Cet article est originellement écrit en espagnol pour le site Forum Libertas. Il est complété par l’article 1 et l’article 2.
 

Mons Reig Plà


 

L’urgence de se former

Je le dis avec toute l’Espérance et l’amour christique de l’Église-Institution qui m’habitent : en découvrant les discours sur l’homosexualité que tiennent beaucoup d’évêques espagnols depuis quelques années, et surtout la dernière interview du Cardinal Cañizares du 29 mars 2017, j’ai envie de pleurer. À cause des erreurs que ces évêques disent, de toutes leurs imprécisions bien-intentionnées ou carrément provocatrices, de leurs non-dits, mais aussi des attaques qu’ils ont reçues et qui vont s’abattre sur eux et sur l’Église prochainement au nom de l’homosexualité. Car leurs bourdes ou leur peur de nommer le mal sont soigneusement enregistrées et ont déjà des conséquences dramatiques. L’ardoise se charge dangereusement, jusqu’à un point d’incompréhension et de rupture irréversible.

En Espagne, ce n’est pas 1 Cardinal Barbarin (Gargamel pour les intimes) que vous avez… mais une dizaine ! Le but de mon article n’est pas d’accabler davantage les évêques espagnols (il y en a des supers) mais de leur dire qu’il est urgent pour eux de se former sérieusement sur le sujet de l’homosexualité, et d’arrêter de penser que ce dossier est annexe, mondain, trop dangereux, ou au contraire qu’ils le maîtrisent parfaitement. Le vrai danger, c’est de reporter précisément son traitement, ou bien de mal en parler en croyant le régler vite. L’à peu près ou le péremptoire, au sujet de l’homosexualité, médiatiquement et mondialement, ne pardonne plus. La bienveillance, ou la posture misérabiliste et compassionnelle du non-jugement des personnes, ne suffisent pas. Le trop-plein d’assurance non plus. Je tire la sonnette d’alarme !

 

Florilège des bourdes épiscopales

Les sorties des évêques en Espagne par rapport à l’homosexualité sont rares, mais déjà plus nombreuses qu’en France. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elles ne brillent pas par leur finesse, leur clairvoyance et leur humilité.

En général, ces évêques/cardinaux tombent dans les clichés homophobes les plus tartes à la crème : l’homosexualité-maladie (alors qu’en réalité une peur ou une blessure – et l’homosexualité est une peur – n’est pas une maladie), l’homosexualité-idéologie (alors que le mot « idéologie » ne signifie et ne nomme absolument rien), l’homosexualité-irréalité (alors que l’attraction homo-érotique n’est pas un mythe, mais une réalité et une condition concrète ; et l’homosexualité est un vrai sujet à étudier), l’homosexualité-transition (alors que la tendance homo n’est pas toujours/souvent passagère), l’homosexualité contre-naturelle (alors que l’homosexualité traduit souvent un fanatisme pour la nature, justement !), l’homosexualité-rejet-d’altérité (alors que l’homosexualité active peut quand même être une expérience d’altérités), l’homosexualité-infécondité (alors que certains « couples » homos font du bien autour d’eux et ne sont pas stériles), la sexualité-procréation (alors que la procréation n’est pas l’absolu de tout amour humain, y compris dans le mariage femme-homme), l’homosexualité-fin-de-civilisation (l’homosexualité est symptôme de décadence civilisationnelle, mais il faut expliquer en quoi et s’attaquer à l’hétérosexualité !), l’homosexualité-espèce (alors que « les homos » et « les hétéros » ça n’existe pas), l’homosexualité-méchanceté (alors que les personnes qui défendent l’homosexualité voire qui la pratiquent ne pensent pas à mal et sont persuadés de faire le bien), l’homosexualité-violence (alors que la pratique homosexuelle a aussi ses délices, sa tendresse, ses bienfaits), l’homosexualité-lobby (alors que derrière le « lobby gay », il n’y a quasiment personne, et se trouve surtout le lobby hétérosexuel), l’homosexualité-mafia (alors que les personnes homosexuelles se fuient entre elles et ne s’entendent pas assez bien pour former une mafia !), l’homosexualité-zoophilie (alors que les personnes homosexuelles sont des êtres humains), l’homosexualité-danger-pour-la-jeunesse (alors que les enfants peuvent tout à fait être élevés correctement par des « couples » homos et ne pas grandir traumatisés), l’homosexualité-tristesse (alors que les personnes homosexuelles continentes sont, par leur drôle d’apostolat, les boucliers humains de l’Église et des sacrements !), l’homosexualité-enfer (alors que la communauté homosexuelle est composée d’humains et parfois d’amis)…

Nombreux sont les évêques qui, par excès de zèle ou de prudence, se sont rétamés en se positionnant sur l’homosexualité. Par exemple, en 2007, Mgr Bernardo Álvarez (évêque de Tenerife) a affirmé que « le phénomène de l’homosexualité portait préjudice aux personnes et à la société » (ah bon ? Et l’homosexualité vécue dans la continence, alors ?), en soulignant que « ce n’est pas politiquement correct de dire que c’est une maladie de la nature même de l’être humain, mais qu’il y a encore dix ans, elle était encore répertoriée par les manuels de psychiatrie comme maladie » et qu’« à cause de l’homosexualité, nous en paierons sur le long terme le prix fort comme d’autres civilisations l’ont payé ». Qu’a-t-il fait de la Bonne Nouvelle annoncée aussi aux personnes homosexuelles ?

En 2012, Mgr Juan Antonio Reig Plà (évêque de Alcalá de Henares) a parlé des personnes homosexuelles comme des gens « entraînés par beaucoup d’idéologies » (« idéologie »… le mot-valise lui-même idéologique !) et a souligné que beaucoup de cas d’homosexualité peuvent être résolus « avec une thérapie adéquate ». Et en 2015, en plein office du Vendredi Saint, il a décrit le monde homosexuel comme l’expérience de « l’enfer » : « Je vous assure que les personnes homosexuelles se retrouvent parfois en enfer. » Cet évêque a lancé un parcours thérapeutique pour « guérir de l’homosexualité » (« Es posible cambiar ») et « parler de la sexualité telle qu’elle a été voulue par Dieu » Comment lancer ces formules choc sans explication, sans amour, sans donner aux personnes l’impression qu’elles seraient diaboliques, qu’elles ne seront pas pardonnées, qu’on veut les changer et ne pas prendre au sérieux leur tendance ?

En 2013, Mgr Casimiro López Llorente (évêque Castellón) a écrit sur une feuille paroissiale que les couples de même sexe provoquaient « une augmentation sensible d’enfants avec de graves troubles de la personnalité » et instauraient « un climat qui conduit souvent à la violence ». Comment est-ce possible de caricaturer et de noircir ainsi le tableau ? Même si, moralement, on ne peut pas justifier « l’homoparentalité » ni considérer ces structures comme des « familles », il est excessif de faire des enfants élevés par des « couples » homos des névrosés et des déséquilibrés entourés de violence.

En 2014, Mgr Fernando Sebastián Aguilar (cardinal de Málaga) a affirmé dans une interview au journal Sur que « la sexualité a une structure et une finalité qui est la procréation » et que « montrer à un homosexuel une déficience n’est pas lui faire offense : c’est une aide parce que beaucoup de cas d’homosexualité peuvent être soignés et normalisés avec un traitement approprié ». Comment écarter les célibataires et les couples femme-homme « stériles », en mettant la procréation comme unique horizon de la sexualité ? Benoît XVI lui-même nous a avertis des dérives du natalisme : « Même si la maternité est un élément fondamental de l’identité féminine, cela n’autorise absolument pas à ne considérer la femme que sous l’angle de la procréation biologique. Il peut y avoir en ce sens de graves exagérations, qui exaltent une fécondité biologique en des termes vitalistes et qui s’accompagnent souvent d’un redoutable mépris de la femme. […]Ce n’est pas en se contentant de donner la vie physique que l’on enfante véritablement l’autre. La maternité peut trouver des formes d’accomplissement plénier même là où il n’y a pas d’engendrement physique. » (Joseph Ratzinger, Lettre aux évêques de l’Église catholique sur la collaboration de l’homme et de la femme dans l’Église et dans le monde, 2004)

En 2014, Mgr Jesús Catalá (évêque de Málaga) a fait, à l’instar du Cardinal Barbarin en France, la comparaison entre le mariage gay et la zoophilie, la pédophilie et même l’inceste, devant des scolaires en plus : « La législation espagnole sur le mariage est la pire du monde, parce qu’elle parle du ‘conjoint 1’ et du ‘conjoint 2’, qui pourraient très bien unir deux hommes, un homme et un chien ou un bébé ou un vieux de 70 ans. » N’y a-t-il pas moyen de s’en tenir à la violence de la loi du « mariage gay » en elle-même ? Qu’a-t-on besoin d’associations inutiles qui peuvent être interprétées comme des amalgames ?

En 2015, Mgr José María de la Torre Martín (évêque de Aguascalientes) a défini l’homosexualité comme une maladie, en la comparant notamment à la syphilis : « Tous ces thèmes – avortement, mariage entre personnes de même sexe – sont des maladies de la famille contemporaine ; certains sont plus graves que d’autres, mais il est nécessaire de les guérir parce que sinon, la famille périra et la civilisation avec elle. La famille est le roc. » Comment mettre sur le même plan avortement et « mariage gay » ? Tuer un enfant n’est quand même pas pareil que deux hommes qui passent à la mairie. Et comment comparer l’homosexualité à une maladie, alors qu’elle est une peur de la différence des sexes ?

L’archevêque de Valence, le Cardina Antonio Cañizares, en 2016, s’en est pris à « l’Empire gay » en disant que ce dernier menait une « importante entreprise de destruction de la famille ». Il a accusé le Partido Popular (l’équivalent des Républicains) de complicité avec la communauté gay, d’être « infecté idéologiquement par le lobby LGBT et l’idéologie du Gender ». Là encore, la rhétorique de la contagion et de l’idéologie inquiète plus qu’elle ne nomme et explique. Où sont passées chez cet évêque la pédagogie et l’humanisation des personnes ?

En 2016, Mgr López de Andújar (évêque de Getafe), Mgr Rico Pavés (évêque auxiliaire) et Mgr Juan Antonio Reig Plà ont signé une lettre pastorale contre la Loi de Transsexualité élaborée par la Communauté de Madrid (loi qui a été finalement approuvée le 17 mars 2017, avec l’abstention du Partido Popular), en dénonçant « la soumission des personnes à un pouvoir totalitaire ». « Totalitaire » : le mot qui condamne sans rien expliquer.

 

La simulation de mea culpa… pour ensuite justifier un durcissement musclé : le cas de Cañizares

Sa Majesté Cañizares…


 

Les pires, ce n’est pas tant les évêques directs ou silencieusement prudents. Ce sont ceux qui feignent de battre leur coulpe ou la compassion… pour ensuite charger encore plus fort contre les personnes homosexuelles. Au départ, ils se confondent en excuses. Pour les erreurs du passé. Pour la saint Barthélemy. Pour les femmes. Pour la pédophilie. Et maintenant, pour l’homosexualité. À quoi ça rime ? Demander pardon, ok, c’est très beau si c’est en lien avec la Vérité-Charité. Mais à quoi ça sert si le pardon n’est pas demandé pour les bonnes choses, mais qu’il est formulé uniquement pour la forme, pour la convenance, ou par lâcheté pour acheter le silence et le calme de ses agresseurs en leur servant le discours qu’ils attendent sans répondre en vérité à leurs questions ? À quoi ça sert si la contrition est une excuse pour ne pas parler d’homosexualité ni expliquer la proposition de bonheur que l’Église offre aux personnes homos ? si c’est une excuse pour justifier une réponse intransigeante ?

Le meilleur exemple de ce retournement hypocrite, c’est le Cardinal Cañizares, vice-président de la Conférence Épiscopale Espagnole, donc à la tête des évêques d’Espagne. Il entonne d’abord le refrain du pénitent… suivi de près par le refrain non moins théâtral de la franchise, de la Vérité sèche, de l’entêtement orgueilleux. Ah ça, feindre de baisser la garde pour ensuite mieux frapper et mieux se donner le droit de se durcir en retour, il sait faire ! Se justifier d’un langage sans concession et « positivement intransigeant », « nécessairement dur » (car selon lui, la Vérité doit blesser, riposter), il sait faire aussi ! Et au final, au nom de la lutte contre l’« idéologie », toujours pour devenir aussi idéologique que ses opposants et employer des concepts tant flous que manichéens : « idéologie », « dictature », « maladie », « phénomène », « lobby », « perversion », « laïcisme », les faits/idées avant les personnes (le système « lobby gay » mis avant les personnes homos), « transhumanisme », « GPA », « Gender » « liberté d’expression », « tolérance », « discrimination », « déshumanisation », « anticléricalisme », et même « famille », « dignité », « valeurs », « Vérité », « Espérance », « Jésus-Christ », « fragilité » et « liberté religieuse » Que du jargon politiquement/ecclésialement correct ! Que de la sagesse humaine !

Ce cardinal dit par exemple que « l’Église doit demander pardon aux gays et à beaucoup d’autres personnes ». On voit vite dans son discours que l’humilité et la concession étaient en réalité un écran de fumée. Elles servent d’excuses pour justifier ensuite une vengeance, un franc-parler méprisant, une radicalité. Ça s’appelle reculer d’un pas pour mieux sauter de trois et transgresser la ligne de la Charité. « Je suis au service de l’Évangile et pour autant, ma liberté, personne ne pourra la faire taire. » (dans le journal El Mundo du 29 mars 2017)

Le cardinal Cañizares est capable de dire dans la même phrase qu’il faut nous accueillir entièrement, nous personnes homos, mais en même temps, au nom d’un humanisme intégral christique, que la tendance sexuelle que nous ressentons, qui n’est pas nous mais qui conditionne parfois fortement notre identité, n’existe pas ou ne compte pas : « Il faut accueillir les homos à bras ouverts et tendresse. Dans l’Église, ils ne doivent pas être exclus, Jésus-Christ n’aurait pas demandé à une personne si elle est homosexuelle. » (dans le journal El Mundo)

Le « pardon » de Cañizares n’est pas là. Il est réduit à une formule de politesse. La demande d’excuse est prononcée du bout des lèvres, et avec une tournure conditionnelle. Avec lui, il semble qu’il y a toujours un « mais ». Il dilue l’homosexualité dans un universalisme qui l’ignore, puis dans une comparaison avec les attaques anticatholiques qui la dépasseraient largement en gravité : « Certes, le pape François a dit que l’Église doit demander pardon aux gays, et je l’accepte complètement. Il faut demander pardon aux gays, mais pas seulement à eux : à beaucoup de monde. Et je rajoute que c’est toujours l’Église qui est la seule à demander pardon. On persécute des milliers de chrétiens dans le monde en raison de leur foi et personne ne se lève dans les médias pour dénoncer cela. Il existe une pression pour que certaines choses ne se disent pas. » (dans le journal El Mundo)

Non seulement Cañizares ne se reconnaît pas vraiment comme pécheur et ne se dirige pas à nous, personnes homosexuelles, comme des pécheurs aimés et pardonnés (le veau gras attendra…), mais en plus, il nous transforme en système oppresseur invisible, en infrastructure démoniaque et perverse infiltrée partout dans les médias et en politique. « Le collectif LGBTQI est un Empire gay. Il faudrait être aveugle pour ne pas le reconnaître. Et là encore, je n’ai rien contre les homosexuels, j’ai des amis homosexuels et lesbiens. » (dans le journal El Mundo) « Par Empire, j’entends lobbys. Et les lobbys sont des empires. Ils règnent sur les lois. » (dans le journal El Mundo) Et bien sûr, l’évocation des quelques « amis homos » parachève la paranoïa homophobe !

Mgr Cañizares sort des formules grandiloquentes et menaçantes, sans même expliquer les dangers qu’elles brandissent, ni définir les termes, sans identifier que le Gender est l’hétérosexualité. Juste pour le plaisir de « frapper fort » : « L’idéologie du Gender est la plus terrible de l’humanité. » (dans le journal El Mundo) Le pire, c’est que ces effets d’annonce magnifient ce qu’ils dénoncent en même temps qu’ils ne le règlent pas.

Le cardinal « remonté » n’a absolument pas identifié le Gender comme ce qu’il est, à savoir l’hétérosexualité. Il préfère le caricaturer en « idéologie », en « laïcisme anticlérical » et en « dictature diabolique », ou bien en déni de la réalité biologique, en mauvaise foi… alors que dans les faits, les promoteurs du Gender (qui ne savent même pas ce que c’est que le Gender : pour eux, c’est juste « l’Amour », c’est « être soi-même ») nient autant qu’ils sacralisent la science et la nature, et pensent vraiment honorer le Christ et les Hommes. Cañizares est totalement à côté de la plaque : « Nous naissons homme ou femme, c’est évident. Il semblerait que pour l’idéologie du Gender, peu importe la biologie. Vous savez combien de genres ils prétendent qu’il existe ? 35. C’est grotesque. Le Gender ne revient pas à se dire homosexuel, lesbienne, transsexuel… Il faut accepter et accueillir les transsexuels. Qu’ils se sentent dans l’Église comme chez eux, sans être rejetés. Mais l’idéologie du Gender postule qu’il n’y a pas de nature, pas de corps, pas de biologie… que Dieu n’existe pas ! Et ça c’est terrible pour l’humanité. L’idéologie du Gender n’est pas féministe, et même au contraire, la première victime de cette idéologie est la femme. » C’est se tromper sur le Gender et ses intentions que de penser qu’il est anti-Nature, anti-Réalité, anti-humain, anti-Église. Au contraire, il veut imposer en proposant et en rajoutant. Il veut détruire en construisant. Il veut tuer l’Humain en Le glorifiant, neutraliser la Nature et le Réel en Les érigeant en nouvelle religion. Le Gender est une émanation spiritualiste et surnaturelle de l’essentialisme des natalistes religieux, dont Mgr Cañizares fait partie à son insu. Le cardinal valencien transforme le Gender en abstraction, en absurdité totale (alors qu’il a une vraie logique), en déshumanisme (alors qu’il est un humanisme par excellence !), en dépotoir des mauvaises pensées qu’il ne faudrait pas analyser et auquel il ne faudrait prêter aucune attention ni bonne intention.
 

Sa Majesté Cañizares, II le Retour… (N.B. : Cette photo est prise au XXIe siècle)


 

Il y a de la malice et de l’orgueil derrière la « posture Vérité » de l’« humble serviteur du Christ » que Cañizares prétend être : « J’aime être politiquement incorrect. » (dans le journal El Mundo) avoue-t-il. Quand la Vérité devient une posture orgueilleuse fondée sur l’anti-conformisme, sur l’illusion d’une transparence justicière et « christique », sur un semblant d’une humilité miséricordieuse, sur une parodie sincère de mea culpa, et sur l’énonciation d’une Vérité stricte, c’est un terrible contre-témoignage. Je retrouve vraiment cela chez le cardinal Sarah et le cardinal Barbarin. Cet auto-contentement ou cette assurance pharisienne d’être redresseur de torts. « Non. Je ne peux pas mentir. Le mensonge ne fait pas partie de ma vie. Grâce à Dieu. » (dans le journal La Razón, le 29 mars 2017) Comment peut-on dire une chose pareille quand on est cardinal ??

En plus, Mgr Cañizares est un faux rebelle, car en réalité, il adopte exactement le discours du monde. Il reprend mot pour mot les formules démagogiques du libéralisme capitaliste, de l’« humanisme intégral » et du Gouvernement Mondial antéchristique. « Nous devons avancer vers l’Europe qui défend les personnes, celle des libertés et celle des droits de l’Homme. » (dans le journal El Mundo) Il défend la « liberté » pour elle-même (« la liberté d’expression » d’abord, pour lui préférer la « liberté religieuse, de conscience ») comme un vulgaire libertaire. Il reprend à son compte l’énonciation de soi par soi-même : « On peut être soi-même. » Il recrache le discours de la Doctrine Sociale de l’Églisele bien commun », « l’Espérance », « la transmission », etc.) qui, pris par bribes, noie le Christ tantôt dans l’humanisme intégral, tantôt dans le spiritualisme/ritualisme intégral. Terrible alignement à la pensée commune contemporaine.

Il rentre dans la peau du politicien, en faisant l’éloge de la volonté humaine, de l’entêtement, de la combattivité, du jusque-boutisme, de la toute-puissance de la foi (confondue avec la volonté individuelle). Finalement, Cañizares, c’est un peu Alaska (ou Alain Delon) version épiscopale. « ¿ A quién le importa lo que yo haga ? ¿ a quién le importa lo que yo diga ? Yo soy así y así seguiré, nunca cambiaré. ». Quand les journalistes lui demandent s’il est touché par les critiques, il répond, magnanime, et avec une autosatisfaction émue, tout et son contraire : « Non. Elles me font mal. Forcément. Mais elles ne m’affectent pas. Je ne baisserai jamais la garde. Je cesserais d’être Antonio Cañizares tel que Dieu l’a voulu. » (dans le journal La Razón)

Quand ils s’enquièrent de savoir si « les catholiques doivent descendre dans la rue » (dans le journal El Mundo), Mgr Cañizares tient le discours typique du chef des factions « catholiques identitaires » dissidentes qui privilégient le paraître, la visibilité, l’action, la résistance, la contestation, l’opposition, la vengeance, le scandale, le buzz, l’indignation, l’accusation, à la réflexion, à la prière, à la douceur, à la Vérité-Charité, à la réalité, à la raison, à l’adaptation au monde, à la longanimité. Comme par hasard, le journal ultra-catholique Actuall adore ce genre d’excitations guerrières et messianistes, ces évêques frondeurs et agitateurs qui exaltent un christianisme de croisades à la Guy Pagès : « Nous devons être chrétiens visibles, qui se voient. C’est nécessaire. Et nous, évêques, encore plus. » (dans le journal El Mundo) Je ne suis pas sûr que Jésus aurait dit une phrase pareille.

Notre Croix en France, c’est Civitas puis les mouvements pro-Vie (Alliance Vita, La Manif Pour Tous, etc.) ou d’extrême droite (qui méprisent l’extrême droite) qui ont englué les débats et la force de l’analyse de l’homosexualité dans le familialisme, le natalisme hystérique, le vitalisme sans fond, la victimisation des catholiques et la diabolisation des médias et des politiques. Et vous, en Espagne, malheureusement, le pire qu’il pouvait vous arriver, c’est Hazte Oír et Actuall. Ce sont vos Croix internes. Ils font beaucoup de bruit, se croient dans le vrai, se fanatisent, se lancent dans la lutte médiatique et polémique, sans amour et donc finalement sans Vérité. Ils prétendent détester les médias et la politique, mais ne jurent que par l’effet médiatique et se bousculent pour obtenir un poste politique ou télévisuel ou ecclésial. Ils prétendent agir pour l’Église mais La méprisent en privé et ne prient pas. Ils se jettent à corps perdu dans la lutte médiatique et la polémique, pour « avoir raison » et non aimer. Leurs messages-choc sont provocateurs, et même parfois irrationnels. Ils attaquent, jugent et divisent, sans amour, sans miséricorde, sans réflexion de fond sur l’homosexualité. Comme le dénonçait Dom Jean-Baptiste Chautard dans L’Âme de tout apostolat (1905), « malheureusement dans l’Église, il y a beaucoup de canaux et peu de réservoirs. […]Ceux qui prient font plus pour le monde que ceux qui combattent, et si le monde va de mal en pis, c’est qu’il y a plus de batailles que de prières. » Le discours et les méthodes des zélotes nouvelle génération est une vraie plaie, une grippe intellectuelle et spirituelle, que les évêques devraient dénoncer avec force. Ils ne le font pas. Pire. Certains les imitent et les justifient, à travers des syllogismes machiavéliques (stricto sensu) du style « La fin justifie les moyens » énoncés avec la tiédeur d’un Ponce Pilate qui se lave les mains : « Les leaders de la campagne de Hazte Oír ont dit une chose qui est évidente et aujourd’hui, énoncer ce qui est évident n’est pas compris. Même si peut-être que leur démarche a manqué de prudence. Moi je ne soutiens ni ne dénonce rien. Je dis simplement que l’idéologie du Gender est la plus insidieuse de tous les temps. » (dans le journal La Razón) En filigrane, et par omission, Mgr Cañizares se met même à défendre Donald Trump. En effet, quand on lui demande ce qu’il pense du président nord-américain, il se contente de lui rendre un hommage voilé, en invoquant le complot médiatico-politique antichrétien : « C’est étonnant que beaucoup de médias et d’hommes politiques censurent beaucoup de choses qu’il dit, telles que la défense des chrétiens persécutés. » (dans le journal La Razón) « J’dis ça, j’dis rien… » Là encore, je ne suis pas sûr que Jésus parlerait comme ça. Et à mon avis, il doit pleurer sur le bus Hazte Oír et sur Trump et ses défenseurs en manteau rouge.

 

Quelques conseils filiaux

 

Je terminerai donc mon article sur une mise en garde destinée à tous les catholiques pro-Vie, et en particulier aux évêques espagnols qui me liront. Rassurez-vous : elle sera courte, bienveillante, et pourrait tout aussi bien s’appliquer aux évêques français (qui en ce moment, par orgueil, frôlent la mort clinique concernant la compréhension de la place primordiale de l’homosexualité sur l’échiquier mondial, ecclésial et eschatologique)

1) S’il vous plaît, arrêtez de dire « les homos » ou « les gays », ou au contraire d’user de périphrases (« personne attirée par les personnes du même sexe ») qui édulcorent la réalité, qui ne nomment pas les choses ou qui sont inaudibles : « les personnes homosexuelles » (j’ai testé pour vous) est l’expression qui passe le plus inaperçu et qui assure le meilleure compromis entre la Vérité et la réceptivité du monde.

2) Le collectif LGBT n’est pas le lobby gay (il n’y a presque personne derrière le « lobby gay ») mais le lobby hétérosexuel (dont la plupart des catholiques – qui ont confondu l’hétérosexualité avec la différence des sexes – font partie).

3) Je vous en conjure, ne diabolisez pas le Gender, ne le transformez pas en pieuvre insensée, en piège discursif, en système obscur ou diabolique (comme le font pathétiquement le Cardinal Sarah ou le Cardinal Cañizares). Au contraire, rationnalisez-le, apprivoisez-le. Tout article qui diabolise le Gender, même de manière « scientifique » ou par l’intermédiaire d’une personne homo ou « ex-gay », laissez-le. Le Gender est une chance pour dénoncer l’hétérosexualité, cette dernière étant le mal principal, le diable déguisé en différence des sexes, une parodie de la sexualité sur laquelle se basent toutes les revendications pro-gays. Sinon, la mention du « Gender » ne fera que servir la peur, l’homophobie, et les fondamentalistes natalistes pseudo « catholiques ».

4) Ne soyez ni trop durs ni trop mous. Soyez humbles et ne jouez pas les frondeurs : la franchise ou la transparence ou la sincérité ne sont pas la Vérité. Sans la Charité, ce sont juste des postures. On peut vouloir le bien sans le faire, ou vouloir dire la Vérité en lui retirant son humilité et son amour. La seule Vérité qui compte, c’est la Charité.

5) Courage. Le Christ a vaincu en s’abandonnant (dans l’obéissance à son Père), et non en résistant. « Non pas ma volonté, mais ta volonté. » (Mt 26, 43)