Chandelier

SIGNIFICATION SOCIALE, MONDIALE ET ESCHATOLOGIQUE DU CODE

 

Je soupçonne le Colonel Moutarde dans le petit salon avec le chandelier !
 

 

Le chandelier (mot qui est presque l’anagramme parfait du verbe « déchaîner », à une lettre près…) est un accessoire très courant dans les loges – et dans les rituels – maçonniques. Et comme la Franc-Maçonnerie est incapable d’inventer des choses nouvelles et ne fait que plagier le judéo-catholicisme, on retrouve évidemment le chandelier d’abord et avant tout dans la Tradition juive (la Ménorah, le chandelier à 7 branches ornant le Temple de Jérusalem, est d’ailleurs l’un des symboles principaux du judaïsme) : symboliquement, le Peuple d’Israël, élu par Dieu, est le chandelier humain qui porte la Flamme ; et pour les catholiques, le chandelier est le Peuple de Dieu qui porte la Lumière de la Trinité.
 

Ici, tout est dans le double sens du verbe « porter » : soit on le comprend comme « le port » au sens de réceptacle, d’écrin humain, de flamme héritée d’une source de lumière qui n’est pas soi et que l’on sert en l’accueillant humblement, soit on comprend le port au sens d’« apporter », au sens de lumière qu’on a volée à Dieu et qu’on veut absolument livrer aux autres qui « seraient dans les ténèbres », bref, au sens luciférien (« Lux-fere », en latin, signifie « celui qui porte la Lumière »). Soit on SUPPORTE la Lumière (on porte ce dont on est héritier : le chandelier a alors quelque chose de la Croix du Christ), soit on APPORTE/colporte la Lumière (dont on se croit détenteur et générateur). Ce n’est pas pareil !
 

Marc Henry, grand maître de la Grande Loge de France : « Il faut savoir expliquer qui nous sommes. » À vos ordres, maître !


 

Justement, puisqu’on parle de Lucifer, le chandelier mal utilisé et instrumentalisé à des fins destructrices et blasphématoires sert à des cérémonies rituelles à caractère sataniste. C’est une manière de détourner – tout en les singeant – les symboles sacrés. Tout comme les messes noires « nécessitent » des enfants, des vierges ou des hosties consacrées, pour satisfaire les souhaits de souillure des profanateurs. C’est pourquoi il est possible de retrouver des chandeliers lors des cérémonies maçonniques ou des messes noires (avec des cierges parfois noirs ou rouges). Dans le rite maçonnique classique, le chandelier à trois branches décore généralement le plateau du Vénérable Maître. Il est l’emblème de la triple Puissance du Grand Architecte de l’Univers. Il est utilisé pour l’introduction d’un Grand Officier Dignitaire dans la Loge. Un Frère – désigné parfois comme « porteur d’étoile » – marche devant lui en portant un flambeau, symbole de la Lumière initiatique.
 
 

DANS LA SÉRIE JOSÉPHINE ANGE GARDIEN

 

Épisode 94 – « L’Esprit d’Halloween »


 

On observe peu de chandeliers dans la série Joséphine ange gardien. Il faut le reconnaître. Ceci dit, il apparaît dans quelques épisodes (comme par hasard les plus paranormaux, ceux qui parlent de fantômes, de démons et de spectres !) : c.f. l’épisode 31 « Noble Cause », l’épisode 54 « La Chasse aux fantômes », l’épisode 94 « L’esprit d’Halloween », l’épisode 73 « Légendes d’Armor ». Par exemple, dans l’épisode 92 « L’Incroyable Destin de Rose Clifton », on retrouve les deux chandeliers et Joséphine chausse les gants blancs !
 
 

DANS D’AUTRES OEUVRES DE FICTION

 

« I’m gonna swing from the chandelier, from the chandeliiier… »
 

 

Vous avez tous entendu un jour – à moins de vivre dans une caverne – le « tube » planétaire « Chandelier » de la chanteuse Sia, avec son clip ultra bizarre et surréaliste en mode « danse contemporaine avec perruque blanche au carré » semblable à une possession démoniaque folle (mais chut, faut pas le dire, parce que « c’est de l’art », « ça mime l’absurdité de ce Monde kafkaïen » et « c’est hyper engagé, vitaminé et subversif ») ? Cette chanson, qui raconte l’histoire d’une nana alcoolisée qui se saoule dans une soirée pour oublier qu’elle y vit un enfer lumineux éveillé, a été – non sans raison – le titre le plus repris à l’international dans l’émission de télé-crochet The Voice. Pourquoi ?
 

1) Pour une raison bassement technique d’une part : Ce standard musical permet aux « talents » de montrer leur tessiture (ou « capacité » ou « spectre » ou « amplitude ») vocale, vu qu’il part dans les aigus.
 

2) Pour une raison dynamique : La chanson « Chandelier » est rattaché à la danse contemporaine qui l’illustre et la démarque des simples clips trop standardisés. Ça lui donne une charge dynamique forte, un mouvement qui embarque tout le monde en puissance.
 

3) Pour une raison symbolique : Elle fait écho à une esthétique très codifiée (bien que marginale) et marquée par une asexuation (ou bisexualité) angélique et par une contemplation passive, « abasourdie », silencieusement dénonciatrice et narcissico-désabusée d’un Monde post-apocalyptique qui court à sa perte. Je pense par exemple au documentaire sans paroles intitulé justement « Chandelier : to bring to light » (2001) du performer queer Steven Cohen, dans lequel il se met lui-même en scène en homme chauve, nu, en talons aiguilles et semelles compensées, vêtu uniquement d’un lustre lumineux, parcourant des bidonvilles, des espaces urbains en ruines où règne la misère humaine. Comme une sorte de miroir brisé qu’il retourne froidement vers ses spectateurs médusés en leur demandant « Pourquoi vous avez fait cette horreur-là ? Pourquoi avez-vous enfanté ce monstre lumineux que vous voyez en moi ? ».
 

 

4) Pour une raison enfin inconsciente et eschatologique : La chanson de Sia mime ce qui pourrait s’apparenter à la damnation (c.f. je pense aux clips « Oui mais non » de Mylène Farmer, « Pretty Hurts » de Beyoncé, « Kings and Queens » d’Ava Max, où les chandeliers et les lustres mêlent la fête à la débauche/bestialité/décadence civilisationnelle, mondiale et morale ; je pense également à la chanteuse Lady Gaga qui s’est habillée avec un chandelier.)
 

C’est étonnant de croiser le chandelier dans d’autres émissions ou fictions populaires : le jeu de société Cluedo (l’arme la plus insolite de la liste !… avec la clef anglaise), le dessin animé Scooby-Doo : Mystères associés (lors du concert de rock sataniste de Rude Boy, ou bien dans la loge égypto-maçonnique de Darrow), le film d’animation « La Belle et la Bête » (1991) de Walt Disney (avec le sémillant candélabre nommé « Lumière »), l’émission de télé-réalité District Z » du 8 janvier 2021 sur TF1 (Lors de la première épreuve, ce qui a fait perdre les candidats, c’est précisément le doublon opéré sur le chandelier à 3 branches).
 

Scooby-Doo : Mystères associés


 
 

LE CATHO-CON (progressiste ou conservateur) FAIT PAREIL…

 

 

Pour la forme extraordinaire de la messe traditionaliste, le Cardinal Sarah, préfet de la Congrégation pour le culte divin, aime bien célébrer avec ses beaux ornements et ses chandeliers liturgiques massifs (pas les vulgaires chandeliers Grand Siècle ou des Salons de Précieuses du clip « Libertine » de Mylène Farmer). Et par ailleurs, si vous êtes amenés à passer dans mon quartier à Paris (5e arrondissement), et à rentrer dans l’église saint Nicolas du Chardonnet investie par les « catholiques » intégristes de la Fraternité Saint Pie X, vous serez étonnés de voir que, contrairement aux églises catholiques classiques (qui, surtout à Paris, ne brillent pas toujours par leur sobriété), on y trouve des lustres, des dorures clinquantes et des chandeliers comme nulle part ailleurs (… que dans la Galerie des Glaces du Château de Versailles). Preuve qu’il y a une attirance inconsciente des cathos tradis pour les chandeliers. Le Pape François, lui, préfère les cierges et la simplicité des bougeoirs.
 

Par ailleurs, il y a eu plusieurs étonnantes polémiques qui ont conforté certains sédévacantistes (ceux qui considèrent que le Pape n’est pas légitime, est un Antéchrist, et qui demande sa destitution) dans leur diabolisation des Papes : par exemple, en 2017, celle de la messe du centenaire des apparitions de Fatima présidée par le Pape François, avec des cierges noirs.
 
 

Retour à la liste des codes apocalyptiques.