Banque Postale

Banque Postale


 

Ils m’avaient fait suer, il y a 2 jours, à la Poste du Boulevard Saint-Marcel (j’avais dû y retourner trois fois… et en vain en plus !), seulement parce que je voulais transférer de l’argent de mon compte épargne à mon compte courant pour ravitailler le second. Et je ne comprenais pas pourquoi il fallait que je tombe sur des agents aussi sourcilleux à qui je devais arracher des mains un argent qui est pourtant à moi ! (Je me disais : la Bourse mondiale se casse à ce point la gueule pour que l’État commence même maintenant à prendre en otage notre épargne ??) Mais j’ai mieux compris ce matin les raisons de ces résistances absurdes : il fallait absolument que je rencontre la conseillère financière qui m’était destinée. C’était dans le plan de Jésus. 🙂
 

Suite à cette affaire, ne pouvant avoir accès à l’argent de mon compte épargne, j’ai dû prendre rendez-vous dans une autre Poste, rue Cujas près du Panthéon, pour transférer le siège de mon compte bancaire de Cholet jusqu’à Paris, et ensuite, en profiter pour opérer la permutation d’argent de mes comptes sans être embêté.
 

J’ai débarqué dans le bureau de Poste. Le vigile à l’entrée – un Maghrébin, très mignon, au passage lol – m’a dit : « Votre sac, s’il vous plaît. » Moi, comme un con, j’ai entendu « Votre sexe, s’il vous plaît. ». J’ai répondu en rigolant : « Mon sexe ? Ben ça ne se voit pas ? » (sous-entendu « que je suis un homme »). On s’est marrés. Je lui ai montré mes sacs (pas mon sexe haha).
 

Mais là où le Seigneur a encore plus d’humour, c’est qu’il m’a donné une conseillère financière qui convenait exactement à ma situation et au projet d’évangélisation et de dépouillement total que j’avais à lui annoncer, puisqu’elle était Noire, chrétienne évangélique, et femme de pasteur ! C’était trop rigolo : on a parlé de mon livre, de la fin des temps, de l’Antéchrist, de la continence, d’homosexualité, de Foi (elle n’aurait jamais pu se le permettre si ce n’était pas venu de moi). Elle m’a profondément compris dans ma démarche. Quand est venue sur la table la question de l’épargne-retraite, je lui ai dit : « Vu le déroulement des événements, ce n’est même pas la peine d’y penser. Ce monde-ci aura fini avant. » loool. Discussion SUPER habituelle entre un client et un conseiller financier d’une banque. Jésus, je t’aime ! Je t’aime follement !