En ce moment, je rencontre concrètement des connaissances homosexuelles qui pratiquent depuis longtemps ce que la Loi Taubira autorise et induit depuis seulement un an : des hommes me disant qu’ils ont un fils qu’ils prétendent « aimer plus que tout au monde ». Et en discutant avec eux, je découvre que cet enfant ne vient pas d’un mariage ou d’une union passée avec une femme, mais bien d’un moyen détourné (projet de co-parentalité avec deux femmes lesbiennes, fécondation in vitro et PMA, achat sur internet, etc.). Évidemment, ces pères désormais célibataires me l’avouent d’un air pincé. Et je devine peu à peu dans leur discours toute l’horreur de la situation dans laquelle ils se trouvent et dans laquelle ils ont entraîné leur môme, tout cela « par amour ». Les trois récents cas que j’ai rencontrés séparément, ce sont 3 hommes qui se partagent la garde de « leur » enfant avec leur partenaire de l’époque avec qui ils ne sont plus en « couple ». Et résultat des comptes, aujourd’hui, ils ont obtenu un enfant qui se retrouve désormais avec deux « pères » séparés et une mère inconnue, introuvable, volatilisée dans la nature. Tout va bien. Ils ont le culot de dire qu’on ne peut pas remettre en cause la qualité de l’amour qu’ils vouent à leur enfant. Et que toute personne qui se choque de leur situation est « homophobe » ou « fermée ». Mais concrètement, qui est inhumain dans l’affaire ?Priver un enfant de sa mère et la rayer de la carte l’air de rien, retirer à son fils le trésor qu’est l’amour dans la différence des sexes, et rajouter à cet arrachement inacceptable la fragilité de son propre célibat (et tout le vagabondage sexuel qui va avec), est-ce de l’amour ? Où est l’humanité là-dedans ??? Tu m’étonnes qu’ils se cachent de honte, ces pères indignes, ces voleurs de racines existentielles, ces usurpateurs d’identité ! Tu m’étonnes qu’ils prennent mal nos « manifestations pour tous » dénonçant leurs violations de l’Amour et des enfants, leur mettant le nez dans leur merde !