Il m’est difficile de résumer tout ce que j’ai à dire. Mais j’ai bientôt fini le visionnement complet des épisodes de Joséphine ange-gardien, et je suis obligé, avant de me mettre à l’écriture (pour la synthèse), de revoir les premiers épisodes que j’avais regardés au départ d’un oeil distrait, sans la grille de lecture et les tics de langage que j’ai découverts sur le tard.
 

Je vais mettre également en résonance tous les messages de la série avec la propagande franc-maçonne de la « seconde chance » et le véritable lavage de cerveau actuel (basé sur des mots comme « projets », « rêves », « engagement », « passion », « construction », « énergie », « Force », « chance », « volonté », « combattivité », « changement », « regard », etc.) que j’entends notamment dans la nouvelle horrible campagne de la Française des Jeux (vidéo 1 ; vidéo 2 ; vidéo 3 ; vidéo 4 ; vidéo 5 ; vidéo 6)
 

Nous arrivons au temps de la passion pour la Passion. Sauf que deux camps vont s’opposer clairement : ceux qui vont vivre concrètement la Passion du Christ, et ceux qui vont vouloir se consacrer corps et surtout âme à leur(s) passion(s), c’est-à-dire à eux-mêmes.
 

Le mot « passion » est, par ailleurs, un leitmotiv de Joséphine Ange gardien. Et le diable est en ce moment en train de dévier ce concept du Christ vers la volonté individuelle mondialisée.