Je regarde le concert des Enfoirés chaque année, car ils sont un étonnant baromètre social. Et cette année, c’est fou le net virage spiritualiste qu’ils ont pris en direction de la Nouvelle Religion mondiale (Franc-Maçonnerie et satanisme, sur fond d’homosexualité à tous les étages) : ésotérisme, teinte rougeoyante/sataniste de presque tous les tableaux, magie rouge et noire (dite « magie méchante »), mentalisme, dithéisme (manichéisme de l’équilibre, visages coupés en deux), gants blancs dans beaucoup de chansons, réunions de confréries mystiques secrètes, nombreuses références à la Bête, numérologie avec des 666 cachés et tacites, tribalisme, anti-fascisme et Guerre Mondiale, folie pour la transformation, communication avec l’au-delà et les défunts (les zombies ou revenants ont débarqué plusieurs fois), cercles de libertins dix-huitièmistes (masqués, avec clowns démoniaques chantant les démons de minuit), symboles de films d’épouvante, promo de l’adultère et destruction du mariage, bougies maçonniques tout le temps, la Bête et les chimères, transgression de la différence des sexes (et des générations, des espaces, de la différence Créateur-créatures), culte luciférien de la lumière et de l’onirisme, etc. « On fait le show avec le visage ensoleillé, main dans la main pour faire rêver. C’est le message des Enfoirés. Chante pour allumer ces bougies qu’on a laissées dans le noir. » Belle Chaîne d’Union maçonnique finale. Clairement sidérant. L’Antéchrist est sur le point d’arriver avec sa religion antithéiste. Et personne ne voit, ne dénonce. Franchement, pauvre Coluche, il doit halluciner de voir que les Enfoirés, en jouant les Résistants contre le fascisme (alors qu’ils sont l’incarnation de ce dernier, et de la bien-pensance bourgeoise anti-fasciste), sont réellement devenus des enfoirés au sens propre.