Un nouveau discours « sacerdotal » tordu sur l’homosexualité, dans la dernière émission du Jour du Seigneur sur France 2:
 

– mépris de la sexualité (sexualité confondue avec la génitalité ou le fantasme érotique) : « Ne pas réduire la personne à sa sexualité »

– refus de dire la Vérité : l’homosexualité est figée en « question » (sans réponse), en point d’interrogation insoluble, en posture spirituelle esthétique.

– récupération du lexique franc-maçon : la notion de « conscience éclairée » (et le père Vairon se garde bien de dire par quoi…).

– croyance en « l’amour homosexuel« .

– distinction artificielle entre l’acte et le couple. Le père Vairon est capable, dans la même phrase, de dire que « l’acte homo et péché », mais que « le couple homo, lui, n’est pas péché ». Très logique…

– simulation d’obéissance à la hiérarchie (« J’aime dire que j’obéis à mon évêque.« ) pour, dans les faits, désobéir à ce que dit l’Église.

– déni de l’Incarnation de Jésus dans l’Humanité : « Il y a quelque chose qui m’émerveille : c’est que Dieu ne prend pas le chemin des Hommes. » (dernière phrase de conclusion).
 

Merci Le Jour du Seigneur, merci France 2, merci Devenir Un En Christ
 
 

P.S. : À suivre, les « 247 questions sur l’homosexualité dans l’Église ».