Code n°89 – Homosexualité, vérité télévisuelle ? (sous-codes : Miroir d’homosexualité / Porno)

Homosexualité télévisuelle[title size= »1 to 6″]Homosexualité, vérité télévisuelle ?[/title]

 

 

[title size= »1 to 6″]NOTICE EXPLICATIVE :[/title]

 

Un désir homosexuel sérieux mais quand même essentiellement superficiel

 

TÉLÉVISUELLE Morandini

Sébastien et Milan dans l’émission de télé-réalité Qui veut épouser mon fils? de Jean-Marc Morandini (j’adore la réaction amusée des spectateurs du public derrière…)


 

L’homosexualité est-elle aussi indiscutable et « naturelle » que nos médias et les personnes gays friendly veulent bien le faire croire ? Aux vues des vecteurs de découverte ou d’expression ou de pratique du désir homosexuel – des vecteurs liés intimement au monde des objets et des images médiatiques -, non. Ce sont surtout les écrans de télé qui apprennent aux personnes homosexuelles leur homosexualité et qui à présent les forcent à l’outing, tout ça avec les meilleures intentions du monde. Ces écrans ne sont pas que supports ou outils d’un désir qui aurait déjà existé avant eux. Ce sont les hommes-objets, bien avant d’être des êtres de chair et de sang, qui ont été les messagers de l’homosexualité… ce qui suffit à discréditer en partie la croyance en la « vérité » ou la « nature » homosexuelle. Non pas que le désir homosexuel n’utilise pas les corps ou la Nature pour se former, se faire sentir et s’exprimer. Mais c’est dans un second temps. Avant l’action ou le désir, il y a eu la croyance aux images, à une rumeur, à des sentiments brodés par le cinéma. Il y a eu une idolâtrie et une sentimentalisation érotisante des images et des objets.

 

Le désir homosexuel, parfois profond, n’en est pas pour autant fondamental, car il surgit surtout de nos écrans télévisuels, Internet, cinématographiques, bien avant d’émaner d’une Incarnation réelle, positive, et bien avant de se lire/s’évaluer à travers le contact des corps.

 

Dès que le paraître prédomine sur l’être, nous pouvons être sûrs que le désir homosexuel n’est pas loin ! Les premières personnes homosexuelles connues ont souvent été médiatiques avant d’exister dans notre quotidien, et les premières personnes sur qui les sujets homosexuels ont flashé sont d’abord des acteurs ou des hommes-objets publics, comme si tout concourait à nous illustrer que l’homosexuel est un être majoritairement mythique, et que les personnes réelles qui cherchent à s’y identifier ont déjà commencé à quitter le Réel, sont en processus de réification.

 

Sacha, "le gay" tout désigné de l'émission Secret Story 8 (2014) sur TF1

Sacha, « le gay » tout désigné de l’émission Secret Story 8 (2014) sur TF1


 

Est-il pourtant si juste de dire que l’orientation homosexuelle est une mode due à la télé, sachant que des personnes homosexuelles ont existé avant la naissance du petit écran et du cinéma ? Bien sûr que non. Si la télé a assurément accéléré les choses et donné au désir homosexuel davantage de matière et de puissance, les interférences entre le monde fictionnel et la sexualité des individus réels restent à ranger du côté de la coïncidence et non de la causalité. On n’a peu de réponses sur l’origine précise de l’homosexualité. Mais la coïncidence de la modernité ultra-médiatisée est forte et à reconnaître ! Plus un peuple se réfugie dans le virtuel, la consommation et le matérialisme (et d’aucun savent que les objets sont asexués et utilisables quand même dans la luxure), plus il se dirige vers l’homosexualité.

 

Beaucoup de personnes homosexuelles ont cru apprendre leur désir homosexuel à travers la télé, une image de magazine, un témoignage médiatique qui a agi comme un déclencheur (de ce qui existait déjà ? Pas sûr…). Nous allons mener l’enquête et écouter les individus directement concernés.

 
 

N.B. : Je vous renvoie aux codes « Miroir », « Don Juan », « Télévore et Cinévore », « Amant modèle photographique », « Amant narcissique », « Tomber amoureux du leader de la classe ou d’un personnage de fiction », « Patrons de l’audiovisuel », « Moitié », « Pygmalion », « Poids des mots et des regards », « Poupées », « Bovarysme », Peinture », « Couple homosexuel enfermé dans un cinéma », « Chevauche de la fiction sur la Réalité », « Substitut d’identité », « Musique comme instrument de torture », « Fan de feuilletons », et « Promotion ‘canapédé’ », dans mon Dictionnaire des Codes homosexuels.

 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.

 

 

 [title size= »1 to 6″]FICTION[/title]

 

[title size= »1 to 6″]a) Chère télé, tu m’as fait homo ! :[/title]

Tableau Outside The Box de Chuck Gumpert

Tableau Outside The Box de Chuck Gumpert


 

Dans les fictions homo-érotiques, les stimuli du désir homosexuel que ressent le héros homosexuel sont presque toujours les images violentes ou déréalisées de la télévision, du cinéma, de la radio et des magazines qu’il a regardées ou entendues : « La Vérité dorénavant sort de la bouche de nos écrans. » (cf. la chanson « Déconnecter » du groupe L5) ; « On a fait une expo, vu deux films, et on a fini par coucher ensemble. » (Matthieu en parlant de son amant Jody, avec qui il trompe son copain actuel Jonathan, dans la pièce À partir d’un SMS (2013) de Silas Van H.) ; « J’ai été au cinéma, et d’un seul coup, je me suis dit que j’étais gay. » (Damien, le héros homo de la pièce Confidences entre frères (2008) de Kevin Champenois) ; « C’était toujours avec autant de vivacité que les images torrides de notre rencontre initiale me poursuivaient, aussi bien dans mes rêves, que pendant la journée, lorsque mon corps croisait […] le corps presque nu d’un mannequin plaqué sur une affiche de sous-vêtements, ou d’une eau de toilette. » (Éric, le héros homosexuel du roman L’Amant de mon père (2000) d’Albert Russo, p. 145) ; « Ben affirme avoir été attiré par les hommes plus âgés depuis qu’il a commencé à se branler devant des magazines – il avait douze ans et vivait à Colorado Springs. Il se rappelle qu’il rentrait de l’école à fond de train pour chercher dans le dernier Sports Ilustrated de son père une photo de Jim Palmer en caleçon, vision qui le mettait en transe. » (Michael, le héros homosexuel du roman Michael Tolliver est vivant (2007) d’Armistead Maupin, pp. 22-23) ; « Il est loin le temps des câlins contre sa joue comme dans les pages de la Redoute ! » (le gode vibreur parlant, dans le one-man-show Raphaël Beaumont vous invite à ses funérailles (2011) de Raphaël Beaumont) ; « Au moment où elle [Sheela] grimpait dans son car, elle se retourna pour me lancer un grand sourire. On aurait cru un mannequin dans une pub de shampoing. Les femmes s’éloignaient dans le lointain puis virevoltaient pour montrer leur visage au public. J’avais l’impression qu’il y avait du glamour dans ma vie. » (Anamika, l’héroïne lesbienne du roman Babyji (2005) d’Abha Dawesar, pp. 166-167) ; « C’est comme ça que j’ai fini avec un tatouage de Jean-Pierre Pernaud sur la jambe. » (Arnaud, le héros homo, dans la pièce La Thérapie pour tous (2015) de Benjamin Waltz et Arnaud Nucit) ; « Moi, c’est par un coup de fil que tout à commencer. » (Rémi racontant sa rencontre amoureuse avec Damien, dans la pièce Soixante degrés (2016) de Jean Franco et Jérôme Paza) ; etc.

 

« Faire télévisuel », cela revient à « faire homosexuel ». Par exemple, dans le film « RTT » (2008) de Frédéric Berthe, le duo de policiers qui doit suivre les héros en filature avec une couverture discrète – choisit d’imiter les deux héros de la série Deux flics à Miami, mais dans leur version gay : « C’est fini, les couvertures ringardes : vous êtes un couple gay à Miami. » leur ordonne le chef de mission. Dans son concert Free : The One Woman Funky Show (2014), Shirley Souagnon rit de détenir en sa personne tous les critères qui font d’elle le prototype parfait de l’OVNI télévisuel qui va susciter l’intérêt médiatique : « Femme, homosexuelle et noire : ces trois personnes, c’est moi ! » Dans la pièce La Famille est dans le pré (2014) de Franck Le Hen, Tom, le héros homosexuel, fait son « coming out » devant les caméras de télé venues le fimer chez lui à la campagne. Cindy, le prototype de la potiche hétérosexuelle servant de couverture médiatique à Tom, a joué pour les bienfaits de l’émission de télé-réalité voyeuriste Secret Story le rôle d’une lesbienne portant le secret suivant : « Je suis sortie avec une ancienne lesbienne bodybuildée et j’ai quatre orteils. » D’ailleurs, toute la pièce est bourrée de références publicitaires ou télévisuelles : à un moment, les personnages participent à un grand jeu de télé-réalité (Stars chez eux) où le principe, pour gagner de l’argent, c’est de sortir un maximum de noms de marques. À la fin, Louis, l’un des héros homo, dit à son futur amant Tom que s’il avait osé être un modèle télévisuel gay assumé, lui aurait eu plus de facilité à s’assumer homo quand il était ado. Dans le film « Stand » (2015) de Jonathan Taïeb, Anton, le héros homosexuel, dit à la vieille Olga que les couples gays sont les stars taillées pour faire partie des jeux télévisés débiles. Le film « 120 battements par minute » (2017) de Robin Campillo, les militants filment leur vie. Et même leur mort, ils l’exploitent pour écrire des communiqués de presse « engagés ».

 

La télévision est souvent choisie par le héros homosexuel comme support d’identification homosexuelle. Par exemple, dans le film « Charlotte dite ‘Charlie’ » (2003) de Caroline Huppert, Charlie part feuilleter le roman Carol de Patricia Highsmith à la librairie, écoute Macha Béranger à la radio, mate une scène érotique entre deux femmes à la télévision. Dans le film « Ce n’est pas un film de cowboys » (2012) de Benjamin Parent, Vincent se dit troublé et fasciné dans sa propre sexualité à cause du film « Le Secret de Brokeback Mountain » qu’il a vu la veille à la télé. Dans la pièce À quoi ça rime ? (2013) de Sébastien Ceglia, Bertrand, le héros homosexuel, déclare sa flamme à Didier – à l’insu de de dernier, bien évidemment – dans l’émission Y’a que la Vérité qui est vraie (parodie du talk-show de TF1 Y’a que la vérité qui compte) pour nourrir son fantasme non-réciproque d’amour homo. Dans le film « Xenia » (2014) de Panos H. Koutras, Dany, le héros homo, se masturbe avec des photos d’hommes dans les magazines. Dans le film « Get Real » (« Comme un garçon », 1998) de Simon Shore, c’est en regardant une revue pornographique chez les louveteaux que Steven découvre qu’il est homo. Dans le film « Une Grâce stupéfiante » (1992) d’Amos Gutman, Jonathan, 18 ans, se masturbe devant des revues. Dans le film « Quels adultes savent » (2003) de Jonathan Wald, Maurice demande à son jeune amant Roy où il a appris son homosexualité : Roy lui répond : « En regardant la télé. » Dans le one-man-show Hétéropause (2007) d’Hervé Caffin et de Maria Ducceschi, le déclencheur de l’homosexualité d’Hervé est le catalogue de la Redoute. Dans la pièce Fatigay (2007) de Vincent Coulon, Martial adolescent se branlait devant Albator, le pirate balafré. Dans le film « Shortbus » (2005) de John Cameron Mitchell, James dit que son homosexualité a été révélée par le film « My Own Private Idaho » (1991) de Gus Van Sant. Dans le film « Le Placard » (2000) de Francis Veber, l’homosexualité de François Pignon n’est réelle qu’à la télévision, au JT montrant les chars de Gay Pride. Dans son one-man-show Fabien Tucci fait son coming-outch (2015), Fabien, le héros homosexuel, revient sur la genèse de son homosexualité : « Ça remonte à l’époque où je feuilletais les 3 Suisses de ma mère. » Plus tard, il déclare que la télé assigne l’homosexualité aux gens : « À la télé, tout le monde savait que Steevy Boulay était gay… sauf lui ! » Dans le film « Imagine You And Me » (2005) d’Ol Parker, Rachel, l’héroïne lesbienne, a loué un DVD pornographique lesbien intitulé « Georgie Bush » ; mais sa mère débarque, et sa fille est tétanisée à l’idée de voir son secret démasqué.

 

Le couple de futurs mariés Emily et Howard, dans le film "In & Out" de Frank Oz

Le couple de futurs mariés Emily et Howard, dans le film « In & Out » de Frank Oz


 

Dans le film « In & Out » (1997) de Frank Oz, Howard Brackett apprend son insoupçonnée homosexualité de la bouche d’un de ses anciens élèves, Cameron Drake, qui l’a remercié en tant que « gay » (« Je dédie cet Oscar à ce super prof qui est gay. ») devant des millions de téléspectateurs en recevant l’Oscar du meilleur acteur pour un film où il a joué le rôle d’un homo. Les journalistes et les médias se saisissent de cet outing pour traquer Howard. Pour ce dernier, il y a bien eu un avant et un après Cérémonie des Oscars : « Avant les Oscars, c’était différent parce que vous n’étiez pas… » (Mike, un des élèves de Howard, craignant pour ses fesses, dans les vestiaires de la fac) Ensuite, Howard s’entend confirmer son homosexualité par la télé, dans les émissions et les Journaux Télévisés, et devient hystérique auprès d’Emily, sa prétendue future épouse, dès qu’il voit un présentateur-télé efféminé qui fait de l’aérobic dans le petit écran : « Éteins-moi ce mec !!! » La télévision – et surtout la rumeur qu’elle a colportée – semble avoir créé de toute pièce son homosexualité. Et d’ailleurs, notre prof de lettres finira en couple avec un journaliste de la télé, Peter Malloy, à qui il reprochera au départ d’« être le plus pur produit de la télévision. »

 

Les films pornos semblent avoir eu un impact important dans la découverte du désir homosexuel, comme le montrent des films tels que « Afrika » (1973) d’Alberto Cavallone, « Faut pas penser » (2014) de Raphaël Gressier et Sully Ledermann (avec la référence au film « Le Secret de Brokeback Mountain »), etc. « Nous commencerons par cet acteur pornographique. Ça commence toujours par là. » (Samuel Ganes dans son one-man-show Petit cours d’éducation sexuelle, 2009) ; « Je me surpris à dérouler dans ma tête un film porno dont je ne faisais plus partie. » (le narrateur homosexuel dans le roman La Nuit des princes charmants (1995) de Michel Tremblay, p. 26) ; etc. Par exemple, dans le film « Cloudburst » (2011) de Thom Fitzgerald, Stella matte des films pornos lesbiens pour s’exciter, pendant que sa compagne Dotty est au lit avec elle. Dans le film « Le Faux-cul » (1975) de Roger Hanin, Hélène Duc est amatrice de revues pornos lesbiennes. Pendant le concert Météor Tour (2010) d’Indochine à Paris Bercy, la voix-off d’un enfant dit qu’il regarde des films pornos avec sa mère. Dans la pièce En panne d’excuses (2014) de Jonathan Dos Santos, au moment où Guillaume doit faire du bouche à bouche à son meilleur ami Louis qui s’asphyxie, il pense immédiatement à la pornographie homosexuelle : « Ça devient du porno gay, ton truc… On n’est pas des bêtes ! ». Dans la nouvelle La Nuit est tombée sur mon pays (2015) de Vincent Cheikh, le narrateur homosexuel évoque avec nonchalance « qu’il y a du sexe dans son ordinateur ».

 

Film "Garçon stupide" de Lionel Baier

Film « Garçon stupide » de Lionel Baier


 

Beaucoup de héros homosexuels viennent d’ailleurs de la télé et y travaillent. « Y’a plein de bis [= bisexuels] dans les séries TV. Sauf que j’en suis pas. » (Lennon, le héros finalement bien homosexuel, dans la pièce Scènes d’été pour jeunes gens en maillot de bain (2011) de Christophe et Stéphane Botti) ; « Romain, t’es un vrai cliché sur pattes. » (Romain Canard, le coiffeur homosexuel se parlant à lui-même, dans la pièce Dernier coup de ciseaux (2011) de Marilyn Abrams et Bruce Jordan) ; « J’ai le même truc que ce pédé de Rock Hudson. » (Ron, le héros hétérosexuel parlant du VIH, dans le film « Dallas Buyers Club » (2014) de Jean-Marc Vallée) ; « Oh la la… Y’a vraiment beaucoup de pédés là-bas ! » (Laurent Violet se référant au monde de la télé, dans son one-man-show Faites-vous Violet, 2012) ; « Chez les pédés, c’est fréquent de tomber sur des mecs qui veulent être chanteur, acteur, mannequin. » (Matthieu, l’un des héros homos de la pièce À partir d’un SMS (2013) de Silas Van H.) ; « Avec toutes ces conneries, on a perdu beaucoup d’argent. On est passé à l’émission ‘Money Drop’ de Florence Boccolini, spéciale couples gays. » (Benjamin parlant de lui et de son amant Arnaud, dans la pièce La Thérapie pour tous (2015) de Benjamin Waltz et Arnaud Nucit) ; etc.

 

Par exemple, dans la pièce Happy Birthgay Papa ! (2014) de James Cochise et Gloria Heinz, Ruzy, l’un des héros homosexuel, est une star du football très médiatisée. Dans la pièce À partir d’un SMS (2013) de Silas Van H., Jonathan fait figurant dans les films. Dans le film « I Love You Baby » (2001) d’Alfonso Albacete et David Menkes, Marcos, l’un des héros homo, joue des petits rôles dans des téléfilms série B. Dans la pièce 1h00 que de nous (2014) de Max et Mumu, Max, le héros homosexuel, déclare qu’il est un « acteur amateur en fin de droit », et en désespoir de cause et de contrat, il se retrouve à accepter un casting avec Mumu, une amie lesbienne, qui se trouve être un casting d’un film porno où ils ont évidemment du mal à jouer les rôles que la voix-off du régisseur leur commande : « Qu’est-ce qu’il vous prend, Palmade et Moresmo ? On n’est pas sur un char ! » Dans son one-man-show Bon à marier (2015), Jérémy Lorca fait de la figuration pour la publicité. Dans la pièce L’un dans l’autre (2015) de François Bondu et Thomas Angelvy, les amants François et Thomas se sont rencontrés en regardant ensemble un match de foot Paris-Guingamp à la télé.

 
 

[title size= »1 to 6″]b) L’homosexualité, une réalité venue du miroir ou de l’écran :[/title]

Le soupçon d’homosexualité a parfois besoin du monde du miroir pour acquérir une consistance. Je vous renvoie au film « Un de trop » (1999) de Damon Santostefano. Par exemple, dans le film « Les Roseaux sauvages » (1994) d’André Téchiné, François, le héros homosexuel se répète plusieurs fois de suite devant sa glace qu’il est homo. Dans le film « Fire » (2004) de Deepa Mehta, Sita, l’héroïne lesbienne, fait de même. Dans le film « J’embrasse pas » (1991) d’André Téchiné, Pierre devant la glace des sanitaires se dit à lui-même : « Jamais tu feras partie de la société, t’as pas de couilles, t’es qu’un déchet. » Dans le film « Les Garçons et Guillaume, à table ! » (2013) de Guillaume Gallienne, les premières images montrent le héros bisexuel devant sa glace, en train de se maquiller et de révéler son homosexualité. Dans le téléfilm « Baisers cachés » (2017) de Didier Bivel, la photo de Nathan et de Louis s’embrassant secrètement à une soirée de jeunes circule sur les réseaux sociaux : Nathan fait croire que c’était un jeu, pour faire mentir son acte.

 

Je vous renvoie bien évidemment au code « Miroir » dans mon Dictionnaire des Codes homos, pour compléter ce sous-chapitre.

 
 

[title 1]FRONTIÈRE À FRANCHIR AVEC PRÉCAUTION[/title]

 

[title size= »1 to 6″]PARFOIS RÉALITÉ[/title]

 

La fiction peut renvoyer à une certaine réalité, même si ce n’est pas automatique :

 
 

 

[title size= »1 to 6″]a) Chère télé, tu m’aurais fait homo ![/title]

À bien y regarder, les toutes premières personnes homosexuelles que nous avons connues sont toutes sorties de nos écrans. « De l’amour entre garçons, on n’en parlait jamais ou presque peu, par inadvertance en tout cas, et uniquement dans certains milieux, pour commenter tel ou tel événement lié à une star de cinéma ou de la chanson. » (Berthrand Nguyen Matoko, Le Flamant noir (2004), p. 60)

 

Et cela se confirme aujourd’hui avec les présentateurs-télé, les pubs, les images de Gay Pride, les personnages de séries ou les candidats de télé-réalité. « Dans la réalité, une mouvance gay s’exprime dans les médias d’une manière provocatrice qui me dérange et le tapage médiatique qui en résulte offre une vision unilatérale de l’homosexualité. » (Jean-Michel Dunand, Libre : De la honte à la lumière (2011), p. 132) ; « La télévision invente son personnage favori : le bon gay, que tout le monde adore. » (la voix-off du documentaire « Tellement gay ! Homosexualité et Pop Culture », « Out » (2014) de Maxime Donzel) ; « Il y a plein de personnages gays à la télé. » (Rich Juzwiak, idem) ; etc.

 

 

Par exemple, en 2009, 18 personnages sur 106 (à savoir 3%) dans les séries américaines sont homos. Et même les héros jadis hétérosexuels se mettent à faire leur coming out ou à s’offrir une petite fantaisie homo-bisexuelle coquine (cf. la sitcom Hélène et les garçons). Par exemple, dans la série Demain nous appartient diffusé en 2017 sur la chaîne TF1, l’homosexualité est vraiment mise à l’honneur, sans être non plus vraiment problématisée ni traitée. Beaucoup de personnages sont soit en couple (Sarah et Yasmine, Sandrine et Laurence), soit homos déclarés (Étienne, l’interne à l’hôpital de Sète), soit homos suspectés (Rachel).

 

 

L’homosexualité, concrètement, s’annonce comme un outil et un champ de propagande télévisuelle. En France, ceci est très clairement visible avec les deux mass médias Canal + et ARTE. Canal + (qui s’appelait initialement La Sept et que certains surnomment ironiquement « Anal + » tellement l’idéologie et la pratique bobo-bisexuelle y sont implantées) fut la seule chaîne de télé en France à proposer les premières Nuits Gay. La chaîne de télévision franco-allemande ARTE a une programmation particulièrement gay friendly et propose carrément en 2014 une plate-forme interactive « Easy Coming Out », pour aider le téléspectateur à faire son coming out ! Sa programmation est de plus en plus homosexuelle, à tel point qu’à côté de Pink TV, je vois à peine la différence… sauf par rapport à l’affichage explicite de l’homosexualité et à la censure du porno homo, mais à part ça, c’est presque pareil !

 

Dans les discours et témoignages de beaucoup de personnes homosexuelles, les stimuli du désir homosexuel qu’elles ressentent sont presque toujours les images violentes ou déréalisées de la télévision, du cinéma, de la radio et des magazines qu’elles ont regardées ou entendues. Par exemple, dans le documentaire « Une Vie ordinaire ou mes questions sur l’homosexualité » (2002) de Serge Moati, Olivier dit que ce sont les catalogues de vente par correspondance de sa mère qui ont servi de révélateurs de son homosexualité. De son côté, dans son autobiographie Prélude à une vie heureuse (2004), Alexandre Delmar nous parle également de « ces gars qui posent dans les pages ‘sous-vêtements masculins’ des catalogues de vente par correspondance » (p. 72) et qu’il avoue avoir regardé quand il était seul pendant son adolescence. Dans l’émission Bas les Masques (1992) de Mireille Dumas, Éric, homosexuel, affirme avoir maté étant jeune les revues du bureau de tabac de ses parents. Dans son autobiographie Suspiros De España (1993), Terenci Moix achète des revues de culturisme américaines dans un kiosque de las Ramblas de Barcelone ; il dit aussi sa fascination pour les péplums au cinéma, et les aventures orientales de John Hall dans « Les Mille et une nuits » (1942) de John Rawlins. Dans le documentaire « Le Bal des chattes sauvages » (2005) de Véronika Minder, une des intervenantes lesbiennes, affirme que son homosexualité a trouvé corps grâce à son dictionnaire : il a suffi qu’elle voit le mot « homosexualité » nommé et acquérir un statut de nomenclature scientifique pour y croire pour elle. Dans son autobiographie  Mauvais Genre (2009), Paula Dumont dit que c’est en lisant le mot « homosexualité » dans Les Discours du Docteur O’Grady (1922) d’André Maurois, qu’à 14 ans, elle a reçu un électrochoc : « L’homosexualité existait, j’étais homosexuelle. » (p. 76) Le célèbre blogueur Julien Dachaud alias Newtiteuf révèle carrément qu’il a découvert son homosexualité au moment où il est « rentré sur Youtube » et à cause de ses vidéos (1’50).

 

« La première fois que j’ai entendu le mot homosexuel, c’était à la radio, j’avais quatorze ans, et j’écoutais la radio le soir tard, dans mon lit. » (Lidwine, femme lesbienne de 50 ans, dans l’essai Se dire lesbienne : Vie de couple, sexualité, représentation de soi (2010) de Natacha Chetcuti, p. 64) ; « Ma découverte de la sexualité, c’est d’abord au travers de photos que je l’ai faite. Des photos pornographiques que mon père cachait dans un placard et sur lesquelles j’étais tombé par hasard. Ces photos montraient des couples en train de mimer l’acte sexuel à deux ou à plusieurs : c’est à cause de ces photos que j’ai découvert la masturbation, et pour moi la sexualité s’arrêtait à cela, car je n’ai pas reçu d’éducation sexuelle de mes parents. » (Philippe, homosexuel séropositif, dans son autobiographie L’enfer est à vos portes, 1991) ; « Mes frissons se cantonnent à la lecture de catalogues de vente par correspondance. Je contemple rêveusement les pages où les mannequins posent en sous-vêtements, admirant leurs torses et fixant leurs slips d’un regard interrogateur. » (Jean-Michel Dunand, Libre : De la honte à la lumière (2011), p. 20) ; « C’est sur Internet qu’Isaac a pu mettre un nom sur ce qu’il traversait. » (la voix-off parlant d’Isaac, femme F to M qui s’appelle initialement Taïla, dans l’émission Zone interdite spéciale « Être fille ou garçon, le dilemme des transgenres » diffusée le 12 novembre 2017 sur la chaîne M6) ; « Je me suis cherchée toute seule sur Internet… un psychologue. » (Jackie, homme M to F, idem) ; « Ouais : c’est Internet. » (Lucas Carreno, femme F to M, parlant de sa transidentité, pendant le débat « Transgenres, la fin d’un tabou ? » diffusé sur la chaîne France 2 le 22 novembre 2017) ; etc.

 

Le joli couple homosexuel médiatique/livresque a souvent été pris par les personnes homosexuelles pour le couple homo réel, pour une identité personnelle réelle, pour un amour réel : « Jack et Ennis sont comme tous les amants. » (Thomas Sotinel cité dans l’article « Le Secret de Brokeback Mountain : à l’ouest, un amour impossible » du journal Le Monde daté du 17 janvier 2006) ; « J’ai récemment tenu une conférence à Harvard sur la manière dont les films nous façonnent tout au long de notre enfance. » (Gore Vidal, Palimpseste – Mémoires (1995), p. 33) ; « C’est par les livres que c’est venu. » (Luc, homme homosexuel cité dans l’essai L’Homosexualité dans tous ses états (2007) de Pierre Verdrager, p. 87) ; etc.

 

La scène d’un baiser cinématographique lesbien ou gay, ou la vue d’un coming out ou d’un « couple » homo à la télé, a pu agir comme un électrochoc dans l’esprit de beaucoup de gens. Par exemple, Susie Bright parle du baiser de Marlene Dietrich travestie en homme dans le film « Morroco » (1930) de Josef Von Sternberg comme un événement-clé dans la découverte de son homosexualité (cf. le documentaire « The Celluloïd Closet » (1995) de Rob Epstein et Jeffrey Friedman). Dans son documentaire « Yang + Yin : Gender In Chinese Cinema » (1997), Stanley Kwan dit qu’il a éprouvé ses premiers émois sexuels devant les corps nus des films de Kung Fu (cf. l’essai L’Homosexualité au cinéma (2007) de Didier Roth-Bettoni, p. 663). Dans l’essai El Látigo Y La Pluma (2004) de Fernando Olmeda, Empar Pineda raconte qu’au cinéma « elle préférait se concentrer sur les protagonistes masculins des films, et qu’elle s’identifiait peu au rôle assigné à la femme, même si elle commençait à sentir de l’attirance pour elle. » (p. 164)

 

Il semble même que l’image télévisuelle ou cinématographique ait précédé (et créé) le sentiment homosexuel : « Avant même de savoir si j’étais gay, je me branlais devant les pubs de slips Calvin Klein. » (le chanteur homosexuel Jake Shears dans le documentaire « Sex’n’Pop, Part IV » (2004) de Christian Bettges) ; « Le rôle de Frank-N-Furter dans ‘The Rocky Horror’… J’étais obsédé par ce personnage. Sans le ‘Rocky Horror Picture Show’, je ne sais pas si j’aurais fait mon coming out aussi tôt. Je l’ai fait à 15 ans, un peu grâce à ce film. » (idem) ; « Au début, je me le cachais. Non, je ne suis pas comme ça, non, je ne suis pas comme ça. Et puis je me suis dis : quand j’étais petite, y’avait quand même ça, ça et ça… Je regardais les filles à la télé. » (Sophie, jeune femme lesbienne, dans l’émission Ça se discute, diffusée sur la chaîne France 2 le 18 février 2004) ; etc.

 

Moi-même, même si j’ai été attiré sexuellement à l’adolescence par les hommes avant de savoir ce que les mots « hétérosexualité » et « homosexualité » signifiaient, j’ai quand même été excité homosexuellement d’abord et avant tout avec des images télévisuelles (pas nécessairement érotiques ou pornos, d’ailleurs) et des photos de magazine.

 

Avec la télé et le cinéma, on oscille constamment deux questions : « Sont-ils moyen/vecteur d’homosexualité ? ou moteur/créateur d’homosexualité ? ». Et on n’aura jamais la réponse. C’est un peu l’histoire de la poule et de l’œuf : on ne sait pas trop qui de l’écran et qui de la personne a commencé. Mais tout semble dire que c’est d’abord l’écran, ou plutôt une relation à l’écran que l’image qu’il diffuse a suscité par sa violence et son irréalité. Par exemple, à l’émission radiophonique Ce n’est que de l’Amour de RCN Nancy du 18 octobre 2011, Thibaut Fougères, gérant de Outplay, affirme que c’est à 15 ans, devant un film, qu’il a découvert son homosexualité : « Toutes personnes homosexuelles s’est identifiées dans un film gay ou lesbien. Moi, je me souviens, quand j’avais 14-15 ans, c’est en regardant un film gay que je me suis identifié, et que je me suis découvert, et que je me suis assumé. Le cinéma permet de faire son coming out. »

 

Le réalisateur brésilien Daniel Ribeiro raconte que c’est en regardant le film « Beautiful Thing » (1996) d’hettie McDonald que l’homosexualité a pris forme dans sa tête et dans son corps : « Il y a une quinzaine d’années, quand j’avais 16 ans, ce que je voulais voir c’était des personnages gays décrits de façon positive parce que ce qui m’intéressait au cinéma c’était de voir des personnages dans lesquels je pouvais me reconnaitre. L’exception étant ‘Beautiful Thing’, qui parvenait à montrer qu’être gay, c’était possible. » (Daniel Ribeiro, entretien réalisé le 23 juin 2014)

 

Dans son roman autobiographique En finir avec Eddy Bellegueule (2014) d’Édouard Louis, Eddy Bellegueule raconte comment le fait qu’il regardait la télé et ne jouait pas au foot comme les jeunes de son âge (10 ans) a été vite identifié comme une preuve d’homosexualité par ses parents : « Et pis tu sais bien, il est un peu spécial Eddy, enfin pas spécial, un peu bizarre, lui ce qu’il aime c’est regarder tranquillement la télé. » (le père d’Eddy qui n’ose pas nommer explicitement sa suspicion d’homosexualité sur son fils, p. 32) Et à la même période, l’homosexualité télévisuelle lui a sauté dessus, l’a pris au dépourvu et, par l’intermédiaire de la rumeur et des regards des autres puis par son propre consentement personnel, est venue achever en lui son atavisme symbolique. « Sur l’autre chaîne il y avait un homosexuel qui participait à une émission de téléréalité. C’était un homme extraverti aux vêtements colorés, aux manières féminines, aux coiffures improbables pour des gens comme mes parents. L’idée même qu’un homme aille chez le coiffeur était mal perçue. […] Il les faisait beaucoup rire – toujours les rires – à chacune de ses prises de parole. ‘Ah ! Celui-là il fait du vélo sans selle. J’aimerais pas ramasser la savonnette à côté de lui. Lui, pédé ? Plutôt se faire enculer.’ L’humour qui à certains moments cédait la place au dégoût ‘Faut les pendre ces sales pédés, ou leur enfoncer une barre de fer dans le cul.’ C’est à ce moment, au moment où ils faisaient des commentaires sur l’homosexuel de la télévision, que je suis rentré au collège. Il s’appelait Steevy. Mon père s’est tourné vers moi, il m’a interpellé ‘Alors Steevy, ça va, c’était bien l’école ?’ Titi et Dédé se sont esclaffés, un véritable fou rire […] : ‘Steevy, oui c’est vrai que maintenant que tu le dis, ton fils a un peu les mêmes manières quand il parle.’ L’impossibilité, encore, de pleurer. J’ai souri et je me suis précipité dans ma chambre. » (idem, pp. 116-117) Plus tard, Eddy entretient avec les modèles pornographiques hypersexués qu’il a vus un rapport idolâtre de peur/fascination qui le conduit à reproduire concrètement avec ses cousins certaines scènes dans un hangar : « En rentrant chez moi je pleurais, déchiré entre le désir qu’avaient fait naître en moi les garçons et le dégoût de moi-même, de mon corps désirant. […] Mon cousin a demandé ‘On pourrait faire comme dans le film, les mêmes trucs.’ […] C’était le début d’une longue série d’après-midi où nous nous réunissions pour reproduire les scènes du film et bientôt les scènes de nouveaux films vus entre-temps. » (pp. 150-154)

 

Est-ce un hasard si l’année du procès d’Oscar Wilde (= 1895) correspond à l’année de l’invention du cinéma ? Je ne crois pas. Je vous renvoie également au code « Télévore et Cinévore » dans mon Dictionnaire des Codes homosexuels. Par exemple, dans le documentaire « Looking For Gay Bollywood » (2012) de Nasha Gagnebin se penche sur la représentation de l’homosexualité dans le cinéma indien.

 

TÉLÉVISUELLE Croquis

 

Je ne compte plus, dans mon entourage homosexuel, le nombre de personnes ayant découvert leur homosexualité (ou craint d’être homosexuelles) rien qu’à cause du porno ou d’une émission de télé avec une personne qui se présentait/était présentée (comme 100% homosexuelle). « J’ai été baigné très tôt dans la pornographie et continue encore à me masturber tous les jours. Dans les scènes pornos, la réalité est différente de ce qu’on nous voit dans la réalité car il n’y a pas de douceur. C’est sauvage. J’ai essayé d’arrêter le porno et la masturbation, pensant que ça m’aiderait à obtenir de la masculinité mais je n’ai pas pu tenir plus de 2 mois. » (cf. le mail de Pierre-Adrien, 30 ans, reçu le juin 2014) Un jour, un jeune homme de 20 ans est venu me voir à la fin d’une messe, à Paris, pour me présenter sa fiancée, pour me féliciter pour mes livres, et pour me dire ensuite en privé qu’il s’était posé sérieusement la question de l’homosexualité suite au visionnage de scènes pornographiques sur Internet, avant de comprendre que c’était une fièvre d’adolescence due à la découverte de la puissance de la jouissance génitale (il ne m’a pas fourni la conclusion exactement en ces termes, bien sûr, mais c’est comme ça que je l’interprète). Et il m’a également révélé que lorsqu’il avait osé parler de ses troubles à ses meilleurs potes, ces derniers, à sa grande surprise, lui avaient répondu : « Ben nous aussi, on s’est posé la question ! » Il ne faut donc pas que nous sous-estimions le fort pouvoir identificatoire homo-érotique que le porno exerce, y compris quand il s’annonce comme hétérosexuel. L’homosexualité, sans pour autant être réductible à une mode, est en grande partie un symptôme d’époque, et d’époque matérialiste, consumériste, médiatique. Beaucoup de garçons et de jeunes hommes regardent du porno depuis les années 1990 (et surtout depuis qu’il est en libre service). C’est quand même la deuxième industrie mondiale la plus juteuse (c’est le cas de le dire…). Le traitement dégradant des femmes, les images flatteuses de l’hypermasculinité, la vue de personnes de notre propre sexe en pleine action et en plein orgasme, encourage forcément à la masturbation et aux questionnements identitaires homo-bisexuels. Même si le désir homosexuel n’a pas attendu l’existence du porno pour être ressenti, on peut quand même dire qu’il est décuplé par la démocratisation de cet instrument de débauche qu’est le porno.

 

« J’ai demandé au ciel de me dire pourquoi je suis là ? Qui j’étais ? Et quelques jours plus tard, on dit que le hasard n’existe pas, je regardais la télé le soir en zappant les chaînes, je vois un film érotique chouette et je vois un homme de dos, et l’autre personne je la voyais pas et après je me rends compte que ce sont deux homosexuels. Je n’avais jamais vu d’homosexuel en chair et en os et de les voir en plus en plein acte de violence. J’ai eu comme un coup de poignard, une monté de colère, un viol de mon être, une déchirure, je savais ce que c’était des pédés mais le voir physiquement a été comme un choc, comme une balle en pleine tête et à partir de ce moment-là ma vie est devenue un enfer, car je suis quelqu’un de craintif, et le moindre problème qui surgit faut que je tente de le résoudre sinon je peux paniquer très vite et là je me remémore ces images sans cesse. À m’en faire gerber et presser ma tête et ma poitrine continuellement comme dans un étau. Je me suis dit : ‘T’es un homme et eux aussi donc tu peux faire cet acte aussi’ et que je ne pouvais imaginer qu’un homme puisse descendre aussi bas dans l’instinct animal malsain. » (cf. le mail d’un ami, Pierre-Adrien, 30 ans, juin 2014)

 

Thomas et son amant dans la série Poubelle la vie... pardon, Plus belle la vie

Thomas et son amant dans la série Poubelle la vie… pardon, Plus belle la vie (France 3)


 

TÉLÉVISUELLE plus belle itv

 

Parfois, plutôt que de défendre franchement le mythe de l’identité homosexuelle ou de l’amour homo, c’est la mythification du mot « homophobie » que la télévision construit, (ou encore la politisation de l’identité homosexuelle, et toutes ses branches de fausses réalités : « l’homoparentalité » en première ligne). « Dans les médias, où l’on est tellement friand de spectacle, c’est-à-dire de peur et fascination mêlées d’une pointe de transgression, les animateurs raffolent de l’‘homoparentalité’. Leur fascination est comparable à celle que chacun peut éprouver face aux grands escrocs ou aux grands fauves. » (Jean-Pierre Winter, Homoparenté (2010), p. 201) Par exemple, dans le docu-fiction Le Projet Laramie (2002) de Moisés Kaufman, la ville de Laramie (Wyoming, USA) est assaillie par les journalistes en quête de sensationnalisme médiatico-morbide autour de la mort du jeune homosexuel Matthew Shepard : « Les médias ont poussé les gens à s’intéresser à cette histoire. » souligne un riverain.

 
 

[title size= »1 to 6″]b) L’homosexualité, une réalité venue du miroir ou de l’écran :[/title]

Il n’y a qu’à regarder le nombre de miroirs de notre existence (les tables de lycée, les plexiglas des métros, les graffitis aux toilettes publiques, etc.) où sont gravés les mots « PD » ou « enculé » pour découvrir que l’homosexualité est une vérité avant tout spéculaire.

 

Par exemple, dans l’émission Jour après Jour (2000) présentée par Jean-Luc Delarue sur France 2, Jérôme affirme qu’il a été obligé de répéter plusieurs fois à son propre reflet dans le miroir qu’il était homo pour assumer une homosexualité qu’il ressentait comme monstrueuse.

 

« Je me regarde dans la glace et je contemple mon visage. […] Je me dis à voix haute que je suis homosexuel ! Je me le répète deux, trois, quatre fois. » (Alexandre Delmar, Prélude à une vie heureuse (2004), p. 119)

 

L’affirmation future de l’homosexualité, martelée comme un slogan, a parfois suivi le chemin inverse du déni quelques années auparavant : « Je me disais ‘Je suis peut-être homosexuel mais je ne ressemble pas à ça, je ne suis pas homosexuel comme ça’. […] J’inaugure ainsi un journal intime qui perdurera des décennies. Il faut d’abord que je me protège. J’écris donc une espèce de préambule dans lequel j’inscris plus de cent fois : ‘Je ne suis pas homosexuel. » (Jean Le Bitoux à 18 ans, Citoyen de seconde zone (2003), pp. 48-56)

 

L’Homme qui se prend pour « l’homosexuel », et que nous appelons dans le langage usuel « l’homosexuel », est une vue de l’esprit concrétisée, un mirage indéniable né d’une volonté de fusion impossible entre l’Homme et ses projections désirantes (télévisuelles). Les personnes homosexuelles sont constamment en travaux d’être « homosexuelles ». C’est sûrement ce qui fait dire à Ron dans le film « Urbania » (2004) de Jon Shear : « Je ne connais pas un mec qui soit entièrement gay ». Seul un certain désir peut être qualifié d’homosexuel. Pas une personne.

 

TÉLÉVISUELLE Génération Steevy

 

Au fond, beaucoup de personnes homosexuelles regrettent d’être simplement considérées par les autres comme l’incarnation vivante du mythique « homosexuel », de ne pas être reconnues dans leur globalité humaine. La première phrase du film « Billy’s Hollywood Screen Kiss » (1998) de Tommy O’Haver l’illustre bien : « La plupart du temps, ce qu’on voit en moi, c’est l’homosexuel. » La seule chose qui réunit les personnes homosexuelles entre elles n’est pas réelle. Elles la nomment « discrimination », « homophobie », « destin », « sentiments », « pulsions », « identité homosexuelle », « sensibilité pour l’art », « différence », etc. Elle ne peut être qu’une essence artificielle quand elle obéit prioritairement à l’impalpable et aux modes. Il était « chic » d’être homo à Oxford dans les années 1920 ; il est « branché » d’être homosexuel en 2007. « L’homosexualité est par essence une construction de la fin du XIXe et du début du XXe siècle ; en tant que telle, elle est autant un signe de modernité que l’atonalisme en musique, que le cubisme en peinture, ou que le monologue intérieur dans le roman. » (Humphrey Carpenter, The Brideshead Generation : Evelyn Waugh And His Generation (1989), p. 81). Elle ne se réduit évidemment pas qu’à une mode ou d’influence télévisuelle, sinon, les personnes qui ont ressenti un désir homosexuel à des époques qui ont pré-existé à l’invention de la télévision et d’Internet n’existeraient pas ; mais elle est aussi cela. Aujourd’hui, l’espèce homosexuelle s’étale dans les publicités, investit les sitcoms et les films, existe beaucoup plus grâce aux médias qu’en elle-même.

 

La raison principale qui donne à penser que les personnes homosexuelles sont des réalités fantasmées, c’est le vecteur qui leur a appris qu’elles pouvaient être l’incarnation vivante de « l’homosexuel » : quand on leur demande comment elles ont pris connaissance de leur homosexualité, elles répondent presque unanimement que les déclencheurs ont été les photographies, les sculptures, les livres, les magazines, les catalogues de vente par correspondance de maman, les films X, les programmes TV, les sites Internet, etc. Certaines disent explicitement que c’est en regardant la télé et une certaine catégorie d’images, c’est-à-dire des images violentes, pornographiques, ou bien déconnectée de la Réalité, que leur désir homosexuel s’est révélé. Après, bien sûr, elles ont été touchées par un proche en particulier, un camarade de classe, un professeur, une personnalité charismatique. Mais le fait que l’homosexualité ne soit pas prioritairement le fruit d’une rencontre réelle avec une personne de chair et de sang, est très significatif de la nature même du désir homosexuel : l’image déréalisante a presque toujours précédé la conscience de l’homosexualité. Plus des individus cherchent à devenir « l’homosexuel » (ou « l’hétérosexuel »), plus ils rentrent dans le monde de l’image déréalisante. À ce propos, il n’est pas étonnant que beaucoup de personnes homosexuelles investissent davantage l’univers de l’audiovisuel que de la réalité. Celles qui ne font pas partie des milieux artistiques à proprement parler s’arrangent pour se laisser happer par les images d’une autre manière, à travers leurs loisirs et leurs passions (la bande dessinée, les jeux vidéo, la photo, la musique, la poésie, la peinture, la mode, etc.).

 
 

Pour accéder au menu de tous les codes, cliquer ici.