Est-on libre d’ « avoir le choix »? En réalité, non. On est libre uniquement d’ « avoir choisi le meilleur ». Prenons l’image du rond-point (que j’emprunte à Véronique Labadie). Quel est l’automobiliste le plus libre et qui verra le plus du pays? Celui qui, parce qu’il veut garder sa liberté de choix, et du maximum de choix, restera à tourner toute sa vie sur le rond-point, ou celui qui aura posé le choix d’une seule route à prendre, qui se sera engagé, et qui aura consenti au renoncement du nombre au profit de la qualité? Je le répète : on n’est pas libre d’avoir le choix, mais d’avoir choisi le meilleur.