; « Chaque jour vers l’enfer nous descendons d’un pas, sans horreur, à travers des ténèbres qui puent. Ainsi qu’un débauché pauvre qui baise et mange le sein martyrisé d’une antique catin, nous volons au passage un plaisir clandestin. » (c.f. la chanson « Au lecteur » de Mylène Farmer, reprenant Charles Baudelaire)

 
 

b) « Je suis une (plus grande) victime (que les autres) » :

La chaîne du malheur recherché ne s’arrête pas là. Dans les fictions homosexuelles, nombreux sont les héros homosexuels qui se persuadent qu’ils trouveront dans la victimisation et la méchanceté leur identité profonde et leur raison de vivre : cf. le film « La Victime » (1961) de Basil Dearden, le film « Fashion Victime » (2002) d’Andy Tennant, les romans La Romanichelle (1906) et La Vagabonde (1910) de Colette, le roman Mort à Venise (1912) de Thomas Mann, le roman La Confusion des sentiments (1926) de Stefan Zweig, le roman Lunettes d’or (1958) de Giorgio Bassani, la pièce Un Taciturne (1932) de Roger Martin du Gard, le film « Suddenly Last Summer » (« Soudain l’été dernier », 1960) de Joseph Mankiewicz, le roman Cast The First Stone (1952) de Chester Himes, la pochette de l’album Age Of Consent du groupe Bronski Beat (avec un énorme triangle rose), la chanson « Glad To Be Unhappy » d’Étienne Daho, le film « Le Marginal » (1983) de Jacques Deray, le film « Fisher King » (1991) de Terry Gilliam (avec l’ex-travesti SDF), le film « La Pire de toutes » (1990) de Maria Luisa Bemerg, la sculpture Le Lépreux (1993) de Derf, le film « Nés en 68 » (2008) d’Olivier Ducastel et Jacques Martineau (avec le triangle rose sur l’affiche), etc.

 

Par exemple, dans le film « Partisane » (2012) de Jule Japher Chiari, Mnesya, l’héroïne lesbienne, associe la dictature des castes indiennes qui a tué sa compagne et brulé ses livres à une injuste homophobie. Dans la pièce Le Projet Laramie (2001) de Moisés Kaufman, l’agression homophobe sur Matthew Shepard est mise sur le même plan de l’agression islamophobe. Dans le film « Love Is Strange » (2014) d’Ira Sachs, les problèmes du couple homo Ben/George sont déplacés sur ceux des souffrances de la colocation, de l’accompagnement en fin de vie, de la vieillesse, du deuil. Dans le film « Les Crevettes pailletées » (2019) de Cédric le Gallo et Maxime Govare, Joël, homo, sert le couplet sur les camps nazis à ses co-équipiers du water-polo gay : « Alors on va à Dachau pour se rafraîchir la mémoire ou on va aux Gays Games ? ».

 

Non seulement le personnage homosexuel se dit persécuté, mais en plus, il soutient qu’il est plus persécuté que les autres victimes sociales : « Ça fait 3000 ans qu’on nous poursuit. » (tous les comédiens de la comédie musicale Chantons dans le placard (2011) de Michel Heim, pour la chanson finale) ; « Même si l’homosexualité est plus acceptée de nos jours, les homos seront toujours montrés du doigt. » (la mère de Bryan, le héros homo, dans le roman Si tu avais été… (2009) d’Alexis Hayden et Angel of Ys, p. 53) ; « En tant qu’Arabe, en tant que musulman laïc, en tant qu’homosexuel, il avait cumulé les handicaps, ne trouvant pas chez ses parents le soutien que la frileuse société française lui refusait. » (Mourad, le héros homosexuel du roman L’Hystéricon (2010) de Christophe Bigot, p. 327) ; « Je pense que je suis Noir, en plus de Juif. » (la figure de Sergueï Eisenstein, homosexuel, dans le film « Que Viva Eisenstein ! » (2015) de Peter Greenaway) ; « Stephen n’avait pas encore appris que la place la plus solitaire en ce monde est réservée aux sans-patrie du sexe. » (Stephen, l’héroïne lesbienne, dans le roman The Well Of Loneliness, Le Puits de solitude (1928) de Marguerite Radclyffe Hall, p. 105) ; « Et moi bientôt je serais plus bas que terre, plus bas que n’importe quel nègre. » (Garnet Montrose dans le roman Je suis vivant dans ma tombe (1975) de James Purdy, p. 111) ; « Et si nous étions des chiens, une famille de chiens ? […] Non, nous ne sommes même pas des chiens. » (Paul dans le film « Grande École » (2003) de Robert Salis) ; « Je suis Noire, je suis femme, je suis commissaire et je suis lesbienne. Je suis dans la ligne de mire. » (Whoopi Goldberg dans le film « Aussi profond que l’océan » (1998) d’Ulu Grosbard) ; « Je suis moche, juif, pédé. Je fume de l’herbe pour avoir le courage de me regarder en face. » (Harold, l’un des héros homosexuels du film « The Boys In The Band », « Les Garçons de la bande » (1970) de William Friedkin) ; « C’est dur d’être noir, encore plus d’être juif… » (Michael, idem) ; « Il ne me manque plus que le fauteuil roulant et je suis au top ! » (Shirley Souagnon riant de son identité d’OVNI télévisuel en tant que femme, homosexuelle et noire, dans son concert Free : The One Woman Funky Show, 2014) ; « Mon adolescence : un Grand Moment de Solitude. J’étais la Renoi du lycée. Je me suis sentie proche des sales, des Roms, des pédés, des exclus, des sales Arabes, des sales putes… » (Océane Rose-Marie, l’héroïne lesbienne blanche, dans son one-woman-show Chatons violents, 2015) ; « Le paysan du Cantal rencontre même des extra-terrestres : ‘Oh ! un Noir ?!’ ; ‘Oh ! un Arabe ?!’ ; ‘Aaaah !!!, un pédé ?!?’ J’avais l’impression, moi aussi, d’être un extra-terrestre. » (Jefferey Jordan dans son one-man-show Jefferey Jordan s’affole, 2015) ; « La France, c’est pas le pays des pédés, des Arabes, des communistes ! » (Marco et sa bande néo-nazie, passant à tabac un homosexuel, dans le film « Le Français » (2015) de Diastème) ; « Et le désespoir, c’est d’être gays en Russie. » (Anton, le héros homo dans le film « Stand » (2015) de Jonathan Taïeb) ; « Est-ce que vous imaginez à quel danger vous vous exposez quand on est homo en Jamaïque ?? » (Bethany, la lesbienne, parlant de son cousin gay Léo, dans la série Manifest (2018) de Jeff Rake, l’épisode 4 saison 1) ; etc.

 

Le héros homosexuel se lance très souvent dans une véritable course pour atteindre la première place du Podium du Malheur. Par exemple, le film « Double The Trouble, Twice The Fun » (1992) de Pratibha Parmar raconte l’histoire d’un écrivain, à la fois gay, d’origine indienne, et handicapé. Dans la nouvelle « La Chaudière » (2010) d’Essobal Lenoir, le narrateur homosexuel se plaint de la « plus grande solitude » des personnes homos, comparée à celle des « nègres, juifs ou infirmes, tous les damnés possédant un havre, une famille où on les aime, où on les élève au moins dans la fierté » (p. 24). Dans le film « Stand » (2015) de Jonathan Taïeb, quand la vieille Olga demande si, par internet, les « Nazis sont de retour », Anton, homosexuel, la « rassure » en affirmant que les méchants internautes homophobes nazis « ne s’attaquent qu’aux gays et aux étrangers ».

 

Clou du spectacle. Il arrive que le personnage homosexuel s’identifie aux victimes de camps de concentration nazis : « Toute cette mise en scène hospitalière a quelque chose de carcéral, de concentrationnaire, et lorsque j’ai le malheur de m’entrevoir dans une glace, je frémis d’horreur en reconnaissant mes frères et sœurs juifs partis en fumée. Six millions de fantômes veillent à mon chevet, attendant que je les rejoigne. » (Émilie à son amante Gabrielle, dans le roman Je vous écris comme je vous aime (2006) d’Élisabeth Brami, pp. 183-184) Mais il va plus loin : non seulement il se prend pour une victime de la barbarie nazie, mais en plus, il se considère comme celle qui aurait subi le pire sort parmi les prisonniers : « Je ne suis pas juif. Je suis un sur-Juif. » (Nietzsche dans la pièce Nietzsche, Wagner, et autres cruautés (2008) de Gilles Tourman) ; « Être triangle rose, c’est être en bas de l’échelle. » (Hanz dans la pièce Entre vos murs (2008) de Samuel Ganes) L’usage du « nous », si propice aux identifications anachroniques, est très présent dans le discours de certains héros homosexuels : « Combien d’entre nous ont été tués sous le IIIe Reich ? » (Ana dans la pièce Entre vos murs (2008) de Samuel Ganes)

 

Par exemple, dans le spectacle musical Luca, l’évangile d’un homo (2013) d’Alexandre Vallès, Luca, le héros homosexuel, s’auto-scarifie dès la bande-annonce : « Luca est condamné à mort à cause de son homosexualité. » Pendant tout le concert, il joue à être persécuté par des sirènes de police, à porter le triangle rose, à devoir se barricader et se cacher pour échapper aux persécutions. Et il se complaît dans son imaginaire victimisant et déconnecté de la réalité sociale française : « Nous, les folles, nous les sous-hommes, l’erreur de l’évolution, les monstres du Créateur, il vous plaît de nous rabaisser. […] Le Sida est la punition divine sur les homos et les drogués. […] Le Nouvel Ordre a triomphé. Tous les homos, les maudits, sont pourchassés. […] Je pars en exil. »

 

Il y a dans la victimisation une recherche voilée de glorification, puisque le vrai pauvre est confondu avec le pauvre magnifié des comédies sentimentales, ou bien avec l’iconographie janséniste d’un Messie en croix sur lequel on crache et qui gagnerait dans sa soumission le Salut et la Gloire (attitude complaisante que le Christ lui-même n’a jamais adoptée, d’ailleurs). Par exemple, dans la pièce Dernier coup de ciseaux (2011) de Marilyn Abrams et Bruce Jordan, Romain, le coiffeur homo, s’identifie à Princesse Sarah, lorsqu’il organise chez lui des soirées « Dessins animés de votre enfance ». Dans son one-(wo)man-show Charlène Duval… entre copines (2011), le travesti Charlène Duval avoue aimer se mettre dans la peau de toutes les jeunes filles « pauvres, laides, sans avenir […] maltraitées par un macro, qui meurent à la fin dans une super-production ».

 
 

c) Homosexualité noire :

Finalement, nombreux sont les personnages de fictions homosexuelles à incarner le cliché « militant et corrosif » de ladite « homosexualité noire », cette sexualité hors-norme vécue dans un anticonformisme, une clandestinité, et une marginalité volontaires : cf. le film « Underground » (2007) de Tor Iben, etc.

 

« C’est comme un cache-sexe, ce mot ‘gay’. ‘Gay’, ça fait propre sur soi. Moi, je préfère les mots sales. » (l’un des héros de la comédie musicale Chantons dans le placard (2011) de Michel Heim) ; « En fait, c’est le voyou dont s’est entichée Romane. » (Joséphine présentant à Alain Richepin Yindee, la copine de sa fille lesbienne Romane, qui est en train d’embrasser Romane sur la bouche, dans l’épisode 68 « Restons zen ! » (2013-2014) de la série Joséphine Ange gardien) ; etc. Par exemple, dans le film « Help » (2009) de Marc Abi Rached, il y a une extrême ressemblance entre le monde de la délinquance juvénile, de la prostitution, et celui de l’homosexualité. Dans le film « Corps inflammables » (1995) de Jacques Maillot, Luc, à mobylette, se répète tout en roulant : « Je suis un parasite, une répugnante perversion de la nature, il y a quelque chose au fond de moi de malade. » Dans le film « J’embrasse pas » (1991) d’André Téchiné, Pierre devant la glace des sanitaires se dit à lui-même : « Jamais tu feras partie de la société, t’as pas de couilles, t’es qu’un déchet. » Dans la pièce Les Bonnes (1947) de Jean Genet, les bonnes de Jean Genet disent être de la « crasse ». Dans le film « Mommy » (2014) de Xavier Dolan, Steve, le héros homosexuel, est le marginal, le malfrat homo qui est hyper violent et enchaîne les petits délits. Dans le film « Una Giornata Particolare » (« Une Journée particulière », 1977) d’Ettore Scola, Antonietta est mise en garde par sa concierge d’immeuble contre Gabriele, son voisin de pallier homosexuel (et communiste) qu’elle accueille chez elle : « C’est un mauvais sujet. » Dans le film « Mezzanotte » (2014) de Sebastiano Riso, on assiste à l’errance nocturne et noire de Davide, le jeune héros homosexuel, dans le monde de la prostitution homosexuelle de Catano. Lui et ses compagnons prostitués vivent comme des clochards dans la ville. Dans son one-man-show Blanc et hétéro (2019), l’humoriste Arnaud Demanche homosexualise parodiquement le duo ennemi de rappeurs Booba et Kaaris : « Y’a que eux qui ne sont pas au courant. »

 

On ne doute pas une seule seconde, en écoutant le héros homosexuel, qu’il trouve dans l’inversion de ce qu’il croit être le « politiquement correct », une fierté et un orgueil semblables à l’orgueil qu’il reproche justement aux détenteurs sociaux des codes du « politiquement correct » : « Tu t’en empares… et tu la revendiques. » (Mark, le chef de l’association LGBT londonienne, parlant de l’insulte homophobe, dans le film « Pride » (2014) de Matthew Warchus) ; « Tout le monde sait que je ne suis pas normal ! » (« L. » dans la pièce Le Frigo (1983) de Copi) ; « Il y a des moments, je voudrais être laid, ne plus séduire, ne plus être désiré. » (Malcolm, le héros homosexuel du roman Par d’autres chemins (2009) d’Hugues Pouyé, p. 121) ; « Stephen devait avoir conscience d’être un paria mal conditionné. » (Stephen, l’héroïne lesbienne, dans le roman The Well Of Loneliness, Le Puits de solitude (1928) de Marguerite Radclyffe Hall, p. 248) ; « Je suis malade et je suis un gros pédé. » (Léo à Marcel dans le film « Tout contre Léo » (2002) de Christophe Honoré) ; « Maman m’a jeté dans une poubelle avant de passer à l’Ouest. » (Hedwig dans le film « Hedwig And The Angry Inch » (2001) de John Cameron Mitchell) ; « C’est mieux que rien. Rien, c’est moi. » (Leo, l’un des héros homos du roman Un Garçon d’Italie (2003) de Philippe Besson, p. 106) ; « Je suis une merde. Une pauvre misérable merde. » (Louis dans la pièce Dépression très nerveuse (2008) d’Augustin d’Ollone) ; « Pour moi l’homosexualité, ça a toujours été ça : sordidité. » (Roberto Orbea dans le film « El Diputado » (1979) d’Eloy de la Iglesia) ; « Juan-Carlos savait-il la gravité de son mal ? » (Manuel Puig, Boquitas Pintadas, Le Plus beau tango du monde (1972), p. 120) ; « Nous sommes les renégats magnifiques. » (Lettie, la femme-à-barbe, dans le film « The Greatest Showman » (2017) de Michael Gracey) ; etc. Par exemple, dans son one-man-show Tout en finesse (2014), Rodolphe Sand dit qu’en réalité, son vrai nom de famille, c’est « Boulet ».

 

« La peinture qu’elle avait achetée se trouvait encore devant sa porte, mais Jane avait rechigné à se mettre au travail. Les mots seraient encore là même si elle appliquait une nouvelle couche de laque ; elle voulait que leur laideur reste gravée au fer rouge dans les souvenirs des Mann comme ils l’étaient dans les siens. La colère qu’elle avait pu ressentir vis-à-vis de la fille en rapport avec le graffiti avait disparu. Si c’était Anna qui avait dégradé sa porte, elle l’avait fait par désespoir et par peur de ce que les soupçons de Jane pourraient entrainer pour son père. Si c’était Mann, alors lui aussi était désespéré et effrayé. Cette idée la travaillait. » (Jane, l’héroïne lesbienne qui ne se décide pas à effacer le graffiti homophobe « Lesben Raus ! » qui figure à la peinture rouge sur le mur d’entrée de l’appartement qu’elle partage avec sa compagne Petra, dans le roman The Girl On The Stairs, La Fille dans l’escalier (2012) de Louise Welsh, p. 155)
 

B.D. "Kang" de Copi

B.D. « Kang » de Copi


 

La rébellion face aux clichés négatifs de l’homosexualité n’est au final qu’une soumission docile et peu révolutionnaire… puisque le héros homosexuel, en cherchant à correspondre (puissance 10) à la mauvaise réputation qu’ont/qu’auraient les homos en général, obéit aux mauvaises langues (et à ses propres projections fantasmatiques) au pied de la lettre ! : « On ne me voulait pas ? Je ne me voulais plus ! » (Yves Navarre, Portrait de Julien devant la fenêtre (1979), p. 138) ; « Ça y est, j’ai gagné. À force de se sentir malade, on le devient. » (Karin Bernfeld, Apologie de la passivité (1999), p. 127) ; « Écoute comment ça a commencé ; ils étaient tous les deux à Pau, dans une maison de santé, un sanatorium, où on les avait envoyé l’un et l’autre parce qu’on prétendait qu’ils étaient tuberculeux. Au fond, ils ne l’étaient ni l’un ni l’autre. Mais ils se croyaient très malades tous les deux. Ils ne se connaissaient pas encore. Ils se sont vus pour la première fois, étendus l’un à côté de l’autre sur une terrasse de jardin, chacun sur une chaise longue. […] Comme ils se croyaient condamnés, ils se sont persuadés que tout ce qu’ils feraient ne tirerait plus à conséquence. » (André Gide, Les Faux-monnayeurs (1997), p. 61) ; « Oui, je le sais. Je suis malade. » (Adam s’adressant sur Skype à sa sœur, dans le film « W imie… », « Aime… et fais ce que tu veux » (2014) de Malgorzata Szumowska) ; etc.

 

Par exemple, dans le film « Suddenly Last Summer » (« Soudain l’été dernier », 1960) de Joseph Mankiewicz, Catherine se fait un plaisir de valider la présomption de folie qui plane sur elle : « Je vous fais peur… et vous avez raison d’avoir peur. » Dans sa chanson « L’Enfant de la pollution » de la comédie musicale Starmania de Michel Berger, Ziggy se définit comme un déchet humain (et fier de l’être !).

 

Il y a beaucoup de héros homosexuels qui se forcent à se réjouir et à mettre de la liberté dans la déchéance qu’ils vivent : « L’amour est un fardeau. Je le porte en clodo. Joyeux clodo. » (Jann Halexander dans son film « J’aimerais j’aimerais », 2007) ; « Je ris de me voir si con dans ce miroir. » (idem) ; « Elle a une bonne odeur, cette glaise. […] Il y a du plaisir à devenir de la bouillie. » (Luca dans le roman Un Garçon d’Italie (2003) de Philippe Besson, p. 13) ; « Plutôt ferions-nous mieux de nous chercher les poux plutôt que de nous mordre. » (l’un des personnages homos de la pièce Dans la solitude des champs de coton (2009) de Bernard-Marie Koltès) ; « S’il est dur de haïr seul, à plusieurs cela devient un plaisir. » (idem) ; « Soyons de simples et solitaires orgueilleux zéros. » (l’un des personnages homos de la pièce Dans la solitude des champs de coton (2009) de Bernard-Marie Koltès) ; « Le monde les condamnerait, mais elles se réjouiraient : glorieuses bannies sans honte, triomphantes ! » (Stephen et Mary, le couple lesbien du roman The Well Of Loneliness, Le Puits de solitude (1928) de Marguerite Radclyffe Hall, p. 393) ; « Pourtant à cette honte, se mêlait un sentiment de libération. » (Adrien, le héros homo du roman Par d’autres chemins (2009) d’Hugues Pouyé, p. 27)

 
 

d) « Je suis un traître » :

Pourquoi une telle réaction hypocrite et complaisante face au malheur ? Parce que le héros homosexuel est fasciné par le petit pouvoir de la trahison. D’ailleurs, celle-ci est souvent traitée dans les œuvres homosexuelles : cf. les romans Los Traidores (1956) de Juan Rodolfo Wilcock, la pièce Nietzsche, Wagner, et autres cruautés (2008) de Gilles Tourman (avec Leni Riefenstahl, la femme traîtresse), le roman Le Baiser de la Femme-Araignée (1976) de Manuel Puig (avec Molina, le héros homosexuel qui va trahir et espionner son compagnon de cellule, Valentín, qu’il essaie pourtant de draguer), le roman Le Garçon sur la colline (1980) de Claude Brami (avec Pascal, considéré comme un traître par celui qui attend trop de lui), le film « Somefarwhere » (2011) d’Everett Lewis (avec le guide de Price, nommé Marwan), le film « Le Rideau déchiré » (1966) d’Alfred Hitchcock (avec le personnage de Michael), le roman Reivindicación Del Conde Don Julián (1970) de Juan Goytisolo, le roman El Juego Del Mentiroso (1993) de Lluís Maria Todó, le film « L’Assassinat de Trotsky » (1970) de Joseph Losey, le film « Le Traqué » (1950) de Frank Tuttle et Boris Lewin, le film « La Trahison » (1975) de Cyril Frankel, le film « Novembermund » (1984) d’Alexandra von Grote, le film « Aishite Imasu 1941 » (2004) de Joel Lamangan, le film « The Bubble » (2006) d’Eytan Fox (avec les deux amants vivant dans deux camps dits opposés, l’un israélien, l’autre palestinien, et se trahissant entre eux), le téléfilm « Marie Besnard, l’Empoisonneuse » (2006) de Christian Faure (avec la problématique de la trahison amicale), la pièce Angels In America (2008) de Tony Kushner (avec le couple Louis/Prior), le film « Infernal Affairs » (2003) d’Andrew Lau et Alan Mak, la pièce Qui aime bien trahit bien ! (2008) de Vincent Delboy (avec Sébastien, le personnage homosexuel qui trahit tout son entourage amical et amoureux), le film « Somewhere » (2011) d’Everett Lewis (avec Marwan, le guide de Price), le roman La Cité des Rats (1979) de Copi (avec la figure de l’auteur-traître, puis la trahison des soldats), la pièce Dans la solitude des champs de coton (1987) de Bernard-Marie Koltès, la pièce Frères du bled (2010) de Christophe Botti (avec le personnage de Maurice), le film « OSS 117 : Rio ne répond plus » (2009) de Michel Hazanavicius (avec Heinrich, le traître homosexuel), la pièce On vous rappellera (2010) de François Rimbau (avec Lucie, l’amante-traîtresse), le film « Le Trou » (1960) de Jacques Becker (avec l’homosexuel traître), le film « Brotherhood » (2010) de Nicolo Donato (avec Fatso trahissant son amant Lars en n’assumant pas leur couple devant ses camarades du groupuscule néo-nazi dont ils font partie), le film « Mommy » (2014) de Xavier Dolan, etc.

 

Dans la pièce Les Paravents (1961) de Jean Genet, un Algérien trahit son camp. Dans la pièce Coloc’ à taire ! (2010) de Grégory Amsis, Fred, le personnage homo, trahit Alice, sa meilleure amie, en lui « piquant » son copain. Dans son one-man-show Les Bijoux de famille (2015), Laurent Spielvogel joue aux Cours Florent le rôle de Lorenzaccio tuant son amant Alexandre. Dans le film « The Cakemaker » (2018) d’Ofir Raul Graizer, les deux amants Tomas (Allemand) et Oren (Israëlien, marié à une femme et avec un enfant) incarnent tour à tour la figure du traître.

 

Dans les œuvres de Manuel Puig, Pier Paolo Pasolini ou Jean Genet, l’amour est presque toujours trahi.

 

La trahison est un leitmotiv homosexuel. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le personnage biblique de Judas surgit parfois les œuvres homo-érotiques : cf. la pièce Le Cri de l’Ôtruche (2007) de Claude Gisbert, la pièce Inconcevable (2007) de Jordan Beswick, le film « Freak Orlando » (1981) d’Ulrike Ottinger, la chanson la chanson « Hellbent For Lather » du groupe Juda’s Priest, etc. (cf. la partie « baiser qui fait pleurer » du code « Première fois » dans le Dictionnaire des Codes homosexuels).

 

La trahison constitue visiblement un fantasme esthétique et amoureux fort chez les héros homosexuels : « Toi, t’as jamais trahi, peut-être ? » (un des personnages homosexuels de la pièce Chroniques des temps de Sida (2009) de Bruno Dairou) ; « Je n’ai jamais été capable d’aimer entièrement. J’ai le sentiment de n’aimer qu’en trahissant. » (Malcolm dans le roman Par d’autres chemins (2009) d’Hugues Pouyé, p. 110) ; « Encore une fois, cette impression de trahir quelqu’un que j’aimais. » (Bryan, le personnage homo-bisexuel du roman Si tu avais été…(2009) d’Alexis Hayden et Angel of Ys, p. 342) ; « Tu sais, ma première amie, je l’ai trahie. » (Cherry à son amante Ada dans la pièce La Star des oublis (2009) de Ivane Daoudi) ; « Plutôt que de penser au traître des films hindis, je fis exactement tout ce que j’imaginais qu’il ferait. Elle [Rani, son amante] ne m’arrêta pas. » (Anamika, l’héroïne lesbienne du roman Babyji (2005) d’Abha Dawesar, p. 228) ; « Son expression est celle d’un traître ! » (le Rat par rapport au Jésuite, dans la pièce La Pyramide ! (1975) de Copi, p. 62) ; « Ce qu’il y a de beau dans la trahison, c’est qu’elle s’applique à tout. Elle est universelle. » (Jean-Claude Dreyfus endossant le rôle du diable homosexuel, dans la pièce Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens (2007) de Gérald Garutti) ; « Il m’a trahi. Je le quitte. Il est temps pour moi de partir. » (Vivi par rapport à son amant Norbert, dans la pièce Copains navrants (2011) de Patrick Hernandez) ; « Soyez chaque jour le traître de toutes choses. » (Nietzsche dans la pièce Nietzsche, Wagner, et autres cruautés (2008) de Gilles Tourman) ; « Je suis un misérable. […] Je suis un traître. Décidément, je suis un traître. Heureux. » (la voix narrative de la nouvelle « Adiós A Mamá » (1981) de Reinaldo Arenas, p. 171) ; « Ne vous moquez pas de moi. Je suis déjà un traître à vos yeux et vous le savez. Espèce d’idiot ! Dans l’ordre plus grand des choses, c’est VOUS le vrai traître, si seulement vous le réalisiez. » (le Comte Smokrev, homosexuel, titillant l’homosexualité continente de Pawel Tarnowski, dans le roman Sophia House, La Librairie Sophia (2005), p. 481) ; etc.

 

Même si au départ les personnages homosexuels prétendent détester la trahison parce qu’elle les a fait souffrir en amour ou en amitié, ils finissent par la soutenir dans la haine jalouse : « J’ai cru la fable d’un mortel aimé, tu m’as trompé. » (cf. la chanson « Je te rends ton amour » de Mylène Farmer) ; « La trahison… c’est laid. » (cf. la chanson « C’est dans l’air » de Mylène Farmer). Dans la comédie musicale Angels In America (2008) de Tony Kushner, Roy Cohn affirme haut et fort qu’il déteste par-dessus tout la trahison. Le sentiment de traîtrise précède en général une adoration amoureuse excessive. Par exemple, dans le roman Le Jour du Roi (2010) d’Abdellah Taïa, c’est bien parce qu’Omar considère Khalid comme son unique roi qu’il a l’impression que ce dernier le trahit quand il est promis à un autre maître, le Roi Hassan II : « Khalid, ami, frère, double de moi, traître, traître qui faisait le fier seul » (p. 91)

 

La trahison dans les fictions homosexuelles prend souvent une apparence de charité. Par exemple, dans les romans de Thibaut de Saint Pol, il y a toujours la figure du Grand Méchant gniarc gniarc (les camarades ou les profs de prépa dans N’oubliez pas de vivre (2004), Cyril dans Pavillon noir (2007), Heinrich dans À mon cœur défendant (2010), etc.). Mais attention. En intentions, l’ignoble personnage n’est pas une brute ou une crapule grossière (il ne l’est que dans les faits, car un vrai méchant de dessins animés est toujours doucereux et inventif). Sa méchanceté doit faire envie, est tenue d’être raffinée et esthétique : « La guerre me rend lyrique. […] Je veux le [le Traité de Versailles] prendre avec des gants blancs. […] Je suis sûr que n’importe quel autre espion lui aurait arraché son triste bien par la force, mais je ne suis ni un simple sbire ni un voleur à la tire : Ich bin zivilisiert. » (Heinrich dans le roman À mon cœur défendant, pp. 46-47) La trahison du Méchant n’est pas dénoncée, car elle est envisagée comme un art, une manipulation jouissive, une beauté qui a sa raison d’être. Elle est même un miroir de la trahison de sa victime, qualifiée de « traîtresse » (p. 46) aussi. Le Méchant est victime de sa victime ! Et c’est ce qui le rend touchant, émouvant. La trahison prend alors une apparence démocratique, d’amour, de partage égalitaire du malheur : à torts partagés, amour il y aurait ! Bourreau et victime sont semblables, se mélangent, s’échangent les masques, couchent ensemble. « Je suis la maîtresse d’un espion, d’un traître, d’un ennemi ! […] Comment le sort a-t-il pu mettre un Boche sur ma route ? Comme je regrette ces nuits d’ivresse ! » (Madeleine, idem, p. 78) On ne sait plus lequel des deux est le plus traîtres. « Pour la première fois de ma vie, je me suis mise hors la loi. […] Avec ce mensonge, je viens de trahir mon employeur et par là même mon pays. » (Madeleine, idem, pp. 118-119)

 

Le personnage homosexuel ne se voit pas forcément comme un méchant traître, car il ne comprend pas que la traîtrise, cela ne se limite pas à mal agir : c’est aussi le refus d’agir, de se positionner, c’est la sacralisation de la neutralité relativiste, c’est pécher par omission : « Non, je ne suis pas un traître. Oui, je suis un jeune homme de seize ans, sans complexes, qui ne découpe pas le monde entre ce qui est bien et ce qui est mal. » (Vincent dans le roman En l’absence des hommes (2001) de Philippe Besson, p. 50) Il ne comprend pas non plus que la traîtrise n’est pas qu’un rôle, un masque parmi d’autres dans l’éventail d’opinions fausses qu’on peut se faire de loin sur quelqu’un : « Souvent, tu t’es efforcé d’imaginer l’impression que tes ‘clients’ se faisaient secrètement de toi : un communiste, un Juif, un courageux, un passeur, un étudiant en chimie, un homosexuel, un soumis, un meneur, un traître, un indépendant, un garçon serviable, un jeune homme contraint, un allié, un complice, un auxiliaire ? Tu conclus : un peu tout ça. » (Félix, le héros homo du roman La Synthèse du camphre (2010) d’Arthur Dreyfus, p. 72) Elle peut aussi être un acte réel.

 
 

e) « Je suis fier d’être un psychopathe » :

N.B. : Je vous renvoie également aux codes « Violeur homosexuel » et « Couple criminel » dans le Dictionnaire des Codes homosexuels.

 

Film "The Rocky Horror Picture Show" de Jim Sharman

Film « The Rocky Horror Picture Show » de Jim Sharman


 

Dans le monde des arts contemporains, la figure du psychopathe est souvent un archétype de l’homosexualité : cf. le film « Curse Of The Queerwolf » (1988) de Mark Pirro, le film « Terror Train » (1980) de Roger Spottiswoode, le film « Strangers On A Train » (« L’Inconnu du Nord-Express », 1951) d’Alfred Hitchcock (avec le personnage de Bruno), la pièce Happy Birthday Daddy (2007) de Christophe Averlan, le film « Violent Cop » (1989) de Takeshi Kitano, le film « Fucked In The Face » (2000) de Shawn Durr, le film « Tan De Repente » (2003) de Diego Lerman (avec la lesbienne criminelle), le film « G.O.R.A. » (2003) d’Omer Faruk Sorak, le film « Der Totmacher » (1995) de Romuald Karmakar, le film « Notre Paradis » (2011) de Gaël Morel, le film « The Love That Is Wrong » (1993) d’Ho Shu Pau, le film « An Indecent Obsession » (1985) de Lex Marino, le film « Kiss Or Kill » (1997) de Bill Bennett, le film « Naked Killer » (1994) de Clarence Fok, le film « Passion Unbounded » (1995) de Joe Hau, le film « Lady In Heat » (1999) de Chu Yin Ping, le film « Bons Baisers de Russie » (1963) de Terence Young (avec la méchante lesbienne attaquant James Bond), le film « Gonin » (1995) de Takashi Ishii, le film « Beverly Kills » (2005) de Damion Dietz (avec le transsexuel tueur), le film « Meurtre » (1930) d’Alfred Hitchcock, le dessin animé « Le Roi Lion » (1995) de Roger Allers et Rob Minkoff (avec Skar, le diabolique frère efféminé du roi Mustafa), le film « Modesty Blaise » (1965) de Joseph Losey, le film « Inspecteur Gadget » (1999) de David Kellogg, le film « Hitcher » (1985) de Robert Harmon, le film « Jugatsu » (1990) de Takeshi Kitano, le film « Les Enfants du Paradis » (1943-1945) de Marcel Carné (avec le personnage maléfique de Lacenaire), le film « Le Faucon maltais » (1941) de John Huston, le film « Fatal Beauty » (1987) de Tom Holland, le film « Confessions of A Serial Killer » (1992) de Mark Blair, le film « Jeffrey Dahmer : The Secret Life » (1993) de David R. Bowen, le film « Dahmer : The Mind Is A Place Of Its Own » (2002) de David Jacobson, le roman La Gloire du Paria (1987) de Dominique Fernandez, le film « Les Veufs » (1991) de Max Ficher, le film « Les Diamants sont éternels » (1971) de Guy Hamilton, le film « Ricochet » (1991) de Russell Mulcahy, le film « La Tendresse des loups » (1973) d’Ulli Lommel, le film « Z » (1968) de Costa-Gavras (avec le tueur fasciste, incarné par Marcel Bozzuffi), le film « L’Étrangleur » (1970) de Paul Vecchiali (avec Marcel Gassouk), le film « Le Bal des Vampires » (1968) de Roman Polanski, le film « Lui Foon » (1999) de Jue Yin Ping, le film « Tony Rome est dangereux » (1967) de Gordon Douglas, le film « Dune » (1984) de David Lynch (avec le monstrueux baron), le film « JF partagerait appartement » (1992) de Barbet Schroeder (avec la lesbienne psychopathe), le roman Le Malfaiteur (1955) de Julien Green, le film « De l’amour et des restes humains » (1994) de Denys Arcand, le film « La Sanction » (1975) de Clint Eastwood, le film « The Todd Killings » (1970) de Barry Shear, le film « Le Flic ricanant » (1973) de Stuart Rosenberg, le film « Salaud » (1971) de Michael Tuchner, le film « Chacal » (1972) de Fred Zinnemann, le film « Lacenaire » (1990) de Francis Girod, le film « Rivelazione Di Un Maniaco Sessuale Al Capo Della Squadra Mobile » (1972) de Roberto Bianchi, le film « El Asesino De Muñecas » (1975) de Michael Skaife, le film « Giornata Nera Per L’Ariete » (1971) de Luigi Bazzoni, le film « Chi L’Ha Vista Morire ? » (1971) d’Aldo Lado, le film « Le Bouc » (1969) de Rainer Werner Fassbinder, le roman Thomas l’Imposteur (1923) de Jean Cocteau, le roman Frisk (1991) de Dennis Cooper (avec le serial killer homo), le film « The Fan » (1981) d’Edward Bianchi, le roman The Well Of Loneliness (Le Puits de solitude, 1928) de Marguerite Radclyffe Hall, le film « Rebecca » (1940) d’Alfred Hitchcock (avec Mrs Danvers), le film « Symptômes » (1974) de Joseph Larraz, le film « La Corde » (1948) d’Alfred Hitchcock (avec les deux amants homosexuels criminels), le film « Cruising » (« La Chasse », 1980) de William Friedkin, le roman Le Père Goriot (1834) d’Honoré de Balzac (avec Vautrin, le criminel homosexuel), le film « Le Bal des espions » (1960) de Michel Clément, le film « Basic Instinct » (1992) de Paul Verhoeven (avec Sharon Stone, la lesbienne tuant au marteau-piqueur), le film « Flying With One Wing » (2002) d’Asoka Handagama (avec l’héroïne lesbienne qui finit par assassiner son médecin au couteau), le film « El Diputado » (1978) d’Eloy de la Iglesia, le film « Une après-midi de chien » (1975) de Sidney Lumet, le film « Psychose » (1960) d’Alfred Hitchcock (avec Norman Bates, le tueur soupçonné d’être un « inverti »), les films « La Ley Del Deseo » (« La Loi du Désir », 1986) et « La Mala Educación » (« La mauvaise éducation », 2003) de Pedro Almodóvar, le film « Swimming Pool » (2002) de François Ozon, le film « Les Diaboliques » (1955) d’Henri-Georges Clouzot, le film « Thelma et Louise » (1991) de Ridley Scott, le film « The Rocky Horror Picture Show » (1975) de Jim Sharman, le film « Un Año Sin Amor » (2005) d’Anahi Berneni, le film « The Man Who Fell To Earth » (« L’Homme qui venait d’ailleurs », 1976) de Nicolas Roeg, le film « Elephant » (2003) de Gus Van Sant, le film « Le Privé de ces dames » (1978) de Robert Moore, le film « Pepi, Lucy, Bom, Y Otras Chicas Del Montón » (1980) de Pedro Almodóvar (avec la chanteuse Alaska en lesbienne sadique), le film « Anges gardiens » (1974) de Richard Rush, le film « Pulsions » (1980) de Brian De Palma, le film « La Jeunesse de la bête » (1965) de Seijun Suzuki, le film « Partners » (1982) de James Burrows, le film « Misteria » (1993) de Lamberto Bava, le film « Max et Jérémie » (1990) de Claire Devers, le film « Regarde les hommes tomber » (1993) de Jacques Audiard, le roman Notre-Dame-des-Fleurs (1944) de Jean Genet (avec le jeune Adrien Baillon, sodomite actif et criminel aguerri), le film « Clamp » (2000) de Maïa Cybelle Carpenter (avec le gangster androgyne Baby Blue), le film « Chloé » (2009) d’Atom Egoyan (avec Chloé, la lesbienne psychopathe), le film « Haute Tension » (2003) d’Alexandre Aja (avec Cécile de France jouant le rôle d’une lesbienne psychopathe), le film « Le Grand Pardon » (1984) d’Alexandre Arcady (avec le truand joué par Bernard Giraudeau et tué dans le lit de son amant), le film « Impasse des vertus » (1955) de Pierre Méré (avec le jeune pompiste et truand), le film « Dressed To Kill » (« Pulsions », 1980) de Brian de Palma (avec le tueur psychopathe transsexuel M to F, en mystérieuse blonde), le film « Honey Killer » (2013) d’Antony Hickling, le film « Hard » (1998) de John Huckert, le film « My Night With Andrew Cunanan » (« Ma nuit avec Andrew Cunanan », 2012) de Devin Kordt-Thomas (sur un jeune tueur en série homosexuel), le film « Corps perdus » (2012) de Lukas Dhont (avec le personnage de Jérôme), le film « L’Homme blessé » (1983) de Patrice Chéreau (avec la figure du gangster aimé, Jean), le film « Mezzanotte » (2014) de Sebastiano Riso, etc. Dans le film « Let My People Go ! » (2011) de Mikael Buch, Rubén, le héros homosexuel, est un « assassin douteux, voleur malgré lui ». Dans le film « Scènes de chasse en Bavière » (1969) de Peter Fleischmann, Abram, le héros homosexuel, a fait de la prison. Dans le film « Pride » (2014) de Matthew Warchus, Jonathan, homosexuel, a poignardé Suzanne York.

 

Certains héros gays revendiquent fièrement leur identité de criminel homosexuel : « Je suis méchant !!! » (Dzav et Bonnard dans leur pièce Quand je serai grand, je serai intermittent, 2010) ; « J’en tire tout de même une certaine satisfaction de criminel. » (le narrateur homosexuel du roman Le Bal des Folles (1977) de Copi, p. 130) ; « On est les nabots de la Terre. […] On est devenus des voyous […]. » (Cachafaz dans la pièce éponyme (1993) de Copi) ; « Oui, je le sais. Je suis malade. » (Adam, l’un des héros homos du film « W imie… », « Aime… et fais ce que tu veux » (2014) de Malgorzata Szumowska) ; « Tu sais, à Oran, être pédé, c’est comme être criminel. » (Yves saint-Laurent dans la biopic « Yves Saint-Laurent » (2014) de Jalil Lespert) ; « Peut-être qu’elle est folle, qu’elle va nous assassiner ! » (Fanny s’adressant à son mari Jean-Pierre par rapport à Catherine, l’héroïne lesbienne dont elle va tomber amoureuse, dans la pièce Un Lit pour trois (2010) d’Ivan Tournel et Mylène Chaouat) ; etc.

 

Néanmoins, d’autres personnages homos se laissent entraîner par leurs fantasmes de déshonneur et de criminalité. Par exemple, dans la pièce Gouttes dans l’océan (1997) de Rainer Werner Fassbinder, Leopold, le héros homo, croit qu’il a tué un de ses clients parce qu’il l’a poussé au suicide : « Franz, j’ai tué quelqu’un, un de mes clients s’est tué la cervelle […] comme si j’étais quelqu’un d’autre et que j’observais tout ce que je faisais […] comme si tout le monde savait que j’avais tué quelqu’un… »

 
 

f) « Je suis un esclave tatoué » :

Film "15" de Royston Tan

Film « 15 » de Royston Tan


 

En lien avec le motif du criminel, on voit apparaître dans les œuvres homosexuelles la figure du « gros dur » tatoué et peu commode. Le tatouage, symbole de soumission et d’esclavage, est revendiqué par certains personnages homosexuels comme une marque visible d’identité et d’amour homosexuels : cf. le film « Adults Only » (2013) de Michael J. Saul (dans les méandres d’une backroom gay), le film « Keep The Lights On » (2012) d’Ira Sachs (avec Russ, homosexuel, qui est tatoué dans le dos), le film « Encré en soi » (2012) de Constance Lévesque, le film « Tattoo Boy » (1995) de Larry Turner, la pièce La Rose tatouée (1950) de Tennessee Williams, la chanson « Hey ! Amigo ! » d’Alizée, les chansons « Épaule Tatoo » et « Talisman » d’Étienne Daho, le film « Les Amours imaginaires » (2010) de Xavier Dolan (avec Francis, le héros homosexuel), le film « Un Año Sin Amor » (2005) d’Anahi Berneni, le film « Tatouage » (1966) de Yasuzo Masumara, le film « Boys Like Us » (2014) de Patric Chiha (avec Jean-Luc, le cousin homo tatoué de partout), le film « Better Than Chocolate » (1999) d’Anne Wheeler, le one-man-show Jérôme Commandeur se fait discret (2008) de Jérôme Commandeur, la pièce Le Cabaret des hommes perdus (2006) de Christian Siméon, le film « Free Fall » (2014) de Stéphane Lacant (Marc, l’un des héros homos, a un tatouage dans le dos), le film « Hellbent » (2005) de Paul Etheredge-Ouzts, le film « Madame Satã » (2001) de Karim Ainouz, le roman Tatuaje (1973) d’Eduardo Mendicutti, la chanson « Tatuaje » de Rafael de León, la pièce La Muerte De Mikel (1984) d’Imanol Uribe, la pièce Entre vos murs (2008) de Samuel Ganes, le film « Selon la loi » (1957) de Peter Weiss, le film « Kaboom » (2010) de Gregg Araki, le film « Oi ! Warning ! » (1999) de Dominik et Benjamin Reding, le film « 15 » (2003) de Royston Tan, le film « Beautiful Boxer » (2004) d’Ekachaï Uekrongtham, le film « Un Chant d’amour » (1950) de Jean Genet, le roman Portrait de Julien devant la fenêtre (1979) d’Yves Navarre (avec les tatouages de Julien), le film « Chasse à l’homme » (2010) de Stéphane Olijnyk, le one-man-show Cet homme va trop loin (2011) de Jérémy Ferrari, le film « Brotherhood » (2010) de Nicolo Donato (avec Fatso), la pièce Les Virilius (2014) d’Alessandro Avellis, le film « Homme au bain » (2010) de Christophe Honoré (avec le tatouage saint Sébastien sur le cœur), le film « Black Swan » (2011) de Darren Aronofsky (Veronika, la danseuse lesbienne et son tatouage ailé dans le dos), le film « Nuits d’ivresse printanière » (2009) de Lou Ye, le spectacle Tatouage (Les Trois Tangos, 2009) d’Alfredo Arias, le film « Patrik, 1.5 » (« Les Joies de la famille » (2009) d’Ella Lemhagen), le film « Consentement » (2012) de Cyril Legann (avec Anthony, le jeune garçon d’hôtel homo avec son tatouage sur le dos), le film « Après lui » (2006) de Gaël Morel (avec Franck, le héros homo tatoué de partout), le roman Soie sauvage (2004) de Fabienne Leloup, le film « Praia Do Futuro » (2014) de Karim Aïnouz (avec Konrad, l’un des héros homos, tatoué), la pièce Le Cheval bleu se promène sur l’horizon, deux fois (2015) de Philippe Cassand (avec Herbert, homosexuel tatoué), etc. « Nous avons fait un détour par Montmartre pour voir les peintres. Sur la Place du Tertre, une fille faisait des tatouages. Nous nous sommes fait tatouer un cœur chacun, dans la paume de la main gauche. » (Kévin et Bryan dans le roman Si tu avais été… (2009) d’Alexis Hayden et Angel of Ys, p. 145) ; « Je veux un tatouage, symbole de l’Amour. C’est juste un tatouage. Même si tu choisis le même que ton père, ça ne fera pas revenir ton frère. » (Jade, l’héroïne lesbienne du film « Spider Lilies » (2007) de Zero Chou) ; « C’est comme ça que j’ai fini avec un tatouage de Jean-Pierre Pernaud sur la jambe. » (Arnaud, le héros homo, dans la pièce La Thérapie pour tous (2015) de Benjamin Waltz et Arnaud Nucit) ; « Qu’est-ce que t’as sur les mains ? » (la mère de Nathan) « C’est des tatouages que j’ai fait. » (Jonas, l’amant de Nathan) « Toi tout seul ? » (la mère de Nathan) « Ouais. » (Jonas, dans le film « Jonas » (2018) de Christophe Charrier) ; etc.

 

Par exemple, dans le spectacle musical Luca, l’évangile d’un homo (2013) d’Alexandre Vallès, Luca, le héros homosexuel, décrit son fantasmatique triangle rose incrusté dans la peau des personnes homosexuelles (« dans nos chair de dégénérés » dit-il). Dans le film « Le Cimetière des mots usés » (2011) de François Zabaleta, Denis parle d’une « brûlure froide » à son amant Luther. Dans le film « Coup de foudre à Notting Hill » (1998) de Roger Michell, William, le libraire bobo, fait un descriptif, en début d’histoire, des personnages atypiques de son quartier de Notting Hill, et l’un d’eux est « le tatoué qui ne sait pas pourquoi il s’est fait tatoué ‘À Ken pour la vie ». Dans le film « Sexual Tension : Volatile » (2012) de Marcelo Mónaco et Marco Berger, un ado se rend chez un tatoueur ultra-sexy. Dans le film « Des Jeunes gens mödernes » (2011) de Jérôme de Missolz, Antoine, Aurélie, Mathieu, Riposte et Sabine sont montés à Paris et organisent des séances nocturnes de tatouage sauvage dans les soirées. Dans le film « R » (2010) de Tobias Lindholm, il est question de « fiottes tatouées ». Dans la pièce Géométrie du triangle isocèle (2016) de Franck d’Ascanio, Nina, l’héroïne lesbienne, se fait tatouer sur le ventre ; et son amante Lola lui fait une scène parce qu’elle ne lui a pas demandé l’autorisation ni le motif du dessin.

 
 

FRONTIÈRE À FRANCHIR AVEC PRÉCAUTION

 

PARFOIS RÉALITÉ

 

La fiction peut renvoyer à une certaine réalité, même si ce n’est pas automatique :

 
 

a) « Je suis un monstre » :

Aussi étonnant et révoltant que cela puisse paraître, un certain nombre de personnes homosexuelles se qualifient de « monstrueuses » simplement du fait de ressentir en elles un désir homosexuel : « J’avais l’impression que d’être homosexuel faisait de moi un sous-homme. » (Olivier, homosexuel, 37 ans, dans l’émission « Une Vie ordinaire ou mes questions sur l’homosexualité » (2002) de Serge Moati) ; « Je me sentais comme un déchet humain parce que je suis gai. J’étais un gros monstre, quelqu’un de mal, un déchet de la société. Mais je n’étais pas capable de m’accepter, encore moins de le dire à mes amis. » (un témoin homosexuel cité dans l’essai Mort ou Fif (2001) de Michel Dorais, p. 53) ; « Je sais bien que je suis la mère d’un enfant anormal. » (Estelle, la mère de Stéphane, homosexuel, dans l’autobiographie Et dans l’éternité, je ne m’ennuierai pas (2014) de Paul Veyne, p. 239) ; « J’ai déjà dit plus haut combien je me sentais différente de mes camarades de classe. […] Et j’en arrivais à me demander quelquefois si je n’étais pas un monstre. » (Paula Dumont, Mauvais Genre (2009), p. 75) ; « Je devenais un être risible, monstrueux, un malade, un objet de mépris des adultes qui m’entouraient, et, ce qui était pire, la cible de la moquerie de mes semblables. » (Arturo Arnalte au moment de la découverte de son homosexualité, cité dans l’essai Primera Plana (2007) de Juan A. Herrero Brasas, p. 135) ; « Comme personne ne me ressemblait autour de moi, comme je n’avais aucun repère, j’ignorais tout de l’homosexualité et j’ignorais que je l’étais. Je me croyais anormal, malade. » (Brahim Naït-Balk, Un Homo dans la cité (2009), p. 91) ; « J’étais incapable d’imaginer une seule seconde qu’un homosexuel puisse être quelqu’un de normal. » (Gaël-Laurent Tilium, Recto/Verso (2007), p. 72) ; « Puisque la normalité exige que le masculin soit attiré par le féminin, et puisque ce n’était pas mon cas, j’en concluais que je souffrais d’une mystérieuse maladie. » (Brahim Naït-Balk, Un Homo dans la cité (2009), p. 15) ; « J’étais un cas désespéré le jour de ma naissance. » (Quentin Crisp cité dans le Dictionnaire gay (1994) de Lionel Povert, p. 151) ; « Décidé à l’avance que mon histoire aurait un dénouement malheureux, le mal ne pouvait être qu’un leurre. » (Berthrand Nguyen Matoko, Le Flamant noir (2004), p. 126) ; « À 18 ans, je me suis repliée sur moi-même, et j’ai abandonné jusqu’à la simple idée qu’on puisse m’aimer d’amour. » (Paula Dumont, La Vie dure : Éducation sentimentale d’une lesbienne (2010), p. 19) ; « Lui dirais-je combien j’avais pu, adolescente, me sentir infirme, monstrueuse, vouée à jamais à la solitude quand je m’éprenais d’une fille de mon âge ? » (Paula par rapport à son amante Catherine, idem, p. 42) ; « Que Michael Jackson nous épargne ses jérémiades sur la pureté des enfants. Ce sont des monstres, comme nous. » (Pascal Sevran, Le Privilège des jonquilles, Journal IV (2006), p. 155) ; « Clermont-Ferrand, ce 20 octobre 1968. J’accuse aujourd’hui ma mère d’avoir fait de moi le monstre que je suis et de n’avoir pas su me retenir au bord de mon premier péché. Tout enfant, elle me considère comme une petite fille et me préfère à ma sœur, morte aujourd’hui. De mon père, j’ai le souvenir lointain d’un officier pâle, doux, presque timide, perpétuellement en butte aux sarcasmes de son épouse. […] Ce sont mon sentiment, ma faiblesse qui ont fait de moi un monstre. Oui, un monstre, puisque, au moment où je fais le bilan de mon existence, je m’aperçois que je n’ai jamais rien compris de la vie. […] Pendant de longs jours, j’eus l’impression d’être guéri : la vision ignoble de ce garçon, que je croyais viril, les images de cet homme singeant la femme en présence d’un autre homme tout aussi efféminé, tout cela endormait en moi toute velléité de recommencer. Toutes mes aventures, je les avais eues ou menées sous le signe de cette domination : en un mot, je ne m’étais jamais vu moi-même. Sensible et féminin, désirant d’impossibles caresses, j’eus alors la révélation que l’on n’est pas fait pour cela ; je sus qu’il y avait, en cet individu, quelque chose de détruit, comme en moi-même. Une sorte de timidité sexuelle faisait de nous ‘les invertis’, des monstres, des malades. Ainsi, il m’arrivait parfois de ne pas croire à ma propre homosexualité. » (Jean-Luc, 27 ans, homosexuel, dans l’essai Histoire et anthologie de l’homosexualité (1970), pp. 75-110) ; etc.

 

Après cette phase auto-détestation, bien entendu, beaucoup vont retourner la honte en fierté, car intellectuellement et collectivement, la haine de soi fait mauvais genre, n’est pas très publicitaire pour l’identité et l’amour homosexuels : « J’ai appris qu’une femme qui aime les femmes n’est pas un monstre en soi, mais juste aux yeux des censeurs. » (Cathy Bernheim, L’Amour presque parfait (2003), p. 209) Mais n’oublions pas qu’elle est le moteur premier de l’homosexualité ; et que le volontarisme optimiste ne constitue qu’un vernis bien mince appliqué sur celle-ci.

 
 

b) « Je suis une (plus grande) victime (que les autres) » :

La chaîne de la victimisation ne s’arrête pas là ! Non seulement les personnes homosexuelles se disent persécutées et incomprises, mais en plus, beaucoup soutiennent qu’elles sont plus persécutées que les autres victimes sociales reconnues comme telles : « Nous, les gays, nous sommes les plus discriminés ! » (cf. l’article « Crónica Auténtica De Lo Acontecido En Un Pub De Chueca Una Noche De Verano » de J. A. Herrero Brasas, dans l’essai Primera Plana (2007), p. 123) ; « J’aimais mieux me faire pointer du doigt comme drogué que comme gai. » (un témoin homosexuel cité dans l’essai Mort ou Fif (2001) de Michel Dorais, p. 74) ; « C’était mieux d’être un lépreux que de se sentir attiré par les hommes. » (Dan, homme homosexuel, dans le documentaire « Desire Of The Everlasting Hills » (2014) de Paul Check) ; « Être homosexuel, c’est être victime d’homophobie. C’est cela avant toute autre chose – ce n’est peut-être même que cela. » (Julien Picquart, Pour en finir avec l’homophobie (2005), p. 17) ; « On subit tous l’homophobie en général. » (Jeanne Broyon parlant des personnes homosexuelles, juste avant la projection de son documentaire « Des filles entre elles » (2010), diffusé lors du Seizième Festival Chéries-Chéris du Forum des Images de Paris) ; « En France comme ailleurs, les homos souffrent. […] Les homosexuels sont des victimes en puissance, comme toutes les minorités. » (Anne Delabre, Didier Roth-Bettoni, Le Cinéma français et l’homosexualité (2008), p. 93) ; « La situation de l’homosexuel pourrait être comparée à celle d’un Juif, à celle d’un Nègre, que sais-je, à celle de tous les minoritaires. » (Pierre Démeron, homosexuel de 37 ans, au micro de Jacques Chancel, dans l’émission Radioscopie sur France Inter, 3 avril 1969) ; « L’homosexualité est la voie la plus étroite, la plus dure, la plus difficile et vous voudriez que, de gaieté de cœur, ces adolescents qui ont peur de ne pas connaître le bonheur choisissent cette voie-là ? » (André Baudry cité dans l’essai Repères éthiques pour un monde nouveau (1982) de Xavier Thévenot) ; « Je devais admettre que Proust avait raison : les homosexuels n’étaient que des parias voués à une solitude irrémédiable, des parias sur qui personne ne poserait jamais un regard aimant. » (Paula Dumont, Mauvais Genre (2009), p. 109) ; « Je me suis longtemps posé cette question : ‘Pourquoi ?’ Et aussi celle-ci : ‘Mais qu’avons-nous fait ?’ Il n’est d’autre réponse à ces interrogations que l’arbitraire des verdicts sociaux, leur absurdité. Et comme dans le Procès de Kafka, il est inutile de chercher le tribunal qui prononce ces jugements. Il ne siège pas, il n’existe pas. Nous arrivons dans un monde où la sentence a déjà été rendue, et nous venons, à un moment ou à un autre de notre vie, occuper la place de ceux qui ont été condamnés à la vindicte publique, à vivre avec un doigt accusateur pointé sur eux, et à qui il ne reste qu’à tâcher tant bien que mal de se protéger d’elle et de réussir à gérer cette ‘identité pourrie’. Cette malédiction, cette condamnation avec lesquelles il faut vivre installent un sentiment d’insécurité et de vulnérabilité au plus profond de soi-même, et une sorte d’angoisse diffuse qui marque la subjectivité gay. » (Didier Éribon, Retour à Reims (2010), p. 223) ; « À la différence des Juifs ou des Beurs où la prise en compte de la différence est appartenance (elle vous relie à votre famille, à vos amis, à votre entourage), la découverte de l’homosexualité est isolement, solitude. Tous les homosexuels ont eu, un jour, l’impression de ne pas être ‘chez eux, chez eux’. » (Frédéric Martel, Le Rose et le Noir (1996), p. 707) ; « Les maladies ou les handicaps, s’ils peuvent être source de peur ou de rejet (parce qu’on ne sait pas comment réagir, parce qu’on a peur du différent de soi…), ils ne sont pas source de haine. Donc, si l’homosexualité est source de haine, c’est qu’elle a quand même un statut particulier par rapport à un simple handicap ou à une simple maladie. » (Hugo cité sur ce site consulté en octobre 2003) ; « Une enquête de l’État de New York sur la violence concluait en 1988 que de tous les groupes minoritaires, c’étaient les hommes et les femmes homosexuels qui étaient les objets de la plus grande hostilité. » (Élisabeth Badinter, X Y de l’identité masculine (1992), p. 178) ; « Les homosexuels pourraient être les individus les plus opprimés au sein de cette société. » (Huey Newton, chef des Black Panthers, en 1970, cité dans le Dictionnaire gay (1994) de Lionel Povert, p. 72) ; « Je vous parle des discriminations que j’ai vécues en tant que… femme noire homosexuelle… Je ne suis pas encore juive. » (Gisèle lors du débat « Toutes et tous citoyen-ne-s engagé-e-s », organisé le 10 octobre 2009 à la Salle des Fêtes de la Mairie du XIème arrondissement de Paris) ; « Être homosexuel, être Juif, être Blanc sont les 3 jambes sur lesquelles je marche. J’aime utiliser ma judaïté. » (Steven Cohen, le performer transgenre M to F, dans le documentaire « Let’s Dance – Part I » diffusé le 20 octobre 2014 sur la chaîne Arte) ; « Remplacez dans la phrase qui est la vôtre le mot ‘homosexuel’ par ‘Noirs, femmes, Juifs ou Roms’, par exemple, et si vous voyez un propos raciste ou sexiste, c’est que le propos initial était homophobe. » (Louis-Georges Tin dans le documentaire « Homo et alors ?!? » (2015) de Peter Gehardt) ; etc.

 

Dans son essai Se dire lesbienne : Vie de couple, sexualité, représentation de soi (2010), la « sociologue » Natacha Chetcuti affirme que le lesbianisme est une « identité marginalisée et dévalorisée » (p. 17), et que « les » lesbiennes sont victimes du « système hétérosexiste dominant » : «  Ignorées socialement, elles le sont théoriquement. […] Elles subissent une ‘double peine’, comme femmes et comme homosexuelles. » (pp. 7-14)

 

La communauté homosexuelle construit (ou projette) sur les écrans les preuves (qu’elle croit réelles) de l’oppression sociale qu’elle subirait. « Quand quelquefois, je vois à la télévision de belles âmes pleurer sur la misère sexuelle des malfaiteurs enfermés en prison, je ne peux me retenir d’évoquer ma jeunesse, tout aussi misérable, où je subissais une punition inhumaine pour des crimes que je n’avais pas commis. » (Paula Dumont, Mauvais Genre (2009), p. 109) ; « C’était pas la Gestapo, mais c’était pas loin. » (Martin Boyce, militant homo ayant vécu les Révoltes de Stonewall à New York, en 1969, et décrivant les raids de police, dans le documentaire « Lesbiennes, gays et trans : une histoire de combats » (2019) de Benoît Masocco) ; etc. Par exemple, les agressions homophobes dont certains héros homosexuels pâtissent sont grossies à l’extrême au cinéma par beaucoup de réalisateurs homosexuels, qui n’hésitent pas s’il le faut à sombrer dans le scabreux et l’odieux pour rehausser le prestige des histoires d’« amour » qu’ils nous racontent, quitte à ce que leurs scenari soient totalement téléphonés, improbables, et invraisemblables : cf. le film « À cause d’un garçon » (2001) de Fabrice Cazeneuve (avec la méchanceté homophobe présentée comme « gratuite » et « insensée »), le film « Priscilla, folle du désert » (1995) de Stephan Elliot (avec l’agression aveugle des bourrins dans le bar), le film « Le Secret de Brokeback Mountain » (2006) d’Ang Lee (avec le meurtre sauvage et inexpliqué d’un des deux héros, à la fin de l’histoire), le film « Du même sang » (2004) d’Arnault Labaronne (avec l’agression homophobe caricaturale et d’une inhumanité sans nom), le film « Boys Don’t Cry » (1999) de Kimberly Peirce (avec les agresseurs « machisés », infligeant sans raison un viol correctif à l’héroïne lesbienne), etc.

 

« Ré-écrire l’histoire à nos étendards » chante Étienne Daho (cf. la chanson « Ré-évolué ») … On est en plein dedans ! Il est très fréquent que les personnes homosexuelles actuelles s’identifient aux victimes de la déportation nazie, comme si elles étaient elles-mêmes passées par l’épreuve des camps de concentration. Par exemple, le groupe Bronski Beat (de Jimmy Somerville) use sur ses pochettes de disque du triangle rose. L’association S.O.S. Homophobie, en France, fait de même. Le personnage transsexuel du documentaire « Chandelier » (2002) de Steven Cohen porte l’étoile jaune. Selon certains individus homosexuels zélés, il ne fait aucun doute que les personnes homosexuelles auraient constitué pendant la Seconde Guerre mondiale « la plus basse caste des camps, celle qui était la plus détestée des autres déportés. » (Jean Boisson, Le Triangle rose (1988), p. 143) ; « Si tous les déportés eurent à subir ainsi les violences organisées de certains des leurs, il est à remarquer, là encore, que cette brutalité toucha plus particulièrement les homosexuels, comme s’ils étaient destinés par nature à souffrir plus que les autres. » (idem, p. 156) ; « Ce furent évidemment les ‘triangles roses’ qui devaient subir les pressions les plus rudes. » (idem, p. 165) ; « Les SS choisirent pour eux ‘les travaux les plus répugnants et les plus fatigants’. » (cf. l’article « De Sodome à Auschwitz » de Luciano Maximo Consoli, dans la revue Arcadie, juillet-août 1974, p. 184) Mais cette certitude se trouve finalement contredite par les mêmes historiens : « L’hostilité qui entourait ces ‘criminels’ se trouvait surtout nourrie par le fait que ‘les SS les avaient confié les plus importantes fonctions du camp’, les installant ainsi dans des ‘positions prédominantes’. » (idem, p. 144)

 

À en croire les militants pro-gays, « les » homosexuels auraient subi la totalité des outrages endurés par l’Humanité depuis le début de son Histoire. « Après tout, étant le bizarre du village, l’efféminé, je suscitais une forme de fascination amusée qui me mettrait à l’abri, comme Jordan, mon voisin martiniquais, seul Noir à des kilomètres. » (Eddy Bellegueule dans le roman autobiographique En finir avec Eddy Bellegueule (2014) d’Édouard Louis, p. 33) Par exemple, à la Gay Pride parisienne de 2001, certaines femmes lesbiennes s’associent arbitrairement à toutes les victimes « liées à l’esclavagisme, aux colonisations, à l’impérialisme, aux migrations forcées » (cf. l’article « Gaiphobie » de Guillaume Huyez, dans le Dictionnaire de l’homophobie (2003) de Louis-Georges Tin, p. 192). Rien que cela… Dans le documentaire « Homos, la haine » (2014) d’Éric Guéret et Philippe Besson, diffusé sur la chaîne France 2 le 9 décembre 2014, Emmanuelle, femme lesbienne de 26 ans, compare le sort des personnes homosexuelles « maltraitées par la Manif Pour Tous » à la « Seconde Guerre mondiale, à la Shoah, à l’histoire des Noirs », et sombre dans le délire paranoïaque de persécution : « Où est-ce qu’ils vont s’arrêter ? Tout ce qu’ils veulent, c’est que je dégage. » Marcel Proust célèbre comme une « race maudite » ces invertis « rassemblés à leurs pareils par l’ostracisme qui les frappe, l’opprobre où ils sont tombés, ayant fini par prendre, par une persécution semblable à celle d’Israël, les caractères physiques et moraux d’une race, parfois beaux, souvent affreux. » (Proust, 1972, p. 16)

 

Beaucoup de personnes homosexuelles trouvent dans la victimisation un moyen pour se trouver une identité, tuer l’ennui, se donner une utilité dans une noble cause ( = la lutte contre un ennemi qu’elles rêvent invisible : l’homophobie), détourner l’attention sur leurs vrais problèmes intimes. « Je suis le pédé agressé à vie. » (Bruno Wiel, jeune homme trentenaire homosexuel connu médiatiquement pour avoir été tabassé et laissé pour mort par quatre hommes, dans le documentaire « Homos, la haine » (2014) d’Éric Guéret et Philippe Besson, diffusé sur la chaîne France 2 le 9 décembre 2014) ; « Dans son ensemble, notre société n’est ni homophobe, ni violente à l’égard des femmes. Les chiffres de la Halde sont éloquents (Bilan avril 2011). Parmi les plaintes déposées pour discriminations, voici ce que le bilan annule de 2010 recense : ‘L’origine ethnique, avec 27% des réclamations, demeure le critère de discrimination le plus souvent invoqué. Viennent ensuite l’état de santé et le handicap (19%), l’âge (6%), les activités syndicales (5%), le sexe et la grossesse (4,5%), la situation de famille et l’orientation sexuelle (2,5%), les convictions religieuses et l’apparence physique (2%) et les opinions politiques (1%).’ Aucune mention de discrimination pour sexisme n’est signalée. » (Élizabeth Montfort, Le Genre démasqué (2011), p. 80) Dans leur cas, la jérémiade devient un masque figé, grimaçant, inutile. « Il faut être mécontent ! » soutient le parano. Par principe. Même quand il y a une amélioration en vue, elle est toujours mauvais signe ! Ça veut dire qu’on essaie de le rouler, de lui faire croire qu’il peut aller mieux, qu’il n’est plus une victime, alors forcément c’est suspect, c’est scandaleux ! « Comme au Juif, comme à tant d’autres traditionnels stigmatisés, rien ne doit être considéré comme acquis aux homos. » (Jacques Fortin, Homosexualités, l’adieu aux normes (2000), p. 30)

 

Dans l’émission Infra-Rouge intitulée « Souffre-douleurs : ils se manifestent » diffusée sur la chaîne France 2 le 10 février 2015, le jeune Lucas Letellier, lycéen se disant « homosexuel », affirme qu’il a subi le harcèlement scolaire de la part de ses camarades uniquement « parce qu’il est homosexuel ».
 

Dans l’affiche de son one-man-show L’Arme de fraternité massive ! (2015), Pierre Fatus a choisi de peindre son corps et son visage en noir, avec des inscriptions xénophobes et ethniques, figurant ainsi sa schizophrénie spatiale et son désir d’incorporer toutes les injures.
 

Le virus du Sida (HIV) sert souvent de support à la victimisation homosexuelle. Selon la direction générale de la Santé, « une certaine proportion d’homosexuels sont dans une sublimation de la séropositivité ou revendiquent une séroconversion volontaire. […] La séropositivité permet d’annoncer son homosexualité, de faire en quelque sorte partie du ‘club » (Thomas Montfort, Sida, le vaccin de la vérité (1995), p. 30).

 

Disons-le franchement. Il y a une forme de fascination morbide, de contemplation de narcissique de soi, une complaisance inavouée, dans la recherche du malheur entreprise par certaines personnes homosexuelles. Pour elle, la mort, la souffrance, l’injustice, c’est glorieux en soi. « C’est vrai d’ailleurs, on peut être un mendiant handicapé et homosexuel, noir qui plus est, mais ça tout de même ce n’est pas si commun, ce serait la figure sublime… enfin, je plaisante, quoique… » (Hugues Pouyé dans le site Les Toiles roses en 2009) ; « Nous, les femmes, on a énormément d’avantages puisqu’on cumule les discriminations. » (Anne Fraikin, lors du débat « Double discrimination femme et lesbienne », au SIGL, Carrousel du Louvre, à Paris, le samedi 3 novembre 2007) Malgré les apparences, la course aux discriminations et aux diplômes de Meilleures Victimes, entreprise par beaucoup de personnes homosexuelles, a quelque chose de non seulement déplacé mais aussi d’inhumain et de révoltant. Car elle fait de l’ombre aux vraies victimes (y compris les vraies victimes homosexuelles).

 

La différence fondamentale entre les vraies victimes et les fausses est expliquée par Pascal Bruckner dans son essai La Tentation de l’innocence (1995) : « Pourquoi est-il scandaleux de simuler l’infortune quand rien ne vous affecte ? C’est qu’on usurpe alors la place des vrais déshérités. Or ceux-ci ne demandent ni dérogations ni prérogatives, simplement le droit d’être des hommes et des femmes comme les autres. Là réside toute la différence. Les pseudo-désespérés veulent se distinguer, réclament des passe-droits pour ne pas être confondus avec l’humanité ordinaire ; les autres réclament justice pour devenir simplement humains. » (p. 17)

 

Dès qu’une victime devient haineuse, elle n’est plus victime, car comme l’expliquaient des grandes âmes comme Gandhi ou Mère Teresa, la révolte du pauvre ne se justifie que lorsqu’elle est son seul moyen d’être respecté dans sa dignité d’Homme. Jamais le vrai pauvre ne singe ni ne grossit sa souffrance : « Je n’ai jamais entendu un pauvre grogner ou maudire, je n’en ai jamais vu terrassé par une dépression. » (Mère Teresa, Il n’y a pas de plus grand Amour (1997), p. 163) Dans notre monde actuel, nous apprenons malheureusement de plus en plus aux pauvres à perdre leur innocence en devenant haineux et fiers de leur statut soi-disant « éternel » de victimes.

 
 

c) Homosexualité noire :

Truman Capote

Truman Capote


 

On trouve parmi les artistes homosexuels de nombreux défenseurs de ce que Guy Hocquenghem a appelé « l’homosexualité noire », c’est-à-dire une homosexualité à la dérive, persécutée, individualiste, nocturne, anti-conformiste, incorrecte, limite homophobe (logique de la traîtrise et de l’auto-trahison oblige !) : pour ne citer qu’eux, Bernard-Marie Koltès, Olivier Py, Arthur Rimbaud, Pier Paolo Pasolini, Patrice Chéreau, William Burroughs, Marcel Jouhandeau, Julien Green, Oscar Wilde, Vasco Pratolini, Juan Goytisolo, Kenneth Anger, John Rechy, Allen Ginsberg, etc. Par exemple, les « décadents » homosexuels de la fin du XIXe siècle (Jean Lorrain, Maurice Rostand, Oscar Wilde, Marcel Proust, Pierre Loti, Missy, Arthur Rimbaud, etc.) affichaient leur nullité et leurs mœurs libertaires honteuses avec complaisance. Jean Genet, quant à lui, invitait ses frères et sœurs invertis à se rebaptiser « Filles de la Honte ». Ernst Röhm, dès 1928, écrit ses Mémoires d’un traître. À l’époque, ses Mémoires d’un coupable de haute trahison faisaient jeu égal à l’époque avec Mein Kampf dans les librairies. On retrouve cette tendance à s’approprier son insulte chez la Beat Generation, le mouvement Pop Art, le courant néo-baroque, les idéologies queer et camp actuelles, la frivolité des Gay Pride, etc. Aujourd’hui, l’appellation péjorative « pédé », « gouine », ou « queer », va dans ce sens. Dans la préface de l’essai Théorie Queer et cultures populaires de Foucault à Cronenberg (2007) de Teresa de Lauretis, Pascale Molinier parle de l’incapacité chez les personnes homosexuelles de « se définir en positif » (p. 22). Beaucoup d’entre elles ne se rendent pas aimables et montrent leurs griffes : je pense aux noms choisis par certaines associations LGBT (ex : l’association lesbienne La Barbare (1999-2007), l’association Les Panthères roses, Ni putes ni soumises, etc.)

 

« Toutes les minorités se retrouvent dans le personnage du vampires. C’est le symbole du marginal de toutes les époques. Il est toujours un contre-pouvoir. » (Tony Mark, le romancier homosexuel s’étant identifié dès l’âge de 14 ans à Dracula, lors de sa conférence « Vampirisme et Homosexualité », au Centre LGBT de Paris, le 12 mars 2012) ; « Moi, je suis fière d’être gouine. » (Fanny Corral, lesbienne, dans le documentaire « Tellement gay ! Homosexualité et Pop Culture », « Out » (2014) de Maxime Donzel) ; etc.

 

Il se dégage de la revendication de la souffrance chez les personnes homosexuelles une fierté paradoxale : à la fois elles reprochent à la Terre entière de faire d’elles une Nation de malheureux (« Nous n’avons pas le monopole de la souffrance ! » hurlent-elles), et en même temps, elles construisent elles-mêmes leur mauvaise réputation avec une insistance sans relâche : « C’est notre clandestinité qui fait de nous des parias. » (Paula Dumont, Mauvais Genre (2009), p. 100) ; « Je suis un produit de l’injure. Un fils de la honte. » (Didier Éribon, Retour à Reims (2010), p. 204) ; « Notre présence sur la planète est un virus, une énormité, un cancer. » (Gaël-Laurent Tilium, Recto/Verso (2007), p.130) ; « Quels sont les grands films homosexuels qui ont marqué les trente dernières années du XXe siècle ? Hélas ! a-t-on envie de dire, des films sombres, désespérés, échos attardés des époques de censure et de répression. Chasse au pédé dans ‘Scènes de chasse en Bavière’ de Peter Fleischmann (1968), choléra rédempteur dans ‘Mort à Venise’ de Visconti (1971), meurtre dans ‘Le Droit du plus fort’ de Fassbinder (1974), suicide dans ‘La Conséquence’ de Wolfgang Petersen (1977), exclusion sociale dans ‘Une Journée particulière’ d’Ettore Scola (1977), passion destructrice dans ‘La Loi du Désir’ de Pedro Almodóvar (1986), menace du Sida dans ‘Les Nuits fauves’ de Cyril Collard : le cinéma homo qui compte n’est-il qu’un catalogue de châtiments et d’expiations ? » (Dominique Fernandez, L’Amour qui ose dire son nom (2000), p. 307) ; « Vous avez déjà vu, vous, de l’homosexualité épanouie ? Et même si cela arrive quelquefois, on ne fait pas un film sur une situation homosexuelle heureuse. » (Patrice Chéreau par rapport à son film « L’Homme blessé » (1983), cité dans l’essai Le Rose et le Noir (1996) de Frédéric Martel) ; « Je suis alcoolique. Je suis un drogué. Je suis homosexuel. Je suis un génie. » (Truman Capote, Musique pour des caméléons, 1980) ; « On me dit que je suis Décadent. Cette appellation originale fut employée en insulte… Quoi de plus naturel que moi et de mes amis la prissions tout de suite comme un cri de guerre ? » (Paul Verlaine cité dans l’article « Poétiquement ‘correct’ » d’Alain Borer, sur le Magazine littéraire, n°321, mai 1994, p. 41) ; « J’aime le mot décadence tout en miroitant de pourpre et d’ors. » (Paul Verlaine en 1886) ; « J’éprouve une sorte de fierté à avoir été censurée. » (Laure Charpentier dans le cadre de la 3e Journée Mondiale contre l’homophobie, Mairie du 2e arrondissement, Paris, le 18 mai 2007) ; « Jean Genet avait en commun avec Violette Leduc ce goût du massacre, ce besoin de démolir. Pour des gens comme eux, il fallait que tout aille mal, c’était une stimulation. » (Jacques Guérin cité sur l’article « Genet, Violette Leduc » de Valérie Marin La Meslée, dans le Magazine littéraire, n°313, septembre 1993, p. 72) ; « La marginalité nous a rendu libres. On était quand même des marginaux. » (un des témoins homosexuels parlant de l’homosexualité vécue en France dans les années 1960-1970, dans le documentaire « Les Invisibles » (2012) de Sébastien Lifshitz) ; « Je suis dangereuse, très dangereuse. » (Linn, jeune homme brésilien travesti en femme, dans le documentaire « Bixa Travesty » (2019) de Kiko Goifman et Claudia Priscilla) ; « Le cancer, c’est moi. Il fait partie de moi. » (idem) ; etc.

 
 

d) « Je suis un traître » :

Pourquoi une telle réaction hypocrite et complaisante face au malheur ? Parce que les personnes homosexuelles sont bien souvent fascinées par le petit pouvoir de la trahison. Par exemple, dans le docu-fiction « Christine de Suède : une reine libre » (2013) de Wilfried Hauke, la biographe Marie-Louise Rodén dévoile que « les contemporains de la reine Christine la considéraient comme une traîtresse », de par sa conversion du protestantisme au catholicisme, de par son lesbianisme, de par ses dettes et fêtes coûteuses.

 

Pourtant, au départ, elles l’avaient haïe et crainte, car elle les avait fait souffrir en amour et en amitié : « Je me méfie d’une certaine nature humaine. Plus que tout je redoute la trahison. » (Mylène Farmer dans la revue Paris Match, n°2741, le 6 décembre 2001) ; « L’une des accusations les plus tenaces portées contre les homosexuels est celle de trahison. » (« L’Homosexualité à l’épreuve des représentations », Revue européenne d’Histoire sociale n° 3 (2002), p. 15) ; « L’homosexualité conduit à la trahison. » (Philippe Simonnot dans son essai Le Rose et le Brun (2015), p. 56) ; « La solidarité y est fréquente ; encore plus l’égoïsme, la jalousie, l’hostilité, la trahison. » (Roger Peyrefitte parlant du « milieu homosexuel », cité dans l’essai Histoire et anthologie de l’homosexualité (1970) de Jean-Louis Chardans, p. 253) ; « Le grand point faible de l’homosexualité, c’est sa lâcheté : surpris en flagrant délit ‘d’outrage aux mœurs dans un lieu dit public’, le pédéraste ne peut chercher aucun secours chez son partenaire de rencontre ; il est seul. Personne n’est jamais homosexuel… sauf celui qui se fait pincer. Une ignoble loi de la jungle régit notre existence et nous vivons dans la perpétuelle attente de la catastrophe. » (Jean-Luc, 27 ans, homosexuel, idem, p. 103)

 

Mais elles ont fini par la juger nécessaire pour se créer une raison d’être : « La trahison paraît la prérogative de celui qui – individu ou groupe-hybride – n’arrive pas à rentrer dans les limites d’une catégorie, d’un genre, d’une espèce, d’une patrie, d’une profession. Ce sont des êtres et les entités échappant à une définition précise qui paraissent destinés à trahir : les classes floues comme la petite bourgeoisie, les statuts ambigus comme l’intellectuel-clerc, le déraciné et le parvenu, les sexes intermédiaires comme l’homosexuel, les nationalités incertaines comme le Juif, et puis encore le sans-patrie et le cosmopolite, le serviteur et le courtisan, le bâtard, le gaucher, le roux, l’albinos… Le traître, c’est l’indéfini et le monstrueux. » (Dominique Scarfone, De la trahison (1999), pp. 20-21) ; « Au-delà de ses inconvénients, il est pourtant indispensable de réaffirmer l’actualité du concept de ‘déviance’ pour comprendre la situation des homosexuels. Car nier qu’il y ait déviance ‘objective’ par rapport à la norme sociale qu’est l’hétérosexualité revient à nier l’existence de cette norme, c’est-à-dire, en dernière analyse, à masquer la domination subie par les gays et les lesbiennes. On voit bien le danger de la dénégation dans sa convergence paradoxale avec le discours de la nouvelle homophobie selon lequel les homosexuels auraient eu tout ce qu’ils voulaient, et ne seraient plus qu’un groupe culturel neutre et une ‘communauté de choix’. Au contraire, un concept enrichi de déviance permettrait, malgré ses limites, de comprendre comment les pratiques et l’univers symbolique de la communauté gay et lesbienne existent à la fois pour eux-mêmes et comme réponse à une situation concrète d’oppression. » (cf. l’article « Déviance » de Sébastien Chauvin, dans le Dictionnaire des cultures gays et lesbiennes (2003) de Didier Éribon, p. 152) ; « Je ressentis la nécessité, dans le contexte d’un mouvement politique et de l’effervescence théorique qui l’accompagnait, de ‘plonger’ dans ma mémoire et d’écrire pour ‘venger ma race’. Mais ce fut une autre ‘race’ que je m’attachai à venger et donc une autre mémoire que j’entrepris d’explorer. » (Didier Éribon, Retour à Reims (2010), p. 242)

 

Bien souvent, dans leur esprit, le mot « traître » remplace celui « homosexuel » : « Je voulais surtout qu’il sache que malgré tout ce qu’on disait sur moi à Hay Salam, ‘la petite fille’, ‘la poupée’, malgré tous les surnoms de trahison j’étais encore vierge. Vierge vierge. Vierge des fesses. » (Abdellah Taïa parlant de son cousin Chouaïb, dans son autobiographie Une Mélancolie arabe (2008), pp. 20-21) ; « Et si je sers si fort la main de ma mère, c’est pour que mon père ne s’aperçoive pas de ma nature de traître. Qu’il ne devine pas combien je trouve exaltant de se jeter d’un sixième étage, combien je jalouse mes cousins de la ville avec leurs parents alcooliques et tarés, combien je sais que la vraie vie est là-bas, avec les drames, les cris, les pleurs, la foule, plutôt que chez nous aux Espaces Verts. » (Christophe Honoré, Le Livre pour enfants (2005), p. 41)

 

La trahison constitue visiblement un fantasme esthétique et amoureux fort chez les personnes homosexuelles : « Stilitano pouvait trahir son pays et moi-même le mien par amour pour Stilitano. » (Jean Genet, Journal du Voleur (1949), p. 56) ; « Je suis noir, je suis un traître, je suis différent. » (Néstor Perlongher, « 69 Preguntas A Néstor Perlongher » (1989), p. 21) ; « Je pense que l’homo est un traître en puissance. Mais il faut bien comprendre ce que ça veut dire. Le traître, c’est l’aspect noir de la chose. Mais l’aspect blanc, doré, c’est que l’homosexuel essaie d’être une réalité profonde, très profonde. Il essaie de trouver une profondeur que n’ont pas les hétérosexuels. » (Jean-Paul Sartre cité dans l’essai Les Oubliés de la mémoire (2002) de Jean Le Bitoux, p. 181)

 

Dans son autobiographie Une Mélancolie arabe (2008), Abdellah Taïa, lassé d’être délaissé par son copain Slimane, décide d’« aller voir ailleurs ». Il présente l’infidélité comme une communication désespérée, la trahison comme une magnifique entorse à son habituel sens de la fidélité… une preuve d’amour, en somme ! « Je suis allé marcher ailleurs. Tu m’y as poussé. Il fallait arrêter. Trahir. » (p. 121)

 

Dans le documentaire « Out : Naissance d’une Révolutionnaire » (2000) de Rhonda Collins et de Sonja de Vries, la figure du traître est sacralisée en la personne de la femme lesbienne Laura Whitehorn (qui tenta de faire exploser une bombe dans le Capitole aux États-Unis). L’argument basique « La fin justifie les moyens » transforme ici une folie meurtrière en acte de bravoure exceptionnel.

 

Lors de la conférence « Différences et Médisances » autour de la sortie de son roman L’Hystéricon à la Mairie du IIIe arrondissement, le 18 novembre 2010, l’écrivain Christophe Bigot, en parlant de sa propre vie, s’est identifié très tôt (avant de le dés-idéaliser) au procureur Camille Desmoulins : « J’ai voué un culte à Camille Desmoulins pendant toute mon adolescence. […] C’est un homme violent qui désigne, à la vindicte populaire, les contre-révolutionnaires. » C’est la figure du traître impopulaire par excellence.

 

Paradoxe idolâtre du désir homosexuel ! La majorité des personnes homosexuelles, en idéalisant la trahison, laissent entendre qu’elles se retourneront aussi contre elles-mêmes. Eh oui ! La plus belle trahison à laquelle elles appellent, c’est finalement l’homophobie ! « Un écrivain n’est pas là pour donner une image positive de la communauté [homosexuelle]. » (Érik Rémès cité dans l’article « Érik Rémès, écrivain » de Julien Grunberg, sur le site www.e-llico.com consulté en juin 2005)

 
 

e) « Je suis fier d’être un psychopathe » :

Film "Gazoline" de Monica Stambrini

Film « Gazoline » de Monica Stambrini


 

Pour pousser la logique de la « beauté dans l’auto-destruction » jusqu’au bout, certaines personnes homosexuelles vont jusqu’à cultiver, en apparence et parfois en actes, leur image de bad boys et de bad girls, d’individus infréquentables et dangereux. « Nous sommes les femmes contre lesquelles vos parents vous ont mises en garde. » (une phrase inscrite sur certaines pancartes de meetings féministes à propos des femmes lesbiennes radicales, citée dans l’essai Mother Camp (1972) d’Esther Newton, 1972) ; « Personne n’est moins agressif que moi. » (Paula Dumont, Mauvais Genre (2009), p. 114) ; « J’ai mauvais genre. Bien qu’étant une femme, j’ai les cheveux courts comme les messieurs qui ne veulent pas se faire remarquer. En outre, je m’obstine à m’habiller de telle manière qu’on me prend souvent pour un homme. » (idem, p. 7) ; « Je suis fermement décidée à emmerder le monde jusqu’à mon dernier souffle. » (idem, p. 12) ; « Les gentils citoyens en ont marre de voir des pervers comme nous bénéficier des mêmes droits qu’eux. » (le réalisateur homo Peter Gehardt en parlant au nom des personnes homosexuelles, dans son documentaire « Homo et alors ?!? », 2015) Par exemple, les rôles de méchants crapuleux dans les films semblent tenir à cœur à certains acteurs homosexuels : Ian McKellen, Anthony Perkins, etc. Pensons aux interprétations de gangster donnée à Paul Bernard (cf. le film « Voyage sans espoir » (1943) de Christian Jaque, le film « Le Bossu » (1944) de Jean Delannoy, le film « Roger La Honte » (1946) d’André Cayatte, le film « Un Ami viendra ce soir » (1946) de Raymond Bernard, le film « Panique » (1947) de Julien Duvivier, le film « Les Maudits » (1947) de René Clément).

 

Parfois, dans les faits, certains sujets homosexuels ont commis concrètement des actes criminels. « L’homosexualité ne conduit pas seulement à la pédophilie. Mais aussi au meurtre, à la dépression et à la toxicomanie. Les statistiques le prouvent. » (Petras Gražulis, président du groupe politique lituanien d’extrême droite Ordre et Justice, dans le documentaire « Homo et alors ?!? » (2015) de Peter Gehardt) Par exemple Arthur Rimbaud a tenté d’assassiner le photographe Carjat. Valery Solanas, une femme lesbienne, tira un coup de feu sur Andy Warhol en 1968 dans sa Factory. Fritz Haarman (1879-1925), le « criminel d’Hanovre », a réellement existé. On peut penser aussi à Jeffrey Dahmer, à Violette Morriss (qui a tué un homme en 1936 avec une arme à feu, sur sa péniche), à Aileen Wuornos (une des plus célèbres femmes lesbiennes serial killer), à Andrew Cunanan, à Luka Magnotta, à Floyd Corkins (le tireur fou de 28 ans, bénévole homosexuel au centre LGBT de Washington, qui a ouvert le feu le 16 août 2012 au siège d’une organisation chrétienne conservatrice de Washington), etc.

 

 

« Dans les sphères dites ‘intellectuelles’, on découvre grâce à des statistiques récentes dressées par la P.J. près de trente pour cent d’homosexuels, dont quelque vingt pour cent ont eu, une fois au moins dans leur vie, maille à partir avec la police des mœurs. » (Jean-Louis Chardans, Histoire et anthologie de l’homosexualité (1970), p. 20)

 

Je vous renvoie également au documentaire « Licensed To Kill » (1997) d’Arthur Dong, au documentaire « Moi, Luka Magnotta » (2012) de Karl Zéro et Daisy d’Errata (racontant le parcours de Luka Magnotta, le célèbre escort boy, strip-teaseur, acteur porno occasionnel et mannequin raté, qui fut le premier web killer de notre époque), au documentaire « Les Invisibles » (2012) de Sébastien Lifshitz (avec les femmes lesbiennes pratiquant des avortements clandestins avec fierté : « C’était une période fabuleuse. »), etc. Je m’étends davantage sur la question des psychopathes homosexuels dans les codes « Folie », « Milieu psychiatrique », « Violeur homosexuel », « Voleurs », « Homosexuel homophobe », « Homosexuels psychorigides », et « Couple criminel » de mon Dictionnaire des Codes homosexuels.

 
 

f) « Je suis un esclave tatoué » :

Film "Hustler White" de Bruce LaBruce

Film « Hustler White » de Bruce LaBruce


 

Dans la réalité, homosexualité et tatouage se tiennent souvent par la main (même si cette tendance s’inclut dans un processus global : rien qu’en France, en 2014, certaines statistiques avancent que 1 Français sur 10 porterait un tatouage). Je vous renvoie au duo (lesbien ?) russe T.a.t.u., au documentaire « Cœurs percés » (2004) d’Andrea Schuler et Oliver Ruts, au documentaire « Mr Angel » (2013) de Dan Hun, au documentaire « Unfinished : Exploring The Transgender Self » (2013) de Siufung (avec le tatouage de deux têtes de mort à la place des seins que s’est choisi une femme transsexuelle F to M), au docu-fiction « Le Deuxième Commencement » (2012) d’André Schneider (avec André, l’homme homo couvert de tatouages), aux photographies de Daïjna Roos, au corps peint de Bill T. Jones, au one-man-show L’Homme tatoué (2007) de Pascal Tourain (qui se déshabille peu à peu sur scène pour montrer son corps tatoué – strip-tease qu’il présente comme un coming out), à l’importance des tatouages dans les mangas japonais (Cobra par exemple), au docu-fiction « New York City Inferno » (1978) de Jacques Scandelari (avec la longue séance chez le tatoueur), au documentaire « Les Garçons de la piscine » (2009) de Louis Dupont (avec Fabrice portant d’énormes tatouages), au documentaire « Bixa Travesty » (2019) de Kiko Goifman et Claudia Priscilla, etc. On peut penser également à la passion du tatouage de certaines personnes homosexuelles : Severo Sarduy, Francis Bacon, Félix Sierra, Bruce LaBruce, Juan Soto, Buck Angel (femme transsexuelle F to M qui a fait plusieurs tentatives de suicide et qui a goûté à la drogue), etc. En 1983, Michel Journiac, homosexuel, s’est tatoué un triangle au fer rouge (« Marquage du corps au présent, rituel de corps exclu. »). On ne s’étonnera pas non plus de voir les tatoueurs élire domicile au cœur des quartiers « homosexuels » des grandes capitales gays mondiales (le Marais à Paris, Castro à San Francisco, etc.).

 

"Marquage du corps au présent" de Michel Journiac

« Marquage du corps au présent » de Michel Journiac


 

Dans le documentaire « Ken Burns » (2011) d’Adrienne Alcover, le tatouage est présenté comme un symbole de sur-virilité. Il donne l’illusion de toute-puissance (« Je suis un vrai mec, un tatoué : attention ! »), voire de changement de sexe : « J’ai commencé un tatouage pour me masculiniser. » (la femme trans F to M interviewée dans le documentaire « Le Genre qui doute » (2011) de Julie Carlier) Dans le documentaire « Ni d’Ève ni d’Adam : une histoire intersexe » de Floriane Devigne diffusé dans l’émission Infrarouge sur la chaîne France 2 le 16 octobre 2018, Déborah, Audrey et « M », trois personnes intersexes, s’offrent une séance tatouage pour fêter leur amitié et leur intersexuation.

 

Documentaire "Unfinished : Exploring The Transgender Self" de Siufung

Documentaire « Unfinished : Exploring The Transgender Self » de Siufung


 

Mais en dehors des considérations purement esthétiques, sentimentales, artistiques, militantes, en dehors des bonnes intentions en clair, ce sont les actes qui doivent retenir notre attention à propos du lien entre tatouage et homosexualité, car ils sont objectivement violents et irrespectueux des personnes. Beaucoup de personnes homosexuelles se mettent à revendiquer identitairement ce qui jadis fut une violence et une honte qu’elles ont subies (cf. je vous renvoie au code « Poids des mots et des regards » dans mon Dictionnaire des Codes homosexuels) : « Dans le couloir ils m’ont demandé qui j’étais, si c’était bien moi ‘Bellegueule’, celui dont tout le monde parlait. Ils m’ont osé cette question que je me suis répétée ensuite, inlassablement, des mois, des années, ‘C’est toi le pédé ?’ En la prononçant ils l’avaient inscrite en moi pour toujours tel un stigmate, ces marques que les Grecs gravaient au fer rouge ou au couteau sur le corps des individus déviants, dangereux pour la communauté. L’impossibilité de m’en défaire. » (Eddy Bellegueule dans son roman autobiographique En finir avec Eddy Bellegueule (2014) d’Édouard Louis, pp. 15-16) ; « Mon ancien camarade de classe me met sous les yeux deux photos de Janson, cinquième et quatrième, toute la classe. […] Moi, mince, l’air silencieux, innocent d’une innocence évidente. Cela m’a ému, car depuis… Et tout à coup, le visage de Durieu que j’avais oublié et qui m’a arraché un cri : un visage d’ange résolu. Silencieux aussi celui-là, on ne le voyait pas, il disparaissait, je ne pouvais pas m’empêcher de ressentir sa beauté comme une brûlure, une brûlure incompréhensible. […] Ce fut mon tout premier amour, le plus brûlant peut-être, celui qui me ravagea le cœur pour la première fois, et hier je l’ai ressenti de nouveau devant cette image, j’ai eu de nouveau treize ans, en proie à l’atroce amour dont je ne pouvais rien savoir de ce qu’il voulait dire. » (Julien Green, L’Arc-en-ciel, Journal 1981-1984, avril 1981, pp. 23-24) ; etc.

 

Dans l’Histoire humaine, le tatouage a été systématiquement un signe d’esclavage, de soumission et de dépersonnalisation. Il est de retour comme pratique (librement ?) choisie dans le « milieu homosexuel », et ce n’est pas un hasard. Il dit un désir de se soumettre à soi-même et aux autres, de vivre dans la superficialité et le « devenir-objet », de détruire son propre corps pour avoir une maigre prise sur la violence sociale dont on pâtit (cette prise pourrait s’appeler « imitation » ou « esclavage »). Selon Hegel, le tatouage est l’indice que l’homme ne veut pas rester tel qu’il est.

 

« À peine fut-il sur moi, que je versais des larmes de désolation. L’instant de sodomie, rigoureusement chargé, vit tout mon être disparaître dans les profondeurs du mal pour ne devenir qu’une empreinte. Les filles pensais-je alors, subissent-elles le même sort ? J’avais terriblement mal et je hurlais que jamais plus je ne résisterais, mais qu’il fallait que cela cesse. Torture terrifiante qui m’incendiait de partout, son sexe sans pitié qui me ravageait par des tamponnements secs et violents. […] Tatoué comme une bête à l’abattoir, je revêtais désormais une beauté étrange et maladive dans le grand silence de mon secret […]. Cet effet de souffre sur la peau »  (Berthrand Nguyen Matoko racontant sa nuit brûlante d’« amour » homo, dans son autobiographie Le Flamant noir (2004), pp. 68-71)

 

Beaucoup de personnes homosexuelles, dans la sacralisation des corps-objets, cherchent en réalité à détruire les corps réels, habités par une âme. Elles parlent d’ailleurs parfois de la nécessité de « s’affranchir de l’esclavage corporel » (cf. l’article « Procréation médicalement assistée » de Marcela Iacub, dans le Dictionnaire des cultures gays et lesbiennes (2003) de Didier Éribon, p. 380), de « posséder son corps ». Mais cette possession/dépossession ne s’exerce pas sans violence. Elles en arrivent parfois à agresser leur propre corps, à l’image ou réellement (scarifications, tatouages, piercing, régimes alimentaires drastiques, chirurgie esthétique, procréation médicalement assistée, bodybuilding, ablation du sexe, etc.) et célèbrent l’extérieur en le réifiant. Pour détruire le mythe médiatique du corps parfait auquel elles croient encore (parce qu’en désir, elles prétendent l’incarner !), un certain nombre de personnes homosexuelles pensent prendre leur revanche en se vengeant sur leur propre physique, soit par la science, soit par l’art (cf. le Body Art dans les années 1970). Elles dessinent les corps de leur désir sexuel : des chairs fragmentées, sanguinolentes, brûlées, tatouées, écartelées, diffusées comme un média (cf. l’article « Arts plastiques » d’Élisabeth Lebovici, op. cit., p. 46), éclatées, mythiques. Plus qu’un traitement du corps, il s’agit d’un travail sur la corporalité, sur l’idée de corps, car elles vident le corps concret de son aspect symbolique, de son âme. Beaucoup d’entre elles cherchent à éprouver leur corps parce qu’elles ne le/se sentent plus : c’est pourquoi elles empruntent souvent les chemins de la pornographie, de l’hyperréalisme camp, des drogues, et du sadomasochisme. La place des synesthésies dans leurs écrits est d’autant plus intéressante qu’elle montre implicitement que le contact qu’elles établissent avec le monde extérieur est souvent dévitalisé, se fait à travers la vitre du miroir jamesbondien.

 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.